Skip to main content

Full text of "Supplément au dictionnaire breton"

See other formats


This is a digital copy of a book that was preserved for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that 's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book' s long journey from the 
publisher to a library and finally to y ou. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that y ou: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
any where in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 



at |http : //books . google . corn/ 



I 



HU SJHA 




'm 



U 









3 277 '" '5o 





HARVARD COLLEGE 


LIBRARY 


SM 




m 




i! 


w 


FROM THE FUND OF 


CHARLES MINOT 


CLASSOF1828 






Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



LJPPLEMÈt 

LEXIGO-GRAi\ 




Dicuaiiiiaire Pratiqi> 

FRANÇÂlS-fiiE^ 



tïïM^P 



d^ ColOûâl A. TROUDE. 



eu DIALECTE DE 

^ Par J. MOAL * 



mm. 




nmvH h^ cmAB 



Praprièté 



C'*»' ' 



,i*i< 






Digitized by 



Google JF 



Digitized by VjOOQ IC 



ERMTA DE CE SUPPLÉMENT 



§ 


1 


1 


Aq lieu de 


Ure 
éortrc 
elfao«r 


Correctiens 


Q* 


o 


^ 




ajouter. 




6 


• • • 


4 


bretons-breton- 
nani 


écrire 


bretons*bretoiunnt8. 


10 


i 


4 


TtqM 


lire 


Teqse, 


• • • 


i 


16 


'on mange 


écrire 


Yen mange. 


• • • 


i 


6 


Groehet 




Crochet 


15 




16 




effacer 


Hervoan (T.) 
Jozef. 


16 


» • • 


1 


JMf 

Josefiw 


écrire 


• • ■ 


• • • 


3 




Jogeûn. 


* • • 


• • t 


4 


Iw 




Joi, 


• • ■ 


• • • 


13 






laddelae. 


• • • 


• • • 


18 


Marc*harid 




Mac'hariéL 


IK 




10 




ajouter 


Ervoam^ après Urvoan (t.) 
Cette riviërea'appelle aussi, Douron 
PreveU. o« Pievêll (du nom de 


25 

• • • 


• • 


10 
25 




PreveiU 


écrire 


. 










St-Pnmel.) 


ao 


• • • 


23 


Kerbeneùt 


#••..•« 


Kerveneta. 


31 


1 


28 


hacûhtê 




hag o^uf « 


... 


2 


9 


IgnUa 




Ignoii. 


34 


1 


4 


e deod 





he deod. 


39 


1 


22 


âi$zhan 




d'ezhany <m d'e-z-han. 


43 


6 


22 


stakle 




strakle. 


46 

47 


6 




rann (grencmillç) 


effacer 


ran, m.y t>l. éd. 

du çrec kt&mao, je crie, ou..., — 
ajouter, après clamo, les deux 
















mota, je crie. 


48 


• • • 


17 


Turk 


•écrire 


Turc. 


52 


• • • 


6 


entr'elles 




entre elles. 


... 


• • • 


31 


ec'h 




oc'h. 


b4 




15 


hee'hi 




he<fhi. 




Vf* 

• • • 


37 
40 

26 


presqu'ivre 

jerabàtlerai 

ênnaevezo 


»••• • m 4 


presoue ivre. 
en devezo. 


66 


• • • 


19 


gwael 




gwel. 


• •• 


• • • 


27 


aiftn 




atnm. 


68 


• • « 


31 


m^mz'-eux 




ma 'z euz. 


69 


• • • 


27 






minoufiy — toùn (arec trait au- 
dessus de n.) 






VI 


• • • 


14 


tâche 




tache 


Vb 


• • • 


25 


tostaot 




tostaat. 


77 


• • • 


5 


tna'toud ! 




ma 'z o%(d ! 


« • • 


• • • 


15 


ma'29ud! 




ma 'z oud ! 


• • • 




23 






kemetit'Se {k mal tourné.) 
d*ar foenn^re. 


80 


• * • 


19 


ar foem'te 


• !••••• 



Digitized by VjOOQ IC 



! 


g 




* 


Uré 




1 


i 


Au lieu de 


éorlre 
effacer 


Ciorrections 


i 


^ 




•Jouter. 








20 


c'haog 




ehaog. 


éù 




21 


etre-zho 


lire 


etre-z-ho. 


• • • 




22 


entr'eux 




entre eux. 


• • • 




26 


Eur oal-gas 




eur oall-gae. 


• • • 


• • • 


24 


îvrcs 




ivres. 


• • • 




35 


d'ehzan 




d'ezhan ou d^e-z^hcm. 


81 




33 






eêpemet. 


85 




21 


Dem-gonz 




Dem-gomz. 


88 




31 


bretonnant 


• •••••• 


bretonnants. 


89 




iO 




ajouter 
lire 


ou gaurbik (après gouhik V.) 
flatuosité. 


92 




10 


flactuosité 


• • • 




20 


exprime 


• •••••• 


expriment. 


• • • 




82 


entr'elles 




entre elles. 


• • • 




34 


a place 


• ■ • a •• • 


la place. 


94 




19 


euz a veveUien' 
hen 






97 


1 


13 


en (italiques) 




en (romains.) 


100 


2 


9 


en doun-^or 




enn doun^vcr. 


101 


1 


12 


goalc'h 




goxtalc^h. 


102 


1 


12 


ann dour 




ann douar. 




2 


32 


a-leiz. 




eleiz, ou mieux, leig, (en ce cas.) 


105 


1 


12 


enn-dro 




enn dro. 


• • • 


2 


26 


d'io&h 




dioc'h. • 


106 


4 


35^ 
KT 


hihannnai 




hihanaat. 


107 


2 


enn-dro 




enn dro. 


106 


1 


25 


hragerezou 




brageerezou» 


• • • 


2 


5 


tollbroz 




tolb braz. 


109 


1 


13 


enn oad^me 




emoad-me. 


• • • 


• • • 


32 


Oaget 




OÊjet. 


112 


1 


30 


à rallée 




à raller 


• • • 


2 


10 


ann-dro 




ann dro. 


• • • 


• ■ • 


18 


en 


• • • • • • • 


en. 




• • • 


49 


Masklit 




kloêkit. 


114 


• • • 


25 




ajouter 


Entre, ADITION et ADULllT : 
iIBLB, s. m. Allure du choTal, 
hinkancy m.; voy. laqaenée, s. f. 
Mon bidet qui va à Pamble, va 
hinkane, {d'où le verbe hinka^ 
































neal^ v. a., aller à l'amble.) 


115 


2 


1.7. t. 




effacer 


depuis, , , Allure, jusqu'à la 
fin de l'alinéa. 






mil 






116 


1 


32 


en peu en colère 


lire 


un peu... 


117 


2 


32 


kaoieal 




kaozeal. 


120 


1 


31 


• ••••• 


effacer 


; voy. Armer, éqviper, préparer. 


122 


1 


11 


talvoudeck 


lire 


talvoudek. 


124 


2 


5 


oêpetyuêen 




aeperjuzen. 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



1 


a 




Au lieu de 


Un 
éerirt 
effacer 


Corrections 




s 






Alovier. 




Im 


i 


1 


enn dro da 


lire 


enn-dro da. 


133 1 


23 


gooez'kere'h 
d^entr'eux 




goiiez'kerc'h, m. pi. 


139 2 


44 




d'entre eux. 


140 


i 


8 


goaoêo<fh 




goasoc'h. 


» • • 


2 


29 


téler 




téter. 


142 


i 


38 


haoer 




haer. 


146 


1 


42 


Uu peu 




Un peu. 


147 


1 


32 


enn-dro 




enn dro. 


149 


2 


23 


BlETOll, âd. 




BRETOI, adj. 


151 


2 


9 


he ginou 




ho ginou. 


• • • 


• • . 


31 


morenn-glao 




morenn-c'hlao. 


157 


1 


13 


karavenn 




karaven (jeu de cartes.) 


159 


1 


11 


laouennidez 




laouenêdigez. 


IW 


1 


46 


enn dro 




enn-dro. 


• • • 


2 


7 


oul'ham 


..•..•• 


out-han. 


• - • 


• • . 


17 


cntr'eux 


• .^ ••• • 


entre eux. 


• • • 


• • • 


18 


hiniennnou 




hiniennou. 


* • • 


• • . 


34 


sperd 


*••••>• 


spered. 


163 


2 


20 


leae'h 


. •• • • • 


leac'h. 


164 


1 


15 


chaêbistr 




chabistr. 


165 


1 


30 


pleuec*h 




pleuek. 


168 


1 


44 


rendacluz 




rendaeluz. 


, , 


2 


7 


rendacluz 




rendaeluz. 


471 


2 


56 


trebez-ar'c'hou' 
zohH 




trebez^r-gouzouk. 


172 


a • • 


• • • . 




îgouter 


avant, COFFRE, mettre : GO-FEE- 
HER, s. m. Îx>d4iek, m., plur. 






















lod'tieien. 


176 


1 


10 


commation 


liie 


commotion. 


... 


... 


35 




ayouter 


après, COaUinCATIF, adj., mettre 

les mots : non communicatif. 


178 


1 


10 


horokiehon 


lire 


horolachou» 


179 


1 


37 


gant han 




gant'han. 


190 


2 


15 


er resBvaz 




a resevaz. 




.. . 


43 


anndenn 




ann den. 


194 


2 


22 


crepere 




crepare. 


200 


2 


47 


dioch 


• •• • a . • 


dioc'k. 


213 


1 


8 


désespéré 


..••••• 


désespérée. 


,. 


2 


9 


da gant 




da gaout. 


214 


2 


13 


var e'horre 




var e'horre. 


216 


1 


13 


(daon viz) 




(daou viz.) 


218 


1 


40 


eo ziez 




eo diez. 


224 


2 


19 


ehoum 




choum. 


234 


2 


13 


warc^haz 




a vac'haz. 


236 


i 


46 


J'en conclue 




J'en conclus 



Digitized by VjOOQ IC 



IV 



g 


1 


s 


§ 


— 


" 


240 


1 




2 


242 


1 




2 


243 


2 




2 


244 


2 


246 


2 


247 


i 


• * * 


'2* 


248 


1 


249 


2 


253 


1 


255 


1 




2 


256 


1 




2 


259 


2 


276 


'î* 


322 


2 


324 


2 


327 


1 


329 


1 


33» 


1 




2 


332 


1 


... 


'2' 


334 


2 


337 


2 


340 


2 


344 


2 


345 


1 



Au lieu de 



29 


néorme 


4 


rastesllat 


28 


EllTORTILLER,Y.a. 


40 


bâton 


20 


kroc'hen 


38 


d'autre 


9 


keza 


34 


Traqaète 

c-frtou 


17 


24 


Equipé 


22 


or%n-groai 


30 


ploumet-mad 


13 


les écoliers 


26 


fut ainsi 


7 




8 




1 


hâler 


22 


loc'ha, V. n. 


38 


braz'te 


6-7 




24 


korbeil 


20 


Frisonnement 


35 


kerrot 


48 


fiaosiou, pi. m. 


6 


ar c'hlenved'Ze 


24 


solenn 


44 


bro d'e-hoc'h 


46 


goaîl skei 


44 


Aller, maiiœovrtr 


26 


tam 


2 


hag 


28 


er chiz-ma,,. 


45 


hag a freuz (hag 




a renkou) 


44 


08ac*h-nevei 


9 


ha guella ira ! 


9 


(où,...) 


27 


fatiguant 


34 


maison 



Lire 

écrire 

effacer 

ajouter. 



écrire 



ajouter 



effacer 



écrire 



effacer 
écrire 



lire 



CorrectiouB 



énorme. 

rastellat. 

ENTORmia (S*), Y. pron. 

bâtons. 

kroc'henn, 

d'autres. 

beza, 

Traqaet. 

ebiou. 

éqaipée. 

orin kroaz, 

ploummet^mad, 

les écoles. 

fût ainsi. 

après, EXCEPTÉ, le mot, EXCEPTER, 

, V. a. Diskoiintay — lakaat c- 

meaz ar gount (e-meaz ar gaoz\ 
après, EXERCEE (S'), t. pron. Voy. 

S'appliquer, le reste de Talinéa, 

rapporté au mot, EXCEPTER, e«l 

â supprimer ici. 
haler. 
loc'h, V. n. 
braz'se. 
avec une négation on mettra, na^ 

au lieu de, ma, 
korbeill. 
Frissonnement. 
kerot. 

naosiou, pi. f. 
ar clilenved-se, 
solen (T.) 
brao d^e-hac'h. 
goall-skei. 
Allées, maiœifres. 
tatnm, 
nag, 

er c'hiz ma,,, 
nag a freuz [nag a renkùu,) 

ozac'h-nevez, 
na guella tra ! 
(ou,...) 
fatigant, 
moisson. 



Il 
'h 



¥1 






Digitized by VjOOQ IC 




Aa liea de 



draillen 

evidomp 

pezel 

du bloumma 

Fonrdière 

a reoc'h 

c'hoarz 



abrévation 

a dra 

(penn-morc'h) 

il a réussit 

c'est réussit ! 

Bidoch 

da mer 

(trop durs 

lominlfère 

anezho 

enn-han 

ou (femelle) tarie 

gueaeh 

ar glat 

ennoun 

, — daurhil a va 



lire 

écrire 

effaeer 

a|oatcr. 



écrire 



ajouter 
lire 



écrire 
lire 

écrire 

effacer 



Corrections 



draxllenn. 

evid'Omp, 

peiell. 

da bloumma. 

Fondrière. 

a reor. 

c'hoai. 

, — ne alla ^ après, tra ebed, adv. 

abréviation. 

a-dro. 

(penn-moc'h.)' 

il a réussi. 

c'est réussi î 

Bidoch, 

de la mer. 

(trop drus.) 

somnifère. 

anezhan. 

enn-hi. 

ou femelle tarie. 

gueaeh. 

ar c*hlaz. 

enn-oun 

(dourbil) a ra, 

(sens concret.) 

les vieux, ar re goz. 




Digitized by VjOOQ IC 



Jk'^ls 



Ce volume de 530 pages, au lieu de 350, 
(même prix) , contient quelques errata , 
comme tous les ouvrages aussi longs et 
aussi ingrats. L'intelligent Lecteiir voudra 
bien les excuser, et suppléer à ce qui aura 
échappé à l'Auteur et à l'Imprimeur. 

L'AimÉ J. MOAL. 







Digitized by 



C: 



\ 



■:• l 



SUPPLEMEk^ 

LEXICO-GRAMMATIGAL 



AU 



DietioQDaire Pratiqoe 

FRANGMS-BRETON 

du Colonel A. TRODDE. 

(ÉDITION 1869) 

EN DIALECTE DE L£ON 

Par J. MO al 



^«880^ 



Un DioUonnalro sans exemples est un squelette 
Un Dlotionnalre n'est JsMials fini ; 
Avis aux Travalllears ! 
Ar BREZOi'XEK hag ar FEIZ , 
A %o DIIEUR hn CHOAR e Urei%. 



Propriété de VAutiur. 

LANDERNEAU 

Imprimerie J. DESMOULINS, rue Lafayelle, 8. 

— 1890 — 



I 

1 



Digitized by VjOOQ IC 



3277 ii'^^o 



HARVARD CQLLEQE U^.J'^X 

MINOT FUiW ' ^ 



Digitized by VjOOQ IC 



PROLOGUE 



ChEI CoKFBÈRE, et Am f.ECTECB, 



Le Brezounek est aoe langue aDcienne et admirable. Il faut, à tout 
prix, la maintenir, Tépurer, la glorifier. Cette tâche incombe surtout 
au Clergé breton ; ce doit être pour lui un devoir de religion. Con- 
server la langue de nos pères, c^est en conserver les mœurs patriar- 
cales, les sentiments religieux, Tindépcndance de caractère, en un 
mot, tout ce qui a fait la Bretagne grande et belle dans le passé. 

Ar Brezounek hag or Feiz 
A 20 Breur ha Choar e Breiz. 

Telle était la devise qu'on lisait en tète de ce journal breton — 
Feiz ha Breiz — qui , après une longue carrière si brillamment 
fournie, a malheureusement cessé de paraître. 

C*est la devise que MM. Troude et Milin ont placée en tète de leur 
Dictionnaire pratique Français*Breton, dont je présente au public, 
et surtout au jeune Clergé breton, un complément ou un supplément 
lexico-grammatical. (Car un Dictionnaire n'est jamais fini). 11 a été 



• 

Digitized by VjOOQ IC 



fait conformément aux données de rérudit et regretté M. Boudaut, 
Curé de Ploudiry, qui a fixé plusieurs règles de construction, ou de 
tournure celtique, dans un ouvrage assez connu des philologues 
bretons. 

Monsieur Eoudaut, tout le monde le sait, a beaucoup travaillé pour 
faciliter aux hommes de cœur et de bonne volonté, l'étude si inté- 
ressante, et moins ardue qu'on se Fimagine, de notre idiome na- 
tional. Il avait compris qu'il n'y a peut-être pas de langue ayant 
des beautés plus réelles, des termes plus énergiques, pour rendre 
les diverses passions de Tàme, les diverses harmonies de la Création. 
11 a beaucoup fait, dis-je, pour vulgariser cette étude dans nos 
campagnes où la langue de nos aieun est encore trop méconnue, 
malgré les nombreux travaux publiés par plusieurs de nos savants 
compatriotes de Tréguier, de Cornouailles et de Léon, dans le but si 
louable de la régénérer. 

Hélas ! rien de parfait ne sort de la main de l'homme ! 

Cette œuvre m'a coûté de longues veilles ; mais ces veilles, j'en 
serais bien récompensé si je pouvais atteindre le but que je me suis 
proposé, celui de faciliter la traduction du français en breton. C'est 
un travail dont on reconnaît, chaque jour, de plus en plus, les 
avantages pour tous, et la nécessité pour plusieurs. 

C'est dans Vusage que j'ai pris toutes mes règles et tous mes 
exemples. J'ai adopté l'orthographe de Troude et Milin, (4) en 



(I) La fbnne orthographique «nÎTie par ces deux Aatéarg, est la forme Gracqae. pins nsitée. sinoB pins 
ralioonclle, parce qu'elle facilite b lecture du Brelou, i ceux qui oui rbabilude de lire do Fnmcals 
C^Poor da'oo t^m prévaloir l'use des état IbntaeBv Greapt^ oo LaUue. n •éitit à soBhiilerM'M 'tedâl 
une Académie bretonne. Je me contenterai d'ajouter que le Génie de l'idiome breton est plus importante* 



Digitized by VjOOQ IC 



^^40t aoounç oniprMOBce. Ces etemples je >)e8 ai moltiptiës le 
fins pMnUle, en \e» aeMmpigtiftDt, suivant le cas, de quelques 
explicatîoDS logiques et grammaticales. 

Je me sais principalement occupé d'éviter le Purime. A cet effi^t 
fai employé I^ termes nécessaires, usités ou importés, sans trop 
cependant en surcharger notre langue. Tai donc négligé les péri- 
phrases, poar rendre, autant que possible, le si) le concis et coulant. 
Le génie de Tidiome Fexige. U grande difficulté pour le traducteur 
breton, est, il me sçmble, de bien rendre dans le style concret, 
propre au breton, les idées abstraites du français. C'est pourquoi, 
fai produit de noml^reuses citations dans mon introduction qui est, 
en quelque sorte, la synthèse de toutes mes études, recherches et 
observations. 

Je sais bien que d'autres auraient mieux fait que moi ; mais des 
dreonstances particulières m*ont amené h une étude approfondie de 
notre Brezounek. Wé en Léon et placé par la Providence, pendant 
vingt-quatre ans, sur les confins du Tréguier et de la Cornouailleç, 
j'ai pa, dans mes relations avec les habitants de la campagne, me 
péeétircr de la pureté, de la richesse et de roriginalité de l'idiome 
qa^ parlent i\ naturellement les gens peu ou point au courant des 
timrDttresrecbercfaéor ou métaphysiques du français. 

Monsieur A. Troude, colonel eu retraite, Theureux disciple du 
savant lexicologue Le Gonidec, avoue que son dictionnaire pratique 
Français-Breton a été le fruit de 40 années de labeur opiniâtre et 
d'étode continue. Le taodeste supplément de ce long et ingénieux 
travail, aura coftté.à sonituiaiir 7 années de sérieuses recherches et 
d*étades comparatives, malgré les investigations heureuses do ses 
devanciers. 



Digitized by VjOOQ IC 



Puisae-tril, dans des limites restreintes, obtenir le même accueil 
que MM. Troude, Milin, Roudaut et Gabriel Morvan ont su obtenir 
depuis longtemps, de la part de leurs compatriotes et de leurs 
confrères bretons-bretonnantf auxquels je prends, aujourd'hui, la 
liberté de m*adresser. 

Puissent, dès à présent, mes jeunes confrères dans le sacerdoce, 
comprendre toutes les douceurs renfermées dans une pareille 
étude, si propre à passionner leur nature ardente et généreuse. 
N'est-ce pas là le moyen de tromper les ennuis inhérents à une vie 
solitaire et à nn ministère parfois bien ingrat? iTest-ce pas là, le 
moyen de rendre plus attrayantr^s et pins fructueuses les instruc- 
tions familières que les prêtres doivent donner aux populations 
confiées à leurs soins ? 

Le jeune clergé se sentira de plus en plus encouragé dans* cette 
voie par les succès des nombreux prédicateurs et missionnaires 
bretons dont les noms se trouvent sur toutes les lèvres, succès dus 
en grande partie à leur connaissance de la belle langue qu ils 
employaient. 

Cher Confrère, il faut faire les plus grands efforts pour opposer 
une digue à Tempiètement du français sur le breton ! En effet, que 
feraient un jour les prédicateurs, dans nos campagnes, si dans leurs 
prônes ou sermons ils n'avaient que des auditeurs ne connaissant 
plus leur Brezouneky et ne devant peut-être jamais que bégayer un 
mauvais français?? 

FAbbé Jean MOAL, 
Aumônier à Brest. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÉVÊCHÉ i^uvmpcr, le i2 tAoût i889 

DE QVIMPXR 

ST DS LéOH 

^her Monsieur V^umorUcrj 

iit XTavaïi que v<m avez entrepris dans le lut de conserver 
la pureté de la "Langue Cretonne et d^en faciliter V étude j peut 
rendre un grand service au Clergé et aux S^idel-es des diocèses 
bretons. ! 

cÂussi Monseigneur V^vêque de i^uimper et de itéon 
me charge de vous écrire qu'il encourage et lénit vos efforts. 

^e suis heureux de vous adresser ce témoignage de la 
part de sa grandeur, 

agréez, cher Monsieur VtAumonierj 
l'expression de mes sentiments 

très affectwcux et très dévoués, 

SERRÉ, 

Vicaire Général. 



Digitized by VjOOQ IC 



Digitized by VjOOQ IC 



SIGNES k ABRÉVIATIONS 



TBÉ6. ou T... Dialecte de Tréguier. 
COBI. ou C... Dialecte de Cornouailles. 
VAIS, ou V... Dialecte de Vannes. 
LÉO. ou L... Dialecte de Léon. 
VOI. Voyez (consultez., le mot indiqué, 
ou l'auteur désigné, d-après) 
( Aie. )Mot employé anciennement 
HCL. Exclamation 
UTEBJ. Interjection 
SUBS. Substantif ou nom 
S. M. Substantif ou nom masculin 
S. F. Substantif ou nom féminin 

M. Genre masculin (ou pariant d*un 
homme.) 

F. Genre féminin ( ou parlant d'une 
femme) 

H. et F. Masculin et Féminin, à la fois. 

ADJ. Acijectif. 

ADJ. POSS... Adjectif possessif. 

PRÉP. Préposition 

PABTIC. M P... Partidpe passé 

FI6. style figuré 

TaiV. Style trivial 
FAM. Style familier. 
ftET. Style poétique. 
PL. Pluriel. 
S. Singulier. 

S. PL. Singulier-pluriel ( comme les 
collectifs.) 
S. F. PL. Substantif féminin pluriel 
PL. OÊÈA.^ Bltuiel irréguCer. 



ART. Article 

ADV. Adverbe 

CONJ. Conjonction. 

V. A. Verbe actif 

V. N. Verbe Neutre. 

V. A. et N..- Verbe actif et neutre 

V. PHON. Verbe pronominal. 

V. RÉFL. Verbe réfléchi 

V. PERS. Verbe personnel. 

V. IMPERS. Verbe impersonnel. 

INTERR. Interrogatif. 

U. B. Unan bennak. 

B. D. B. Eun dra bennak. 

Q. Q. Quelqu'un. 

PRON. Pronom 

PRON. RÉ6 Pronom régime 

PRON. REL. Pronom relatif. 

PRON. POSS. Pronom possessif. 

PROV. Proverbe. 

( ) Entre parenthèse. 

— Parenthèse 

DICT. TR. Dictionnaire Troude, 48Ô9. 
GRAMM. RING. Grammaire Hingant. 

prêtre 
ROUD. Roudaut, Curé. 

K. Kerlan, Recteur. 
S. K. PL. Substantif, masculin pluriel 
mu: Changement de mot, ou d'ac- 
re . „ . ception 

- Trait d union. 



Digitized by VjOOQ IC 



10 



MOTS DITS : POPULAIRES, 

FRANÇAIS-FAMILIERS, on ANCIENS. 



Toqne ( pour Teigne ), maladie des 
enfants, Togen ou Token ( f. ) 

Touehe ( f. ) Touche de fouet, ton- 
ehen fouet { f. ) 

Castille, s. f. ( pour petite querelle, 
Kastiliez, pi. de KastiUezen. ( f. ) 

lerl (maerl), s. m. Engrais (pour 
marne ) merl. 

larri, adj. ( pour tourné, parlant 
du lait ) , bourjonnet. 

Bailler. ( Pour Bayer ) Voy : Bayer 
aux Corneilles (YTr.) 

lanale ( maison ). Ti annez ( là où 
*on mange et couche. ) 

Orcean, s. m. I Pour fiole — buret- 
te à vin de messe ; ors^il (m) pi. iou. 

Remballer, v. a. (Voy... rembarrer 
— rincer — rosser q. q. ) 

Boiiière — Boitsière, s. f. Lieu plan- 
té de buis ; beuzid — beuzek — beu- 
zennek. (f.) 



Bief, ou Biei, s. m. — Jî/e(m). (Ca- 
nal qui fait tomber les eaux sur la 
roue d'un moulin, ou espace entre 
deux écluses.) 

Bable. s. f. Roz€ll({) ; Voy.. Palette, 
— Crochet, 

Rapiéter, v. a. (Pour raboutir); pcn- 
nada, (parlant de bas.) 

Rafdé, adj. (Pour ravalé); Voy. 
objets de rebut. 

Renable, s. m. (Pour revenant -bon, 
terme d'expert); renab (m). 

Riband, subs. et adj. (Luxurieux — , 
concubinaire) Ribot. d'où vient le 
verbe neutre, ribotaî. 

Plessix — PlesBis, s. m. (Maison de 
plaisance, à la campagne, entourée de 
bois ;) kenkiz (f.) 

Sourd, s. m. (Nom vulgaire de la 
salamandre), sourt (m.) 

lorgade, s. f. (Pour mollusc(ue)^ mor- 
gazenn (f.) ; Voy. sèche, poisson. 



Digitized by VjOOQ IC 



41 



Dagêrie, s. f . Bête qui a perdu ou 
cassé Tune de ses cornes ; btskorn, ou 
mieux : beskom (f.) 

laque, s. f. (Pour broyon — broie; 
brae (f), pi. ou. 

largotte, s. f. (Pour poupée) ; tnar- 
o'hodenn (f.) 

loche, s. f. (Pour motte) moche de 
beurre ; piUrad amann (m). 

Iftllière, s. f. (Pour fondrière) ; /a- 
çenn (f.) 

lonroir, s. m. (Pour trépas — ago- 
nie); tremenvan {m.) 

laloi, s. m. (Pour meule — tas); 
bem (m) — gra(fhell\^ — kakuad (m) 

Bigmne, s. f. (Pour limaçon de mer); 
bigorn (m) — pi. bigemiei. 

Pallière, s. f. (Pour poutreau de 
moulin) ; kazeà (f.) 



Pessean, s. m. (Instrument pour 
travailler le lin avant qu'il ne soit 
û\é)\paluc'henn^{ï) d'où vient le verbe 
suivant : 

Pesseler, v. a. paluc'hat, v. a. 

Veinard, subs. et adj. (Heureux au 
jeu — chansard); den citansuz, 

Quessen, s. m. (Montant de la char- 
rette — planche pour hausser, ou 
retenir la charge) ; gors (f.), pi. gor- 
siou — gorckou. 

Tnlot, 8. m. (Pour cotylet); tuie{m). 

Bai, 8. f. (Pour buire); sorte de 
burette et de pot en grès, pod-pri — 
pod'dour (m.) 

larjolet, s. m. — larjolette, s. f. 
(Pour fat — prétentieux — coquet — 
coquette en mauvaise part) ; marjo- 
lenn (f.) 

Trêve, s. f. (Territoire qui dépend 
d'une église succursale); Tref — 
irev — treo — tre (f.) 




'^XSQ'i^ 



Digitized by VjOOQ IC 



13 



Table des noms de Baptfime. 



Agapit; Ef/at: d*où Piegat, {Plo-Egat)^ nom de Paroisse. (T). 

Agathe; A^ta, 

Alain ; Alan — Alatm — A!on — Lan, Si c'est un etifant : AlatUk — Lanik. 

Ambroise ; Ambroaz - Ambroez (T). Pour enfant : Ambroazfe - Ambroezik (T). 

Ambroisine ; Ambroaza — Jmhrozin. 

André ; André — Andrev — Andreo — Dreo. 

Ange; Guenneal (L) — Guennei (G). Pour enfant : Cuenneli/c, 

Angèle ; Anjela — Anjel — Guenneia, 

Anne; Anna, 

Annette ; Annaïk — Anneiik. 

Antoine; Antoun, Pour enfant : Tounik, 

Antoinette; Toun. 

Armel; Armael (L) — Armel (G) — Arzel (Bas^Léon). 

Anbin; Albin — Lebin (V). 

Angnste; Aogust (L) — Ogutt (G. T. V.)— Gugust, Pour enfant: CutWu 

AngnsUne; AogusHna — Gustina (L) — Ogusdna (G;. 

Baptiste; Batlst. Saint- Jean-Baptiste ; Sant'IannrVadezour. Pour enfant : 
Distik, (T). 

Barthélémy; Bartolome — Bariele (L) — Bertele -— J5crfe/ — Lem (G). 

Barnabe; Bamabaz. Pour enfant : Baskik. 

Benjamin ; Benjamin — Benoni. 

Benoit; Beneat. 

Bernard ; Bernard — Bemaz — Bernez, 

Berthe; Berta, Pour enfant : Beriik, 

Bertrand; Beltram — Belt ou Bel (G). Pour enfant : Beltik ou Betik (C). 

Bizien; i&^/an — Bizia (L). 



Digitized by VjOOQ IC 



îtoe-, Bleca (L) — Bie% (G. T.) 
Bkiiette; Blezou — Bleza, 

Msc; BHdfc. 

Viig^\ Bertfhed. 

Moc; BusoA (L) — Beuzek ou ^«*A; (G). 

Caiidi4e ; Kaneta — 5^flcr ou Kaer . La lettre 5, est une lettre parasite , 

dans plusieurs mots, en breton. 

Caroline ; Karolm — Karo (Bas-Léon.) 

GatlieriBe ; Katarin - Katou — KaielL Pour enfant, ou par injure : Katellik ; 
voy. Femme, Dict. Tr. 

Charles; CharUi. 

Gbarlot; Charlik. 

Charlotte; Chariot, — Charleza. 

Chrétieii; Kristian. 

Ourfatophe; KrUiof, — Lof; pour enfant: Lofik, 

Chdrc; Klera — Klara. 

daade; Glaoda (L), - Gloda (C) Pour enfant : Clodaik — G/orfîA; (G) 

(aandine ; Glaodina (L), — Glodina (C). Pour enfanl : Z>/nat*. 

CléiBeiit ; Kiemam — Klemez. 

Oémentitie ; Kiemantim — Klemeta. 

Momba , — Colomban ; Kolomba^ — Kolomhan ; ou Koulm ; D'où le nom de 
P/otf-^ott/m. 

Conmlin ; Kormtin'- Tin (L), — iCaour (C). Pour enfanl : Tinik (L), — Kaou- 

tortille ; Korintina — Tina (L), — Jtaotira (C) pour enfant : T/nai*. 

C«nellle ;i:om^i. 

fianiel ; Déniel. 

David ; David — Z)«H — Divi^ Deoui. 

Btuh;Dene%. 

Bealse; Deneaa 



Digitized by VjOOQ IC 



u 

Berrien; Benfhen. 

Didier; IHder. 

Bdiltrnde; Eltrud-Iltrud. Cette patronne de Tréflez (Finistère), s'appelle 5afi- 
teZ'Ventrok^ ou Santez-Guentroky (ou Santez-Guentreky en Haut-Léon) 
On l'invoque contre les douleurs de l'enfantement, ou contre les tranchées; 
c'est le sens du mot guentrok (sujet a l'une de ces maladies). D'autres 
prononcent : guentroc'h (guentr-tro&h), qui coupe ou arrête ces maladies. 
A chacun d'en prendre ce qui lui plaît. 

EUsabetii; Elisabet. 

Eléonore ; Leonor, — Henore, — jézenor. 

Eloi ; Àlar—, Elou (L) ; — jéler (C) ; — Elo. (T). 

Emmanuel; Emmanuel — Manuel; pour enfant: Manuelik, 

Etienne ; Stefan, (L) ; — Etien (T), — Steon (C), (mot espagnol.) Pour enfant : 
Tefaniky — (T.) Ste(mik(Q). 

Eogè&e; Eujen-^ UJen-- Uzen. 

Bnlrope ; Utrop — Itrop, 

Eugénie ; Eujtni^ pour enfant : Ninû 

BnlaUe ; Vlali, — Eula, à Qéder 

Flore ; Bleuzven — Bleiizen. 

Fortué FortUn] — Pour femme : Fortuna. 

François ; Fanch — Fransez — Sez, Pour enftots : Fanchik — Saik — Soaik, 

Françoise; Font — Franseza — Seza — Soaz (L) — Fantaou (C); — Fanchon 
— Soez (T) — Pour enfant : Fantik — Soa%ik (L); Fanehonùi — 5oe2^ (T). 

Gabriel; GabrUl — ^ic/ (L) Bi — Gaô, (T). Pour enfant : Gabik (T). 

Gabrielle ; Gabriela ^ Biela. 

Geoffroy, — Geffroy ; Jafrez^ pour homme ; Jafrezou, pour femme. 

GeiefièYe; Jenovefa — ^eflQ. 

Georges ; Jarf (L), — /ord (T), — /or«'A (G). 

Gertmde ; Jertrud — Jirtrud. 

Germain ; Jermen — Jermin. 

Germaine ; Jermana — Jermina. 

Gênais ; /e/tres — Chelvez. 

Gildas : Gf/ra<^ — f'g/tof, — leltaz, — /e/^e^^, 



Digitized by VjOOQ IC 



15 

Gmes; JUe& *- ChUez. 

Giflettc ; Jileta — CMieta. 

G«es]iom ; Goesnou — Gouenou. 

Mfin ; Gouiven — Goute'hen. 

Grégoire; Gregor, 

Gflignolé, — Gnéiolé ; Guenole (L), — Guinole (T), — Guno/c (C. V.) 

Gnignolette ; Guenola — Guinola — Gunoia. 

Gnillaiiiiie ; Gillerm — GuUlerm — Gvitlaùu — GtUllou -— Laou ; — Lom 
(T). Pour enfant : Laouik, 

G«maiaie*Jea]i ; Gvdll-Jan (T). 

Guillemette ; Guillamed (L) ; — Guillmet-^ Met (T). Pour enfant : Metik (T). 

Guy; Gi — Gten (L) ; — Gion (C). 

ffenri,' Herri\ pour enfant : /ît^. 

Henriette ; Herried ; pour enfant : Rieiik, 

Hervé ; Hervé — Hoarve — Hoerve — Houame (L) ; — Hervoan (T). 

floaaré; Henori, 

lottorée; Henora, 

^fadiithe; lasenf^ pour enfant : Seniik. 

Ignace ; /^na^ (L) ; Igneo — /^no (T). 

ntttt; //</m/. 

fola; Sans signification, en français. 

Isabdle; IzabeL 

Jacfaes ; Jakez — Jakou — Kou (L); Jalm — Chalm (C). Pour enfant : ^ou^A:. 

Jean ; lann ; — CAaw, ou Jan (C). Pour enfant : lannik ; — Chanik (C) j 
prononcez : Chan-ik, 

JeaiKlarie; Jan-Mar^ — Chan-Mar^ — ^M, à Plouénan, etc.^ -- /an-Jfar/. 

Jean-Pierre; Perr-Iann (h)j lann-Bipi (TJ; Jan-Perr, — Jan-Pierr (C), 

Jeanne ; /aitn — Chann. 

Jeauietofl ; — Jeanne-Antoinette ; Channtoun ; (CA^nn^foun) ; Choun. 

Jeaaneton ; Jannik — Jannedik. 

JMdn • Joavan — /aoi«a — /or^n — Jaouen, 



l 



Digitized by VjOOQ IC 



46 

Joseph ; Josef(L,), — Jop,-- /oson (T.C.) Jn (C) ; — Japik^ pour enftmt. 

Josèphe ; Jozefa — /«/, — Chef, pour enfant : CAe^. 

Joséphine ; José fin , — Fin, Pour enfant : F/n/A. 

Josse ; Joz ^Judoh, 

Jndicaei ; Je%ekel (L) ; — lehel — /efcc/ (T.C.) 

JiiUen ; Julian (L) ; — Juluen (T.) 

Laurent ; Lorans, Pour enfant : Loransik. 

Léocadie;i:oto(T). 

LUa ; sans correspondant en français. 

Lonis ; Louiz^- Loi% — LuiZj (à Brasparts, etc, Louich ou JLoucA.) 

Lonise ; £.oui2a — Loiza — Lttisa — Liz — Liza, Pour enfant : Lizih et Lizaik. 

Lnc ; Lukaz, 

lagdelaine ; Madalen, 

lagloire ; Magloar, 

Malo ; Malo — Malou, 

larie; 2/aW. ASkaer, etc.. it/ai 

larie-Ânne ; Marianna. A Plougastel-Daoulas, Blganna. Pour enfant : ^^m<. 

Marguerite ; Mar&harid — Gorf — Goarf (L)— ; Marc*haid — , Mari-Gaid — 
Ga^c/ (C)— L£d (T) ; Did, à Guipavas. Pour enfant : GiMdik — Godik — fi- 
rfî/: — Didik — Mid (Plabennec, etc.) 

lathias; Matiaz (h,) — Matiez (G. T.) Pour enfant : MatiaiUk'^Matiezik, 

lathien; Maze (L,) — Mahe (T) — Mazo ou Mao (C) — Sant-Fao^ Saint- 
Mathieu i'G;. — Pour enfant : Mazoik (C), 

lanrice ; Maris — Morvan, 

lathurin ; Matuiîn — ru/Zn (LJ — Ma/c/£n -- Afamût (C) 

latharine ; Jfa/u/. Pour enfant : Tulik. 

landet) landei ; Mode — Modez, 

layeiic ; Maeok — Mo — Moiek. Si- Mayeuc, Évêque de Rennes^ était né 
a Plouvom f Finistère^, en 1462. — Un village y porte encore son nom, 

lélaire , léloire ; Melar. 

lélaine ; Malani — Melani. 

■élanie; Melani. 



Digitized by VjOOQ IC 



fficàd; Michel —Mikeal (L),-^Mihel (^) 

mcMle ; Miehela — Mikela, 

l(niaL, — Ionise ; Mowia — Mounika. Pour ea£fioL: Afounik, 

ttcaiie » iVttos — Nikez ; — AT/Ai, d*aù te nooide la paroisse de SI Nie ^Fiais^ 
1ère.) 

ffiddas -, Nikolaz — JP(>/a;& /"L; ; — Kola (T.C.J Pour enfanl; Kolazik — JiTo/aiA; 

leâ ; Nouel poar femme Nouela ; Pour enfant : Nouelik. 

OlMer -, O/ier — i;^/ — Loull— Pour cnfanl : Loullik — Lc/Z/fe. 

Paul; Paol(l,\ — Po/ /'C;. Pour enfant : Paolik-^ Polik. 

P«ttUB«', «nro/*» (Ij; Polln (Ç), — /»oto (CJ ; — Pao/a |^L.; 

Pétrosllle, — Perrine ; Perrina (l) — ; Perrln (T.C) 

Philippe ; Filip (L) ; Fili (1) ; — Fit/u /^Bas-Léon) 

Fierre ; Perr. Pour enfant ; Perrik — />ip/. 

Pierrot ; Pipt. 

Belne; A^. 

Reaé,^-Ronaa; Renan (L) ; — Aonan (C)— Nan (L). Pour enfant : Nanik, 

Beaée ; Aen^a ; à Douamenez : Noch, 

lodalplie;/{aotf/. 

Ufim ; 5à/o»ion—5a/inon — Salaun. 

Satuuin ; Sadornin. 

Sébastien ; Sébastian -— Bastian. Pour enfant : Bastianik. 

Serrais ; Servez. 

Ummk ] Simoun, Pour enfant ; Moun. 

Sfatie ; Simouna ^ Mouna * Maunik ; Voyez le mot Monique. 

SuHuuie ', 5tt«aii ; — 5«s (T.). 

Sylvestre ; Selvestr — Chelvestr. 

Tliècle; Tehia. Ce nom est Espagnol. 

nikand ; re/>or. 

Trénear ; Tretneur , — Trefeur (T) . 

Tigiial ; Tuçduall — 7\4sa/ — Tudguall — 2V^a / — Tudual — Tuf/e/ — 



Digitized by VjOOQ IC 



18 

Thninette; l'eunte— Tunvek TreiTiagal, etc. 

Thnriau, on Thnrien ; Turian — Tivisto — Tlvio. 

Urbain ; Urban — Seven — Sevezen. 

Valentin; P'olantln — Volintin ; (rolontin.T.) 

Victoire ; Viktoar. 

Vincent; Visant. Pour enfant : Santik, 

Vincente; Fisanta. 

Virginie; Firgini (L) ; — FirjiT.y Pour enfant: Firjik (T) 

Y?e8 ; Ivon — loen — Eozen — Euzen, (L) ; leun — Cheun — Eon (C) ; — 
Nounn — Urvoan (T) ; à Plouguerneau, etc. Bon. Pour enfant Ivonik : — 
Nounnik — Bonik. 

TTOnne ; Ivona ; — Bonik (Bas-Léon) 

Xafier ; Ksavier — Zavier. 

Zitte ; Ztïa. 




Digitized by VjOOQ IC 



19 



Table des Paroisses 

DU DIOCÈSE DE QUIMPER ET DE LÉON 

(en FRàNÇilS ET EN BRETON) 



kr%o\]Argol. 

Anano; Arzano — Ar(fhaneu (V.) 

AniieTnt: (roaïenj Goazien; Goa- 
hien. HabilaDt : goazianad; plu- 
riel, goazianiz, (Dérivé da mot 
Qoazmn^ caual naturel que la 
mer a formé ou envahi) ; (goa- 
zen-vor^ bras de mer.) 

Bannalec ; Bannalek, ou Banlek. 

Batz (Ile de); Enez-Vaz. Habi- 
tants : bazizien. 

Baye ; Bei. 

Bénodet ; Benoded (Pergel). 

Berrien; Berrien. 

Benzec-Cap-Sizun ; Beuzek-Kap- 
SizuH. (Beuzek'Kap-Sun), 

Beuzec - Conq ; Beuzek - Konk. 
{Beuk'Konk). 

Bodilis ; Bodiliz. 

Bohars ; Boharz. 

Bolazec ; Bolazek. 



Botmeur ; Botmeur. 

Botsorhel ; Botsorc'hel. 

Bourg-Blanc; Ar-Vourc'h-Venn. 

Brasparta ; Braspartz) 

Brélès ; Brelez, 

Brennilis ; Brenniliz, 

Brest; Brest, Habitant : brestad; 
au féminin, brestadez ; plur. m. 
Brestiz ; pluriel-féminin, bres- 
tadezed. 

Briec-sur-Odet ; Briek'var-Odet. 

Camaret-sur-Mer ; Kameled-var- 
Vor, -^ (Kameled), 

Carantec ; Karanîek. 

Carhaix ; Karaez ; — Ker-Ahez. 
Les uns écrivent : Heraez, pré- 
tendant que le nom de la ville 
vient (ÏAétius, général romain, 
et non d*Ahès , fille du roi 
Grallon. 

Cast ; Hast. 



Digitized by VjOOQ IC 



«0 



Ch&teanlin ; Kasîellin. Habitant : 
kastellinad, — m. pi. et f. pi. 
Kastelliniz. 

Ch&teanneaf - du - FaOn ; Kasld- 
neve-ar-Faou. 

Cléden-Cap-Sizun : JOeden-Kap^ , 
Sizun — Kleden-nap-Sun, 

Cléden-Poher ; Kleden-Poker. 

Cléder; hleier. 

CloharB-Carnoet; Ktohar-Kamoei. 

Clohars-Fonesnant; Klohar-Fime- 

Cloître (LeJ-Fleybea; jnoitr* 

Pteibcnn (C). 

Cloître (Le)-Saiiit-Thégonnec; 

Kloastr (L) — Kkiêir^SaiÊi-TheM^ 
nek, (T). 

CoatMéal;AMd-JfâaI. 

Collorec ; Aollarek. 

C^mbrii; KmbrU. 

Commana ; Kommana — (Komm- 
Anna, commune d'Anne, d'a- 
près M. Roadant. 

Concamean ; Konk^Keme ^ 
(Konkerne). 

Conqaet(Le); Kmk-UfM^ ;&(mk. 
Coray ; Kore 
Croson ; Eraon. 
Daonlaa ; Daovlaz. 
Dinéault ; Dineol. 



Dirinon ; Dirinonn. 

Bouamteet; Bouarnenez (pour : 
Douar ann Enez.) 

Dren&ec (L^ ; Ann Drmnek. 

Edem; Edem. 

LUimi; Elliant. 

Ergné-Armel ; Erge-Armel ; — 
Érge-Vihan. 

Ergué-Gabéric ; Erge-Gaberik; — 
Erge-Vraz. 

EsqnibieB; Esieiien. 

FAAm(Le);ilrFâou. 

F«HiIlée ^iO>; ^^ FouiUêz. 

Folgoèt (Le) ; Ar Folgoad. 

Foreat (La) (Fonesnant) ; ForeH 

{Fouenan). 

Forêt (La) (Landemean) ; Forest 
(Landerne). 

Foneamant; Fouenan. 

Garlan ; Garlan. 

GléMiia <ne8) ; EmMi Giemm j 
habitants : giefianiz ^ Emzidù 
Glenan (plnr.) 

Goueanacli ; Gauma^. 
Goueanon ; Gauenou. 
Gonéiec; Gouezek;-- Goezek. 
Goulien ; Gaulien. 
Goalven ; Goul^lfm. 



Digitized by VjOOQ IC 



Guerlescpiiii ; Guerliskin. 
Gi^clam; emktmm. 

GmUigomarcli ; Giligoar(fhj — 

koarc^k, chaiifre V.) 

^OeS^teec; Wtvtnek. 

6oimaé€ ; Gimaek; — Guimek. 

Gaimiliau; (jtmi{û>^*— Guimilio. 

Gnipavas; Gnik-Pavoêj-Guipavas. 
Hafiittfats : gnipamjiiz.{^) 

Guipronvel ; Guijfrorwel. 

' 6ai88éiiy;0«iit-Sesfit; — (rtiûeni. 

Hanvec ; Hanvek. 

Henvic ; Henvik. 

Hiielgoat;ffti«^MI. 
Ir¥illac;/mttik. 



(1) N. B. Saint Paw teift m AiAqmi, .disini 



Sérias ; Kerlaz. 

Kerlouan ; Kerlouan. 

Kemével; Kemevel; — Kemeel. 

Kernilis ; Kerniliz. Les habi- 
tants : kerniz-iliz. 

Kemonèa ; Kemouez. 

Kersaint-Plabennec ; Kerzeni- 
Plabennek. 

Lababu ; LabaH;^pfononeet : 
Labaan. 

Lambert; Lamberr. {Lmn-Perr, 
territoire sous le vocable de 
St-Pierre.) 

Lambézenec ; LambezAl^. 

Lampaul-OniniliaU; himiaol^ 
Guimilio; — (LambaoUVimilio), 

Lampanl - Plonarzel ; LambaoU 

Lampaul-Plondalmézean ; Lam- 
haoUGfêitetmeze ; (Lambadl'Vui- 
telmeze). 

Laniianrily ; Lantiamlt. 

Landéda ; Lann-Deda. Les habi- 
tants : lanniz-^da. 

Landelean ; Landelo. 

landernean ; LanH^Deme ; — 
CLann-Temok; — LanrhTeme)^ 
lAmdeme, 



Digitized by VjOOQ IC 



n 



Landévennec ; Landevennek. 

Laiidm8iaii;£^n({tt7i«to;- Landi; 
— Lann-Tivisio, Habitants : 
landivisioiz, — Landivichoiz. 

Landrévarzec ; Landrevarzek, 

Landndal: Landudd; — Lann- 
Tudal. 

Landudec ; Landudek. 

LandnnYez ; Landunvez. 

Langolen ; Langolen. 

Lanhouarneau > Lcmn-houarne; — 
(Lanhotiame.) 

Lanildnt; Lann-Ildut;'^Lanildud. 

Lanmenr ; Lanneur, 

Lannéanou ; Lanneanou. 

Lannédern ; Lannedern. 

Lanneolret; Lannefret. 

Lannilis; Lanniliz; les habitants : 
LanniZ'Iliz. 

Lanriek ; Lanriek; — Lanriik. 

LanriYoaré ; Lanrivoare, 

Lanvéoc ; Lanveok. 

Laz ; Laz. 

Lennon ; Lennon, 

Lesneven ; Le$neveii , ( Lez-Even^ 
Cour d'Iîven.) 

Lenhan ; Leuhan. 



Loc-Brévalaire ; Lopre. 

Loc-Egniner (Ploudiry); Lok^ 
Eginer {Bhuziri). 

Loc-Eginer (St-Thégon..) ; Lok- 
Eginer (Sant-Tegonnek.) 

Loc-Maria (Berrien) 3 Lok -Maria; 

— Lommaria {Verrten.) 

Lok-Maria (Plonzané) ; Lak-Mon 

ria; — Lommaria {Blouzane,) 

Loc-Haria (Qnimper); Lok-Maria; 

— Lommaria (Gemper,) 

Locmélar : Lok-Melarj -* Lomme- 
tor; — Loumelar. 

Locqnénolé ; Lokuenole. L. T. 

Locquirec; Lokirek. 

Locronan; Lok-Ronan; Lokornan. 
C. 

Loctudy ; LokrTudi ; — Loiudi, 

Locunolé ; Lokunole. V. C. 

Logonna-Daoulas; Logonna-Zoon- 
laz. 

Logonna - Quimerc'h ; Logonna^ 
Gimerc'h. 

Lopérec ; Loperek. 

Loperhet ; Loperhet. 

Loqneffret; Lokeoret; — Lokevret, 

Lothey-Landremel ; Lotei-Lan- 
dremel, 

Mahalon ; Ua^haUm. 



Digitized by VjOOQ IC 



23 



Kartyre (La); Ar Merzer; — Kear- 
or-Mer zn ; — Lann-ar-Merzer. 

Ueîlars ; Meilar. 

Melgven ; Uelten. 

Mellac; Mellak. 

Mespanl ; Mez-Paol ; — MespaoL 

Milizac ; MUizac, 

Moëlan ; Molan, 

Molène (Ile) ; Enez-Volenez , 

Morlaix ; Montroulez; — Montro- 
laez. Habitant : moniroulezad ; 
pour femme, montroulezenn ; 
au plur. : Monirouleziz (m. pi.); 
MotUroukzenned (f.) 

Motreif ; Mi^ref. 

HéTez ; Neo ; — Net)e. 

Nizon ; Nin ; — Nizm ; — Nion. 

H.-D.-de-V Assomption; Itroun- 
Varia-<in'A somsion. 

H.-D.-du-Carmel (Brest ; Arcmn- 
Varia-Garmel. 

Onessant (He d'); Enez-Eusa. 
Habitants : Ensantiz ; — Ene^ 
zidi^Eusa. 

Pencran ; Penc'hrann. 

Penhars ; Pennarsé 

Peiimarc*h ; Penn-marc^h ; — 
Penmarc'h. 

Pemneunt ; Pmrii. C ; — Pm- 
meurit. T. 



Plabennec ;Plabennek. 
Pleuven ; Pleuvenn. 
Pleyben ; Pleibenn. 
Pleyber-Christ ;Pleiber- KHst. 
Ploaré ; Ploare. 
Plobannalec; Bornakc 
Ploéven ; Ploienn. 

Plogastel-St-6ermain; Plogaslel- 
Sant'Jerfnenj'Plogastel-St'Jerfnin. 

Plogoff ; Plogon; Plogo. Habitant : 
plogoad (m), plogoadez (f), pi. 
m. f. phgoiz. 

Plogonnec ; Plogonek . 

Plomelin; Pleuveill^ - PlaveilL En 
Léon on dirait : Plomilin ; — . 
Plovilin. . 

Plomenr ; Plonveur^ — Ploeur. 

Plomodieme ; Ploudiem. 

Plonéis ; Ploneiz. 

Plonéonr - Lanvem ; Ploneour - 
Lanvem, 

PlonéYez-dn-Faou ; Plonevez-ar- 
Faou, 

Plonévez-Porzay ; PUmevez-Por-^ 
ze; — Pkmeve-Porze. 

Plonivel ; Bamively — (trêve, en 
Plobannalec.) 

Plouarzel ; Pkmrzel. 



Digitized by LjOO^ IC 



%k 



Plondalméa^u ;. GMiielmexe ; -^ 
(Guitaliz-niede, uom des habi- 
tants.) 

Ploadaniel ; Plm^miel. 

Plontiry ; PlowirL 

J^lonédeni ; PUmedern^ 

Plouégat-Cfuerrand.; PlovéitU^ 
Guerrand (L); Plégal-Guerrand. 

(T.) 

Plottégat-Moysan t Pfcw()f(rt-ifot-- 

zan (L) ; Piegat-Éhizan (T.> 

Plouénan ; PUmenan. 

Plcmeacat; PUmskat. 

Ploaezoc'h ; Plm^ezoc'h. 

Plougar ; Guikar. 

PloogaaM» ; PUmgM(m. 

Plougastel-Daonlaa ; Plaugastd" 
Demiaz 

Plougoiivvliii.; M)i«9tMii«Im* 

Plongonven ; Plogmmm. 

Plougoiilm; Pbmgmiim; (pwploi 
oa paroisse de St-Golonib», ou 
de St-Golomban. 

Ploiigonrvest ; Guihmrvesi. 

nwgHar-Cwhati ; PUmgmt^-Sê^ 
raez. 

Ploumtrneaii ; Pbmgnnei im 
habitante : pmibhHeime^ 

Plouguin ; Ploufi^. 



Ploidimec; Plamnek; — Pkeneh, 

Plouider; Plouider - (Plouisdider, 
les paroissiens ou habûtaots. 
— Peuple de S*-Didicr.) 

Plonignean; Plouigno; — Ploigno. 

Plonjean ; Plouiann. 

Ploamoger; PUmvonger; — Ptoun- 
ger. 

Plounéonr- Mènes ;> Plotm^pdf* 
Venez. 

Plonnéonr - Trei ; Plouneour - 
Dreaz. 

Pbiwéi^ettter ;, GuinkietUer. 

Vlonaé7ézél:Phumiej^ -^ Pkm- 
neveel ; — Plouneel. 

Plouneves - Loçhrist; GumeveZ' 
Lokrist. 

PIoupIb (Morlais) ; Pl^imu-¥àih 
trouiez; — Plourin-Dreger. 

Plonrin (Plondàlmézean) ; Ptou- 
nV Vutlelmeze; — Plourin-Leon. 

Plonvien ; Plouvian. 

Pl0ii¥oni ; Plauvoru. 

Plonyé ; PUmie. 

Plonsané ; Pbuzane. 

Plonsévédé \ GuUevede. 

tlOYzn; Pléan. 

PlOEévet ; Plozevet ; — Pk^zeii^ 



Digitized by VjOOQ IC 



25 



Plnguîfan ; Vlngiuu, 

Pont-A.vcn ; Pont-Aen/yVonv ponl- 
itron\ (pont sur la rivière. )^iw/, 
rivière, est un mot aocicn et 
générique.) 

Pont-Croix ; Ar-Poiit, — Ponte- 
kvodz ; — Pont'hroaz ; — Ar 
Pouiif. 

Ponihou (Le) ; Ar Po))tou, (pour 
f*0ï((-0R ; pont sur TOn ; On, est 
un nom de rivière de Botsorhel 
à Plestin ) Les habitants : pmi- 
faouiz. 

Pont-VAbbé-Lambourg; Pont'-nn- 
Abad. 

Porspoder ; Porspoder. 

Port-Launay; Milin-Vem (L) ; 
3Ieill-itr-Vtni (C.) 

Pouldavid; Poull-Dahut (C); Poul- 
(kiiid (L. T.) 

Ponldergat ; Pouldregat. 

Pouldreuzic ; Pouldreuzik. 

PouUan ; PuuUann, 

Pouilaouen ; Poullaoïienn. 

Primelin ; PreveilL 

Qnéménéven ; Kemenevenn, 

Querrien; Kerrkn, 

Quimerc'h ; Kimerc'h, 

Quimper; Kemper-Odel; - Kcmper- 
Korintin : — (Kimper.) Habi- 
tant : kf'mperind (m) , kompe- 
riaiiez (f) ; au plur. kemperiz 
(m), kemperiadezed (f.) 



Quimperlé; Kemperle^ — Kemper- 
Elle. [Kerriy ou ken, ensemble, et 
bera, couler.) Ber, qui coule, — 
affluent, — confluent. 

Rédénë ; Redene. 

Relecq (le) ; Ar Relek. 

Riec ; Riik (C); — Riek (L. T.) 

Roche (La) ; Ar Roc'h. 

Roscanvel ; Roscanvel. 

Roscoff ; Rosgoun^ — Rosgo, Habi- 
tant : rosgoad (m), rosgoadez (f); 
pL rosgoiz. 

Rosnoên ; Rosloc'hetm^ - Rosloenn. 

Rosporden ; Rospordm (Rot-rar- 
bord-ann Aven, colline sur ic 
bord de la rivière ; voy.. Pont- 
Aven.) 

Rumengol ; Rumengol. 

St-Cadou ; Sanl'Kadou {Sankado) 

— Sankadcu. 

St-Corentin (^ uimper) ; Sanl-Ko- 
rinlin (Aemper); Sankoriniin, 

St-Coulitz; Sant'Kouli — Sankouli. 

Ste-Croix (Quimperlé) ; Jifroaz- 
Santel (KemperU). 

St-Derrien ; Sanl'Derc'hen — San- 
derc'fien. 

St-Divy ; Sant-Divi — Sandivi, 

St-Eloy; Sant'A larjSani Elo ( VC. \ 

— {Sant Aler. T) {Sant-Eim. L.) 



Digitized by VjOOQ IC 



26 



£t-Eutrope ; Saiit-Ulrop ; — Sont 
ïtrop, 

St-Evarzec ; Saut Evnrzch. 

St-Fregant ; Snn['Fve(jnn,(SonHz 
Frcgan) 1rs hfibilauîs, 

£t-Goazec ; Saul Gmch ; — Sant 
Gonzeh; savfjoazch, 

St-Hernin ; Siinl Ilernin. 

£t-Ivi, Sant'hi. 

St-Jean-du-Doigt; Sanl-Iaun-ar- 
biz, 

St-Jean-Trolimont ; Sml-hmn- 
Drolimon. 

St - Louis ( Brest ) ; Sanl - Loiz 
{Brest.) 

£t-Marc ; Sant - Mark ; Snnmarh 
{Santtzmfirk^ les habitantsj 

St-Martin-dcs- Glacis ; Sant Mar- 
fîn-VresL 

St- Martin -des Champs; Sant- 
Martin (Vontroutez.) 

£t-Mathieu (Moriaix); Sant-Vaie 
(Vontroulez ) 

St-Mathieu ( uimper); Satit- Vao, 

St-Méen ; Sant-Neienn, 

::£, Melaine (Morlaix) ; Sant-Ma- 
('•fiiy' Sant-Metaniy - Sannialani, 

St-Kic; Sani-Nih;-^ Sant-Vih ; 
{Sanvik ; — Sannik.) 



St-Pabu ; Sani'Pabni; — Sanmbu. 
Les habitants : Santiz-Paou, 

St-Pierre-Quilbignon ; Kerberr. 
( Les habitants : Kerberiz, ou 
h'eriZ'Perr.) 

St P61-de-Léon; Kastell - {Kastell- 
Pool ) 

St Renan iLofcourwan ; (Lo onr^ 
nan-ar^-Fank.) 

St-Rivoal; Sanl-Rivoal; — San- 
rhoal. 

St-SauYeur (Becouvrance); Sant- 
Salrer; Sansalvei^; — Rekouvrans. 

St Sauveur (Sizun)-; Ann Dre- 

Nevez, 

St-Ségal ; Sant-Segal ; (Sansegal.) 

St-Servais ; Sant-Sereez ; {San^ 
servei,) 

Ste-Sève ; Sani-Seo ; {Sanseo.) 

St - Thégonnec ; Sant- Trgonnek , 
{Santegonek ) 

St-Thois ; Sani-Thos, {Snntoz.) 

St-Thonan ; Sant-Tonan, — San- 
tonan. 

St-Thurien ; Sant-Turian (C); - 
{Santurian) (L.) 

St-Urbain ; Lann-Urban; — La- 
nurran. 

St-Vougay ; Sant-Vouga; — Sanl' 
Nouga ; — {Sannmiga.) 

Santec ; Sanlek. 



Digitized by VjOOQ IC 



27 



Scaër ; Skaer. (La lettre S, est ici 

Ï parasite.— Il y a à Scaer un vil- 
âge uommé Plaskafr (avec cha- 
pelle) La patronne est S»* Can- 
dide, SanteZ'Kaer; d'où le nom 
de la Paroisse, en conservant 
le Z, au \S qu'on a ajouté à 
Kaer, par euphonie ; on dit in- 
différemment : Karza^ ou Skar^ 
za, rincer, etc.) 

Scrignac \ Skrignak. 

Seins (Ile de) ; Enez-Sizuri; — 
Enez^Sxm. 

SiI)iril;Si6irî7. 

Sizon ; Sizun, 

Spézet ; Simet (C); — Spezet (L ) 

Taulé ; Taole. 

Telgmc ; Teruk, (terre à bru} ère 
du sanscrit tcre^ terre, et de 
bruk, bruyère.) 

Tourc"li ; Tour(fh (L) ; Torc'A (G) 

Trébabu; Trebabu, 

Tréboul ; TreboulL 

Tréffiagat: TriagatsiTreo-Riagal), 
trêve dédiée à Saint Iliacat^ 
moine d'Angleterre. 



Tréflaouénan ; Trclaouennn 

Tréflévénez ; Trelenw^z 

Tréflex; T?v>//j. 

Trégarantec; Troganmlrk. 

Trégarvan ; Tîrgarcan. 

Txéglonou 5 Tmjlonou. 

Trégourez; Trcgourcz, 

Trégunc; Typijauh;— Trcgiin. 

Tréguennec ; Tregmnek. 

Tréhou (Le) ; .1//// Trt'hon. 

Trémaouézan ; Tmnnoutrzan 

Tréméoc; Tremeok 

Tréméven ; Trnnwconi (\.) ; — 
Trenmintn (C.) 

Tréogat; Tmjnt. 

Tréouergat; Trcoumjat. 

Trévoux (Le) ; Ann Trevou (L), — 
Ann Tn'o (C.) 

Trézélidé; Trezilide; — Ann Dre 
Tudy (Ile) ; Enez-Tadi, 



^0^^^^ 



^. 



^sv...-^^^ 



^^^SQ '5-^ 



Digitized by VjOOQ IC 



28 

REIABQUE, lo Les préfixes suivants, entrant dans la composition des noms 
de bourgs ou de lieux, sont toujours accompagnés d'un autre mot ; Ex: />>/: 
(en latin Locus), lieu; Lok-Eginer. Gwik, -- Givi (T), — Gui (L. C), 
village, — bourg, (en latin VicusY, Guik-Sezni; — Giuscni Iawu, — Lan,— 
Lam, ^ La, — Komm^ territoire, paroisse, commune; Umn-lli^ ; Jmh- 
Rivoare; Lam-Baol, — La- Ban (pour Lan-Pahan — Uim-Daban; en 
Français : Lababan); Komm-Anna (pour Komnwn-Aiuvi ; en Franviâ^? : 
Gomanna.) 

Ploii, — Plo, — Ploue, — Pieu, — PUiy - Ple^ — P''^(, (^clon les 
Dialectes), peuple, — population, en latin : PlchsJ Pîounoni (pour PloK-Bnrn, 
du nom du Seigneur Le Borgne de Kéiiizoret, ou du nom d'une rivière 
appelée Hom, dans le pays; ce serait alors Plou-llornJ, — Plozevcî, — 
Plouezoc'h, ^ Pleuvian (T), Plugtien (pour Phff/ufan, — Plu-KnfanJ — 
Plegat, (pour Plo-EgatJ, peuple qui a pour Patron Saint-Agapit. (T) 
Peunt (C), Peumeurit (T). 

Mes, ou Meas campagne ; Mespaol, — Mcs-Paol. 

Tref, — Trev, Treo, — Tre, trôve (tenitoire qui dépend d'une Église 
succursale). Trefiagat-, [Tref-Riakat;] — Trco(/at , [Trco-Boshatf , — 
Treboul, — Trevou. 

Les mots Guik, — Lann, et surtout Lok, ont cessé d'être en usage, et ne 
se retrouvent aujourd'hui, que dans les noms composés, de lieux, lis indiquent, 
comme les autres préfixes cités plus haut, que le lieu est sous l'invocation ou 
la dédicace d*un Saint. 

REMARQUE, 2o Dans les noms de lieux ayant un des préfixes Gui h, — Gui,— 
Lan, — Lok^ le mot est composé, disais-je plus haut, et soment même 
contracté, pour ne former qu'un seul mot ; Ex. : Lomelar, — Loumdar 
(pour Lok'MelarJ; Guiseni (pour Guik-SezniJ ; Lokrist (pour Lok-Krist); 
Uimhaol (pour Lann-Baol), parce que les lettres fortes appellent les fortes, 
et les faibles en appellent de faibles, comme dans plusieurs autres mots 
contractés en breton; Ex. : Ahati (pour Ahad-ti, maison du Père Abbé); 
•trumati, (pour manac'h-ti, maison du moine) ; kardi, (pour karr-ti, logement, 
— remise des voitures) ; Voy... Introduction, et Troudc. 

REHARQUE, 3o Les noms de lieux finissant en ai, et, it, ot, nt, et en k, 
changent t en d, et k en ^, pour la formation du nom de l'habitant du heu. 



Digitized by VjOOQ IC 



p 

tant au pluriel qu'au singulier; Ex. : Sonteky Sanlvijiul, Suntcgiz; — Plcgat, 
PhjiHkul^ PlcginU:. (Il en eîjt ain^5i, du moins en i^énëral.); Trcotn'tujat, 
Ti'etji't:rya(fa(K Treonerfjadiz; Plozercty Plozerrdad^ Pluzercdiz. 

EEIAEQUE, 4»^ Pour la formation, au singulier masculin, du nom de 

riiabitant du lieu, il suffit, le plus souvent, d'ajouter ad ou iad à ce nom ; 

Ex. : KastvU, Saint-Pôl 5 KosteUad, Saint-Politain. Batz (Ile); Baz, Baziad. 

Sizim, iSiztiu ; SizunUid. Si Ton parle d'un singulier féminin, la désinence 

sera czoï ou ezfhUy au lieu de tid, Morlaix, Moutroidcz ; Montroulczena, 

pour une femme ; Moidroulczadj pour un honune. En général,' on ajoute 

■ simplement cz au singulier masculin fmissar^t en ad ; Ex. KaMellady Saint, 

Pôlilain-, Kastclladcz, Saint-Pùlitaine. S'il s'agit de plusieurs Saint-Politaines- 

oïï àïv^ -.KnMc J lad ezeil ; comme en parlant de plusieurs Morlaisiennes, on 

dira : M!^*droaAczenncd . 

F.ESABQUE, 5" Si le nom de lieu commence par Saint, en Français, le t du 
mot Said, en breton, s'élide, en général, pour ne former c[u'uh seul nom 
contracté ; Ex. : Saint-Brieuc, Sanhrick^ (pour Said-Brii'kJ; Sainte-Sève, 
S(^n^<^:o^ [l)Our Sont -SeoJ. . - i ••; 

BEMARQUE, 6° Pour former le pluriel du nom d'habitant d'un lieu, il suffit, 
généralement, d'ajouter iz, à son nom singulier, en breton, en faisant fléchir 
la finale /: en gr ; Ex. : Sanhviek, Saint-Brieuc; Sa)dn'ic(jiz ; SanU"jotiek; 
Saint-Tliégonnec ; Sardejourgiz. Plouvorn ; Ploaroniiz. 

REMâBQUE 70 Quelques noms de Heux finissant en c ou en 0, forment 
différemment leur singulier et leur pluriel; Ex. : Kcvnc ^ Cornouailles ; 
K*'vucvndy — Kemevody — Kcrncody Gornouaillais ; KcvnciZy — KcrncviZy 
des Cornouaiilais. L(n\divmOy Landivisiau ; Landu'i^yinady — LnndÏMisiavad y 
Lfndirt.^iof.Zy — Lcnidivisiariz. SanscOy Sainte-Sève ; Sa}iscvad; Sa)iseoiZy — 
Sanseviz. 

REHâRQUE, So Quelques autres noms de lieux ont leur singulier terminé en 
ad, et It»ur pluriel en idi', pour indiquer le nom de l'habitant; Ex. : ArchantcU, 
Argenton; Arcluintellad; ArchanteUidi. D'autres noms changent la désinence 
ad ou iddy en izicn ; E^x. : Baz (Enez-VaZy Ile-dê-Batz ) ; Baziad; Bazizien 
(Bazisicn). 

fiEHARQUE, 90 Dans le Bas-Léon, il y a une forme particulière, pour le 
pluriel du nom de l'habitant d'un heu, d'une paroisse; la désinence iz est 



Digitized by VjOOQ IC 



30 

déplacée ; Ex. : Plaugeme, Ploiiguernéau ; les habitants : Plouiz-Ket^ie, 
Lannilte, LannUiz; les habitants : Laiiniz-Hiz. Kemiliz, Kernilis; les habitanU: 
KertiiZ'Iliz. Sanpabu {Sant-PabuJ, St-Pabu : Santiz-Pahu, les habitants. 
Landeda, Landéda : Lanniz-Dedà, les habiUnto. Sanfregan (Sant-Fregan/ : 
SantiZ'Fregan. Sanmark (Sant-MarkJ : Santiz-Mark (pour Sanmarkizjy 
d'après la r^le générale. Plôuider, Plauider : Plouiz-Dider, (peuple sous le 
vocable de Saint Didier). GuUelmeze, Ploudaimézeau : Gmializ-Mede, les 
habitants, (au lieu de Guitelmezeiz, GuUelmezizJ. Kerherr, St-Pierre (Quil- 
bignon) : Kerit-Perr, (pour Kerberiz, que Ton dit souvent, aussi). 

lEIAiQinC, 10^ n y a encore une forme particulière du pluriel dans les 
noms de lieux suivants, quand on parle des habitants; Ex. : Goeled-Leon, 
Bas-Léon : Goeled*Leoni%, les Bas-Léonais. Gorre-Leon, Haut-Léon : Gorre- 
Lemiit, les Haut-Léonais. Loer-Hucl, la Haute-Loire : Loer-Hueliz, les 
habitants. Loer-Izel, Loire-Inférieure : Loer-Izeliz, les habitants. Goeled^ 
Vreii, . — BreiZ'Izel, Basse-Bretagne : Goeled- Vreist», — Breiz-IzeUz, les 
habitants (les Bas-Bretons). Gort^e-Vreit, — Breit-Huel, la Haute-Bretagne : 
Gon'c- Vrmt», — Breis-Hueliz, les habitants. 

inUIQIlK, Mo Né en Bretagne se traduit par Bretaun, pi. ed, — Iz-ster, 
ou Itfter (Rivière-Inférieure), est Tanden nom du fleuve Le Danube. 

lEIAiQOB, 12o Le préfixe Ker, (qui signifie maison, village ou ville) n'est 
guère employé seul, du moins en Léon. G*est une contraction du mot Kear, 
maison, ville. 

Dans les noms composés de personnes ou de lieux, comme Kerbeneat, 
KerveUg, Kerskao, ce préfixe se prononce toujours ainsi, même dans les 
quatre dialectes bretons. 




Digitized by VjOOQ IC 



31 



PROYERBES k ADAGES 

CONTENUS DANS CE SUPPLÉMENT. 



Des goûts et des couleurs, on 
ne discute pas. — Tihacun a son 
idée ftivorile. {Trahit 9ua quemque 
rolupias), 

Pep hini en deuz he c'hout f 
Evel'se emaomp tout. 
Eskem Sar chaêj 
Logod d'ar c'haz. 



Le plus méritant est celui qui 
saitunirrutileàTagréable. (Omne 
tulii/mnctumquimisciUtutitedulci.) 

Vann nep « laka ar mad hag ar 
brao dm em gaout, 

lyhenneiy a dra^ivr, eo dleet ar 
maout. 



Celui qui a beaucoup souffert, 
a appris à compatir à Vinfortune. 
(Haud ignora mali, tniseris suceur- 
rere disco). 

Ar rmzeudik atebet goaU^a$et^ 
Trueza ar re^ll en devez désuet. 



Il faut aToir pitié des Taincus, 
comme il est bon de lutter contre 
les orgueilleux. (... Pareeremtis, 
ei debmare superboê.) 

Mez d'ann dud lûrc'kek hae oius ! 
Peoc'k Sarre zo humbl ha êeniuzt 



Aux retardataires, des os à 
grignoter. ! ( Tardé venientibuê 
oBsaf) 

Ann nep a erruo re zicezad. 
En devezo eêkem da grignai. 



ne 

CUi 



Je n*ai jamais envié ce que ie 
i connaissais pas. {Igneta nutla 
pido.) 



.) 

Morse, tamm avi n*em beuz bet, 
Oc'h traou n*anavezenn ket. 



Vantard (qui dit plus qu*il ne 
fait). 

Teod hirr ha dowm berr (sorte 
d*adjectif.) 



I^ pauTre qui s*enrichit s'ex- 
pose grandement à la perdition. 

Arpaour, dre nia pinvidika. 
Gant ann IHaoul buhan ez a. 



lie Jnif-Erraut ne cessera d*è* 
tre fugitif, toute sa vie. 

Ar Boudedeo a vak hag a valeo, 
E keithama choumo beo. 



Digitized by VjOOQ IC 



32 



Le sort de Thomme est bien 
cruel, piiisqu il est obligé de se 
chaulFer h la braise, et cl'échau- 
der sa baratte à Teau froide, lors- 
qu'il j a de l'eau chaude tout près! 

Chans ann deu a zo eur Blanc- 

denn, 
Pa rank tomma he gof oc h evr 

regezen ! 
{Regezen, est ici une licence, 

pour i^eoez, braise ). 
Ha skaofa ne ribot gant dour ion, 
Pa vez dour zon^i e^kichenn ! 



Petit à petit, l'oiseau fait son nid. 

Tammik-e-tammik s oz a ar 

cliaign gant ar bik. 
Tammou bihan hag aliez, 
A garg ar cjwf, hag e ve diez. 

(sous-entendu : da garga) 

(Le'Brelon chance sontenl les termes do radajf.?.) 



Bâtir des châteaux en Espagne. 
Sevel kestell el loar. 

Dent pour dent ; Œil pour œil 

Bazad ( Bac'had) evH bazad 
(bac'had). 

Avoir la puce à Uoreille. 
Kaout c'houenn enn he leron. 



Cherchermidi à quatorze heures; 
chercher du poil aux œufs. 

Klask pemp troad d'ar niaout. 



Dormir comme une souche. 

Kouskel evel eur rocli. 



Le jeu ne vaut pas la chandelle. 

Arvevenn nedalv kel arvezerenn, 

(A la lettre : la lisière oe vaut pas l'<itofre). 



' Trois défauts auî^mentent, de 
jour en jour, en mon père : 11 
vieillit,ilradote,ilenlaidit.(Stvlc 
d'un enfant irrespectueux.) 

Tri zi a zav bemdez eni zad : 
Kosaat, diotaat ha difesouîiaat. 



Il faut avoir de l'adresse, quand 
on a affaire à des entêtés (iii dos 
tètes dures comme celle du mou- 
ton.) 

Ijln a ranker da gaout, 

Pa vez efer ocli pennou maoïil 



Dommage rend sage. 
Koll^ a zesk skiant da foll. 

Avis et conseils se donnent à 
qui en demande. 

Aviz hag holenn (har/hoakmn){C) 
A roerd'ann nep aclioulenn, 

Enfantquivientapporlesonbicn. 
Pa zen lann^ 
Et eu he ramu 



Digitized by VjOOQIC 



33 



Le mai \ieat Tite ci 8*eu va len- 
tement. 

Ar boan a ziredd'ann doon-lamm; 
Os vùni kuU e vez morzet ha 
icmim. 



Une chose introairable, c'est 
on nid de souris dans l'oreille 
d*an cbat. 

Ettiifi ira ha ne d^co hei guelet 

Mtkoaz^ 
Eo eunn neiz hgod e skouarn eur 

(fkaz. 



L'abos du tabac est nuisible. 



Ar butun a ra diez. 
Du gemerM rê aliez. 



Plus on meurt jeune, moins il 
7 a de compte à rendre. 



Ar (fhenia mont, 
Arberrakount. 



A bon cbat, bon rat, 

Krog evU broq. — tvin oc'h ivin. 
Krafevit kraf. — Dioc'h ma reol^ 

ê kavol. -- Dagax mad raz 

henvel. (Tr.) 



Très capable. 

Dm ha dm, hanttr ; Dêou mn 
eunn efer ; Tri ma ve red\ 
Pevnr ne laicarann keî. (Rond.) 



Celui que le Destin prépare en 
proie au loup, sera dévoré tôt 
ou tard. 

Ann hini a zo detinet (Tonket^ h 
Pont-L'Abbé, etc.) d'ezhan 
mont gant ar bleiz, 

A iffOy sur, enn nozpe enn deiz. 



La bonne nourriture donne la 
belle carnation, et la carnation 
foit la beauté ! 

Ar boed a ^o ar c'hen ; ( ancien 
mot, pour kened.) 

Hag ar ^hm a ra ann den. 



Ce n'est point la beauté gui 
fait bouillir le pot-au*feu, ni la 
laideur qui en iotme la graisse. 

Ne ket ar goantiri 
Eo a laka arpodda virvi, 
Na ken nebeud ar vikmi, 
Eo a ra ann druzonû 



Qui repousse les bons avis^ ne 
yeutpas qu'on secoue la poussière 
de ses baoits. 

Ann nep ne fdl ket d*ezhan beza 
kelennet, 

Ne fdl ket d^ezhan beza diboul- 
trennet. 



Après tarder, il faut marcher* 

Coude dale, 
E ranker b^. 



Digitized by VjOOQ IC 



34 



Celui q»i a la langue acérée, 
doit avoir la télé dure (pour 
supporter les ripostes). 

Ann nep a zo lemm beg e deod^ 
A rank beza kalet hem he benn. 



Quand la douleur est dans son 
paro)Lysmc, Tabcès est sur le 
point d*aboutir. 

Pa v€2 ar boan enn he goasa^ (L) 
E vez ios^ argor da ziskarga. 



Les jeunes gens oisifs, s*aban- 
donnent au mal. 

Tud ioùwmk a vez dibreder. 
En em daolo da oall-^ber. (L); — 
da wall-ober (T.) 



Souvent, c'est le plus chétif 
qui résiste le plus longtemps. 

Gra(fh klemuz, 
Graffk paduz. 



Avoir à la fois bonheur et bon 
cœur, n*est pointcbose commune 

Beza euruZy kaoul kaloun vad, 
Nekether slank ha raoz er prad. 

{Bm%, roMN. eit Ici pow ptar tovU annite herbe) 



lia prière ne consiste pas dans 
la multiplicité des paroles. 

Eur bedenn verr a bign enn Env, 
Hageurbedennhirra ehaum a-dre. 



Pour apprendre, il fauts'appli- 
quer. 

Evit deski, e ranker akeli ; 
Evil beza desket, ez eo red akn. 

Autres temps, autres mœurs. 

Kant brOj kant giz ; 
Kant parrez, kant iliz. 
{Kant maoftez, kant hkwiz.) 

Ce dernier eit bmilier. 



Dis-moi qui tu hantes, et je te 
dirai qui tu es. 

Lavar dHn gantpiou ez ez, (avec 

qui tu vas.) 
Ha me a lavaro dHd peira a rez. 



Vite et bien nes*accordent guère 
(ne sont pas la même chose). 

Mad ha buhan, 
Ifint ket unan. 



Dans les prés il y a une herbe 
appelée affliction ou soupir. Vous 
la rencontrerez aussi dans IVtat 
de mariage à moins de bien pra- 
tiquer les vertus domestiques. 

Enl huzaauen azoer prad, 
A reer amzhi hwmad; 
DimezU, hag opezo-hi, 
Nemet fnrnez a ve, leiz ann ti. 



Jeuoes gens, avant de vous 
marier, faites un enclos près de 
votre maison. Vous y.mettres 



Digitized by VjOOQ IC 



35 



trois plants : ccloi du ffëmisse- 

ment a droite, celui de l'inqaié- 

tude à gauche, et celui du crève- 

eœuT, an milieu. Semez-y encore 

ie \a graine de patience, et allez 

souvent la visiter. L'eau pour 

Farroser ne vous fera pas défaut; 

car vos pleurs y suffiront. 

Tud iaùuank, abarz ditneziy 
Grit eut c^Moz enn dro iho U. 
Enn-hany teirvodennc'houi'hado: 
Bod klem a-zeou. bodnec'h a-gleiz. 
Ha bod rann-acuaun é^reiz. 
LikU ivetenn-ban greunbasianted, 
Hao il aHe% d'ho guekL 
lyio arrasi, dour ne vanf^o ; 
Rag eu% ho taoulagad e koue%o. 



Les Jeunes gens qui vont se 
marier^doi vent acheter un jardin« 
et y semer Therbe de la patience. 

Ar re iaouank^ pa %meumt, 
Na prena eur jardin a dleont; 
Nag enn-hiy phnta a %o red, 
Lau^aoum ar basianted. 

(Stjte des cbantean dei foiref et mirebés.) 



Man^r du pain frais, brûler 
du bois vert, est de nature à 
abattre un chef de ménage. 

Bara tomm ha keuneud gla^, 
A gasann ozac'h ffar bai y (au 
fond de la misère.) 



Du goémon moisi, et du fumier 
pourn , relèvent un chef de 
ménage. 

Biiin louet ha teU brein, 

A laka ann c/uic'h da %evel he gein. 



Goémon pourri etfomiermoisi, 
condamnent un chef de ménage 
à mendier son pain. 

Bizin brrin ha teU Umet, 

A laka ann o%a(fhdaglaskhevoed 

Le vieux chemin, est celui qui 
vous conduira le plus sûrement. 

Ann hent ko% a gaz difau. 
Ann hini a ia dre-^hm dhe di. 

On rencontre Jean et Jeannette, 
dans toutes les foires, à moins 
qu*ils ne soient restés à la maison . 

lann ha Jannedy epep foar a ve% 

kav^, 
Nemet er gear e vent choumet. 

Il n'y a guère de ménage où il 
n'y ait quelques vivacités. 

lfeu% tiegezy -^ Na ve enn-han 
buhanege%. 



Ceux qui ne sont bons a rien, 
sont ceux qui font le plus de 
bruit, sans savoir ce dont ils 
veulent parler. 

Falla hibil a vet er (fharr a 
ouigaur da genta ; 
(En Tréguier ou écrit : a wigour,) 
Ar rod fêla a ouigour ar muia. 
Ar falla braeou eu% ar vro, 
A ve* ar muia trauz gant-ho. 
Ar broM alapezennoUy 
Ave%ar franka ho ginou. 
DaUfh^mad ar re zota, 
A (fhlabous ar muiay 
Eu%ann draina, euzann dra-honty 
Hep goutout petra a lèveront. 



Digitized by CjOOQ IC 



u 



C'est bien tard de vouloir épar- 
gner, quand tout est dissipé ! 

Divezad e veier da &houam^ 
Pa ve% eat tout beteg al lost hag 
ann diskonam. 



Qui trompe aux épingles trom- 
pera aux écus. 

Ann nep a drompl gant spillou, 
A dromplo gant skoejou. 



La compagnie des loups est 
préférable à celle des mécréants. 

Guelloe'h eo bem gant ar bleiz, 
Eget darempredi tud difei^. 



Gomme il dépense à mesure 
qu'il ffagno, une bourse lui de* 
\ient inutile. 

Evel ma tisjngn dre ma (fhounet, 
Esomm ebed a iaUfh n*en demi. 
(Au sens habituel.) 



Celui qui ne risque rien, ne 
perd ni ne gagne. 

Ann nep ne ri$h netra, 
Na koll na gounit ne ra. 



Pour être riche, sage et bien 

Sortant, il faut se coucher de 
onne heure, et se lever de bon 
matin. 

Sevel mintiHy kousket abred, 
A zigas madotij fumez hn i^hed. 



Le renard mourra dans sa peau. 

Eut louam^ hag hen dare, (mûr i 
mourir, — vieux, — rendu) 

Guelel eur iar (fhoaz a garre fa 
garfe.) 



11 faut faire avec ce qu'on a. 
Ce qu'on a, vaut mieux que rien 
du tout. Ce qu*on a, vaut mieux 
que ce qu'on n'a pas. 

Guelloc'h eo ar seurt a zo eged ar 
seurt n'euz keî ; 

Guello(fb eo eur seurt bennag eget 
seurt ebed. 

DUxfh ann dour^ eo mala. 



L'homme est tel, dans sa vieil- 
lesse, qu'il l'a été dans sa jeu- 
nesse. (Ecriture Sainte.) 

Ann den, pa vez sot e-wouanh" 
flamm, 

Evit kosaat ne fura tamm. 



Même à se taire, 
mal faire. 

Fazia a c*heller. 
Hep lavarel ger. 



— On peut 



Pères et mères qui gâtent leurs 
enfants, sont damnés d'avance 
(dès ce monde). 

Tad ha mamm a lez bugel, 
A zo daonet araok merteL 



Digitized by VjOOQ IC 



il 



La souffrance douue la stgesse 
(la prudence), et le travail pé- 
uible, donne la fortune. 

Bed eo gauzanc ia aaota êl-ianty 
Labourât tenu {C) da c'hounit 
arc'hmt. 



Vivre petitement. 

Bfva hep larda^ (lariaat^ serait 

plus juste.) 
Ha chmm er sav hepharpa. 



Ponrplaîre à tous, -* îl faut 
être sage et fou. 

Evit plijoul (f ann holl, 
E%eored bwi fur ha foU, 



Fleurir en Mars, se nouer (se 
former) en Avril, ne vaut rien 
pour la récolte des fruits des 
arbres ; mais les fruits qui ont 
knr floraison en Avril, et qui se 
nouent en mai, seront assez abon- 
dants pour remplir nos corbeilles 
(nos tabliers.) 

Bleunvi e meurs, furmi enn ebrel, 
E^Ê% or re-u ne veémp kH gneU. 

(MelioreSy meilleurs.} 
Bleunvi enn ebrel, furmt e mae, 
Enz ar re^ e kargimp hor %ae. 



Des biens acqoispromptement 
s'^rrainent (se dissipent) rapi- 
dement. 

Maéau deuei prouni, 
Buhan e tiuUont. 



Quiconque travaille de tout 
cœur et sérieusement, ne mourra 
jamais de faim. 

Nep a labour start hag a-galoun^ 
Ne varvo nwrse gant ann naoun. 



Un peu d*eau seulement sépare 
la propreté de la saleté. 

iVeu» netnet eux banne dour. 
Etre neat ha loudour. 



H Tant mieux persister (conti- 
nuer), que de s érater. — Il est 
plus aisé do continuer que de 
s'érater. 

Eeo^h eo kendertfhdy 

Eget difeltfhel. {Difek'hel, pour 
difekhay est ici employé par 
licence poétique.) 



Trois choses £e rencontrent 
communément, ou facilement : 
de Teau, des gens nu-pieds, et 
des individus sans gite. 

Donr^ baie diarc'henn halojaer 
meaz, 

A vez havet e pep leac'h. 

(Pir IkMct, «1 bretoo« «m oertaiM cootoBiADce 
duM les rimcf , tnfat.) 



Bon chien, chasse de race. 

Divar gaz ne vet nemet haz, 
Hadivar logoden ne vez morse ra%. 



Digitized by VjOOQ IC 



38 



L*oavrage n*aTauce pas moins, 

Krce qa*on s*attarde à prier à 
Iglise, pas plus que la course 
n'est ralentie, parce qu'on s'ar- 
rête en route pour donner de 
Tavoine à son cneTal. 

DakennîlH,pechoumdareikere% 
Neradaten be%a var-lertfh. 



Le pain le mieux Roùté, est 
celui que Ton gagne à la sueur 
de son front. 

Ar guella bara da %ibri 
A vez gùunetet o (fhofiezi. 

Travaille de ton mieux, mon 
ami, (pendant que tu le pourras) 
dans ta vieillesse tu te reposeras. 

Labour, migtumn, endra (fheUi, 
Pa vezi Aos ec'h ehani. 



De la Cbarité, plein la main, 
vaut mieux que de Tor, plein un 
four. 

Quelloc'h eo karanlez, lei% ann 

doum, 
Evit aour melen, leiz ar foum. 

Travailler modestement, est 
une chose excellente. 

Labourât hep klask meuleudif 
A 80 labour txxd dreiti pep htni. 

Ce ne sont point les cheveux 
blonds, nilabeauté quifontbouil- 
lir l'eau dans la marmite. 

Ne ket bleo melen ha koantiri, 
Eo a laka arpodda virvi. 



Aimer tout le monde et tra- 
vailler, voilà le bonheur dans 
toutes les conditions de la vie. 

Kareî ann hoU ha labourât, 
A laka euruzepep siàd. 



Un bon voisin vaut mieux que 
des parents éloignés. 

Eunn ameufi mad a so guell, 
Evit ne d-et> kerent chbell. 



Le mari ivrogne et la femme 
passionnée pour le jeu, sont la 
ruine d'un ménage. 

Eur goa%, dré'n em veêoi, 

Eur c'hrek dre cboari, 

A skar% buhan madou ann tL 



Il faut agir avec prudence, 
pour éviter tout écnec, tout 
malheur. 

Araok lammel, gouez e peleaifh, 
Evit na dorri na penn na breac'h. 



Prendre, sans retour de recon- 
naissance, c'est se créer des en- 
nemis; mais accepter une faveur» 
un honneur, et le rendre, c'est 
se foire des amis en tous lieux. 

Ann $iep a gemer hag aro, 
En devez mignouned epepbro; 
Ann nep a gemer haneroka. 
If en devez mignoun ebed. 



Digitized by VjOOQ IC 



39 



Se coucher sar sa 8oif , c*est se 
trouTermicux portant à son lever 

^tm nep a gousk var he %e(fhed^ 
En devez muioc'h a iec'hed. 



Vin sur lait, c'est bienfait ; — 
Lait snr vin, c'est du venin. 

Eva guin gouie ka%, 
A UMmndeneaz; 
Eva Uaz goude gnùi^ a zo hinim. 



A ree des richesses et des hon- 
neurs, de saint on devient diable. 

Ar madou bra^, ann henoricuy 
Eu% a %efU a ra diaaulou. 



Biens mal acquis sont très diffi- 
ciles à conserver. 

Ar madou a%eudre annhetUfall, 
A %o diea^oi da ùouaU. 



Il Tant mieux instruire l'en- 
fant que de ramasser pour lui de 
la forlnne. 

Gneïl eodeskimabik bihan, 
EgH daUum maâou detkan. 



Quoiqu'on disent les insensés, 
rinstruclion vaut bien Fargent. 

List da Uwara ann dud diekiant; 
De9haiure% a dalv arc'hanl. 



L'instruction vaut mieux pour 
les enfants que des rentes. 

De$kadwe% d^ar vugale, 
A %û guelloc'h evit lefoe. 

Les rhumatisants mangentbien, 
tout en se plaignant. 

Be%afantarremm, 
Dibn boued ha klem. 

La sagesse veut qu'on s'ar- 
range, quand il est question de 
procès. 

En em alevet a zo furenUz, 
Pa ve% Hano a brose%. 

La sagesse, ou l'expérience 
acquise à ses dépens, est la meil- 
leure de toutes, (pourvu qu'elle 
ne coûte pas trop cher.) 

Skiant prena, 
Eoarguella, 
{la nemeî regerew kousteî.) 

Boire et manger, maintient la 
solidité d'un homme : mais boire 
sans manger, cela le tait tomber. 

Ann tamm haq d kmm^ 
A sak'h ann den enn he bUmm. 
Allomm hep annîamm,arod*ann 
denlanun. 

Ce que trois personnes savent, 
n'est plus un secret. 

Ellea(fhmave2trij 
E vez touH ann ti. 
Arpez aoarjriy 
Ne choum het pell enn ti. 



Digitized by VjOOQ IC 



40 



Le blé noir, s'il Tosait, germe- 
rait en une seule nuit. 

Ar gtiiniz du, panefedemez, 
A zioanfe enn eunn nosvez. 



Supporter le temps et les 
hommes sont deux choses néces- 
saires. 

Gouzanv ann dt^d kag ann amzerj 
A zo daou dra red da ober. 



En ne travaillant pas, — On 
ne se casse pas les bras. 

Anez labourât, breac'hdidorr. 



Femme qui travaille à son 
ménage, n'est guère l'objet des 
cancaus. 

Greg hag a labour enn he zi. 
Ne vez nemeur hano anezhi. 



Nécessité n'a pas de loi. — Con- 
tre la force, point de résistance. 

Oc*h red n'euz harz ebed, 
Nemel choum a-zav a-greiz redet. 



Où il y a des cochouSi il y â 
des grognons. 

Var-dro ar moifh, 
E vez soroc'h. 



Hâter ne fait pas toujours arri- 
ver. — Pierre qui roule ne ra- 
masse pas de mousse. 

Rodik a dro, 
A ra bro; 
Rodik a red 

Ne bad ket 
Kofiimed-e-kammed, 
E reer tro ar bed. 
Ne dalv ket mont d'ar red, 
Guello(fh eo mont abred. 



Plus la colline est haute, plus 
le pâturage est maigre et courL 

Seul ma vez hud ar §r&fhem, 
Seul dreutoc'h a^ze e vez ar kU' 
ren. 

(G'ett par licence qa*on met peuren pour peuri.) 



Toute femme malpropre trouve 
appétissants les mets qu'elle a 
préparés. 

Pep hudaurenn, 

A gav mad he (fhetisteurenn. 



n n'y a pas d'effet sans cause. 
(U n'y a pas de fumée sans feu.) 

N'euz ket a voged hep tan. 



Honneur et aise^ ne partagent 
guère la même chaise. 

Eaz hag henor. 

Ne vezont nemeur car ar memez 
kadùr. 



Digitized by VjOOQ IC 



il 



CeUil qoi |>réteiicl tout savoir, 
mcmlre ainsi qu'il est le plus 
\giiorapt. 

Àim mêp m lamr ê d'heur p^ ira^ 
A zitkomz $x eo aitn asfna. 



Je sois sans mesure en tout, 
trop lent ou trop pressé. (L'excès 
nuit en tout.) 

Pa'z «n, éz ann a^gas ; 

Ua pa dununmn, e choutmmn 

(Be a bep Ira a zo fall.) 



A force dMnstances on réussit 
daus ses affaires. 

Opedi hag oc'h erbedi^ 
E ttz great or (fhefrtdi (la com- 
mission.) 



Quand il y a lieu de perdre, il 
yrmai mieux perdre la moitié que 
le tout. 

Pa vez tro da goUy 

Eo guelloç'h hanter eged holL 



Les longues reilles nuisent à 
la santé. 

Ne ket iafhuz bellla pell ; 

C^mgJ mtûM t»M IX. eUï ÉÊààjJl 



On dépense en voyage, et le 
double en ménage. 

Dtipiçn a remr o votU «nu h$f(U, 
Hag terifhel H, daou dhêment. 



Il n'est point de si grand sot, 
(de si mauvais sabot) qui ne trou* 
ve son pareil. 

fTmkz iit a fûx^wiêz, 
Ka gwo he forez. 



Tout chemin mène à Rome, 
pourvu qu'ailleurs, point on ne 
chôme. 

tfeuz hêfU Mgoêda Ikmm, 
Nemet e teae'h-aU $ rcmkfêi thêum. 



Quelle bite tu aa de me ren- 
voyer, pour qu'un autre vienne 
me remplacer ! 



*has. 



Haq a vaU az peuz d'am c'h 
Emi immi euwn aU em /bi. 



C'est plus facile de chercher 
que de trouver. 

Ar chlask a zo frank ; 
Mes, ar c'haout, ne ket stank. 
(Ann toutt e-biau a zo frank.) 



11 y a plus de monde à se noyer 
daus les verres (la boisson) que 
dans les rivières, 

Àliesoc'h a hini a vez beuzet er 
Eged er tter. 



On a toujours plus de bien que 
de vie. 

Aîao $ vez nmioc'h a zanvez, 
Eged a vuez. 



6 



Digitized by VjOOQ IC 



iS 



Un jeune homme très pares- 
seux se ménage des misères pour 
sa vieillesse. 

Dm iaouank karget a ziegi, 
A lastum poan var-benn lie gos^ 
ni, (Tr.) 



De tout poil, bonnes bètes ; de 
tout pays bonnes gens. 

A hep Uoti, mari^h mad ; 
A bip brOy tui deread. (Tr.) 



Toute chose, tout individUi a 
ses défauts. 

La perfection n*est pas de ce 
monde. 

Ifeus nikun hep he fazi ; 
PTeuz den na ira hep he xi, 
E'ieaifh unan, daou ha tri. (Tr.) 



Trop gratter cuit ; trop parler 
nuit. 

Re grafai a boaz ; 

Re gaozeal a noaz. (Tr.) 



Le temps, le travail, et la pa- 
tience Tiennent à bout de tout. 
(Labor amnia vincU... Improbus^J 

Ganiar boan hag ann amzer, 
A'benn abeptrae teuer. 
GarU kolo hag amzer, 
E tetida eogi af^^mesper. (mû- 
rissent les nèfles. Le mot dure- 
viy serait plus juste que eoai.) 
Gant ann amzer hag ann avel, 
Ez a peb anken var ho dUmaS' 
keU. (Tr.) 



Tout n'est pas rose dans Tétat 
de mariage. Il ne faut pas se faire 
illusion, ni regretter trop tard. 

Sonjd ara,hada zanjd en deuzy 
Mar dimez er bloa^ma, er bloaz a 
zeu en devezo keuz. 



La vérité déplaît fort à qui- 
conque se sent coupable. 

Ar virionez a zo kasauZy 
Vann nepa zo kabluz. ( Le mot 
kabluz est peu usité.) 



Un tu tiens, vaut mieux que 
deux tu auras. 

Eur c'had tapet, 

A dalv muioc'h egel diou o redet. 



Les biens acquis par les prêtres, 
ou volés aux prêtres comme la 
paille de blé noir, vont chaque 
lour en diminuant. (Allusion à 
la Révolution française et aux 
parents des prêtres, non assez 
chrétiens, pour faire un bon 
emploi de rhéritagc que leur 
laissent ceux-ci.) 

Madou beleien ha kolo guiniz^u, 
A ia bemdez var ziminu. 



Quand on parle du loup on en 
voit la tête ou la queue. 

Pa gomzer euz ar bleiz. j 

E vêler he benn^ peh^hstpehe 
greiz. 



^«^ f^xu,'U^ 'i-M fiANT c'tvT ^<w «A t^'^Î^O'L/ 

Digitized by VjOOQ IC 



43 



ERRÂTx\ do Dictionnaire Français et 

de H' TROUDE (Édition de 48«9.) 



a ' 


1 


UGNBS 


Au lieu de 


Un 

eftcer 

onitiooter 




3 


2 


20 


ho hein 


lire 


ho c'hein. 


5 


i 


30 


hisiou 




gisiou. 


9 


2 


30 


Bar tersienn 




barr tersienn. 


M 


2 


iO 


eo sklear he o- 
badenn 




sklear eo he ahadenn. 


30 


2 


10 


ar gerbl far 
gwerbl (T). 




ar verbl (L.C.),— ar werbl (T). f. 


36 


2 


43 


pep eil tro 




pep eil dro. 


45 


i 


48 


dine&han (V). 




dwec'han. 


72 


i 


15 


bevez (aubaine 
en français) 




chans'kaer, - taol chans, - tro^ 
vad; {bevez, veut dire coupable.) 


79 


1 


46 


eur ^hafer 




eur c^hrafer, — eur ^hraver. 


86 


i 


43 


bailler aux cor- 
neilles 


•••••• 


bayer aux corneilles; (Voy. Dict. 
Troude.) 


93 


i 


29 


duat 


effacer 


Ce mot est à supprimer, en ce cas. 


94 


.2 


40 


a damanto{T.) 


lii^ 


a zamanto ( L. G. ) à cause de 
reupbonie. 


100 


2 


25 


flach 




flac'h. 


102 


1 


39 


amannenna 
(beurrer.) ▼. a. 


ajouter 


le substantif masculin est ici, a^ 
manenn{m): - amann se dit aussi. 


110 


2 


20 


ken nastrakle 


lire 


ken a stakle. 


114 


2 


28 


enn naou du 




enn deum du. 


120 


i 


8 


hoU zeiziùu 


• • • • • t 


holl deisiou. 


140 


i 


7 


8kolk(Ueki%{T) 




skol gatekiz, à cause de l'eu- 
phonie (L.) 



Digitized by VjOOQ IC 



44 



i 


! 


UGNES 


Au lieu de 


elfacer 




144 


1 


15 


davancher 




tavancher. 


149 


2 


33 


ankenn 




anken. 


166 


1 


20 




i^outer 


ar gùvi autre plur. irrég. de 
gaor (chèvre). 


167 


1 


46 


birvi^enn 


lire 


hiakoaz. 


169 


2 


7 


a serr (T) 




a zerr (L), à cause de l'euphonie. 


173 


1 


21 


krabanad (m) 




krabanad (f.) 


177 


1 


34 


frell 




fraill (f.) 


184 


2 


35 


gaset 




diga^et. 


m 


2 


53 


ar glifierm 




ar i^hiinenn, ( f. ) à cause de 
reuphonia. 


20^ 


2 


51 


hen ke aiep 




enn he eneb. 


206 


1 


37 


ma'z ôa 




ma ooy eu m'oa. 


aii 


3 


91 


iér-hcm 




foran. 


214 


2 


3 


Sedanik 




Sidanik. 


215 


2 


17 


gociskadenn 




goaakedenn glujiri (L), à cause 
de re«phoiki6w 


216 


2 


33 


eU trou&h 


lire 


EU drtmc'h. 


218 


1 


22 


irez 




très. 


226 


2 


45 


huc'h 




huch (C.) 


227 


1 


39 


c'hintal 




chintal* 


233 


1 


54 


griottmneh 


ajouter 


griaimneh (L,) 


236 


1 


34 


eur gwallÇT). 


lire 


eurwall (T) — ou eur aaU (L.) 


241 


2 


i 


dibourka 




dibourcha. 


247 


2 


29 


dizempîaat 




dizempla. 


259 


1 


37 


lezet oher 




lezet da oher. 


277 


1 


41 


dibunarez 




dibunerez. 


291 


1 


29 


a&hanen 




ac'hann. 



Digitized by VjOOQ IC 



46 



1 

307 


1 


UQIIS 


An Ken de 










38 


mmmmt 


amenai. 




319 




40 


curtmtt 




eur Mme. 




âS9 




36 


aImMna 




e taiMNiv. 




330 




8 


okant 




eAoftf. 




S93 




45 


oe% ar vrann 




o^h ar vronn. 




335 


1' 


14 


$klaf 




skalf. 




338 i 


34 


he ehiaeh <f>. 




hegbK^hlfU[\9aiid'm homiQt.) 




an 


t 


39 


ilM kaUàiz {1.) 




$M gatekit (à eanse de l'rapho- 
nie.) 




312 




S» 


troet 




droee. 




S50 




30 


(T) 




phonie.) " 




357 




43 


0^r99^ 




6rwwt. 




36S 




39 


MPII0SIV 




loiMVNf (ft ciase de t^apboniê.) 




380 




« 


farce ^^ fard, {eu 
ftMfafo) 




fan (en fhoiçais; ear 11 s'«gH dVn 
Bteli èntoK.) 




392 




i4 


pieté (60 françiâs) 




pitié (en fhiiçaia^) 




394 




15 


or vamm jKt- 




ar vamm habaour ( à ctu^e 4e 
reuphonie.) 




39« 




» 


m- 




phonie.) 




395 


Q 


i7 










388 


a ■ 


44 


talm-tan. 




talm^an (i cause deVeuphoaie) 




406 




39-40 


daon'4tmtn 




dam-€^fmU€. 




408 




« 


iHMMt 


♦ •♦••♦ • 


• JbMtfivt. 




413 




28 


k^tlmt 




prahanê. 




4n 




\ » 


émm 




4kirM. 




«0 




36 


dsrwwla 




(2ey«0<a. 




430 


3 


90 




^bii^tf.) 





Digitized by VjOOQ IC 



46 



431 
433 

442 
449 
469 



UGNES 



471 


1 


471 


1 


474 


1 


475 


1 


483 


2 


489 


2 


508 


1 


514 


2 


514 


2 


523 


2 


526 


2 


532 




539 




543 




569 




991 




506 




597 




600 




601 


2 


608 


1 


608 


2 


622 


1 


032 


2 



45 
33 

18 
10 
11 
25 
34 
1 

33 
31et32 



16 
29et30 



29 
46 
21 
28 
19 

28 

25 
1 

17 

45 

5et6 



Au lieu de 



penn-paotr 
eur gwall-bez {T) 

kroum 
rann (grenouille) 



Lire 



hucher 



35 



41 



d*id-te 
en em savetei 

vremenvan 

goro 

melennard 

bourenn 

lenn hraz 

kana (chanter) 

kiezez 

ar c'hoat 



mouet (adj.) 

eurzeurennadÇT) 

e varvche 

milin paper 

lec'h'lec'h 

krogenperlei, — 
loupenn perlez 

pa^ano (quand 
il chantera) 

fu>a%'puUl 



lire 



ajouter 

effacer 

lire 



ajouter 
lire 



ajouter 



ajouter 
lire 



penn-baotr. 

eur wall-bez — (T), eur oalUhez 
(L), à cause de l'euphonie. 
groum (f.) 
rann (m.) pi, éd. 
Voy. Percher. 

mezuz (parlant des personnes.) 
meiék, 
hurcher. 

mot^z {humide), parlant de linge, 
d'id'de. 

en em zavetei (à cause de Teu- 
phonie.) 

tremenvan (m.) 

c'horo (à cause de l'euphonie.) 

melenard (jaunâtre. ) 

dourenn (f.) 

lenn vraz (à cause de l'euphonie) 

kanna (hattre.) 

hiezed, 

ar c*hoad. 

targizien (autre forme irrégu- 
lière de pluriel.) 

se dit, en parlant du linge hu- 
mide ou motte. 

{ff avant T. 

e varfe (conditionnel futur.) 

milin baper (à cause de l'euphon. 

loc'h'loc'h, 

krogen berlez ( à cause de l'eu- 
phonie.) — Loupenn berlez (à 
cause de l'euphonie.) 

pa c^hanoy (quand il naîtra) par 
euphonie. 

noaZ'pilL 



Digitized by VjOOQIC 



47 



1 


dil 






Lire 






% § 


UGNE8 


Au lieu de 


dbcer 






£ g 






oviIjoBter 






626 2 


4 


anner 




annev. 




\ 


628 


i 


42 


ar c'houeza 




(ir (fhouesa. 




\ 


645 


1 


51 


pe dispar 




pe zispar. 




! 


646 


2 


2 


ann env 




enn env. 






648 


1 


27 


kùz-draou 




koz-traau. 






669 


2 


50 


ez oa 




e oa. 






672 


2 


14 


geod 




geot. 






674 


4 


18etl9 


goulennoc*hu,b, 
(interroger) 




goulenn digant u. b. (demander 
une faveur à q. q.) 






687 


2 


4.6.8.i0 

u.ii.ao 

81.33.3$ 
37.39. 




effacer 


un des deux m, parée que le mot 
dérive du grec klamao, je crie, 
ou du latin clama. 






609 


4 


28 


housadik 


lire 


houpadik. 






n» 


1 


21 


e tigasfemp 




e tigaschent (3* pers. du plur.), 
conditionnel futur. 






736 


2 


41 


mad 




vad. 






778 


4 


90 


eneou gollet 


•••••• 


eneou kollet 






779 


2 


43 


herzel hoc'h 




herzel o<fh. 






786 


2 


53 


soubla 




soublaat. 






790 


4 


22 


ne deux het (ne 
fond pas) 




ne d-euz het (n'est pas, — n'a 
pas.) 






«07 


4 


38et41 


guezen sapr 




guezen zapr feur vezen zaprj, 
par euphonie. 




\ 


m'a 


3 


34 


morgadenn 


effacer 


un des deux n, et dire morgaden. 




828 


4 


24et25 


dalar, - dalarou 


lire 


talar, — talarou. 




\ 


829 


2 


5 


ar zouc'h (le soc 
de charrue) 




ar 80uc*h (m.) 




i 


829 


2 


35 


arzec'h€d{t) 




ar sec'hed (m,) 




832 


2 


37 


pronom possessif 




acUectif possessif. 






832 2 1 17 


bar 




barr. 




\ 86l| i 29 


krabanad (m) 




krabanad (f.) 




' 1 877| 1 37 


daim kurun 




daim gurun (par euphonie.) 




/878/ i 22 


dre gaou 




dre (^haou (par euphonie.) 




f< 


ml 


2| 


20 1 


drema'z oa 




dre ma oa, /^ou, dre m*oa.J 





Digitized by VjOOQ IC 



\ DigitizedbyGoOQle 

II 



49 

INTRODUCTION 



CHAPITRE I. 

»e renpitonie, ou des letires muables, en breton. 



ARTICLE I . — Permutation après les articles. 



RÉÔLE lire. Après ann, eunn, enn, le i se change en d, dans les noms et 
adjectifs féminins singuliers ; Ex: tiroir, tiretenn; le Uroir, ann diretenn; un 
tiroir, eunn diretenn; dans le tiroir, enn diretenn. Tendre, tener; le plus 
tendre, ann denera; dans le plus tendre, enn denera. 

Nota benè. Les noms féminins pluriels gardent leur initiale propre : les 
tiroirs, ann tiretennou; dans les tiroirs, enn tiretennou. 

BÉCLE 2e Après ann, enn, le t se change en à, dans les noms mascuUns 
pluriels qui désignent des personnes : Aubergiste, tavamaur, (G); les auber- 
gistes, anndavamourien,. 

N. B. 40 Les noms masculins pluriels, qui ne désignent pas des person- 
nés, gardent leur initiale propre : tour, tour; les tours, ann touHou; dans les 
tours, enn touriou. 

Exception : Père, tad; témoin, test; Turk, Turk. On dira donc : les pères, ann 
tadau; les témoins, ann testou; les Turcs ann Turked; dans les pères,' enn 
tadou; dans les témoins, enn testou; dans les Turcs, enn Turked. 

N. B. 20 Parfois, à tort ou à raison, après l'article ar, les noms singuliers 
masculins commençant par g, changent g en c'h : bouche, ginou; la bouche, ar 
c'hinou; genou, glin; le genou, ar c'hUn. On ditplus souvent : ar ginou; ar glin. 

BÉ6LE 3e Après ar, eur, er, le 6 se change en v, le k en g, le g en Ch, le 
gw en w, le m en v, le p en 6, et le s en z, dans les noms et adjectifs fémii^ns 
singulieis : baquet, haraz; le baquet, arvaraz; un baquet, eur varaz; dans 
le baquet, er varaz. Brouette, /carrigell; argarrigell, eur garrigell , er 
garrigell. Grâce, gras; la grâce, ar c'hras,'e\c... Arc, gwarek; Tare,' ar 
ware/r, (T) etc. . . Gant^^naneA; le gani, ar vanek, etc. . . Prière, pedenn , 
la prière, ar bedenn, e!c... Robe, sae ; la robe, ar zae, etc.. Tranquille- 
sioul ; la plus tranquille, ar zioula, etc. etc. 



tU-'.V 



Digitized by VjOOQ IC 



50 

N. B. i» Dans 6/oflr, année (an), le h ne varie pas dans les noms de 
nombre, jusqu'à cent, excepté pour les nombres 1,2, 10, 15, 20, 100. ' 

N. B. 2o En Léon et en Comouailles, on met gu, ou go, pour gw, (qui est 
propre au dialecte de Tréguier.) 

N. B. 3<> Le g ei\e d ne varient pas : vache sauvage, bioc*h gouez; mauvais 
temps, amzer diez; cruel sort, ijlanedenn garo; une vilaine chose, eunn dra 
divalo; une vraie cliarilé, eur guir garantez. 

N', B. 4o On dit aussi : ar zul, le din^anche ; le sacrement, ar zakramant ^ 
ar zorif le sort ; ar zadorn, le samedi, (au lieu de ar $ul, ar sakramant, ar 
soH, ar sadorn,] qui sont cependant du genre mascuhn, en breton. 

On dira de môme : ar plac*h (f.), la fille ; eur plac'h, une fille; er plac% 
dans la fille. — Ar inarc*hadourez (f.), la marchandise, (ce mot est ici un 
féminin pluriel, ou est un nom collectif.) Les mots : ar varc*hadourez, 
(féminin singulier), signifie rigoureusement : la marchande. De même encore, 
on dira : eur potenn (f.), et non eur hotenn, une serrure. 

N. B. 50 Avant les mots commençant par i, suivi d'une autre voyelle, on 
met toujours, ar, eur, au lieu de ann, eunn : la poule, ar xar ; une poule» 
eur xar. 

N, B. 60 Quand un génitif complément suit immédiatement le nom, on 
met e au lieu de er, dans les mots commençant par i, suivi d'une autre 
voyelle : dans la poîile de Jean, e iar lann; mais on dira : er iarvraz, dans 
la grande poule ; voyee Article II — Particule var. 

N. B. 70 Les noms masculins qui ont k pour initiale propre, changent celte 
initiale en c% après ar, eur, er, et au singulier et au pluriel : charron, karrer; 
le charron, ar c*harrer; les charrons, ar c'harrerien, etc. . , 

^. B. 80 liCs noms masculins qui ont k pour initiale propre, peuvent avoir 
c*hf ou g, après ar, er, pour initiale, s'ils désignent des personnes : les 
cordonniers, ar c*hereourien {ar c'hereonj, ou ar gereourien, etc. . . 

N. B, 90 Les noms féminins pluriels gardent leur initiale propre, après 
ar, er, excepté les noms commençant par k. Dans ce dernier cas, le k se 
change en c*h, après ar, er : les baquets, ar baraziou ; dans les baquets, 
er baraziou. Les cœurs, ar ifhalonou; dans les cœui^s, cr clwlonou, etc.. 

N, B, IQo II y a deux cents ans, on mettait ann, ou an, au lieu de ar (le, 
la, article défini), devant les noms masculins commençant même par une 
consonne; Ex : Prad-an-roz ; — Pen-an-roz. Aujourd'hui an, au lieu de ar, 
ne s'emploie que dans les noms compostas, excepté dans le Tréguicr et dans 
une partie de la Comouailles. 



Digitized by VjOOQ IC 



51 



BÉ6LE 4« Après ar, cr, le 6 se change en v, le h en g, le g en c*h, gw en xv, 
menv, p en b, et s en z, dans les noms pluriels masculins qui désignent des 
personnes : juges, hamer ; les juges, ar vamerien ; dans les juges, er 
vamcrien', chercheur, hlasker; les chercheurs, ar glaskctnen; français, gail; 
les français, ar c*hallaoued; tisserand, gwiadcr (T); les tisserands, ar 
wiadeiHen {7); merer fmevourj, fermier; ar vererien ^ar vcrourienj, les 
fermiers ; pauvre, paour; les pauvres, ar heorien ; (en Tréguier . ar bcrien.J 
Siliaouer, pécheur d'anguilles ; ar ziliamterien, les pêcheurs d'anguilles. 

Exception, 1» Mear, maire ; les maires, ar meai*iou (or meriouj, et non, 
arveriou, les maires. De m^mo on peut dire : armipien pour ar vipien, les 
flls ; ar breudeur, au lieu de ar vreudeur, les frères ; ar pibicn (T), ar 
pabed pour ar babed, (ar bipien T.) 

Exception, 2o Dans goazed, hommes, le g initial de goaz^ homme, est 
conservé. On dit aussi : ar voazed, les hommes. 

iV. B. Les noms masculins qui ne désignent pas des personnes, gardent 
leur initial propre, et au singulier, et an pluriel après ar, er : le bât, ar bas; 
les bâts, ar basiau. 

Exception : Les mots commençant par k, font fléchir leur initiale : les 
charrettes, ar c'Atn'i. Il en est de même pour mein, des pierres; car on dit : 
ar vein, les pierres. 

RÈGLE &« Quand il y a deux noms de suite, dont le premier est féminin 
singulier et a le second pour complément, le nom complément change, de la 
manière suhrante son initiale forte en faible, c.-à-d. : b se change en r, k en 
g, g en c'h, [gw en w) (T), m en v, p en &, t en d ; Ex : bras, breac'h ; mal 
de bras, poan vrea&h; doigt, biz; mal de doigt, poan viz; gwalenn, anneau; 
gwalenn vi% (T), anneau pour mettre au doigt; farine, bliud; une boisselée 
de farine, eur boezellad vleud; cœur, kalon; mal de cœur, poan galon; 
chaîne, chadenn; chaîne d'attache pour le chien, chalenn gi; froment, 
gmniz; endroit, ou parcelle, sous froment, tachennad winiz (Tj; vin, givin (T); 
un verre de vin, eur werennad tvin (T) ; Sang, gwad (T.) ; goutte de sang, 
takenn wad (T); — sang, goad (L. C.) ; beradenn voad ; drap, mezer ; une 
aune de drap, exir walennad vezer (Y) ; Pierres, mein ; un toit de pierres 
d'ardoises, eunn doenn vein ; patates, pataJtez ; un sillon sous patates, eunn 
ero batatez; garçons, paotred; une bande de garçons, eurvandenn baotred; 
feu, tan; une étincelle de feu, eur fulenn ilan (T. C. V.) En Léon on dit : 
elfenn dan. 

Exception, i<> On dit cependant : Sant-Vate (et non Sant-MazeJ, Saint- 
Mathieu ; Ascension (la fêle de T), ar laou-Dask ; Sul-Fask, Dimanche de 



Digitized by VjOOQ IC 



98 

Pâques. On dit également, ar Zul-Fask, ou ar Ziil-Bask, le dimanche de 
Pâques ; le mardi de Pâques, ar meurs Fask, quoique les mois précédents 
soient des substantifs masculins. 

Exception, 2o On dira encore : bennostoue ! ou benostoue ! merci ! au lieu 
de : Bennos Doue (bénédiction de Dieu), parce que les lettres fortes, comme 
les lettres faibles, s'appellent entr'elles. G*est ainsi qu'on dira : bag treiz, 
bateau de passage ; bagad pesked, batelée de poissons ; boestlad maçUgou, 
boîte remplie de bonbons ] liasennad biUxin, blague pleine de tabac ; bmm- 
tellad bleud, un tamis fin, rempli de farine ; guerennad doiir (L.), verre 
d'eau; kaouad tersicnn, accès de fièvre; boutaillad guin (L.); on dit parfois : 
eur voutaiUad zour, une bouteille d'eau ; eur voutaillad vin, une bouteille 
de vin ; voy. dictionn. Troude, pages 16-17. 

Exception, 3» Les mots terminés en b ou en p, en k ou en g, en d ou en t, 
en f ou en r, en ch ou en c*h, en s ou en s ou. bien en y, ne font pas varier 
les initiales k, p, t, qui viennent dans les mois suivants ; car ces trois der- 
nières initiales rie fléchissent qu'après les voyelles ou les lellriîs finales ?, w; 
n, r ; voy. art VII, no 9, et le mot adjectif, chap. II, no 29 et suiv. 

De même, les noms terminés en k, c% d, t, z, devant les initiales k, d^ p, 
s, t, c*h, ne varient pas. Ex. : un peigne en bois, eur grib kocU, et non eur 
g}Hb goat; une écope de châtaignier, eur s^op kisHn; une presse en coudrier, 
eur tvask-kclvcz (T.) ; un chargement de noix, eur garg kraon ; une 
brouettée de peignes, eur gm^gellad kribou ; un lléau en châtaignier, eur 
c'huist kistin ; une grange en bois, eur c'hranch koat;\ir\e huche (un coffre), 
en bois de cerisier, eunn arc'h kerez; un escalier en bois, eur vinsfcoat (T); 
une vente de poids, eur werz poezioU (T.) 

ARTICLE II. 

RÈGLE l*fc. Permutation après les particules a; aba (ou mieux abaoue^ 
devant un nom ou un adverbe, abaoue ma devant un temps du verbe, avec 
affirmation, depuis que, et abaoue na suivi d'une négation); da ou ta; arre; 
dam (dem); hem (ken) ; sHl; Aos; krenn; daou; diou; d\; divar; rfre; eil; 
endra; en em; en etir; gwall (T.), goall (L.); gour; ec'h; hanter; na; ne; 
pa; pe ; penn ou pen ; peuz ; peur ; ra ; re ; seul ; var ; he ou hen, le b se 
change en v, le A; en gr ou en c'h, le d en %, le g en c*h, gwen w, nr en v, 
/) en 6 ou en f, t en d, « en », m en v, 

EXEMPLES : — A — Tas, bern; en tas, a-vern; gauche, Meiz;,k gauche 
a-glei^; droite, deou ; à droite, a-ieoi^; bouche, ginou; de bouche a-c*/wnou; 



Digitized by VjOOQ IC 



sa 



vue, gwel (T.) ; de vue, visible, visiblement, a-tvel (T.) ; bon, mad ; toul de 

bon, a^vad; loin, pell; de loin, a-bell ; morceaux, tammoii ; par morceaux, 

a-dammou : sève, saour (T.) ; il n'y a pas de sève, n*euz /et a %aour {a zeo L.) 

En Tréguier on n'adoucit pas le d, dans les verbes, après la pnilicule a : a 

deu, vient, et non a zeu. Voy. Introd. eh. II, n» 98. — Aba — Marcher, baie; 

depuis qu'il marche, aba vale ; — Voyez la Règle, ci-dessu», au mol aba. — 

Envoyer, fias ; depuis qu'il envoie, a 6a gas ; apporter, digas ; depuis qu'il 

apporte, aba ixgas ; Crier, gai^nùy ou ga^miat (T.) ; depuis qu'il crie, aba 

ciiam\: pleurer, gwcla (T.) ; depuis qu'il pleure, aba wel. — Madi, couper 

le blé ; aba ved, depuis qu'il a l'habitude de couper le blé ; pedi, prier; aba 

î>eU, depuis qu'il pratique le devoir de la prière; tec'hat, fuir; aba dec'h — 

aba dAic^h kuit^ depuis qu'il a l'habitude de tuir ; selaou — silaoUy écouter -, 

aba zclaou, depuis qu'il a l'habitude d'écouter. 

Di ou TA, — Bevay nourrir ; da veva a ?*inn, je te nourrirai ; da garet a 
ntin bepred, je t'aimerai toujoui-s, etc.. En Tréguier on n'adoucit pas le d^ 
après la particule c/a, Ex. : da dont, à venir ; da digas, à apporter. 

ÂR KE. — BUia^iy petit ; «r re vUian, les petits, etc, etc. 

DES (ou DAH, peu usité.) — Bruzuna, briser, — pulvériser; dem-vruzuna, 
briser à-demi ; dlgeri, ouvrir ; dem^zlgen, ouvrir à-moitié, etc. 

ERENN, complètement, — complet. — Krenn-baotr y complet - garçons, 
adolescent ; hrenU'VuZf bâton gros et court, — massue, etc., au lieu de 
kremî-paotr, et de krenn-baz. 

SKHi, à-demi. — S/nl-bavtr, à-demi gî-rçou, — fille garçonnière (fille qui a 
les allures d'un garçon) ; shil-drenk^ à-moitié aigre, — aigrelet, etc., au lieu 
de skil-paotr, et de skU-trenh. 

KEN (KEI), en commun, ensemble, avec. — Ken-vrcur, confrère; ken-veva, 
vivre ensemble, etc. . . 

KOZ, mauvais, en son genre. — Botez, sabot ; hoz-votez, mauvais sabot ; 
marc^h^ cheval ; koz-varc'hy mauvais cheval, etc. . . 

DAOU et DIOU. — Enr born, un bori,'ne ; daou vorn, deux borgnes ; eimn 
tarif un bossu; daou âort, deux bossus: maouez, feuime; diou vaoncz; deux 
femmes; ^-a se A:, jument ; diou gazeh, deux juments, etc... 

Dl, particule privative. — Kciloun, cœur; digcdomiy sans cœur, — sans 
courage, etc. . . 

DIYAH. — Gow^c, surface; dlcar-cliourre^ de dessus la surface, etc... 

DRE. — Bag, bateau ; dre vag, en bateau, — par bateau, etc. . . 

EIL. — Bara, pain; eil vara, deuxième pain; pennad, chapitre; cil 
bennad, deuxième chapitre, etc. . . 



Digitized by VjOOQ IC 



54 



ENDBÂ. — Beva, vivre ; endra vevo, tant qu*U vivra. (Keit lia ma vevo, est 
plus usité), etc. . . 

EN El. — Beva, nourrir ; en eni veva, se nourrir (T.( ; (tnaga , — en em 
vaga, sont plus usités)» etc. . . 

EN EUR. — Baie, marcher ; en eur raie, en marchant, etc. .. 

6WALL (T), — GOALL (L.) — Barn (f.), jugement ; gwall-va^m, — goall- 
vaim, jugement cruel; goall-domm, très chaud; goall-glanv, très malade, etc. 
/Goall, s'emploie seulement en mauvaise part.) 

GOUR. — Badezi, baptiser ; gour-vadezi, baptiser non solennellement, — 
Ondoyer. (On dit plus souvent kristena, rendre chrélien), — donner le 
baptême simple, (le baptême dans la maison, à la lettre : petit baptême.) 

HANTER. — Maga, nouriir; hante^^-vaga, nounir à-moitié, etc.. 

HE, adjectif possessif. — Saout, vaches; /le zaoïd, ses vaches; 6ti^e^, enfant; 
he vugcl, son enfant à lui ; hern, tas; tie vern, son tas à lui; Art, chien-y hegi, 
son chien à lui ; he eln, son chien à elle ; dotirn, main ; he zout^i, sa main 
à lui ; breur, frère ; he vreiir, son frère à lui ; gav, jambe; he c'har, sa jambe 
à lui ; karr, charrette ; he gm^^, sa charrette à lui ; /ic c'harr, sa charrette 
à elle ; pedenn, prière ; he bedeun, sa prière à lui ; he fedenn, sa prière à 
elle ; gwele (T.), lit ; he wele, son lit à lui. En Léon on dira : guele, — he 
vêle ; voy. article III, remarque II, et art. II, rem. III. 

NA, ou NE. — Beva, vivre ; na vevo ket, — ne vevo ket, il (elle) ne vivl-a 
pas. (Il est plus rationnel de mettre ne, que na, en ce cas, parce que na, 
s'emploie plutôt pour exprimer Fétonnement, ou comme forme impérative, 
ou comme conjonction.) — (Le verbe dleout, devoir, est le seul, dans le 
dialecte de Léon, dont l'initiale ne fléchisse pas après na, ou ne ; Ex. : ne 
die ket, ne doit pas.) 

PA. — Be%o, ou bo, en réponse, il sera; il y aura : ^ja reso, — ;)at'o, quand 
il sera, — quand il y aura. Katnz, parler; pa gomzo, quand il parlera, etc. 
(En Tréguier, on n'adoucit pas le d, après la particule pa ; Ex. : pa deuio, 
quand il viendra ; pa digouezo, quand il arrivera.) etc. . . 

PE. — Biocli, vache ; pe vioc'h ? quelle vache ? ' dsn, homme ; pe %en ? 
quel homme ? tu, c6té ; dioc'h pe du ? de quel côté ? — e pe du ? vers quel 
côté ? etc. . . Voy. N. B. IL 

PEUR. — Bouzaret , assourdi ; peur-vouzaret eo , il est complètement 
assourdi ; great, fait ; peur-c'hreat, complètement achevé. 

PEUX ( ou PENN G.) — - Bihan, petit ; peuz-vihan, presque petit ; penn-veo 
(C), presqu'îvre, (hazi, ou kaji, est plus usité; mais après ce mol, il n'y a 
point de permutation de lettres), etc.. Voy. N. B. VIL 



Digitized by VjOOQ IC 



55 

BÂ. — Beca, vivre ; ra vevo ! qu'il vive ! dontj venir ; ra zeuio ! qu'il vienne ! 
miret, préserver ; Doue ra viro ! que Dieu m'en préserve ! etc . . 

RE. — Braz, grand; re vraz, trop grand ; kalet, dur; re galet, trop dur; 
boug^ moelleux, souple; re voug, trop moelleux, ete... 

SEUL, tant plus. — Buhan, prompt; seu/-t'M/i«noc7i, tant plus prompt. 
^Cette particule ne s'emploie que devant un comparatif, dans une phrase où 
le mot plus est répété , et le sens alors est toujours un sens général . 
Ex : d'autant plus léger que c'est plus pelil, seul vihanoc'h, seul skanvoc'h; 
si Ton veut déterminer le sens, il faut prendre une autre tournure, et dire : 
seul-vui ez eo bihan va zok, seul-vul ez eo s.'.aw, plus mon chapeau es^ 
petit, plus il est léger, (en Tréguier : seul-vui ec*h eo, au lieu de seul-vui 
ez eo (L.) ; seul-vui e vez kucl ar grec'henn (seul ma vez hueloc'h ar gre- 
c'tietinjy seul dreiitoc*h e vez ar heurenn (licence, pour dire : ar peiiri, le 
pâturage), plus la colline est haute, plus le pâturage est maigre, ou court (Prov.\ 

WAB (ï.) VAR (L.) — Baie, être sur pied, — marcher, parlant d'un conva- 
lescent ; tcar vale etna brema, il est maintenant convalescent ; Voy. grarnm, 
Hin^. . . 

N, B. I. Quand le mot suivi de var (L.), est un génitif complément, la 
particule, ou la préposition var ne fait pas fléchir l'initiale du mot qui suit 
immédiatement ; Ex : Monter au haut du clocher, sevel var beg ann tour ; 
soldat (matelot) embarqué sur la mer de Brest, soudard (martolodj var mor 
Brest, tandis qu'autrement on dira : soudard var vor, parce qu'il n'y a pas 
de génitif complément à la suite. 

A'. jB. II. On dit cependant : c'houi pe me, vous ou moi, et non : e*houi 
pe re, selon la règle — Voy. pe. 

N. B. III. He, adjectif possessif, ou pronom de la troisième personne du 
singulier ; Voy. les exemples de la particule he, ci-dessus ; voy. N. B. 2® art. 
m, au mot he, 

N. B. IV Plusieurs mettent soit un n soit un r, soit un l, après he pour 
former ou distinguer le genre féminin : he liser^ son drap à lui, hel liseré 
son drap à elle ; he roujou, ses traces à lui, her roujou, ses traces à elle 
he findoZj son aiguille à lui, hen nadoz, son aiguille à elle — De môme on dira . 
he garet a rann, je l'aime, lui ; he c*haret a rann, je l'aime, elle ; he bedi a 
rinn, je le prierai 5 he fedi a rinn, je la prierai. En général on met hem 
(parlant d'un homme ou d'un nom masculin), pronom régime devant les ver- 
bes qui commencent par n, d, t, sans faire fléchir aucune de ces trois lettres ; 
Ex : me hen nac'ho; je le nierai; me hendiskaro, je l'abattrai; me lien tapo, 
je l'attraperai. Si l'on met /ic, au lieu de hen (m), le t et le d se changent en 
J et en J5; Ex : me he zapo^ je l'attraperai, elle ; me he Japo, je l'attraperai? 
lui, me he ziskaro, je l'abatterai, lui. 



Digitized by VjOOQ IC 



56 

N. B. V. On n'a pas à se demander quelles espèces de mots sont les par- 
ticules citées plus haut, qu'elles soient avant un nom ou un verbe, devant 
un adjectif ou un adverbe ; Ex : a blas, en place, -— sans bouger ; a vem, 
en tas ; hen a vern, il entasse ; da vaga, à nourrir -, da vaga a Hnn, je te 
nourrirai; da voed, ta nourriture. 

N. Bf VI. Après oc h, contre, les lettres m et g, et d'autres, deviennent 
faibles ou douces; Ex : mui'Oc'h-vui, et non : miiioc'h-muiy de plus en plus ; 
gwaZ'Oc'h'toaz (T), — goaz-oc'h-oaz. (L), — gcasoc'h-voaz jL), de pire en 
^ire^ sench oc*h vell, (L) changer à profit. 

N. B, VII. Les lettres k, p, t, ne varient pas après la particule 2;ei/s, pas 
plus qu'après son équivalent kazi -, kaj'i, presque : Ex : penz-trenk, pres- 
qu'aigre , — aigrelet, etc. 

RfiGLE 2e Dans les mots composés de deux substantifs, si le substantif ré- 
gime précède, le substantif régissant change son initiale de forte en faible ; 
Ex; trouz, bruit; mor-drouz, bruit sourd de la mer; nior-vran, cormoran 
(corbeau de mer); dour-vel, hydromel (eaii de miel). On ne dira donc piis; 
mortrouz, ni morh^an, ni doiif^nel. 

Remarque. On dit cependant; hrdn'VO}% (m), un cormoran, tandis qu'au 
pluriel on dit : brini mor, 

ARTICLE III. 

RÈGLE. Après am, he ou hen, her ou hel, em, ho, va (ou ma T. G.), nao^ 
peder, pevar, teir (ou ter T.) et tri, le k se change en cVi ou en (/, le jï> en f 
ou an b, le t en z, et Vs en s. 

AM; — Ex: fcase.V, jument; ro cunn tamm foenn d\im cliazek donne un 
peu de foin à ma jument, (pour: du ma c'hazek, — da va c'ha:»e\'J. Paoïr 
garçon ; Lavavet am eiiz (em euzj d*am faotr, j'ai dit à mon garçon. Tad, 
père ; me a lavaro d'am zad, je dirai à mon père. Si'.our, — rUonr, secou- 
rir, — soulager; denz d'am zikour, viens me porter un secours quelconque. 
Vam (pour da ma, — da va) est ici pronom, tandis que dans les autres e- 
xemples il est adjectif possessif. Le verbe Sl\'OHr, aider, a ici am pour com- 
plément, comme d* avant am, a lesusbstantifsMoj/r pour complément • Voy 
N. B. 50 

HB ou hen, her ou hel, — adjectif possessif, ou pronom de la troisième per- 
sonne du singulier fémimin.— P(?nn, tHe,;ic ft^'Hu, pour le masculin, he 
fcnn, pour le féminin, sa tête. He vadou, pour le masculin ; he madou 
pour le féminin, ses biens, liavadmn, trouvaille; fie gavadcnn (m) , /t» 



Digitized by VjOOQ IC 



^kanmàam, (f), sa trouvaille. Lavaret, aire ; hel kwarety le cUrt. Hen âUkar 
{m\M Mhar (m) , Tabattre ; hen tenna (m), *- ha denna, (m|, le tirer. Km, 
eanrojfMr^ hê gasei am em (m), je Tai envoyé, lui, he c'hu$et am eut (f.) Klaeh, 
chercher; hegla$k (m), — her ^hlask (m), le chercher; he c*hlask (f), la 
^itrèk«r. Anaaui^ connaître, he €mao%U (f), la connaître ; hen an€u>tU (m), le 
oonnaftpo. Maga, nourrir ; he vaga a rinn (m), — me her mage (m), je le 
nourrirai ; he maga m rimn, ou me he mago (f) , je la nourrirai. Voy. N. B. 
m, art II ; Voy. N. B. 9^ art. III. Remarquons id qu'en Tréguier on met 
hê&h pour he^ davant une voyélk ou un h muet. 

n. ^ Kargf cliurge; em e^hÊnrg ema, (il est en ma charge} j*en suis char- 
gé. (Sm est ici poar : e ma, ou enn ma\ '^ e va, ou enn va, «— Penn, tète ; 
«M nm eu% pean em fenn (à la lettre : j'ai mai an ma tête), j'ai mal à la té^ 
la. Tif liaison ; em si, dans ma maison. Sac*h, aaa ; em sa^h ema, il est dans 
mon sac, etc. 

M. -« a4J9ctif poaatssif, on pronom de la troisième personne du pluriel, 
aeît BMiocuiin, soit féminin. — Ketek, chevaux ; he e'hexek, leurs chevaux. 
Fmrk, «bamp; he farky leur diamp. H, maison ; ho %i, leur maison. Santé- 
ki, «aintelé ; ha gantelet, leur sainteté, etc ; voy. N. B. 3o Dans le Bas^Léon 
on dit : enn va fenn, au lieu de em fenn, 

TA, (L.) (ou lA) (G. T.) — Karr, diarr^tte ; ma &harry — va c'harr, ma char- 
rette. Parkj champ; ma fatk, -*- va fark mon, champ. Tenn (f), harnais ou 
attelage (T. G) ; va denn (L), — ma denn, (T. G.) mon harnais, — mon attelage. 
8aout, vadies, — bétail ; va ou ma taout, mes vaches ou mon bétail. PedenH, 
prière •, va ou ma fédenn, ma prière. 

lAd. — Kazek, jument ; nao c^hatek, neuf juments. Paull, mare ; naô 
f&utl, neuf mares. Tour (m), tour ; nao zour (ou mieux : nao dour), neuf 
tours, ( on évite ainsi de confondre deur, eau, avec tour^ tour ; en effet si 
l'on employait dour, eau, au pluriel, on dirait : nae tour, neuf eaux.) Sac'h, 
sac ; nao tac^h, neuf sacs. Den, personne, — individu ; nao zen |L.), — (nao 
den (T), neuf hommes. 

FETAI. — Kereour, cordonnier; pevar c*hereour, ou pevar gereour, quatre 
eordoaniors. K, maiaon ; pevar di (T.), ^ pevar si (L), quatre maisons. 
PreneMr, fenêtre ; peuar freneslr, ou pevar hrenestr, quatre fenêtres. Sant, 
•aâot ; potMir tami, quatre saints, etc. . . 

POB. — Xarg, charretée; peder c'harg, quatre charretées. Ped&nin, 
prière ; peder ftderm, quatre prières, ou peder èedfm». Teenn, toit ; peder 
iteefm, «u peder doenn, quatre toits. 8Uim%^ anguiUf ; pe^er tUien, qw^re 
anguilles. 



Digitized by VjOOQ IC 



58 



Tin, (ou TDt T.) — Pas, hammed (f.) ; trois pas, teir ou ter c*hammed ; 
pesée (ce qu'on pèse en une foi?), poe%adenn ; trois pesées, teir [ter) foeza- 
detm, on teir hoezadenn ; guimbarde, trompill ; trois guimbardes, teir (ter) 
drompiU ; — semaine, 8i%un ; trois semaines, ter zizun (T.) 

TBI. — Corne, kom; trois cornes, tri <fhom; — Poids, poez; trois poids, 
iri foez, ou tri boez ; — pot, pod ; trois pots, tri bod ; — front, tal ; trois 
fronts, tri zal, ou tri dal; — Soc, $ouc'h ; trois socs de charrue, tH zoiu^h, etc.. 

N, B. 4« En Tréguier, t se change en d, après nao, pêdcr, pevar, eil, ter^ tri, 

N, B, ^ En règle générale, les lettres initiales douces, dcTiennent fortes, 
pour les sujets masculins ; Ex : sa poche, à lui, he c'hodell ; sa poche, à elle, 
he godell ; sa jambe, à lui, he c'har ; sa jambe, à elle, he gar. De même 
les lettres initiales fortes deviennent douces, pour les sujets féminins; 
Ex : he garr, sa charrette à lui ; he &harr, sa charrette à elle ; t(^. parti- 
cule he^ art D. 

N. B. 3» Ho, adjectif possessif, ou pronom de la troisième personne du 
pluriel, soit. masculin, soit féminin. Leur chaige, ho c^hairg ; leur tète, ho 
fenn ; leur jument, ho c*hazek ; leur sainteté, ho zantelex ; je les ai envoyés, 
— je les ai envoyées — ho c*ha$et am euz ; Voy. ho, particule. Voy. Art. 4. 
N. B. 40 

N. B» 4o Ma, adjectif possessif, ou pronom de la première personne du 
singulier, soit masculin, soit féminin, se distinguo de ma, conjonction, qui ne 
se trouve pas dans cette classe de particules. 

N. B. 5» Am, pronom régime. — Venes m*aider, deuit (ou detU d'am 
zikour. — Si vous m*en croyes, mar am c'hredit, -— Si vous m'aimes, mar 
am ifharit. — A ma maison, d'am zi (pour da ma zi, — da va zi.) A mon 
champ, d'am fark. Cette contraction de da ma, — da va, en d'ani, ne se 
fait point dans le Bas-Léon ; voyez am, particule, art III. De même, en Bas- 
Léon on dira, e ma fenn (dans ma têtej» au lieu de em fenn, 

ARTICLE IV. 

itfill. — Après^, oz/Vm, en Corn.), ez fes, en Corn.), b se diange enp, d 
en t, g enh,z en 8, m en v. 

10. — Enfants, bugale ; vos enfants, ho pugale •, — fardeau, samm ; votre 
fardeau, ho samm, etc... hein, dos ; votre dos, hokein] leur dos, ho c'hoin'^ — 
ka%eh^ jument ; ho koMh, votre jument ; ho c'haxek, leur jument. 

AL — Enfant, hugel ; à ton enfant, d'az pugel ^ épouse^ grek \ à ton 
épouse, cf ai kreg, A U mère, d'az vamm. 



Digitized by VjOOQ IC 



n. — Pain, bara ; ton pain est loard (il y a du poids en ton pain)) poex a 
zo 0z para ; — as-tu ma4 au cou ? ha poan az peut et kouzouk f (L.) — ha 
poan et eux ez kouzouk? (C), — fui poan e&h euz et kouzouk f (T.) Je t'appel- 
lerai, me az kalvo, — (et non, me az galvo.) 

N. B, lo Ho, adjectif possessif, ou pronom de la deuxième personne du 
pluriel. Bevans, nourriture, ou bien, hoed ; ho pevans (ho poed), votre nour- 
riture ; — ho hevan» [ho hoed), leur nourriture ; — ho peva, vous nourrir ; 
ho Anw/ votre grâce ; ho gras, leur grâce ; votre dévotion, ho tetfosion ; leur 
devosion, ho devosion, — Les initiales ne varient pas de la même manière, â 
la troisième personne du pluriel, après ho] — Â leurs grâces, d'ho groêou, 
etc. ; voy. règle art. IV. 

N, B, 2o Devant une voyelle, ou un h muet, on met souvent d^a&h, au lieu 
de d*a^, A ton maître, d'ac'h Aoirou ; — au tien, d*ac*h hini. 

N, B, 30 Az, ou CM, adjectif, ou pronom de la deuxième personne du sin- 
gulier, est totgours précédé de d' (avec apostrophe), et signifie da da, ou 
da ta, â ton, à ta, quand il est adjectif; autrement, non. 

N. B. 4fi Ez ou 65, adjectif ou pronom de la deuxième personne du singulier, 
s'emploie pour e da, e ta, dans ton — dans ta. 

ARTICLE V. 

BÉ6LE— 0, E, MA, —Le 6 se change en v, dent, g en c'/i^ ^fto en u^ (T), 
m en v, et ^ en t; (L.) 

N, B, 1« 0, particule, qui sert à former le participe présent, se change en 
oc'h, devant une voyelle, ou un h muet, excepté devant i, suivi d*une autre 
voyelle. La voyelle et Vh muet, s'aspirent en ce cas : oc'h anaout, connais- 
sant ; — oifh hada, semant ; — iudal, et non o<fh iudaU hurlant. 

N. B. 2o E, particule, joint â un verbe, adoucit les initiales h, m, g, {gw T.); 
Ex : minouera moc*h, — minella moc'h, ou tninaouella mo&h^ boucler le 
groin des porcs ; alors il boucla ses porcs, neuze e vinaoueUaz he voe'k (L) ; 
goasha, pressurer, — fouler, alors il pressura son miel, neuze e oatikaz he vtfl. 
En quelque lieux on prononce : e vooÀkaz ; je crois que c'est à toi*t ; voy« 
Gaule, — asses, pour la prononciation (Dictionn. Troude.) Alors il viendra, 
neuze e teuio. Devant les mots commençant par un \, ou les voyelles a,e,%. 
on met ec'h au lieu de e, Aloi^ il empêtra (entrava) sa vache, neuze e^k 
hualaz lie vio(fh ; alors il connut, neuze ec^h anavezaz ; alors il publia neuu 
ec'h emhannaz\ alors il invanta, neuze ec'h invantaz (ee^h ivantos/; (mot 
importé dans la langue bretonne.) — Quand le mot commence par g^ on 
remplace cette lettre par c*A. — Savoir, gouzout\ il savait, e c'Aoïiitf ; jabler, 
(canneler), garana ; il cannelait, e eharane ; — goUei, couvrir ; nmize e 
^kploaz he benn, alors il se couvrit. 



Digitized by VjOOQ IC 



M 

N. B. df* E, coigoncUon, et qui sert à fendre la coi^onciion f^anfiâse 
çtM, dans plusieurs cas, se change en ec% c.-à-d« là ou o de change en 9e^à% 
Voy. Particule o, N. B. l» Art. V- 

N, B. 40 Ma, conjonction, soit seul, soit faisant partie d'une conjonction 
composée — Si je vis longtemps, ma vevann pell. Pour que je connaisse^ evit 
ma'c'h anavezinn (pour ma ec'h afutvezinn,) 

N. B. 50 Après mar^ si, le d seul varie, et devient i ; £x : 6*il vient, mmr 
tet^ (Venir, dont.) 

ARTICLE Yt. 

Permutations après bor, pemp, dek, hon, 

RÈGLE. Après hor {fion)^ pronom personnel, A*, seulement, se change en C'A; 
Ex : il nous aime, hor c'haret a ta. Il en est de même de Fadjectif possessif; 
ïx : notre chien, hor c*//i, etc. On change aussi s en », et Pon dil : ftor eoc, 
notre rote ^ hor Zalver, notre Sauveur. — Devant une voyelle, un h muet 
et les mots commençant par d, n, t, on met hon, adjectif posisessif au lieu 
de hor, — En Tréguier on met toujours hon, et jamais hor, 

N, B, 40 Après pemp, g se change en If, et gtv (T.) en ^ ; Ex t ger^ 
parole ; pemp ker, cinq paroto ; gwi^ (T), — guele (L) lit; pemp ht^lè 
(pemp kuele) , cinq lits. On dit aussi : pemp pioifh, cinq vaches ; — pemp 
ploa%, cinq ans ; parce que les lettres fbrtés appelTeni les lettres fortin. 

N, B. 2o Après dek^ et ses composés, b se change eti tj g en k^ ei gîo (t) 
en ^ ; Ex : dix ans, dek vloaz, (bîoa%^ an) ; gueïe (L), gw^le (T), lit ; dek 
kuele, — dek kwele, dix lits. — En Tréguier on ne change 6 en v, après 
dek, que dans le mot bla (T.) an ; Ex : celui-là a dix enfants, dont le plus 
je«ne a dix ans, hennez en deu% dek bugel, hag a %o dek via «r iatMmnha 
(ane%ho,J 

N. B,3fiLe ehaageiaent de y en ^ n'e^ {Am de rigueur «près ^h, fOn 
ait aussi bien et aussi Mivent, dêk gmmi qne dek àmo^, dix nMiiBOii|^«le^) 

ARTIGLE YII -« Pttnmitatioiis lilaSis les t<fe<$tite , 
«près eerlains substaa^. 

1É6LE. — Les adjectifs qui qualifient et suivent immédiatement un nom 
féminin singulier, changent leur initiale de torie en faible; ïîx : b se diange 
en V, k en g, g en c*h, gtv en to (T), menv^pend, (en^^^ens.^^enn^L.) 

Grand, braz ; un grand caillou, eur vilienn vraz ; chréttea, kritim^ «ne 
mère chrétienne, eur vamm gristen ; dMufié <partant d'un i<Mir]^ ^^tPti^ ma 



Digitized by VjOOQ IC 



61 

four «liauffé, eur fimru ^karet \ blanc, guenn ; une jument blanche, eur 
pÊÊÊk «enn (L.)^ — eur gaatek we$m <T) ; — bon, mad ; une bonne vache, 
eur viù&k vmd ; -— ddux hosa bras, «Itou vrdoc'À vad ; — durable, pocluz ; 
tine chose durable, ««tm éra baêta ; — gros, teo ; une grosse chandelle, 
euT c^houlaouenn deo ; «-* sec, seac'h ; une pomme de terre sèche (farineuse), 
eur botoi^sen 2eac%. 

^. B. 1« Après les noms féminins singuliers terminés en h ou en p, en k 
ou en ^9 en d ou en ^ en / ou en v, en cA ou en c'h, en s ou en s ou bien 
eu y, les im'tiales qui suivent, et qui sont k, p, t, ne changent pas; Ex : vieux , 
Ibos ; cercle de fer à Tintérieur d\in moyeu de voiture, kih (f.) ; un vieux 
cerde pour moyeu, eur gib Aoa (et non eur gib go%) ; — lourd, pounner ; 
hnb (L), peigne ; un peigne lourd, eur grib pounner ; — cassé torret ^ un 
peigne cassé, eur grib torret ; qui vaut de l'argent, prizuz ; une jument de 
prix, eur gcœk priauz ; une chaige qui rapporte de l'argent, eur garg tal- 
vùudek ; une belle boisselée de blé, eur boezellad kaer a éd. 

N, B. 2p K, après les articles, se change en c% dans les adjectifs qui se 
mpportent à des siigets du genre masculin; ar &haera, le plus beau; ar 
g4kertL, la plus belle* 

N, B. 3» LeR a4iectî£s oommençamt par y, ne changent pas le g» après un 
sttbsUiitif fémttin singulier, ni après les pluriels masculins; bioc^Ji garo 
(hUxfh gouea), vache sauvage ; — tud goue%^ hommes sauvages. 

N. B. 4P Les substantifis féminins singuliers^ faisant exception, sont : les 
noms terminés en k, &h^ d, t, z, devant le^ initiales, A-, d, p, 8,t, c*h ; Voy. 
DieL Troude, aux mots substantif et acyectif. 

N» B.^ On axcepte encore les aubstantifs féminins singuliers terminés 
.par deux consonnes; Ex : Une boke en bois^ eur voestl prenn\ une botte 
cassée, eur voestl torret. La sainte Bibfe (la Bible sacrée, ar Vibl santel. 
L'érysipèle douloureuse, cuisante, lancinante, gwerbl (f), -• ar werb! pistû 
gut(T\, — ar verbl^pistigua (L. C.) La première fois, ar vech /îenta (G. T.), — 
or veach keiUa (L) ; Voy. Dict. Troude 1869, au mot adjectif. 

N. B. Cp (}uand deux mots tendent à se fbndre en un seul, la lettre ini- 
tiale du mot qui s'identiûé i un autre, semble fléchir, ou s'adoucir ; Ex : 
u du vad du, disposé A «^ . JDour buiU, pluie abondante ; labour vad, bon 
ouvrage ; ar Vîkel Vrast, le Grand \icaire ; tra vad, bonne action, — obcr 
vad, faire du bien (c'est comme si on disait : ober tra vad) ; dans ces exem- 
ples les mots sont cependant du genns fnasaulin. Voy. N. B. 7o 

^. A ?• Le^mat mad^ par me licenee grammatiisale, adoucit son iniliMle 
\ <aiS4 la : Saaa anean praA, hep vad ^hed. Vay. N. £. ê^ 



Digitized by VjOOQ IC 



N, B, So Si le nom féminin est au pluriel, Tadjectif garde son initiale pro- 
pre ; Ex : Mères chrétiennes, mammou kristen ; — bonnes vaches, saout mad, 

N. B, 9o Après les noms féminins singuliers terminés en b ou en p, en k 
ou en (/, en d ou eu (, en f ou en t;, en cli ou en c% en s ou en & ou bien 
en y, les initiales k, p, t, ne fléchissent ou ne varient pas. Il faut en effet, 
comme on Ta dit plus haut, que la finale des noms soit ou une voyelle, ou 
une des quatre lettres, l, m, n, r, pour que les initiales k, p, t, des adjec- 
tifs féminins singuliers qui suivent, deviennent faibles, de fortes qu'elles é- 
taient en pnncipe ; Ex ; kaloun griz, et non halùun kriz, etc. 

ARTICLE VIII. 

R&6LE. — Après les noms masculins pluriels qui désignent des personnes^ 
l'initiale de l'adjectif se change de forte en faible, sauf le g, comme on 
l'a montré à l'art. VII. N. B. 3© ; — Ex : Bugale vihan, petits enfants ; he- 
leien galounek, prêtres courageux ; ar &hereourien vella, (L), les meilleurs 
cordonniei-s ; Tud vad, bonnes personnes; marc'hadownen binvidil', riches 
marchands ; bugale drvtezuz, enfants dignes de compassion. 

N, B. io Les noms terminés en d, devant les adjectifs commençant par 
d, k,j, p, t, s, c'Ii, et désignant des personnes, forment la même exception 
que g ; voy. art. VIL N. B. 3« \ Voy. Dict. Troude, au mot ac^ectif. 

^. B. 2o Après les noms masculins pluriels, désignant des personnes, et 
terminés en d, ou en z, les initiales k, p, t, ne varient pas. 

N, B. 3o Après tadou, testou, meriou, kloer, breudeur, mevellou, ele%, 
pabou, l'initiale de l'adjectif ne varie pas. 

N, B, 40 Pab et mevell, ont un autre pluriel ; Ex : pibien, — mevellien. 
Ces deux pluriels suivent la règle générale des lettres muables. 

N. B. 50 Après les noms masculins pluriels qui ne désignent paë des per- 
sonnes, l'initiale de l'adjectif ne varie pas ; Ex : kirri bi/ian, petites charrettes; 
mein kalei, pierres dures. 

N, B, 0« J'ai dit, au N. B. 2» (art. VIII.) : les noms terminés en d, ou en 
z, etc. parce que la finale ordinaire des noms qui désignent des personnes 
est n, d on %; mais il y en a qui sont terminés en c'^, et ceux-ci ne font pas 
varier les initiales fc, jo, t; Ex : Rouanez paour^ des rois pauvres. (On dira 
cependant : Rouane baour^ parce qu'ici z est retranché.) Maris affectueux, 
ezec'h karantezuz. Moines pauvres, Menec'h paoxir, 

ARTICLE IX. 

RÈGLE. — Les noms de baptême, soit du genre masculin, soit du genre fé- 
minin, font varier l'initiale de l'adjectif, de forte en faible; Ex : Ma/rivfenn (T.;, 



Digitized by VjOOQ IC 



à 



63 

Mari venu ( L. ) ; — Mari ar venn ; — ar paotr koant Kola% ; — 
Naoned ar goant; — Paol gamm ; — lann draped-^ ~ Pipi goz (et non Pipi 
ko%) ; — Pipi vHian ; — Pipi baour ; — lann geaz ; — lann baour. Saint- 
Jean-Biiptiste, Sant lann Vadezonr, 

N, B. io Ck)rome les lettres fortes appellent les lettres fortes, on dira : 
Morts koz 5 — Macharid koz ; - Voy. art. 7, N. B. 9»- 

N. B, 2^ Quand l'adjectif est composé, on ne fait point varier Tinitiale ; 
Ex : Jean le tondu, lann penn touz ; car ici le mot qui suit le nom propre, 
n*est pas un adjectif, mais un substantif. (L'adjeclif se rapportant k penn (m) 
et non à' lann ) 

N, B. 3o Les initiales k, p, t, ne varient qu'après les noms propres terminés 
en l, m, n, r, ou finissant par une voyelle, tant au singulier qu'au pluriel, 
tant au féminin qu'au masculin, tant pour les personnes que pour les choses. 

ARTICLE X. — Permutations après holl, tous, tout. 

REGLS. — L'adjectif holl, précédé de ann, eunn, articlos, ou de va, ma, 
/te, ho, adjectifs possessifs, et suivi immédiatement du substantif auquel il se 
rapporte, fuit varier l'initiale de ce sutstantif, de forte en faible, du moins en 
thèse générale, c-à-d. k,p, t, s, d, m, b, se changent en faibles; Ex : ftoll dud 
he di, toute sa famille ; he holl bec'hejou (m.), — he holl fe&hejou (f.), tous 
ses péchés ; he holl dokou (m.), — he holl zo^rou (f.J, tous ses chapeaux. — 
De même, gw (T) se change en w, ann holl wiad arien (T), — ann holl via- 
derien (L. C), tous les tis.serands ; le ^ en ch, ann holl c'hrasou, toutes les 
grâces ; voy. N. B. 3o art. X ; — le k en g -^ ann holl gi)*ri, toutes les char- 
rettes ; le 2? en 6 ; ann holl beorien, tous les pauvres ; m en v ; holl vadou 
ann douar, tous les biens de la terre ; s en z ; ann holl ziev, tous les sacs ; 
d enz; holl zanvez ann dud, toute la fortune humaine. — Le ^^ se change 
aussi quelquefois, en f, va holl fec'hejou (m. f.), tous mes péchés, comme l'on 
dit, va fecltqou, mes péchés. — On dira cependant : holl deision ar vuez, 
tons les jours de l'existence ; — Voy. N. B. io ci-dessous. On dit de préférence, 
ann holl mammou. 

N. B. lo Après les adjectifs possessifs, va ou ma, he, ho, suivis de holl, le 
p du substantif suivant se change en f, pour le genre féminin, ou pour le 
pluriel ; va holl fedennou (f. pL), — he holl fedcnnou (f. pi.), toutes mes 
prières, — toutes ses prières, -^ toutes leurs prières. — Pa»*rez(f.), paroisse; 
va holl farrez, toute ma paroisse ; mais «m dira : va holl bardoun (m), et 
non, va holl fardoun, tout mon pardon (toute mon indulgence), parce que 



Digitized by VjOOQ IC 



éi 

pardoun est du genre masculin. Quand le mot est du genre maseuMn, le h 
8C change en v ; he holl vugale, tous ses enfants à lui ; he holl vara, tout «m 
pain à lui. On dit aussi : eunn holl v<id, un rien ; presque pat un instant. 
(On sous- entend ira, avant le mot vad,) 

N. B. ^LsL lettre h, après holl, ne varie pas, d'après les uns, qnand il 
8*agit du genre féminin ; Ex : ?ie holl hugale, tous ses enfants i elle ; he 
holl bara, tout son pain à elle, etc. ; mais c'est Tusage qui commande, me 
semble- t-il. 

N. B, 30 L'initiale g, se change parfois en t^h, après holl ; mais ^tet U 
coutume qui le veut ; donc on peut dire indifféremment : ann holl grasou, 
ou ann holl c'hrasou, 

ARTICLE XI. 

' RÈGLE I. — Après mU, — mille, il n'y a que les initiales k, p, t, qui va. 
rient ; Ex : mille chiens, mU gi ; — mille patates, mil batatezen ; — mille 
choses, mil dra. 

RÈGLE n. — Après kant, cent ; u^etil, vingt ; le h dans bloaz seul, varie. 
Kant vloaz, cent ans ; ugent vloaz, vingt ans. 

N. B. io La particule ec'h, se met devant les verbes et devant Vh muet, 
excepté devant le verbe mont, aller, dont, venir; et devant la voyelle i suivie 
d'une autre voyelle ; Ex ; neute ec'h anzavaz, alors il avoua ; neuze e&h em 
lekeaz, il se mit alors ; neuze ez eaz kuity alors il s'en alla ; neuze e iunaz, 
alors il jeûna ; neuze e teuaz, il vint alors ; neuze etfh huàlat he vùxfh, alors 
il entrava sa vache \ voy. article V, N. B. 2<> . 

N. B. 2o Dans tous les temps du verbe kao\U, avoir, à la troisième personne 
du singulier, on met, pour le masculin, en, particule, et pour le féminin, e, 
particule •, Ex : hag en doa, et il avait •, e doa^ elle avait 5 enn devezo, — 
en do, il aura ; e devezo, — e do, elle aura, etc. . • 

N. B. 30 Si le verbe est au personnel (ce qui a lieu quand la phrase bretomie 
commence par un adverbe, un adjectif, ou une préposition, ou lorsque le 
régime précède le verbe , ce verbe prend alors le nombre. CSette règle, ce« 
pendant, n'est pas aussi générale ; ainsi on dira bien : braz^meurbed int, ils 
sont fort grands (énormes); mais on ne dira pas : braz-meurhed int ann 
dud'se, ces hommes sont très grands ; il faudra dire, plutôt : braz-meurbed 
eo ann dud-se, parce que le sujet est après le verbe. 

N, B, 40 Si, après un siget pluriel, il arrive un verbe avec une négatkmi 
ce verbe prend le nombre ; Ex : ann dud-se ne reont kêt ann âra-ie, ees 



Digitized by 



Google 






65 

hommns ne font pas cela ; mais on dira : ne ra ket ann dudsc ar jwz a ve 
red € rafent, ces hommes ne font p?;s ce qu'il leur faudrait fairo. 

iV. B. Go Api-ès ann hini, employé au féminin, les lettres fortes deviennent 
faibles dnns les adjectifs qui stiivent ; Ex : celle qui est la meilleure, ann 
hini wella (T.), — ann hini vella (L.) Poui- un sujet masculin on dira : ann 
hini gnella (L.) 



CHAPITIIE II. 



Hé «|nelc|fieB CeKIclAiiies ei rèt;irm fie Coustruciioii. 



i. — Le y, consonne, est nouveau : hroajou (T), des croix, — kroazou, 
ki'0€isiou, hroachou (L.) Comme le son/, le son ch est nouveau en breton : 
Sah*ilac/t, — 8akrilaj\ — aa^rilaz, — Sacrilc^e ; — au pluriel : sa^tnlac/toti^ 
— sa/ivilajou^ — sakinlazou. On dira de même : soula:^, souhtt^emcnt, du la- 
tin solatium. C'est par abus ou ignorance, qu'on substitue j et c//, au a, 
d'après M. Roudaut, Curé. 

2. — On prononce souvent le z commet, et s ou z, comme clt : ]ilizout, 
plijout, plaire ; s\ierizcnn, — plh((flu}\ lumière; — plaisir; — sklerijcun^ — 
plijadur; — montagnes, menesiou, — mcnech\ou\ — tirer sur, sac/ta, chacha ; 
changer, sencli, chencli ; soulagement, soulaz, soulaj. 

3. — Le ch français se rend en breton par s ; Chine, hro Sina ; la ville de 
Cherbourg, keav Serhour. 

4. — Quoique Vs en breton, sonne toujours deux s, en français, d'après le 
Gonidec, il serait bon, dit le chanoine G^» Morvan, de conserver quelque 
temps encore, du moins, deux s en breton ; Ex : Casstt, envoyé ; cossoc7i, 
plus vieux ; cosseat, devenu vieux, vieilli. En le faisant, on aura pour excuse 
de faciliter la lecture du breton aux gens de la campagne. 

5. — Quoique Le Gonidec remplace toujours le c français par un /c, M. 
Ge' Morvan, dit que pratiquement on ne doit mettre le k que dans quatre 
circonstances : !<> devant e ou t : hezec, chevaux ; Â*i, chien ; hicz, chienne. 
En ce cas la chose est absolument nécessaire, puisque l'idiome breton n'a 
pas de Q. — 2o Dans les mots dérivés d'un autre terme où il faut employer 
le k ou qHi servent à former un mot qui demande le k : Deskadurez, ins- 
trttctîon, parce qu'il dérive du verbe deski^ apprendre, qui demande le k, 

9 



Digitized by VjOOQ IC 



66 

Il en doit être de même des verbes lakaat, mettre; renha, arranger, 
comme dans les mots frank , large; iaouank, jeune, parce que le k 
est nécessaire dans leurs dérivés, laheat, mis ; renket, arrangé ; franlteat, 
élargi ; iaouan^eat, rajeuni. — 3o Devant ui, dans les mots kuit, quitte ; 
fiuitaat ; s'en all^r, et devanl aoii, dans le verbe kaout, trouver. — 4° Au 
lieu de ch, dans les mots kristen, almanak, Nabukodonozor, on emploie la 
lettre k, au lieu du c. 

6. — Quant au double v fwj, employé par Le Gonidec, à la place de ne, 
ui, OH, je le crois propre au dialecte de Tréguier. Il serait donc bon d'imiter 
M. Morvan, et de mettre un simple v, avec e, u, i. On pourrait peut-ôtre 
remployer quelquefois, comme dans les mots gwez, arbres, au lieu de gusz, 
et gwiriou, droits, au lieu de guiriou, pour éviter les équivoques ; Ex : muioc'h 
a wez, plus d'arbres, (muioc'h a vez, signifierait aussi, plus de honte); muioc'h 
a wi^nau, plus de droits. 

7. — A la place de «?, il vaut mieux mettre ou, ne, i, selon les mots qui 
arrivent ; Ex : guelet, voir ; coueza, tomber ; aoualc'h, assez ; ar viiHonez, 
la vérité. Cela facilitera la lecture du breton à ceux qui n'en connaissent pas 
bien l'orthographe, ou la structure. De même, on écrira goel (f.), voile, et 
non pas gwuel fguelj, qui veut dire vue ; car, gw devant c, se prononce gu» 

8. — Vh étymologique n'offre aucune utilité. D'ailleurs, l'étymologie est 
une raison fort douteuse. Aucun h aspiré, en français, ne vient d'un h aspiré, 
en latin. El si l'on a rétabli artificiellement le signe h, dans beaucoup de mots 
français , d'autres bons vieux mots , et en grand nombre , y ont échappé 5 
il a, de habet (en latin) ; on, de homo (homme) ; encore, de hanc horam (cette 
heure, à l'accusatif.) Au contraire, nous disons haut, en latin, altus, ici Vh 
étymologique est cependant réel, comme on dit en breton, hano, nom (en 
gallois, enw ; en irlandais, ainn ; en grec, onoma.J II n'y a point de raison 
théorique, mais une raison pratique d'écrire cet h; elle existe dans la pronon- 
ciation. Dans certains mots, comme /itrr, long; hano, nom, Vh est aspiré, du 
moins en Tréguier et dans une grande partie de la Gornouailles. Donc 
TiC Gonidec affirme, à tort, que Vh est toujours muet, en breton. — Plusieurs 
écrivains bretons croient devoir conserver Vh, en breton, quand ils le trouvent 
dans le mot latin correspondant ; Ex : histor, histoire {historiuj ; — henor, 
honneur (honvsj ; mais cette règle n'est point sûre, comme nous venons de 
l'expliquer. 

9. — Au Ueu d'employer un A, au commencement des mots hon euz, nous 
avons \ hoc*h euZy vous avez ; ho deuz, ils ont, il serait plus logique de dire : 



Digitized by VjOOQ IC 



67 

on euz ; oc'h eu% ; o deuz, pour le pluriel ; car on écrit, pour le singulier, 
em euz, j'ai, es peuz, lu as, en deuz, il a, e deuz, elle a. Ces mots hon, ho&h, 
ho. qu'on met ici avant le veriae kaout, avoir, ne sent pas de vrais pronoms ; 
car s'ils le sont, il faut mettre h au singulier, comme au pluriel : hetn euz, 
kes peuz, hen deuz, he deuz, ce qu'on n'admettra pas facilement. 

iO. — La désinence ik, ajoutée à un nom propre de famille, exprime le 
mépris : ar Briantik koz, le vieux bonhomme Briant ; dans les autres cas, 
elle indique l'affection, le jeune âge, ou la petite taille, ou la qualité inférieure 
d'une chose ; Ex : ar Mahik-Jezuz, TEnfanl-Jésus ; paotri/c, petit garçon ; 
denik (homundo, en latin), petit homme ; he bennih, sa petite tête ; guinU', 
vin faible; hihanik, fort petit; klouarik, très peu chaud; voy. le no il. 

il. — Les adjectifs terminés en ek, indiquent généralement la multitude, 
ou la grosseur de l'objet en question : skoulm, nœud ; skoulmek, rempli de 
ncsuds ; keuneud, bois de chauffage ; keuneudck, qui est pourvu de bois de 
diauffage ; dant, dent ; dantek, qui a une grosse dent ; pennek, qui a une 
grosse tête (de penn, tête.) Cette désinence répond à une qualité physique, 
et son équivalent français est ordinairement la désinence eux, euse. Pour les 
qualités morales on met généralement ik, au lieu de ek ; Ex : peureux, 
aaunik. Cependant on dira : kalounek, courageux ; kalounik, signifie petit 
cœur; ek, indique donc une qualité, ou un défaut : kalounek, courageux; mezek, 
qui éprouve de la honte ; — ou une affinité, leaze^»: (lezek), laiteux ; — ou un 
trait distinctif, horfek, corpulent, il a, dans ce cas, le sens passif; voy. no« 10 et 1 3. 
42. — Les acyectifs bretons terminés en uz, répondent aux adjectifs français 
terminés en ahle, ou en eux, et désignent principalement un défaut, ou une 
qualité morale quelconque ; Ex : honorable , henoruz ; — Courageux , 
kourachuz; uz, donne donc le sens actif, mezuz, qui fait honte, — ou l'abon- 
dance active, frouezuz, qui produit des fruits abondants, — ou une dispo- 
sition, pennaduz, disposé aux coups de tête, — ou reflîcacité, iacliuz, qui 
donne la santé, — lugemuz, qui donne de la lumière. Les adjectifs qualifi- 
catifs actifs sont généralement en mz, et les adjectifs qualificatifs passifs, sont 
en eh. Il y en a d'autres terminés en et ; mais ils sont rares ; voy. no 31. 

13. — La désinence dek, ou ek, ajoutée à un substantif, signifie une journée 
d'un travail quelconque, ou une plantation d'arbres; ann douma, le battage 
de blé ; ann dournadek, la journée de battage ; halan, gen^t ; halanek, lieu 
planté de genêt ; — Dervenn, arbre de chêne ; ann dervennek, la chênaie ; 
voy. le no ii . 

14. — La désinence ad, indique la contenance ou la plénitude de l'objet. 
Tok, chapeau; tokad, plein le chapeau. Tiad tud ; plasennad kerc'h ; 
voyez le po 41 . 



Digitized by VjOOQ IC 



68 

15. — Dans les expressions introduites par le Cbristianisme, (et qui 80Ht 
toujours ou latines ou finança ises), comme dans la plupart des terre es scienti- 
ûqucs, il faut employer, en breton, la consonnance française ou latine, en 
supprimant les lettres inutiles. C'est ce qu'on appelle des mots importé-^, dont 
il ne faut pas cependant, trop surcharger la langue ; voy. le uo 65. 

16. — Le proverbe breton tend toujoure à rimer ; Ex : easoc'h eo ken- 
derc'hel, eget difclc'hel (pour difcWha, dérater), c'est plus comuiodo do tenir 
bon que de s'érater. — A défaut de rime, il y a ordinairement une certaine 
consonnance : dour, baie diarclienn ha loja er meaz, — a vez lavct e pcp 
leac% de l'eau, marcher nu-pieds, et coucher dehors, voilà ce qu'on trouve 
parte ut 

47. — Pour savoir s'il y a un seul ou deux n, m, l, r, p, ou autres consonnes, 
à la fin des mots, noms, verbes, etc., on fera attention à la prononciation, au 
pluriel, et surtout aux dérivés de ces mots, et à la parenté qu'ils peuvent 
avoir avec un terme d'une langue étrangère ayant la même signification ; 
Ex : penn, et non pen, tête, car on dit pcnnou, des tétos; jnmmoui (v. n.), 
glaner. Anken, et non ankcnn ; car on dit : anheniou, des chagrini, et 
ankenia, chagriner. Brezcl, guerre ; brezelioii, des guerres ; hrezclekaat, 
guerroyer. Kristen, chiétien; fcAstenien, des chrétiens; kristena, ondoyer. — 
Sutell, — c'houitell (T.), sifflet; car on dit, sutellou, — c'huitclloii^ des 
sifflets; cliuitcllat^ siffler. Le mot kan\ charrette, prend deux r ; car on ne 
dit pas Lirij des charrettes, mais kirri. Le mot klem, plainte, — plaindre, 
s'écrit par un seul m, parce qu'il est parent du latin clanio, je crie. Il en est 
de môme de filip, moineau ; car il n'y a qu'un p dans le pluriel filipet, et le 
veibe fdipeta, attraper des moineaux. 

18. — La lettre finale des verbes à l'infinitif, et des participes passés, doit 
toujours être un t ; Ex : karet, aimer, aimé ; mont, aller ; cat, allé. Cela a 
heu invariablement, malgré la règle k, p, t, 

19. — Qwant aux adverbes, les uns finissent en t, ou en d ; Ex : nebeiU, 
peu, neheud, parce qu'on dit : ncbctitoc'hf moins; peu à peu, a-nebcudau ; 
d'autres finissent toujours en d; Ex : mettrbed fm'az-euz-er-bedj ^ extrêmement. 

20. — Dans les substantife sing«hers qui ont un pluriel irréguher, on ne 
met qu'un seul n, à moins que les verbes qu'ils servent à former, et leurs 
autres dérivés n'en exigent deux; Ex : perlezen, une perle, perlez, des perles; 
»ivien, une fraise, sivi, des fraises ; logoden, une souris, logod^ des souris ; 
sapren^ un sapin, sapr, des sapins ; louzaoïœn, une plante, louzou, des 
plantes ; 2^^^^^^* ^^ plant, plant, des plants ; sardinen, une sardine, sardin, 
des sardines ; goulaouen, une chandelle ; goidou, des chandelles, — de la 
chandelle ; patatezen, une patate, patatez des patates ; panezen^ un panais, 



Digitized by VjOOQ IC 



6^ 

pancï, du panais ; kerc*hen, grain d'avoine, kerc'h, de Tavoine. Mais on 
écrira : pouloudenn, grumeau (bouillie en pâte grossière, mets breton, pi. 
pouloud) parce que le verbe qui en dérive demande deux n : jwuloiulcnna, 
se former en grumeau. GinsxenUy racine, parce que le verbe (jris'wnua, 
s'enraciner, prend également deux w, elc. , , 

21. — Pour savoir s'il faut mettre un t ou un d, à la fm d'nn ntui, il faut 

reuii»rquer que les noms communs, au pluriel, se terminent générnlemeut 

en t; Ex : filip, moineau, filipet, des moineaux ; }.cshj ^oii^Hon, j.cshet, des 

poissons ; cor on dit : fîlipeta, attraper des moineaux ; paJiketa, prcher du 

poisson, etc.. Cependant, quand le pluriel du nom finit en jou, le nom 

sinijulier finit en d ; Ex : péché, pec'hed ; pec'hcjou^ des péchés ; — Roued, 

filet, rouejou, des filets. Il y a cependant des noms qu'on peut écrire, ù volonté 

par un t ou par un d, comme l'adverbe neheiU, nebeud ; Ex : boed, ou bocty 

car on dit : hoeta ar ier, donner leur nourriture aux poulets. Le pluriel, 

comme les diminutifs et les dérivés, indiquent s'il faut un t ou un d. (Tous 

les verbes et participes passés finissent en t, quoiqu'on disent certains 

grammairiens.) ; voy. N» 19. 

22. — A la fm des noms collectifs et des noms propres, on met généralement 
un d; Ex : merc'hcd, des femmes ; reptiblikaned, des républicains ; amen- 
katted, des américains ; kenneud, bois de chauffage, etc., etc. 

23. — On met tantôt az ou as, ez ou es, dans les mots suivants : d'az 
preur, ou d*as preitr, à ton frère. Te ez pezo, — te ez po, ou te es pçzo, — 
ie es po, tu auras. Si l'on met un s, au lieu d'un z, c'est appareuiment à 
cause de l'appel de la dure p, dans pezo et pre\n\ 

24. — - Pour facihter la lecture du Breton aux campagnards, il vaut mieux 
supprimer dans l'orthographe usuelle le trait que met Le Gonidec, au-dessus, 
el au dessous de certains mots; Ex : au lieu de minoun, ami, totm, camard, 
on dira, ou l'on écrira donc : mignoun, toxign. (Le g remplace le signe -). De 
même, dans les mots où il met, au-dessous, le trait - , il vaut mieux le rem- 
placer par un t, en doublant 1'^ final, comme dans sol, baL On écrira donc 
saill, seau, baill, baquet. 

as DU SUPERLATIF. 

4o Pour former le superlatif on ajoute souvent un adjectif employé adver- 
bialement ; Ex : très grand, braz-divent, — braz-^rimy — braz-dv>alOy — 
hraz^savachy — hraz-difesonny — braz^dizaoz, — braz-diregl, h ; — braz- 
pikol^ G. (énorme); — braz^iskiz, T. Très chaud (parlant du temps en parti- 
culier)^ t^mm-sAaot, — (parlant d'un Uquide seulement : tomm-bercj Très 



Digitized by VjOOQ IC 



70 



jeune, iaouank-flamm. Très neuf, nevez-flamm. Très frais, fresk-heo. Très 
évident, anotsklear. Très blanc, guenn-kann. Entièrement cassé, ton^et- 
grons C, — torret-neat L. Mer très unie, — mer très calme, vnor plean-dis. 
Entièrement opposé, kountrol-heo. Très vrai, guir-beo. Entièrement fermé, 
serret'kloz. Tout à fait ivre, mezo-dall, — mezo-kollet, — mezo-mig. 
Très ressemblant, henvel-mil (tous entendu gueach, — guech), à St-Thé- 
gonnec.) Très bon, — excellent, mad-isldz T. Totalement aveugle, dall-p%U, 
Très mauvais, fall-fin, — fall-devet. Très malade, /ilanv-divalo, (à Scaër, etc.) 

— /ilanv-azil (débile) L. Très beau (parlant des choses), brao-ral, — bnxo- 
ifam, — brao-ardiz, — brao-distaill'^ (parlant des personnes), koant-distaUl, - 
koant-ardiz (très joli.) Très boiteux (claudicans in duos partes, — boiteux 
des deux côtés), lamm-digamm. Très sot, — très bête, sot-moifn, — 
sot-naik, — sot-naï, — sot-pitilL Très fou (fou à lier), foll-mig. Tout à fait 
lavé, goalc'hét-neat. Bien endormi, kousket-mig. Très plein, leun-chek 
(à Plabennec, etc.), — leun-houch, — leun-feaz, — leun-tenn. Très ouvert 
(parlant des champs, des portes, des vêlements), digor-ledan, — digor-frank, 

— di$kloz-braz, — dibrenn-neat. Très pourri, — très blet, — trop mûr, de 
beaucoup (parlant des fruits), j9ezen-&mn, — brein-pezeîh Très ennuyé, 
inouet-maro. Très fatigué, 8kuxz-direi%, — skuiz-maro, — featrmaro. Très 
las, skuiZ'Stank. Bien mort, maro-mig. Devenu parfaitement Gomouaillais, 
kernevad'leun. Très gras, îardkuilL Tout percé, toull-didoulL Tout près, 
tostik'tost. Transpercé entièrement, treut-didreuz. Tout nu, noaz-glann, — 
noat-glez, — noai-beo, — (noaZ'bloc*h T.) Entièrement mangé, debret-pit. 
Très vieux, koz-louet, — koz-reijii. Très riche, pinvidik-perfounn. Horri- 
blement maigre, treut-spountuz. Très froid, ien-kalet^ — ien-put, — (ien- 
divez C.) Très sombre, du-teval. Très découvert, dizolo-koer. Très rouge, 
ruz'Sklear. Entièrement guéri, pare-fdok. Tout à fait pauvre, paour-glei. 
Très pourri, brein-tu/f. Tout plein de vie, beo-huezek. Très adi^oit (de la main), 
doum-disy — dourdis. Très salé (salé piquant), sall-pik, — sall-broud, — 
sall-put. Très silencieusement (en tapinois), siouî-riboulen, — sioul-sibouroun . 

2fi Pour les aiiyectifs exprimant la couleur, ou la qualité d'un objet, on 
forme le superlatif en ajoutant au positif un terme servant de type à la 
couleur, à la qualité, à la manière d'être de l'objet ou de l'individu en 
question ; Ex : très vrai, guir-^pater, (vrai comme le Pater.) Chemin très sale. 
?ierU fank'ki (sale comme un chien.) Très bien portant, iac'h-pesk (sain 
comme un poisson.) Très lourd, pounner-beac^h (lourd comme un fardeau.) 
Très dur, kalet mean (dur comme la pierre.) Très gras, lardrtoaz, — lard- 
teil (gras comme de la pâte, — con^me du fumier.) Très sec, seac'h-kom 



Digitized by VjOOQ IC 



71 

I 

(sec comme corne, parlant de la terre desséchée ou d'une personne décharnée.) 
Très amer, c'huero-bestl (amer comme du fiel.) Très boiteux, kamm-rod 
(boiteux comme roue), — kamm-hroud (boiteux comme cheval piqué, mal 
ferré, ou ferré maladroitement.) Très maigre, treut-ki, — treut-kaign, — 
treut'skoul, — treut-kioc'h, — treut-eskem, — treut-kenneud^n (maigre 
comme chien, — comme vieux cheval, — comme milan ou épervier, — comme 
bécassine, — comme des os, — comme bûche de bois à brûler.) Très sourd, 
bouzar-kloifh (sourd comme cloche), — bouzar-glesLer , — bouzar-ran 
(sourd comme grenouille.) Tout en nage, — tout mouillé, gleb-dour, — 
gleb'teiî (mouillé comme eau, — comme fumier.) Très jaune, melen-koar, — 
melen-aour (jaune comme cire, — comme or.) Très vert, guer-delien, — 
glaz'donrf — glaz-kaol (vert feuille, — vert eau, — vert chou.) Très vieux, 
koz-dmiar, (vieux comme la terre), — koz-Noe (vieux comme Noë.) Cheval très 
lisse (cheval qui a une longue marque ou une longue tâche blanche au front), 
marc'h baill-dour. Très tendre, tener-gliz (tendre comme la rosée.) Brao- 
Doue, — brcLo-eal, 1res beau (beau comme un Dieu, comme un ange, parlant 
des personnes.) Paour-ran, paour-raz, — paour-Job, — paour-Lazar, très 
pauvre (pauvre comme grenouille, comme rat d'Église,) comme Job, comme 
Lazare. Pinvidik-mor, très riche (riche comme la mer.) Eeun-tenn, tout 
droit (droit comme un coup de fusil.) Noaz-pill, — noaz-ran^ tout nu (nu 
comme un homme en guenilles, comme grenouille.) len-sklas, très froid 
(froid comme glace.) Du-pod, très noir (noir comme le fond d'une marmite.) 
Teval'Sac'h, très sombre (sombre comme un sac de charbonnier.) Teval noz^ 
— troubl-noi, — troubl-deiz^ très obscur, très trouble (trouble comme cer- 
tain jour et certaine nuit.) Gug-iar, très bègue (bègue comme une poule.) 
Sioul-logod, très silencieux (silencieux comme des souris ) Guenn-sifif très 
blanc (blanc comme cygne.) Brein-tu/f (parlant du bois), très pourri ; pourri 
comme douvelles. Cependant tuff, veut dire plus souvent entièrement. Il vaut 
donc mieux dire : brein-tonn, — brein-tont, pourri comme un vieux chêne ; 
comme de Tamadou de bois, pour les fumeurs à la campagne. Riiz-tan, -- 
ruz-glaou, très rouge (rouge comme charbon, comme feu.) Tri^t-maro, très 
triste (triste comme un mort ; comme la mort.) Sklear-deiz, très clair (clair 
comme le jour.) Henvel-buez, — henvel-poch, très ressemblant (portrait 
craché.) ])ivalo-me%, très abject (vilain à faire honte.) Dous-mel, très doux 
au palais (doux comme miel.) Ledan-vor, très étendu (large, vaste comme 
la mer.) Mintin-goulau, de très bon matin. Louz-kagn, très sale (pariant des 
personnes,) sale comme charogne, comme prostituée. Louz-pemoc'h, sale 
comme cochon, Divezad-noz, très tard (tard comme la nuit close et avancée.) 



Digitized by VjOOQ IC 



n 

30 Certains superlatifs se forment en mettant le mot goall devant l'adjectif 
(en mauvaise part); Ex : goall-fall, très mauvais; goall-domm, très chaud; 
goall-glanv, très malade. 

40 Souvent on met après Tadjcctif les mois braz, ou meurbed, /caer, Ire, 
(Jreistf pour former des superlatifs ; Ex : ahred-kaer, de très bonne heure ; 
dizolO'Jzaer, très franchement; galloudek-msurbed, très puissant; kre-hraz, 
très fort ; aliez-braz, très souvent ; braz-tre, très grand ; mad-tre, très bon ; 
karet-drelst, très aimé; brao-dreisl , splendide, très beau. Le mol tre, comme 
augmentatif, est propre au Tréguier, à Vannes et à la Gornoualllcs. 

50 Parfois on met les mots dre-z-han tout, — dre-z-ho tout, à la suite du 
substanlif, qui remplacent alors l'adjectif correspondant; Ex : un champ tout 
fleuri, eur park, bokejou dre-z-han tout. 

60 On peut mettre aussi les mots ken a.,, ken a, ken. . . (avec des points 
suspensifs,) à la suite de Tadjectif, pour avoir le superlatif; Ex : skniz ken a.. . 
très fatigué, — fatigué au possible (autant que possible.) Cette locution est 
elliptique, et le verbe sous-enlendu est facile à suppléer. On dit encore en 
ce sens : leur sioul ha tra, très silencieux, kel laouenn hag ann heol, très gai 
(aussi silencieux que n'importe quoi, aussi gai que le soleil ; voy. Dictionn. 
Troude 1869, au mot Possible. 

70 Quelquefois on met les mots enn he goasa (f.), — enn he oasa (m.), en 
mauvaise part ; enn he guella (f .), — enn he vella (m.), — enn he etn*tisa 
(des deux genres.) Ces deux dernières phrases sont prises en bonne part. Pa 
vez ar boan enn he goasa^ quand la douleur est des plus vives. Pa t^ezo ann 
ene emi hc eurusa, quand l'âme sera la plus heureuse possible, (quand fâme 
sera au comble du bonheur.) 

80 On peut encore mettre evel, comme^ devant le terme ajouté au positif, 
et servant de type à la couleur, à la quaUté, à la manière d'être...; Ex : sioul 
evel cul logodcn, très silencieux, au lieu de sioul-logody silencieux comme 
souris. Voy. N» 3, — Superlatif. 

9<* Quelques uns, d'après Troude, répètent simplement l'adjectif ou l'ad- 
verbe : aUcz-aliez, très souvent; bihan-bihan, très petit, ou mettent la 
désinence i^ après l'adjectif : bihanik ; voy. Dict. Troude, aux mots Superlatif 
et Très. 

26. — Le superlatif le meilleur, les meilleurs, avec un nom, veut le verbe 
correspondant à la place du nom. Ce verbe se met alors à l'infinitif précédé 
de da, particule ; Ex : les meilleurs chantres, ar rc vella da gana, L,os * 
meilleurs plants, ar re vella da blanta; voy. Troude. 



Digitized by VjOOQ IC 



73 

27. — Que, après le superlatif. — C'est le plus mauvais (ils que je connaisse, 
krisa tnap atn euz gt*elet, eo. Voilà le meilleur homme que je connaisse, seiu 
eno kaera (guella) den a anavezann ; Voy. gramm. Hingant 

28. — De rAdverbe. — L*adverbe s'exprime par l'adjectif, simplement, dans 
une foule de cas : kcUounek, courageux, courageusement. 

Bemarqae lo La préposition var, sur, avec un nom ou un adjectif forme 
aussi des adverbes : var-nez, sur le point de ; var he lent, timidement ; var 
he groumm ; — var he dort, en se courbant ; — var ront, circulairement, — 
obliquement. 

Eemarque 2» On met encore er, e ou es, devant l'adjectif, pour former des 
adverbes : er iaouanfc, — e iaouank, — ez iaouanh, tout jeune ; ez lent, 
timidement ; e ien, tout froid, — froidement ; voyez no 32. 

lemarqoe 3® La préposition bretonne a, devant un adjectif ou un nom, 
forme également une foule d'adverbes : a-varo, — a-blas, d'une manière 
immobile ; a-vi/ianik, tout jeune, — dès l'enfance ; a-vareou, — Or-vereadou^ 
périodiquement, — par période ; a-dreuz, de travers ; a-veac'hy — a-boan, 
à peine ; a-gas, impétueusement, — en toute vitesse ; a-viziez, obliquement ; 
a-dro, obliquement, — circulairement ; a-gom, du coin de l'œil ; a-ront, 
obliquement,^ — circulairement ; a-gamm, en courbe ; a-vel, visiblement 5 
a-guz, secrètement ; a-dreuz, de travei's ; a-hed, en long ; a-gostez, sépa- 
rément, — à part; a-vem, en pile; a-dareadou, par quartiers; a-neheudou, 
peu à peu ; a-vechou, parfois ; astropadou, pôle-mêle ; a-strolladou, en 
foule, — par groupe ; a-goz, de vieille date ; a-zoug, sans toucher à terre ; 
a^zoug he gamm, en se soulevant, pour marcher. 

Bemarqae 4o Les adverbes dénotant une bonne ou mauvaise qualité dans 
celui qui agit, demandent gant (avec), avant le substantif abstrait : gant 
guiziegez, savamment, — avec savoir; gant dievezded^ sottement, — avec 
inattention, — avec imprudence. Quelquefois, lorsqu'il n'y a pas de négation, 
on rend l'adverbe par l'adjectif précédé des mots evel eunn den, comme un 
homme ; evel eunn den diek, nonchalamment, comme un homme noncha- 
lant. Fraternellement, evel breudeur, comme des frères. 

29. — De rAdjectif composé, où la préposition a, joue un rôle, comme dans 
certains adverbes : a-zere eo d'id mont d'he velet (deread eo d*id, ..J, il est 
convenable que tu ailles le voir ; a-dro eo d*id mont — (a-dro emaoud da 
vont, . .y, — a-roud emaoud da vont y il t'est commode (il est à ta commo- 
dité) d'aller. A-du, qui peut s'adapter à, — disposé à. ..; quelques-uns 
commencent à y ajouter le sens de partisan de.. . ; ce que les anciens bre- 
tonnants expriment mieux par : enn eunn tu gant. . ., du môme côté que. . • 

10 



Digitized by VjOOQ IC 



74 

IBn eff«t, une ehoie peut s'acoorder avec une autre, s'y adapter, sans être du 
mèmiê e6té. ié-èotie» emaint^ ils sont en équilibre (au propre et au figuré.) 
A-vouez emaint, leum voix s*accordant, A^venty a-oad, a^zanvez, e pep hent^ 
§^*h erri40iU mad, pour la taille, Tâge, la fortune, sous tous les rapports, ils 
vont bien ensemble, A-v$l, visible. A-skuill^ — a-ver^ — a-zil, goutte à 
goutte. A-ru^, — a-drein, — a-ruzoïi, traînant, ou en se traînant à terre 
((km%o%^g en est l'opposé.) A-ispUl, au croc, en suspens. A-zek gueach eo paet, 
il est payé (indemnisé) au décuple. 

30. — De ridjcctif simple. — Au lieu de Tadjectif on met souvent le subs- 
tantif ; dcryer eo fiziout enn-han, il est dangereux (c'est un danger) de se 
fier à lui. Ne d-eo ket 5 [ne ket) henor beza fiez d'ezkan, il n'est point 
honorable (ce n'est point un honneur) d'être son parent. Mez eo d'e-hoc'hy 
c'est honteux (c'est une honte) pour vous. Ne ket souez, ce n'est pas étonnant 
(ce n'est pas un étonnement.) 

31. — La désinence ahle, dans les adjectifs, n'a pas d'équivalent, en 
breton ; on met alors, pour le physique, eat da, — diez da, — mad da^ ^ 
fiiU da. Le verbe répondant à l'adjectif, se met alors à l'infinitif : dour mafi 
da etfa, de l'eau potable (eau bonne à boire.) Eaz da anaout^ reconnaissable 
(facile à reconnaître.) Die% da vibri, — fall da zihri, non mangeable (difficile, 
mauvais i manger*) 

Au moral, on met seulement, dans la plupart des cas, da veza, à être, avec 
le participe, passé correspondant : da veza henoret (sous-entendu din, digne), 
honorablOi — à être honoré. Da veza kredet, croyable (à être cru.) Quelquefois 
cependant on mettra la désinence uz^ ajoutée au substantif : kenor^ honneur; 
henoruz, honorable ; truez, pitié ; truezuz, pitoyable ; goelvan, lamentation ; 
goelvanuz, lamentable. Au moral, on peut souvent mettre bu/ian da, prompt 
à, suivi du verbe, à l'infinitif : den bukan da deri (G.) ; — den buhan da 
fhtha (L.), homme inflammable (irascible.) De même, dans certaines phrases, 
on remplace l'ai^ectif terminé en able, par le substantif simplement, comme 
on l'a dût au N<» 30 : ne M henor beza nez d'ez-han, il n'est point honorable 
d'être ton parent ; voy. No 12. 

32. — Les aciyectifs, pikpl, — felpenn^ — fouUrennf — koz, — briz, — 
fais ou faoz^ — krenn, — gouez^ — goall, — pez, sont les seuls qui pré- 
cédent le nom ; Ex : pikol den, — pez den, un homme très grand ; pikolou 
(pikoliouj mein (C), d'énormes pierres 5 felpenn-vara, très gros morceau 
de pain; fàuUrenn-ki, énorme chien; koz4i, mauvaise habitation; bri%- 
kristen, mauvais chrétien ; fcUs^Doue^ faux Dieu ; faoz-fleur (L,), fiiusites fleurs, 
(Ibê-fleur) (G. T.) ; ktenn^motr, adolescent ; gouep^unn, orne, ou frêne 
MQvage ; g^uezrtistr, piquette de marc ; goall-4^z, méchante femme ; eurpez 
hik /pour eur pêsiad^kikj^ un gros morceau de chair ; /au pluriel : pesiou-kik, 
— pmAdm^kikJ\ $wr pe% hwiiwmd «a^, une grande bande de vaches. 



Digitized by VjOOQ IC 



1f5 

33. — L'adjectif, ainsi que le participe passé, se mettent avant l'auxiliaire 
Etre : Sans cela, j'eusse été heureux, eurta e vi^'enn bet panafedê-^e. Sans 
^^Asi il se serait noyé, heuzet e v^e bet p<mafede-%e. La voie et la porte qu^ 
mènent à la damnation sont larges et spacieuses, ledunn eo ann or, ha hrat 
ann hent a gas d'ann daonedigtiez, 

34. — Le conditionnel s'emploie souvent pour le présent dn subjonctif: 
Je ne crois pas qu'il marche jusque-là, ne gredan ket e valefe beteg eno, 

35. — Le présent de l'indicatif français précédé de si conditionnel, dans 
les verbes Etre et Avoir, se rend par les temps : benn, — 6es, —be, — bemp 
hec*h, — bent (des verbes beza ou bea), et par : am be (em bej, a$pe (es pe), 
en deve (ra), — e deve (f), etc, du verbe kaaut, si ce présent peut se tourner 
par le futur, en français : Si je suis (si je serai) malade, je n'irai pas, mar 
benn (ma venn) klanv, ne d-tnn ket ; il en est de même, quand il est pré- 
cédé de quand, ou de lorsque, si qnand et lorsqie ne déterminent le temps 
que d'une manière générale, c'est-à-dire si on peut mettre : toutes les fois 
que, ou bien, quel que soit le temps où,,. Pave (sens habituel) ; pa' t êo 
(pa ez eo) (sens actuel). 

36. — Si, mar, indiquant le futur, demande le conditionnel, dans tous les 
verbes. S'il venait, mar teufe ; si je savais, ma aufenn (mar gaufenn.) S'il 
pleut, ce soir, mar be*glao, fenoz, 

37. — Quand il y a deux propositions où l'on emploie les verbes bretons 
beza et kamtty après pa^ il faut se servir de benn, bet, be, bemp, bec% bent, 
dans les deux propositions. Quand il a réussi en quelque chose, c'est un 
plaisir de l'aborder, pa ve deuet a-benn ettz eunn dra benHog, e ve ébat 
tostaot out-han. Quand il a de l'argent, il a envie de se promener, pa en 
deve (p'en deve) ar<fhawt, en deve <fhoant baie. Pendant une heure, après 
ces défaillances, e41e n'a le sentiment de rien, epad emin Aeur goude ma «# 
bet semplet eveUe, ne deve sonj eut netra (ne deve meit, du latin mené,/ 

38. — Il fout, comme on le voit, distinguer, dans les verbes^ le sens adae 
du sens habituel et intensitif ou fréquentatif. Il a soQveet la migraine, po&n 
benn en devez aliez, U a aujourd'hui la migraine, poan henn en dem hiriùm 
Il est souvent malade, klanv e vez aliez ; — . il est malade aujourd'hui, htal¥f 
eo hirie. Quand je sais, -* que je sais (maintenant) , pa c^kouzounn, — pa 
auaeunn (sens actuel); — pa ouezann, quand je sais, sens fréquentatif, ou 
temps indéterminé, c.*à-d. toutes les fois que; — quand on sait, pa otuor {seu% 
actuel); —pa ouezer (sens fréquentatif.) Je suis malade, klanv ounn (sens ac- 
tuel); — klanv e vezann(evenn) da vod, je suis sérieusement malade (sens in- 
tensitif) ; — klanv e venn dalc^h-mad, je suis sans cesse malade (sens firéquen- 
tatif.) Gomme il dépense à mesure qu'il gagne, il n'a point besoin de bourse. 



Digitized by VjOOQ IC 



76 

eveî ma tispign dre ma c'hounez, ezomm ebed a iac'h n*en devez (prov.), 
(sens habituel.) Il sait, e oar (sens actuel) ; e ouez (sens fréquentatif.) Quand 
on a deux bons bras, pa vez divrecli mxid (C. T.), — pa vez divreac'h mad (L.) 
(sens habituel.) Tu fais, ocli ober emoud (senç actuel) ; ober a rez (sens 
fréquentatif.) On est, es or, — cmeur (sens actuel) ; e vezer (sens habituel.) 
Je ne fume pas (actuellement), n'emounn ket o vutuni\je ne suis pas fumeur 
(Je ne fume pas habituellement), ne vutunann ket. Ce n'est pas là que je 
demeure (que je fais actuellement ma demeure), ne ket eno emounn o choum 
(brema); — ne ket eno e vezann o choum, ce n*est pas là que je réside 
habituellement. Dis-moi qui tu hantes, et je te dirai qui tu es, lavar d'inn 
gant piou ez es, ha me lavaro d'id petra rez (prov.), (sens habituel.) Les 
vieillards ont plus de précautions que les jeunes gens, muioc*h a evez a vez 
enn dud koz evid enn dud iaouank, 

39. — II, elle, eux, elles, commençant une phrase, demandent à être 
traduits par hema, houma, ar re-ma, ou par hennez, hounnez, ar re-ze, 
lî'est Thomme qui convenait le plus, hema eo ann den a blije muia. Il étai* 
celui qui convenait le plus, hennez oa ann hini a blije muia. 

40. — Dans les phrases où le sujet est indéfini, on ajoute, eunn den, — 
evit ann den, etc., selon les cas. Agir ainsi, c'est être mauvais citoyen, ober 
evelse a zo beza eunn den fait. Cela produit Tendu rdssement du cœur, dre-ze 
(gant'Se) e teu kaloun eunn den da galedi. Cela vous envoie des vapeurs au 
cerveau, ann dra-ze a gas moged da benn eunn den. Il ne faut pas juger à 
a mine, arabad eo bam eunn den dioc*h he vdet idioc*h he ear.) 

41. — Les noms bretons terminés par ad, désignant la plénitude de Tobjet, 
ou indiquant un membre malade, conservent le genre du nom, auquel on a- 
joute cette désinence : Barlenn, (f.), giron ^ barlennad (f.), la plénitude du 
giron d'une femme assise. Tok (m) ; — tokad (m) ; plein le chapeau. — 
Troad (m), pied ; troadad (m), mal de pied ; Voy. le No 14. 

42. — On ajoute souvent les mots, anezftan, — anezhi, — anezho, dans 
les phrases comme celles-d : Il fait nuit sombre, du-teval (tevaUnoz) eo o- 
nczhù II est bien fier, goaU-fier eo anezhan. Le pronom personnel Id^ est 
neutre, en ces cas. 

43. — Dans les longues périodes ou énumérations, on repète le premier 
mot, avant de formuler le verbe de la fin, comme on le fait en français ; Ex : 
Les mois qui . . ., ces mots-là sont .... D'autres fois on mettra le mot dis- je, 
a lavarann-me, à la suite du sujet répété. Lorsqu'une longue phrase com- 
mence par Bi, mar, ou par quand pa, on mettra neuze, alors, avant le ver- 
be de la fin ; Ex : Quand on n'a pas l'esprit attentif, l'âme recueillie, la prière 



Digitized by VjOOQ IC 



77 

tfesl plus qu'nH bruit de paroles, pa ve% dizonj ar spered^ pa ne daol 
ket afin ene evez oc'h ar pez a ra ar c'horf^ ar bedenn ne d-co neuze ne- 
met eun tammik trouz great gant.ar ginou ha gant ar muzeîlou. 

44. — Dans les apostrophes, on ajoute souvent les mots : a zo ac'hanoud'^ — 
ma^%tmd / (ou ac'hanoud ! simplement.) l'on ! Den diot a zo ac*hanoud / — 
Den diot ac^hanoud ! 

45. — Dans les phrases indiquant un événement malheureux, on ajoute 
souvent, é^lement ; les mots : siouaz ! fsiouaz d'inn !) — siouaz d*ezhan ! — 
siouaz d'ezhi ! — siouaz d'e-omp ! — siouaz d'ez-ho ! malheureusement ; — 
malheureusement pour moi, etc. 

46. — Au vocatif, dans les injures, on met ; pez ou ira ; devant l'adjectif: 
Pez divalo (Pièce vilaine ou salope.) Paresseux ! tra didalvez ! (objet sans 
valeur), i»u bien, en laissant de côté les mots pez et tra^ on dira, comme 
dans les apostrophes : loudourenn ma z'oud! — mezhe velet, ac'hanoud!— 
didtUvez ma'zoud ! 

47. — (2uand le sujet en question est jeune ou petit, on désigne ses mem- 
bres par la désinence ik^ au singulier, et igou, au pluriel, qu'on ajoute au 
substantif; cette désinence est un diminutif très expressif, He zaou droadik, 
ses deux (petits) pieds ; he droadigou, ses (petits) pieds ; Voy. le No 40. 

48. — Après une voyelle, ou une des lettres, l, m, n, r, on met S6, dans 
les adjectifs démonstratifs : Ces enfants, ar vugale-ze, cette baguette, ar via- 
len-ze ; dans les autres cas on met se, 

49. — Ceci, cela, se rendent par 'iiement-se, dans le sens abstrait, et par 
ann dra~ze, dans le sens concret. 

50. — QUE, terme de comparaison, se rend par ha, — hag, (eget, — egedj, 
fevU, — evid), selon que ces mots sont suivis ou non d'une consonne, ou 
d'une voyelle, ou d'un /* muet.. Cependant, devant un adverbe, on mettra 
eget, — eged, et jamais evit, — evid. Quand la phrase est longue, on met 
evel ma, — evel, au lieu de eget, — evit, en répétant le verbe ou l'auxiliaire, 
comme dans l'exemple suivant : Il n'a pas commis la moitié des péchés com- 
mis par moi, (à moitié près, autant de péchés que moi), n'en deuz ket great 
ann hanter kement a he^hejou evel am euz-me. 

54. — Quand l'auxiliaire Beza, être, se joint au verbe, il le précède quand 
ce verbe est nu neutre, en breton ; mais il le suit, quand le verbe est à l'ac- 
tif. Ou vas-tu? Ba beleac'h emoud-te o vont? — Qu'est-ce que tu fais là? 
(VA ober petra emoud-te aze? — En Tréguier, on dira, cependant : Peleac'h 
(m<if (sens actuel); peleac'h vez o vesan da zenved? (sens habituel), Où es-tu 
à faire paître (à garder) tes moutons? — petra oud oberl Qu'est-ce que tu fais? 



Digitized by VjOOQ IC 



78 

52. — La Conjonction ha (Et) se répète, en breton, après les mots Par oo 
Avec: Par Pierre et toi, gan ez4e, ha gant Perr. Avec toi et moi, gan-e>te 
ha gan-em-me. Par le secours de Joseph et de Marie, dre zant Jozef, ha dre 
ann Itroun-Varia. Par la langue et par les yeux, Dre ann teod ha dre ann 
daoulagad. Cette règle n'est pas de rigueur dans les phrases courtes. 

53. — On met le substantif avant le verbe, au personnel : trouz a 20, — 
iraui a glevann^ il y a du bruit ; j'entends du bruit : On dit cependant : Be- 
za a zo trouz (he' a zo], (hea* zo] ; — [me a glev trouz, forme impersonnelle.) 

54. — Quand on parle au figuré, on doit mettre evel, (comme), devant 
rexpression figurée : La prière est un encens. Ar bedenn a zo evel eunn e- 
zans. Le sang d'Abel est une voix qui crie de la terre vers moi, goad Abel 
a zo evel evr vouez (hag) a zao eu% ann douar heteg enn-oun. Les rayons 
dorés du Foleil sont autant de petits soleils, bannou ann heol evel alaouret, 
a zo evel ken aliez a heoligou, (a heolouigouj. 

55. — Les verbes neutres, et souvent les verbes actifs prennent l'auxiliaire 
obéi' (faire), qui se conjugue, et se met toujours à la suite du verbe qui mar- 
que l'action et qui est à l'infinitif, en ce cas. Dont a reaz, — Dont a eure^ 
il vint (venir il fit). LMvaret a riz d'ethan, je lui dis mot-à-mot : Dire je fis à 
lui). Kana en deuz great, il a chanté (à la lettre : chanter il a fait). Laza a 
fnnn al loan-ze^ je tuerai cette béte (à la lettre : tuer je ferai cette hHe), 
liirvi a ra ann dour, l'eau est en ébullition (m. à m : être en ébullition fait l'eau). 

56. — Dans le style poétique, le substantif abstrait se personnifie, et est 
toujours masculin, en breton : Le Temps emporte tout, ann Amzer a gas 
pep tra gant-han (quoique amzer, soit féminin). 

57. — Il faut toujours distinguer l'affectif du particice passé ; Ex : Aveugle, 
dall ; aveuglé, dallet. Cheval qui a perdu un fer, ou tous ses fers, marc'h 
disfiouarn; cheval déferré à dessein, par quelqu'un, marc'fi dishouamet. 
Démanché (dont le manche est parti), didroadet \ sans manche (à qui Ton 
n'en a pas mis) ,*didroad (adjectif). 

58. — Le nom abstrait veut le verbe au neutre. L'âge nous engourdit, 
pounneraat a reomp dre gosaat. — Le substantif, lui-môme, devient verbe 
neutre en ce cas, et se met à l'iofinitif précédé de dre (par), comme on le 
voit par l'exemple cité plus haut. — Quelquefois on met dont da veza (m. à 
m : venir à être), suivi de l'adjectif coi respondant, au lieu du verbe actif; 
Ex : dont a reer gouH gant ann oad. — (dont a reer da veza gourt gant 
ann oad). Comme on le voit dans la dernière phrase, le substantif sujet est 
précédé alors de la préposition gant (avec), et de l'article ar ou ann. — On 
peut dire également dont a reomp da (fhoiirda gant ann oad, (en faisant 
un verbe neutre du verbe actif). 



Digitized by VjOOQ IC 



19 

59, — Les veribes bretons sont souvent transitifs et intransitifs, à la fois ; 
Ex : Bega, — dont da vega, rendre pointu, ou devenir pointu. 

60. — Le verbe passif se met au lieu du verbe actif, quand il s'agit sur- 
tout d'êtres inanimé : Les pommes aigres m*agacent les dents, taUouzet eo 
va dent gant ann aoeUou trenk. Il s'est cassé la jambe, tarret eo bet he 
c'har gant'han. Il doit en être de même, quand il s'agit d'éviter l'amphibo- 
logie, ou de donner plus de force à l'expression. 

61. — Le conditionnel passé ou présent est en y, ou en cfi ; et le condi- 
tionnel futur est en /■; Ex : Je voudrais, j'aurais voulu y avoir été, me garje 
{me garche) beza bet eno ; je voudrais y aller, me garfe mont di. Si je vou- 
lais, mar karfenn ; si j'avais voulu, mar Harjenn (mar Aarchann). 

Gl. — Dans les verbes dont le radical finit en v, on forme le conditionnel 
futur en remplaçant ce t; par un f, de manière à avoir le redoublement de 1'/"; 
Ex: Sevel,— kavout (pour /aaut), beva, — klevet,— devi, lever, avoir, vivre, 
entendre, brûler ; bi^evi, — briser, — broyer. Le radical de ces verbes est, 
sav, kav, klev, bev, dev, brev ; si je levais, mar saffen ; si je trouvais, mar 
kaffenn; si je vivais, mar beffenn, ou ma veffenn; si j'entendais, mar kîeffenn-^ 
si je brûlais, mar deffen. (Les lettres s'appellent entr'elles ; mar breffenn^^ 
ma vre/fenn, si je brisais. 

63. — Tout verbe dont le radical finit en z, conserve ce s, ou le remplace 
par «, avant f, dans le conditionnel futtir. On dira donc, à volonté : me a 
c^houezfe, ou me a c'houesfe, je soufflerais. 

64. — Quand le verbe est à l'impersonnel, l'attribut suit le verbe : me am 
euz poan, je souffre. Dans le cas contraire, il le précède ; poan am euz. 

65. — Les termes de religion, de science, ainsi que les mots modernes, 
sont des mots nécessaires, en breton ; Ex : Confession, Aovesion ; dispense, 
dispans ; Absolution, absolvenn ; Cuirassier, kulasour ; les votes, ar votadek; 
sodalistes, sosialisted. Election des députés, eleksion ann Deputeed ; la chi- 
mie, ar chimi ; la physique, ar fuiik ; l'analyse, ann analiz ; l'arithmétique, 
ann arimitik, etc. (^pendant on ne doit faire ces sortes d'emprunt qu'avec 
discrétion, pour ne pas surcharger la langue bretonne de mots étrangers. 
Ordinairement on pourra remplacer ces expressions par une périphrase ; 
Yoy. le No io. 

66. — Dans les définitions, le substantif abstrait est remplacé par l'adjec- 
tif précédé de l'auxiliaire beza (être), ou ober ou haout (faire), — (avoir), ou 
encore, par le verbe correspondant, simplement ; Ex : L'humilité est. .. Beza 
humbl a zo (a zinifiK La prière est une élévation de l'âme vers Dieu, pedi a 
Z0 (a feinifi) ^^^^ *^ c'hcUoun var^iu Doue, 



Digitized by VjOOQ IC 



80 

67. — L*infinilif français qui suit lequel? — qui? — quoi? (interrogatifs ou 
non inten^ogatifs), se met à Tinfinitif breton précédé de c2a ; Ex : Lequel 
prendre, pehini da gemeret. Je ne sais qui inviter, n'ouzounn piou da bedi. 

Changement de l'Abstrait en Concret. 

68. — Les noms abstraits d'action se mettent au radical qui en fait alors 
une sorte de substantif, avec ou sans article \ Ex : c'est là qu'on a vu 
manger, batailler, incendier ! etc., eno e% eux bet dreb, — kann, ou laz, — 
dev ou deo ! etc. Diminuer de volume (faire son diminuer de volume), ober 
he goaz (du verbe koaza, se consommer en bouillant), se tasser, — s'évaporer, — 
diminuer de volume. Frottez-le un peu, grit eur fret d'ezhan. On peut encore 
mettre l'infinitif avec l'article ar, — ann, — ai, et avec la préposition er, — 
el (dans) *, Ex : l'administration d'une ferme, ann tiehaat, La diminution de 
volume, ar c'hoaza. La vie, (le vivre) est dure, ar beva a zo diez (L.) (a %o 
tenu C. T.) Dans la lecture et l'écriture, er sknva hag el lenn. L'écriture 
et la lecture, ar skriva hag al lenn (le écrire et le lire). La coupe des blés, ar 
medi. J'en ai fait l'examen, eur c'hompren (eur c'homprena) am euz gréai 
d'eihan ; car les noms abtraits d'action se désignent par l'infinitif qui les 
exprime. De môme on dira, pour exprimer l'action par le simple radical : lez 
da stlabez ar foenn-ze, cesse d'éparpiller ce foin. Lez da c'hlabous, cesse de 
babiller. Nag a bil (nag a c'hlabous, nag a c'haog) a zo var da c'hinou ! 
comme tu brailles ! Nag a zach bleo a zo eire—zho, (à la lettre : quel tire- 
cbeveux il y a entr'eux — pour dire que des gens îvres se battent.) 

69. — Souvent on met l'infinitif, au lieu du substantif abstrait, en le faisant 
précéder de l'adjectif, de l'article, ou de la préposition : eur, — eunn, — 
ar^ — ann, article, — er, — el (dans, préposition) ; Ex : il a pris à sa 
charge un transport difficile, EUR oaUgas en deus kemeret enn tu diout-han. 
Ge transpèrt est difficile pour nous qui sommes âgés, ann dougcnze a %o 
diez d'e-omp-ni tud koz. Un langage âpre, rude, grossier, eur parlant lourt 
{teOy-garo), — eur e'haoze lourt (teo,'garo) ; voy. les no« 68 et 73. 

70. — Quelquefois on met l'infinitif, au lieu du substantif abstrait. Plus 
léger pour la marche (pour marcher), skanvoc'h da vale. Dans l'attente de son 
enfantement, var c'hed da c'henel he map, — o exhortez he map da <^henél. 
En voyage, o vont enn hent. Je suis cause de sa perte, me a zo kaoz d'ehzan 
d'en cm goll. Au sujet de la mort, divar-benn meruel. Temps favorable à la 
semaine, amzer vad da c'hounit ed. Bien-taillé pour la mairie (pour être 
maire), gobariet-mad da veza mear. Il nous a aimés jusqu'à la mort, karei 



Digitized by VjOOQ IC 



\ 



84 

«n deuz acThanomp hete mervel {evidomp). Connaître l'avenir à la vue (à 

Vlnspeclion) des astres, klask gouzout ann traou da zont^ dre evesaat oc*h 

ar ^ered ( dre velet ar stered,) L'âge nous appesantit, pounneraat a reomp 

are gosarrt. Voy. le no 58. ~ C'est demain l'ordination, varc'hoaz ema rei ann 

ursou. Une éléTstion de l'âme vers Dieu, sevel hor c'haloun var-zu Doue. 

J'Mme mieux la mort, çuell eo gan-en mervel. Être près de la mort, heza 

tost da vervel. Par l'amour déréglé du monde, dre garet re traou ar hed-tna. 

Je TOUS dois des remerdments, ho trugarekaat a dleann, La pauvreté (être 

pauvre) n'avilit personne, heza paour ne d-eo ket pec'hed, 

71. — Dans certains cas le substantif abstrait se rend par un des temps du 
verbe correspondant à ce substantif; Ex : partage du royaume d'Israël 
rouantelez Israël rannet. D'une voix plaintive, oc'h hirvoudi, — en eur 
hirvoudi. Après la mort de son fils, goude ma varoaz he vap (digant-han.) 
Dans la nudité, divisket e noaz. Je désire sa mort, c'hoant am euz e kollfe 
he vuez. A sa durée nous jugerons, dÀoc^h ma pado, ni a vélo. Pendant une 
heure après ces défaillances, epad eunn heur goude ma vez bet semplet evelse. 
Après son péché, goude heza pec'het. Vouloir son salut, klask gounit ar 
harados. Sa conversion a étonné tout le monde, souezet eo het ann holl, pa 
zistroaz oc*h Doue dre vir hinijenn. Attendez sa venue, goHozit anezhan da 
zont. Habitué aux privations, hoaz da gaout diouer. Il a été cause de mii 
perte, hennez azohct kiriek (T.) fa zo het kaoz) d'in d'en em goll. Il a deux 
mois de sevrage, daou viz dizounet eo. Avoir l'estime du public, heza islimet 
gant ann holl. Il est troublé à l'approche de le mort, enkrezet eo gant ar 
maro o tostaat. Je vous apprendrai le mépris des biens terrestres, me a zesko 
ac'fianoc'h da zispTÎjout madou ar hed. Depuis son départ, ahaoue ma*z eo 
eat ktUt. Les rechûtes fréquentes, koueza allez er pec'hed. Juger à la mine, 
ham eunn den dioi^h he velet (dioc'h he ear.) Après bien des recherches, 
goude heza klasket e meur a leac'h, — goude heza klasket epad hirr amzer. 
En voyant son abattement, o velet anezhan en em lezet-holl ( fallgalounet- 
neat.J T«e lieu de son apparition, al leac'h m'eo het guelet (enn-han.) Sa 
rechute n'en sera que plus terrible, neuze ec*h afeillo goasoc'h a-ze. Le jour 
de leur délivrance, ann deiz m'oant bet tennet a boan. L'avenir, ann traou 
da zont. Ses économies, ar pez en deus erpemet. Dieu exige nos louanges. 
Doue a c*/iOulenn ma ve meulet gan-e-omp \ voy. le n<> 82. La flagellation 
du Sauveur, hor Zalver skoutjezet. 

72. — Les substantifs abstraits deviennent concrets ; Ex : venger un crime 
(un criminel), kastiza eunn torfedour. Imitation de Jesus-Christ, Buez 
Jezuz-Krist skouer ar gristenien. Le sodaUsme (les sodaUstes), ar zosialisted, 

^^ 



Digitized by VjOOQ IC 



La fVanc-maçonnerie (les francs-maçons), ar frmndsouned, La jeunesse (lôd 
jeunes gens), ar re i<wuank, — ann dud iaouank. Dieu ehérit la Virginité (les 
âmes vierges), Doue a gar kalz ann eneou guerc'h. La réalité de la vie (la vie 
réelle, * la vraie vie, - la vie sans fin), ar guir vuez, - ar vuez a bado da vikenn» 
La sécheresse (le temps sec), ann amzer zeac'h. Le tribunal suprême de Dieu, 
Doue ar bamer braz. Que Saint Pierre était pénétré des grandeurs et des 
abaissements de son Maître ! Pegen doun e lekea Sant Perr enn he spered, 
he Vesir, hag hen ker braz, lekeat ken dister ! 

73. — Le substantif abstrait se rend souvent par Tadjectif, ou par l'adverbe; 
Ex : il n*avaU pas commis la sottise de le lui dire, n*oa ket bet den diskiant 
da lavaret kement-se d^ezhan. Sans Tattention de l'esprit, pa vez dizonj ar 
speredé Joindre la bonté a la force, beza mad ha nerzuz ive. Entre la vie 
et la mort, être beo ha maro. A cause de sa bonté, dre ma'z eo mad. La 
bienséance, ann deread. Dans sa jeunesse, ez iaouank, — er iaouank, — 
e iaouank. Un peu d'eau sépare la propreté de la saleté, n*euz nemet eur 
banne dour être neat ha loudour (prov.) Les Cieux nous disent les grandeurs 
de Dieu, ann Envou à lavar d^e-omp peger braz eo Dous, Ma fatigue était 
extrême, skuiz-maro oann. Sur une hauteur, var ann huel. C'est la distance 
qui empêche, ar pell eo a vir. Son langage est âpre, — dur, — grossier, 
lourt e parlant, — garo e komz, — teo e kaoze. Voy. no 69. 

74. — On met aussi Tacyectif au lieu du verbe ; Ex . on se fatigue moins à 
cheval qu'à pied, didorroc'h eo d'ar e*horf beza var-varc'h, evU beza 
var-droad. 

75. — Le substantif abstrait précédé de petir (préposition), se remplace par 
l'infinitif correspondant ; Ex : pour le ourage du puits, evU skarza (karzaj 
ar puns, 

70. — Le substahtif abstrait précédé de la préposition par, se remplace 
également par l'infinitif correspondant précédé de dre ; Ex : par l'amour 
déréglé du monde, dre garet re iraou ar bed ; voy. no 70. 

77: — Quand il s'agit d'une action continue du métier que l'on prend, on 
met le verbe correspondant au nom du métier, à l'infinitif, avec var, («»r), 
et l'article ann, — ar, — al, lequel infinitif devient ainsi une sorte de 
substantif ; Ex : il a songé à prendre le métier de scieur, var ann heakennat 
en deuz sonjet mont. 

78. — On met encore souvent le participe passé, ou l'adjectif, au lieu du 
participe présent; Ex : quelques rares grains de froment poussant dans 
l'endroit le plus maigre, guinizeniwu deuet {diouanet) el leac'h m*oa faUa 
doareet. Un sergent lé prenant par la main, euf serjant hrùg enn he xoum^ 



Digitized by VjOOQ IC 



ts 

19. — Le substantif ett souvent remplacé par le participe présent; Ex : j'en- 
tends ses cris (je l'entends criant), klevet a rann anezhan o iouc'hal (o krial, — 
iutkil.) Dans un transport de joie, o tridal gant levenez ; voy. no 80. 

80. — Le participe présent prend quelquefois la place de Tadjectif; 
transporté de joie ( dans un transport de joie ) ; voy. no 79. tridal gant 
levenez ; voy .n 85. 

81. — Parfois on met le substantif au lieu du verbe et de Tadverbe ; 
Ex : criant à tue-téte, kH fors gant-ho. On y moud beaucoup, kalza valêrez 
a zo eno. J'ai beaucoup péché, cur pec'her braz ounn. Vous n'aurez qu'à 
perdre en cela, koll o pezo [o po) oc'h oher kement-se. Il en est de même, 
quand on peut changer le verbe en substantif ; Ex : comme tu cries ! (quel 

cri tu lâches ! quel bruit tu fais) ! Ilog a gri (hag a drouz) a zo gan-ez ! 

Comme tu pousses ! (Comme tu y vas ! ) hag a gas a zo gan-ez î 

82. — On met encore le verbe, à l'infinitif, au lieu du substantif abstraitf 
quand on peut former un verbe de ce substantif; Ex : je vous apprendrai le 
mépris des biens de ce monde (je vous apprendrai à mépriser les. . .), me 
zesko ananoc'h da zisprizout madou ar bed. Voy. no 74. 

83. — L'adjectif se met au lieu de l'infinitif, après ne pas, dans le verbe 
lezel (laisser); Ex : ne pas couvrir une maison, lezel disto eunn ti. Ne pas 
ensemencer un champ, lezel dihad eur park. 

84. — Le verbe passif se met souvent à la place du verbe pronominal ; Ex : 
Il s'est cassé la jambe, torret eo bet hc c'har gant-han, 

85. — Au lieu de l'adjectif, on met fréquemment le verbe marquant l'ac- 
tion ; Ex : Ces travaux sont pénibles, diez eo ober al labourou-ze. Plus nui- 
sible qu'utile, a ra muioc'h a zrauk eged a vad ; Voy. le No 80. 

86. — Quelquefois il faudra mettre le substantif, au lieu de l'ac^ectif, pour 
l'accord des termes de comparaison; Ex: Plus il est intelligent, plus il est 
arrogant, 9e*d vrasoc^h eo he spet^ed, seul vrasoc'h a^ze eo he rogentez. De 
même on dira : spount eo guelet anezùan, il est d*un aspect horiible -* (C'esl 
une horreur de le voir.) 

87. -^ VOBBS HPEBSOUBLS (sujet réel, — sujet apparent), avec le li dubi- 
tatif.) Après le si dubitatif seul, on exprime le sujet apparent), on le fait mê- 
me quelqueftûs, quand le verbe n'est pas impersonnel. Ex : je ne sais pas 
s'il fera de la pluie (s'il pleuvera), n'oiizounn ket hag hen a rai glao. Dites- 
moi s'il fera beau aujourd'hui, lavarit dHn hag hen a vezo kaer ann amzer 
kirio (hicho - à Guiclan, et aux environs de Brest). Ici les verbes sont à l'imper- 
sonnel. Dîtes-moi si vous aimez cela, lavarit d'in hag hen e karit ann dra- 
ze (T.) ; au personnel. En Léon et en Comouailles, on dit plus volontiers, 



Digitized by VjOOQ IC 



8i 

îavarit dHn ha c'houi a gav mad ann dra ze, (à l'impersonnel) car, après le 
si dubitatif, on peut toujours mettre le verbe à Timpersonnel. On ne peut 
cependant le mettre au personnel, qu'en le faisant précéder du pronom hen 
Ex : je ne sais pas s'il y a eu assez de bois pour. , . n*ouzounn ket ha g hen 
a zo bet aoualc'h a goat evit. . . 

88. — Pronoms qni se mettent après les verbes et d*aQtres pronoms. 

Ex : As-tu fait ? Ha great ec*h euz-te (T.) — ha grèat et euz-te ? (Pont-L'abbé), — 
fm great e peuz-tef (L.) Sur toi, var-n-oud-te. On met de, au lieu de te, a- 
près les pronoms ed, ez, toi, et id, à toi, gouvernés par gant gan, — ou par 
da ; Ex : j'irai avec toi, me ielo gan-ed-de ; — me a ielo gan-ez-de, je t'ac- 
compagnerai. — je te le donnerai, her rei (he rei) a rinn d'id-de ; mais on 
dira : ouz-id-te eo e komzann, c'est à toi que je m'adresse, parce qu'ici le 
pronom n'est gouverné ni par gant, gan, avec, ni par da, à ; voy. gramm. 
Hingant. — Vous a-t-il vu? /mi guelet en deuz-han a&hanoc*hfT. — {Han 
est, en ces cas, plus usité que hen, parce qu'il suit un verbe.) 

89. — PARTICIPES PASSÉS : erryt, maro, échu, erruet, marvet, echuet. 
arrivé, mort, achevé. 

Règle ponr saioir quand il faut les employer. — Toutes les fois qu'on peut 
changer le temps composé en temps simple, on peut, ou l'on doit employer 
le participe passé terminé en et ; Ex : Il était arrivé pendant que j'étais là 
(on peut dire ici : il an-iva quand j'étais là), erruet e oa epad ma oann eno. • 
etc., voy. gramm. Hingant. 

PARTICULES A, E. 

90. — La particule a, rend, presque toujours le q«e et le qvi relatifs fran- 
çais, tandis que la particule c, ne peut jamais le faire. — La particule a, pré- 
cède les verbes conjugués à l'impersonnel, sauf dans quelq[ue8 cas. — Elle 
précède également le complément d'un adverbe de quantité et de plusieurs 
autres mots qui n'offrent, dans leur emploi, aucune difficulté nouvelle ; Ex : 
On vous donnera avec la mesure dont vous vous seres servi pour donner aux 
autres, gant ar muzul e rofet d*ar re ail e vezo roet d'e-hoc'h (T.) — On 
vous donntyra avec la mesure que vous donnerez aux autres, gant ar muzul 
a rofct \ï) d'ar re-all, e vo roet d'e-hoc'h. — Je donnerai à celui pour qui 
l'on demandera, .d'ann hini e vo goulennet, e rotnn. Je donnerai a celui qui 
sera demandé ici, d'ann hini a vo goulennet ama, e roinn, 

91 CONJONCTION QUE, E. 

La conjonction qae, après un adverbe suivi d'un verbe^ ou après le régime 
indirect d'un verbe, suivi de ce même verbe (quand même il n'y aurait pas 



Digitized by VjOOQ IC 



S5 

de fie, après l'adverbe, ou le régime indirect), se rend par e, avant une con- 
sonne ou un t, suivi d'une voyelle, et par ez, (ou ec% en Tréguier.), devant 
une voyelle ; Ex : je viens ici, ama e teuann; j'irai là, du-ze ez inn, (ec*h 
%nn. T.); je le lui dirai, d'ezhan e lavarinn-ze ; C'est demain que je le ferai, 
tHirc^hooz eo e rinn ann dra-ze ; C'est à celui qui a été ici hier que je le 
donnerai, d'ann hini a zo het ama dea<fh eo e rainn ann dra-ze, voy. 
gramm. Hing. 

92 COLLECTIFS 

Les collectifs keuneudy bois de chauffage; arc'hant, argent; hoed^chatal, — 
6oed-Ioened, fourrage ; marc'hadourez, marchandise ; kement hini, tous 
ceux qui ; kement ira, tout ce qui ; kolo, paille ; chatal, bétail ; aour, or ; 
saout, vaches, — bétail ; had, semence, — graines ; dillad, habits ; bezin, 
goémon ; danvez, matériaux, — matière, — fortune, sont des pluriels en bre- 
ton, quoiqu'ils aient la forme du singulier, de même que les mots stlabez, 
ordures, — saletés, et estren^ les étrangers. 

93. — Les particules suivantes* servant d'adverbes, sont augmentatives, ou 
diminutives ou réduplicatives, et se mettent toujours avant les mois aux- 
quels ils se rapportent, soit substantifs, soit adjectifs, soit verbes ; Ex : mouz 
ou mous (particule qui affaiblit l'action) : mous c*hoarz (m), sourire, mous 
c*koarzin |v. n.), sourire. Mar-zonj, vague souvenir. Mal-vran, corbeau mâle. 
Dem-zu (presque noir), noirâtre. Dem-gonz, parler à demi-mots ; dem- 
faoutet (presque fendu), fêlé ; dem-zigor (ouvert à-moitié,) entr'ouvert. — 
Briz, presque, — à demi, — mauvais en son genre ; hriz-klenved (demi-ma- 
ladie), indisposition; briz vezo, presqu'lvre; hriz-kristen, mauvais chrétien 
briz'dioty à moitié fou. — gour, ou gor (augmentatiO ; gour-raden, fougère 
royale ; gour-gamm, boiteux très prononcé ; gour lano, flux de la mer ; — 
gouvy — gor (diminutif), gour-gleze (presqu'épée), poignard ; gour-vêo^ G, 
presqu'lvre ; gour-enez (presqu'île), péninsule ; gour-vadez {Tpeiii baptême), on- 
doiement ; gour-nijal (voler bas et avec peine), voltiger. Fall, mauvais, ka- 
loun, courage ; faU-galouniy manquer de courage. — JDi, — dis, — diz (par- 
ticules privatives, extractives, négatives, ou indiquant parfois une action tout 
opposée à celle du verbe qui suit, ou donnant un sens entièrement contraire 
au substantif qu'elles précèdent); di-guzulia, dissuader ; di-zoania, consoler; 
di'Skuiza, se reposer ; dis-koulma, dénouer ; di-zrein, sans épines, — sans 
arêtes. — On remarquera que ces particules privatives exigent une épellation 
raitonnée, et par suite, une prononciation qui fasse ressortir la nature des 



l 



Digitized by 



Google 



m 

mots compoçaiUs, — ]La particule di^ eat extractive dans les mots suivunts : 
diatredi (di-atredi), enlever les décombres. — J)ibourc*ha {di-bourc'ha), 
dépouiller quelqu'un de ses vêtements, pour le voler. (Fourcha, habiller, 
n'est plus usité que dans ce cas); — didouesia (di-douesia), iriev {ilsk 
lettre : di, particule extractive, et touez, parmi) ; voy. Tr. . , 

Krak (particule signifiant presque, — demi, — court, et quelquefois 
entièrement); krak-houad (demi-canard, — court canard), sarcelles au 
pluriel, hra/C'houidi '^ krak-ozac'h, femme hommasse; krak-vastard , (à 
moitié bâtard), fils d'un bâtard ; krak^vastardez, fille d'une bâtarde ; Arak- 
aotrou, petit sire. — Skil^ presque,— à moitié; skil-baotr, fille garçonnière, 
ou qui a les allures d'un garçon •, skil-drenk, & moitié aigre, — aigrelet. — 
Ken, en commun, ensemble, avec; ken-vreur (kenvreur), confrère; /cem-fwed 
(kempred), acy., de /en ou kem, ensemble, et de pred, temps ou époque 
(contemporain) ; ken-foum, four en commun (four banal.) 

Tre, (particule qui, dans certains mots, indique l'embarras, la difficulté); 
tre-ala (pour tre-alanat), haleter, — respirer péniblement; trelonka (v. n.), 
avaler dificilement ; trec*houez, respiration difficile, parce qu'on est essoufflé; 
trec'hotieza (v. n.), respirer péniblement. — Ras, — bras, superficiellement; 
bi^as-paredi, — ras-paredi, cuire superficiellement. — Peitr^ — per (particuié^ 
marquant l'achèvement ou l'augmentation de l'action) ; peur-zibin, — per- 
zibri, achever de manger; peur-vreina (v. n.), pourrir entièrement; peur- 
drouc'ha, achever de couper. — Peuz, presque, — â demi;j?eMZ-vrao, asse« 
beau ; peuz-vad, asseï bien, — assez bon. 

Les particules as, ad (at, V.) as, das^ sont réduplicativea et indiquent un 
redoublement d'action ; as-dibr (seconde selle), coussinet placé sous la selle 
d'un cheval, etc.; as-koan, (second souper) réveillon. — Das-krena (daskrenaj, 
V. n., trembler souvent de peur ou de fièvre, et par extension, chevroter en 
parlant, en chantant. Remarquez que rarement on écrit ces mots composés 
en séparant la particule par un trait d'union ; on Ta fait id pour faire sentir 
l'à-propos de la règle énoncée, relativement à la valeur ou à l'emploi des 
particules en question. Les Bretons bretonnant prononcent rondement ces 
mots, sans faire sentir le trait d'union. 

94, — La préposition war (T.), — var (L.), sur, dans quelques mots 
composés, comme arvor, argtxnd, ardraon, ai*6rad, devient or (article 
défini), par suite d*élision et d'adoucissement abusif. Ces mots sont positi- 
vement des contractions, pour var vor^ var goad, var draon^ var brad, (à la 
lettre : sur mer, sur bois ou forêt, — endroits, — bords de la mer, où le bois 
de chauffage ne pousse pas, endroits où le bois de ehaufifage pousse), etc.. 



Digitized by VjOOQ IC 



irtf 

95. — Ar, ou are (area, en latin, et ardm^ en hébreu), signifie, non 
seulement près de, mais aussi terre, plateau élevé, par opposition kmor, mer 
ou eau. C'est ainsi que quelques philologues décomposent le mot armor 
(arvor,) La vulgate autorîse cette interprétation. 

96. — La désinence de Timparfait de l'indicatif, et des deux conditionnels, 
présent et futur, doit être toujours en ec'h, et non en ac*h (à la seconde 
personne du pluriel) comme on Fentend souvent dire, en Léon et en Tréguier. 
Ex : si vous disiez, mar lavarfec*h ; quand vous disiez, pa lavarec'h. De 
même, dans le nom de nombre, trioue&h (48, trois fois six), doit remplacer 

trioKacV* (trivac'h L. 

97. — En Tréguier, on n'adoucit presque jamais le d, surtout dans les 
verbes. En Léon, le d, dans les verbes, excepté le verbe dleout, devoir, 
s'adoucit, après a, — na, — ne. 

98. — Quelques orthographistes bretons prétendent qu'il faut écrire : 
un den, un homme ; ur vech, une fois ; ul leac'h, un endroit, au lieu de 
eunn don, eur veach (eur vech), eul leac'h, pour se rapprocher le plus 
possible de la forme orthogiaphique du latin. 

Le Breton; le Grec et le Latin sont trois langues, dites cousines germaines. 

On écrit généralement le Breton, sauf dans le Vannetais, d'après la forme 

grecque ; celle-ci a pour avantage de faciliter la lecture du Breton à ceux 

qui ont appris à lire du Français. Une Académie Bretonne, pourrait un 

jour, et je le désire, trancher cette question. 




Digitized by VjOOQ IC 



8» 

CHAPITRE III. — ADDITIONS. 



ARTICLE I«r — Des Préfixes, de quelques prépositions, et 
Particules usitées en composition. 



1. — Tre ou Très — (En sanscrit tiras, — en latin, tram,) Cette prépo- 
sition indique tout ce qui tient à Tidée de passage d*un point à un autre : 
tremen (tre-mont), passer, aller au delà. Trelounha (trelounka), araler de 
travers on péniblement ; tregas (tre-kas), subs. et v. n. tracas, se démener, 
agitation ; treskiza, V. [tre-kiza), ouvrir un passage à l'eau. Tresplek, V. 
(tre-pluekj, traversin ; — tres-planta, transplanter ; trer^z (antrenoz V.), 
lendemain, (au delà de la nuit) ; voy. chap. II. no 93. 

2. — Ar ou Var, — arz ou harz, Ciette préposition a deux sens : 

4«rSen8 : Sur, auprès de, au-dessus de; Ex : Arc'hel fArc'k-Eal) au-dessus 
d'un Ange (Archange, du grec Archos, chef, et du français, Ange.) Quelques- 
uns disent Arzel pour Ar&heL 

2« Sens : limite, ^ frontière ; Ex : argoad (arz-koad), lisière des bois, — 
près les bois. Arvor {ar-mor, — arz-morj, Littoral, — limite au bord de 
la mer ; voy. chap. II. n« 94, 95. 

3. — Am. Auprès, — autour, préposition. En sanscrit ama, ensemble, ou 
aphi, autour; en grec, ama, — amphi; Ex : amezek, voisin, — amdiek 
(am-4iekjy peu usité, habitant ou chef de la maison voisine. Am, ou an, est 
aussi particule négative ; Ex : amzeread [am-deread, non convenable.) Ankou- 
nac'haat^ oublier, (koun T., souvenir, et an^ privatif.) 

4. — Dam, — tarn V., partie, portion morceau, particule diminutive. 
Damij (dam-nij ), petit vol, — vol peu élevé. Barveva (V.) {dam-beva)^ 
vivoter, végéter, mener petite vie. Darvaz (dnm-baz V.), tronçon de bâton. 
Darhod (dam-pod), tét de pot. En Celtique, tarn signifie fragment. En 
Sanscrit, tarn, signifie broyer, rompre ; voy. chap. II, n» 93. 

5. — Dam, — tarn, particules diminutives; tamolodi, — tamolada^ v.a. et n. 
(tam-holoda, se former ou former, presque en boule.) Tamolodi frouez, 
froisser à demi des fruits. Damot*chein Y. (dam-moucheinj, chiffonner, — 
iamkoiichein V. /tam-kousieinj, salir un peu ; voy. chap. Il, no 93. 



Digitized by VjOOQ IC 



89 

6. — E (contraction de eaz, facile) est un préfixe, et sert à former quelques 
adjectifs composés, et fait fléchir l'initiale du mot qui le suit ; Ex : everz 
vendable {e^verz, eaz da verza), d'une vente facile. Ebort {e^bort, eaz da 
bort), transportable, facile à porter aillenrs. Le mot port, ne s'emploie qu'en 
ce cas, et dans le dérivé portezer, porteur (domestique d'un meunier). Egoll 
perdable, {e-goll, eaz da goU) facile à perdre. Edro (e-dro, eaz da drei)^ 
volage, insconstant, léger de caractère. Egleo {e-gleo, eaz da glevet, — eaz 
da gompren), intelligible, clair, facile à comprendre. On dit plus souvent di- 
fazif en ce sens. 

7. — Chur, ou gor, — Particule augmentative et diminutive, goubik (V. 

(gouT'pikJj vanneau, petite pie. Gourdreust (gour-treustj, poutrelle, petite 

poutre. Goxtrhouad (gour-houad), sarcelle, petit canard ; pi. gourhouidi. 

Gour&hemenn (gour-kemenn) ^ grand commandement. Gourdadou fgour-' 

^ tadùu}^ grands parents, ancêtres ; voy. cbap. II, no 93. 

8. — Bi, — 6e. — bis, — bes ou berr. Particules diminutives. Bigom 
petite corne (V.) ; ou beakom — biskom, qui a une corne cassée. BUost (G.), 
^lost, tronçon de queue, (bek, bout, lost, queue.) Besteod {bisteod), pour 
beêk'teod, — berr-teod, à qui on a coupé la langue, et par extension, 
bredouiileur, bègue. Beskount, Vicomte ; voy. cbap. II, no 93. 

9. — Particules conjonctives. Ken^ — kem, (L. G. T.) ; kan, — kon, — 
kam, — kom (V.) 

Kendere (keti'dere L.) même condition, même souche, même origine. 
KenderVj cousin, (en Galles kefnder, de kef, souche), à Vannes : kanderv.) 
Monder (V.) kondr, onde, (V.) (Aujourd'hui on dit iondr, au lieu do kondr (V.) 

KompeSy — kampoez (kom^poez) , même poids, — plan, uni. Kement 
kem'ment)j même taille, qttantus, quanta, quantum ; voy. chap. II, no 93. 



• ••O^-O^O X 



ARTICLE II. — Racines et désinences bretonnes, eto. 
Du nom ; désinences en h, c% (eh V.;, ec'h (L), on ek. 

1. — Le féminin s'indique par les permutations d'initiales. Pour les noms 
- de profession, ou les noms d'êtres aiûmés, ils s'indiquent par la désinence 

ez; Ex: kaner^ chanteur, kanerez, chanteuse. Niz, neveu, nizez, nièce, (L.) 
Kaz, chat, kazez^ chatte. 

2. — Tous les noms terminés en h (V.), ou c*h (L), et en ek, indiquent le 
trait distinctif ; Ex : begek (G. V.), qui a une grande bouche ; pennek, qui a 
une grosse tête. Gouzerk (V.),— gouzere'h (L), dorade (poisson), vient de 
gouz, (V.) ordure, gowter (L.) fumier, vase (qui habite un fond vaseux). — 
MiUoh (V), mUUxfh (L. G. T.), linot, (oiseau qui aime le mil, ou la graine 
de millet) koarhek (Y.)) koarc'hek (L. T. G.}, pinson, oiseau qui aime le che. 
nevis. ou la grame de chanvre. — koan^hek^ veut dire aussi : chènevière» 



Digitized by VjOOQ IC 



9* 

(isbimp où «rott le ehftnfre). — Mouhalh (V.), — mouaWh, — inouare% 
(L.) mdrié, oiseau, qui aime les mûres ; mûres, {mouar, en breton). BeUk, 
prélfê, — ministre (de Bêel on Baal (au sens propre : qui tient de Dieu), et 
I le setts élevé, Thomme de Dieu {homo Bei) ; voy. chap. II. vfi il. 



Du tiBgiUer et ta f ItiM, daBi les now. 

3. -» Si le nom, par lui-même, n'indique que Fespèce, le singulier ^ for- 
me en ajoutant en, au nom spécifique ; Ex : Per, poires, on poiriers ; eut 
heren, une poire, — un poirier. 

4. — Le pluriel en ad, est collectif; en ou (L,), en o (T.), en eu (V.), ou 
en ed, etc, il est partitif; Ex : Kerl (Y.), un cercle, kerleu, des cercles, ker- 
lodf (V.) les cercles. Voy. diap. II. no 4t. 

5. — Le pluriel des noms professionnels est indiqué par la désinence iên 
(L.), ou ton (V.), quand le singulier est en er, — our, — uZ ; Ek : Bugul (V), 
berger^ huguUon, des bergers, etc. . . Domer, batteur de blé, domerien (L|, 
dameriôn (V.) des batteurs de blé ; kanour (Y.), kaner (L.) chanteur, ka-* 
Herien (L) des chanteurs, kanourion. (V.) 

6. — Si le singulier d'un nom professionnel est autrement terminé que cr 
desftus, le pluriel se forme en éd. U en est de même pour les féminins ter- 
minés en ez, et pour les noms d'animaux, ou d'oiseaux ; Ex : Roue, roi, 
roueed (rouanej, des rois, ntzez, nièce, nizezed, des nièces. JClùtnm (Y), -^ 
pichoun (L.), pigeon ; klommed (piehouned), des pigeons, etc. 

On excepte les noms terminés en eky qui changent ek en eien au pluriel 
OUI, en wn (Y.), en ton (G.T.) Ex : Belek^ prêtre ç pi. beleiêH, -^ Meûm> -- 
deletan. 

7. — Cependant quelques noms d'animaux ont leur pluriel en t; Ex : Bleis, 
loup, hUiMi (L. G» T^) dés loups (hUii>, -^ hMii. Y.) 

8. — La désinence i, forme le pluriel de quelques nooM communs ; Ex : 
Enet, Ile, enezi, des îles, (/mz, — inizi, Y.) (d'où vient le nom propre de 
Initan, (habitant d'une tle.) 

9. — La désinence t, forme aussi le pluriel des noms collectifs en ek;tx.\ 
saprennek (f.) (lieu planté de sapin), saprennegi (au pluriel L.) ; — smpinek, 
êapinegi (Y.| 

iO. -^ La désinence is (iz) pluralise les noms d'origine ; Alre^ Aurty ; -« 
oZreis, habitants d'Auray (Alréens), etc. 

11. — Let désinences er^ et ier, pluralisent les noms terminés en h (Y), 
en If h (L); Ex : Falc'h (f), (L) — /WA (Y) faulx, feU^hef, des faulx (L), — 
fOher (Y.) kr9u(S), crèche, éUble, ^reaeier (Y.), des étaUes. ^ Ea L. Jtfwcm ; 
pl^ fcimf I etc 



Digitized by VjOOQ IC 



i% — * La désÎBeBe0 ieu (V),-~ iouÇL^-^io (T) pluralise les nomB Cùft^ 
Aunft terminés on a, 9, n» e<fh (L), — eA (Y), tl, el, en, îisi, er, .(Y| (ar i«), 
ter, mir, z, «p, ù. 

18. — La désinence eu (V.), ou (L.), o (T.) pluralise les noms autreneat 
terminés ; Ei : j»enn, tête, penneu (V«), -* pennou (L.}# des têtes (penn^ Xj 
ni, ou, ploralise aussi quelques noms professionnels ; Ex : Tad, père, ta^ 
<ieu(V.),— tadou (L.| tado (T) des pères ; |>neii^ époux, priedeu (V),**- 
prie^ou |L.) des époux, j^ri^ (T.) 

14. — Bans les noms patronymiques français, la désinence o forme un vé- 
ritable piurîel, tant en Léon qu'en Vannetais, et équivaut à la désinence eu 
<Y.)^ •« (L.); Ex: gallo, les Gall, — - tet^ene^ les Sevemi, (tradndîon du fratt- 
çaisuHNÔB.) 

DES GENRES. 

15. — ]l n'y a que deux genres, le masculin et le féminin, en breton. Le 
neutre est inoonnn ; on le remplace par le féminin. 

DES NOMBRES. 

16. — n n'y ft que deux nombres, le singulier et le pluriel. Le breton n*a 
pas de duel. Gelui-d s'obtient par ra4jonction de ra4jectif numéral, éio^p 
daaUy et ne s'applique qu'aux parties doubles du corps ; divrec'h (diou-vredh) 
diauhar (diouar, — diau c'har), — diuhar (V.) ; difron^ — dyoC, — diS' 
kouam, — daoulagad, (les bras, — les narines, les joues, les oreilles, les 
yeux d'un être animé), etc, etc. Quelquefois, môme, le pluriel duel« ainsi 
composé, s'emploie, aussi, malgré sa valeur propre, en parlant d'un animal 
à quadruples parties du corps ; comme en parlant d'un cheval, etc., on dira : 
he zwesher, ses jambes, pa racine exigea/) ; esker n'^t point usité, aigourtl^ui. 

ADJECTIF NUMÉRAL 

17. — L'adjectif numéral possède les deux genres pour désigner 2, 3^ 4* A 
partir de 11, les unités se placent avant les dixièmes ; Ex : unnek (onze : unan, 
un, et dek, dix), — daouzek (douie), — irizek, (treixe), -^pevarzek (quatorze). 

De 2 i 10» l'objet nombre se met au pluriel; mats de H à 19, fi se net au 
singulier, comme en Hébreu. 

De 20, à 90, on suit la même règle, si le nom suit le nombre; mais s'il 
le i^cède il se met au pluriel, en Hébreu. 

18. — Le F français ou latin, représente le G celtique ; Ex : bomme (piar 
ofiposition à femme), gour, pL gauir (mot ancien, pour dire guerrier), du 
latin, vtTy bomme valeureux ; (mari, goaz^ en breton.) Ce terme ne s'eaQj>loie 
AujDunl'biii qu'avec une négation, au sens 4e nul homme, personne {nemo^ 



Digitized by VjOOQ IC 



en latin.) Il n*y a personne id, n'euz gour ama, (Expression propre à la 
ComouaillesO Vierge (Virgo), Guère' hez. Vin (vinum)^ guin, — Vitrum, dn 
verre, guer ; vitra, verre à boire, gueren (f.) ; pi. guer. — Guialen, verge, 
guial^ des verges. — Village (meus), gui, — guik, — Vannes {Venetiœ), 
^Guened. — Vent {ventus), guant (anc), — guent (m.), — guenta (T.), — 
guentat (L.), vanner blé en plein air. — Vénus (planète), guener (m.) *-> 
Vendredi (dies veneris), diguener (deiz-^fuener), jour de Vénus. 

19. — Le Louvre est un splendide palais ; cependant son nom lui vient du 

Celtique lou (V.), louf{m.), ~ loufadenn (f.), louadenn (L.), c.-à-d. : 

corruption, puanteur, et par extension vesse, flactuosité par bas, (d'où vient 
le verbe loufat, — louadi T. L.) Ce mot lou (V.) a fait louvr (V.), — 
lovr (L. C. T.», lépreux. Il y a eu jadis, une léproserie, en cet endroit. 

20. — La distance n'est pas moins grande du blanc, ou de la pourpre, au 
merle. Un merle pourpre est aussi rare qu'un merle blanc. Cependant 
maualc'h (L.), — mouhalh (V.), vient de moug^ suffocation, asphyxie ; et par 
suite ; moug, signifie pourpre, qui est la couleur de l'asphyxié. — De moug 
vient aussi mouhar (V.), — mouar (L.), mûres. Et le merle s'appelle 
mouhalh (V.), — moualc*h (L.), parce qu'il est friand de la baie empourprée 
'de la ronce. — Il n'est pas rare de rencontrer, dans la langue bretonne, des 

mots qui, sous une forme identique exprime les idées les plus disparates. 

21. — Dans toutes les langues, sauf le Finançais et le Russe, o se prononce 
on ; Ex : Mugir (en français), se prononce en latin, mougire {mou^ageré), 
faire pu crier mou, comme certains animaux, (c'est une onomatopée.) 



22 



Fortet. 
Douces. 
Aspirées. 

L'M n'a point de forte correspondante. F ne peut être substitué qu'au P. 
Le V se substitue au B et à l'M. 

Les muettes fortes et douces sont seules permutables. Elles peuvent m 
changer, soit entr'elles, soit en aspirées, mais toujours dans leur ordre. — 
Les aspirées peuvent remplacer les douces et les fortes, mais non leur céder 
a place. 

L^ORDRE DES Labules comprend deux douces : B. M, et deux aspirées : F. V. 



TABLEAU 


DES 


MUETTES. 




«nttvnles. 




Dentales. 


Labiales. 


K 




T 


P. 


G 




D 


B. M. 


• • • • • n. • • • . 




Z 


. F. V. 



Digitized by VjOOQ IC 



93 
STRUCTURE DE LA PHRASE. 



^. — Le Terbe et la phrase sont faits l'un pour l'autre. 

1^ Bè^e. — Le Teri>e se met à l'impersonnel, lorsqu'il est précédé de 
son svget. 

2èBM Règle. — Le verbe prend la forme infinitive lorsqu'il ouvre la phrase. 

3*^ Règle. — Le verbe prend la forme personnelle, lorsqu'il est précédé, 
soit du régime direct, soit du régime indirect, soit de l'attribut, soit de 
l'adverbe, soit de la coi^onction, soit d'une locution conjonctive ; voy. chap. 
n, no 87. 

EXEMPLES : 



lEtète. 

Sujet 

Verbe 

Régime indirect 



Sujet 
Verbe 
Attribut 



Sujet 
Verbe 

Adverbe 



Forme. 

Impersonnelle. 

Infinitive. 

Personnelle. 



Impersonnelle. 

Infinitive. 

Personnelle. 

Impersonnelle. 

Infinitive. 

Personnelle. 

Impersonnelle. 



Nous allons à la maison. 

Ni aia d'ar gear. 

Mont a reamp d^ar gear, 

ïfar gear emaomp o vont (sens actuel.) 

Nous mourrons tous. 

Ni a varvo holl, 

Mervel a raimp hoU. 

Holl e varvimp. 

J'irai demain. 

Me a ielo varc^hoaz. 

Mont a rinn varc^hoaz, 

Varc'koaz et inn. 

Varc^hoas me a ielo. 

EXCEPTIONS : 

24. — Le présent des verbes heza, être, mont, aller, dont^ venir, peut 
ouvrir la phrase au personnel : ez eomp, — ez eer (ee'h eer T.), — e teuer, — 
ema o vale. Les adverbes permettent le personnel et l'impersonnel. 

25. — Parmi les conjonctions, ha, si, veut l'impersonnel ; ha ,et, rak, car, 
admettent les trois formes (ainsi que penaos, que, entre deux verbes, là où 
il est employé, en ce cas, c.-à-d. : à Trég. . . et à Van. . .) suivent la même 
règle ; voy. chap. Il, n© 87. 

26. — Lorsque la phrase commence par une proposition incidente, le verbe 
de la proposition principale se met élégamment au personnel, sans exclusion 
des deux autres formes ; Ex : 

Ha p*ho guel deuet enn ti, e kemer eur glorenn^ 
E sU ar iod ebarz, e seblant her &hempenn. (Leor al Labourer,) 
par M. 6uill6me ; voy. « Le Secret du Breton », 
par M. Arthur Bayon, Curé de Palais (Belle-Ile-en Mer), 
en dialecte de Vannes. 



Digitized by VjOOQ IC 



9i 

27. — Une page d'Hébreu littàrâlëmenl tradûHé eu Breton pour montrer 
Tintime connexion du génie Celtique et du génie Sémitique. 

SACRIFICE D'ABRAHAM (Genèse ZZII, L.. 13.) 

y. 1. Et fut après les paroles-ces que tenta Dieu 
Hag e oe go\Âde ar e'homz(m'te e tentât Doue 

Abraham, et dit à lui : Abraham ! et dit : Told-moi. 
Abf*ahatn, hag e lavaraz d'exhan : Abraham l hag e lavaraz : ehetn-me. 

f, 2. Et dit : prends maintenant fils-toi, uni- 
Hag e lavaraz : kemer hrema da vap-ie^ da beft" 

Que-toi, que aime toi, Isaac, et va, va vers terre 
Her-te , a garez, Izaak, ha kea, kea etrezek dtmar 

Moria, et offre-le là en offhmde sur une de les 
ifyria, ha kiiUkig-hen eno e prof var unan euz ar 

Montagnes que dira-moi à toi. 
Menesiou a lavarinn d'id, 

f, 3. Et leva-matin Abraham, et bâta 

Hag e savaz-mintin Àhrahamj hag e tMsaz he 

Ane -lui, et prit deux des serviteurs-lui. 
Aten-hen^ hag e kemeraz daou euz a veveltUn'hen 

Avec lui, et Isaac fils-lui, et fendit bois 
Gant-han, hag Izaak he vap-hen, hag t fttoutaz kôat 

Sacrifice, et leva, et alla vers le lieu que avait dit à lui Dieu. 
Sakrifiêy hag e $avaz, liag ez eaz varzu al leae*h en dee lavaret d'ezhan Doue, 

f. 4. Dans jour le troisième, éleva Abraham yeux-lui, 
Enn drede deiz e savaz Abraham he zatndagadf 

Et vit le lien de loin, 

fift^ e velaz ai leae^h a^xiabell, 

f, 5. Et dit Abraham à serviteurs-lui : restez, vous 
Hag e lavaraz Abraham d'he vevellien : choumit, c^hwi 

Ici avec Tâne, et moi et le jeune homme irons 
Ama gant ann azen, ha me hag ann ém iawmah a iel^ 



Digitized by VjOOQ IC 



A 14, et nous prosternerons et reviendrons Ters vons. 
Da enoj kag e siauimp, hag e tistroimp daved-hoc'h, 

f, 6. Et prit Abraham bois le sacrifice, et 
Hag e kemeraz Abraham keuneud ar sakrifis, hag e 

Qiargea sur Isaae, flls-Iui, et prit dans niain-lui 
Soimnas var Izaak, he vap-hen, hag e kemeraz enn he zoum 

Le feu et le couteau, et allèrent eux deux ensemble. 
Afin tan hag ar gounUll, hag ez e^ont ho daou asamblez. 

f . 7. Et dit Isaac à Abraham, père-lui, 
Hag e lavaraz Izaak da Abraham, he dad-hen, 

£t dit: Père-moi. Et dit : void-moi, fils-moi, 

Hag e lavaraz : va zad. Hag e lavaraz : chetu me, va map, 

Ki dit : void le feu et le boîs ; où Tagneau pour 

Hag e lavaraz : chetu ann tan hag ar c'hetmeud ; e peleac^h ann oan evid 

far sakrifis f 
le sacrifice ? 

f, 8. Et dit Abraham : Dieu verra pour lui V 

Hag e lavaraz Abraham : Doue a velu evU^an {a roio he-unan) ann 

Agneau pour le sacrifice, mon fils. Et allèrent eux deux ensemble ; 
Oan evid ar sakrifi$, va map. Hag ez ^onJt ho daou asa$nblez ; 

f. 9. Et ils vinrent au lieu que avait dit à lui Dieu, 
Hag int a ieaz var al leac^h en doe lavaret d^ezhan Doue, 

Et construisit là Abraham l'autel, et dressa 
Hag ee^h aotaz eno Abraham ann AjoUt, hag e kempennaz 

Le bois^ et lia Isaac fils-lui et plaça lui 

Ar c^heuneud, hag e etagaz Izaak he vap-hen, hag hel lekeaz 

Sur Tautel par dessus le bois arrangé. 
Var ann aoter var &horre ar c^heuneud renkeî, 

f. iO. Et allongea Abraham n^ain-lui, et prit 
Hag ec^h astennaz Abraham he zoum, hag e kemeraz 

Le couteau pour égorger fils-lui. 
Ar gounieU evit laza he vap. 



Digitized by VjOOQ IC 



96 



f, a. Et cria vers lui anf^e Dieu de le ciel 
Hag e kriaz var^n'han eal Doue euz ann nev. 

Et dit : Abraham ! Abraham I et dit : void-moî. 

Hag e lavaraz : Abraham ! Abraham ! hag e lavaraz : chetu^me, 

f, 12. Et dit : n'allongeras pas main-toi sur 
Hag e lavaraz : ne astenni ket da zoum4e var 

Le jeune homme, et ne feras rien à lui, car main- 
Ann den iaouanh, ha ne ri netra d'ezhan^ rak bre- 

Tenant je sais que craint Dieu toi, puisque n* 
Ma , ec'A ouzoun e iùujez Doue te, pa 

As écarté fils-toi de moi. 

N'e&h euz ket miret da vap-te o%tz4n, 

f. 13. El leva Abraham yeux^lui , et 
Hag e savaz Abr(ûiam he zaoulagad^ hag e 

Vit, et voilà bélier derrière, retenu dans 
Velaz, ha chetu sur ma^nU adre, duhfhet enn eur 

Buisson, par comes-lui, et alla Abraham, 

Va^'enn êpem^ dre hé gemiel^ hag ez eaz Abraham, 

Et prit le bélier^ et l'offrit en offrande 

Hag e kemeraz ar maout, hag her c'hinnigaz e prof 

Au lieu de fils-lui. 
E tea&h he vap^en. 



C3]^p) 



Gant ar BREZOVNEK eo deuêt ar FEIZ ; 

Gant ar G ALLER ez ai euz a YREIZ. {Fumez ar Geiz, par M. MUin). 



Digiti 



zedby Google 



SUPPLÉMENT 



AUX 



DICTIONNAIRES FRANÇAIS-BRETONS 



ET SURTOUT AU 



DICTIONNAIRE PRATIQUE 
de. Monsieur TROUDE. 



A, préposition, ■ marquant le 

datif, et le supin des latins : da. Of- 
frande à Saint Jean, prof du zant 
latm; offrande à Dieu, goestl da Zoue, 
=== Suivi d'un infinitif, et pouvant 
se tourner par en, avec le participe 
présent : (Hrh, devant les voyelles, et 
0, devant les consonnes ; ou dre^ en 
eur^ avec l'infinitif. Â ne rien faire 
on ne se fatigue pas les bras, oc'h 
ober netra (o choum hep labourât) ne 
dixrrer ket ann divrech, et plus élé- 
gamment, anez labourai , brea(fh 
didorr. (Prov.) A cette nouvelle, o 
vezn klevet kement-se. Au souvenir 
de ce qu'il avait vu, o tonjal erpez en 
doa guelet, A l'ouverture de cette let- 
tre, tigerial lizer-ze; on dit aussi : 
pa zigoraz al lizer-ze, — en eur zigeri 
al lizer-ze, — dre zigetn al lizer-ze, 
• Avec un verbe de mouvement : 
da, — daved, — da gaout; je vais à la 
maison^ont o rann d'argear;)e vais 
à mon Père, mont a rann daved va 
Zad {da gaout va Zad,) = Entre deux 
nombres égaux : Aa, hag ;wn à un, Atm 
hag hini, = Pouvant se tourner par 
avec, dans, contre : gant^ enn, el, er, 
oe% var, a. Bâti à chaux, $avet gant 
raz ; fait à la main, great gant ann 
doum ; racheter sa vie à prix d'ar- 
gent, prena he vuez gant arc'hant ; 
on oit aussi : prena he vuez divar 
bauez he ialc'h. Vendre à perte, guer- 
za oc'h koll (gant koll, — var goll) 



Porter à main d'homme, donge^i var 
bouéz ann doum. Tourner â tout 
vent, treigant pep avel; une maison 
à deux cheminées, eunn ti a zaou 
ziminal ; voiture à deux roues, karr 
a ziou rod, ou var ziou rod ; filer au 
rouet, neza gant ar c^harr ; aller au 
diable, nxotd gant ann diaoïtl ; voi- 
ture à plusieurs chevaux, — à plu- 
sieurs compartiments; (Voy. Diction. 
Troude.) === Pouvant se tourner 
par contre, — sous, — par : och, 
dindan^ dre; tourné au midi, troet 
oc'h ar c'hresteiz ; que faire à cela ? 
petra da ober oc'h kemetit-sef Se 
chauffer au feu, tomma oc* h ann tan; 
aller au lutrin, mont oc'h al letrin ; 
lire à la chandelle, lenn oc'hargou- 
lou ; mouiir à la peine, mervel oc'h 
ar boan; attacher le chien à la porte, 
stc^a ar chi oc'h ann or ; à table, 
oc'h taol ; à la faveur des ténèbres, 
dindan tenvalijenn ann noz; se jeter 
à Veau, en em stlepel enn dmir. 
Pouvant se tourner par dans, e, enn, 
er, el; à ma douleur, em rann- 
gcUoun; à ma honte, en» brasa mez; 
j'ai été à la messe, bet ounn enn 
oferenn; à la grâce de Dieu, enn 
avantur Doue ; cette croûte me fait 
mal aux dents, ar c'hreun-ze a ra 
poan d'in em dent; ■ Signifiant 

jusqu'à, bete, devant les consonnes, 
betek, — beteg, devant les voyelles ; 
nos prières arrivent à Marie, hor 
43 



Digitized by VjOOQ IC 



^8 



pedennou a erru bete kaloun ar 
Vcrc*hez, === Signifiant pour : da, 
— evit ^ pierre à aiguiser, ynean da 
lemnxa ; on dit aussi : muan lemma; 
il nV îi pas de mai à cela, n'euz drouk 
ebed evit-se^; céder quelque chose à 
un prix élevé, lezêl eunn ara heiinag 
evid cur priz braz ; machine à battre 
le blé, t/m da zourna, pour dourne- 
rez, batteuse ; âpre au toucher, garo 
(lourd) da douch, === Signifiant 
selon, d'après : dioc'h, het^vez. A mpn 
idée, hervez va zonj ; à votre idée 
(choix), dioc'h ho tiviz. Travailler à 
la journée (au jour le jour.) labourai 
dioc*h ann deiz ; juçer à la rnine, 
hnm eunn den dio&n he ear (dxoc*h 
he veletj; je ne connais rien aux hor- 
loges, n*ouzounn seurt dioc*h ann 
horolachou ; suivre un lièvre à la 
piste, heulia eur c'had dioc'h ann 
très; vendre à la livre, gtierza diocli 
al lur. Patient (fait) au travail, reiz 
/greaij dioc*h al labour ; travail fait 
à la main, labour great dioch ann 
doum ; à sa manière de parler on 
dirait. . , dioc*h he brezek {dioc'h he 
barlant^ dioc'h he gaozej e lavarfet\.„ 
à la vieille mode, hei*vez ar c'hiz koz-^ 
accommodé à son goût, aozet dioc'h 
fie vlaz. === Signifiant sur . var. 
Monter au haut d'un arbre^ sevelvar 
beg eur vezen ; à l'heure de ma mort, 
var va maro ; nourrir un cheval au 
foin et à la paille, maga eul loan var 
voed seac*h ; un instrument à cordes, 
eur benvek var gerdinn ; voiture à 
deux roues, kart* varziou rod; porté 
au mal, troet var ann drouk ; tirer 
au vol, tenna var fdivarj nij ; à vos 
frais, voi* ho mizou i var ho tispign); 
vendis à profit, guerza var vell ; à la 
surface, var (dwar) ^horre ; à jeun, 
var iun ; jeûner au pain et à l'eau, 
iun dwar bara ha dour ; racheter sa 
vie à prix d'argent, prena he vuez 
divar boûez he ialc'h; à la lisière du 
bois, i)ar lez ar c^hoad ; travailler au 
brétbrt, labourai var ar brezounek ; 
& intérêts, var interest ; culotte per- 
cée aux genoux, bragez toull var ann 
daoulin; mettre l'horloge à 10 heures, 
Ivkaat ann horolach var de/c heur, 
^ dire à cela? Pktra da kivaret 



vargement'SeP mettre le scellé à la 
porte, lakaat ar ziel var ann or, 
îSignifiant : autour, enn dro da ; jin 
tablier à la ceîftturé, eunn tavancher 
enn rfro £f'erAi.==^Sîgnifiaût vers : 
etrezek, -— etreze ; tourné au levant, 
troet etrezeg ar Sao-hcol. ■ 
Signifiant de : ann, ar; marché au 
beurre, pla^enn ann amann; la mère 
aux cochons, mamm ar moch. 

ACGBPTIOJIS DIVERSES. - lo A, en- 

tre deux noms, ou dans les locutions 
adjectives, se supprime, lorsqu'il ne 
marque pas le datif; Ex: Canon à 
longue portée, kanol sltei pell ; lu- 
nette à longue vue (ou simplement : 
longue vue) , luneden guelet pelL 
Ecriture à la main, skrUur doum; 
moulin à vent, milin avel ; vache à 
lait, bioc*h leaz ; bêtes à cornes, loe- 
ned korn ; machine à vapeur, ijin 
tan; homme à cheveux blancs, aen 
bleo guenn, (sous-entendu, d'ezlmn, 
à lui). == 2o A, signifiant la ma- 
tière, ou le mode de fabrication, se 
rend par dre; ou par ann, ar. Crê- 
pes au lait, krampoez dre leaz ; sou- 
pe au lard, soubenn ar c'hik mocli ; 
on dit aussi: soubenn gik moc'h; 
soupe au jp'uaux, soubenn arbngnenn] 
un travail au feu, eul labour dre 
dan, -• - ■ 30 A, marcjuant l'emploi, 
ne s'exprime pas. Assiette à soupe, 
asied soubenn; armoire à lait, af- 
bel leaz ( f. ) ; cuiller à pot, loa bod. 
40 A, marquant la qualité d'un 
individu, ne s'exprime pas. Fille à 
tête légère, plac*hik penn skanv (plâ- 
cliik skanv he fennj ; homme à es- 
prit juste, den speret inad (sous-en- 
tendu d'ezhan) ; voy. io A. t 
50 A, quand il s'agit d'un objet, et non 
d'un individu, on emploie le participé. 
Culotte à plis (culotte plissée), bragéz 
ridet\ aux fleurs élégantes, (bokejou) 
deliennet brao, (sorte d'adjectif.) 

AUTRES AÇCEPTIOMS. == Brin A 
brin, ann eil mnenenn goude eben, 
— A la sourdine, var he zouchi -^ 
goutte à goutte (adv.), a-skidu — 
(a-ver) — (a'Zil)\ as-tu mal au coâ? 
hà poan et euz ez kouzouk f Au clair 
(clairement), difazi; térie à Hn, dotk^ 



Digitized by VjOOQ IC 



IBA 



99 



AM 



Un ; fsire le diable à quatre, ober 
ann diaoul hag he hevar. Payé au 
décuple, paeet a rçfe gueach\ à bien- 
tôt ! ketuivezo em-herrt — kenavezo 
jor c'henla m'hellin / à la tombée de 
la nuit, etro ann noz digot* ; triste à 
mourir, trist-maro ; je n'ai pas un 
sou à moi, n'em eux guennekvar va 
hano ; le temps est à la pluie, glao a 
20 enn-hi (sous-entendu, amzer), — 
gouenn c'hlçLO a zo ; la Sainte Vierge 
fut la première à le voir ressuscité, 
ar Verc*hez a oe ar g enta a velax 
Jesuz heo adarre. A la Saint- Jean, 
etro qvuel lann ; à ce qu'il paraît, 
emi doare (var a velerf; casser la 
tête à quelqu'un, terri ne benn oc*h 
unan bennak; couper le bras à Quel- 
qu'un, trouc'ha he vreac'h dioc'h u- 
nan 6«nnafc; conduire à bras, kas 
var-bouez ann divrec*h, == A, 
suivi d'un infinitif, prend diverses 
tournures. A vous entendre , on 
dirait... n^ ho kîeffe a gredfe , 
(dioch ho klevet e ve lavaret. . . — 
en eur ho klevet e ve lavaret, , J A 
dire vrai, evit lavaret guir (pa leveror 
mad) ; c'est-à-dire, da-iavaret-eo, 
A en juger d'après ses paroles, mar 
bez bamet dio&k he gomzotc (mor 
d-eer d'ezhan dioc'h he gomzou.) A 
l'en croire , mar kredfet anezhan 
[ann hini a gredfe anezhan. J === 
A, entre un adjectif et un mfinitif, 
se rend par da, ou par ken. . . ken 
(si. .. que...) Il est noir à faire peur, 
hema a zo du da ober d*ann dud 
skrija (Aen'du eo, te askrijfe oo'h he 
veletj: hema a zo ken du, ken a skrij 
ann dud o velet anezhan ; voy. A, 
(Dictionn. Troude.) 

ABAISSEIENT, (s. m.) Abaissement 
de terrain, izelenn <f.) > ■ ' Que 
Saint Pierre était pénétré des gran- 
deurs et des abaissements de son 
Maître! (Bossuet met : bassesses), 
pegen doun e lekea (e lekee) Sant 
JPerr enn he spered he Vestr, hag 
hen kerbraz, lekeat ken diater f 

AlâlSSni (8*), (v. pron.) Stoui (v. n.) 
— IzeU^U (v. n.), -^ enem izelaat, 
,(y. prp^i.), — (disteraat, v. a. et n.) 



Le soleil s'abaisse, izelaat (h ra ann 
heol. ■ Abaisser (ou atteindre un 

objet placé plus haut que soi), direz, 

— direza (v. a.) On dit aussi : diskar, 
dans le sens d'avilir, de ravaler, de 
rabaisser , d'humilier. Les imper- 
fections abaissent et les crimes avi- 
lissent, ar mankouigou a zisterçt 
eunn den^ hag ann torfedou a beur- 
zisfrar (a beur zizenor) anezhan — 
(d dlabez anezhan) ; on dit aussi : 
perziskar, pour peurziskar. La pau- 
vreté n'abaisse personne, beza paour 
ne ket pec*hed. Voy, ifillr. 

ABAHDOlKs. in.) Il me laissera dans 
l'abandon, hema am le^o gan-en vpt 
unan. Le mot abandoun est reçu. 
Voy. à-déconvert. 

ABAMDONHER, (v. a.) Abandonner 
quelqu*un, mont divardrounan hen- 
nak. N'abandonnez pas vos dévotions, 
dalc*hit mad d'ho tevosionou ; aban- 
donner son travail, mont divar he 
labour. 

ABANDONNER (s') au désordre (v. 
pron.) ; en em dettrel d'ann dizurz, 
' abandonner fs'| à la volonté 

de Dieu, lezel bolontez Doue da ren; 
les jeunes gens qui sont oisifs, s'aban- 
donnelfit au mal, tud iaouank a vexo 
dibreder, a en em daolo da oalUober 
(Prov.)s==r J'ai abandonné mon 
projet., lezet am eux a-gostez ar sonj 
emboabetda... — Voy. renoncer à. 

ABANDONNÉ, (adj). Un enfant aban- 
donné, eur bugel diberc'henn, (par- 
lant des personnes et des choses). Le 
mot dianzavet, ne s'applique qu'aux 
êtres raisonnables. Objet abandonné 
(vacant), tra vafe, — ira diberc*iœnn, 

— tra lezet var ann disparu (dispalu/, 
mot importé), ■— tra lezet dindon ann 
amzer, — tra lezet a-vel d'ann holl. 
Voiture abandonnée, karr, den ebed 
gant'han; maison abandonnée (dé- 
^rte) ti diloj. 

ABASOURDL adj. abaf, adj, abafet 
(participe). Etourdi par le bruit, bou- 
ainellet he ziskouam ; Voy. intei^dit, 
déconc^, ibloni, itioordi. 



Digitized by VjOOQ IC 



ABB 



100 



ABL 



ABàTTEIEliT, (s. m.) Voyant son a- 
battement (son affaissement, sa dé- 
faillance), velet anezhan en em le- 
zet'holl, — falgalounet-neat, — 
falgalounet'tout. 

ABATTRE, v. a. Diskar {(Tann 
douar). Il faut abattre ce toil ; ann 
doennma a rank mont d'ann traon. 
Le pain mangé chaud (frais), et le 
bois brûlé vert, abattent le chef de 
ménage, bara tomm ha keuneud 
glaz a gas ann ozac'h d'ar haz (Prov.) 
S*abattre, v. pron ; Voy, te 
calmer, s^tpaiser. Le vent s'est abattu, 
amenet [siouleat^ tavet) eo ann avel. 
Une volée de pigeons s*est abattue 
sur le blé, eur vandenn dubeed a zo 
plavet var ann éd. 

ABATTU, adj ; versé (parlant de blé 
abattu par le vent dans les champs), 
fleet, — stoket, == Il est bien a- 
battu (parlant de fortune); eat eo 
(kaset eoj d'ar haz ; Voy. tomber bien 
bas^ — ruiné. Mon corps est abattu, 
goanet eo va c'horf, v . Abattu 
de douleur, montret he galoun gant 
ar c'hlac'har. Abattu par l'â- 
ge, fcroiwnmci, adj. Découragé, 

en em lezet-holl ; — falgalounet-neat 
(fa Igalounet'totU) 

ABBÉ, (séminariste) s. m., kloarek, 
m.-^abad, m. (kloer, — ahaded, — 
ebedy pi.; On dit aussi : kloarek bihan, 
sing., ou kloarek munud. 

ABCÉ8, s. m. Un abcès et ses suites, 
eur gorad, m. Pa vez ar boan enn 
he goasa, e vez tost ar gor da ziskar- 
ga (Prov. ) Un abcès s'y forma, hag e 
teuaz da ^hori. 

ABDOMEI, s. m. bruched^ f., breched^ 
m. (toull ar flank) m ; creux de l'es- 
tomac, toullal lèch m. ; Voy.tternui, 

ABÊTU (S'), V. pron. ; diodi v. n. 
essss s'abêtir de plus en plus, dio- 
taai V. n. 

ABMRBER, v. a. ; ka4>ut heuz {heug) 
oc'h eunn dra bennak, abhorrer quel- 



que chose. En parlant des personnes 
on dira : kaout kas oo'A. • . 

ABUS, s. m ; toull-lounk, m., — 
touUou^lounkj pi., — Ufount, m. ; w- 
fountouj pi. 

AÎNÉE, adj. Le fîroment a été abtmé 
par la grêle, (Voy. gaspillé — lallr) 
Kazarc'het eo bet ar guiniz ; abîmé 
dans la mer, kouezet en doiin-vor, 

A 

ABUER, V. a. foeltra, — labeza, — 
goall'lakaat. En parlant des mem- 
bres, ifami, mot reçu ; Voy. ea4ott- 
mager. 

ABJECT, adj ; divalo ; — très abject, 
divalo-mez. 

ABLATIF ABSOLU. Ex : Le cœur bri- 
sé de douleur, gant guir enkrei enn 
he qaloun, — Effrayé de la i^espon- 
sabilité qui pesait sur notre patne, o 
veza ma ^z ounn bet spountet o sonjal 
er beac'h pounner (o velet ar bea<fh 
pounner) a denne hor bro vat^n-ki. — 
Ayant allumé sa pioe, tanet he gorn 
butun gant-han. (On met ordinaire- 
ment, pa, avant le temps du verbe). 
Les parts étant faites, pa œ great al 
lodennou, = Accablé de douleur, 
gant guir enkrez enn he galoun j m. 

ABLUTiai, s. f. ; goaWh, m. 

ABMÉGATIM, s. f. Faire abnégation 
de soi-même, beza dizamant out^?ian 
he unan ; — Enebi out-han he unan; 

— sevel enep d'ezhan he unan; — 
sevel (enebi) oc'h he volontez heunan. 

ABOIS, (s. m. pi.) Il est aux abois, 
échu eo, — eat eo beteg ar mouch, 

— eat eo beteg ar zachadenn diveza 
(Triv.) ; — oc'h ober he dalarou ema 
(fam.) 

ABOLII, V. a. ; teurel d'ann tmon; 
vov. Supprimer , (dresa ; v. a. voy. 
lébmer abts. 

AB0LIS8EIEMT, s. m. Abelltira, s. f. 
Il est question de l'abolition de cette 



Digitized by VjOOQ IC 



ABO 



101 



ABS 



1<M, hano a zo {meneg a zo,-^ kount 
a zo , — keal a zû) da derri al 
lezenn-ze, 

AitMQIABLS, adj. et adv. C^est abo- 
minable ! ( c'est une abomination ) , 
heuz eo, — heuzuz eo ! — Udur eo ! 

AiOniDDT, adv. Donner abon- 
damment (en abondance) , rei gant 
largentez. — Argent en abondance, 
arc'hant a^fors. — L*eau coule abon- 
damment, ann dour a red teo. J'en 
ai en abondance, goalc'h va c'haloun 
am euz bet, — or pez a garanti am 
euz ; \oy. à tatiété, à toihaH. 

IBOIDAIT, adj. Perfounn. Année 
abondante, bloavezituL mad. Année 
abondante en vin, en panais, en fro- 
ment, hloavez guin, hloavez panez, 
bhavez guiniz {hloavez ed,) Terre 
abondante en blé, en panais, dotuir 
eduz, {douar guinizeh)y douar pane- 
zek. === Des grâces abondantes 
ont été répandues sur moi, eur (fhli- 
zenn o'hrasou a zo deuet var-n-oun 
(em ene.) 



L'eau ab. . . , krenv 



AMfflffiB, y. n 
eo ann dour. Parce que l'iniquité 
abonde, dre ma stanka ann dud fall. 
Les vivres n'abondent guère ici, ar 
heva a zo berr gan^e-omp, ==, 
Founna, v. n. (peu usité.) 

ABMIÙUUHf, s. m. Mon ab... va 
finir, va hloaz kazetenn a zo var 
ann echUy (a finiso dizale.) Abonn... 
annuel, prÎT eur gatetenn hed hloaz. 

ABOiDEI, V. a. Pierre l'aborda^ en 
le saluant, ha mont Perr ha tenna 
he dok (dira-z^an.) 

ABOUTIR, V. n. Tendre à, trei da. 
=== Kiza. V. n. 5 ne pas aboutir, 
parlant d'abcès ; voy.. reitrer, === 
Aboutir, parlant de furoncle, dis- 
karga, v. a. et n.; voy. aieir lie liste. 

ABRÉGÉE, V. a. Pour abréger^ evU 
dw€i*raat kaoz, (evU troue' ha berr), - 
{evit krenna kaoz,) 



ABREUVOIR, s. m. Poull-doura ,m. 
poullou'doura pi. 

ABRI, s. m. Andor^ m. Abri naturel 
contre la pluie, disglavenn f. Se mettre 
à l'abri du vent, ment enn eurgoasked ; 
qui abrite, goudor adj.; se mettre à l'a- 
bri du mauvais temps, ^oucfort v. n.; 
(mont er goudor est plus élégant.) 
En Tréguier, on dit en ce sens, goa- 
rea v. n. ; (mont er goare), (moni 
enn eul leac*h goare.) Il y sera plus 
à l'abri, goudoroc'h e vezo d'ezhan 
eno. Se mettre à l'abri de la pluie, 
mont enn disglao. == Abn (ro- 
chers élevés qui abritent les pécheurs 
de goémon qui attendent la marée), 
bri f. ■ Le mot goasked, signifie 

ombrage, à Vannes, (koad-sked, — 
koad'Skeud, ombre du bois.) 

ABRUTI, a4J. Abruti par la boisson, 
abafet ; voy. inte, — Stupide. 

ABSEHGE, s. f. Nous avons bien 
souffert de votre absence, eur oall 
diouer oc'h het d'e-omp endra n'e- 
doc'h ket ama gan-e-omp ; — poan 
eo het gan-e-omp choum keit ail hep 
ho kuelet dira-z-omp ; voy. besoin. 

AB8ERT, adj. N*ema ket er gear 
(sorte d'adj.); — n*ema ket ama; — 
ne ket dèuet; — er meaz ; — er 
meaz a gear ; — n*ema ket var al 
leac'h ; voy. t'altenter. 



ABSEITER (8^), v. 

meaz a gear. 



pr, ; mont er 



ABSOLU, adj. Ayez un empire ab- 
solu sur vos actions, poaniit da veza 
treac'h d*e^hoc% hoc^h-unan^ e ke- 
ment tra a rit ; voy. complet. 

ABSOLURENT, adv. ; a-grenn ; voy. 
complètement^ — nécessairement, — 
formellement. == Absolument seul, 
he unanik, — he unan kaer, — he 
unan penn ; absolument rien, netra 
tout ; netra a-grenn, ■ Absolu- 



Digitized by VjOOQ IC 



ifBD 



*M 



iiGlQ 



ment, èep nt<tnk'ûbed, r- k^ Wfiir^ 

— koustet pe gousto ; voy . k Uttt prix, 

— sans condition. — Il te faut abso- 
lument mourir, n*e^z nemed ar maro 
evid-oud. 

ASSOfiBÉ, acy. Esprit absorbé, tonel- 
ht gant ; voy. préoccupé. 

ABSOP.Bffî, ▼, a. Eva, — punsa, — 
pompa, — dispign, — dimn ; voy. 
consommer. La terre a promptement 
absorbé Tesu , ann dour a zo bet 
pumet bukan gant ann dour. 



ABSTENIR 

oher. . . 



V. pr. Choum hep 



ABSTINENCi:, s. f. ; vijel, — dexim- 
Jel. — En style sacré : lezenn ar 
vijel, 

ABUS* s. m. L'abus du tabac nuit, 
ar butun a ra diez, da gemeret re 
allez (prov.) ; des abus, giziou fall ; 
voy. paire. 

JUUSEB, v. n. Qui abuse du vin, adj., 
re vignoun d'arguin. == Abuser; 
kivaret -r- ober — kemeret re allez 
(selon le cas.) 

ACCABLAMT, adj ;bec*hluz, - {betfhuz] 
tôrrttz, - {mantruz, au moral). Un long 
voyage à cheval est accablant, choum 
pell da oher hent var varch a zo 
torruz ; soif accablante, sec'hed dira- 
vet. 

ACCABLÉ, adj. Il est accablé, dln- 
dan ar beac'h ema, ►- e goask ema. 
Etre accablé sous la charge, plega 
dlndan he veac'h. Il est accablé de 
besogne, mae'/wmeteo (Trég.), -prez 
labour en detiz, — jwez braz a zo 
var-n-han, — skidz-maro eo, — 
skulz ken a... eo - voy. écrasé de 
|aiti|;iie. ===== Ai^blé de douleur, 
gant fivir enkr^z enn he galoun 
(ablatif absolu.) Accablé d'envie de 
dormir, lazet gant ar c'hoant kous- 
ket. ^cca):»lé de dettes, amai^*et a zle; 
joy. ^ito, — .morne. 



ACCABLQl, v. a. aocaUer d'impôts, 
lakaat goaU-vlrlou var,, . 

ACCAPAREUR, s. m. Mac*homer, s. 
m. chachei' (sacher) d*he du (sorte 
d'adj.) 

ACCENT, s. m. Jtfbuez, — ger, — 
parlant, — kaoze. ■ ' ' AvccVaccent 
de la douleur, gant eur vouez an- 
kenluz. Son accent, he &hiz dm 
barlant ; accent pénétrant, tenerux 
da glevet ; — a bik ar galoun •, voy. 
prononciation. 

ACCENTDÉ, adj. Avec un sentiment 
de crainte accentuée de mauvaise 
humeur, aoun d'ezhan, hag anal 
oa drouk enn-han : voy. canctèrisé. 

ACCENTUER bien, v. a. komz freaz. 

ACCEPTER, V. a. Kaout mad, — 
asantl v. n. — Ilel asant da.,. Si tu 
acceptes, mar pllj gan-ez. 

ACCÈS, s. m. Maread, — ban^ad tu 
pe du, — barr, — barrad\ voy, 
attaque, -^ criae. Accès de colère, 
barr ad drouk ; vov. vivacité. Accès 
de douleur, kaouaà poan, — goas- 
kad potin (goaskadenn boan) ^ -r- 
frapad poan. Qui vient par accès, a- 
vareadou, — ardaoladou. — marea" 
duz, — ban^aduz. === Il eut encore 
un violent accès de crachement de 
sang, hag e tirollaz adarre d<t deurel 
goad a-leiz he c'hlnou. . ■ Avoir 
accès auprès de q. q.^tostaat oc'h 
u. b. ; homme d'un accès facile ; voy. 
traitable. = Donner un libre accès à 
tout le monde, rel dlgor — fret di- 
gemer — rel aor zigor) d\ann nepa 
gar. Cinq portes y donnent accès, 
petnp dor a zo da vont ebarz — (da 
vont d'h'e gaout)^ m. 

ACCESSOIRES, s. m. pi., ar relzçu 
aU, — ar prestou ail. 

ACCIDQIT , s.m., goaUrdro^ — goall- 
eur, — gocUl'herz, — droug-eur, — 
droug-lamm. Par.accident, dre chans^ 



Digitized by VjOOQ IC 



AéC 



4AS 



Ae€ 



— dre ùall-éhans. — '— * Accident 
matériel, darvoûd c*hûarvezet gant 
ùunh dra bennak. — terri eûnn dra 
bennali ; == accident de personne, 
eiinn den gloazet {bleàset^, — eunn 
den latel ; voy. âVentm^'. 

ACCirOrrt, adj. IHgompcz, — di- 
zingal; ==: qui a beaucoup de mon- 
tées et de descentes, ribin-diinhin 
(SOI te d'adj.) On dit encore : sao-di- 
zaOj — saO'diskenn; voy. monter, — 
BMièe» ■■ ' ' Accidenté de bois, de 
montagnes, dislievel dre ma seller^ 
koajou, menesiou, . . 

iCQDEITEL. adj., a zo da zigous- 
zout atecliou, -— êioc'k ma tigouez, 

— dioc*A ma vez, -^ dioc*h ma teu, — 
er tneaz a gount, — a zeu dre c/taiu, 

— ar pez n'ema ket a-benn enn 
etmn dra, — da eil, — da heuL 

ACCIASKR, Y. a. ; voy. applaudir. 

MCU1ATE&, V. a. Naturaliser, 
goenna. Nous n*en pouvons acclima- 
ter aucun, n'omp evit goenna hini 
ebed ; — tout e varvont. == S'ac- 
climater V. pr., bourra (C.) v. n., — 
boaza dioc'h ar vro ; voy. Troude. 
Voy. s'habituer. 

AGCOnODAITT, àdj. Smbl adj. ; ioy. 
ompcMUon. 

ACCOin(H)ÉR, v. a. (Assaisonner — 
apprêter), prepari, — prienta (T.) 
Accommoder toutes sortes d'objets, 
aoza Y. a. Je ne puis m'accommoder à 
son bumeur, n'ounn ket evid aela 
gant'Jian ; {evid en em aela, se dit 
aussi.) 

ÂCCOHPACHIBR, T. à., mont gant u. 6. 
n est juste que Tamertume accom- 
l^gne nos plaisirs, ne ket dleet d'e- 
omp kaoUt hep poan ar plyadureziou 
emomp o klask tmezho^ ■ v ,' Qui 
aime â Accompagner les dames; voy. 
galantin. 

M(!9frLI,d<y. Quittée àlis accomplit, 



i5 vlôaz fommh (C.) •*- pemtek i^az 
leuft -- i5 vloaz klok. Un chrétien 
accompli , etir c'hristen dioc*h ar 
penn, — ktnsten aouaîc'h, -— kristen 
eleiz ; homme accompli, den mad, — 
(den kaêr, au physique.) 

ACCOMPLIR, v. a. Les âmes ^éné* 
reuses sont appelées à accomplir en 
elles... Ânn eneou kalounek a zo 
galvet da beur-^ehui enn ho c*horf.,, 

ACCOIPLISSEXENT, s. m. Négligent 
dans Tacc... de sa promesse, fait 
{lezirek) da zevenout (êa zeveni) he 
c'her (he bromesa.) 

ACCteb, s. m et adj. : traité, — 
convention, akord — emgleo — diviz. 
Ils sont d*accord, akord int ; ils tom- 
beront d'accord, akordt a raint v. 
n. — {en em akordi a raint). Vite 
et bien ne s'accordent guère, mad ha 
buhan ne d-int ket unan (Prov.| : 
Voy. ft*aeeor4er. 

ACCO&DER, V. a. Accordez-moi cet- 
te grâce, ô mon Dieu ! ar c'hràs-se 
d*in, va Doue ! ■ S'accorder 

V. pron., en em gaout par^ — (kordi, 
V. n. , — enem aela ; — aela (v. n.) — 
beza a-du gant; Voy. s'adapter 
•== S'accorder (aller bien ensem- 
ble), errmut mad. Leurs voix s'ac* 
cordent, a-vouez ec*h &i*ruont mad, ^ 
a-vouet emint ho daou^ — {ho j^rij. 
Etre d'accord avec q. q., en em ober, 
-*- (en em glevet gant u. 6.) Quand 
ils se furent accordés sur le prix con- 
venu, pa doe en em glevet dioe*h 
ar priz great. 

ACCOUCHER, V. n. et a. Elle est près 
d'accoucher, he zermen a doata ; 
(Voy. terme) dare eo da choum^ — 
var-nez choum ema. 

1 ACCOUPLER, V. a. Attacherenflemble, 
bœufs, chiens... Rolla.,. (G.) V. a. 

ACCOUTUMÉ^ a(]y. Accoutm&é A souf- 
frir, boaz dioc'h ar boan. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÂCC 



101 



ACQ 



ACGIOGHBE (S*). V. pron. Pega oc*h 
(G), apega oc'h, — en em spega oc* h. 
Non accroché, dispeg dioc'k, — dis- 
krogdioc*h{Ad}). 

ACCROIRE, (En faire) ; Yoy. En im- 
poser à q. q., — tromper q. q. 

ACCUEIL, s. m. loj ha digemer. Bon 
accueil, lid. Un bon accueil nous est 
assuré, sur, or bezo loj ha digemer 
mad ; Voy. bon visage. 

ACCUEILLIR, V. a. Rei digor da u, h.; 
bien accueillir q. a. (faire fête à q. q.), 
ober lid d*eunn aen. 

ACCULER, V. a. rei beac'h dau.h,, 

— kas u. h. beteg ar penn pella, — 
starda ar vinsou da u. b, ; Voy. ser- 
rer le bouton à q. q. 

ACCUMULER, v. a. Samma. 

ACCUSER, V. a. teur^ ar beac*h var 
eunn ail, — tamall eunn dra d'eunn 
ail. (Accuser q. q. de quelque chose) 
— "7s Jo ne sens rien en moi qui 
m'accuse, ne gav ket d'in e ve enn- 
oun netra d'am zamall; Voy. rap- 
porter, flati*a, V. a. 

ACCUSER (S'), terme de religion, 
en em akuz. {En em akuzi.) 

ACfiRÉ, lemm ; lemm beg he deod, 
(sorte d*adj.) qui a la langue acérée. 

ACSALAlfDER (S*), hostiza v. n., — 
ober hostisien. Ce moulin est bien a- 
chalandé, eno ez euz kals malêrez. 
Cette auberge est bien achalandée, 
diskenn vraz — {diskenn vad) a zo 
enn hostaliri-ze ; En parlant d'une 
maison qui n'est plus bien achalan- 
dée, on dira : eat ar stal da staUk ; 
(sorte d'ablatif absolu.) Voy. monté, 

— povrvt, — fttmi, — pratique, — 
client. 

ACIETEUR; s. m. hosHz m., — kos- 
iisien^ plur. 



ACHETER, V. a., echui, — finisa (T) ; 
achever le partage , peur-ranna ; 
achever de miner, peur-rivina, — 
peur-gas. Votre maison est elle a- 
chevée ? Savet eo ho tif Achever de 
démolir, peur-z^skar, — peur-2w- 
penn-y achever de manger une tourte, 
p^r-gas {peur^zibri) eunn darz. 
Toute idée d'achèvement peut s'ex- 
primer ainsi, moyennan t le préfixe, 
peur ou per. 

ACITLLÉE, s. f., plante dite heii>e 
aux charpentiers , skouam^ann^o^ 
zac'h'koz. (Nom de fantaisie.) 

AClMiTTES, s. m. pi. Likisien, m. pi. 
(en mauvaise part.) 

ACQUÉREUR, s. m. AkizUour, mot 
usité. 

ACQUÉRIR, V. a., akisita (mot reçu.) 
Jusqu'ici il était acquis qu'on doit 
faire. . . , bete vrema e lekeat eo dleet 
ober.,» 

ACQUIS, adj. Biens mal acqnis, ma- 
dou deuet dre ann hent faU (deuet 
a-grogad.) 

ACQUIT, s. m. Par manière d'acquit, 
anireuz hag a-hed ; voy. Biiilère 
(Dictionn, Troude.) Pour l'acquit de 
ma conscience, evit beza kuU , — 
evit beza diskarg dirak Doue, 

ACRE, ady.j tag^ a4j. (parlant des 
fruits). On dit aussi : trilounk, a<y. 
dans le même sens. 

ACTE, s. m., akt, terme de religion. 

■ Signifiant mesure, — action, 

— œuvre : ober, — tra, — taol. Les 

noms abstraits d'action se désignent 

f»ar l'infinitif qui les exprime, (avec 
'article qui les f»récède). La coupe 
des blés, ar medi, (Le couper ble). 

ACTIF, adj. Un homme actif, eunn 
oberiad; actif au travail, akMuz^ — 



Digitized by VjOOQ IC 



ADA 



405 



ADH 



prederiut, — dUeher, — diUo, — 
diere enn he labour; voy. ez|éiitif ; 
(founnuz d'al lahour, — dtfraeuz 
dPal labour J, 

ACTMI, 8. f. La morale en action, 
ar c'henteliou fur kag ann oberiou. 
C'est nne douée jouissance et une sa- 
tisfaction de voir partout la religion 
en action, disait un marin sage, eur 
joa eo hag eul laouetmedigez guelet 
epep leac'h al lezenn gristen o vont 
enn'dro, eme eunn den a vor, hag 
hen fur. Action mauvaise, pec'hed 
m., — falloni, pi. ou, — dislealded 
tf.) Action bonne, lealded. Une bonne 
action à faire, eur vad^ {eunn dra 
vad) da ober. L'action de la Provi- 
dence divine, Proindans Doue, Ne 
pas payer ses dettes est une mauvai- 
se action, choum hep paea he zle a 
so dislealded, — lezel he zle da bctea 
a zo beza disleal. Avoir action sur 
q. q., kaoui eunn dra bennak da 
velet var eunn all\ Yoy. étendre. 
(Dictionn. Troude). 

ACTIVEB, v. a. Lahaat herr, (lakaat 
ti$, — lakaat kasj, enn eunn dra ; 

— lakacU eunn dra da vont enn dro, 

ACTIfITÉ, s. f. Voy. actif, — ardeur 
(Diction. Troude.) Travailler avec 
activité, bexa founnuz d'al labour^ — 
b&M diere enn he labour, 

ACTUEL, a4j. Aktuel (terme de re- 
ligion.) Le pécbé actuel, ar pec'hed 
aktuel. Le temps actuel, ann amzer 
vrema, (On ne doit pas dire : a-vre-- 
nui; car Va euphonique se supprime 
id) ; voy. prèwiit, — d*a«joiirrniii. 

ACTOILLKIKIT, adv. Er mare-ma, 

— brema, 

ABAPm, V. a. Lakaat a-du gant, 

— lakaat d*en em gaout gant.,. y — 
lakaat da aela gant,.,^ — lakaat da 
droada gant... (Style figuré.) ■ ■ 
Qui peut s'adapter à..., a-^ugant...^ 
a4j — Cie couvercle s'adapte bien à 
la marmite, khz e tiazez argolo var 
arpod; voy. ioetrder. 



ADIÉBEI, v. n. Être lié (tmi) A un 

objet, soudaj v. n. 

AMBU I Ada ! terme enfantin.=3= 
Adieu éternel ! Kenavezo er bed-all ! 
voy. a« re? oir I 

ADJAIZIT, a4j. Stok - oc*h - stok 
gant..., 

ADJEi^TIF, (Terme de grammaire.) 
L'adjectif se met généralement après 
le substantif ; Ëx : les mauvaises ga- 
zettes du pays, gazetennou fall ar 
vro. L'adjectif, comme le participe 
passé, se met avant l'auxiliaire être, 
beza : j'eusse été heureux, sans cela, 
euruz e mjenn bel, panefè-ze. Sans 
cela il se serait noyé, beuzet e vije bet 
panefe-ze, La voie et la porte qui 
mènent à la damnation sont larges 
et spacieuses, ledan eo ann or, ha 
braz ann hent a gas d'ann dao- 
nedigez ; Voy. lettre A, — locntions 
adjectiTet. Avant l'adjectif, à la fin 
d'une phrase, on met souvent l'auxi- 
liaire être, beza ; Ex : je n'ai pas pu 
quitter mon frère malade, n*ounn ket 
bet evit mont d'ioc'h va breur a ioa 
klanv, 

ADJUDICAÎIOH, s. f. Voy. encan. 

ADJOUT, s. m. (Terme de dignité), 
adjœnt, — ajœnt^ plur. ed, 

ADJUGEE à, Stoka oe*h, — iteki 
oc'h ; voy. décision. 

ADIETTHE qie ; voy. supposé que, 

— recevoir q. q. — accieiUir q. q. 

ADIUnSTIATEUl, s. m. Merer, pi. 
ien. 

ADUnSTRATlOM, s. f. Gouam, m., 

— domani. Il a l'administration de 
tout, ne reer netra nemet di'c he 
zoum, — gant'han ema ann ober 
(ann donuini^ — ann emell C, — ar 
s^ur^.. L'administration d'une ferme, 
ann tiekaat. 

44 



Digitized by VjOOQ IC 



ASÛ 



4M 



Attf 



[ ne Mme, iiekaat, v. 
n. ; voy. gestion. 



^_l, adj. (Charmant^ — ra- 

vittaBi), kaer'diêtaiUf — {koant-di»' 
taill ne s*applique qu'aux personnest^ 

— diuiiuz, — eunn drugar he veleiy 

— eunn dudi he velet. 

ADMffiER, V. a. Oher mars var..., 

— kaout kaer,.. {Estlammi, v. n. est 
plus qu'admirer.) =3= Contempler, 
ekoum a-'han da zellet oc^h,,,; voy. 
•*étoiitter. Je t'admire, souezet eunn 
gan-e%, Admirei la beauté du pay* 
aagé, gueUt peger kaer eo ar vro tro- 
var^dro ; Toy. coitempler. 

AMOS f«^. • . Voy. acfili 41e. . . 

ADMnSTtR, V. a. Kimia, t. a. 
(aà figuré.) 

iDOnt, adj. Adonné aux bonnes 
œuYres, douget d'ar mad. Adonné 
an mal, techet d'ann drouk* 

ADOmn (S*), V. pron. Voy. t'aban- 
làndemier à..., — lêlifrer à... == 
8'adonner au vol, en em deurel da 
laerez. 

iBdni, adj. Enfant adopté, hugel 
aniavet {per^hentet^ — perc^hennet,) 

ADORABLE, lady. Aéoret, — meulét 
ra vezo 

ADOIATIOI, s. f. Adoration, f. 
Terme de religion. 

ADOiER, &dori, t* a. Terme de 
religion. 

ADOUCIR, V. a. Adoucir une peltM, 
dousaat eur hoan, — bihannaat eur 
frMrn. ir'-r V. pron. S^adoudr, 
0meniy t. n. ; toy. tpaber, -^ eilaer, 
'" ' «nfr BtlB ée. . M -- 



un adoucissement à ses p^nes, fisians 



en doa e torfje non he hoaniifu^ 
Adoucir la rigueur de la loi, êouplaat 
al leunn. Le temps s'est adouoi, «fin 
amzer a zo torret (var-n*hi), — mnn 
omzer a zo soupleai (houkeat). La 
neiffe va adoucir le temps, ann erc'h 
a dorro {a zouplaioj ann ammr. 



l'adresse, yina, v. n. Qui a Vh 
de recourir à l'adresse, ^ïi 



Recourir a 



ADRESSE, s. f. Ampartiz, - 
Ruse, — flnesse. ' 

'habitude 
Jiner, m. 
Faire des tours d'adresse,' s'igota, v. n. 
(chigota, v. n.) Faiseur de tours d'a- 
dresse, sigoter (chigoter) ; voy. eica* 
moter, — escamotage. =s Adresse 
(d'une lettre), a4res (eul lixér) ; voy. 
adresser. 

ADRESSER, v. a. Je ne sais pas 
comment adresser ma lettre, n'eu- 
zounn pe seurt adres lakaat var va 
lizer. Donne-moi son adresse, lavar 
d'm e peleao'h ema choum (e pe- 
leac'h ema he di) ; lavar d*in he a- 
dres. == Se tromper d'adresse; voy. 
adresse, ^ annean, *- s'engoger là où 
il ne le fallait pas. 

ADRESSER à...« Kas da... ^kasda 
dt..., (envover à l'adresse.) ,■ ■ 
S'adresser a mielqu'un, v. pron., 
charger q. q. de ... : voy. . . Parier 
à q. q. {komz cc'h u. h.) 

ADROrr, a(j(j. Ampart {ampert, — 
apeH), — habil, — tuek (T) ; très a- 
droit, tuet-mad (T.) dourdi» (jâoum- 
dw), doumet-mad ; Voy. Ponrfn de.. . 
suivi d'un substantif. fOn ajoutç et 
au nom, pour avoir l'ac^ectif^ en ces 
cas.) 

ADtfLATEtJR, adj. et s. m. Ki gaol, 
(Fam.) ; Voy. Caresser, — flaUenr. 

ADTSUB, Terme de gramanire. 
L'adverbe s'exprime [>ar l'a^yeetif sûa- 
plenent. La préposition var, stti\ n- 
vec un nom ou un adjectif, forme 
atmsl des adverbes : var àe leni^ ti- 
ffildement (mot à mot ; sur mm timi- 
de.) On dit auési : et iewt. ssa^s A 



Digitized by VjOOQ IC 



Afr 



m 



Air 



teiamirdio», tmrhs som^I». vamms: Exi 
se «ourtent, var ke gromnm^ ^ var 
hê éott, Ottire la oarticule ez, en met 
encore souvent, aérant l'adjectif, e, 
er^^ ; Ex : Sr iaoêiank, tout jeune 
<aâv.) ; e iem^ adv. froid froidement); 
a^t>€tro^ -^ a-l4a«. d'une manière 
immobile adv. ; a-t7Ûb«nt/c, tout jeu- 
ne (adv.) Les adverbes dénotant une 
bonne ou mauvaise qualité dans ce- 
lui qui agit, demafideat gant, avec, 
avant le substantif abstrait ; Ex : Sa- 
vamment, gant gouiziegez-^ sotte- 
ment, gant dievezded ; vov. L'intro- 
dKCttoii. Quelquefois, quand il n'y a 
pas de négation, on rend Tadverbe 
par Tadjectif précédé des mots : com- 
me un homme, evel eunn den ; Ex : 
T^onchahmment, eveleunn den diek 
(comme un homme nonchalant.) 

âWBSXfltl, adj. et subst. ; voy. 



àSTISiSUrt, s. f. Enehiez, — {tru- 
buUl, mot latin, sauf la forme, com- 
me leinot domani^ domarne, empire ; 
Boiûagemcnt, soulaz. U éprouve con- 
'tinuellement quelau'adversité, mtr 
stourm bennag en devez dalé'h^^mad ; 
Voy. Gontrvlèté. 

AfiOLI, a<^. Hegarad, — 9ioul, 
— dou8, — habask, -^chentU, (Kumf, 
est un ancien mot). Peu afiTable (non 
ajQMble), dUfJirm, 

AFTJUBU, ady. Aflaiblî par l'^ge, 
kroumm, a<y, — Isill, — kabac'h (C.) 
ŒHakaret gant ann oad.) JBien af- 
éaibli, eat goaU^xempl, 

AFFUBIA (S*), Sioc^hani, v. ix.; 
Voy. Dereair dèUle. ' * Sa mala- 
die s'est affaiblie^ torret eo he jglenr 
ved, — êâmoh a ra. he boan. Si mé- 
moire ^'affaiblit, divemori a ra. Sz 
douleur s'est affaiblie, (a diminué) 
iarret eo ar boan var^n-han ; Voy. 
Amortir, — terri, — diflammaj, — 
diitanà, — didana. 

AFFAIRB, s. f. Almdmn, ira, ou 



taru9u, {efer^ Ht tisitéu) •* Mf^pfi^i, 
ou kefridi, plur. ou ; ftro, — taol, 
signifient événement.) C'est affaire de 
finesse, eur finesa eo-ze, — eunn ta^ 
finesa eo kement-se. Ses affaires ont 
baissé, eat eo he vrud e luéu, -— eat 
eo he stal da stalik, (Fam-) Comment 
va l'affaire ? penao% e% a ann éro f 
Les affaires vont bien, wwmt mai a 
ra ann traau enn-dro. Uo hommis 
d'affaires, eur c^hourater. On dit aussi: 
kouroter^ — koureier. Je lui ferai 
lestement son affaire, ne tezo kel hirr 
he abadenn, — ne veto ket hirr ar 
c'hoari. Donner son affaire à q. q., 
lavaret he haier da u.-6. ; — reine 
stai da u.'b. ; voy. rosser, njAunr* 
Une grave affaire, ewm dra vra%, — 
eunn dra a boue%, — etir c*hoari 
die%. Avoir une affaire avec q. q. ; 
VOY. ehicane. Chercher affîaire à quel- 
qu un. hlask slkan ot^h u.-ô., — o6er 
ann heg (ann daei) oe*h u.-6. , — 
hegal oe'h t*.-6. ; voy. taoïdner, — 

fnerdler, — agacer. On ait aussi : 
lask efer o&h t#.-6. On te cherche 
encore affaire ! emeur adarre var da 
vue%, paotr! A quel point ^sonC vos 
affaires ? penaoz ema kount ^n-e- 
hoc'hf II ne fait pas beau avoir af- 
faire à lui, dtezeo haoutjta ùbtr-êut* 
han fguni^htmj, -^ éim w kmowt 
wèer-aad eàed moÊU'ham,>Qvâ oherchis 
•ttffiaiFes aux autres, taç^Mut. V^onlokr 
s'occuper ^les 4dEàires 4!«iilrui, karei 
gouzottt, (klask gouzout) ar pez a 
ra ar re ^il ; — eferu%, ac^. fl «aut 
mieux régler soi-même ses ^dkàtm 
que d'en charger les dLfgXtmy^ueUiKjh 
eo ober ar c'hefridiou ann unan, eget 
kéurga re aU ane%-ho. m^LUM 'ëon 
affaire est faite, âhlear eoMe aboé^tm^ 

MSHBlSSÊEtt^ s. m. Tonâ>er dans 
l'affaissement, puka,^^puga, — pta- 
da, V. n., — en em leuskef-hoif. ftn 
et» le%el-neat, — enem /ezel-tout. — 
fetigaioM^h-netH); voy. tbattenést, 
— défoiUaice. ; ■ ■ Affaissement 
par l'Age, kroumm, s. m. et adj. 

èmmmm, v. pim. &'aflaifiser 
par l'âge, ktfmmma, w. m. 



Digitized by VjOOQ IC 



AFF 



tos 



A64 



AFFICTATIOH, s. f. Voy. dettiBtttoa. 

AFFECTÉ, adj. Homme affecté dans 
sa tenue, aotrou flammik (Fam.) 

AFFECTER, v. a. Affecter des rentes, 
$taga levé oc' h, 

AFFECTIOH, s. f. Avec affection, 
ltarante%u%, adv, 

AFFECTUSUSEIEHT, adv. Voy. tiec 
affection. 

AFFERHR (S*), V. pron. J'ai peine 
à croire que le monde puisse encore 
s^affermir, btac'h am eu% o kredi e 
ve ar bea dres aouale'h ken fstard 
aouafc'k ken, — ferm aouale'h ken); 
Yoy. consolider^ — assnjettir, lakaat 
da fermaat (da xtartaath Affermir 
avec des liens un objet brisé, stel' 
lenna, v. a. === S'affermir, dont da 
reza ferm fêtard) , — mmt var 
fermaat, (var startaat), 

AFFÉTEUE8, s. f. pi. Modou, — 
ardou. 

AFFIQUSTS, s. m. pi. Objets de toi- 
lette pour femmes ; braventeziouy f. 
pi. ; — atifou — hragerezou, pi, m. 
— kinklerezou, m. pi. ; Voy. CoUfi- 
cket, - Miole, — btgateUe. 

AFFIRIER, V. a. Asuri eunn dra 
bennak, — toui var e. d. b. — to- 
kaat var ke le. 

AFFLICnOH, s. f. Grande affliction^ 
kalounad, — kaUmnad anken; qui 
est sans affliction, dxanken, a4j. Il 
est dans la plus grande affliction, 
mantret eo he galoun gant ar c'hïa- 
^har, 

AFFLMiSAlIT, adj. Truezuz, — en- 
krezuz, — t^nibuilluz (T); voy. Déso- 
lant. Quel affligeant désordre! na 
goata tra direiz ! 

AFFUGi, a4j. TruhuUlet (T); voy. 
Attristé, — ntfrt. Je suis affligé de 



les voir se donner trop de Meence, 
poan eo gan-en gueletanezho o vra^ 
gai, s^s& Très affligé, fiMniret. 

AFFLUn(S, s. f. Taol braz a dud^ 
— toll braz a dud, (prononces : torr 
braz a dud), en latin, turba, foule. 
On dit aussi : Engroez, -^foul; voy. 
Foule. 

AFFOLÉ, adj. Vache affolée, par 
suite des piqûres des mouches, hioc'h 
è breskign, 

AFFRAICBI, adj. Distrob; voy. Dé- 
gagé. 

AFFBSUX, adj. Heuzuz. Mort affreu- 
se, goall'varo, 

AFFROn, s. m. ^/i-onieri, (mot im- 
porté), — mezadenny — bafouerez^ 

— viloni, — viieni. Faire des affronts 
à q. q., bafoui u. 6. 

AFFiOlTEi, V. a. Affronter le temps, 
mont dmdan ar oall-amzer; voy. 
BraTor, — s'expoier à... === Le 
mot afronti^ est reçu. 

A 

AFFUT, s. m. Support de barriques 
en cave, tint m ; voy. Chaitiv ie 
■arckand de Tin. 

AFDI de. • . AFII fne, conjonction ; 
Afin que je puisse la faire, ahalamour 
d*in aa chelUnU ober kément-ae. 

A6AÇART, adj. Hegaz, — tagnouz, 

— kintuz (pour les personnes). Gom 
c'est agaçant d'aller I hag hen a zo 
inouuz mont ! 

AGACER, V. a. Gloaza, v. a. (au phy- 
sique) agacer q. q. Aniina (G) u. h, (En 
latin, angere, tourmenter) ; — c'hoari 
ar c'/Mm(roi,==Agacer^ (importuner), 
intourdia. Agacer (taquiner), beza var 
buez u. b, Gette République qui nous 
agace, ar Republik daonet-se; voy. 
Faire damner. == Agacer les dents, 
chalsa ann denlt^ (peu usité). 



Digitized by VjOOQ IC 



AGI 



109 



A6B 



A6B, t. m. Age de charrue^ fiattru* 
ment) pleuek^lar {Q, — pluek-alor 
(1^, — ou mieux, haêieUrolar (corps 
de la charrue;. b=b Age de Thomme: 
Ceux de netre âge, ar re enn hon 
oad-ni. Quand U fui en âge, pa oe 
dettet ann oad d^ezhan. Avancé en 
âge, koz, — deuet var atm oad. En 
bas âge, iaouank. Arrivé à un cer- 
tain flige, deuet eunn tamm mad a oad 
â^ethan^ — o koumans hoza, A mon 
âge, enm oad d'in-me, — enn oad 
m'emounn erru, — ena oad-me, — 
d'am oadrme. De son âge, evel-t-han, 
— enn oad d'ezkan. Jusqu'à Fâge de 
i5 ans, que son père mourut, beteg 
he hemtek vloazj ma varvaz he dad 
{dioant-han). Il est plus intelligent 
aQ\>n ne Test à son âge, skiant en 
àtuz enn tu-all d'ar vugale^alL Quel 
âge avez-TOus ? pe oad oc^h^hu f — 
ped tloaz oc'h^hu f Celle-là est du 
même âge que eelle-d, hounnez a zo 
enn eunn oad gant houma. Les cor- 
neilles atteignent trois fois l'âge de 
l'homme, ar fraoed a rev tri oad den. 
Prendre l'âge de quelqu'un, tenna 
oad u» b., •— tenna eunn oad ; voy. 
Extrait le laiiiaaoe. == Il mourut 
à l'âge de dix ans, mervel a eure 
éPhe 2€k vloaz, 

kSÈ^ adj. Oagetj se dit rarement; 
-» koz, vaut mieux. A nous qui 
sommes âgés, (fe-omj>nt tud koz. 
Déjà âgé, deuet var ann oad. Il 
mourut âgé de dix ans. mervel a 
eure d'Ile zek vloaz. Un nomme âgé 
de cent ans, eunn den kant vloaz, 

ACnri, s. m. pi. Ar re azo din-^ 
dan doum eunn ail, les agents d'un 
autre ; agents de la police, paotred 
ar poU». 

àIBU, adj. Voy. alerte; askuit (di- 
bUlC.) 

ifiDUTÉ, s. f. Avec agilité, enn eur 
par berr, (Style de contes); voy. 
preatcment. 

ACH, V, B. Ce o'est pas de cela 



qu'il s'aait, n^ra enn doare-ze. Agir 
ainsi, ooer traou evel-se. De quoi 
s'affit-il ? A betra ez euz kano f Quand 
il ragit de travailler, pa vez da la^ 
bourat. Agir mal à l'égard de queU 

Îu'un, goall-ober e kenver eunn den. 
%\T sagement, ober pep-tra gant 
fumez. Agir sur. . ., teurel var» . • ; 
voy. inflnef, — produire, — eifct, — 
résiitat. ■ Quand il s'agit de 

perdre, pa vez tro da goll; voy. en 
eu de... 

A6ITATI0H, s. f. Kefiusk, (parlant 
de l'effet du vent.) Agitation dan^ une 
maison, tregas; voy. troiMe, — allées 
et Tenues. 

AGITÉ, adj. La mer est agitée, lourt 
eo ar mor, La chandelle est agitée, 
heja a ra ar goulou ; voy. Tacciller. 
- Agité par le vent et les flots 

de la mer, taolet tu-ma tu^hont gant 
ann avel hag ann tarziou mor. scsb 
Au moral : trubmllet JT), — nec'het; 
voy. eiirajé, — trtihle. 

Afiim, V. a. Agiter une potion, 
strafillay v. a. Quand on parle de 
l'effet du vent, on dit : keflttêka, v. n.; 

voy. remuer, — ae teilefer. 

Agiter sa queue, fistoulat he lost. = 
Agiter un objet dans l'eau, stribouil- 
{a, V. a. 

AOm (8*) Tirement, v. pron. En 
em zifreta, ou mieux : en em na- 
pac'9uit. 

AtUBAUX, s. m. pi. Egn, — denve- 
digou. 

AfiMn, 8. f. Angouni; voy. mart. 
=3 II est à l'agonie, enn he basion 
ema ; voy. à rextréauté. 

A6EAPB, s. f. Kloehed, m. pi. ou. 

AGIÉABLI, acy. Route agréable, 
hent brao, — hent eaz. Au moral on 
dit : plijaduruz, — festuz, — dudiuz. 
Je trouve agréable d'y aller, me a 
gav brao mont di. Je ne suis pas a- 



Digitized by VjOOQ IC 



Alfi 



410 



Am 



wteblê à Wet, ^âkifhns Menu Ai 
ZMe. Je tPMi^ agréable «l*être îd^ 
da -tô gan^en beza tm%a (T), -^ gras 
eo gnm-en beza ftma, -*- gras e ha*- 
vffnn heza ama, -^ me m gav grtis 
be^ ffUMi, le troMYerai «gréable d'à*- 
V0Hr...,t>ff4 a rafe d'in ka^yut,,,-^ 
voy. iMBir. 

kSÊÈHMy 9. m. Dudi, »., — enc- 
AGRESSIF, adj. Tagnouz; voy. cU- 



liQttdTLtSIlKf s. m. tïoumcleifi^ pi. 
gounideien^ — ttcfc, pluT. tûKetty -^ 
kouer, pi. ien, 

4fi ! interjeicf ion. Ali t mon Dieu ! 
Aiovk, Doue ! — Ai, Voue ! 

llD8-CULttUTEll]|,a.|ii. MeveUUeh. 

ittS, 8. f. Assistaaoe, -^«ouii<ffi, -^ 
secours, sikour, net néoessttire. Oa 
dit aussi : apoue. Avec son aide, enn 
hezerr; vov. cOBCOirs;. Venir en aide 
à. . . , rei aïuzeun da,,, ; voy. aider. 
J'ai besoin -de votre aide^ ezomm'Cm 
eux ac'honoc^h, 

AOttE, V. a. et n. Sikour (mot aé- 
cesaire), v. a. et n. Aider aux dé- 
penses, sikour oc'h ar mizou, Aidei- 
aM>i I skaaz din ^sous^enteodu, rait, 
donnez.) 

AIE! interj. Ai! ouf! aouruou! 
(Exclamation 4e douleur) ; voy, ^ l 

AIGRE» adj. Ginet, ~ kintuz, — 
heffoz (parlant d'un earactèreiKMoru» 
fâcheux.) Aigre-doux, skUrdrenk^ — 
pUrenk^ — peuz^tremk (C); très a^pre 
(parlant de fruits), put, — iag, — tri- 
lounh; voy. s*aigrir^ — devenir alpie, 

AIGRI, adj. Caractère aigri, deuet 
da trero ^heîftet (ginet)^ ^*- diuét da 
tmza fuecêtioa fodvet)j — deitMpev^ 

ciier^ wy. «igft. n Lait aigri, p«i* 

ilttiit des jgMtndes oludems, Ulaz bkou^ 
4Êie}k4, 



ÉMMR 0rj[) V. prou. Den^nir «f^, 
trenka^ v. n. ; devenir de plas «a 
plus aigve, trenkaat, v. «. 

AIGU, a(jy. Peines aiguës, poamim 
garo, -^ poêmioH kriz. 

AIGUILLin, t». f. goalenn^roxtd, f. 

AIGUnXB, 8. f. Blarchand ou fabri- 
cant d'ai^lles, nadosier, pi. tenl 
== Aiguille d'un clocher, korzenfij 
— bir, -— hek ; voy. |0iilte, — tèche. 
== Trou d'une aiguille, kraoucnn 
nadoz, f. 

AlffDULOnSR, V. a. Aiguilloaner les 
bétes^ touck d'al loened, 

AHABLE, a4j. Ba tem kaf^. JU 
désinence abie, n'a pas d'équivalent 
«n bretoa; Yoj. LlBtroduc4io9i,cha^ 
II. N<> 91. J'ai un firère peu ainable, 
eur breur dic'hrae am eux. Être ai- 
mable pour ^.q., toa Istouent^ oc^ 
u. b. On dit aussi, imprcupremeiiil : he^ 
rantezus^ a^i, qui sigoiue réelleme&t 
charitabte ; voy. 



AIIAHT, adj. Le mot lemmdek, em- 
ployé en ce sens, est ancien ; mais il 
«Bt ^n usité, sauf ^ur les Aom. de 
ifumlle ; voy. atonne. 

ABRR, V. a. Aimer, ou avoir de ht 
joie, soTït synonymes dans ta bible oui 
emfploie, en ces deux cas, le verbe la- 
tin citïmere et exprime par là l'iden- 
tité de Ta joie spirituelle et de la cha- 
rité. Karei, v. la., '^ kaout Jm ^h 
u, h,f '«- hoinU haromiez oc'h u. h, 
lËn^pariant des alimenta, ^iesfieuea, 
on ne dira pas : karet^ ni JsMûmt joa 
oc'h ; mais on dira : kaout mad, — 
Juiout brao. — PUzçul a 4*a ar.fieur 
dez^/tan, il aime les fleurs. — Et.eétte 
République que nous aimions tant, 
voilà où elle nous a réduits! Kement 
&U a foa or boa^i oc'h m^RefpékÊih^ 
setu etao e pe lemt'h omptaolkganb' 
hi ! J'aime à faire cela, eaPiB k(»mmn 
ober kemenUse. J'aime la solitude, 
ami êifoml a bliid&iH^mzœkaimnn 



Digitized by VjOOQ IC 



AtR 



iU 



tilO 



beva pell dioc*h tr^îi^ ar hed. ..nn^ 
Àimtr mieux; vov. yrtforer* J'aima au* 
Unt mourir, ^tilz eo gathen meroel. * 
Il u'çiiitte pa» à régaler tout le monde, 
(ce là'est pas son babitude 4e régaler 
UNit le inonde), n'ema ket ur ffhU 
gant^han da rd èanneov d'ann holl 
(da haea banneou,..) Aimer avec 
passion q. q.; voy. aflunreiUt ■■<^^ ..^ r, 
Qui aime trop le vin, re vignoim d*ar 
guiu (locution adljectÎTe.) 

ÈJSÈy 3ub8. et a^. L'ainé des fils de 
la veuve, p€u>tr hosa 0nn iwtctnvez. 
Le root hena^ de hen, fteux est un 
superlatif ; mais le mot hen n'est 
guère usité autrement. On le trouve 
cepen4ant dans quelques noms de 
lieux, comme hethbant, vieux pont, 
(ville d'Hennebont.) 

AIB8, adv. Signifiant eela, kement- 
te. Ainsi que^ (oomme) tvel ma» Ainsi 
que vous Taves entendu de ma bou<- 
âie, evel viCo^k êuz hlevei gan-en va 
mian ; voy. Dki. Troedc. Nos prières 
aniveront ainsi sûrement jusqu'à Ma- 
rie, hor pedentwu a erru9 e9o<fh u^e 
b€te kaloun ar Venfhêz. m ., j Pour 
ainsi dire, avec négation ; voy, préd- 
léfliMit. Plût à Dieu qu'il en fût ainsi! 
êolo e ve guir kgmeid^se ! 

AIBt s. m. Ear^ t ; voy. apperesct: 



figvre^ -^&4tn, ^ ferae, *- 
Air imposant, ear dot^et. Air digne, 
&rvez deread. Homme qm a bon air, 
eunn arvez hr<w a ten, nu •, n Les 
pieds en l'air, be dreid er vann. Je- 
ter en l'air, wmiaa enn ear; -^ sUpel 
(etlapa) er vatm (€.) Au grand air 
(en plein air), enn ear vraa* On y 
respire Teir, etw ee'h erru <mn atmer 
(emr ann amter — aim ear)» On y 
«Mane d*air, ene «o hac'h. Qui a 
f air fort, eunn ear krem> d^ez-èan. 
iieu sans air, leae'h bac% Prendre 
un certain air; voy. firme, iff«renoe. 
*«- osup d'«r, Wr eve/, m. 

ABin^ s» m» Kou^sr kaem. 

iBB, s. f . Mettre dt blé sur to«iie 

l'eirt^ aetetm ai leuriad. 



Altt ». m, pi. Plenck tei, n. pi. ; 
voy. bardeau. (Dict. Troude.) 

mam (fmt ^% Kombr^^ f. ; 
voy. IfIriMU 

AISE, s. f. Da, m. (T.) Marcher à 
son aise, baie digabalf — mont var 
he aurzik, (var he boezik.J Vous y 
seres à l'aise, ena e ve eaz ae^h^'h; 
voy. hoBneuT' Je suis à Taise ici, frank 
eo d'in ama ; voy, plw, 

AISE, adj. Voy. agréable. Je suis 
bien aise (je trouve agréable) d'être 
id^ grae e kevann beza ama — da eo 
gaiv^n hexa ama C. T. Être 4 l'aisp 
avec q. q. beza ardiz oc*h u. b. 

AKi. adj. Cbemin aisé, hef^ hem" 
pe%, — hent difreut, 

AISÉIEMT, adv. Dizamm^ (sans far- 
deau, -^ allégé.) 

AISSEtLI, s. f. Conduire, en appu- 
yant Taisselle, kazela (katehaj u. b, ; 
voy. bras. 

AJODUnn, V. a. Apell, — osnelly 
— pellaat (du vieux latin, feûere, 
éloi^er. ) Ajourner en confession , 
korbella u. b,, — rei korbell da u, b, 

AJOUTE, s. m. Voy. le mot suivant. 

AIOOTSB, V. a. Sans rien ajouter 
(sans rien exagérer), hep lavaret ne- 
tra re. -in jm Rapporter, •>-*• ajouter, 
pour compléter, ober eunn aeienn 
(eur stagaaenn.) Un ajouté ; voy. aiui- 
plifier (exagérer), — supplément, — 
allonge, «*^ peitkbi, ,.. i, ■ Ajouter, 
lavaret oc*h penn, 

AJUSTA, adj. Voy. paré, — mié, 
kinkl, — fiehet, 

AJUSTSI (S'), en ^m ginUa ; voy. 
Mf«rer- 



Digitized by VjOOQ IC 



AIL 



44% 



ÀLL 



ALCmiLLE, plante, iroad-lean, p). 
treid'leon. 

ALERTE, adij. Ashuit, — frinkih, — 
dibilly (affile), — diUo^ (expéditil), — 
Çren^ (vif), — mao, — fn^h (£»*>, — 
jqvial.) 

ALCOOL, 8. m. Guin ann tan, — 
guin ardarU. Vin qui contient beau- 
coup d'alcool , gmn kre , — guin 
penn, — guin spereduz, — odevi, — 
chigqdenn ; voy. eai-de-?ie. 

ALEZAN, a4j. (Parlant de la robe 
d'un cheval, couleur café au lait), 
melen; voy. bii-bniB, — bti-rtix, — 
itabelle. 

AUGIEi, V. a. Voy. iieltre ei Urne, 

(enligner), lakaat kever e kever. — 
Aligné, am. (placé en lignes), kever 
e Kever, adj. et adv. 

ALUERTS, s. m. User d'aliments 
gras, dibri kik. Aliments préparés 
pour iin repas, meux-boed, pi. meu" 
zou'boed, (anc.) 

ALUERTER un enfant, (lui donner A 
boire et à manger, — lui donner sa 
nourriture), paska eur bugelik, 

ALLAITER, v. a. (parlant des fem- 
mes), allaiter son petit, rei he leaz 
d*he hini bihan ; voy. noarrir. 

ALLÉE, s. f. Chargé à l'allée et au 
retour, karg da vont, karg da zont, 
(sorte d'adjectif). Allée de boules, a- 
le vatUou. • Allées et venues dans 
une maison, koê'digtu ; Voy, afita- 
tkn. 

ALLÉGÉ, adij. Dî^amm, a4j. 

ALLÉGUER, v. a. Alléguer différenU 
prétextes, Mask diçaresiou, (le mot 
différents ne s'expnme pas toujours.) 



V. n. Où ira-t-il? — Quel- 
le manœuvre fera-t-il ? pe ruill a 
rai f Gela ne va pas mal. (Je réussit 



assex bien), brcunk a<male'h e teu 
gan-en (ne d^ket re fail gan-enj^ — 
madik aoualc'h ema ar bed gan^en, 
— madik eu>uale'h ez a ar $Ud gan^ 
en. Les affaires vont mal. Voy. afti- 
re, ne d^a ket mad ar atol. = Par- 
lant de la santé, de la fatigue ; ne 
c'houit ket (T.), cela ne va pas mal. 
Gomment cela va«t il? penaoz emm 
ann-dro gan-e-hoc^h-hu f r U 

ne va jamais à l'Eglise, ne vez nepred 
var dro ann Iliz^ — morse var dro 
Iliz ne d-a. Je suis allé deux fois à 
Paris, bet ounn diou veeh e Paris. 
La route pour aller à Paris, ann hetU 
da Baris. Aller en Paradis, kaout 
dor ùgor er Barados. == Aller 
(suivi de en, avec le participe présent): 
mont var ..,; (avec l'infinitif, on le 
radical.) Aller en diminuant, mont 
var ziminu. Aller en augmentant, 
mont var gresk. Aller en s'élaipa- 
sant, mont var ledanaat. i Al- 

ler (suivi d'un infinitif.) Il va guérir, 
ema erru da vad adarre^ — quellaat 
Q ra d'ezhan. Le Garéme, dans le- 
quel nous allons entrer, ann amzer 
zantel ar Chorai% (hag) a to erru 
brema. Us y iront bientôt, bremaik 
ec'h en em gavint eno. Il va venir, 
dont a rai bremaik. La neige va a- 
doucir le temps, ann ert^h a zov^laio 
(a dorroj ann amzer. Que va-t-il de- 
venir? petra e teuio, da veza f II al- 
lait mourir, var he dremenvan edo. 
Les arbres vont se dépouiller, arguez 
a zivisko dizale. Allons donc ! (Inteij.) 
ai ta! (dao d'ezhi ! — beae'h d'ezhi!) 
Allez 1 iao ! (terme de charr^ter.) En 
voyant que sa fille allait se séparer 
d'elle, velet he merc'h o vont di- 
gant'hi. == S'en aller, (partir) trei 
he zeuliou. Les vieux s'en vont cette 
année, digoza a reer er bla-ma. U 
s'en va (peu à peu), oc'^ en em denna 
ema. Je l'aperçois s'en allant, me he 
vel vont enn he dro y m. Allez-vous 
ent baleit, ^iter baie, — it enn ho 
rotid! — Klasklit ho ribmou! it diouz- 
in! -^ tee'hit kuU alesse ! Va-t-eo 
cacher ta honte ! Kea pell dious-in 
(tec'h huit) y gant ar vez! Les ieunet 
^ns s^en vimt cette année, kals a re 
xaouank a varv er bla-ma. S'en aller 



Digitized by V:iOOQIC 



ALP 



UZ 



AMA 



(mourir), digtaha divar ar hed (Fam.) 
. N'allez pas, suivi d*un inflnitif, 
ne s'exprime pas en breton, excepté 
devant tire et temlier; Ex : n'allez pas 
dire, n'allez pas tomber, (prenez gai de 
de.. O) diouallit da lavarety diouallit 
da goueza. Pour les autres verbes, on 
met la particule na, avec Timpératif^ 
ou le mot arabad, avec l'infinitif ; 
Ex : n'allés pas faire cela, na d'il ket 
da ober kement-se, — arabcui eo d'e» 
ho^h ober kement^e, • (S'accor- 
der.) Pour la taille, ils vont bien en- 
semble, Orvent ee'h erruont mad, 

ALLiamn, adv. A-zoug, 



I, s. f. (Bijou), alians, 

1LLM6C, s. f. Stagadenn, f. De la 
paille d'allonge, p^ouz heiza, fowplouz 
keiz G.) 

ALLWBKt V. a. voy. auigner. 

iLLOlÉ, adj. Var elum, adj. 



I, V. a. Allumer le feu, la- 
kaat ann tan da gregi. Ayant allumé 
sa pipe, tanet he gomad butun gant' 
han, — lekeat tan varhe gorn butun 
(ablatif absolu.) 

ALLDIS, s. f. Allure d'un cheval, 
baie, m. = Aux allures suspectes, 
très fait var-n-han ; voy. air, — »e- 
■écs, — Baaèges, — aaiièresy — 
Imunmts. Le mot allures, plur. fém. 
se rend généralement par un équi- 
valent, en breton. 

ILLUSMHI, s. f. Faire allusion à..., 
dem-gomzy v. n. 

AUURACI, s. m. Almanak, plur. 
almanagou, 

ALOBS, adv. D*ar mare^ze, 

ALODim, s. f. Oiseau. Labouz ann 
ear. 

ALnUBÉTIVK) adj. Par ordre al- 
phabétique, dioc'h txzerenn. 



ALTAŒI (S'), Se détériorer, rfiam- 
rert, — diMeraat, v. n. Il s'altère 
chaque jour, disteraat bemdez a va, 

— bemdez e teu da veza disteroc'h- 
distera. 

ALTÉRÉ, acy. Qui a soif. Ce mot ne 
vient pas du latin, pas plus que le 
mot breton aller, m., — alteri, verbe, 

— alleret, part, et adj., délire, — 
délirer, — délirant. Il ressemble au 
breton erder, — ardet\ qui a pour 
synonyme /î), (ardeur, en français.) 
(Alleret, — itiket^ (altéré), sont très 
usités partout.) Dare gant ar sec'fied, 
est le vrai sens, au physique. — Au 
moral, passionné pour... Voy. pas- 
sienne voir les jeux, alteret, {itiketj da 
vont d^ar c'hoariou. = Qui altère, — 
qui est altérant, sec*heduz, adj. — 
Sujet à être altéré, sec*hedik, adj. ; 
voy. détérioré, distereat. 

ALTEBIATITS, s. f. Voilà votre al- 
ternative, kemcrit être daou ; voy. 
chose. (Diction. Troude.) 

ALTERNATIVEMENT, adv. Deux 
chœurs chantant alternativement, eur 
re kana, bep eil, oc h eur re ail ; 
voy. tonr à tonr. 

ALTERNER, v. n. Alterner pour le 
chant, kana bep eil, — eda oc h eunn 
alL Quand l'action se fait par un 
même individu, on dit : kana pcp eil 
dro, 

ALTISR, acy. Otuz (du latin, altus, 
hautain.) 

AIADOU, s. m. Duad^ m., — tonn^ 
m., ou tont. 

AMAIGRIR, V. a. et n. Goasaat (C.y 

— kastiza^ v. n., (par suite de cha- 
grins, de maladies, ou de mauvais 
traitements.) 

AMANT, AMANTE, subs. Dousih 
koant, — kalounik. (Amourouz est 
moins usité.) 

15 



Digitized by VjOOQ IC 



AMÉ 



1U 



AMt 



AHARBE, s. I. Amarr, — (emerr), 
pi. ou. Mot importé ; voy. câMe. 

AIÂRRÉ, adj. et part. Amarret, — 
emerret. 

AHABRER, v. a. Amm^ra, — ern^r- 
ren, 

AIAS, 8. m. Un amas de lois, eunn 
dastum lezennoUj — eur bern lezen- 
nou, — eunn toiUlad lezennou (eur 
stal lezennou T.); voy. assemblage, — 
collectioo, — recueil. Monceau, 

krugell, f. voy. tas. 

AIASSEB, V. a. Amasser de la îot- 
tune y rastéllcUdanvez; voy. s'enrichir. 
■ V. pron. Us s'amassaient dans 

les cabarets, a-ve^m ez eant enn ta- 
vamiou (G.) (enn ho$talU*iou L.) 

AIAUROSB, s. f. Maladie (parlant 
des chevaux, en particulier), dregon; 
(parlant des animaux et des hommes) 
banne var al lagad ; voy. ta^. 

AIBIGU, a<iy. Voy. à double entente, 

— équivoque, — entortillé. 

AninON) s. f. loul sevcl, — egar 
sevel. Qui a de l'ambition , ioiUek, adj. 

ADULANT, adj. Red, adj. 

A 

AIE, s. f. Ene, m. — (kalounenn, 

— kreizenn, au physique.) Ame 
noble , den nobl, — spered nobl. 
L'âme de mon défunt père, ann ene 
a zo bet em zad. Au point qu'il en 
rendait Tâme, ken na venue ar vuez 
mont anezhan. Elever son âme vers 
Dieu^ sevel he galoun var-zu Doiœ, 
. ■ ■ Sans âme, diene, ady* 

AIÉUORATION, s. f. Vad, — roud ; 
Toy. progrès. Il y a beaucoup d'amé- 
lioration..., kalz vad a zo deuet {enn'- 
han); voy. susceptible d'amélioration. 

AltUORER, V. a. Digas vad enn 
eunn di*a, — kas var vell (var veU 
laat,Jr==zEa religion : eantelaat. 



Il s'est amélioré, vad a zo deuet enn* 
han. Il s'améliore, (parlant de l'état 
d'un malade), ema erru adarre da 
vad. En attendant que le temps s'a- 
méliore, da c'hortoz €mn amzer da 
zont guelloc^k. Le temps s'améliore, 
bi*aoaat a ra ann amzer ; voy. s'é- 
claircir. 

AMENDE, s. f. Amand (mot importé), 
mizou^ pi. m. Faire payer une amende 
à q. q., lakaat u. b. enn amand, 
obéi* mizou da u. b, ; voy. COntra^ 
Tention. 

AMENDEMENT, s. m. Engrais, Man- 
nou, m. pi. (français et breton), terre 
provenant du grattage des routes et 
chemins, et servant d'amendement 
pour le< terres en culture, j i ■ j A- 
mendement marin, calcaire et animal, 
maevL ou merl (que l'on drague au 
fond de la mer) ; voy. madrépore. 

AMENDER (S'), Dont da vad; voy. se 
corriger, — susceptible de. . • 

AMENER, V. n. Caler la voile, ameni^ 
V. n. Amener à..., lakaat da...; 

voy. apporter. La République nous 
amène la guerre, gant ar Èepublik, 
bt^ezel a zo. 

JiKR, adj. Très amer, c'huero bestt 
(amer comme du fiel.) 

AMEUBLfB, V. a. Ameublir la terre 
(terme d'agriculture), bloda ann 
douar. 

AMI, s. m. Au vocatif (terme de po- 
litesse envers quelqu'un qui n'est pas 
n«>tre ami), va faotr ! Et Us devinrent 
bientôt amis, ma teujont e berr-am^ 
zer da veza daou vignoun. (Juand on 
parle de plus de deux individus, on 
met : mignouned. . Bonne amie, 
/'tantine/, terme enfantin, migna, m. 
En parlant du beurre et du pain : 
hostisien int, (ils s'arrangent) ils sont 
amis. 

AMIDON, s. m. Empez, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



AMO 



115 



AN 



UniCIR, ¥. 8., T. II. Moanaat, 
n. a. et et n. (dont da veza moan), 

AMITIÉ, s. f. Yoy. bonnes grâces 
(amenr.) 

AIOLUR (8'), y. pron. Boukaat, v. a. 
et D. La plaie s'amollit^ esmoli a ra 
ar gouli. 

AMONCELÉ, adj. Sium, adi. (Ancien 
mot qui signifiait aussi jadis, mon- 
ceau.) 

AIOHCELER, v. a. Grounna. 

AIOiOELLEHEHT, s. m. Grounnad; 
Toy. réunion, — assemlilage. 

AlORCE, s. f. Krampinell, f. (en 
mauvaise pari) ; voy. grappin. 



AMORTIR, V. a. Voy. aibiblir. 



Au moral, didana, et mieux distana, 

— mouga. . Au physique, terri, 

— diftammay — distana. Amortir 
l'ardeur de la fièvre, diflamma — 
{terril — distana) ann dersienn. voy. 
calner les passioBS, ou un mal. === 
Y. pron. Le coup s'amortit dans la 
neige, comme dans Fcau ( parlant de 
menu plomb ) , abafl a ra ann ienn 
(ann drajej enn ere'h evel enn dour. 

AMOUR, s. m. Par amour pour vous 
(pour Tamour de vous), aoalamour 
d'e-ho&h, : Signifiant joie, ami- 

tié, comme dans le style biblique : 
joa Ijoa ha karantez, joie et amour.) 
J'ai de l'amour pour lui, joa am euz 
out-han. — Amour hystérique, a- 
oMur erotique, kUlori, m., — orged, 
m., — amourausded,-^ mignouniach, 

AMOUREUSEMEHT, adv. Voy. affection, 
^ tffectnenseiient. 

AMOUREUX, adj. Amourouz, pi. ien. 
Etre amoureux de q. q., heza 



$ot gant u. 6. {Beza boemet C.) (ioueU 
ietj gant u. b, ; gaillarde nn pei amoo- 
rcwe, eur plac^h friant. Le subst. est 
friantiz, f. == Engoué de..., he 



halan a zo var-n-hi. i -. Amou- 
reux tiède, klouarik,:jLà}.; voy. galant, 
galantin. 

AMPLE, AMPLEMENT, adj. et adv. (Un 
peu trop, amfh'A;.) L'opposé est |}nm, 

— berr, — » skort, . Allure du 
cheval, hinkanc, m. ; voy. baqaenée. 
Hinkaneal, v. n., aller à l'ample. En 
parlant de bidet ou bidette qui va à 
l'ample, on dira : va inkane^ mon 
bidet qui va à l'ample. 

AMPLIFIER, V. n. Lavarct amiAik ; 
voy. aJoBter, — exagérer. 

AMPUTÉ, adj. Amputé du poignet, 
doM*n mogn, subst. et adj. Il a été 
amputé du bras, trou&het eo bel he 
vreacli diout'han\ voy. opération, — 
manchot. 

AMUSANT, adj. Koant (parlant des 
personnes ) ; — brao, (parlant des 
choses.) 

AMUSER, V. a. Kounta kaosiou {mar' 
vaillou,) 

AMUSEa (S'), V. pron. En em zizU 
noui, — kaout berroc'h ann amzer, 

— kaotU berroc'h ann inou ; voy. 
pronom. Amuser un enfant, choura 
eur bugelik. De tous les jeux, c'était 
celui qui les amusait le plus, ne oa 
seuri ebed evel-scy da zivuz anezho. 
S'amuser à (devant un infinitif) ne 
s'exprime pas généralement en bre- 
ton ; voy. Dict. Troude. En s'amusant, 
e-belbi (anc), adv., (parlant des jeux 
d'enfants, ou d'un léger travail. )Dit>ar 
choari, se dit aussi, en ce sens ; voy. 
se diTcrtir. 

AN, s. m. Il a dix ans^ dek vloaz eô 
brema. Cette pauvre petite muette de 
sept ans a de l'esprit, ar vudezik 
keazy ha n'eo nemet aeiz vloaz, e deui 
meiz, (du latin mens,) J'aurai vingt 
ans, le mois prochain, ugent vloaz e 
vezinn d*ar miz a zeu {ermizazeu,) 
L'an passé (l'an dernier), varlene, 
adv. Ayant atteint ses vingt ans, pa 



Digitized by VjOOQ IC 



ÂN6 



446 



ANN 



en doepaket ke ugent vloaz^ m. Les 
enfants d'un an , ar viigale bloaz, 
{Bloaz est ici adjectif), ar vugaie 
vloaz. ( Hloaz est ici complément. ) 
Aujourd'hui en un an, lixrio penn 
hloaz, 

AHILOGUE, adj. A denn da..., — 
a denn var,,,, — en deuz eunn tu 
hevel gant, .. 

ANALYSE, s. f. Analyser, t. a., gue^ 
lût ar pez (petra) a zo e,.. — gtielet 
ar sustansou kenta a zo enn eunn 
dra. . ,, (termes de chimie.) 

ANCÊTRES, s. m. pi. Gourdadou, 
(Gour, particule augmentative , et 
tadou, pères.) 

ANCIEN, adj. Selon une ancienne 
croyance, hervez eur gredenn ' zo a- 
goz. L'histoire ancienne, histor ar 
c'hanvejou kenta. La mode ancienne 
(l'ancien temps), ar c'hiz koz. Son an- 
cienne carnation, he gigenn genta,m. 
Ancien maire, het mear (mear bety 
— mear koz), 

ANDAIN, s. m. Taol falç% — re$t 
(G.), rangée de foin coupé, n'a pas de 
pluriel. 

ANE, s. m. Ane rouge (ignorant 
fieffé), azen goimek, Anesse, mour- 
rik ; voy. bourrique. 

ANÉANTIR, V. a. Kas da get; (Dia- 
lecte de Vannes) prononces guette, 
La lettre g est dure, en breton, (get, 
pour ket, par euphonie) selon l'ortho- 
graphe de Le Uonidec ; à la lettre : 
envoyer à pas. . . (à rien, da netra,) 
S'anéantir devant Dieu, anzao ne 
d'Onxp netra dirak Doue, 

ANGE, s. m. Ange de Dieu, kannad 
Boue, 

ANGÉLIQUE, adj. Eat da eal, ^ 
deuet evel eal. Patience angélique, 
pasianted eunn eal. 



ANGLAIS, adj. (Parlant de choses), 
a vro zaoz. Bâtiment anglais, letir a 
vro Zaoz (et non, lestr $aozJ 

ANffliE, 8. m. Kogn (G.); kougn, m. 
(L.); pi. iou, A l'angle du mur, e pleg 
ar vur far vogerj ; voy. air. — ?^^" 
ger se dit en parlant d'un édifice.) 
Angle rentrant de deux toits qui se 
joignent, flondrenn, f., (angle droit et 
saillant.) A angle droit, koign krenn^ 

— pleg krenn, — troet krenn enn 
dûwarz {a^ziabarz), — kom krenn, 

— kamm krenn, — askauer gant . . . 

ANGOISSE, s. f. Dans l'angoisse, e 
kreiz ar poaniou, 

ANGUILLE, s. f. n y a anguille sous 
roche, bez'a zo vi pe lapouz fpik pe 
vranj, Fam. 

ANGULEUX, adij. Kougnek, — kor- 
nek. 



ANICROCIE, 8. f. Yoy. 
conire-teaps* 



ANIIAL, s. m. Aneval mud; Toy. 
UB8 riistn. 

ANUÉ, adj. (Terme de médecine), 
ftammet, == Il est animé contre 
moi, nmliset eo ouz-in, 

ANIIER, V. a. Voy. exciter. Lakaat 
huez e. . . (tis e.., finv e...) Le vent 
animait le feu, ann avel a lekea ann 
tan da folla. == S'animer, t. pron. 
(se mettre en peu en colèi*e contre 

2. q.), broueza oc'h u. 6. / voy. s'ei- 
ammer, — s'indispeser. == Terme 
de médecine, animer (s*enflammer), 
flamma, v. n. 

ANIIOSTrÉ, s. f. (roalisi, f., (pour 
goarisij signifie plutôt jalousie. 

ANNEAU, s. m. (Anneau de prix, — 
bague)^ hezou, — bizou, pi. m. Anneau 
ordinaire, cerde de métal, ou autre 
matière, rillenn, — maiU, — ruU" 
lenn, — rond, Annenu formé d'un 



Digitized by VjOOQ IC 



ANO 



H7 



APE 



bout de branche flexible, et qui ter- 
mine la corde d'amarrage de la char- 
ge, daum-sttgelh Je me suis engagé 
dans un mauvais anneau (où je n'au- 
rais pas dû)^ parlant d'une discussion, 

va manfh, (Expression proverbiale.) 
On dit, à peu pnès dans le mâme sens, 
enn eur vodenn fall ounn eat da 
graûwiy — da gvwmaJta (prononces : 
kraon-a, kraon^ataj 

ISiÉE, s. f. Blavez, — hla. Cette 
année-d, er hla-ma, — epad ar bloaz 
a 20 ren. Laissex-moi abattre autant 
d'arbres que je pourrai en une année, 
va Hst da ober eur hlaveeiad (bloa- 
vezad) diskar guez, (Ces deux mots 
s%nifient encore ce que produit une 
année, ou ce qui dure toute Tannée») 
=== Toute Tannée, toute la levée 
de soldats, toute la recrue, tout ar 
Uoavesiad fsoudardet iaottankj, 

inOKB, Annonce du printemps, de 
l'hiver, voy. Caleidet. Kala m. (kal 
kanv, — kal goatw), le premier jour 
des mois de janvier, mars^ avril, no- 
vembre. (Voy. Troude). 

AUNNICEB, V. a. Anons, v. a. , ke- 
menti da, — rei kelcu da,,, annon- 
cer l'Évangile, prezek ann Aviel {ar 
Feiz), Le vent gémitsant annonce la 
pluie, avel kuanaduz^ sin c'hlao. Le 
temps s'annonce beau, hoed heol a zo 
gant'hi (s. entendu amzer f.,) — /e- 
sounet hrao eo ann amzer, — tomm 
e vezo ann heol hirio, 

AHUKL, s. m. , terme de religion, 
annuel, m. Recommander un annuel 
pour. • . lakaat eunn annuel gant,.. 
Annuel, adj. Abonnement annuel, 
priz eur gazetenn hed bloaz. 

AnUUIlB» a4j. Doigt annulaire, 
ar biz bezou, 

ânOLBi, T. a. NuUi (vieux mot). 

voy. 



AMH, s. m. Azenik m. 

AHnOATEB, V. a. Sench-dat (terme 
générique). (Lakaat eunn dat araok 
ar mare), 

ANTIVn (A n, adv., hervez ar <fhiz 
koz. 

AHTRONHPIAGB^ adj. et subst. a zebr 
anndudall, 

AHUS, s. m. Fraez^ m. En parlant 
d'un cheval : milin vrenn, moulin à 
son (trivial) ou gazé. 

APAISER (8*), V. pron. Reisaat, v. 
n. (parlant de la mety) Paaeal, v. n. 
(parlant de crise, d'accès). - Kalmi, - 
ameni, — habaskaat, afli, v. n., s'em- 
ploient surtout au moral. Alors il s'a- 
paisa, — netize e kalmaz d'ezJian, — 
ec'h aflaz d'ezhan, — e torraz ran- 
n-han, Voy. Se calmer, - se radoucir, - te 
retenir. Apaiser la colère divine, dt- 
arbennjustis Doue ; voy. Fléchir ■ 
Faire effort sur soi pour s'apaiser, 
en em ameni. Je tâche (je m'efforce) 
d'apaiser ma colère, (je me retiens), 
en em omeni, a rann, — klask a 
rann terri va drouk, — dere'hel a 
rann gan-en. Quand une chose fait 
moins souffrir, il survient une dou- 
leur nouvelle, pa amen eunn drouk 
(eur boan) e teu eunn ail. Il l'apaisi^ 
par de belles paroles, afli a reaz o- 
nezhan^ o kaoseal brito d'ezhan. 

A-PARTE, voy. Acteur, — noBOlogoe. 
Komz out'han he-unan, Komzomp 
etre-Z'Omp hon daou^ ayons un a- 
parte. 

APERCEVOIR (8'), Il s'aperçut alors 
que son œil s'ouvrait, neu^ze e kom- 
prenaz oc'h he lagad o tigeri. Qui 
s'aperçoit vite, santuz, adj. 

APERÇU, s. m. Aperçu eénéral de 
cette histoire, taol-lagad var ann 
hiator-ze, a-bez. Compter par aperçu 
(par à peu près), braskounta^ v. a., 
et n. 



Digitized by VjOOQ IC 



APP 



118 



APP 



APLAnH, V. a. Aplanissement, s. m, 

Plena. Au figuré et au moral on dit : 
spered ann aud klanv a rank beza 
aalc'het plean, (pour dire qu'il faut 
leur épargner les émotions fortes ; 
\oy. Epargner.) 

APLATIR, V. a. Broyer, — briser, — 
flastra, — fiHka, — moustra, — bre- 
va, V. a. 

APLOn, s. m. Ploumezoun, (Atti- 
tude assurée, fermder). D'aplomb, 
pik^ — a-bik, — sounn, — a-zounn, 
'•^ ploum, — a-bloum, — kompez, 
adv. et adj. 

APOGÎE (à ton), ennhe vog, m; 
enn he vella tout, m ; e barr he vrud, 
m ; Voy. an comble de... 

AP08TASIER, ▼. n. Trei divar al le- 
zenn vad, 

APOSTAT, s. m. Troet divar al le- 
zenn vad. 



APOSTOLIQUE) «dj. L'homme apos- 
tolique, ann den abostol. On dît plus 
souvent : dbostolik, qui signifie rigou- 
reusement petit apôtre. (Un mot com- 
Slétant un autre mot lui sert souvent 
'adjectif, en breton, comme dans le 
cas en question). 

9 

APOTHICAIRE, s. m. Ahotiker, m. 
(mot importé). 

k 
APPARAITRE ▼. n. beza guelel, — 
en em lakcMt a^el da u. b,, — en 
em lakaat a-^el dirag u. b,, — en 
em rei da velet da u.b. ■ En 
parlant d'une chose cachée : difoucha, 

— diapakay v. n. Le soleil va appa- 
raître, ema ann heol o vont da n- 

('oucha {da bara, — da zispaka.) Le 
ieu célèbre où elle a apparu, al 
leac'h bt^det m'eo bet guelet {enn- 
han,) 

APPARAT, s. m. Pompe, — éclat, 

— ostentation, digor, — digoriou, — 



digoradur, — digoradou, — p&m- 
pad^ — pompadoup — tron^ — tro- 
nell, (trolle, en quelques lieux). 

APPAREIL, s. m. Outilbge, — ins- 
truments, — batterie, reizou, — pre»- 
tou, — kktoiou^ — dafarou. — (ri- 
klou). (G.) 

APPARERCE, 8. f. Extérieur, très, — 
guel. En philosophie, on dit : funn, 

— doare. Elle paie moins d'apparen- 
ce (de mine), nebeutoifh avei edeuz, 

— nebeutoc'h a zoare a zo gant-hi, 
Sije voyais quelque apparence d'y pou- 
voir vivre, ma venn a-vel da gaotU 
va bara eno, U y apparence, proba- 
bilité pour lui que... , orvel ema da., • 
Juger les hommes sur l'apparence, 
barn ann ditd dioc'h ho guelet {dioc'h 
ann diaveaz anezho.J Le temps a 
bonne apparence, sin vad a 20 gant 
ann amzer, — fesounet-brao eo ann 
amzer. Il y a apparence de pluie, glao 
a zo enn-hi, — gouenn c'hlao a zo 
gant'hi. Ils n'en ont que l'apparence, 
n'int nemet ann neuz. Prendre une 
certaine apparence; voy. tir, — finrme. 

APPAREUENT, adv. En apparence, 
evit doare, — michans {a-henvel T.) 
marvad, — m*oarvad, — fmevar L.) 
Contraction de me a oar mad, et de 
me a oar. 

APPARITION, s. f. Guel. = Ti- 
sions, — chimères, — imaginations, 
8orc*hennou, — faUaziou ; voy. cet 
mots, lie lieu célèbre de son apptri- 
rition, al leac'h brudet m'eo bet gue- 
let (enn-han), 

APPARTENAICSS, s. f. pi. Ar pez a 
gleo oc'h.. . 

APPARTBHAHTà...il«o da...,— 
euz a ouenn,.,^ — euz gouenn..., — 
divar. . . , — divar doum. . . Terre 
appartenant au manoir, douar stag 
oc*n ar maner. Appartenant à la secte 
protestante, unan euz ar rttmm dud 
a zaWh fais lezenn ar Brotestanted; 
voy. tecte proUtUnte. 



Digitized by VjOOQ IC 



APP 



119 



m 



APPARTKXIR, Y. n. Un couteau ayant 
appartenu à mon frère, eur gountell 
66t d*am breur. Je lui appartiens, 
hez ' ez ounn he dra, — perz en deux 
enn-oun, — mestr eo var-n-oun. 

APPAT, s. m. Attrait. L'appât des 
créatures, plijadurezou ar bed. 

APPELER, V. a. On vous appelle, 
unan bennag a zo o krialouz-hoc'h. 
Cri des pâtres pour appeler : Laika ! 
Appeler se prend aussi en français 
pour nommer ; mais le breton gervel, 
ne se prend pas pour hanvel. L*idée 
fondamentale d'appellare (bas-latin), 
est : pell, loin ; celle de hanvel est, 
hano, nom {ofiômay en grec.) On 
rappelle Yves, Ivon eo he hcmo, — 
Ivan ec'h hanver anezhan, — Ivon 
a reer atxezhan. Eul louzaouen a zo 
er prady a reer anezhi huanad ; cK- 
mezU hag o pezo-hi, nemet fumez a 
ve leiz ann ti, (Prov.) Etait jadis ap- 
pelé. . . , a toa guechall he hano, . , 
Allons là où Dieu nous appelle, deomp 
d'al leac'h ma fell da Zone ez afemp. 
Cela s'appeUe avoir de la bonté, setu 
a gav dhn beza mad. 11 m'a appelé 
voleur, leheat en deuz aclianoun 
toer, — lavaret en deuz laer d*in, 
— ùvaret en deuz laer ac'hanoun. 
Cela s'appelle voler, ann dra-ze a zo 
beza laer. Cela s'appelle un mauvais 
naturel, ober evelse a zo beza eunn 
denn falL 

APPEHTIS, s. m. Penn-ti, m. 

APPESAMTIR, V. a. L'âge nous appe- 
santit, pounneraat [gourtaatj areomp 
dre gosaat, 

APPÉTÎSSAHT, adj. Chouek, — na- 
tur, ( Sasun, bien apprêté), — da 
rei naoun, — da zigas clioant dïbri 
(sortes d'a<yectifs.) 

APPÉTIT, 8. m. Uappétit vient en 
mangeant , seul vui ^ seul c'hoaz. 
Ouvrir (aiguiser) l'appétit, digas 
naoun — dtgas choant dibri, — rei 
e^hoant dibri, — digeri ar galonn. 
La petit GuilUume mangea de bon 



appétit à son souper, Lnouik a zebraz 
natur he goan. Vous aurez de l'appé- 
tit ce soir, c'hui o pezo naoun (Tho 
koan. De bon appétit, — avec appétit, 
adv., c*houeky — sasun, — natur ^ — 
dlbismiky adv. ; voy. Goût. 

APPLICATION, s. f. Assiduité, aket, 
m. 

APPLIQUER, V. a. Appliquer des 
indulgences à. . . , lakaat xndu\jansou 
var,.. S'appliquer à..., v. pron. 
Mettre son attention. En em staga 
da,„y — aketi da..., — starda da..., 

— starda var, . , , — pleustri var, . . , 

— lakaat ar spered var. . ., — trevelliy 
▼. n. Pour apprendre il faut s'appli- 
quer, evU diski, eo red aketi. S'appli- 
quer au breton, labourât var arbre- 
zounek. Les élèves s'appliquent (s'e- 
xercent) pour Noël, ar vugale skol a 
zo o pleustri {var ar c*han) da benn 
Nedelek. Les mots pleustri var ^ 
prennent encore le sens de méditer. 
Ann dud ne bleustront ket var arpez 
a dlefefit da obcr^ hag eno ema ann 
dalc'h {ar glanvenn)^ on ne fait pas 
les réflexions qu'on devrait, et voilà 
le mal. Ne bleustront ket var ho goa^ 
sa pec'hejouy ils n'examinent par 
leurs plus grands péchés. = S'ap- 
pliquer à bien écouter, en em staga 
da zilaou piz ; Voy. rechercher avant 
tout le Ciel, lakaat epenn tout gounit 
ar Baradoz. 

APPORTER, V. a. Apportei votre 
tricot, digasit ho stamm gan-e-hoc'h. 
Pourquoi n'aves-vous pas apporté 
votre parapluie ? perak ne ket deuet 
ho tisglaver gan-e-hoc^h f Apportez- 
moi ce paralytique sur un Ht, dougit 
(digasit) ama a in ann den seizet-se 
astennet var eur guele. Tu m'as ap- 
porté un fameux morceau, eur oall- 
damm a zo deuet gan-ez, 

APPOSITION, 8. f. Terme de sram- 
maire ; Ex : chose qu'on ne voit pas 
à Paris, eunn dra fia ve vêler ket e 
Pariz, — eunn dra ha n*he gueler 
ket e Pariz. 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



420 



kn 



APPHÉGUTIOR, 8. f. Yoy. opinion. 

APPRÉCIER, T. a. Kompren^ y. a. 

APPRÉRENDER, v. a. Saisir. Lakaat 
ann doum var u. h., app, un voleur, 
jHxka eul laer, 

APPRÉRENSIOH, s. f. Voy. Torne 
lirayenr, — certaino penr. 

APPRENDRE, y. a. Apprendre quel- 
que chose à q. q. kelenn u, b, var 
êunn dra bennak; voy. enieigner. 
Un homme qui apprend diflGcilement, 
eunn den amzesk , adj. Qui a de 
bonnes dispositions pour apprendre, 
diskidik, ac^. Vous avei appris cela 
de moi, c'hux oc'k euz klevet ann dra» 
ze gan^en-me. Je vous apprendrai 
à... (menace), ni'ho tesko aa.,. Je 
vous apprendrai le mépris des biens 
de ce monde, m'ho tesko da zisprijout 
traou {madau) ar bed^ma, 

APPREHTI , s m. Deskad ; voy. 
I^rçon. 

APPRENTISSAGE, s. m. Petite fllle en 
apprentissage, bugelez (f.) Ce mot à 
Vannes, signifie aussi bergère, com- 
me le mot bugel, ou bugul, y signi- 
fie berger. 

APPRÊT, 8. m. ; voy. Onement, ^ 
simple. 

APPRÊTER, V. a. Apprêter marchan- 
dises, ficha marc'hadoiirez ; voy. Ar- 
mer, — éqiiper, — préparer. Apprê- 
ter mets, fixîna bocd (G.), — pnenta 
boed (T.) — Tout mets mal apprêté, 
Keusteurenn f., - Kavaillenn f. Mets 
bien apprêtés, boed sasun, — boed 
natury — boed c'hoek ; voy. AccoflUM- 
iety — assaisonner, — s'apprêter à... — 
à raffut de, — être dans l*attente de, — 
éfniper, — armer, — préparer. 

APPROCHER, V. a. et n. La iVuit ap- 
proche, ema erru an noz var-n-'Omp, 
— bremaik e vezo noz anezhù Ils ap- 
prochenti emint erru to9t^ 



APPROFONDIR, v. a. Bien approfon- 
dir une question.p^-atudÛE fieur-êtur 
dialj eunn dra hennak^ — kompren 
mad enn eunn dra. Au physique on 
dira : toulla doun (mont doun enn 
eul leac'h, — numt lark enn eul 
lea(^h). 

APPROPRIER, (8*) V. pr. Ver&henna, 
perc'henta, 

APPROUTER, V. a. Je n'approuve pas 
votre conduite, ne blij.iamm d*inar 
pez arit, '^ne rit ket mad, a gav 
d'in. 

APPROVISIONNÉ, ad^j. Bien approvi- 
sionné en vivres, boedek (au moral) ; 
voy, PoiTYi. 

APPROHMATIF, a4j apMTiximatife- 
ment adv., tostda-vad, adv. Quel est 
le chiffre approximatif des catholiques 
de ce pays Ipetra e c'hell beza tnver 
ar gatohked er vro-ze f 

APPUI, 8. m. Protection, — aide, — 
apoue m., (ancien mot), —harpm.; 
voy. Secours, — ressonrce. Au moyen 
d*appuis, var bouez harpou. 

APPUTÉ, acy. Appuvé sur son bâton, 
krog enn he vaz^ aqj. 

APPUYER, V. a. Appuyer q. q. au- 
près d*un autre ; voy Recommaader. 
S'appuyer sur q. q., v. pron., en em 
harpavaru. 6., — kounta var u. b., 
— fisioiU enn u. b, 

k 

APRE, a4j. Son langage est âpre, 
lourt (teo , — garo) e parlant (e 
kaoze) ; voy. Dur à entendre. Le root 
lourt (à proprement dire) signifie ; 

3ui a des aspérités, — massif^ — rai- 
e, — rude, — difficile â plier, etc. 
Chemin âpre, henJt lourt. Apre an 
toucher, ihurt {garo) da doum. Poi- 
res âpres au goût, per trUounk^ — 
per tag ; voy. Poires Acres. 

APRÈS, adv. Après iO heures, di»ar 
dek heur.. Après cela, dît^or n€UX4 



Digitized by VjOOQ IC 



■ tf^* i 



AAB 



411 



ARe 



Après avoir soupe, dehret a-neuze 

he goan gant-han. Après moi, (au 

moral), em gù%tde; (au physique : 

var va lerc'h,) Ces deux expressions 

ne s'emploient pas indifféremment ; 

Ex : Parlez après moi, komzU em 

gùude. Gourez après moi, redit var 

va lerc'h. Quelques jours après, a- 

henn eunn dervez hennak goude. 

Après tout, gotide tout^ — oc'h-penn 

kemerU-ae. . Suivi d'un infinitif, 

et signifiant, qaand on a : après avoir 

trop mangé, on a le ventre trop tendu, 

gaude (gant) re gofad, e vez korn 

kof. Après avoir bu du vin, divar 

vin. Après avoir trop travaillé (par 

suite aun travail excessif), goude ar 

re labourât, — gant ar re labourât. 

Après un an, bloaz goude. D'après 

eux, var ho mena. D'après ce que je 

vois, var a velann. D'après lui, var 

he reno ; voy. Opinion. D'après les 

circonstances, dioch ma vezo ann dro. 

Après que... goude ma... Avec la 

négation on met na, au lieu de ma. 

àrnmi — A-POSTSRIORI. Da genta 
tout, — abarz m4>nt pelloc% -— da 
siveza tout, — pa vezo sellet piz, 

APTITUDE, s. f. Dispositions natu- 
relles ; voy. Facilité. 

ifUILQI) adj. Nez aquilin, frirdour- 
genn, (Triv.) ; voy. Nei. Dourgenn ^ 
(anse de certains ustensiles) est le 
vrai radical. Le mot dowmy main, 
paraît entrer dans la composition de 
ce mot. 

ARADUS, s. f. Erer (V.), arer (G.) — 
Alar, — arar, (m.) (L.), charrue sans 
avant-train. 

ABMTBAIRE, ady. Voy. Badical, — 
leap^tiaine. 

ARBtTRAIlEVERT, adv. H agit arbi- 
trairement, dioc'h ne zonj e ra (dioc'h 
-ma sonj e ra), 

AIHTIE, s. m. Joge, diferantour, 
m. ==r Libre arbitre, rolL m. : voy. 
■MMeir. 



AlBftE, s. m. Jeune arbre droit et 
élancé, lansenn, f., — alegenn huel, î, 

AlCADE, s. f. Bolz, (., — goarek, f., 
(kanevedenn^ f. T.) 

ARG-BOUTAHT, s. ra. SkoazeU-bleg, 

— skoazell-volz, f. 

ABC DE TRIOIPHE, Bolz a henor, t 

ARCHE, s. f. La vraie Eglise, qui est 
la seule Arche de salut, ar guir Iliz^ 
ann hini, evel arc'h Noe, n*euz ken 
savete nemet enn^hi. 

ARCHER, s. m. (2ui combattait avec 
l'arc, goareger, m. (G.) D'où vient le 
verbe goarega^ combattre avec l'arc 

ARCHIVES, s. f. pi. Skrijou, — teu- 
lieu ; voy. Chartes, — actes, — titres, 

— pièces anthentlffoes, goarant, m., 
pi. goaranchou. Vieux mot. 

ARCHinSTE, s. m. Dieller, m. 

ARDEHT, adi. Très ardent, tear, — 
birvidik (parlant d'un homme.) On 
dit aussi, en ce sens : herr enn-hany 

— tan enn-han, — fo enn-han (gant^ 
han), — alteret. Feu ardent, tau 
tomm-skaot: voy. Pétillant, — étln- 
celant, — m 

ARDEUR, s. f. Arder, — erder; voy. 
Impétuosité, — Tivacité. Ardeur en 
religion, karantez fl^mm, f. Modérer 
l'ardeur de la fièvre, difùimma (dis^ 
tana) ann dcrsienn; voy. Modérer, — 
Inflammation, — fièvre. Ardeur de la 
fièvre, fo ann dersicnn, 

ARDOISE, s. f. Gou verte en ardoises, 
toet e glaz ; voy. Toit. 

ARÈRE, (Essieu, roue du moulin), 
marpr, m. 

AR6EHT, s. m. Qui ne songe qu'à 

l'argent, kalounarc'hant, adj. Argent 

en poche, pour jouer, trantell, f. Qui 

l n'a pas d^argent, distrantell, adj. \ 

46 



Digitized by VjOOQ IC 



AftM 



112 



ARR 



voy. liche, — q«i • iet pièces é*arceit. 
ss= Qui cherche, par de mauvais 
moyens, à avoir de Targent, distran- 
tell y adj. ==s Pièces d^argent, kregi» 
arc'hant, (L,) (fam.)i kregign ar- 
cluint (T.) ils ont enlevé tout l'argent 
qu'il avait sur lui, katet (tennet — 
eat — kemeret — taeret) eo bel gant- 
ho ann holl arc*hant {kement gxienr 
nek) a ioa enn he ger$. Qui rapporte 
de l'argent, arclmntuZy - talvoudcck^ 
-^prizuz; voy. Valevr. Mon argent est 
aussi bon que le leur, va arc^hant a 
dal ho re ; voy. Ben. 

ARGILE, s. f. Carrière d*argile, 
poull'pin, m. — i Argile, dotiar 
priek, f,, — douar meUn. Ciouche 
d'argile mise à l'extérieur des vases, 
pour les préserver de détérioration, 
sur un feu ardent, tokenn, f. L'appli- 
quer, tokenna.,., v. a. 

ARGILEUX, ad|j. Voie (chemin pra- 
tiqué) dans un sol argileux, gnrcny f. 
fgaranj bt^k, (T.); voy. Rainure, 
lies uns disent : ^arr Ment ( hcnt 
karrjj voie charretière. 



ARGOT, 8. m. Lnc'hachy — gregach. 



m. 



ARGCIERTER, v. h. /?czoteni, — <ri'- 
gtii, — debadi, v. n. 

ARimiTIQUE, s. f. Arimetih, — 
koufUa, m. 



, 8. f. Tout instrument en fer, 
klao, m. pi. iou ; voy. Ontil. == Ils 
ont donné des armes pour les battre, 
iy>et deuz baz d*ho channa^ — tom" 
met o deuz do\w d'ho skaota (Triv.) 
Rendre les armes (s'avouer vaincu), 
ansao emefir irecliety — rankout 
plega d'eunn a IL 

ARIÉ, ady. Armeiy a4j. et part. 

4RliB, s. f. Brezel, m. — Arme, f., 
est plus usité. 



V, a. Armi, . V. pron. 
S'armer du signe de la Croix, lakaat 
«in ar groaz enn he gerc'henn. 



ARIOIRE, s. f. Armoire à vaisselle, 
palier^ m. Armoire à deux battants, 

près, m. r Armoire non fermée, 

où l'on place la vaisselle, listrier^ m, 
Veselier, f., est usité. 

ARIORIQUE, Arror (de ar(area^) 
terre, plage, sol, et de titor, mer) 
(terre près de la mer, ou littoral) ; 
voy. Introduct. ch. II et III. Particule 
ar, var, arz, 

ARQUER, V. a. Vaota, ou baota, v. a. 
goara, se dit aussi. 

ARRACIER, V. a. Tenna divar,.., — 
tenna digatU,,, Arracher les cheveux 
à q. q., disvlevi u, b, ; arracher se- 
crets à q. q. . . , goro u, b. . . (Triv.) 

ARRANGER, v. a. Tout arranger (tout 
disposer), lakaat ann traou par^ — 
fakaat ann traou var ho tu; voy. 
Ranger, reit^, — raceemntfder, dresa, 
V. a. ==s Arranger q. q„ (le mettre 
à la raison), — le corriger, — le rè- 
ivire, — le rembarrer, renka u. ft..., 
— digaz reiz enn eunn den, — rei 
he stnl da u, 6. • ., — kaout he loU" 
zou da u, b,.. (Fam.) == S'arranger, 
V. pron., akordi, v. n., — en em 
glevet, ^ en em akordi^ — beza hos'- 
tisien. C'est une a (Taire arrangée , 
great eo ar stal, tonkit aze ! (C.| 

ARRÊTÉ, s. m. Kemcnn, m., — 
urz, m. — ordrenans, f. 

ARRÊTÉ, adfj. Arr... dans la parole; 
voy. Règne. 

ARRÊTER, V. a. Arrêter un voleur, 
paka cul lae^\ Arrêter les vaches, 
diarbenn ar zaout. On ne peut arrê- 
ter (couper) la toux, ne zistag tamm 
ebed ar paz diout-han. Les travaux 
sont arrêtés; voy. latenronpoi, — 
suspendis. On saura l'arrêter, harz a 
gavo. On l'a arrêté, lekeat ez euz harz 
aezlian. Rien ne peut l'arrêter, n'euz 
hai^ ebed d'ezhan. Est-ce bien arrêté? 
Bonjet mad eo gan-ez f C'est une 
chose arrêtée, ne dal ket lavaret ar 
c'hontroL Arrêter le sang qui eouloi 



Digitized by VjOOQ IC 



kU 



^u 



ART 



Hanka ar goazied; voy. Obstrictlon. 
Arrêter les hérésies, terri ann heri- 
ziou. Arrêter q. q. (le retenir), c/er- 
c*hel var u. h. Arrêter q. q., (reiwpê- 
cher de mal faire), drasta (draatenn) 
u. h, fr.)« — 9parla ti. 6., — derchel 
var u. h., — miret oc' h u, h. Si 
quelque traverse vous arrête, mar teu 
eunn dra hennag a-dreuz. Arrêter 
Findignation divine, diarbenn justis 
Doue. == Arrêter (fixer, — assigner) 
le jour des noces, asina ann deiz, 
evid atm eured, — deisia (demada) 
ann eured. ■ S'arrêter, v. pron., 

•at^ha, y. n. Etre rédnil à q«ià 

(être à court) ; voy. Ces BSts. a== 
Se contenir, derc'nel gant-han. L'at- 
telage s'est arrêté court; voy. Sm- 
Itwver, rojet [chanet) eo ann denn. 
Ne pas s'airêter à des pensées tristes, 
ka$ ditar he tpered ar sonjou U*ist. 
S'arrêter un instant en route ; voy. 
Se rneser. i Sans s'arrêter ; 

voy. D'iae haklBe, hep ker<^ha, sans 
débrider, huit da zale e nep leac'fi. 
(Le mot kei'c'ha, v. n., donner de 
l'avoine , s'enlend d'une course à 
dieval, ou en voiture.) Arrêtez-vous ! 
ehouniU a-zav ! Arrêtez-vous là ! har- 
zit aze! — choumit a-blas! Au moral, 
on dira : na lavarit ket hirroc% — 
na d'U ket pelloc'h gant-hi. Quand 
sa sueur se sera arrêtée, pa rezo tor^ 
ret ar c'houezenn var-n-han; voy. Se 
krier^ — covper fièire. 

AllIES, s. f. pi. Diner Doue, m. 
Donner des arrhes pour un cheval, 
errezt eur marc'h. 

AIUtRE, adv. et prép. Aller en 
arriére (reculer), argila, v. n. Arrière! 
(exclamation de charretier), houja! 
(G.) 

AlBIVÉB s. f. Arrivée subite d'un 
orage, barr^me, m. 

ABUYEB, V. n. 'Vous saurez assez 
tôt ce qui est arrivé, ahred aoualc'h 
e klevot ann dro (ann taolj. Il arrive 
du monde ici, ama ez euz erru tud. 
Arrivé à la verdure, errtiet gant ar 
giaz. La nuit arrive (approche), ema 



erru ann noz var^n-omp, — hremaik 
e vezo noz anezhi. Où êtes-vous arri- 
vé ? c peleae'h emoch err^i f Avant 
mon arrivée en ce lieu, ken na emiiz 
eno, — {ken na erri^'on ^ ken na 
oenn erru eno,) Avant la nuit, nous 
y arriverons, abarz ann teval e vezimp 
erru eno. Jean et Paul vont arriver 
(vont venir), dont a ♦•dio hrenwik 
lann ha Pool. Il arriva au manoir, 
et^ruottt a reaz gant ar maner. Où 
en êtes-vous arrivé? penaoz ema 
kount gan-e-hoch f II vous arrivera 
comme à Pilate, err%iout (e^hoarve» 
zout) a raio gan-e-hocli tro Bilat, 
guechalL II arrive quelquefois qu'il 
vaut mieux r^ler tout seul ses pro* 

Sres aflaires, que de s'adresser à 
'autres, erruout a ra avechou e ve . 
guelloc'h cher ar c'hefridiou ann «- 
nan, eget karga i*e ail anezho. Le 
samedi est arrivé, pour mon tabac, 
ar zadorn a zo gant va butun, — 
sadomi a ra ar butun gan-en. 

ARROGAKE, s. f. Voy. Morc«e, — 
fierté. Avec arrogance, rok, — di- 
chek, adv. 

ARR06AIT, adj. Voy. DéâalgBeix. 

Faeuz oc h u. 6., — dichek. Femme 
arrogante, Marirvorgant ; voy. Pois- 
sarde. 

ARROSAfiB, s. m. Ann doura, m. (la 
manière d'arroser), — • giz doura, f. 

ART, s. m. L'art des irrigations, ann 
doura, — ar c*hiz doura. ==: Skol, — 
mieJier, f. ; voy. Sdeice. 

ARTÉISS, s. f. pi. Mouvement des 
artères ; voy. Pous. 

ARTICIAUT, s. m. Légume. Un 
plant d'artichaut, eunn artichaoden ; 
des plants d'artichauts, artichaod^ 
m. pi. 

ARTMU, s. m. Divers articles; voy. 
Objets; meur a dra' voy. Divers. 
■ Divers articles de ménage, tra 

pe dra etU micher tiegez. Dans les 



Digitized by VjOOQ IC 



ASP 



m 



ASS 



autres cas, on dira : Poent, — kraf, 

— mell-, voy. Point en discofision. 
•■• Article de foi, aHikl a feiz 
(terme de religion). Articles de poterie, 
priach, m. pi. === A l'article de 
la mort, var ar maro, — enn heur 
a varo, fF.), •— dare da vervel, adj.; 
voy. Agonie. 

ABTICULER, y. a. Voy. Prononcer. 

ARTIFICE, s. m. ^'inou, m. pi. {Ar- 
dou, — troiou kamm — troiau kuz) ; 
Toy. Rose. Usant d'artifice, ocVa ijina, 
V. n., — oc'h ober eunn dro ijinuz, 

— o c'hoari fin^ — dre finesa, — 
dre c'hoari fin. Feu d'artifice, mes^ 
pounty m. 

ARTIFICIEL, adj. Fleurs artlfidelles, 
faoz'fleur — fosfleur (C.) — boke^ou 
great dioc'h ann douf*n, 

ARTISAN, s, m., artizan, pi. éd. 

ARTISTE, s. m. ; voy. Adroit, —jon- 
teir, — maître homme, dantad, — 
maout (Fam.), — doum fin, — doum 
kaer, — domm dreist, — eur maill a 
zen, — daurdis fdoum-diê), — tuet- 
mad, — tuek. (T.), — doumet mad, 

— ampert, — abil, — fgoall c*hoarier 
fam.) Quel artiste fquel bel oiseau) tu 
fais! ha kaera pahaour otid-te^paotr! 
(parlant d'un nomme dont on se mo- 
que). 

AS, s. m. — (Jeu de cartes), ars, 
pi. irrég. irsien, — hom, pi. bemiel, 

— bid m., pi. ou. 

ASCEMDART, s. m. Antorlté, — in- 
flnence, — snpériorlté, — crédit, — 

JonfOir ; voy. ces mots ; levezon ; voy. 
▼tntige, (avance ; lans, m.) 

ASILE, s. m., repu m ; voy. Relnge. 
Les bois donnent asile aux loups, ar 
c'hoajou a ro goloadurez d'ar bleizi. 

ASPECT, s. m. 11 est d'un aspect 
horrible, spount eo guelet anezhan. 



Ck)nsidérer les choses sous leur véri-' 
table aspect, guelet ann traou evei 
m*em\nt, 

ASPERGE, s. f. Plante légumineuse. 
Une asperge, eunn asperjusen, pi. 
asperjuz. On dit aussi : sparfen^ t ; 
pi. irrég. sparf, ou sparfou, m. 

ASPÉRITÉ, s. f. Qui a des aspérités, 
louri, adj. Sans asp..., flour, a4j. 

ASPIRER, v. n. Aspirer à la main 
de. . . ; voy. Prétendre, — sonpirer, — 
B*eagoaer. ==: Aspirer au Cliel, 
tenna varzu ann Env, 

ASSAILLIR, v. a. Dont var, — mont 
var, — aailla var (en latin, êaUreJ^ 

— Bailla gant, — mont oc'h ; voy. 
Attaqner q. q., mont da u. b,, — ttaga 
gant u. 6., — enem lakaat oc'h u, 6. 
== Stroba^ — goaska, au moral ; 
voy. Assiéger. 

ASSAISONNER, v. a. Accommoder on 
apprêter mets, saouri, v. a., — 6te- 
za, y. a., — rei blaz da., . Mets bien 
assaisonnés, boed sasun, — boed na" 
tur, — boed c*houek» 

ASSAUT^ s. m. Taolad, m. ; voy. 
Siège, — combat ; grounnad^ m. 

ASSEIRLA6E, s. m. Strollad, ^ 
strobad, ^grounn, ou grounnad, m., 

— strobadenn, f. ; voy. Amas, — rén- 
nlon, — amoncellement. 

ASSEHRLÉ, adj. asamblet (terme de 
religion), parlant d'hommes réunis en 
un lieu saint ; autrement, on dira : 
bodet, — destumet; {strobet, — strol- 
let, en parlant des choses.) 

ASSnELfe, s. f. Réunion pour 
plaisirs et jeux, pante, m., pi. ou. 
== En style sacré, asamble, f. 

ASSEIRLER, v. a. Joindre des objets; 
voy. Joindre, — enfiler, grounna, — 
framma, — atroba, — strolla. ==* 
S'assembler, v. p., en em zestum, — 
dont^ — boda, S'assei^abler autour 



Digitized by VjOOQ IC 



ASS 



iU 



ASS 



de..., dont enn dro da^.» Ep religion, 
en em asambH, 

ASUZ, adv. Devant un adjectif, 
peut. Assez joli, ^peuz vrao, (peuz 
Koant, parlant des personnes), — 
braoik aoualc'h. Assez mal, fallih 
a&ualc'h. Assez bien, prapik, — 
braoik aoualc'h. Assez bon, — assez 
bien, peuz-vcul, — peuz^tadik ; voy. 
PftnaMeMe&t, — eoBveBaMemeBt. Qui 
ressemble assez à..., peuz-henf>el 
o&h. J'en ai assez comme ça, aoual&k 
am eux gant kement-se. J*ai assez de 
aaaire, aouale'h am euz gant pevar. 
Je ne suis pas assez sot, il n'était 
pas assez sot pour cela, n'otmn ket 
den diskiatU da ober-ze (T.), n'oa ket 
diût aneshan da cher ann dra^ze. Il 
n'éfait pas assez aveugle pour se fier 
à votre vertu, n'oa ket dall da fisiout 
re var ko fumez. J'en ai assez de lui^ 
ikuiz aoualc'h, (inouet aouaWh) o%mn 
gant'han. Un enfant dont il n'y a pas 
assez dans la maison, eur buqel n'euz 
ket hanter anezhon ; voy. Banat g&té. 
U n'a pas la moitié assez à n^nger, 
n'en deuz ket hanter voed da zihri. 

ASSmU. a4j. Exact, — ponctuel, 
jurdik, a4j. 

àSSSÈSSSij V. a. Sija, -* »ieha, — 
ietia, — grounna (terme de guer- 
re.) 

ASSiOATlOI, s. f. Eipled, m., - 
libell,m.'^ voy. Exploit, -*tigiiificatlen. 



V. a. Notifier par voie 
d'huissier. Assigner devant le juge, 
tinifia u, h., — ka9 ann urcher da 
u. h, wi I ■ Assigner des rentes à..., 
ttaga levé oc^h, . • r Assigner le 

jour de mariage, deiza, — detiia, — 
asma, — deiewdi ann eured; voy. 
Fixer, — arrêter. (Le verbe asina, a 
' dans la langue.) 



ISSUES, s. f. pi. Cour d'assises, 
kampr ar jureed, f, 

tStlSfBLf ▼• P« Assister à la mort 



de q. q., heza var maro u. b., — beza 
var dremenvan u, b. Assister un 
malade, beza var^ro eunn den klanvj 

— entent oc' h eunn den klanv; voy. 
Soigner. 

ASSOCIATIOH, s. f. Voy. Société, — 
compagnie, -^ inion, 

ASSOCIEE, V. a. Associes vos prières 
aux nôtres, likit ho pedennou a^nan 
gant hor re-ni. === V. pron. 
S'associer pour un commerce quel- 
conque, mont lodennek [ken-loden- 
nekj gant u, b. S'associer à q. q., en 
em lakaat a-unan gant eunn all^ 

ASSOCIÉ, adj. et subst. Lodek, pi. 
Lodeien, Associé dans la ferme, ted- 
tiek, adj. ; voy. Co-partageant, — CO- 
fennier. 

ASSOLEHIT, 6. m. Reg ann trevad^ 
m. (G.) 

ASSORTI, acy. Demad-^ voy. SortaUo. 

ASSOUPI, adj. Dindan vored, — dre 
vored, — moret. Je suis un peu as- 
soupi, eur morik am euz great. Non 
assoupi, divoredy adj. 

ASSOUPISSAIT, acy. Voy. Soporatif, 

— soporifique. 

AS90UPIS8BIERT, s. m. Sortir de 
l'assoup..., divorediy — divorenni, 
V. n. [divoriy anc.) 

ASSUJETTI, adi. Sujet. Bien assu- 
jetti, stabily •— blod, — postet^mad, 
— . ferm ; voy. Sijétion, êujedigez, f, 

ASSUJETTIR, V. a. Voy. Consolider, 

— affermir, — maîtriser. == V. pr. 

S'assujettir, «i/a, v. n. (au moral) ; 
voy. Se soumettre. 

ASSURAICE, s. f. Amram, f . Attitude 
assurée, — constance, fermder^ f. ; 
voy. Garantie. 



Digitized by VjOOQ IC 



AH 



IS6 



ATT 



ASSURÉ, adj. Attitude assurée, ferm- 
der, f. Un bon accueil nous est assu- 
ré, 9ury or bezo Iqj ha digemer mad, 

ASSURÉ ét....Surda... (mot né- 
cessaire.) 

ASSURÉUIT, adY. Sur, — a-dra- 
zur. Oui, assurément l eo dal — ta 
da! — michans ! — m'oarvad ! — 
marvad ! — mevar ! 

ASSURER, V. a. Amri, voy. AUrner. 

ASTHIATIQUS, adj. Asmatik, (mot 
reçu) ; voy. Povitif (parlant de che- 
vaux.) 

ASTIHS, s. m. Amezeg-ann-anhou, 
fam. (Nom poétique, à la lettre : le 
voisin de la mort.) 

ASTRE, s. m. Voy. Pkiète. 

ATELIER, s. m. Atelier de cordon- 
nerie, hereouri, f.^mployez cette for- 
mule, quand les mots le permettent, 
pour les cas semblables. 

ATHÉE, s. m. Den dizoue, 

ATIOSPHÉRE, s. f. Ear, f., — pahl. 



ATOURS, s. m. pi. Voy. Endiaundié, 
guisket enn ke faroa ; voy. Afifoett. 

ATOUT, s. m. (Jeu de cartes), atou- 
den, f.. pi. atoud; voy. Rewarrer, 
rei he stal da u. 6. 

ATRÉS, s. pi. m. (Français familier), 
ati^jou; voy, Déceskres, — dèbrii, 
— plâtras. 

ATROCE, adj. Des douleurs atroces, 
poaniou dreist^penn ; voy. lalioe 
itire. 

ATTA(3E, s. f. Lien pour bétail à 
rétable, naskt m. ; voy. C«rie. s== 
Le crochet, pour l'attache, tira- 
penn, f. 



ATTACHÉ à. . . , adj. Voy. Aiiiur. = 
Trop attaché à la matière, kaloun^ 
arc*nant, 

ATTACHEMENT, s. m. Délivrez-moi 
de tout attachement aux biens de ce 
monde, tennU digan-enpep karantez 
ha pep joa oc'h ar bed-ma, hag he 
holl vadou, 

ATTACHER, v. a. Attacher ensemble 
bœufs, chiens, rolla, v. a. (G.) ; voy. 
Accoupler. 

ATTAQUE, s. f. Terme de guerre, 
dirolladenn, f. ; voy. Sortie. At* 

aue subite, taolad, m. Attaque subite 
e maladie quelconque, êkcadur. Elle 
a des attaques d*épilepsie, ann drouk- 
sant a-zo qanUht, (sens actuel); voy. 
aceèt, — ente. On dit parfois : barrad, 

— barrad tu-pe-du. — mareadi voy. 
Période. 

ATTAQUÉ, adj. Le malade est bien 
attaqué, ^oaU-dalc'het (goall-akoet) 
eo ann hmi klanv, m. 

ATTAQUER, v. a. Ataki, v. a. ; voy. 
Aitaillir. AtUqiei! (coMieiceil) sta- 
git gant-hil On t'attaque encore, 
emeur adarre tar da ruez, paotr! 
Attaquer q. q., mont da u. b., — 
sailla var, . . , — lammet da. . ., — 
klask tag oc h u, b, (origine inconnue.) 

ATTARDER (S*), v. pron. Gaulere}^; 
voy. Retarder, — trilier, «traita, — 
en em ambuzi; voy. Tarder, — Hiaer, 

— passer, ^ traliurd, — ei retard. 

ATTEIMDRE, v. a. Atteindre un objet 
placé plus haut que soit, direz, — ai- 
reza, v. a. Atteindre un obiet qui est 
près de soi. tizout, — paka, — tizout 
pege,,. (C), — tapoul krog e... (L.) 
Etre sur le point aatt. • . q. q., beza 
tost da zetâiou u. b. Atteindre en 
i*oute, tapout u. 6. Je n'y puis att..., 
n^ounn ket evU tizout eno, — n'euz 
ket a vint aoualc'h gan-en da tom- 
met eno. Atteint de maladie, staget 
(stropet) klenved out-han, — kroget 
klenved enn-han, a^, 



Digitized by VjOOQ IC 



ATT 



4S7 



ATT 



ATmnS, s. f. Voy. Attaqve siUte 
de Buladie, kaouad klenved^ — siro- 
pad hlenved; voy. Secousse, — coap, 
— Balheiir, — préjudice. 

ATTKLAiX, 9. m. Chao, — jao, f. 
(L.), — jô, — chô, m. (C.) Temij 
f. (C. T.) 

ATTELOIRE, s. f. Kleeur, m., — hibil 
limon, m, y (kleetir, se prononce : 
kle^urj 

ATTQXE, s. f. Partie du collier des 
cheTaux à laquelle les traits sont 
attachés, paroun, m., pi. au. 



ITtEMUn à, adj. 



Voy. Centigi, — 



ATTSirai, V. a. Le dîner vous at- 
tend, prcst eo lein, La gloire qui nous 
attend, qui nous est préparée (réser- 
vée), ar chloar a velimp goude. Un 
grand malheur vous attend (vous 
menace), eur maleur braz a zo a^ 
zioe'h ho penn. Attendez! (prenez 
patience !), sorte d'exclamation, am- 
zer! — depordit ! Quand nous nous 
7 attendions le moins, pa zonjemp 
nebetUa, En attendant le beau temps, 
da c^luyrtoz ma teuio guelloc'h amzer. 
Attendez l'heure de midi pour partir, 
gortozii kresteiz da zeni ahars hui- 
tamt. Attendez sa venue, gortozit a- 
nezhan da zont. Attendu que..., o 
veza ma, . . (Avec la négation on met 
na...); voy. Considérant qne. . . J'at- 
tendais, o ifhortoz edon. Vous pourrez 
Wen attendre encore, amzer aortoz 
pezo. Je l'attendais, var <fhea edon 
anczhan ; voy. Dans l'attente de. • . 

ATTERDilR, v. a. La mission nous 
a fort attendris, bouAeat-tout omp 
oant ar Misions — boukeat-tout eo 
hor &haloun gant ar mxsion; voy. 
lotre insenslMlité morale et spirituelle 
a diminué. — Ils se laissèrent atten- 
drir par une fausse pitié, touellet int 
het gant ho zruez treuz-enep. Atten- 
drir q. q.t teneraat he galoun da u. 
é. i voy. Tovfiker. 



ATTEHDBIS8AHT, adj. Accent at- 
tend. . • teneruz da glevei^ — a bik 
ar galoun, a^j. 

ATTENTAT, s. m. Torfed, pi. torfe- 
jou ; voy. Attenter à. . . 

ATTENTE, s. f. Par, m. ; voy. Etre a 
l'ailùt, — s'apprêter à, beza e par. 
Dans l'attente de son arrivée, var 
c'hed anczhan. Dans l'attente de son 
enfantement, o c'hortoz he map da 
c'henel, — var c'hed da c'henel he 
map ; voy. FréTition. 

ATTENTIF, adj. Non attentif, dans 
SCS prières, dizonj enn he bedennou, 

— dibarfet enn he bedennou. Peu at- 
tentif (évaporé) strantal, — diaviz, 

— dierez. Peu attentif (étourdi) , e«- 
pledet. (Y. T.) 

ATTENTION, s. f. Attention intérieu- 
re j voy. EecneilleMent, — déférence, 
amz mad. Faire attention à q. q., o- 
ber tan oc'h u, 6. Sans attention, 
diaviz, — dieveZy adj. Qui a de l'at- 
tention pour les aulres, avizet tnad. 
Parler avec attention, teurel evez oc'h 
ar pez a leverer. Avec attention, 
parfet, adv. Prêter grande attention 
à ce qu'on entend, en em staga da 
zelaou piz. Attention ! (excl.) holla 
ta ! Attirer l'attention ; voy. Regards. 
Faire attention de ne pas faire : voy. 
ATOir soin de, — prendre garde de. — 
objet de sa bienTeilIante attention, 
mettre son attention à; voy. S'appliquer. 

ATTIÉDIR, V. a. Attiédir de l'eau, 
diriva dour, de riva, se refroidir, et 
de <2t, disjonctif., à la lettre : dégla- 
cer de l'eau ; voy. Dégourdir. 

ATTIRAIL, s. m. Beizou, ■— dafa^ 
rouy — prestou, pi. m. Attirail de 
charrue, kleo, m. ; voy. batterie. 

ATTIRER, V. a. S'attirer des repro- 
ches, tenna droulans var-nhan; voy. 
Reproches. 

ATTISER, V. a. Attiser le feu, der- 
c'hel ann tan var elum,. 



Digitized by VjOOQ IC 



ACD 



428 



AU6 



ATTITUDE, 8. f. Altit... assurée, 
fermder, f.; voy, Poftire, — c^nstaBce. 

ATTRAIT, s. m. Voy. App&t, — a- 



ATTRAPER, v. a. Attraper du gibier 
(des puces, du poisson), tapotU gedon 
(c'hoenn, -^pesket); voy. Atteindre en 
rra^e. Attraper un voleur, jsa^a e%U 
lasr; voy. Preadre. Attraper une ma- 
ladie d'un autre, paka klenved dioc'h 
eunn ail ; voy. Conmraiiiqiier. ■ ■■ 
Par moquerie on dira : vous voilA 
attrapé, emaoc'h gludetj (goanetj — 
trapet.J 

ATTRIBUER (8'), v. pron. Voy. S'if- 
praprier ine cbaae. 

ATTRIBUTS, s. m. pi. Armou, m. pi. 
(mot reçu.) 

ATTRttTART, a4|. Truhmlluz, (T.) 

ATTRISTÉ, adj. Profondément at- 
tristé, mantret; voy. Peiné da, — 
aeilé qne. . . Attristé des outrages faits 
à Jésus, mantret o velet ann dismo- 
fans a reer euz a Jezuz. 

AUBAIHE, s. f. Taol chans, — chans 
kaer, — tro vad. Bevez, n'est pas 
breton, en ce sens, car il signifie cou- 
pable. 

AUBE, s. f. Dès Taube, mintin gou- 
lou, — da mntin goulou, adv. 

AUBERGISTE, s. m. Hostiz, m., — 
hostizez, f. Ce mot signifie encore : 
pratique d'un marchand, etc. 

AUBIH; s. m. Allure d'un cheval, 
ann dnp^ — ann daou lammih, 

AU(IUH, pronom, hini ehed. Sans 
malice aucune, divalis-koer, adj. et 
adv. Je n'avais aucune intention de..., 
n'em hoa tamm c*koant da, . . 

AUDA(X, s. f. Effronterie, fron, m. 
— ardizegez, f. ; voy. CaiTaga. 



AUBKaBUX, a4j. Ardiz ; voy. Ef* 
franté. 

AU DEU, adv. Voy. An Ml, — là, 
enn tvrhont, — enn tu-z-hont. Un 
peu au delà, pelloc'kik a&hano. Au 
delà des mers (par delà les mers), 
enn tU'Oll d'ar mor. D'au delà les 
mers, euz ann tu ail d^ar mor. Il a 
des bétes, au delà de ce qu'il peut 
nourrir, loened en deuz enn tu ail 
ma c'hell nuiga. Au delà. 7Vc, (en 
latin, trans) est un préfixe, ou un suf- 
fixe que l'on met avant le verbe, ou 
après, selon le cas ; Ex : entrer tout- 
à-fait, mont'tre. Transplanter, très- 
plant-y. Ce préfixe indique lldée de 
passage d'un lieu, ou d'un état à un 
autre, ou la difficulté de faire une 
chose, comme dans trelounka^ ava- 
ler de travers, ou péniblement ; voy. 
Introduction. Ghap. Il et III. Partldi- 
las. 

AUBIERCX, s. f. Odians. (Mot né- 
cessaire). 

AU6E, s. f. Beol, f. L'auge neuve, 
ar veol nevez ; voy. CuTe. L'auge où 
tombe la farine d'un moulin, laon (Z) 

AU6ETTE, s. f. Partie d'un moulin, 
ajent (G.) 

AU6IENTER. v. a. et n. La famUle 
a augmenté chez nous (pariant d'une 
nouvelle naissance), kresket eo ann 
dud du-ma, — kresket eo ar sikour 
gan-e-omp-ni. Tja blé a augmenté de 
prix , kresket eo var ann ed ; voy. 
Augmenter en nambre, — mnltlpUer. 

AUGURE, s. m. Présage. De bon au- 
gure, sin wxd. De mauvaise ang«H*e, 
sin fall, (a(y. et subst.) 

AUGUSTIIS, s. m. pi. Ordre reli^ 
gieux, mene^h-^sant'Ogustin, m. i^. 
Augustines, leanezad-satU-Ogustin^ f. 
pi. 

AUJ0URB1UI, adv. Hicho ou hisio 
(k Guiclan, etc. et aux environs da 



Digitized by 



Google 



AtlS 



4S9 



AUT 



Brest). Enn amzer vrema; Toy. à 
€«lte èp^ftte, — en CM tenpt-ci. »«- 
Il ne Tiendra pas aujourd'hui, ne 
zeuio ket féieiz. {Feteiz s'emploie avec 
un verfoe au futur) ; voy. Ce aoir, fe- 
noz, — henoz. (Ces mots ont rapport 
au futur et au passé.) == Aujour- 
d'hui (par opposition à Tanden 
temps.) La mode d'aujourd'hui, ar 
c'hiz fnrio ; voy. Autrefois, — Jadis, 

— andeueBeot. . . Les charges d'au- 
jourd'hui, ar c'hargou {ar guiriou 

— ann tcdllou) a e'hiz nevez. 



K, s. f. A Faumône, var ann 
aluzenHy — o tfcva divar ann aluzenn 
(sortes d*adj.); voy. lendiant, •— nen- 



ADMMOBUX, adj. Voy. ChariUble. 
M<id d'ar re haour, — mad oc'h ar 
re baaur^ — mad e-kever ar re b<wur, 

AOIB. s. f. Mesure. L'aune vaut un 
mètre vingt centimètres, ar oalenn a 
20 enn-hi c'houec'h ugent santimetr 
feur metr hag tigent santimetr). == 
Juger les autres à son aune, barn ar 
re ail dio&h ann-'Unan fdiauz^omp 
hon-unan.J 

AOn ou AULHE, s. m. Arbre, eur 
vezen vem, un aune; guez guem, 
des aunes. 

AUPRÈS (b*) de ,prép .A-gichenn .Au- 
près de la muraille, e-c^harz ar voger, 
Ueste à la maison, auprès de ta mère, 
choum var-dro da vamm. Se rendre 
auprès de q. q., mont da gaoïU u. b, 

AUUGULADS, a<](j. Doigt auric..., 
biz bihan, 

AUSCULTEE, V. a. Sounta, v. a. 

AUSPICES, s. m. pi. Voy. Protectiou, 
skoazHl, — diouaskelly — grad vad, 
"^grasoH mad. 

AUSSI, adv. Tu serais heureux d'être 
aussi sage, salo d'id e vez ker fur-ze, 
Rkn d'ausn difficile, netra ken diez 



ail. Aussi doux que facile, ken doua 
ha ken eaz ail. Le fer est aussi lui- 
sant que l'acier, kel Untr hag ann 
dir eo ann houam. Aussi loin, keit 
ha keit ail. Aussi grand l'un que 
l'autre, a- vent, — enn eur vent, — 
kement ha kement, adj. Il (elle) n'est 
pas aussi grand (grande) que moi, 
hema (hennez) ne ket kement ha me. 
(Au lieu de ha, hag, on met evel ma, 
quand la phrase est trop longue, 
c est-à-dire : quand que est trop séparé 
de aussi, et alors on répète le pre- 
mier verbe ou l'auxiliaire ; Ex : evel 
ma'zounn-me, — evel ma rann-m^, 
etc.) Voy. Autant. === Aussi bien 
que. . . (De môme que), ec*hiz ma.. . 

A 

AUSSITOT, adv. Aussitôt l'expédition 
commencée, divar ma tigoraz ar bre- 
zel, — kenta ma tigoraz ar bi^ezel. 
Aussitôt qu'il vint, kentre ma te\taz, 
(V. C); voy. Dès que... 

AUTAIT, adv. Kement ail. C'est 
toujours autant de fait (d'attrapé), ke- 
mentse great eo, — kement-se ta- 
pet eo, — kement'Se atao eo. C'est 
toujours autant de retard, kementse 
date eo atao. Vivre trois fois autant 
que l'homme, beva tH oad den. 11 
n'y a aucune qui me plaise autant, 
n'euz hini a gement n blijfe d*in e- 
vehe. Je n'ai pas commis la moitié 
autant de péchés que vous, n*em euz 
ket great ann hantei' kement a 6e- 
c'hejou evel oc'h euz-hu, (sous-en- 
tendu : grreo^, fai!.) Les rayons dorés 
du soleil, sont autant de petits soleils, 
bannou ann heol evel alaouret, a zo 
evel ken aliez a heolouigou (heoligou.) 
Autant que, avec un verbe, se rend 
par ken, kel, ker, en faisant un ad- 
jectif du verbe ; Ex : Le fer brille 
autant que l'acier, kel Untr hag ann 
dir eo ann houam. Faire (rendre) 
autant qu'on a reçu, ober kement ail, 
— rei kemsnt ail; voy. Rendre la 
pareille à q. q., kas ann dorz d*ar 
gear. (Fam.) Tous, tant que vous 
êtes, holl guitibunan. Tous tant qu'ils 
sont à l'Eglise, a zo ken aliez a hini 
anezho enn Riz, — ken aliez a hini 
hag a zenazo enn Hiz. Autant l'un 
45 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



ISè 



m 



q9é rautre ; Toy. ég»l«MiC, -^ égal. 
r nu Devient comme autant de petits 
soleils, %eu e doa9*e hêoligou \nhan. 
D'autant plus hautain qu'il était plus 
pauvre, teid otusoc'k ma oa paou" 
roc'h. D'autant mieux que c'est plus 
tM, »eul gent, aeul veU, (En ce cas, 
le dernier membre devient premier.) 
D'autant plus léger que c'est plus pe* 
tiiy êe%d vihan^hy $eul skanvoc h ; 
voy. n«8, ^ WkWL. J'aime autant 
mourir, kouh eo gafi'-en tnerveL 

AUTSOR , s. m. Principe , cause , 
penn-kaoz, 

AÙtBENTlQUE, adj. Prières authen- 
tiques, pedennou aprouvet gant ann 
tliz; voy. Titres, — pièces (actes) 
authentiques, — archÎTes, — chartes, 
diellou, — tculiou, (parlant surtout 
des actes de notaires.) 

ADTOIHE, raz-arc'h (à la lettre : 
plein coffre , parce qu'alors le blé 
remplit les coffres, après la moisson. 
Skub-deliùu (à la lettre : balayant- 
feuilles), parce qu'alors les feuilles 
tombent des arbres, et le vent les 
Imlaye. Ce sont deux noms pitto- 
resques. 

iUTWSiS, s. f. Terme de chirurgie. 
Faire l'autopsie, digen u. 6., — di- 
geri eur c*horf maro. 

AUTOUSt, adj. tJn témoin autorisé^ 
eunn te$t euz ar re vella^ — e%mn 
icU da veza kredet.Je suis autorisé à 
croire, tro {yuir — rezoun) am e\iz 
da gredl, 

AUTOilSn, V. a. Autoriser les dé« 
sordres, rei tout d*ann dizurz, — rei 
ira {rei lan$) d'ann diztirz» (Le mot 
dizurz^ eet ici un singulier pluriel.) 

AOTMUTABE, voy. Partim de l'an- 
tmité. 

AUTMllrt^ s. f. iir viêtri, m. pi. 
hl»Mce, -* Mcenéant, levezon (<£§- 
manif p<i«voir.) Avoir aiiterité sur 



q. q., kaout da mlM vof u. b. Le 
donuner, meMrounia n, b. L'atttoritA 
(hommes en place), pennm$ brat a¥ 
vro {ar gearj. De par l'autorité mu* 
nidpale, dre urz ar mear, — dte 
urz ar pennoa bfaz a aear. il est 
sans autorité, n'co mestr ebed — {n'eo 
mestr var netra); ced, signifie aussi, 
ne possède rien ; voy. vèpmin i«. • • 

AUTRE, adj. Plus que tout autre, 
muioc'h {guelloc*h — kentoc'hj eget 
nikun, — estroc'h eget n'em fors 
piou, *— estroc*k eget n'eta fatê jiAt- 
m. Plus que dans tout a«itre, mmoe*k 
(egtroc'hj eget e n'eut fort piou (pS" 
hini — peleac*h.} Dans ces écoles, 
plus que dans toute autre, ersii;a^tou- 
ze, tntdoc'h eget e pep bHùIhM. Dans 
ces sortes de phrases, il ftut répéter 
le mot précédent, qu'on met avant 
all^ autre ; Ex : aans chaque autre 
école.. . Je n'ai pas d'autre Ûls que 
lui, n*em euz ken map nemet-ltan. 
Je n'ai pas d'autre ressource qu'en 
vous, n*em euz ken savete nemed" 
hoc* h» Je n'en ai pas d'autres, n'em 
euz ken. (Je n'ai pas antre dU>se.) 
Autres lieux, autres mœurs, kant brOf 
kant giz ; — kant parrez, kant Iliz 
<Prov.) ; -«- pep bro e deuz he giz. 
D'autres qoç moi, estroc'h evidoun^ 
me; voy. Gramm. Hingant, N* 218. 
Je ne serai jamais autre que je ne 
suis ; voy. Gramm. Hingant, No 219. 
Tout autre que hioi eut été étonné 
de cela, n*cuz fors piou^ em leac*h» 
me, a vrje bet souezet gant kement* 
se (o velct ann dni-ze.) Un autre 
induit, eul lizer ail a c'hras. Quand 
le mot a un complément, aU^ autre, 
suit toujours immédiatement le prer 
mier mot auquel il se rapporte, an* 
trement il se met après ; rien autre 
chose de bon» netra vad ail ebedf Y 
a-t-il quelqu'autre malade par id, ka 
beta *m unan klanv bennmc M dre 
ama f L'autre jour, enn deiz mil. Un 
jour ou Vfkuire. eunn doit pe t^z. Ge 
cœur où il y a plus d'amour que dlans 
tout antre, ar aaloun-^ze^ muimfk a 
garantez enn*hi eged enn koll gra« 
hunou. Tous regrettèrent « miti^ 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



iti 



ATA 



tt son pèrr, plus qu*aiicu» ooife, énn 
koiî a ziskmiêzat keuz âfethan, kag 
he daà m tizkouetaz ar mieia. En ce 
CM, <m Tépèi^ le ferba, auouel on 
ajoute, ar muta, le plus, run ou 
Tautre de nous deux se trompe, c*/toui 
péiftea faxi, Utt autre genre de mort, 
€ur «euW mato alL 11 n'y a dans le 
monéi d*aulro mal que le péché, 
nemet ar peefied, n'euz var ann 
douar drouk ail ehed. En voici bien 
d'une autre I $etu ama eur &hoari 
ail ! Prendire congé Tun de l'autre, 
o6er /ta e'kimiad etrezfio; voy .Ycrbô ré- 
lécki. Quel autre crue Dieu pe»t par- 
donner les péchés? ptou, nemet Doue 
he-unan (estreçet Doue lie-unan) a 
e'heH pardmim «r pêc*kej<m f 

àanNUHS, adv. Les charp;es d'au- 
foiSf kargou ftaiUQu — $^mriou) ar 
e'kiz koz — [ann amwer^oz,] Autre*- 
fois j'étais rigoureux, amzer * zo het^ 
e oann kre. La mode d'autrefois, ar 
«%û gneelaïU. 



tf adv. le le ferai selon 
les drconetanees , autrement, non, 
diôefk ma tezo ann âro e rinn, dioc'h 
M, ne rinn ket. Gomment poun»ait- 
tt en être autrement^ Aa;)6nao2 e ve 
ken^ nemet evtUsef Parlez autrement, 
9enékH «cr ger-ie (remplacez ces pa- 
nnes.) Tous rfrez atHrement, c^houi 
€1 ^f^eirjû. 



\ 8. m. ÂpoiteiU, m. 



«vJOMMrl, e. f. Launk. ita., -« Unm* 
kaêenn, f., «^ lounkai, m. 

lYALli, ▼. a. Plaovi, -» plaoia. 
Avaler péniblement (de travers), tre- 
JêtmkOf V. n. et a« — Avaler glèu- 
^ùtmemmt, ffùurî&mmkm. Ce on'on a» 
Tnàê «n une settle hn, lounkad, «. m., 
— lounk, -** Umnkadenn. Qu'on «<* 
vale difficilement (poires), per tre- 
lounk; voy. Ktruipullea. 

AtlLSOUt partie d'un harnais de 
cheval, kulierj m., s'appuyer sur l'a- 
valoire, kuliera^ v. n. ; voy.Pantard, 



gùurlanckenn , 
lountrek. 



kof doun, 



ï 



AYAICE, s. f. Espace de chemin 
iu'on a devant quelqu'un, lanê, élon. 



avance, adv., enn avons (otot u«« 
té), — abftrs mervel^ (dès ce monde); 
voy. Avantagé, — aaeesiatt 

AVAH€El£irr, s. m. Avam. C'est 
de l'avanc. . . , avons eo, — vor-vell 
eo. Avoir de l'avancement, sevel hue- 
loc'h e karg. 

AVANCER, v. n. AvansU t Avance» ! 
(en apostrophant.) Tostait ama ! Va 
travail avancé, eul labeur komnanset- 
hroo. Avancé en âge, deuet var an» 
oad. En éfes-vous plus avancé? Aa 
auelloc*h oc'h-hu a-zef Avancer l'hor- 
loge, lakaat ann Jwrolach ahretoc'h, 

— kas ann horolnck var amok^ *- 
lakaat ann horolach var araok. A- 
vancer, v. n. (progresser, oher %H)ud ; 
voy. Poiuei vile. L'heure avance, 
diveiad eo anezhx. Ne vouloir plus 
avancer, oursal:, v. a. , (bo«4cr ea 
re«le.) 

kliWt j prép. Avant son arrivée 
diez vous, kent m'oe deuet dU'Ze. 
Avant mon arrivée en ce heu, kent 
ma erruiz (errujon) enOj — kent 
m'oenn erru eno, H ne viendra pas 
avant 30 ans, ne leuio ket c*hoaz enn 
êregont vloéZ'-ma, ii ■■j Avant de. • . , 

— avant que..., a-6enn ma... Avant 
que je n'ai Aoupé, A-bemi ma vezo 
ko4m%^ d'in. Avant tout, atao éa 
géiêia ifir peum kenta). En avant! 
AlM ! iao! endaHMti^. 

*f mME, 8. m. Vad, m. Vendre 
avec avantage (profit), guerui var 
t>eU; voy. UWité, ^ ntlle. H y aurait 
avantage pour voua A le faire, me ve 
itvn d'e^hec'h dm. ober tmn étante. 
Vous avez cet avantage sor dkh, t*kù 
oe^h euz ai leoeton eor-n-oimi -* ena 
e tfhotineàt rcrr^M-^tm, «- eue êt^ 
euz ai lane uar-n-^wn ; voy. Avanet. 
Lepeawiy signiie atiasi : ascendant. 
■ ■ Avamages temporels, gomnid^ 
m. sing. 



Digitized by VjOOQ IC 



AVE 



M% 



AVE 



AYAHTiGEUX, adj. Emzao, adi.;plu8 
avantageux, emzavoc'h; voy. Utile. 

AYANT-BRAS, s. m. Arvreac'h. 

AYANT-BEC, s. m. Partie d'un mou- 
lin, hek'dour, 

AYANT-COUP, 8. m. (Pariant d'hor- 
loge.) Espion, flatrer (T.) 

AYANT-DERNIEB, adj. L'avant der- 
nière nuit de sa mort, diou nosvez 
kent ma varvaz. 

AYANT-HIER, adv. Avant-hier, au 
soir, enn noz kent neizeur, 

AYANT-TRAIN, s. m. Avant-train de 
charrue, killorou, pi. m. 

AYARE, adj. Avarisiuz (style sacré), 
loulek, — troet var ann destum, — 
skragn (C), stag he groc'henn ocli 
he gein. {Stag he galoun oc'h he gein, 
se dit plus élégamment.) (}ui prend 
toujours, et ne donne jamais, louz, 

AYARIÉ, adj. Louet, (Le mot louedet, 
est moins usité) ; avaliet, (mot reçu), 
s'emploie également. C'est moins ex- 
posé aux avaries, diavalioc'h eo; voy. 
Gâté, — rance. 

AYARIE, s. f. A^mli (mot reçu.) 

AYARIER, V. a. Avalia (mot reçu.) 

AYEC, prép. Avec cela (moyennant 
cela), e-seï'T kement-se, — e-kever 
kement'Se. Il arriva avec une chan- 
delle allumée, dorU a reaz, ha heo he 
c'houlou, — dont a eure^ heo he 
c'houlou. Le malade avec son ht, ann 
hini klanv, guele hag ail. Avec l'âge 
on devient appesanti, pounneraai a 
reomp dre gosaat ; voy. Appesantir. 
Il devient plus gai avec moi, joausaat 
a ra ouz-in. Avec soumission (rési- 



gnation) à. 



Bouhla da,.. Avec 



indifférence, ez-lent, — var he lent. 
Avec lequel il essuyait son front, a 
veze (sans fréquentatif) gant-han a 
se&ha he dal. D'avec, digant ; voy. 
EnBeakle. 



AYENTURS, s. f. Accident, tro, f. 
Par aventure, enn avantur. D'aven- 
ture, divar ann avantur. Bonne aven- 
ture ; voy. lorofcepe, — B«t, plane- 
dennj f. 

AYENTURER, v. a. Broka, — riska. 
Le mot avanturi, est reçu. Action 
d'aventurer, riskadenn, — broka- 
denn, L 

AYENTUREUX, adj. Essai avent..., 
riskadenn, — brokadenn, f. 

AVENTURIER, s. m. Klasker ehans. 

AYÉRÉ, adj. Il est avéré que*. ; 
voy. Acquit qne... 

AYER8IM, s. f. Drouk, — malis, — 
droulans (drouk-lans,) 

AYERTIR, V. a. Kemenn da u. h,, 
— digemenn da u. b,, y. n. et a. 
Puisque le souvenir continuel de la 
mort nous averiit de mieux vivre.p'e^ 
ar 8onj euz at» maro kemennadurez 
d^e-omp da zont guelloc'h {furoc*h), 
Di, avant le nom ou le verbe, a sou- 
vent le sens intensitif, comme dans 
digemennadurez y f., — diqemenn, 
V. n. et a. On nous avertissait quand 
il y avait messe dans quelque grange, 
kemennet e veze d'e-omp {kemennet 
e vezemp)^ pa veze oferenn enn 
eur c*hranj bennak, (parlant de la 
Révolution.) Sans averUr, a-drotw'A- 
tixinch, adv. (C.) ; voy. Sans délai, — 
Tite, — sans prèTeair personne, — 
sans permissiea. 

AYEU, s. m. Homme sans aveu, 
lakipot, — aklepot {lampoun, mot 
allemand) — loupard, — landru-^ 
senn^ — ajeZj — ailloun, 

lYEUGLE, adj. Clomplètement a- 
veugle, dall'put. Il est aveugle de 
naissance, dail eo bel ganet, 

AYEUGLB-HÉ, s. m. Den (fon^ daU. 



Digitized by VjOOQ IC 



AVO 



183 



AVO 



AVONS ie...» a4i* ^ est avide de 
gloire, eur c'hoant diroll en deux da 
gaout gloar. Avide de nouvelles; voy. 
Cirleu. 

AmB, V. a. Voy. Alaiiaer. = 
En em ziâkar^ s'avilir, t. pron. 

Vn, s.m. Opuàmkydxviz, m. Prendre 
l'avis de q. q., ketneret ^aulenn) ali 
digant eunn ail. Je suis de cet avis, 
me to atfiz a gement-$e. Qui repousse 
les bons avis, ne veut pas secouer la 
noussière de son habit (Prov.), ann 
Mni ne fM ket éPezkan beza kelen^ 
nety ne fell ket d^ezhan beza dibouU 
trennei ; voy. Cerriger. Je suis d'avis 
oue vous le fassies..., me ve aviz 
ae-hoa^h da obérée (T.) 

AIBÉ, a(y. Pnlent, avneî. 

AYKSi (S"), V. pron. S'aviser de 
faire..., Avizat, v. n., — avizout, — 
sonjal cher,,. Ne t'avise pas de faire, 
diouall na rafez^ — diouall da ober. 

ATMII, s. f. Avoine sauvage, gagez- 
kerek. Ecorce d'avoine moukie, u- 
tienn, f. Donner de l'avoine au che- 
val, kerc^ha, v. n. et a. 

AfOn, V. a. et auxiliaire. Avoir et 
être, s'emploient l'un pour l'autre, en 
breton. U n'a aucune forme, weuz 
doare ebed [tree ebed) d'ezhan. Ayons 
confiance, bezomp fisiana, Ayes un 
empire absolu sur vos actions, po/imi( 
da veza treac'h d'e-hoc'h hoc*liunan, 
e kement ira a rit. Après avoir, gou' 
de beza. J'ai un do^ au feu, eur hiz 
d*in a zo enn tan. Quand il y en a, 
va vez, (temps indéterminé), (toutes 
les fois qu'u y en a.) Quand on a 
deux bons bras, pa vez divreac'h 
mad. J'ai 80 ans, pevar-ugent vloaz 
aunn. N'avoir pas d'armes, beza di* 
tarm, (être sans armes.) Quand il a, 
pa en deveZj (sans fréquentatif.) On a 
eu de la peine à.,,^poan'zobeto... 
Après avoir trop mangé, on a le ven- 
tre trop serré, g<mde re gofad e vez 
Jçam hof. J'ai eu, bet am eux. Alors 



elle a..., neuze e devez (tans Are- 

Sueutatif, nour dire : elle a l'habitude 
'avoir.) Lliomme inquiet, n'a jamais 
de paix, ann den, pa vez ginetj n'e- 
ma ket e peoc*h. J'ai perdu mon 
couteau, kollet eo va i^hauntell gan^ 
en. J'ai de bonnes mains, va daouam 
a zo mad. Elle a le pis pendant, 
eunn tez kouezet a zo gant-hi {out" 
M). Judas avait la baii>e noire, Judaz 
a ioa du he varo. Il a le venige^ 
kroget eo ar penn^foll enn-han. A- 
yant un doigt seulement au feu, eUr 
biz kepken d'ezhan enn tan (ablatif 
absolu.) Elle a un petit à nourrir 
(parlant de jument, de vache. ..), 
loan {leuej a zo tnir-n-At. Avoir été, 
beza bet. Il n'a rien en propre, ne 
d-eo mestr var netra. il aura le 
Cîiel, bez'en devezo Bauanielez ann 
Env^ Je n'ai rien sur moi, n'euz ne- 
tra gan-en. Ayant allumé sa pipe, 
tanH he gomad butun gantAian^ 
(ablatif absolu) ; lekeat tan var he 
gom butun. Sous la République nous 
avons la guerre, et nous Taurons en- 
core, gant ar Repuhlik brezel a zo, 
ha brezel a vezo. Ayant atteint ses 
dix ans, o'en doe paket he tek vloaz, 
— p'oe deuet d*he zek vloaz. 11 s'est 
relevé, sevel en deuz great enn he za. 
Ayant reçu l'aumône, o veza bet ann 
aiuzenn. 11 a la migraine, gant ar 
boan benn ema, •— ar boan benn a 
zo gant'han. Il eut peur, aoun a 
grogaz enn-han. Celui qui a la lan- 
gue acérée, doit avoir la tète dure 
(pour supporter quelque chose), ann 
hini a zo lemm beg ne deod a rank 
beza kàlet kem he benn. (Prov.) J'ai 
beaucoup grandi depuis, kresket ounn 
kalz abaoue. Il a quelquefois des vi- 
vacités, fourrtuiou drouk a vez enn- 
han, avechou. Quelles préoccupations 
doit avoir un chrétien? pe seuri ioutyi 
a die eur c'hristen da gaout, dreist 
pep trafll a le charbon à l'aine, 
guelet a reer ar vtirbuenn e pleg he 
vorzed. 11 a des poux, laou a zo oui- 
han. J'ai les rems cassés, iorret eo 
va digroazell. Elle eut alors des cra- 
chements de sang, neuze e klanvaz 
gant ann teurel goad. Qu'as-tu ? pe- 
tra &hoari gansez f Quels yeux il a I 



Digitized by VjOOQ IC 



ATÔ 



Itl 



AVO 



èeim ! Qart aez H a 1 An pebet tri a 
10 &ut'ktmf i*vA «n f^narâ aa doigt, 
01" viêhtmi ittoem hh. 11 y a ëix ans 
C[0« je rai, dek vleat té nt^eUM gen^ 
en. ToQt l'ait«nt qu'il avait sur lui, 
kement ^uennek en doa enn ht gets. 
J'ai quatre bearet i passer là, peûer 
hewr 0m eut dm êtemtn ené («te 
tktmtn tn^.J 11 y àmit anfr^ibis & 
i^lottguemeau, une vieille veute qtti 
atait ireiB fila en bat âge, é PUm- 
0€m9, gueckM gwt^ e oa evnH in- 
iànvêz kùi kng ê éoa tri i/Mtp (tti 
hm9trj, iammnh ko zri c'hotit, ta 
n^auraa m'k parler, Wez pmo da aèntr 
Mèmoi dtgeri éet û^hinou {nemel pmt*- 
kMif. QvaiMi la maMiè a«ra par- 
eoum aa périede, pa teiù great he 
mtead ginut ai* c'Mewoeà. J'ai été à 
la fdr», bet pmnn er fàar. En anrea- 
viHHr? èezV) pet0 f As-iâ un chapeaa ? 
JBM#n t^ an jWMz f Non, ira. Avec^ 
véui ée ratt^iK? non, w^hant m ta 
ffm^tk oc 'hf Mnni a^ed. Van« n'au^ 
rea ^'à le tuer, sans dira aiot, n'a 

EHe avait ea nn enfont 4e Ini (de aan 
Mt), aiir bwfal e ciaa 6e^ anêthm^. 
Le» perammes ifféeê ont pins de pré- 
omliaM qae lea jeiinea çens^ mtfu>c'A 
« tiftét a O0S énn €bMi ko% e§M ewn 
dmd imutmk. Qiiaiid««.^elle n'a le 



aentiflneni de rien. . ., pa, ^.^ ne de^ 
vez (sens habituel) meit (Bo^f) eut 
netr^. Quand j'ai, p^am béret. Quand 
l'ai épousé ( quand j'éj^ousai ) eet 
homme, pa edon o timezi da hennez. 
Je ne croli pas avoir dit oeUu, ne §av 
ket d'in cm he Imvaret iraouy enn 
doare-ze, N'ayei pas peur, arabad 
d'e'-ho&h kaùui aown. J'ai un ftrain 
de potiasiëre daaa l'œii, eut bonU- 
ttenn a to eat em lagad. J'ai e«, 
bet'am eus bet. J'aî toujours votre 
souvenir dans ma mémoire, me am 
bez (sens habituel) «tao aoiy «e'to- 
$èec*h ; (voy. au verbe 8a(f air, la forme 
actuelle, et la forme habituelle.) Si 
j'avaia été de i»ua, mu w^mm^ms bet 
enn he leac'k. Un enfant qui aura 
reçu une bonne éducation^ eur 
c'hrouadur, roet d*eiftan {JM d'ezhan) 
skol vad (ablatif abaotu) ; voy. In mot 
Iode, terme de grammaire. Dictionn. 
Troude \ voy. le m^me Dict, à la 
lettre Y, pages d37-d38. =3 Avoir une 
nuiladie quelconque, heza klancgant, 

AVO&tBiENT, s. m. Parlant de 
femmes, koU bugaley m. 

AliiNi, s. m. AreUin. ParhuM 
d'un veaVf leue janm (qui a les pieds 
jaunes en nai^sanU) Pariant d'un en^ 
faut, kollez, m., — sioc'han, m. 




Digitized by VjOOQ IC 



mA 



B 



m 



BUNL, s. 10. Cha^g, *- glabouz. 
Quapd u y a plusieurs femme» ras-» 
s^oiblées, fv§achy m. 

BABULABD, s. m. Cf»aoger, — crla- 
bottser, i— piter fce c'At'ntm, — traoell, 

— «trcrn^r, — broker (flepenn C, 
des deux genres), — kaunter kaosiou, 

— chaoger ke stec'henn-j voy. BaTard. 



I, ▼. n. Piiat he &hinou, 
"«-> kounta h&09wu, «^ ir&bellat, -*• 
gUtxna , -^ fUpenna, -^ ehaogai\ 
voy. Bafaréer, --► mltr, -^ jîiwr, 
strakol, V. n., (g^ngaxllat, v. n., 
chroma foat les poulet), et les femmes 
Ittailleuaes.) 



S, s. f. pi. Puérilités, dis* 
teraeh^ — disterdra, -* am&Mr, — 
mièi/toe/», *- troou netra, — iiû>^«r*> 
e^oif, — ravodcret, — il;oiii20if 6m- 
(ipa/e^ — fteièitfc^ote, *— mibiliez, -— 
tnerMorse; voy. Bagatcttea, ^ aiaiierka, 
— fatmtéa, ^ psérIUtéa. 

lABiUD, s. m. Beg braz, — (bek 
ietUf C), -* êkûuamêk, [rf. s^iMir- 
««wM. -^ kleuky adj. ; voy. Hais, •^ 



ilOiOm, t. n. (Agir m étourdi), 
badaom, v. n. 

BADHAGE, s. m. Badinerez, f. Sans 
teidinage, éwadin, ^viaux mot), a4j* 
adv. 



» v« p. Baâinfit, \, n. Qaiiie 
badine pas, divadin, (saaa badiner.) 

BAFODBB, V. a, Bafoui; voy. Afinopt. 

BAGAGE, s. m. Pakadenn^ f. Le mot 
jpaky est moins usité que pakad, ou 
pmkadennf paquet. Pher bagage (ra- 
battre du caquet), plega he douchenn 
<TriT.) 

BAGATtUn, 8. f. pi. Voy. Ibberies, 
- Iiérilitéa, - fafflitia, -Mtolea. 



I ï*erte de temps, ambut, m. 
Perdre son temps à des bagateHes, 
ehoum da glash irinehin d lea&h 
n'euz nemet teeî, — « {faUnmeta, C), 
afi em érmfruei, (perdre son temps à 
ne rien faire.) Pour la bagatelle de 
dnq sous ; voy. Yalenr. 

BAI-MUI, a4i* Cootour d'un i^eval, 
marc'h rouan, — marc'h melen ; 
voy. Aleun, — Isabelle. 

BAI-BMX, adj. Marc'h hro(^h, — 
marc'h baian. 

BAB, s. f. Petite baie maritime, 
recevant seulement des canots, poul- 
lik, m. 

BAIGRSB, Aller se baigner, mont 
da neun (à la lettre : aller nager, 
parce crue les baigneurs savent oager 
généralement.) Aller se baigner à la 
mer, mont d'armor d*en em oaUfhù 
Tout baigné de pleurs, he zaottlagad 
beuzetazaelou. Tout baigné de sang, 
Unm-o'hcad, adj. ; voy. Gtifeit 4c. 

BAE, s. m. Bail écrit, Hzer mar- 
e'had; bail à loyer, liter H; bail à 
cbeptel, lizer loened. 

BAOïLEB, T. n. Bailler, en ouvrant 
la bouche, bazaillat (G.), -* dialevi 
ien (euz ann eil ginou enn eben.J 

BAOI. s. m. Source d*eau sortant 
du rocher, stivell, pi. ou. Prendre un 
bain (se baigner), numt d'en em eêtU 
(fhù Aller prendre un bain da mer, 
mont d'ar mor d*en em oalc'hi. Pren- 
dre des bains de mer, en em ùaWd 
enn dour mor. 

BAISEB, V. a. Yay . Embraiafr oomme 
font les enfants, poket a-dro^vriad 
du u. b. 

BAISSE, s. f. Rabaty — ravalj — < 
distaof; voy, *^"^ — 



Digitized by VjOOQ IC 



BÂii 



1d6 



UV 



BAISSER, V. n. Les eaux baissent, 
digreaki a ra ann dour. == Baisser 
pavillon, plega he douchenn (Fam.) 
. (Au figuré, fallaat); fàllat da 
lenn, lire moins bien, parce que la 
vue baisse^ voy. S'alEîiiiir. • Se 
baisser (s'mdiner) pour saluer avec 
révérence, soubla, ou souhlat dira g 
u. 6., V. n. (V. C.) 

BALAICER, V. a. Bransigellat; voy. 
Faire iiAciltè ée..., termal o... v. n. 

BALAMCIEl, s. m. Balansour, — 
mometUer, — momeder, (mouman" 
cher T.) 

BALAI, s. m. Corriger un écolier à 
coups de balai, ou avec le mancbe, 
seulement, skuha dindan curskolaer, 

BALATUBES, s. f. pi. Skubennadurj 
sing. plur. skuhennachou. 

BALCOH, s. m. Dalez diaveaz, — 
InUtuitren, pi. irr. balustrou; voy. 
BiloBtrade. 

BALIVEAU, s. m. Jeune aii)re, bali- 
%enn^ — haliienn, f. 

lAUÎEBKEB, V. n. KoutUa kaosiou. 

BALLE, s. f. Globe en plomb pour 
les armes à feu, holed^ f. pi., boleidoUj 
— holiji, pi. irr. 

BALLOTÉ, adj. Parlant d*un navire, 
taol'distaol (sorte d'adjectif). 

BALUSTRADE, s. f. rangée de ba- 
lustres, halustradeim, f. 

BALUSTBE, voy. Btloen. 



I, s. m. Petit enfant, lela 
(Fam.) Tait- toi, bambin ! tov, lela ! 

BAIBOCBEB, v. n. Rouli, — riotal 
T. n. 

BADMBUB, rouler; voy. Reee. 



BARAL, adj. Diskloz (parlant des 
cbamps non-clos) ; digor d'ann holL 

BAR. Deux barâS do mariage (par- 
lant de plus d'un couple d'individus), 
daou re emhannou, (deux paires de 
bans, à la lettre). 

RARir-DOSSIER, s. m. Bank-doser, 
ipandoser), m. 

RARCAL, subst. et a^j. TreiMteuU^ 
lek, — gar-gatntn, m., ^^gargam" 
meZy f. === Gar-gamma, marcher 
comme un bancal, bancal d'un côté, 
chilgammy a^j ; chilgamma^ v. n. 

RARBE, s. f. La première bande de 
vaches grasses, ar rumm saaut lard 
kenta. Bande de terre pour faire paî- 
tre les chevaux, krizenn, •— gHzennj 
— relach (d'où vient le verbe relachi 
ar zaout,) Une bande d'enfants, eur 
maread bugale. Une bande de che- 
vaux liés les uns aux autres, comme 
font les maauigiions, kordennad ke* 
zek, f. == Lien plat qui sert à ban- 
der, ruzerez, f. 

RARDEAU, s. m. Bandeau en plan- 
chettes pour vaches, talgenn. f. Au 
figuré : gleurou, m. pi.; voy. kailMitt6« 



RARBIT, 8. m. Voy. A?e«, — 
ne sans a?ei, ^ ?ale«r de beirM, — * 
ceipe-Jarret. 

RARQUEROUTE, s. f. Bankerout (mot 
importé). 

RARQUEBOUTIBR, s. m. Bankermt- 
ter (mot importé). 

RARQUET, s. m. Terme d'Eglise, 
banked, m. 

RARQUEnS, s. f. Voy. Siège, ateenm, 

f. (T.) 

RAPTÉIE, s. m. Baptême donné à 
la maison, gouroadet, f., (petit bap- 
tême.) 



Digitized by VjOOQ IC 



bAA 



♦37 



BAS 



ItfnSTiRE, s. m. Piscine où Ton 
baptise, dans les églises, ar mean ha- 
dHiant, — ar mean fount. = Cha- 
pelle où Ton baptise dans les églises, 
ehapel ar vadigiant, — chapei vadez ; 
voy. liMitt baptisBavx. 

UQUET, s. m. Cuve. Pelestr^ m. 

UlAfiOmiEE, V. a. et n. Gallegat, 
— daoBnegaty — gregachi. 

BAIATTB, 8. f. Baratte à cône tron- 
qué, kelom, m. 

BUATTin, 8. m. Barazer. 

BAiftAlB, a<y . Cruel. Digemez {oc'h 
H. b,) 

lAin, 8. f. Barbe d'animal, mou- 
ren, f., pi. m. Mourou, 



B, 8, f. Kuchik, m. Ce mot 

e«t dérivé de kiichenn (touffe, — mé- 

BAIBOTAH, s. m. Guelien; voy. 
LtTvet. Autrefois on disait: guel- 
cTUen (de guelc'hij laver.) 

KAlMm, V. B. Patauger dans 
VesiUypaoata enn dour, — kabouUlat, 
V. n. T., — bourbouilkt, v. n., — o- 
ber bourbouilL 

lABBMULÉ, adj. Barbouillé sur 
une partie du corps, bastrauill, adj. 

BAUL, 8. m. Barilly f. ou m. 

BAllOLi, a4j. Rikamanet, — bar- 
rennet guenn, — barrennet ruZj — 
barrennet glaz (selon les cas.) 

BAIQOB, 8. f. Bark, Embarquer, 
amharki, v. a. et n. en est le dérivé, 
(mot importé) 

lAUE, 8. f. Fermez la porte à la 
barre, barrennit ann or. == Prin- 
cipale pièce de bois dans une daie, 



klerenn, f. Barre pour fermer une 
fenêtre, stoUkez, f.; voy. Espagnolette, 
— crémonne. 

BARREAU, s. m. Barreau d'une bar- 
rière, ftaz-A'/owcd, pi. bimer-kloucd ; 
voy. Barre. 

BABRER, V. a. Voy. Encombrer, (obs- 
truer, — embarrasser.) 

BABBIÉBE, s. f. Barrière faite de 
branches entrelacées, plegenn, f. 

BAS, s. m. Des bas, en général, 
(chaussures, bas de laine, ou autres), 
lereiev^t pi.; voy. Souliers, — sabots 
(sans distinction de chaussures), bou- 
teier, Rapiéter des bas, pennada le- 
reier, A Pont-rAbbé, on dit : va ba- 
zou, mes bas. 

BAS, adj. Paz, adj. (sans profon- 
deur.) L'eau est basse, baz fizelj eo 
ann dour. Ce terrain est bas, par 
endroits (parlant de terres végétales), 
bazidi a zo enn douar-ma; voy. Sans 
profondeur. , Bas-Léon, Goeled- 

Léon. Les Basses- Pyrénées, ar Pi- 
reneou Izela. Il est dans les basses 
eaux, baz ema ann traou gant-han, 

— berr eo arpeuH gant-han (Fam.) 

BAS, adv. Placé, ou assis trop bas, 
re izel dindan-n-han. Tout à fait en 
bas, d'ann traon tout. En bas, d'ann 
traony — oc'/i traon. Le pain mangé 
chaud, et le bois brûlé vert, abattent, 

— ruinent (rendent bas) le chef de 
ménage, bara tomm ha keuneud 
glaz, a gas ann ozac'h d'ar baz (Prov.) 

BASANE, adj. Des basanés, duar- 
ded. Une femme basanée, eunn duar- 
dez, 

BASCULEE, V. n. Guinta, v. a. et n.; 
voy. Tomber (perdre réquillbre.) 

BASQUES, s. m. pi. Habitants des 
deux versants Pyrénéens, Basneged, 

— Baskeien. (La langue Basque, ar 
Baskek {ar Basnek.J Parler la langue 
basque, basnegat^ v. n. 



Digitized by VjOOQ IC 



»ÀÎ 



fàs 



BAt 



liasses , kudou 
(style sacré.) 



f. pi. VoV. Caresses 
; voy. ÂBaissements 



BASTUfCiAGES, s. in. pi. Tertne de 
itiai'ine, speuren, et aussi : sjyeuvy f., — 
(speurigner, — speuriou, pi. irrégi) 

k 
BAT, s. m. Je sais où le bâl le (la) 
blesse (Fig.), »te anatez he glantenn 
(he viridik), — he zroukj m., — he 
drouk {he guiriridik, f.) 

BATAILLE, s. f. Combat, koumbad, 
f. Escarmouche, /crogad, m. Fich^ 
bleo^ m. (Fam.); voy. Se prendre aux 
cherem. Bataille entre gens ivres, 
bazadou, — kann. {Bazadou^ signifie 
des coups de bâton.) 

BATAILLEUR (battant), adj. kanHuz, 
adj. 

BATABD^ s. m. Fils, ou fiUe de bâ- 
tard, krak-va8taf*d ^ m., — ki^k- 
vnstardezf f. 

BATEAU, s. m. Bateau léger (esquif), 
skaf. (En grec, Bcafê.) 

BATELIER, s. m. Bagaer, m. 

A 

BATI, adj. Homme mal-bâti, ^- 
c^hon, m. ; voy. Robnste, — homme 
Bien -bâti, temps vad a zen, subs. ; — 
korfet e doare, — tempset mad (sor- 
tes d'adjectifs.) 

A 

BATDBEMT, s. m. Navii-e, batimant, 
f. (mot impoité.) 

A 

BATON, s. m. Gros bâton (trique), 
skiltrenfiy f., — skeUtenn, — treu- 
jenn, f. Bâton mobile qu'on met sous 
une charrette, pendant qu'on la char- 

fe, pour soulager le cheval de timon, 
lik, — paotTy m. Bâtons des côtés 
d'une charrette , pour enrayer les 
roues, skorou^ -^ skolou, pi. m. On 
dit aussi : skoriou, — skoliou, 
A .,,.„^ 
BATOHREB, v. a. Donner du bâton 
à q. q., skubà'ktver dindan u. b., — . 
torcha^ — frota u. 6.; voy. Ronsslne, f 



— tottT. Donner des coups de bâton, 
rei bazadou da u. b. Tais- toi, ou j4i 
te donnerai du bâton, ro peoc'h ! atiez 
az pezo fest ar vaz (fest ar geuneu^ 
den.) A la lettre : la réjouissance du 
bâton. Il fallait travailler dur, après 
avoir été bâtonné, red e oa labourât 
start^ goude fest ar vaz. Bâtoimer les 
arbres, diskar ar frouez gant e\ir 
oalenn. 

BATTAGE, s. m. Le battage des blés, 
ann dourna. La fin du battage, ar 
beur-zoum^ f. m., — ar beur zoUt-* 
na, m. 

BATTANT, adj. Pluie battante, dour 
beuz, — dour bil, — glao puilt, — 
glao stank ha pounner, — goaU 
c*hlao ; voy. Torrentiel. 

BATTE, s. f. Batte à beurre^ ha% 
ribot. 

BâTTEHQIT, s. m. Battement des 
artères, pouls alan, — momancher^ 
voy. Ponls. 

BATTERIE, s. f. Batterie de cui^flêy 
reizou kegin. Le mot reizou^ signifié 
aussi appareil; voy. Système, ra^, 
en latin, -- attirail, — OOtOlige, — 
réunion dé choses ou d'instruments 
nécessaires pour un travail, une opé- 
ration ou un usage quelconque; EsLt 
Reizou arat, — reizou oferennOy — 
reizou noui (reizou ann nouennJ; 
d'où l'expression : bel en deuz ne 
reizou, il a reçu ses derniers sacre- 
ments. On dit aussi : prestou, pL m., 

— dafarou, — klatou, ou fdeiou, 
pi. m. Le mot klao, ou kleo^ s'appli- 
que à tout instrument en fer et ^gni- 
fie attirail. 

BATTEUR, s. m. Batteur de pavés, 
klapez, «— klapezenn. 

BATTOIR, s. m. Bâton de laveuae^ 
batouet, — batouer (G.) 

BATTRE, v. a. Battre un chemin. 
terri eunn hent, — palisa (pilaJt] 
eunn hent. Battre fort un individu^ 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



iS& 



m 



fiemma dpun u. b, ; voy. Étriller ; 
rei eur zaead da u, b, ; voy. Raclée 
(sens figuré.) Raouenna, — kivija, 
-'^ druiUay — lorgna (sens propre) ; 
Toy. Eoner de coups, kanna, hra- 
hanata. Battre le beurre (élaiter) , 
dUeza amann. Battre la salade, le 
I>eurre, la bouillie^ meska $aladenn^ 
amanUy iod. On dit aussi : aoza iod. 
Battre (pétrir) la pâte, merat toaz 
l^ieza toaz J Battre des pieds, skei he 
dreid enn douar. Trépider, sauter 
é'impatience, dras/fa,v. n. (T.)Enrager 
ie colère, 4e dépit, $kamhenni^ v. n. ; 
Yoy. Ces mots. Battre quelqu'un des 
pieds à la tôte ; voy. Raclée. Qui aime 
a 86 battre, kannuz, 94j. Se battre, 
entre gens ivres, en em golkenna. 
Obliger q. a. à se battre ; voy. Pro- 
Togiier. La nn-battre (pailant de ré- 
colte), ar beur-zourUf f. Battre les 
chartes, meska ar c'hartou, 

BATTU, adj. Au moral, feaz, — 
trec'het. Battu dans une lutte, teur- 
het, — het lamm d*ezhan. Battu et 
honteux, lostok. Chemin battu (où il 
passe beaucoup de monde), hent 
meur. Battu des pieds à la tête ; voy. 
BacKe, — frottée. 

BATARD» s. m. Bavard fini (casse- 
téte), eur pil ginou^ — torr penn, 
— glabotiser, — chaoger^ — straker, 
— i- distagery — marvailler', voy. 
laieiir. 

BA?ABBA€S, s. m. Que de bavar- 
dages! hag ahila zo var da c'hinou f 

BAÎARBSB, V. n. Voy. BabiUer, tra- 
hellaiy — pilât he c'hinou ; voy. Ja- 
casser, — jaser 

BAfim, s. f. Haut du tablier des 
campagnardes, brutunalenn (T.), — 
tapeletenn, à Font-Croix. 

BAIEi au GarotiHes, ehoum da 
seiUt o(fh ann oabl o tremen, — 
prederia ar petmr wei iGr ég.) 

BKATIFli, adj. Quand il sera béati- 
Mi f0 vezo en» he surusa ; voy. Se 



refléter, -<- se multiplier, — bieahen- 
reaz (qui jouit de la béatitude éter- 
nelle.) 

BEAU, adj. Beau et bon sont syno- 
nymes, au sens de la Bible. Très beau, 
bi*ao-Doue, — koant-hardiz, - koant- 
distaill , — braO'Eal ( parlant des 
personnes) ; — biXio-ral, — brao^ 
direiz, — brao-dizaoz, — brao-iskiz, 
(parlant des choses.) Quand il s'a^t 
de personnes on met toujours koant, 
au lieu de brao. Le beau Nicolas. 
ar paotr koant Kolaz. Qu'il est beau ! 
Hag hen zo brao ! Uag hcn zo koant ! 
C'est déjà une belle femme (une 
femme grande et forte), eur plac'h 
ter}*ubl a zo anezhi^ a-vrema. Il parle 
un beau français, gallek mad (huel 

— c*houek — iac'h — fou) a zo gant- 
han. Ces beaux ifs, ar guez ivin braz- 
se. En son plus beau, enn he faroa 
tout ; voy. Tenue, — atours. — habits, 

— cndiaiauché. Un beau cheval, eur 
mardi faro. Cette fille est très belle, 
distaill, (adv.) eo kaer arplac*h-se. Il 
fera beau aujourd'hui, ka^r e vezo 
ann amzer hirio. Il ne fait pas beau 
se fier à lui, ne ket brao (mad) fisiout 
enn-han ; — danger (risk) eo fisiout 
enn-han. Il fait beau se chauffer, 
ebad eo bezo e-tal ann tan. Faire le 
beau (se pavaner), en em ambrida (C), 

— ober he baotr faro^ — ober he bi- 
nard (V) beza frink ; voy. Folâtre, — 
fringant. Faire sa belle, ober he c'han- 
fardeZy — ober he farodez. On dit 
aussi, en ce sens, rodai, v. n. Il fait 
beau se promener^ da vale eo brao 
anezhi; voy. DistUgué, — supérieur. 

BBAUX-ABT8, s. m. pi. Skianchou, 
pi. m. 

BEAUCOUP, adv. Beaucoup d'argent, 
are'hant a-fors^ - archani brgz. Ver- 
sez m'en beaucoup, disknrgit'd'in eur 
banne sounn. Beaucoup d'entr'eux , 
eur braz anezho. J'ai beaucoup péché, 
pec'het braz awi euz, — eur pec'her 
braz ounn. Vous demandez beaucoup, 
amplik {kalzikj a c'houlennit, — 
hardiz a c^houlennit^ — goall-chou- 
lenn a rit. Il gourmande beaucoup, 



Digitized by VjOOQ IC 



nu 



HÙ 



BÉG 



l 



goalUc'hourdrouz a ra. Je ne sais 
)as beaucoup de français, vCounn ket 
kre var ar gallek^ — va galleh-Kne 
ne ket fou. Beaucoup de bas, eur 
maread lereier. Je n'ai pas beaucoup 
d'argent, n'ounn ket kre enn ar- 
c*hant. Il est de beaucoup pire d'al- 
ler..., eur barr goaosoc'h eo mont... 
J'ai été beaucoup roué, kannet (fus- 
tet) ounn bet ken a fuenn; voy. Rosser 
d'importaDce. On emploie, en Léon, 
dans les chansons, la tournure sui- 
vante dans la phrase, à l'instar de la 
Bible, expectana expectavi : il l'aime 
beaucoup, he garet a ra^ hag e ra. 
Beaucoup travailler, labourât tenn. 
Beaucoup crier, krial fors. Beaucoup 
de monde , eur vagad tud. Avec 
beaucoup de peine, gant poan vraz^ 
— goude kalz a boan. il y a beau- 
coup d'eau, au puits, dour braz zo er 
puns, — httel (kre) eo ann dour er 
puns. Un peu beaucoup , amplik 
(kalzik — reudj, adv.; voy. Raide, adv. 
Te n'en ai pas beaucoup (presque 
rien), n'em euz ket eunn holl vad. 
Je n'ai pas beaucoup, n'em euz ket 
goallgah. De beaucoup près, var- 
n-hed pell. ■ N'avoir plus beau- 
coup de ce dont on fait provision le 
Dimanche : Je n'ai plus beaucoup de 
tabac, sadorni a ra ar butun gan-en 
(ar zadom a zo gant va butun.) A 
la lettre : le samedi arrive, pour mon 
tabac (la fin de la provision hebdo- 
madaire arrive pour mon tabac.) Il a 
beaucoup à faire pour égaler son 
père, eur oall-ohei* en deuz evit mont 
keit hag he dad (evit mont e roudou 
he dad.) Pour indiquer c[u'une chose 
abonde dans un endroit, on ^oute 
souvent ek, au substantif; Ex : Boue, 
bouillen ; où il y a beaucoup de boue, 
bouUlenneky adj. Beaucoup de mau- 
vaises herbes, guiskad louzou, m. 
Un endroit où il y a beaucoup de 
froment, eunn iaread guiniz^ — eunn 
dachennad viniz. Je n'ai pas beau- 
coup de besogne, à présent, dibrez 
ounn brema. J'ai beaucoup d ouvrage 
à faire, près labour am euz. Beau- 
coup de peïne^beac'h'beac'h, s. et adv. 

BEAU-FILS, s. m. Deuff (Ane.) On 
dit aussi : Deunf (nom de famille.) 



BEAUTÉ, s. f. C'est une beauté (une 
élégante), koantiz-^out eo, — koan^ 
terx'tout eOy — koantik-tout eo. Ce 
n'est pas la beauté qui fait bouillir la 
marmite, ni la laideur qui donne de 
la graisse (sur la soupe), ne ket ar 
goanteri eo a laka ar jfod da virvi, 
na ken nebeud ar vilont eo ara ann 
druzoni (Prov.) Il a repris sa pre- 
mière beauté, deuet eo d*he vrava 
liou, — deuet eo d'he gigenn genta, 
m. ; ^oy. Camatioi. C'est la beauté 
qu'il cherche, ar brao eo a glask. 
Les beautés du Paradis, doareou kaer 
ar baradoz, — dudiou ar baradoz. 
Se revêtir de sa beauté, guitka ke 
vrava liou ; voy. CarnatloM. Grain de 
beauté (petite mouche sur le visage 
des femmes), teltenn, f., — teltenmk; 
voy. Elégtat, — èlé|^te. 

BEC, s. m. Il resta, le bec dans 
l'eau (déconcerté), choumet oahe fri 
var ar gloued^ T. (Triv.). — utou- 
zanet oa, — balc'h oa ne c^hinou. 
Bec-de-lièvre, subs. et adj., boulc'h; 
voy. LèTre. 

BÉ(3K, s. f. S'appuyer sur sa bédie 
(rester oisif), rei bronn d^ar bal (mot 
à mot ; donner à têter à sa bêche.) 
Pili, est un des pluriels de pal, f. 

BEDAHE, s. f. Qui a une grosse be- 
daine, kof teo, — kof doun, — {kof 
iod, à la lettre : ventre à bouillie, — 
grand mangeur de bouillie.) 

BEDEAU, s. m. (Sonneur), kioc'her; 

— sagrist (sacristain), — komiz (C), 
pi. komised, 

BÉGAYER, V. n. Balbouzat, — to- 
touillat, — gregachi, — gaUegaty 

— saosnegat, etc. 

BÉ6UE, ady. Saotnek, m., saosne- 
gezy f. Très bègue, gak4ar. u bégaie, 
ema ar êtrakomUon gant-han (il a 
l'étranguillon), terme ironique. 

BÉGUEULE, s. f. Faire la béguetole, 
ober lentigou; voy. Tlaiéés eimitiKi. 



Digitized by VjOOQ IC 



BES 



U1 



BIË 



B, s. f. (Prune sauvage), 60- 

lùsen, î.j — pohsen, pi. bolos, polos, 
ou pohtret, 

VÊStfKE^ s. m. Mad, ou Fod, m. f.; 
ses bénéfices, ar pez en deux goune- 
zet, 

BSIÉT, s. m, Baiaii, larm-gleuk, 
— lann banezen, — Icarn ann tra- 
ped. C'est un benêt, eut* skotiamek 
eo. C'est un grand benêt, diot-naik 
eo, — êot-magn eo; voy. iMbédle, 
ilgaii, nlaii, i^abèUr. 

BÉltnLS, adj. Hahask, ^paaiant, 

Btn, adj. Bennos Doue var he ene ! 
— bennos Doue var fie hano ! — hen» 
nos Doue var he benn ! (sorles d'a- 
blatifs absolus.) C'est comme s'il y 
avait : que Dieu le bénisse ! Yotre 
nom est béni de tous, e'houi a zo 
meulet ho&h hano gant ann holl, 

lÉIKlIITi, s. f. Yoy. iaiceir, boi- 
té, afiUltté. 

miAIBI, s. m. Benoni, — bugel 
muia karet, 

^OULI, s. f. Béquille d'estropié, 
fUufh, pi ou. 

BEB6EI, s. m. Paotr denvedy m. \ 
plac'h denved, bergère ; — hugul, — 
pi. bugulUm (Y.) 



B, s. f. Oiseau, strin- 
kerezxk^ann-doury — dimezell^ f. 

BKUBQUK, s. f. Brennigen, plur. 
brennik, 

nSOŒ, s. f. Pennad labour. S'il 
me fellait faire cette besogne, mar 
rankfenn ober ann dra-ze. Il fait la 
besogne de trois, labourât arake- 
ment ha tri, 

raMOBOX, adj. Tamntek, — e- 
zammehf — keaz. 



B1801M, s. m. Dieu sait ce dont vous 
avez besoin, Doue a oar a betra oc'h 
euz ezomtn. J'ai besoin de pain, bara 
am euz ezomm (da gaout, sous-en- 
tendu.) En cas de besoin, secoures- 
moi, var va ezomm , skoaz d'in /(sous- 
entendu, roilj Au besoin, mar be 
redy — ou ma vije red (selon le cas.) 
On en sent le besoin, diouer a zo 
anezhan. Diminuer le besoin, terri 
(diminui) ann ezomm braz. 

BESTIAUX, s. m. pi. Ar zaout, — 
ar chataly m. pi. 

BÉTAIL, s. m. Yoy. Bestlaiz. 

BÊTE, a4j. liMdle, stt, keièt, ka- 

daid ; voy. ces mots. Je ne suis pas 
si béte, ne d^eo ket pemoe'k va leue, 
(A la lettre : mon veau n'est pas co- 
chon.) 

BtTEIEiT, adv. Yoy. Sottement. 

BfiTBBS, s. f. pi. Briiêrez, — soto^ 
niou, — vxUansoUf — lousdoniou\ 
voy. lapidicitét. 

BEDBBE, s. m. Botte en bois pour 
renfermer le beurre à la campagne, 
klosenn amann, ( kloren, coque 

Y. C.) 

BÉYIIE, s. f. Fazi, — c'hoari gaer, 
— sotoni, f., — diotachj m. 

BIAIS, s. m. BisieZy f. De biais, a- 
visieZf adv. Rendre biais, ou devenir 
biais, goarigella, v. a. et n. beza o- 
visieZy être en biais. 

BIAISEB, V. n. BeskeUa; — troidellat 
(biaiser et tromper) ; rifolat, — treut- 
kamma, (au propre et au figuré). 

BIDET, s. m. Bidoch, m. ; bidette, 
bidochenn, f., — bided, m., bidedez, 
f. se disent aussi. 

BIEB, s. m. Tra, (propriété.) — 
Tout le bien possible , guella ma 
e'heller. Bien être, vad (rikour,) Le 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



m 



naot mad, par une iic^ce gramma- 
ticale, adoucit sa première lettre, en 
beaucoup de cas ; £x : hep vad e-oed, 
(hep tra vad ebed) etc., sans aucun 
profit. r=: Sans biens, dizanvez, adj. 
et adv. Biens terrestres, traou ar bed- 
nia ; ar hednfna iiag he vadou. Des 
biens, peadra. Cela m'a procuré le 
plus grand bien être, rikouret neat 
«unit bel gant kement^se. Cela me 
ferait du bien, vad a rafe d'in kaout 
ann dra-ze. Les biens que vous pro- 
cure rimmelation, ar vad ara,,. * 
Toy. Immolation. Il n'y a pas de mal 
qui ne serve à bien, d,ivar hoan e teu 
eur vad bennak (sous-entendu tra.) 
■r Bien, adv ; voy. Fort — très. 

Ma coiffe est bien (sou&^entendu mise), 
mad enta va c^hoef. J'irai bien tout 
seul, me a xelo hrao-braz va-unan. Je 
voudrais bien que vous y allassiez, 
me a garfe aotmlc'h ez afech di, — 
me a garfe aoualc'h ho kuelet o vont 
di. J'ai bien hâte, mjall braz eo gan- 
en. Très bient (bravo!; brao-brao! 
Vous oui êtes si bien partagé ! ha 
ê*houi ken brao lodet ! Poarvoir bien 
à ses intérêts, oher eeun (prononcer : 
e--un) he vad he unan. Le Wé pousse 
bien, ann ed a ziuuan brao. Il prie 
moins bien, à présent, faUetU eo da 
hedi. Je vois bien cela, gtielei a rann 
freat hement^se. 11 se défend bien, 
en em zifenn kalounek a ra. Vous 
dites bien, guir aoualc*h a livirit. Il 
«ait bien se défendre, gouzoïU a ra 
brao tenua he spillen {en em ziluia:) 
Fam. Chanter bien , kana kaoer. 
Faites bien attention! taolit {likit) 
evez mad! {dioualUt mad). Etre bien 
portant, beza iac'h (seder,) Assez 
bien , madik (propik) aoualc*h. Si 
bien que. . . , ma, , , Bien que. . . , gou- 
de ma. . • ($m, quai^d il y a une né- 
gation); voy. Quoifae. = Bien! 
(soit !) ma! — mad f Eh bien donc ! 
ac'hanta l Eh bien oui ! mad-ia ! — 
enfeiz^ia ! — E-leal-ia ! — la^da t — 
Ja-avad ! — la^zur ! — Maâsur ! 

BKMFAISAIT, adj. Madoberuz. {Dou- 
get da ober vad, vaut mieux ^ 

NOTAIT, s. m. Vgd. Un ^nfmt à 



qui (auçiuel) on aura donné une bonne 
éducation, n'oubliera pas qu'il sera 
redevable de (qu'il devra) ce bienfait 
à ses parents, eur c'hrouadur, roet 
desko durez vad d'ezfian, (bet Wez- 
han deskadurez vad, — a vezo bet 
roet skol vad d'ezhan), n*ankouna' 
c'haio ket en devezo bet ar vad-se di' 
gant he dud. 

BIERHEUBEUX, s. m. Un bienh. .., 
eunn ene euruz (enn envj ; eunn ene 
enn he eurusa (sous-entendu, stad) ; 
eur êant euruz. Les bienheureux, ar 
re zalvet. Au bienheureux S'Michef ..., 
d'ann aotrou sant Mikeal,,. Le bien- 
heureux Saint Yves^ ann Aotrou sant 
Eozen binniget. 

BIENSÉANCE, s. f. La b. . .. ann de- 
readurez, f. ou mieux : ann deread^. 

BIENSÉANT, adj. Il est bien-séant 
pour vous, dereout a ra ouz-hoc'h, 

— dere eo d*e-hoc*h. N'être pas bien 
çéant, amzereout^ v. n. 

A 

BIENTOT, adv. Prestik, — dizale, 

— Idabord en Haut Léon) ; br^mcha 
(bremaik'dijaj, à Ouessant; voy. 
Tarder. 

BIENVENU, subst. et adj. H est bien 
venu partout, dsuet mad eo d'ann 
holl, er vro. Digemeret mad e pep 
leac'h ne s'emploie qu'au futur et au 



BIEZ ou BIEF, s. m. Canal, — con- 
duit d'un moulin, — kan^ m., — ^- 
nol, f., pi. iou. BiCy m., est usité. 

M6MNS, s. f. ^n français firtnitter) ; 
voy. Limaçon de mer; HgùtHen^ f., 

— bigom, m. ; bigemiel, m. pi. 

BIGOT, s. m. PHpout, — lann Wl- 
pouz (terme burlesque) ; voy. Patetti, 

— Cagtt. 

BILE, s. f. Effusion de la bile, di^ug- 
ar-gor^ (mot-à^not : m|tl de FinAam- 
motion); voy. Se foijr^ 4g flutn? ais pa^f. 



Digitized by VjOOQIC 



m 



fiât 



ttlÊ 



MLLK, s. f. ;feu de cannettes, ^cr- 
tcnf., pi. fcotou. Jouer aux billes, 
(fhoari ann denvy — c'hoari baulou 
piti. 

BILLET, s. tu. Billed, ra., pi. hille- 
Jou. Billet doux d'amoureux, lizer 
gliz, (m. à m. : lettre tendre comme 
la rosée.) 

BtUiOH, s. m. Meial kouevr, (En 
Léon on prononce : keurj 

BILLOT, s. m. Biltod, m. Billot à 
couper meàu le bois de cbauffage^ 
paotr-koz (T.) 

nlAlRS, adj. Eitveder, adj. 

BfflSTT^ 8. f. Instrument d'agri- 
culteur, pigell, f. ; d'où le verbe, pi- 
géllaty travailler avec la b. « . On dit 
aussi : pUctouer^ m. (G.), — pilaouera 
anfi douar (G.), — moucha ann douar 
(L.), biner la terre. 

BKQUEE, V. T. Faire bisquer q. q. ; 
voy. fexer, — Contrarier. Il bisquait, 
âïipU en doa^ -^ dipUet oa* 

BISSAC, s. m. Bisac% m. 

BOABRE, adj. et substantif. OtHstaly 
subsi. m., diboell, adj. G'est un 
homme bizarre, eunn onn a zen eo, 
— eunn oristal a zen eo ^ voy, Capi- 
^«1, — Êuitasqie ; kintuz^ — egas, 
ginet, 

BBABBBDB, s. f. Idée bizarre, frou- 
àenn. f. 



BLAGOB, s. f. Hâblerie, — carotte, 
*- sornette ; voy. Cei mots. 

BLAfiCKB. V. n. Hâbler, marvaillat, 
V. rt., — kounta kaosiou, v. a. Bla- 
gueur, distager marvaillou, m., — 
marvailler, — (chaoger^ — glahou- 
ser^ — kounter kao&wu, — piler he 
è'hinmi^ — trabell, qui parle beau- 
coup) 5 voy. Cottlenr. 



BLAIBBAV, s. m. 
grized (T.) 



Griz, m., — pî. 



BLAMABLE, adj. Da veza htamet, — 
non blâm..., divtam, adj. Le mot 
kahîuz, veut dire plutôt coupable que 
blâmable ; voy. Blàsie. 

A 

BLAME, s. m. Le mot blam, paraît 
breton, parce qu'on dit souvent di- 
vlam^ non blâmable ; voy. Beprodie. 
Que vous importera le blâme on Pes- 
time des hommes? pe e vec*k bet ta^ 
mallet gant ann dud, pe e 9ee*h het 
kùret gant'ho, petra'raio kement-se 
d*e'ho(fh f voy. Substantif. (Bktionn. 
Tronde.) 

BLANC, d4j. Bien blanc, parlant dé 
linge lessivé, flamm, adj. Très blanc, 
guenn - kann ( guenn - BÎn , blanc 
comme cygne.) Des draps blancs, lu 
seriou fresk. Devenir de plus en plus 
blanc, guennaaty v. n. Qui a une 
tâche blanche au front, baUl, adj. 

BLABCBEUB, s. f. Qui a perdu sa 
blancheur ; voy. Terne, — terni. 

BLAkcnSSBUSE, d. f. Toy. LaTenstf, 
— laToir. 

BLASEB (Se), v. pron. Fasta, v. n. 
Dont on se blase vite, fastuz, adj. 

BLASPHÉIATEUB, s. m. Jameour ; 
voy. Jnrenr. 

BLASPHÈME, s. m. Blasfcm, m., en 
religion : voy. Serment, — Jnremeit, 

le-doiiea, m. 

BLASPIÉHEK, v. n. Blasfenti, v. n. 
et a., (en style d'Ëgllse.) Nondeal, — 
jarneal, — aakreal ; voy. Jorer. 
GoalUgomz euz a Zoue feuz DotfeJ^ 
est l'équivalent de blasfemi. 

BLÉ, s. m. Tas de gerbes de blé 
sur l'aire, kaktiad, m. Paquet de blé 
noir, ou outre, en rond, pour sécher, 
savodell (savodenn) guiniz du,,. 
Endroit où il y a beaucoup de l>)é| 



Digitized by VjOOQ IC 



itoi 



<4i 



Dût 



iai^ead guinit, — iachennad viniz, 

— tachemuAd vraz a viniz. Fouler le 
blé noir avec les pieds, amhludi gui-- 
niz du; vo}[. Ftiler criblures de blé 
vanné. (Usienn, f., est le mot qui 
rend ridée de criblures de blé vanné.) 

BLEU, acy. Distronketf — dU- 
tranky a4j. 

BLESSAIT, acy. Dipituz, (flemmuzj, 
au moral. 

BLBSSCI, V. a. Blesser, au pbysique 
et au moral, gloaza, (Blensi — bUsa 

— blonsa, sont usités.) Blessé griève- 
ment , goall^'hloazet , *— ifamet ; 

irinfinitif est, ifamij -^ voy. AblMer. 
blesser par paroles, flemma u. b, ; — 
lavaret Komzou dipituz (flemmuz) da 
u. b., — ober poan da unan bennak, 

— ofami (dieza) u. &. Id rien ne me 
blesse, ama ne stok netra ouz-in, 
(ne stok netra oc'h va spered.) Bles- 
ser q. q., ober poan d'eunn den (au 
moral.) Blesser la modestie, ober (la- 
varet) traou kontrol d'ar buretez. . . 

BLESSURE, s. f. Gloaz, m. Bl... 
faite avec un instrument qui pique, 
êankadenn. Couvert de nlessures, 
gouliek, ady. 

BLET, a^i. (Parlant des fhiits), ioutt 
G. ; voy. iM. 

BLOC, s. m., eunn dolzenn vean 
(bloc de pierre écroulée). De même on 
dira : tolzenn zouar^ — tolzenn foenn» 

BLOQUBB, V. a. KoulnMi — kUia, v. a. 

BLOUSE, s. f. Vêtement. Saro, f., 

— blouzenn, f. (mot importé.) 

HiUET, s. m. Fleur. Blueten, pi. 
bluetez ; (blaveola^ — barbeau). 

BOEUF. Jeune bœuf, blogom, m. 

BWBE. V. a. Boire à Tinstar des 
chiens, lapa, ou lapât. Il a beaucoup 
bu, n'ema ket dioarann dour (par 



ironie). Boire du bout des lèvres (fai- 
re semblant de boire), muz-et^a, v. à. 
et n. Boire au sein (téter), dena, v. 
a. et n. Il avait beaucoup bu, evet^ 
mad oa d'ezhan, — tommet^nuid oa 
d'ezhan ; badaouet oa. Un débauché 
dans le boire, eul liper faU ; eur oaU- 
vignoun d'ar guin ; Il n'est pas sans 
avoir bu (parlant d ivrognes), n'ema 
ket divar ann dour. On voyait bien 
qu'il avait bu, anat oa ar guin var- 
n-han. 

BOIS, s. m. n ne sait de quel bois 
faire flèche, ne oar gant ve goat o- 
ber ibil. — ne oar e pe au trei^ na 
petra da ober. Le bois à brûler qui 
entourait sa ferme, quand il en fAit 
possession, est diminué, arc'heuneud 
a zo goalUgoazet enn dro d*ke die^ 
gez, ken keuneudek pa grogaz enn* 
han. Bois de chauffage, keuneudtan. 
Bois d'œuvre, koat animez, — koat da 
labouraty — koat da galveeiat. Bois 

Îrui sert à chauffer le four, gor 
oum, m. Bois qui pousse sur les sou- 
ches des arbres d'une haie, koat red. 
Grand bois (forêt), forest, m. f. 

BMSi, a4j., parlant de légumes, 
spouek, (stoupek — chaotretj. 

BMSSIÉBE, s. f. En français fami- 
lier. — Lieu planté de bois. Beutid, 
f . — Beuzennek, f . 

BOttSOI, s. f. Il était pris de bois- 
son, tomm oa d*he firi, — tommet oa 
d*he benn, — tommet mad oa d'et» 
hanj — effet mad oa d'ezhan. Il a une 
mauvaise boisson (au moral)^ goall 
vin en deuz, — drouk e vez dwar ar 
guin, — (}ui aime trop la boisson, 
g'ball'^noun d^ar guxn, ady. 

A 

BMTE, s. f. Botte en bois, qui sert 
à la campagne, pour renfermer le 
beurre, klosenny f., — klorenj V. 
G., — ka$ed, m. ; voy. Gtfivt, — €it- 
lette. 

BOITEB, V. n. Qui boite par suite 
de piqûre au pied, kammAtroud, acK . 
Boiter d'un coté| Kiirgamma^ — chùr 



Digitized by VjOOQ IC 



Mi 



145 



BON 



gainrkm, ▼. n.; boiter dès deux côtés, 
gaol--g<ânma^ y. n. 

IMma iatendtteate, s. f. Ar 
t'hamm dre vare, — ar o^hamm «- 
éaokidau. 

MMTEUX, adi. Très boiteux, k^mm- 
rod. Parlant d'un cheyai mal ferré, 
ou piqué au pied, tonttil-6roucl, adj. 

ML, s. m. Bolenn, f. (Mot importé.) 



mmmàMai, s. f. Bombarda f. ; voy 
InsMant le avsifve, &tmou, s. pi 



K, s. f. Sac à mille bombes 

S juron), has-dotu ! — cktintre-godeU 
ik ! (T.), — chantre-stolikenn ! — 
Jarm-goa I — jami-diaoul ! 

MI, adj. Bon et beau sont syno- 
nymes, dans le style biblique. Celui- 
d,par exemple, est bon, Iiema, avad, 
a oly d'in. Il est bon mangeur, kre 
€0 var afin dxM, Ce qu'il trouvait 
bon, ar pez a gave d'ezhan a ioa mad. 
Je ne suis pas bon chantre, n'ounn 
ket kaer da gana, — n'ounn ket eur 
t^kaner kaer. ÏL est bon marcheur, 
kema a zo mad da vale. Il fait bon 
se chauffer, ebad eo beza e-tal ann 
tan. Terre bonne pour le froment, le 
panais. ... douar guinizek; douar 
panetek. Bomie aventure ; voy. Sert. 
Bon lit, guele saupl. Deux bonnes et 
fortes lieues, diou leo gaer, ha four- 
«is i^hoùz, — dHou leo reut, ha four- 
fiit i^hcaz. Ce qu'il trouTerait bon de 
faire (de dire), arpez a gave d^ezhan 
a iôa mad da ober (da lavaret). Il 
est bon de le faire fd'af h* ainsi), ne 
d-ea ket arabad ober kement-se. Il 
est bon de se faire religieuse, mont da 
leanet (ment ê^ar gouent) a zo mad. 
Bon (alliflbie), hegarad. Bon à l'égard 
des natitres, mad otfh ar paour, — 
mad ^ar paour (KMd e kever ar 
paour). Tout de bon, enn he vella 
tmttf «^ eMHxd^ -^ a-^zevri heo, «^ a- 
dro^vad, adY. Mon argent est aussi 
bon que le leur, va are*hami a dal 
ko re. Le mot ari^hmU^ dans le sens 
de monnaie, entrant dans la catégo- 



rie des noms collectifs, est un subs- 
tantif pluriel, en breton, comme le 
mot keuneud, bois de chauffage, etc. 
Pour tout de bon, adv. voy. men ap- 
prêté, — dèlInitiTesent. Le beurre a 
perdu son (bon) goût, annamann en 
deuz kollet he vlaz. Bon, ne s'exprime 
pas, en ce cas. 

BMHBOB, s. m. Chans, f. C'est un 
bonheur, au'il n'ait pas perdu la vie, 
gras, ma\ eo choumet beo. Quel 
bonheur ! Kaera chans ! Par bon- 
heur il n'a pas perdu la vie, guella 
pez a zo, beo eo choumet. Par hon- 
neur j'étais parti à temps, digouezaut 
a reaz d'in mont kuU abred aoualc'h. 
Par bonheur, adv., gras ma.. .; avec 
une négation, on met na, au lieu de 
ma... C est mon plus grand bonheur, 
va buez eo ; — va boed eo; — va 
brasa plijadur eo. Conditions mises 
à notre bonheur par le Père Etemel, 
kement en deuz divizet hon Tad enn 
Env, evU f«i (f e-omp ann eurusded; 
voy. lasard, — ekaace. 

BMIiNOn, s. m. Yoy. latrodnctioa, 
à la désinence ik. Ch. U. No iO. 

BORJOUB, B0I80IR, voy. TranqnlUe. 
(Manière de saluer chez les Hébreux 
et chez les Romains.) 

BOniB, s. f. Bonne d'enfant, plac'h 
krot (C.) Ce mot est ancien ; voy. 
Petit tÊknt. ^ 



, adv. Blokuz, adj. et 
adv.; voy. lendeiient, — franchemeal 
^ de bdiiiie foi, — nalveiiieat. 



', s. In. Un gros bonnet, éur 

floc'heUek^ — eur julod (St-Thégon- 
nec.) Les eros bonnets d'une k>ca- 
lité voy. lickard, ann oe'haned a 
gear^ — ann dud vraz a guear, *— 
ar ftoc*hed (ou ar flnc'helleienj, — ar 
Juhded. Le mot fioc'h, signifte écu- 
yer, dans le sens strict. 

BOITÉ, s. f. Avoir de la bonté pour 
quelqu'un, beza mad e kever u. 6. 
49 



Digitized by VjOOQ IC 



BOS 



U6 



BOU 



BOBD, s. m. Il est tout près du bord, 
var ar hordik ema. Par-dessus les 
bords, ad V. dreist^bord. Rive d'un 
fleuve, kostez euz ster, — glagn eur 
ster. Chacun de son bord, pep hini 
enn lie roud. === Comble. Remplir 
jusqu'au bord, karga beteg ar han\ 

BOBDURE, s. f. Bordeur, f., pronon- 
cez : borde^ur, (Mot importé.) Petite 
bordure d'habit, ourled; voy. Repli, 
ourl, m., — ourledenn, f. 

BORHES, s. f. pi. Il passe les bornes, 
dreist av i^oudenn ez a; {dreist ar 
bord «— dreist ann trevjou — enn tu 
ail da hollj ez a. 

BOKHt, adj. Esprit borné, berr- 
spered. On dit aussi : ben^el, adj. 
et subs. 

BOBBEB (Se) à..., v. pron. Jésus se 
borna à répondre par des miracles, 
Jezuz ne lavaras ger, nemet ober bur- 
zitdou ; (miraklou, est reçu) ; voy. 8e 
coMtenter de... Je me borne 

là, ne limrinn ket hirro&h. Je me 
bornerai à le renvoyer, aoualc'h e 
vezo d'in he gas kmt. Je saurai me 
borner, me a ouezo pegeit mopit gant- 
hij — me drouclio berr, — ne d-inn 
ket re bell gant-hi. Ne vous bornez 
pas à écouter la divine parole, mais 
metl«z-]a en pratique, ne ket aoualc'h 
d'c'-hoc'h selaau ar pez a lavmr ama 
Doue, red eo c^toaz ober dioc'k ma 
c*hourc'Iiemenn. Bornez -vous là , 
choumit (paouezit) azcy — na d-it 
ket larkoth ganJt-lii. 

BOSQOET, s. m. Brouskoad, -— bod- 
koad, m.; — koadiky pi. koaéigmi, 

B08U, s. f. CouTert de bosses, par- 
lant du bois, ou de la raisseUe en 
métal, kabosek, adj. 

B06SO, a4i. Uu peu bossu, tortih, 
— keinik ; voy. Doi. 

BMniR, V. a. Knboêâ, parlant de 
vaisselle en méUl% 



BOTTE, s. f. Hordenn, f., pi. her- 
dign (herdinn)^ assemblage de choses 
de la même espèce ; voy. Patpet , 
duill — duillad — trwll — truiUad 
-- tronsad. En botte, a-zruill^ — 
dioc'h ann dnnlL === Porter une 
botte à quelqu'un, peuka u. b. (terme 
descrime.) 

B)UCIE, s. f. Personne qui a la 
bouche de travers, min-dreuz, adj. 

— (bek'treuz) ; bouche torte, min- 
gamm, adj. Dit par ma bouche, dre 
va zeod. Ainsi que vous l'avez enten- 
du de ma propre bouche, evcî m^och 
euz klevet gan-en va-unan. Faire la 
petite bouche, ober he febrenn^ f., — 
ober he bek prennet, f. ; voy. Pré- 
dense. Regarder, la bouche béante, 
comme un beriét, ginaoui oc'h, v. n., 

— ginaouegi oc*h,., Boiiche toujours 
ouverte (gobe-mouche), ginou-pak^ 
kelien, (sorte d'a^j.) Fam. 

BODCIÉS, s. f. Bouchée difficile à 
avaler, houpadik, == Bouchée 
(sens général), lipadenn, f. 

BOUGIEB, T. a. Fermer un trou par 
où Feau entre, dalla, v. a. Gros bâ- 
tons, ou perches employés à boucher 
l'entrée aes champs, kezarzoti [kef- 
arzou.J, pi. m. 

BOUCPEB, s. m. Boucher qui tue 
des cochons, tro&her moe^h, — lazer 
mo&h, 

BOUCIOR, s. m. Bouchon pour bou- 
teille , bouchoun (mot usité.) Bou- 
chon pour nettoyer la vaisselle, torch 
listri, pi. torc/iou listri, = Jeu 
de bouchon; voy. Galocbe, c'hoari 
ar c*hom (L.) ; c*noari pUpod (T.) 

BOUCLE, s. f. Boude que l'on met 
aux naseaux des pourceaux , im- 
naouell^ — minell, f. Boude d'o- 
reiltoa; voy. Penlait é^orelUes. 

BOUÇUER, s. m. Deaz, — dez, m. 
En terme générique, ou en style de 
dévotion, on dit : armou, pi. m. Le 
bouclier de la foi, armou ar fm (ka 
armes de la foi.) 



Digitized by VjOOQ IC 



BOU 



♦47 



BOU 



MlUmt, V. n. Mouspenni, — moul' 
henniy v. n. Rider son front : Yoy. 8e 
reafiTtgaer» mousklenni — kahrida, 
V. n., — kriza he firi. Ne bouder 
plus, divouzctj V. n. Bouder en route 
(parlant d'i^nimaux qui ne veulent pas 
avancer), haurzal, v. n. (anc.) 

BOItDEUB, s. m. Lieu où se retire 
un boudeur, kear^vouzikyï. 

MUMM, s. m. Festin de boudins, 
ou cadeaux de boudins, freskad, m., 
pi. freskajou, 

WCÈ, s. f. Strodenn^ — pri. Le 
mot bouillenn, f., se dit de la boue 
des chemins et des rues. Boue menue 
ou liquide, frigos. Boue des chemins, 
employée comme engrais, mannoUy 
pL sing. ; voy. GoeniBes. 

BOUEUX, adj. Terre boueuse, le- 
c'hid, m. Limon, sédiment, goele- 
zenn, f. 

BOUFFÉE, s. f. Bouffée de mauvaise 
odeur, louadenn, f., tolpad, ou tal- 
pad, m. 



J, adj. Bouffi de vanité; voy. 

Pétri 4e Tttité. 

BOUKB, V. n. Ne pas bouger, choum 
difiach, -*- choum a-blas {c/toum enn 
he hozy G.); voy. TranfVille. Il ne 
bouge pas de chei lui, ne loc'h ket 
euz he di, — choum a ra hep mont 
enn-dro, — choum er gear a hlij 
d'ezhan; voy. Casanier. 

BOUILLâlT, adj. Tomm-bero, (en 
ébullition.) 

BOUELI, 8. m. Kik so^enn. 

BOOILLB, s. f. £au de bouillie en trem- 
pe, dilav iod — {dilanv-iod.) Bouillie 
pour les enfants, bapa iod, — bapaik, 
— papaik. Mangeur de bouillie klap- 
ioa, — kof'iod, adj. On avait mangé 
toute la bouillie, lipet e oe tout ar iod. 



BOULAMQI, s, m. Bouloiyer (mot 
importé. Allez chez le boulanger, it 
d'ann ti-foui*n (comme si l'on disait : 
allez à la boulangerie.) 

BOULAIGERIE, s. f. Boulonjiri, f. 

BOULE, s. f. Pelote de fil de laine, 
etc.. 6lou€, m., — pellenn^ f. 11 a 
perdu la boule, koltet eo he benn 
gant'han, (au moral.) 

BOULETTES, s. f. pi. Boulette en 
pâte grossière cuite à Teau ou au lait, 
pouloudy m., plur. irrég. de poulou» 
den^ f. ; voy. Gtillot, — gmmeaa. 

BOULEVEBSEIEIIT, s. m. Freuz, pi. 
freuzou, — dispach^ pi. dlspac'hiou, 
kemmesk, — fuill, — stlabez, —piL 

BOULEVEiSEB, v. a. Bouleverser tout 
pour chercher quelaue chose, fir- 
ooucha, — furguta (kabalat) — é/w- 
pa&ha; voy. Fottrg^iwer. — Fouiller 
partout. 

BOUBBIEB, s. m. Fankigelî, f. 

BOURDOH, s. m. Insecte, guespeden 
deo, f. Il Cloche, kloc'h, m.; gros 
bourdon, kloch braz, m. 

BOUBDORHEIElfT, s. m. Tintement 
dans l'oreille, boudinell, f. 

BOUIDORNEB, v. n. Faire du bruit, 
à la manière de auelqueo insectes, 
fromal, v. v. ; voy. Siffler, 

B0UB6ADE, s. f. Bourc'hadennt f. ; 
bourkikf m.; diminutif de bourk^ m., 
(bourc'h, f., bourg. 

B0UB6E0M, s. m. BouUlas, m., pi. 
ou, (parlant de plantes). 

BOUB^OMHEB, v. n. Terme d'agii- 
culture, bouillaza, v. n. 

BOUBBADE, s. f. Coup de pointe, 
peuk, m., — hleiikmiy m., — taol 
pextk, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



BOO 



fis 



BOY 



BiHJIIELSB^ s. m. BoufeUét*, m. 

BOURREfi, V. a. Bourrer une pipe, 
karga eur c'kom but un, — lakaat 
eur c'homad butun. Trop bourrer, 
karga re ^art. On dit tusû : bcmi*- 
ra, V. a. 

BOURESH quelqu'un; voy. PreMer 
Tivemeit, ^ maltraiter, — douer iaa 
baorraées à q. q., Flemma (dotua — 
peuka — flipata) u. 6., — rei eur 
freillad da u. b. (Expression figurée 
el familière ) ; voy. PoilUller , — 
croiser. 

BOURRIQUE, s. f. Tourner en bour- 
riaue, (v. n.) par suite de la diffi- 
culté qu'offre certain travail , beza 
loaniet ; [beza laoniet, par corrup- 
tion du langage.) 

BOURRU, adj. Kintuz; voy. Brasfso. 

BOURSE, s. f. La bourse des deux 
testicules, h\)<fhenn ann daou geU, 
Coupe-bourse, (voleur), paotr ann 
Irouc'h'ialc'h, (garçon ooupe-bourse, 

— brigand, — Coupe-jarret.) 

BOUSMLE, s. f. Kompez^or, m. 

BOUT, s, m. Extrémité, — pointe, 
kap^ ou kab, m. Ce mot se trouve 
encore dans les noms composés (anc.) 
BeuzeC'Kap (Beuzeh-Kap'Sizun), pa- 
roisse près dé Pont- Croix, mass Irun 
bout à Vautre, (parlant d'un homme), 
penn, kil ha troad, adv. . Un bon 
bout de chemin, eur oall ribinad 
baie, — eur oall ftipad hent^ — eur 
penncid baie Mrr, Aller jusau'au 
bout, mont bete penn he neuaenn, 

— kas ann ero da benn. Conduire 

3. q. par le bout du nea, &ot u. b, 
ivar-bouez he fri. Pousser quelqu'un 
à bout, lakaat drouk da vont enn 
u. b., — re gas w. 6., — fâcha u. b. 
Il était à bout de finesse (il ne savait 
plus que devenir), ne ouie petra da 
ober gant he finesa. — ne ouie e pe 
du trei gant he fineaa, . . Un bout 
d'ouvrage, eur ribinad labour. Mettre 



do nouveaux bouts à des bas, (rafné- 
ter des bas), pennada lereier. nm ■ 
Goûter du bout des lèvres, tm»4à«^ 
va, — mcuz'tanva, v. a. et o. Au 
bout d'une corde, var^bouet eur aor* 
denn. Au bout d'un aa, j'y arrivai, 
a^henn eur bloaz geude (marquant 
le passé) e tigoueziz eno. -— J'y arri- 
verai dans un an (marquant le lutur), 
a-benn eur bloaz ama ec^h erruin 
eno, A bout de force (épuisé), dtiter- 
zet-neat y — n'en deuz mui tamm 
nertf -^ fecz-^maro^ — eat $empl. 
Gros bout d'une épingle, kro$ êpiilen, 
plur. krosou spillou, 

BOUTABE, 8. f. Avoir des boutades, 
pennadi, v. n. 

BOOTIQUB, s, f. Dresser boutiquo, 
(étaler les marchandises eu vente), 
stalia, V. a. et n. Rentrer les mar- 
chandises ainsi étalées, distalia, v. n. 
et a. 

BOUTOIR, s. m. Coup de boidoir; 
voy. Bourrade. Au moral, on dit : 
freillad^ -- flipad, — flemmad, m. 

BOUTOM, s. m. Bourgeon (narlant 
d'arbres), bouUlas, m. En parlant de 
fleurs on dit : bouroun^ — » roumt, 
adj. et subst. ; ces mots signifient : 
bien-nourris. === Serrer le bouton 
à q. a. ; voy. 4ccnl«r, starda ar vin- 
sou aa u, 6., — kas u. b. beieg ar 
pennpella, — rei beac*h da u, b, ; 
voy. Rembarrer. 

BOUTRXOR, s. m. Jeune bœuf, 
krenn-ejenn, m. ; mot à mot : court-» 
bœuf; — blogom, m., se dit aussi. 

BOVDK (Espèce), Loened kom, p), m . 

BOTAD, s. m. Go auo contient cha- 
que animal, (paire de boyaux), kou- 
r^iUùu, pi. m. -^ torr bmâeUm^ 
m. s. Retirer les boyaux à uae poulo 
distlipa eur iar da zibri. Pariant de 
poissons, on dira : difreta pesk^t, — 
difàêta vesket. Boyaux do poissons 
fQ9tpe»het. 



Digitized by VjOOQ IC 



BRA 



ni 



BRI 



NAUUn, t. m. Chttoger ^ glm^ 
houser ; voy. Btvari, — kàUMr , — 
UarMnr, - kMllahl. 

MAULU, t. n. Voy. BMer, — W- 
Hlkr, — hfa««er, «^ Hnrtm.gla- 
bùuêot^ y. n., — jnMri ke c'hinou, «<*• 
ehaogat ke 9tec^henn (Fam.) Gomme 
tu braillen 1 hag a bil (hmg a &hkL' 
hùuz) a zo fmr da û'hinou ! 

IKAIU. 8. T. Glaouiadenn^ «• fo- 
ted^nn, t. ; voy. Cfcarto09 allwii. 

nilGâiB, f . m. Prolongement du 
braneard d'une charrette, ^or», f., pi. 
ou, 

HmCiMBy 8. m. BUnchou, f)!. m., 
t^ di$kûurf%ichau. — {kori^^ — 
karàil (T.), collectif, m. pU Arbre au- 

3uel on a coup^ les braucbee, guezen 



ly adj. Barrekf — brankek, 
-^ 9k0Hrreh, 



Mm»mm^^J de discorde, s. m. Diaoul 
or ga^mî (T); Tpy, letabi, «-» fmMt 

WUKUm, aiU. IH$tfmfUell, ^ dît- 



NUUILBB. ▼• a. Bralla^ v« a. et n., 
-^{(irttto hoU «, — (hnja, ▼. a.; Tôy. 



8* B. Porter à bras, dougtn 
tmrAmwn amn divree'k. A bras le 
carps {fmt le'Bulteu du eoqia), •<- à 
lu eeintiire, Jb^if^ vandenn» Pi^dre 
a^Ke les dma nràe, pour emporter, 
kregi a^trthwiad e... Saisir q. q. 
par le bras, kregi e kmzel êumn deu. 
Conduire quelqu'un sous le bras (sous 
l^aissellek ktvâlia u,h,, -^ rnénl kor 
zittmi^krkMêl ga$U «. h. (aller bras* 
(tearas-deaflOMs») ■. mm Bras de mer, 
gea^mn^vûT, t. Bras de charrette 
(Iî«iob}, U$eiêr (furonon^ez : kie^ur) ; 
voy, nv. 

MAVI, ad|). DmorfiL Vous veulex 
rire, mon brave 1 goap a rit^ va ^êoz ! 



4- ^o-Uc/r iuMU. - Vvl 



'.adv.VoyJ 
ioe'A Aa disatnoMl (a^dr^viUl/, -^ 
4îvar/U. 

BBAVn, V. a. Difioui, «• <iî/loO 
voy. Preremr. **- IKoheka, mettre 
au défi. Affronter, afrounti, v. a. 

BIAÎtOlB, s. f. Kowmefiy m.; voy. 
Cforate. 

niCIB, s. f. Trou fait à une elô* 
ture, ribouly m. Brèche très étroite 
ftiite dans une haie; voy. Fassafe, 
ridtn, m., pi. ou. 

BIÉCBT, s. m. Btemum. Lêck , 
m. (G.) 

BBEDODILUi, v. n. Toy. Bégaytr. 

BBEF, adv. EvU lavaret (trouc^ka) 
herr. 



\o 



^^^c 



I, s. m. Jeu de cartes, flu, m,\ 
brelan découvert, flu dizolo, — tri^ 
kofiy m. 

BUTBLU, 8. f. Bretellen, f., plur. 4> 
bretellou. 

HtTM, ad. Brezounêk, Je risquai 
un mot breton, me riskaz digas eur 
gtr hteumneh. 

UM, s. f. Partie de la bride qui 
saisK la tête du eheval, pênfeêtr, m , 
— penvestr. Serrer la bride à q. q. 
(au figuré! , derc'heUherr gant fvar) 
u. h. ; voy. Tenir 4e ceurt. Serrer la 
bride à un cheval, dere'As^-berr var 
htnn 9ul Umn. -* (dere'hel ar ran^ 
jenn gant mil loan (G,) Lâcher la 
bride à q. q,, rei tons da u, h. 

BBIMM, s. m. Penn-vrid, m., — 
amhrid, f. 

BEICAID, s. m. Goupe-jarret. Dis- 
kolper^ m,, — paotr-ann'trouc'h- 
iak^k, m. 

BiriVBfÉ, 8 t. Brièveté de la vie, 
b0fr amter ar met. 



DigitizJif H"^^ ^^iJ 



BRI 



«50 



BRO 



BMLUIT, adj. et subst. Et mon 
Français, vons le savez, n'est pas des 
plus brillants, ha va çaHek-me, a 
ouzoc'hj ne ket fou. Qui a perdu son 
brillaAt^ teval, a(y. (Untr, parlant de 
plaU en métal); voy. Tenie, — tcml. 

BBILLER, V. n. Parlant de feu, de 
chandelle, flamma, — strilla, y, n. ; 
voy. Pétiller. Les étoiles brillent, ce 
soir, ar stered a zo elumet hirio. On 
met hirio (aujourd'hui) , parce que 
les étoiles ne brillent que la nuit; 
voy* Étifl^er, — èdater. Faire bril- 
ler aux yeux de tous les vérités sain- 
tes, lakaat ar guirionezou santel da 
bara skUar ha splann dirak dodU" 
lagad speredpep den. 

BlHBflElORSyS. m. pL Turubaillou, 
— traou netra, f. — foutouillenfiy f.; 
voy. Pnérilités, — lAitUitëi. 

BRU, s. m. Brins de bois, picholou, 
m. pi. 

BRISE, s. f. Mouch avel, m. 

BRISÉ, adj. Tout à fait brisé, tarret' 
grons (C.) Le cœur brisé de douleur, 
gant guir enkrei enn he galoun, m, 
(ablatif absolu } 

BRISÉES, s. f. pi. Aller sur les bri- 
sées de quelqu'un, tenna ann dour 
divar brad eunn ail, — tou^ ar 
maout da u, b,f — lakaat kolo enn 
he voîUou da ti. b.; voy. Cevper l'herbe 
Mot les pieds. 

BRISER, V. a. Frigasa (fracasser), 
(drasla, — browta T.), — brevi (bro- 
yer), totinlat, — br€;ja, ou breza, = 
Se briser, v. pron.; terri, v, n.; voy. 
Rompre. 

RRISQUB, s. f. Jeu de cartes, 6m- 
ken^ f., pi. m. briskou. 

RRISURE, s. f. Une brisure est plus 
grave qu'une simple rupture, disait 
une remetteuse de membres démis, 
eur brev (breo) a zo goasoc'h eged 



eunn torr, eme eur got»rdehèrez feihe 
eur VaH' frôlerez). 

BROCAHTEUR, s. m. Troker, pi. ien, 

RROCIE à dévider, dantier, m., 
partie d'un rouet. 

BRODER, v. a. Broder des menson- 
ces, liva gevier; voy. Iive&lcr, — 
uBiginer. 

BROMCHER, v. n. Parlant de cheval, 
de mulet. Il bronche souvent, asoup 
a zo enn-han. s=^ Au moral : fiizia^ 
V. n. ; voy. Se tremper, — parfoit. 

BRORZE, s. m. Métal kloc*h. 

BROSSE, s. f. Bros, m. Brosse à 
souliers, bi^s bouteier, — ban* 6ou- 
tou,m. Brosse à manche pour balayer 
ou cirer plancher, barr skuber^ m., 
— koter, m. (C.) 

RROSSER, V. a. (Épousseter), diboul- 
tra, — dibouUrenna, v. a. 

BROOELARD, s. m. Stt^ouillenn, f. 
Qui amène brouillard, strouUlennuz, 
adj. Brouillard venant dé la mer, 
mor^lusenn. Brouillard du soir, gliz^ 
noz — glizien-noz, f. 

BROUILLE, s. f. Brouilleiz (mot 
reçu), — kemmesk, m., — goall- 
vuez^ f, parlant de ménages. ■ 
Vivacité, buhanegez, f. Il n'y a nul 
ménage où il n'y ait parfois de la 
brouille, n'euz tiegez na ve enn^han 
buhanegez. (Prov.) i . ■ Fâcherie, 
fackiri, f. ; qui l'occasionne, brouil^ 
luZy — droutansuz, adj. ; qui l'occa- 
sionne moins, divrouilîoc'h, adj. 



BROUILLER, v. a. Bromlla, (mot 
usité), *- druilla, — roestL ou roes- 
tlL (On prononce : restli). Parlant 
de fil, de cheveux, on dit : fuiUa, 
V. a. et n. Brouiller les cartes (au 

ieu), meska ar c'hartou. == V. pron. 
^e temps se brouille, brouilleiz a zo 
enn amzer; voy. Se troubler, ko- 
c'henna, v. n. 



Digitized by CjOOQIC 



BRtJ 



451 



BRU 



BROUSSAUXE. s. f. Bodenn doufek, 
—, bojenn doufek (mot à mot : buis- 
son touffu.) 

BROTffi, V. a. Breva, v. a., — Wevi', 
voy. Briser. 

BKOTOH, s. m. Broiera, f., — brae, 
f., pi. ou. 

BRUIT, 8. m Bruit sourd, en géné- 
ral, soroc'h, m., d'où vient le verbe 
S!oyoc*hat, faire do bruit* Stolok, ou 
slorlok, m., parlant du bruit de la 
mer qui se brise, ou d'une botte qui 
contient un objet qu'on agite. Faire 
ce bruit, stoloka, ou storlokat, v. n. 
Bruit sourd de la mer, gront, — 
g^ymd, m. ou mor-drouz, m. ; faire 
ce bruit, grontal, ou grondai, v, n. 
— hroz, parlant en général. Grand 
bruit, gour^drouz, m. Grand bruit 
de la mer, hroz, m. ; faire ce grand 
bruit, krozal, v. n. Bruit éclatant, 
stfûk, m. Bruit écîataht que faît le 
canon, ou la mer, sur les roches, 
trege^ti ar mor, m. ; faire ce bruit, 
iregérni,'v. n. Bruit de personnes 
qui ne sont pas d'accord (ou qiri dis- 
cutent), traôas ; faire ce bruii, tra- 
bamt, v. n. Faire du bruit (des em- 
barras) , sklankal, v. n. Faire du 
bruit, comme Técho, le vent, ou la 
mer, trouza, ou trouzaL v. n. Bruit 
sourd et confus ; voy. Inrmare. Un 
bruit agaçant, eunn toumi, m. ; voy. 
Importai!. Un bruit de paroles, eunn 
tammik traui great gant ann teod 
ha gant ar muzellou. Affaire qui a 
fait beaucoup de bruit, tro hag a zo 
bet halz a drouz divar he fcnn. Sans 
bruit, adv., goustadik, ^— sioul-si- 
bourouny adv. Bruit confus de pa- 
roles, dasrevelly m. (Le Gonidec,) Le 
bruit court, brud ' zo. C'est le bruit 
constant, brud ' zo $tart, îl n'est bruit 
que de cela, dans le monde, n'euz 
ken kaoz gant ann dud. Sur le com- 
pte duquel il court des bruits, a zo 
dindan teodou ann dud^ — en deux 
brud faU, — a zoo brud faU é^ar 
he bênn. Là où l'on fait le plus de 
bruit, il est facile au voleur ae faire 



son coup, él leac'h ma vez muta trouz^ 
eaeaaa d'al laer ober he droiou{ober 
he toum.J Ceux qui ne sont bons à 
rien, sont ceux qui font le plus de 
bruit, falla hibil a vez er c'narr^ a 
ouigour da genta, (Prov.) ; ar falla 
braeou euz ar uro, a vez ar muta 
tt*ouz gant'-ho ; — ar brasa g^ape" 
zennou, a vez franka he ginow, — 
dalcli-mad <«• re zota a c*hlabous ar 
muid, euz ann dra-ma, euz ann 
dra-hont, hep gouzout petra a lève- 
ront^ -r ar rod falla, a ouigour muia. 
(Prov.); bruit et désordre dans une 
maison, strak, — strap, {strep^ V.), 
^strapa, v. n. faire ce bruil, cfu latin 
strepUus, bruit éclatant; voy. CliqneUl. 

A 

BRULANT, adj. Caustique, leskidik, 
— devuz, parlant du feu; tomm-skaot, 

Ï variant du soleil ; tomm-bero, par- 
ant de l'eau ; suill, parlant du vent. 

BRÛLÉ, adj. Cerveau brûlé, penn 
bervek, (T.) Penn tan, s. m.: voy. 
Exalté. 

A 

BRULER, V. a. Brûler à la surface, 
un rôti, ou, à la base, une bouillie, 

Êar un feu trop vif, «utWa, v. a.etn. 
rûler des herbes dans les champs 
pour les convertir en cendres, kalza^ 
V. n., — ober kalzou ; voy. Hottes. 

raun, s. f. Brumenn, — morenn- 
glao, 

BRUIEUX, adj. Temps brumeux, 
chose favorable pour semer du fro- 
ment, amzer vrumenn, amzer vad 
da c'hounit guiniT. Le temps était 
brumeux comme la mer, moret oa 
ùnn amzer; — eur vorenn a ioa enn 
amzer. 

BRUN, adj. Couleur entre le rouge 
et te noir, brun. (En Bretagne, mot 
usité.) 

BRUSB, s. m. Arbrisseau : voy. 
Peut houx. ^ 

BRUSQUE, ady. Kintuz^ ^ kuladuz^ 



Digitized by VjOOQ IC 



45t 



MJV 



-*• ginet, — ega$, — grigfwuz^ — 
dt^atefÂs, -^ dtbomn^* Yoy. Bmrv, 
•^ iiipatitil ; prim, -^ prount. 
Prompt à 86 déader, **— rond en af- 
faires, hrmk, — hlokut; voy. Bnt- 

BMISOUIIBMT, adv. A-daol, — d* 
/rop, — tear, — dUkempenn^ — 
dichek, — kru^oZ, — û-iout, — prîm, 
*-' prownt; Toy. Snlitemeot, dt^toA; 
(diafa^-^Miéry ce mot ajoute un peu 
de force à distak) ; krenn, — grons, 

— a^drouc^Mranchf — en» eunn 
tad/ krakt — cnn eunn tooZ krenn ; 
toy. flolemiieit. 

BRUSOUERS, s. f. Sans brusquerie, 
goustadik^ — kempenn, adv. 

BRUTAL, adj. Brutal (mot usité) ; 
Toy. Brate, — bûche, — itopide, — 
bèlitre, — grosiior, — mal&eBnète, 
•— tepi^li, — indYlL gouez, — dizoa- 
re, — amzeread. Un homme brutal 
et |[rossier, eur mastin, — eur mas- 
tokin^ — eur saltin. Des paroles bru- 
tales (obscènes), kwnzou sot, — kom- 
zou amzeread. Paroles déshonnêtes, 
ou actions impudiques, viUansou, -^ 
lou$doni4>Uy -^ sotoniou (krizerez, 
sing. pi. f. 

BRUTALEURT, adv. Voy. Bnsqne- 
Mnt. BrtOal, — a-iatU^ — diehek... 

BRUTALISER, v. a. Goallskei gant, . . 

BRUYÈRE, s. f. Bruyère royale (gran- 
de esnèce), bruyère mâle, gour^yru-- 
gen, i., pi. m. gour-^ruk, 

h _ _ 
BUCRER, s. m. Lieu de dépôt pour 
le bois de chauffage, dans les maisons, 
toull ar geuneudek, m. 

A 

BUdRROB, s. m. Bûcher, — > bûcher 
koat (mot usité en Gomouailles.) 

BUBCn, s. m. Bougette (ancien 
français), ou petite bourse, hu^edy m., 

— budget des pauvres, liardou ar 
fomêr. 



BUto, 8. t Katinadêh, t Tout èb- 
jet de la buée, hannadenn ; voy. Lei- 
ii?e. 

BIffFET, s. m. Veeelier, f. On dit 
aussi : bufed, m. 

BUIS, s. m. Lieu planté de buis, 
beuzid, f., ^beuzennek, f., — beuzek. 

BUIS8M, s. m. Bod, m.-, ^ hode$m, 
f., — buisson de ronces, hwiefm zrez. 

BUBRAU, s. m. Bureo, m., pi. bu- 
reaiau. 

BURETTE, s. f. Bured, f., -^ bure- 
denn, f. 

BUSTE, s. m. En sculpture : hanter^ 
ten, — hanter-gorf. Autrement on 
dira : korf, — korf-Waz, m. 

BUT. s. m. Intention. Àtfiz^ m., — 
9oi^, u Dans le but de faire. • . , evid 
ober, — enn aviz ober. Aller jusqu'au 
but, mont da benn oant. . • Il atteins 
dra son but, erruotu a rai (a raio) e 
penn gant, . . ; voy. Anifor à iCt Rat. 
Dans quel but ? pe evit tra ? n.^.i ■ 
Point où Ton vise (point de mire), 
biz, (., — but, — bun, — bunt, m, 
:r I., ■ Aplik^ alf, ^-* pal, signifient 
l'endroit d'où Ton vise, ou la marque 
sur le sol, d'où Ton jette la boide, au 
jeu de quilles, et les pièces, au jeu 
de galoches, ou encore, le. bot ou â 
faut arriver le premier, pour gagner 
à la course. =ss But à but (terme 
de joueur), hep distro, ^ m Le 
principal but, ar pez a vizer dreiêt 
tout, — ar pez a gUtêker dreift AoU, 
-* ar penn bizet. 

BOTIR, s. m. Voy. StipUe. 

BUTTE, s. f. Élévation de terrain, 
tosenn, f. 

BOVRUR, ê. m. QHtkd buveur, Hufh 
fuin (fam.), -*• goaU-mgn&un d^ar 



Digitized by VjOOQ IC 



CAG 



«53 



GAI 



Gà ! — n Gà I Interjection. Ar9a t 
— oêa! Çà et 1&. Jeté çà et là (bal- 
lotté), tqol^distaol, sorte d'a4jectif 
(pariant d'un navire.) 

UIAU ^. f . Kahal, — mesk, — ka- 
halad, m.; troidellou; voy. Intrigues, 
' %yWiMt^manigan9(m,riboulou. 



GABAIE, s. f. Kahanenn^ — lochenn, 
— U4enMy f. 
k 
GABLB, s. m. Kahly m. 

CABOSSÉ, a4j. Kalxmet^ — fcoot^et, 
adj. et partie. 

CâBKDS, s. f. pi. Pennavriackùu- 
kezek. 

GAniOLES, s. f. pi. Choari lamm- 
ekouk-he-benn (jeu d'enfants.) 

GACii, a4i. Lieu caché, diguely adj. 
et 8. m., — (diy privatif, et guel, vue), 
peu uâté. 

GACm, y. a. Cacher les torts de 
q. q., goieivar unan bennak, -^rei 
golo da u. 6. Se cacher à quelqu'un. 
en em guzet o(fh unan bennak. Il 
s'était caché, dindan guz edo. Cacher 
(en général), koacha (T.), — klenka 
(T.) Il a caché sa def pour que ses 
parents né l'aient pas, (mot a mot : 
il a caché sa clef contre les siens), 
klenket en deuz he alc'hotiez oc'h he 
diMÎ. Cacher son argent, pour thésau- 
riser, kusiada, v. n. Ged s'applique 
à d*autres objets qu'on veut ménager. 
Cacher areent ou objets de ménage, 
à iHnsu de son mari, bogoda, v. n. 
Femme qui cache ainsi, bogoderez. 
Cadber en couvrant, choucha, ou sou- 
eha, y. a. Cacher ses péchés à con- 
fesse, nac'h he bec'fieg'ou oc'h he go» 
vesour. 

GA€IÉ, acU. Tout objet caché, ^u- 
$iadenny f. Homme caché (dissimulé), 
den goloet, — den klozennek. 



CAGIET, s. m. Kached, m.; — 
eined, m. 

GAGHEm (Se), adv. A-guz [e-koach 
T.) Cachette pour se réfugier, /tu», 
m. Sortir de sa cachette, dizoucha, 
— dibourka, v. n. On dit aussi : toulC- 
kuzy ou diguel, m., cachette ; voy. 
Caché, a4j. 

CADEAU, s. m. Prezant, plur. pre- 
zanchou (mot importé.) 



CADEHAS, s. m. Toazell, f., 
taill distc^j m. 



po- 



CADIAM, s. m. Kadran^ m. Jouer 
au cadran, &hoari mil^ka-kaz, ■■ 
Cadran solaire, horolach-heol^ f. (T.) 

CADRER, V. n. Cela ne cadre pas 
avec son costume, ann dra-ze a zo 
amzere dioc*h he zillad ail, — ann 
dra-ze n'en em gav ket par gant he 
zillad ail. 

CADUC, adj. Homme caduc, den i- 
sill (den kabac'h C), — koz-fripùn^ 
m., — grac^h koz, f. 

CAFETIERS, s. f. Kafierenn^ L^pod 
tan, m. 

CA60T, s. m. Faire le cagot, ober 
he vitauik. 

CAHOT, — CABOTAGE, s. m. Skoa- 
sell, f., — strons, — distrons^ m. 

CAHOTEUX, adj. Stronsuz, — skoa- 
aelluz. 

CAULEBOTTE, s. f. Leaz keujen (T.), 

Eetit lait qu'on boit avec les caille- 
ottes. 

CAILLOT, s. m. Se former en caillot, 

pouloudenna, v. n., kaoueledi, v. n. 

Un caillot, eur gaouleden, pi. kaou-- 

led; — pouloudenn, plur. pouloud* 

20 



Digitized by VjOOQ IC 



CAL 



184 



CAL 



CAILLOU, s. m. Gros caillou de la 
nature du silex, mean kaillastr, m, 

€AlSm, t. f. Kased, m. Caisse d*é- 
pai*gne, ialc'h espem, f., podespem, 
m., hionenn, f., hoestl ezpem, f., — 
tenior, m. 

CAJOLEE, V. i. Cajoler en sinsi-» 
nuant, lub!ani oc'hu, b., *^ tostennat 
oc'h u. 6., T^ (li4our(U u. b., en mau** 
vaise part), — ober fiourU^ da u. b. 
=== Cajoler les filles pour les sé- 
duire, lihaoui oe'h ar tner<fhed. Ca- 
joler les puisants, ober fiHoulik d'ar 
re vraz ; voy. Enjôler. 

CAJOLEUR, adj. et aubç* Ki gaol, 
(Fam.), — truflenner, m., — ginou 
lidour (en mauvaiie part), fislouler, 
ou fistoul, m., «^ fiitpuleret^ f., -^ 
tosiennery m., -^ tostennerw, f. Faire 
le cajoleur, fistoulat he lost, ou fis- 
toulatg Y, n. 

GALAIITi, 8. f. Goul^nad, t; voy. 
fient, ^ mlhevr. 

CALCUL, s. m. Le calcul, ar c'houtp- 
ta- Avec calcul, a-vetepmê, adv. (C.) 

ide n^guvais dessein prémédité); voy. 
i dessein, — exprès. 

CALCUIO, V. B. I^ounUh ▼* >• e| n. 
Calculer ce que coûte un sillon (A 
semer), aeUet oc'h eimn ero éd. = 
Au moral on dit : g^€l^y — mwaçt; 
voy. Ftrtée d'esprit. 

CALE, s. f. Cfle peur enrayer roues, 
ihor^ ni., -« êkoll^ m,f (avec 11 mouil- 
lé.) ==: Cale (pièce <^u'on met sous 
un objet pour U tenir d'aplom))), 
hlod, m. 



— kalina, v. n. i Caler la voile 
(amener), ameni, v. n. 

CALUBI, V. D. Voy. Mer. Faire 9on 
ealin, ober he vitouik. 

CALME, s. m. Vous y trouverez le 
calme, eno e kavot ar iioul, — eno 
e vezo sioul d^e-hoc'h ; voy. SUevcOi 

— cal^ie, -* trastfoUle, a4j., — ser. 
Mer très unie, (très calme), mot 
plean-dis. 

CALIER, V. a. Voy. Apaiser, -^ n- 
doacir, — retenir ; kalmi, — ameni, 
Didana, {diêêana, vaut mieux.) Ces 
deux verbes s^emploient au moral, 
ainsi que leurs équivalents, hmbms' 
kaat, — afli, v. n. Faire effort sur 
soi pour se calmer, en em ameni, — 
kloêk Uinihe xtojiê-k, m.; vay. Éwsilir, 

— se retenir. 11 s'est calmé, torret eê 
var-n-han, — amenet eo d'ezhan. 
Calmes-vousî KmknUf~^tïaba$kait! 
Calmer la oolère divine, àiarbenn 
justis Doue, Calmer un mal quelcon- 

2ue, distand, v. a. et n. Galaier tir- 
eur de Is fièvre, di^tana amn der* 
sienn^ — diflamma ann dermenn, 
CJalmer la dguleur, terri nerz ar boçin. 
Sa douleur s'est calmée, frtmheat eo 
var-n-han, La iper se canne, retf^rot 
d r(» ar mor. Le temps, le vent, s'est 
calmé, hlouareat ^o ann amxer^ — 
siouledt eo ann amzer; — torret eo 
var ann amzer. Le vent s'est calmé, 

— la sfier s'est calmée, siouleai eo 
ann atel, — eiouleat ei ar mor. 



CAUCOm s. 
Irmielf, f. 



m* Kako^Mf ip,, 



CALEE, V. a. Claler roues (enrayer 
roaesf, $luma ou êkoraj t~^ êkMiay 
•u êkiUm ^vee I momllé.) ■=«■ Gai«r 
<eaUier, ç.rA'*d. : céder par pewr), 
n'est pas àvs^, mik brêtpni Ma, 



i, V. n. Diimenn brud vad 
ann nesat ^^ (Iwa flqbezajf dre c'ho^ 
vier, 

CALOTTE, s. f. Calotte du eîel, 
toenn an poz, — toenn t^nn deiz^ -r- 
hampr ar ster^d^ f. rr-i — m Calotte 
(terme d'anatooie)) krogenn gar, f« 

CALYimSIE, s. m. Hugunodaok, 
pi. m. 

CALinRI, s. m. Uugunôdf n., 
pi. éd. 



Digitized by VjOOQ IC 






I» 



CAT 



S. a. Au toortif 3 Ml 

GAmOLt, s. f. KûmitélenH, -- /î^ 
i9tefm ^kloan (r^kmienn, t); Yoy. 

GAIPAOUID, 8. m. Voy. Pajtaa. 

CAVftOB, s. f. Venant de la cftfli- 
ragne, d font dU>ar ar méat. ■■ ■■ " 
ElpédîtîOil ffiiliUi^, otl gaetre, bre- 
tel, m. 



da n. Kùnft, m* 



CUAELI, s. f. Kaillenn, m. (a), 
•** tlff'^HA (0.) 

GAIAL, s. m. Canal naturel formé, 
on envahi pêr la mer, goatetm ter ; 
— goazennau-mory pi. f., — naoz^ 
tj ]âk wu; •» met^ h, pU «ou (Ut de 
rivârei ou de cours d*eau.) 

CAIAID, s. m. Canard mâle, garz, 
m», (ptim irrég« ffi^^ij; voy. maAle. 

6AKAI, 1.014 6?f*«e'A0i*ef, f. ; voy^ 
flMiiéi ne. Etre le sujet dé eancans 
à rendrait de sa femme, be%a chaôg 
dwar-benn he c^hreg, 

GAKAIB, ▼» n. Jh^iU^ traou (Fàm.) 

UI§AI]|||,6. f. Klufenn, f., femme 
qui Tole^ sevs prétexte dé enmmé-' 
rages» 

CAMRil) I. M. H^uitd &iAa% pi. 



CinSLLS, s. f. Cannelle de tnonliti, 
strakell, f. 

Wamn, k U BUle d'enfam, Ao- 
teiS f.> pL irrég. ftel(m. Jouer i la 
cannelle^ tfhôwi ûnm dem^ -^ <^homri 

CàMfàMi 8. m. TimaiUy tû.^ (adj. 
^sabe. V.); voy. Tette rei^Mliage, 
lien touam^ 



GAmAU) voy< AaOrUmkiti) « 

zebr ann dud ail, 

CAIM9 s. m. Qanon de la mêsse^ 
pedennou armog ha aoude ar ger*- 
reou, ! Terme d artillerie, pez 

kanolf m«i pi. pêeiou kaMl, 

CAITIRIÉU^ t. f. hatUinieretf f.^ 
mot importé, 

CAITIQUE, s. m. kantik, m., -^ 
guerz, f. 

CAITOI, 8. m. kantoun^ m., pi. tau. 

CAirOnin^ s. m* kantoufiier 
pU m. ien, 

GAP, s. m. De pied en cap, pen 
hil4ia4r0ad, adt. itisti Prdmon(on*e, 
kaby m. 

GAPAMJB, adj, A même de. . . , bar- 
rek da (T.) f ^l i Habile, savant, 



gamixiMh, -^ ahU, adj. 



Fort, 



^tien. C'est un individu eapable (fort,) 
eur paotr guen a zo eno. Je suis ca- 
pable de hàtt eela, mé a zo den 
aoualc'h eifid ober tmn dra-te, {Den, 
est adjectif^ dans ees cas») Je ne suis 
plus capable de rien , n'omm mui 
mad da netra. Celle-ci est eapable, 
houma a zo den. Ceux-là sont des 
gens capables, ar re-^e a xo ttêd den. 
Celle-ci est plus capable que sa sœur, 
houma a zo denoc'h egea he c'hoar. 
Non capable, denik, adj. et subs. ; — 
n'euz ket a vutun gant^han; — n'eut 
ket out-han (Fam.) Je sais ce dont il 
est capable (en mauvaise part), me a 
oar he riboulou. Très capable, den 
ha den hanter, daou enn eunn efér, 
tri ma ve rea^ pevar ne lavarann 
ket (Prov.>; voy. StMceptflUe de. . . 

; GAFBiLAdUB, s. f« Plante, radenen 
tero, f. s., -*- raden terOy pi. m. ; 
voy. PoljfMtv 

CAPITAL, adj. Bh religion, kapital^ 
adj. ; voy. Prtedpal, -« essentiel, ^ 
tewirUnt* Voilà le point capital de 
Faffaire, eno ema ann dale'h. 



Digitized by VjOOQ IC 



CAR 



15« 



CAS 



CAPITEUX* «4). Yoy. FuMiz. 

CAPRICES, 8. m. pi. Imaginations, 
^uUennaUj — fàUàziou, Avoir des 
caprices, pennadi, y. n. 

CAPBICIEUX, adj. Yoy. FasIaffM, — 
— Idnrre, — oristal, — diboell^ — 
kintut^ — ginet, — ego». 

CAPTIF, s. m. Prisounier; voy. 
EsdaTe. 

CAPTIYITÉ, s. f. kaptivite, f., — 
shlavach, m. 

CA9UET, s. m. Rabattre da caquet, 
plega he douchenn, m., — he zou^ 
chenny f. (Fam.) ; voy. Plier kagtges. 

CAQUETAi», s. m. kaket, — trahell, 
m. ; voy. Babil, — btTar^Ufe. 

CAQUETER, ▼. n. Babiller^ ^ bavar- 
der, kakeUU, — trabellat ; — (gra' 
gaUlaty v. n., comme font les poules, 
et les femmes piailleuses.) 

CAR, conj. Car, ce n'est point ma 
sœur, rak, evit va c'hoar ne d-eo ket. 
Car, j*ai beaucoup péché, rakpec'het- 
braz am eut, — rak, eur pec'ker 
braz ounn. 



I, s. f. karahinenfiy f. 



, s. m. KarabinieTy m., 
pi. ien, 

CARACTÈRE, s. m. Natur, — spered-y 
voy. Ivaenr, — natwd, — etpèce* 

r=a Fermeté, courage, fixité, dalc% 

— nerz-kaloun, m. Sans caractère, 
digcUouny — n'en deux kêt a zalc'h. 
Qui a un bon caractère (caractère 
facile), habaêk, adj., — dem ehentU, 

— den spered eaz, — den eaz beva 
gant-han. Qui a un mauvais carac- 
tère, ginet, — kintuz, adj. Ils sont de 
caractère opposé, dishenvel-braz int 
ho daou ; voy. IictBUMie. C'est un 
heureux caractère, eunn den spered 
eaz eo. Caractère aigri, dettet da veza 



egas. Caractère bisarre (ohaogêaiit), 
den edroy — detiet da vezm guevêt. 
En termes de religion on dit : karak- 
ter'y m., — tnerk êpxrittiel. . Ar 
pez a zo mad da anaout (termes gé- 
nériques) ; saisir le caractère essen- 
tiel de..., gouzoutervadpetraeoar,.. 

CARACTÉRISE, a4j. Voy. Aeceatié. 
Bien caractérisé, nuir dreux unan, — 
mar d-euz er bed, — mar d-oe den^ 

— mar d-oe nikun, — mar d-oe Aini, 

— a zo sklear hag anat aoualc'h, 

CARAFE, s. f. karafetm, f., — (ou- 
iaUl guer guenn, f . 

CARDE, s. f. Instrument de cardeur, 
inkardou, pi. m. 

CARDEUR, s. m. Inkarder; m. (CL) 

CARDIRAL, adj. Les quatre points 
cardinaux, pevar c*hom ar bed^ 
voy. Yeit. 

CARESSE, s. f. Lid, m. Faire des 
caresses à un enfant, pour l'amuser, 
ober chouraou deur bugel, — €àùura 
eur bugel. Faiseur de caresses, bou- 
che à caresses, ginou lidaur (en mau- 
vaise part.) 

CARESSER, V. a. Caresser ouelonhin. 

— caresser un chien, ober lid d'eunn 
detiy — ober lid d'eur o'Ai. r=s Ca- 
resser sa barbe, ober flourik d'he va- 
ro ; on dit aussi : flowra he varo. 

CARRX, s. m. Plante, treekod, m. 

CARIE, s. f. Carie des céréales, 
duady m. 

CARULOI, s. m. Bole, m. 

CARRATIOI, s. (. ken, m. (anc.) 
beauté, — kigenn^ f. La bonne nour- 
riture donne la belle carnation, et la 
carnation fait la beauté, arboedara 
ar c'heHy hag ar c'hen a ra ann den 
(Prov.) Il a repris sa première car- 
nation, deuet eo d'he gigenn genim, 

— detiet eo d'he vrava lioUf 



Digitized by VjOOQ IC 



CAS 



167 



CAS 



CAUif AL, s. m. Yoy. Mfetv. 

GAI0TTB8, 8. f. pi. Sornettes, ge- 
mer, — bourdou, — glabauserez, — 
homzou toulL Tirer des carottes à 
q. ^., ober bcurdùu da u, &., — rei 
kehen da Umnka, — rei kelien da 
bUmmo, — rei kanvaled da Umnka. 

CAIIÉ, s. m. et ady. Karre, m. Un 
mètre carré, eur metr karre, — et 
mieux, eur metrad karre, ■■ Un 
carré de pommes de terre, eur d'har- 
read avalou douar, 

CAllSiU, s. m. Jeu de cartes, ka- 
ravenn, f. Du carreau, karo^ m. pi. 

GAIRÉBIT, adT. Yoy. PlnBcheBMit. 

GâUIÉiB, s. f. Lice, ou lieu ser- 
vant aux luttes, aux courses, pennad- 
red, m. == Carrière d'où l'on tire 
l'argile, fouH-priy m., plur. poullau- 
pri. Gamère de sable, ioiiU-êabr, pi. 
touUaU'êabr. ■ Libre carrière ; 

▼oy. Bet« Jeu. 

GAnOSSB, s. m. kariolenn. f., — 
karr goloet^ m. ; voy. Carifie, s. f. 
(diminutif.) 

GAITB, s. f. Perdre la carte, koll 
hêbetm. 

CAITELLE, s. f. Gartelle de moulin, 
pladform, m. 

CAS, s. m. Tro, f., — taol, m. ; voy. 
CironstiBce, — - Hicukm, == Stad, 
f., situation. Le cas de Pilate, tro 
àUat, guechalL Venez en tous cas 
(venez quand même), deuU atao. En 
tous cas, n'euz fars; erruet pe erruo, 
(quoi qu'il arrive.) Je ne fais aucun 
cas de ses paroles, ne rann van evid 
ke gUveU ; voy. inilftrent. En cas de 
besoin, secourez-moi, var va ezomm, 
skoaz <ftn/ (sous-entendu : roit^ don- 
nez.) Au cas, (en cas) que je ne. • ., 
gant aoun na.,. Quand on connaît 
(te cas), on est hardi, pa ouezer, e 



vez ebad heza ardiz; voy. StTeir. Elle 
est dans le même cas que les autres, 
hùuma a e'hoarvez gant-hi evel gant 
ar re-aU. Ce dont il est cas, arpez 
a zo hano anezhan ; vov. Pas, subst. 
m. En cas de perte, il vaut mieux 
perdre la moitié que le tout, pa vez 
tro da goll, eo gueUoe'h kanter eged 
hall. (Prov.) 

CASAUSE, s. m. Nep a choum hep 
mont enn aro. Il est casanier, ehoutn 
er gear, a blij d'ezhan, 

CiSBlIB, 8. f. kazam^ f. 

CASQUETTE, s. f. Casquette avec 
peau et poil, kalabousenn, f. 

CASSÉ, a4j. Tout A fait cassé, torret- 
grons {0,)\ torret-neat. Cîassé de 
vieillesse, istll, — kabac'hy adj. 

CASSER, V. a. Rompre, brousta 
fdrasta,T.); voy. Piler. Casser menu 
des pierres, munudi mein^ — bruzu^ 
na mein, — drailla mein^ — breza 
mein; voy. Briser, brevi ou breva. 
Casser de la terre, pilât douar, — 
dibouloudenna douar. Il caste ses 
yeux par la lecture, terri he zaou- 
îagad a ra o lenn. En ne travaillant 
pas, on ne se casse pas les bras, anez 
labouratt breac'h aidorr, (Prov.) Il 
s'est cassé en deux, torret eo bet dre 
ann hanter. Casser quelqu'un (desti- 
tuer q. q.), lemel unan bennag a 
garg, — terri u, b. euz he garg. 
Casser un testament (abolir, annuler), 
nulli eunn testamant. Casser la tète 
A q. q. terri he benn oc'h u. b. 

CASSETTE, s. f. kasedik, m., — ar- 
c'hik, f. Cas... aux byoux, êkrin, m. 

CASSEROLLE, s. f. ka$talorenn, f., 
pi, ou. 

CASSEUR de pierres sur les routes, 
brezermein. 

CASSIS, s. m. Kasi, m., ^ kastU- 
lez du, pU m. 



Digitized by VjOOQ IC 



CAD 



1M 



CE 



USTOU, s» f. (Françaii luAmer), 
k0ÉHHê9én, t. phir« km$HUê§i ; voy. 
ArMetUt. 

GATiFALQVI, s. m. i^r»^kwm, 
m.^ *«- 6a9>>^MU>it> m. Le dais qui sur- 
niontt le oatâlalque, hols^kmon^ f. Le 
mot mar'^a^ffOH (ou mûrv^-skoônL 
signifie, à la lettre, le bano de la 
mort ou du défunt. 

GATÉOUa, s. m. Faire le caté- 
chisme, ober 9kol gàteMiâ. 

CATÉGOUK^ t. f. Nûtur, •• ééurt, 

— stad, — renk, — kendere^ — 
rumm; voy» Qiiiéittoii. 

CATHÉDIALE, s. f. katedral, f. 

CAUCmiIt ck IH. Cauchemar qui 
opprefW, m(m9tr^ m. 

CAUSE, s. f. Principe, — cause pre- 
mière, — cause principale, venn-^ 
grisienn, - penn'kaoz,^penn'kerU(i, 
m., *- fnammenn. f. A cause de sa 
maladie, dre ma. *t eo kkinv, *-• di*e 
ma oa klanv (parce quil est malade. 
-* parce au'il était malade) ; voy. a 
roecasioa oe.. . Je suis la cause de sa 
perte, me ' to kaot d*ezhan d'en em 
goîl, A cause de moi , àbalamour 
d'in^tne. Je suis navré de tristesse, à 
cause de cela, ranna ara va c'halùun 
oant kement-se. Être cause de..., 
oeîo kaot eut,.. A ces causes..., 
rokrêe. n n^y a pas d'effet sans cause, 
n'eut ket a voged hep tan. Défendre 
la cause de q. q., sevèl gant u. 6., -^ 
sevel enn eunn tu gant unan hennak. 
A cause de la foule dans la maison, 
ann ti o veza leun-kouch. Quelle est 
la cause que. • . ? Petra eo ma..,f 
Faire cause commune avec q. q. ; 
voy. Faire ckenis. 

CAUSER, V. a. Voy. Occasleimer. 

'■ ■ " H Causer (parler}, kaoteitl, v. n. 

Causer avec q. q., kaozeal 04*h ti. h,, 

— kaozeal gant u. h. Causer beau- 
coup ; voy. Babiller. Causer, v. n. 
Parler de choses et d'auti^, tra* 



hellat, T. Ué :m^=^ Gela cMilé^ fMea- 
sionne) des inimitiés, ann dra^ze a 
10 droulasHZ Idroulanêuz.) nkxt Keus 
en avons eauaé (parlé), kaoze « m 
bet etre-z-omp, 

GAUSBUÏ^ s. m. Causeuse, s. t tan»- 
gue causeuse (mauvaise lan^ue)^ imA^ 
dtenn, f. Qui cause volontiers, den 
kaozeuz, (Prenoneei : kaozen».) 

CAUTÈRES, 8« m* pi. lfouc/>eu,Ba.pL 

CAUnOI, s. f. Go9rêni. ta* 8e pofv 
ter caution pour q. q., kretaat evid 
u, b, 

CATAUER, s. m. Qui manie bien un 
ohevalf hBHÊalier, m«, pi. itH. 

CAVE» s. f. Le pluf . irré^ de iUto, 
— ktÊV, — kevy •-* feee» — heu^ -• 
est : fcawm (L.)^ — keviùu (T. C), — 
keuiau |V.) 

CAYEAU, s* m. Caveau de faaiille, 
marv-kao, m., — nurr '*$rae (Olveau 
des défunts.) 

CATiTi, s. f. Voy. <MiU. 

CATEU, s. m. Cayeu dés oittuons, 
torch^ — tw^ckadj m. 

CE, CET, CETTE, CES. . . Ce, ne s'ot* 
prime pas toujours, en breton. Mé- 
priser les biens de ce monde, di^n- 
jout madàu ar bed, (Id on sait, en 
effet, et clairement, de quels biens il 
s'agit. Cette année, epad ar bloaz a 
Z0 ren (dans 16 oours de TaAllée 
présente.) Cet homme-lA^ kmrnet; 
cet homme-d, ^ema. Ces hommes^ 
ar seurt tui-m. Ces vieillards-d, «r 
re'-nurott ^oi. Ces vieilarda^là , ar 
r9<eou got, (Eipreseion usitée à l'ile 
de Batz, et aux environs.) Quel hà** 
bleur que ee Miehel, pt^z distager 
eu hema, ar Mikeal*'ma ! v#y. 8|m* 
beliMM. Cet enseignement qui dore.*^ 
ar, • . kag a zo eur êhol d aendak% 
atao^*. Ces peuples, ar ooblou^z* 
hont (marquanl Téloignement.) Pen** 
dant une neurt et demie, après cte 



Digitized by VjOOQ IC 



OE 



46df 



CE 



4éfailkin66Sy epad eu$m heur hanter 
ffôude ma vé% bet iempltt evelse, 
(L'«dv«rb« evMse, ^st nécessaire id, 
paa»ee qa'on a remplaeé le substantif 
par le verbe.) C'est un iadiridu ca« 
pable (fort), eur paotr guen a zo eno. 
Ce a^t ceuird, ar re-ima int. Ce sera 
bon siffBe, sin vad e vezo kement'^e. 
Car, ee«t une ëouce satisfaction^ et 
nue jauissaBes, de voir cela, rak, eur 
Joa eo, hag eul laauennidez, g%ulei 
ann dra-ze. C'est l'heure du dîner, 

CfU lem eo, G'e^ révoltant I eunn 
s ao / «— eunn hudur 00 / -* eur 
gas^i e« / *<- hasam eo ! C'est déj4 
nna l»9)le femma (grande et forte 
femm^, eur plao'h terrubl a %o ane^ 
zhi o^rrema. Dçmaii^ c'est dimanche, 
varç'hoaz ema ar %uL C'est le che«* 
min oui conduit à la vie, hennet eo 
ann nent a oas d'ar guir vuez — 
(d'ar vuez a hado da mhennj C'est 
moi qui avais un travail pénible, me 
eo ann hini a ioa tenn va labour. 
C'est ce qu^ j'ai enteq4u, evelse am 
§uz Jitevet, Cest toi qui Tas fait, te eo 
eç'h euz greqt ann taoh C'est pour 
vous dire, evit lavaret d'e-hoc'h eo, 
C*est 1^ plus mauvais fils que je con- 
nsûsse, Kennez eo ar (fh^^a map am 
euz guelet (hrisa map am euz gueletj 
eo). C'est un homme bien taillé pour 
la mairie, çunn den eo gobariet^mad 
d9 teza mear. C'est un grand benêt, 
eot-nath fo. C'était un dimanche ma- 
lin, eur zulvez vintin oa. C'était en 
hiver, ar goanv a oa neuze. C'est au 
C3el qu'edt la réalité de la vie, enn 
pnv eo ema ar guir puez (ar vuez a 
- b€ido da vikenn!) Savoir si c*est votre 
firère, daoust hag hema *ve ho preurf 
C'est une chance qu'il n'ait pas perdu 
la vie, gras ma 'z eo ch,oumet beo. 
C'est ainsi que par une belle matinée 
d'été. . ., evel enn eur vintinvez kaer 
enn ane. C'est l'homme qi^'il me faut, 
kennez eo ann den a glaskann. C'est 
tout, n'euz ken. C'est ce qui m'a 
tonnuenlé, genJt ann dta^ze oe bet 
gmlirérpé^mt va eperei, -» gatitse 
eo bet goall'Ziez va fenn. C'était son 
unique fils, n'en doa ken map nemet- 
kan (parlant d'un pèrç.) Le Saint 
dcNU ^^t I9 fSte, ar wni a 90 he 



^houel kiriê. Ce sera pli» elair, ikle^ 
roc' h e vezo. Ce sera alors le beau 
soir, neuze eo e vezo deuet ar par- 
d€iez kaer. O'œt que le temps était 
mauvais, ann amzer a ioa firll, mt. 
Comme c'est agaçant d'enlendre, king 
hen zo inouuz klevet ! C'est la cou^ 
tume, ar &hiz ' zo ; -r^ ar Q*hiz eo. 
C'est le bruit constant, brud %o start» 
Dieu sait ce dont v^us avez besoin, 
Voue a oar a beira oc*h euz ezomm^ 
C'est assez, aoualc'h eo, £t c'étaient 
mes chevaux! ha va c'hezek^^me eo e 
oa! Ce serait à me tuer si je faisais 
eette besogne, eul laz korffeunn torr 
korf) e ve, mar rankfenn ober ann 
dra^ze. C'est une affaire arrungée, 
tonlùJ^ azeigreat ar stal! Une chose 
au'on n'a jamais vue, c'est le nid 
d'une souris dans Toreilie d'un chfit, 
eunn dra ha n'eo bet guelet bi$ko6fz, 
eo eunn neiz logod e ikouam eur 
ç'haz. (Prov.) C'est ^ voup tuer, euJ 
toz korf eo. C'est à se tuer, peadra 
a zo eno (tro a zo emo) d'eunn den 
da iront d'en em grouga. C'est se ra« 
valer que..., ann dra-ze a zo eur 
rmal. Agir ainsi, c'est être mauvais 
citoyen, ober evelse a zp bfza eunn 
denfall, 

CE... n. Ce n'est qu'un fttiQi, eunn 
denik ne d^eo ken^ {komwndo, en la- 
tin). Car, ce n'est point ma sœur, 
raky evit va ^hoar ne d-^eo ket. Ce 
n'est pas lui qui est estimé, ne ket 
hen a zo istimet. Ce n'est pas un méf> 
chant garçon, ne ket eur oali^bmotr 
anezhan. Id, ce ne sont pas lesehaua» 
sures qui manquent, ne ket bouteier 
eo a vank ama. Ce ne sera pas long, 
ne vezo ket hirr ann ahadenn. Pour* 
vu que ce ne ^oit pas d'une façon gé^ 
nérale, ffani n'her graint ket enn 
eur fesoun jeneral. Ce n'est pas 
tout, ne ket aoualc'hy -^ {ee'h'pénn 
zojy «-* e^hoaz ce. Ce n'est point un 
désastre, anm dra^ze ne ket eur peut. 
Ce n'est pas ee qui me gêne, n»ketùmnt 
kemont'Se en ounn nee'hit. Ce n'est 
point ainsi, ne ket evelse eo, -^ ne 
Ket evelse ema ann dro. Ce ne sont 

7 ne des raéotagea, ravaier^ tout 
ravoderez, te mtra kenj. G'eei 



Digitized by VjOOQ IC 



CEI 



160 



GEL 



un produit de ma chienne, kema a 
zo aivar va û'hiez-tne, 

CE QUI, CE Vn, TOUT CE m, TOUT 
CE QUi. Il vous arrivera ce qui est ar- 
rivé à mon père, c'hoarvezout a raio 
gan-e-hoc'h tro va zad. Ce qu'il est, 
ar pezma'z eo. Ce que vous voudrex, 
ar pez a gerroty — ar seurt a gerrot. 
Ce qu'il y a, est préférable, ar seurt 
zo eo ar guella. Si c'est vrai ce que 
vous dites, mar d-eo guir a livirii. 
C'est ce que je demande, setu petra 
atfhoulennan, -^ setu pe seurt a c'hou^ 
lennan, (Parlant au physique : ^ann 
dra-ze eo a c'houlennan). C'est ce 
que j'avais entendu, ann dra^ze eo 
etn boa klevet. Ce que tu voudras, 
ar pez a giri^ — ar seurt a giri. Ce 
fut en vain qu'il le lui dit, enn aner 
e lavaraz kement-se d'ezkan. Ce qui 
nous perd c'est que nous prions peu, 
ar bwan pedi eo a goll ae'hanomp. 
Ce que nous avons, nous le donnons 
avec plaisir, arpez oneuz^ a^aloun- 
vad her roomp. Je verrai plus tard 
ce qu'il y aura à faire, me a vélo pe- 
tra da ober divezatoc'h. On vous don- 
nera ce qu'il y a de mieux, ar vez 
guella a vezo roet d'e-hoi^h. Et c'est 
ce qui le soutient, hag ann dra-ze a 
zo oc' h hen dougen, — hag ann dra- 
ze a zo souten anezhan, 

CÛIER, V. n. Voy. Caler, kala, — 
kaXina, v. n. ; — ooer hevitouik. Céder 
(lâcher, — abandonner), dizerc'hel^ 

V. a. Se soumettre, oher fors 

cuz, — plega da.,., v. n., (senti 
oc*h. . J Je ne céderai qu'à la force, 
ne bleginn nemet dre fors. Céder aux 
suggestions, de Satan, plega da aliou 
{da atizou) Satan, — goall-drei gant 
Satan. Ils le cèdent aux ornements 
du prêtre, emint var-lerc'h orna- 
manchou eur beleg — (re eur beleg 
a zo enn tu^ll d'ezko, — re eur 6e- 
leg azo kaeroc'h c^hoaz); voy. l'Em- 
poter sir. — -ffs Qu'on peut céder, a 
c'heller diskregi anezhan (diûui- 
han) ; voy. CetfiMe. 

CEDITUIB, s. f. (MiHeu du corps 
humain) \ voy. Cvrdon. 



CELA, pronom. Cela doit être, a 
rank beza... C'est cela, evelse eo. 
Cela ne me gêne pas, n^ounn ket ne- 
c'het gant'Se. Cela (cette nouvelle), 
ar c*helou-ze, 

CÙaÉBllER, V. a. Célébrer religieu- 
sement (solenniserl) goueUa, v. a., — 
soleni, v. a. (T.); voy. Solenniiw. 
Célébrer des jeux publics, ober ar- 
vestou. 

CÉLESTE, ady. Euz ann Env. Les 
esprits célestes, ann Fiez. Noire Père 
Céleste, hon Tad enn Env^ — hon 
Tad, ann hini a to enn Env. Son 
nom céleste, annhano en deuz, m., 
(e deuz, f.) enn Env. Le céleste cour- 
roux , justxs Doue. Les détices célestes, 
dudiou ar baradoz. 

CÉLIBATAIRE; s. m. Un vieux céli- 
bataire, eur paotr iaôuank koz. 

CELUL CELLE, (XUX, CELLES, pro- 
noms. Ceux de chei vous, ar re a 
zu'Ze, — re ho ti-hu. Celle-d est de 
même âge que celle-là, enn eunn 
oad emint ho dtou; (on met dtou, 
parce que le nombre précis est indi- 
qué.) 

CELUI QUI, — CELLE QUI, — CEUX 
QUI, — CELLES QUI... Après ces mots, 
on répète le sujet, quand la phrase 
est longue ; Ex : Celui qui avait été 
instruit; et qui n'avait pas voulu o- 
béir, avait été puni sévèrement, ann 
hini aoa bet kelennet ha n'oa ket 
falvezet d'ezhan senti, henneza ou bet 
goall'buniset. Dieu obéit, au Ciel, à Ce- 
lui à qui il a obéi sur la terre. Doue a 
zent enn Env oc*h ann hini m'en 
deuz sentet out-han var ann douar. 
Ceux de sa condition, he gendere 
(mot à mot : sa condition.) 

CELUI QUI, au commencement d'une 

ghrase se rend par qniotttfte ; voy. 
dset. 

CELUI-CI. ou l'autre ; voy. Un te!. 
• Gelui-d, — celle-d (près de 



Digitized by VjOOQ IC 



CER 



161 



CES 



nous), hen-nez, — Iwun-nez (pronoms 
démonstratifs.) Celui-là, celle-là (loin 
de nous), hen-honty — houn-hont. 

CSIELLE, s. f. Boulùu kelenn^ (bou- 
les de houx.) Le singulier est, ke- 
lennenn, f. 

GIHTlJU, s. m. Santim m., pi. ou, 
'Vingt-cinq centimes, pemp kuennek. 
Quatre-vingt-quinze centime», tigent 
realy nemed eur guennek. 

GEITIAL,adj. De l'Afrique centrale, 
eux kreiz ann Afrik, 

CZROFU, 8^. m. Il a été payé an 
centuple par moi, a-gant kueach eo 
paet gan-en. 

GSKCLE, s. m. En forme de cercle, 
kele'kek, adj. Rangés en cercle au- 
tour du feu, kiliet fkelc'hiet) enn- 
dro d'ann tan. Ceux oui fonl cercle 
autour du feu, autour du bourg (ceux 
qui environnent le.,.), ar re a zo 
enn eur <fhelc*had enn-dro d'ann 
tan, (d*ar vourc'h) ; voy. Circon- 
ftraiee, — rayon. ==ss Cercle de 
tamis, kant tamouez, == Cercle de 
cribles, kant krauer (d'où le verbe 
kemeha, mettre, ou faire de ces cer- 
cles) et le substantif kancher (fabri- 
cant de cercles pour cribles.) Cercle 
en fer blanc, pour sabots, fret, et 
mieux fleit, m., jpl. ou (d'où le nom 
propre fleiter. Cercle en fer pour 
moyeu de roue, fret, m. Entourer 
d'un cercle, kïlia, v. a. Cercler sa- 
bots, fréta bouteier (à Scaër), quoique 
le mot fleita, soit plus juste. 

CtUblMOSS, s. f. pi. Faire des cé- 
rémonies, en mangeant, pismiga, 
V. n., — ober pUmtgou (en Léon); 
ober ismodou, — o6er lentigou,^ (C.T ) 
Sans cérémonies, dibismik, a^j . et adv. 



I, v. a. Au figuré, on dira, 
comme au propre : *t7ta, — kelc'hia^ 
▼. n. et a. Au propre, parlant de la 
mer, on dira : koulma^ v. n. La mer 
les cerna, ar moragoulmaz enn dro 
éPezho. 



CEWAII, adj. Sûr. C'est certain. 
sur eo. - Qui a un certain âge, 

deuet eunn tamm nmd (eiinn tamm 
hraoj a oad d'ez/mn. J'avais une cer- 
taine haine à son endroit, dem-gaz 
em boa out-han, — ecel kasoni em 
boa oul'han, — eunn tammik kasoni 
em boa out-han. Une certaine crainte, 
evel aoun, — eunn tammik aoun. 
Une certaine frayeur, enkrezenn, f. 
Dun certain aspect, brao aoualc'h 
da velet. Un certain plaisir, eunn 

tamm mad a blijadur, Temps 

certain, amzer splann. Certains pé- 
chés, dam bec'hejou. Dans certains 
endroits, a-blasou. Certain de... ; 
voy. Assuré le... Certains d'entr'eux, 
hiniennnou anezho, 

CERTAIMKIHIT, adv. Emichans, — 
m'oarvad; voy. Assarément, — certes. 

CERTES, Sur, — a-dra-zur; oui, 
certes, ta da, — ta avad, — eo da. 
Non, certes, ira ebed. === Si, 
certes (en réponse), on est, certes; 
on a, certes, or da, — or acad, (ou 
autres formules semblables, selon les 
cas.) 

CERTinCAT, s. m. Santifikad, m. 
(mot usité), pi. mntifikajou, 

CERTIFIER, V. a. Asuri, — toui var 
e, d, b.; voy. Affirmer. 

^ CERVEAU, s. m. Penn, m. (Le tout, 
s emploie ici pour la partie.) Qui a le 
cerveau dérangé, sempleat he sperd, 
adj. Pariant d'un malade, on dira ; 
ne spered a zo nijet kuit, 

OSSSATIOI, s. f. Cessation de pluie, 
spanaenn, f. == En général, on 
dira ; distag^ — paouez, 

CESSER, V. n. Cesser de, suivi d'un 
mfinitif, se rend par di, placé avant le 
verbe ; Ex : Cesser de bouder (ne plus 
bouder) j divouza, v. n. Cesser d'avoir 

S eur. dmec'hi, v. n. Cesser d'être en 
éfaillance, dizempla, v. n. Les tour- 
nures suivantes sont également usi- 
2i 



Digitized by VjOOQ IC 



GBÂ 



46â 



€fiÀ 



tées : cesser de suppurer, dichor- 
venna, v. n. Il va cesser de pleuvoir, 
ema ann amzer o vont da spanaat 
(spanaat a rai ar glao^ abars ne- 
meurj Cesser de parler, krenna he 
c'her ; voy. Couper court. Je ne ces- 
serai de vous aimer, hag e taWhinn 
mad d'ho karet (d'ho karantez,) 
Après un an, je ne pouvais cesser de 
trembler, au souvenir de ce que j'a- 
vais vu, hloaz goude, ne oann ket 
evit digrena, o sonjal er pez am boa 
gueUt. On Ta fait cesser son radotage, 
divorodet eo bet, — dic*krac'het eo 
bet. Vous cesserez de chanter (vous 
ne chanterez pas toujours), c'houi a 
ziskano. Cesser de pleurer, dilenva. 
Cesser de rire. dic*hoarzin. Cessez 
vos chansons, ekanit gant ho soniou. 
Toute affaire cessante (adv.), trouc'h- 
tranck. Allez-y, toute affaire cessante, 
Hst pep tra foran. Cessez ce caque- 
tage, listho kaked^ — list ho trabelL 
Cease de babiller, lez da (fhlabouz. 
Cesse tes cris, tes bouleversements 
(cesse de crier, de bouleverser) lez 
da gH, — lez da freuz (da fuill — 
da gemmeskj d'ann traou-ze. En ces 
cas. on met seulement le radical du 
veroe, qui devient un substantif. = 
Sans cesser de... Ne pas cesser de... ; 
Toy. Contiiiaer. ■ Faire cesser, 

terri^ — lemel^ v. a. 

aSSDLE. adj. A c'heller dùkregi 
anezfian (aiout-han,) 

CUCUI, pron. Vous mettrez chacun 
des souliers, peb a re votUou 1er o 
pezo enn ho treid. Je les paierai dix 
80U8 chacun^ me rqio dek kuennek 
evU pep hini anezhp (parlant d*objets.] 

CUW9) 8.^. Sagrin, m. f. (vieux 
mot \ et vieille prononciation.) Il 
prend trop de chagrin, 9agrina re a 
ra. Pour lui épargner ce chagrin, evid 
hen dizagrina. On dit aussi : chaUt- 
mant, m. Sans chagriii, dickal, a4j. 
et adv. Un grand chagrin, eur galou- 
nad glac'har, 

CU6B0I, a4j. Chatuz^ ou jçluz, — 
ginet; voy. Ut^et. 



CIAGBniEB, V. a. Une chose me 
chagrine en ce moment, eunn dra a 
zo tieza ac'hanoun. 

A 

CIAIME, s. f. Chaîne de montagnes, 
aradennad menesiou, — roudennad 
menesiou^ — renkennad menesiou. 

La chaîne d'une charrue, raou^ 

m. (C.) === Chaîne, klao, — klav; 
d'où vient le mot sktav (enchaîné), 
esclave ; voy. HiBttd de fil. 

CHAIR, s. f. I^a nature humaine, 
ann den^ — ar c*horf, — ann izili. 
Tout chair, kiguz, adj. Oter la chair 
de dessus les os, digiga ann e»kern, 

CHAIRE, s. f. Chaire à prêcher , 
kador-zarmoun, — kador da zar^ 
moun, f. 

CHAISIER, s. m. Fabricant ou marr 
chand de chaises, kadorier, m., pi. 
ien, 

CHALEUR, s. f. Chaleur d'un four, 
ou d'une poule qui couve, gqr, m. 
Chaleur étouffante, broutach^ — 
tomder-skaot, f., — totfider-diravet. 
••". Être en chaleur, parlant de? 
femelles d'animaux, beza ludik (C), 
(parlant de truies), — diiHk (C), (par- 
lant de vaches) , — gouentrik (C) , 
(parlant de juments.) La jument, la 
vache, est en chaleur, gouenn marc% 
a zo er gazek; — gouenn kolle a zo 
er vioc'h (ar vioc*h a zo o c'ïufulent^ 
kolle, serait plus exact) ; voy. l|ailUr. 



CHAMP, s 



m. Champ de navals. 
irvinek, ï. Pour indiquer un endroit 
plein de. . ., ou planté de. . ., on a- 
joute ek, au substantif; Ex : Hein de 
nœuds, koulmeky â4j.; voy. Hdiifto... 
Pour indiquer la qualité, ^t pour i^ 
diquer la contenance, on ajouie oîk 
au substantif; Ex : Endroit pleiff d^ 
froment, tacfiennad guiniz, f. : en- 
droit plein de mond^, pla^enmd t^dj 
f. — Champ de bataille (place d*un^ 
ville, ou d'un village), sfinbatçitlf 
(moi importé.) . Sur le pfiamp^ 

adv., h^ date, — dioc'Mu, -r n^ 
dale pâloc'h. = Champ ODSt? 



Digitized by VjOOQ IC 



éHk 



4tsi 



CÉk 



nièncé, trevad, m. ; trevajou, pi. m. 
Gros bâton pour boucher Tenfréé 
d*im champ, kezars, m., pi. kezar- 
choUj m., (de kef, tronc, perche, et 
de arz, qui arrête.) 

CÊÈÉPKKly s. m. Eneàarz, m.; 
voy. IHme, — itiaire. 

CmPIfiHOI, 8. m. Tok ann tousek, m. 

GtàMSWi, s. m. Voy. Défenseiir. 

dAIGB, 8. f. Il a de la chance (par- 
lant d'un marchand), ar voul a zo 
gant-han ; Vdy. Togie. Je vous sou- 
haite bonne dance, chans vad d'e- 
hoe^h f Mauvaise chance, dichans; 
— goail chans. Malechance, drouk- 
berz, — planedenn galet. C'est une 
une chance qu'il n'ait pas perdu la 
yie^gras, ma'z eo choumet beo. Quelle 
cfaacnce! kaera chans! J'eus la chance 
de partir à temps, digouezotU a reaz 
d^m mani h^ abred aoualc'h. Il eut 
là chance de n'être pas pendu, gras 
d'ezhan, pa ne oe ket krouget. Qui a 
souvent la change au jeu, chansuz, 
adj. Ciourir les chances, en etn riska, 
— en em avanturi ; voy. Hasard, — 



CBAHCBLAIT, adj. Peu ferme, dis- 
tranteUy adj. 

GIlMLBB, V. n. Yoy. Branler/ — 
Yieiller. Ch. • . comme font des en- 
fants ou des malades, irohideHa^ v. n. 
(d'i>ù Ton foHne le substantif fémiifin* 
masculin, ttijbidéil.) Chanceler en 
marchant, erella, v.n., — goangeHa^ 
v.n., (d'où vient le mot ^oan^e^l, adj. 

GtAlDÏLÛ, s. (. Le feu ne vaut pas 
la chandelle, ar vevenn ne dalketar 
v€zerenn\ voy. Dorair, — drap, — 
llftee. En breton, il v a souvent chan- 
gement de terme, dans les adages; 
voy. les exemples, au mot dtmir. 
(^lîatidelles de glace qui pendent aux 
toîls', dent genver (mot à mot : dents 
dé janvier, •;;- expression pittoresque.) 
On dit aussi, en ce sens, hinkiny m., 
pi. tou. 



C]UR6EISlT,s. m. Sench, m. Chan- 
gement subit de la température, harr- 
amzer, — barrad-amzer, pi. harrour 
amzer. (Mot à mot : changements 
impétueux du temps) 

CIAlffiER, V. a. Sench (vieux mot.) 
Gh. . . de place ; voy. Se déplacer, — 
partir. Prompt à changer de senti- 
ment, 6t/^n da dreimeno fmennoz.) 
Changez de pensée (d'idée), ankou- 
nac' fiait ann iraou-ze. Changeons de 
conversation et restons toujours amis, 
troomp kaoz (troamp ar gaozj, — 
troomp kùunt, — deomp e kaoz ail; 
— senchomp kounty ha choumomp 
mignoned , pa*z amp. Changer de 
paroisse, dioaresia^ v. n. Je trouve 
difficile de changer de banc, diez e 
kavann divanka. Changer un objet 
de place, lakaat eunn dra e leae'h 
ail. Changer de substance, mont e 
substans ail, (e sustans alL) 

GEAKm, V. n. Parlant de santé, 
guellaat, v. n. (en bonne part); 
goasaat, — kasHza, v. n. (en mau- 
vaise part); voy. Dépérir. === Chan- 
ger à profit, ou à perte, sench oc' h 
gttell (o&h vellj, pe oc'h goaz (oc'h 
oaz.} ■ , - Changer V. n. en parlant 
du vent, trei, v. n. 

(XâMT, s. m. Chants de réjouissance 
de famille, jabadao ha kaneri. 

GHAHTCR, V. a. et n. Lavaret var 
gan. Chanter bien, kana kaer. Chan- 
ter faiblement, mouskana. Chanter 
après avoir pondu (parlant de poules,) 
dtsgodal, v. n. ; voy. Crier. Chanter 
avec force et souvent, distaga bom- 
mou kan. Faire chapter des services 
pour q. q., lakaat servichou gant 
ti. b, 

CBAMTEUR, s. m. Bon chanteur, 
kaner kaer, 

CIAinER, s. m. Pièces de bois, ou 

pierres sur lesquelles on place des 

tonneaux dans les caves, ou dans les 

auberges, tint, m. s. ; voy. Chevalet. 

- Au figuré, on dit stam, m. s. 



Digitized by VjOOQ IC 



GHA 



161 



CHA 



CHANTRE, 8. m. Ch... d'Église, 
kaner t7iz, — kaner oc'h al letHn, 
Le meilleur chantre, ar guella da 
gana, 

CHANYRE, s. m. Poussière de chan- 
vre broyé, kanastr, pi. m. 

CHAPELAUI, s. m. Chapalan, m. 

CHAPELLE, s. f. Yoy. Oratoire, — 
chapelle domestique, peniti, m. pedi- 
ti, m., — kamprik-pidi, f., — ora- 
toi% m. 

CHAPITEAU, s. m. Chapiteau du 
moulin, tok, 

CHAPITRE, s. m. Ck)rporation de 
chanoines, chasbistr, ou chahist, m. 

XHAPPE, s. f. Ghappe pour fléau, 
pengaby m., pi. ou. 

CHAQUE, pron. Chaque jour qui 
s'écoule, chaque heure qui sonne, est 
un pas vers la Patrie, kement deiz a 
ia e-biou, kement heur a zon, a zo 
ken allez a gammed var-zu hor Bro, 
Chaque petite goutte de rosée, ann 
fioll veradigou gliz, — ar beradigou 
gliz, m. pi. 

CHARROI, s. m. Charbon ardent qui 
jette de la fumée, mogidell, f. ; voy. 
Fnmeron, — charbons allumés » — 
braise, regez, m. 

CHARRONHERIE, s. f. Fourneau de 
charbonnier, poull-glaou, m., plur. 
m., pouUou-glaou, 

dARGE, s. f. Fardeau, — faix, hor^- 
denn, f., pi. herdign, ou herden. La 
Yie nous est à chaîne, pounner^eac'h 
eo ar vuez-ma ; — skuiz omp o veva, 
— skuiz omp gant ar vuez; voy. 
Ennuyeux, — ennvyé. Il est à charge 
à tout le monde, re a zo anezhan e 
pep leac'h, — diezamant a zo gant^ 
hanepep leac'h. Il a pris un transport 
difficile à sa chai'ge, eur oall-gas en 
detiz kemeret enn tu diout-han; voy. 



Transport. Son père à sa diarge, he 
dad vai^n-han (sorte d'ablatif absolu.) 
== Charges (contributions), kargou, 

— guiriou, — iaillou. Exempt de 
charges, kuit, adj. 

CHARGER, V. a. La bouillie charge 
(gonfle) trop l'estomac, ar iod a zo 
stambouc'huz, — ar iod a zo boed 
atambouchuz, — arioda stambouc'h, 

— ar iod a c'houez ar c'hof. J'en suis 
chargé, em c'harg etna. Chaîné de 
quatre enfants, pevar Imgel var^^^ 
nan, — pevar hugel d*ezhan da zevel 
(da vaga). Je me charge de vous 
procurer dnauante témoins, me a 
gavo hanter 'kant test d'e-hoé'h. (Le 
verbe se charger ne s'exprime donc 

Eas toujours.) Chargé d'une nom- 
reuse famille, eunn toullad bugale 
d'ezhan ; voy. Remplir. 

CHARITARLE, a4j. Voy. Avménien. 

CHARITÉ, s. f. La charité d'un grand 
nombre se refroidira, ann dm vad 
ho unan, eur c'halz anezho, ne vezo 
mui ker tomm ho c'haloun e-kever 
Doue» Vivre de la charité publi€[ue, 
beva dioc'h kaloun vad ann dud^ — 
beva dioc'h kaloun imd ar grute^ 
nien, — beva divar ann aluzenn. 

CHARLATAI, s. m. Farouelly m., pi. 
ou. Farser, m,, pi. ien^ —paotr ann 
arvestou, m. 

(URIAIT, a^j. Eunn dudi he ve^ 
let, — eunn drugar he velet^ m ; voy. 
Admirable. 

CHARIE, s. m. Dudi, m., — trugar, 
f. s= Charme par sortilège, ttrobi- 
nell, f. ; voy. Sorcellerie. 

CHARIÉ, a4j. n était charmé, tri- 
dal a rea he galoun gant he joa, — 
laouenn-braz oa he galoun gant . . , 

— stad ken a.,.a oa enn-han gant... 
Il était charmé de vous voir, stad ken 
a... a oa enn-han o velet ac'ha- 
noc*h (T.) 



Digitized by VjOOQ IC 



€BA 



465 



CHA 



irri — 1 — '•) adj. Les clkarnels, ar re 
ne garont nemet traou ar bed-ma, 

GIABIDBB, s. m. Saloir, charnel^ m., 
pi. iou ; kelom ar ifhik, m. 

OAirama, s. m. Kalve, (T. Y. 
C), plur. kilvian (à Vannes.) 

ClâlUTÉS, s. f. Karg, f . ; Toy. 
OtfgeiBeBt. 

CIA1IITIEI, s. m. Charretour, m., 
— ckalhoter (Sl-Pôl), — paotr ar 
c^karty voy. Cèftitctev. 

CMAUETIÉIE (Voie), henUharr, — 
rollec^h (pour rod-leoifh, place de la 
roue). 

OUUETTE, s. f. Planche de fond, 
dans une charrette, estellenn, — - {t- 
senu, f. ; voy. Sertir (tirer) charette 
des sables. 

CMUMM^ s. m. Grosse toile à les- 
siver^ sil^rouerez ; voy. Telle. 

dilRM, s. m. Charre, m. Journée 
de ch. . . , époque de charrois, char' 
readek, m., pi. ckarreadegou. 

GBâtEOTEK, V. a. Charreat^ v. a. 
et n. 

CIAlIUAa, s. m. Arat, m., — L'é- 
poque des charruages, — une jour- 
née de charruage, aradek, ra. 

CHABEUE, s. f. Age de la charrue 
(partie d*une charrue), pletiec'h, m. 
(G.| ■ Chaîne fixée au cheval d'une 
charme, raou, m. (C.) == Le che- 
valet d'une charrue (chevalet de repos 
pour renvoyer aux champs), mard'h- 
alar, m. 

€UttUEE, V. a. Arat. Dans les 
langues orientales on dit : aret, 

CIAITES, s. pi. f. Goaranchouy m. 
pi. (vieux mot); voy. ArthiTes, — titres. 



(3i8SB, s. f. Poursuite des ani- 
maux, chaêe, m. Chien de chasse, 
chasse de race, divar gaz ne vei ne* 
met kazj ha divar logoden ne vez 
morse raz (Prov.) 

CHAS S EB, V. n. Poursuivre des ani- 
maux, chc^eal, v. a. et n. M pour 
chasser les poules : chou ! (interjec- 
tion.) Chotuxl d'ar ter, chasser les 
poules. Pour les chats on dit : chegat! 
— echegat ! (et pour les cochons : 
sik'Sik !) 

ClASSEUB, s. m. Soldat, chaêour, m., 
pi. ten. 
k 

CIAS8I8, s. m. Stalaf^ m. ; voy. Ctl- 
lisse, ^ Dictieinahre Trt vie. 

CHAT, s. m. Kaz^ m., (moutik, — 
moût, — bisousik, noms que les en- 
fants en Bretagne donnent à leurs 
chats.) Ces mots ne s'emploient qu'au 
vocatif. 

A 

(UTEAU, s. m. Faire des châteaux 
en Espagne, sevel kestell cl loar. 

A 

dATELBT, s. m. Kastellik, Du 
temps de la Féodalité, on disait : sal, 
d'un château ; d'où l'on a formé le 
mot porsaZ fporz-sal); mot â mot: 
port du manoir (petit port de pé- 
cheurs près duquel on voit les ruines 
d'un vieux château) ; voy. Ftrt. 

A 

CHATIER, V. a. Châtier son corps, 
rei poan d'he gorf, 

A 

CIATOBIT, s. m. Les châtiments 
de Dieu, goaligner Doue, 

CHATOUILLEUX, a4j. Être chatouil- 
leux, kaout hillik, 

CHATBÉ, ad^. Châtré â moitié (par- 
lant du coq et du cheval), rangouill, 
adj. 

A 

CHATIEUI, s. m. TVouc'^er, m. Mot 
usité, qui signifie plutôt un homme 

3ui fait métier de tueui* de porcs ou 
e bœufs. — On dit aussi : paotr- 
ann'trouc*h (T.) 



Digitized by VjOOQ IC 



(M 



m 



m 



tËàXt^ atjg'. Ta! étô Ion|^emps avant 
d'avoif chaud amc pieds, pell ounn 
heê àbari tomma é^amzreid. Devenir 
de pk» en plus chaud, tommaat, v. n. 
Très chaud, tomin-bei*<y, (parlant d'un 
liquide.) (GoalUdomm, se dit en mau- 
vaÎBe part, ou pour indiouer que c'est 
trop chaud.) J'ai chaud aux mains, 
tûmm eo d'am daouam. En parlant 
du soleil on dira : tomni^skaot (au 
superlatif. ) Il a fait bien chaud ici, 
eunn domder vraz a zô bet ama, 

dAUpiÉBE, s. f. Kaoter, f. Ce mot 
forme Tadtectif kaot^ ou skaot, bouil- 
li, échaude. 

CIAUNIOH, s. m. Chodouroun, m. 
(mot usitée) 

diUFFADE, s. f. (Ghauffaison), ac- 
tion de se chauffer, tommadenn, f. 

CBXUMB, (Se>, Y. proii. Ghauffez- 
vous un instant (un peu) les pieds, 
grit eunn tomma d'ho treid, — grit 
eunn dommadenn d'ho treid. Je n'ai 
pas pu me chauffer les pieds, n'ounn 
ket oet evit tomma d'am zreid. Se 
chauffer en travaillant, tomma dioc*h 
h& labour (oc'h he labour J. Se chauf- 
fer au soleil, tomm^heolia, v. n. 
Faites chauffer le f^r à repasser. H- 
kit ann houam oc'h ann ton, — likU 
ann howMm da domma. Il fait bon 
se chauffei*, ebad eo beza e-tal ann 
tan. -1. Bois qui sert à chauffer 
unibur, gor-foum m. 

GIAUSSÉB, s. f. Karr-bont. m., - 
choéer, ou joser (mot usité) r. 

CHAUSSETTE, s. f. Berr-loer^ f., 
pi. berr-lèrou. 

CHAUSSOI, s. m. Chosoun, m., pi. 
ou {uioi usité.) 

CHAUSSURE, s. f. Gh... en cuir, 
bûteH'ler, f. Sans chaussures aux 
piedS) dwo%Uou, — ^ diarc*henn, a4j. 

CBIDTE, adj. Tarvoal (tal-moal), 
front chauve, à la lettire. 



dfVBER, V. à. et V. n. Partant 
d'une charrette, banna, — tumpa, 
V. a. et n. Troc'holia, v. n. (parlant 
d'un bateau.) 

CHEF, S. m. Chef^ pi. ou (mot im- 
porté>; — mestr, ou mest, pi. miMri. 
Chef de nation, penn^tiem^ m. li est 
le chef, ann emell [ar sturj a zo 
gant'han. 

CIEF-D'OfiUYBE , s. m. Pez labour 
difazi, m. £n termes d^artisan : jyez 
micker, m. Eul labour kaer^reist, 
— eul labour eut ar re veUa {euz ar 
re gaeraj 

CIBF-LIBU, s. m. Penn leacTi, m. 
Gh. ..-1... d'une commune, bourk^ 
m. ; bourc% f. 

ClEini; s. m. Gh... où il passe 
beaucoup de monde ; voy. CheftâH 
batta. En bon ch... (au figuré), vàr 
ann aroudenn. Un bout de chemin, 
ewrflipad, — ' Un bon bout de chemin, 
eur oall flipad, — eur oall ribinad. 
Ghemin impraticable, ou chemin im- 
possible, hent bleiz. Ghemin i travers 
les champs, ravent, m;, pi, raven^ 
chou. Faire beaucoup de chemin en 

£eu de temps, ober oro, — redek bro, 
[ettre q. q. en chemin (au propre^ 
hencha u. 6. Par le chemin qu'il avait 
suivi, dre ann hent m.*oa deuet. Res- 
tez dans le droit chemin, (Soumit enn 
hent mad. Petit chemin, route étroite, 
stread, f^ pi. strejou. Quel est le che- 
min de Paris ? dre be hent eo mont 
da Barizf — Pehini eo ann hent da 
Barizl 

CHEinÉE, s. f. Tuyau de cheminée, 
toulUsiminal, ^ m. ' ■ Gheminée 

d'armes à feu. toull-tan, m.^ — oaled, 
f. ; voy. Lumière d'armes à fev. 

CmiSB^ s. f. En corps de Remise, 
enn he roched bloc'h, (t.) 

CIÉMAIE, s. f . Lieu planté de ^énet, 
dervennek, f. Un gros arbre de' chê- 
ne; eur'vezen zei*ù teih lieux planches 



Digitized by VjOOQ IC 



<M 



4<?7 



m 



de gros chêne^ daou hlafiken zéro teo. 
Des planches de gros chêne^ plencit 
derù teo. 

dfiHB-VEET, s. m. Taouzen, f., — 
pi. m. taouz (T.) 

OÈMEVOTTE, s. f. Duill lin, — 
d4)umad lin; Chènevotte broyée, 
kanastr, ou kalaair^ pi. m. Le singu- 
lier, kanastren, est au genre féminin. 

mni», s. m. Loj'ki, — Iqj ar c'hi, 
m., pi. m. Uyou-ki, — lochou^ki. 

CiBIBiLS, s. f. Prenv glaz, m., 
pi. m. prenved glaz, 

CBStfSLy s. m. Bail à cheptel, lizer 
loenedy m. 



I, adj. Tendrement aimé. Mon 
dier Louis ! Loizik ! Yoy. Ion, dans 
llbitroiiictifB. La désinence ik, dans 
les noms propres de baptême, indique 
l'affection ou la familiarité, quand les 
individus ne sont ni supérieurs ni 
étrangers. Le cher enfant (le pauvre 
ienlant), ar c'krouadurik paour^ — 
ar pao%^ kezik. Le cher petit enfant, 
ar paour kezik biJian, 

dER, adv. Gelui-d coùt^ moins 
cher, guelloc'h marc'had eo hema. 
Tous ne Tauriez f^s payé aussi cher, 
a^oUianoc^h o pye ^^ aneihan. On 
8. -entend ici le mot priz, prix. Ache- 
ter trop cher (suracheter), ^oall-hrer 
pa. Vendre trop cher (surfaire), goall- 
vçrza. 



!■■■■■ i»iiw, V. a. Gheroher à (suivi 
d'un hifimmi, kla^k ann dro fann tu) 
da. On le cherche, on se dopne de la 
peine pour le trouver, kUxsk a zo 
é^ezhfxn. Chercher la mort du pé- 
dieur; voy. fbnloir. Chercher de 
l'eau i la fontaine, 'ken^kcU dour euz 
ar feunteun. Tel que je cherchais, 
di^itc'k na e'hçant, rr diie^k m'em boa 
c'hoanL 

C^T^, idlj. iUxili^Çr.), — MÎi, ou 



eizU (anc), — klanv-azik» — blankik 
(C.) ; voy. laladif . ==: Débile (parlant 
des personne), flak, — flask (C), — 
goan (T. C.) ; — sempl (L.) =s=ss 
Parlant d'arbres, de végétaux, de 
bestiaux, signac'h; voy. Babovgii, — 
maigre. Souvent le plus chétif, résiste 
le plus longtemps, gra<^k klemuz, 
grac'h paduz, (Frov.) ; voy. Maladif. 

CHEVAL, s. m. Poulain, ebeul, pi. 
ien, m. Un mauvais cheval, eur 
mar&h korbezen, (Fam.) (pour dire : 
un cheval ^ui n'est pas catholiaue. 
oui ne mente pas l'absolution) *, a'ou 
1 on dit : korbellet (parlant d'une per- 
sonne qui a été différé pour l'absolu- 
tion.) Peau ou cuir de cheval, marc'hr 
kenn, m. Cheval de l'attelage qui 
porte une cloche, marc'h-kloc^k (son- 
nailler.) Cheval qui a des os, ou des 
crevasses aux boulets, marc h pagn, 
— mardi chavard. Cheval à tache 
blanche au front, marc'h baill; voy. 
U8«e. Cheval qui a une grande tache 
blanche le long de la tête, marc'h 
bailUdour. Mettre un cheval dans 
une écurie, les jours de foire, marr 
chosia, V. n. Manier bien un cheval, 
marc^hekaat , ou marekaat,y, n. 
Petit cheval, bided, m. ===== En par- 
lant de plusieurs chevaux inâles, on 
dit, parfois, marc'hou (L.), — maf*T 
&heu, ou mir&hed (Y), 

CIEVALET, s. m. Chevalet de repos, 
pour une charrue, aavr^ f., ou stUr 
jell, f. : — març*h alar, m. ; voy, 
Train. Parlant de barrières : marcha 
kloued, m. Ch... des charpentiers, 
marc'h'koat^ — heskemer, — heskcf: 
menn, m. Chevalet des menuisiers, 
kant. Chevalet des tisserands pour 
ourdir, marc'h-kar^ller, m. CJheya- 
let pour graisser des voitures, ffaor^ 
ou gavr. f. Ch. . . qu'on met sou^ le« 
brancarqs, pendant qu'on charge une 
voiture, xantiik (Fam.), ip. Chevalet, 
ou billot pour couper, ou sder bois 
de chauffage, paotr-koz, m. {J,\ 

jmam. s. m, Voy. S««3Fef. 
Chey. . , dlndustrie (flajjfornçijr), fan 
treif^ m. flairerez^ f. \ faire C0 w^U»v^^ 



Digitized by VjOOQ IC' 



cm 



168 



CHO 



flaira, v. a et n. &= Kavalier 
(pour dire écuyer), est usité, comme 
mareh, pour indiquer ce Titre. 

CHEVEU, s. m. Arracher les cheveux 
à q* 5*9 diavlevi u, b, (distoupa u. b, 
T.) (Fam.) Les rares cheveux qu'il a 
conservés, ar blevennou choumet var 
he benn. 

CHEVILLE, s. f. Cheville du soc de 
la charrue, goaraa, m. Chevilles de 
devant du collier d un cheval, parou* 
nou, s. m. pi. ==: Cheville de fer 
pour essieux, guiber, f. ; voy. Este. 

OtiVRE. s. f. Bidiez, f.; bidiezi^ pi. 
(Pont-L'Abbé.) Un des pluriels de 
gaour, — gavr, — ffCLor, chèvre, est 
girvi, 

CHEVHEAU, 8. m, Bouc*hik, parlant 
du mâle. 

CHEVROTER, v. n. Bêler, begiat, v. n. 

CHEX, prép. Après da di (chez), les 
lettres fortes fléchissent : chez Marie, 
da di Vari, Souvent on rend chef par 
dant, e, enn^ er : chez les vieillards, 
enn dtid koz. D'autres fois on se sert 
de daved (chez) (en latin apud, au- 

Srès), avec un verbe de mouvement. 
l demeure chez son père, gant he dad 
ema o choum (il demeure avec son 
père). Chez nous, adv., dwma ; chez 
vous, du-ze. Par chez nous, dre zu- 
ma. Il a été domestique chez moi, 
kennez a zo bet mevel gan-en-me. 
Chez qui j*ai déjà servi, hag ounn bet 
c'hoaz mevel gant-han. Passez par 
chez moi, tremenit e-bùm d*am <fhear. 
Chez tous les hommes, e kaloun pep 
den. Tout près de chez moi, tostik' 
ioêt d^am zi. C*est la mode, chez nous, 
ar e^hiz a zo gan-e-omp. Ceux de 
chez vous, re ho ti-hu, — ann dud 
a zu'Ze, — ar re a zu-ze, 

CHIOAIE, s. f. Sikan, m., — sika- 
nadenn, f. Qui aime la ch..., gikanuZj 
— rendaduz, a(y., — sikaner, (subst. 
m.) Chose qui occasionne des chica- 
liesi tikanuZf a<jy. 



CnCAHER, V. n. Sikanat o^hy — 
(mot usité) rendael o&h ; voy. Rai- 
sonner q. q. Tai eu une chicane avec 
lui, U^uz am etiz bet diout-hatty — 
trouz am euz klevet gant-han ; voy. 
Gronder, quereller. 

CHICAREUR, adj. Rendacîuz, a4j., 
tagnouz. 

CHICORÉE, s. f. Plante, sikorea, m. 

OnCOT. s. m. Griêiou, pU m., — 
kefiou, pi. m. 

CHKH, s. m. Terme enfantin, tétéy 
m., — toutou^ m. Gros chien, mas" 
Huy m. Chien d'arrêt (chien couchant), 
ki-kouchanty m. Chien basset, ^- 
douar, (chien près de terre.) Chien 
de course, milgiy m. ; voy. Liflder. 
=K Chien (constellation), steredenn 
ar c'hiy f. = Koun, est un des 
pluriels de ki, (chien.) 

CDEUE, s. f. Kiez, f., — pi. kie- 
zenned, 

CHIFPER, CnFPORHER, v. a. (Parlant 
de vêtements), rodella dillad. 

CHVFOI, s. m. Truillen, fém. ; 
truilloUy pi. m. 

CHIFFRE, s. m. Nombre, niver , m. 
Quel est le chiffre de la population ? 
ped den a zo eno o choum f pegement 
a dud a zo eno ? (a zo ebarz) f Le 
chiffre des catholiques du I>tiy8, niver 
ar gatoliked er vro. Un chiffre élevé, 
eunn niver braz', — eur zoumm vraz 
(parlant d'argent), — eur bern hraoy 
— eunn touUad mçid, Chtflîres (arith- 
métique), ar c*hounta, m. 

CHI6H0H, s. m. Partie de la cheve- 
lure, bodenn-vleo, f. 

OLOROFWIHE, s. f. Guin-kousket, 
m.; — louzou kousket, m. pi. 

CiOC, s. m. Heurt^ m. — keurtad 



Digitized by VjOOQ IC 



c&o 



169 



GtE 



(poussée), — $tokad, m., — hleukad, 
m ; Yoy. leiit, — pdutsée, stokadenn, 
f. ; voy. ClMC. 

Gimi, s. m. Partie d*une église, 
keur, m. 

dOISQI, V. a. Dibaha, — divizout, 
*- choaz. Bien choisi pour..., mad 
da...; Toy. Propice poir. . . , — &?•- 
raUeà... 

CWMX, s. m. ChoaZj m. (yieux mot); 
Toy. 6ré, — prédilecuon, — frftces de 
ckelx. 

GMQIin, V. a. Voy. MEnuer. 

CnUSTB, s. m. Kurmi, m., pi. ed, 
— masikod^ pi. ed. (G.) 

dOiUS, 8. m. Faire chorus avec 
q. q., heza a^du pani u, b, a-enep 
eunn ail ; vov. Faire ca«ie cemmnne 
tTec. . .« — dtfeidre la came de. . • 



B, s. f. Quand on ne sait pas 
le nora de Fobjet ou de Tindividu, on 
dit : eurpenefi (pour : pe hano ef-hif) 
Toy. Appiittiea (terme de grammaire) 
on dira aussi : eur pe hano, — eur 
pe zen (d'où Tient le verbe : pehanoi 
eunn den, ainsi que le verbe penefia 
eunn dra. Â peu de chose près, peuz- 
doet. — var-houez nelmid a dra. 
Je n ai pas grand'chose à faire, vak 
aoualc^h eo wir-n-oun. — dihreder 
aouaU^h ounn, — diorez aoualc'h 
ounn; — (diokup, se dit aussi.) Chose 

2u*on ne voit pas à Paris, eunn dra 
a ne vêler ket e Pariz, — eunn dra 
ha n'he gueler ket e Pariz. C'est par 
apposition, (terme de grammaire) 
qu on parle ainsi. Belle chose ! eur 
pez kaer ! Toutes choses nécessaires 
pour faire une œuvre, ou remplir une 
fonction quelconque, reizou^ pi. m. ; 
vof . Batterie. Faites quelque chose, 
griteurseurl bennak. De deux choses 
l'une, unan a zaou. {Pe. . . pe^ s'em- 
ploient avant plusieurs verbes qui se 
suivent imméaiatement.) Ce n'est pas 



une chose i voler, ne ket eun dra da 
veza laeret. Parler de choses et d'au- 
tres ; voy. (^Qser beaucoup. Qui en- 
treprend mille choses à la fois, lan- 
nik^mil'Vicher (sorte d'adj.) === 
Chose, tra, avec le pronom personnel, 
est du genre masculin . ainsi que 
quand il suit les noms de nombre. 
Voilà une bonne chose, regardez-la, 
je veux l'avoir, setu aze eunn dra- 
vad, sellU out^han, me am euz c'hoant 
da gaout anezhan, 

CIOU, s. m. Choux pommés, kaol- 
pomme, m. pi. Choux blancs, ou 
choux à vaches, kaol-kutuilL Choux- 
bettes, kaol'beotez, m. pi. 

CHRÉTIEN, adj. Le grand devoir de 
la vie chrétienne, é^ver kenta eur 
c'hristen. Très chrétien, guir gris- 
ten, acy. 

CHRIST, s. m. Image. Krist, m.,— 
krusifij I. 

CHROHIQUB, acy. Hirr ha paduz. 

CHUTE d'eau, s. m. Cascade, lamm- 
dour, m. Source sortant de la roche, 
stivell, f. Des chutes plus terribles, 
ffoasoc'h lamm, m. sing. 

CI, adv. Les paroles ci-dessous (ci- 
après), ar c*homzou ama varlerc'h, 

— ar pez a vezo lavaret ama var- 
ler&h, La lettre ci-incluse, al lizer^ 
ma ebarz. 

(WLE, R. f. Rount, m., — pante- 
koat, m. 

CIEL, s. m. Oabl, m. Région de 
l'air, ou des nuages, nev, m., plur. 
nevou, du latin, nubes, nuages, (d'a- 

Srès quelques-uns ) Plus souvent on 
it, en ce sens : env-Jioabrek fenv- 
steredek, région des étoiles.) Oiel pur, 
amzer digoc'henn, — ear digochenn, 

— enw digoc'henn. ■ En religion : 
rouantelez ann Env. J'espère aller 
au Ciel, sonj am euz da gaout dor 
digor enn Eno, Les faveurs du Ciel, 
grasou Doue, - Ciel de lit, lam- 
orusk^ m. 

22 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



itO 



CLi 



laiiGB, 6. m. Faux-dei|^e, korzenn, 
f. ; voy. T«ke. 

OGDË, s. f. Petite cigué, periêil-ki, 
m. La grande ciguë, louzaou^ti'^r' 
pemp-bit, f. ; Yoy. (NEnaiitlie tafmée. 

CHS, 8. f. Extrémités des arbres, 
hifincliou ar guez, m. pi. 

CIMENT, s. m. Simawt, m. (mot 
importé.) 

UBKtK^9 s. m. Sintr, m. (mot im- 
porté.) 

QMTBEt, V. a. Goara, — sintra, 
T. a. Non dntré, dic'hçar, adj. 

(aiC<MPÉiraa. s. f. KeU^h, m., — 
kant^ m. Ceux situés sur la drcon- 
jférence du boura^, ar re azo enn eur 
c'heïc'had enn aro d^ar vourc'h, 

COCOPPEGT, adj. A-^kiant-vad, ^ 
digor he zaouhagad, adj. ; voy. Ré- 
iwrfé, — Mge, — pmievt. 

GHCONSf OCS, s. f. TVo, f., - troad, 
f., — abadenn,i., — taol, — taolad, 
m., — • gueach, f., — leac'h, m., — 
9mre, m., — amzer, f., — bed, m., 
î— diil, f., — tray f. Ces mots varient 
fldon les exemples; voy. Ca^, — ecca- 
«imi, -r- reacontre; voy. Dia. Treiie. 
Selon les circonstances, dioc*h ma 
vezo ann dro. Il y a des circonstances 
où Ton pourrait..., bez'ei euz mareou 
(hag) e ve gallety — troiou * zo hctg e 
ve gaUet. . . Voici cjUins quelles cir- 
constances, $etu e pe vare. 

CptCOlYBVn, V. ». Ober ann dro 
da, , ,, — c'koari ann dro da, . ., — 
TUash ann dro da, . • 

GIRCUIT9, s. m. pi. Troiddlou, f. pi., 
fr- distroiou, m. pi. Plein de circuits^ 
i^idellta, a4j* 



mm4»maa, adv. A-dro, 

a-roùntf — var-rount^ adv. 



-I 



CBfiOLEB, V. n. Mont enn dro, — 
haU, V. n. 

CIRE, s. f. Pain de cire (gâteau de 
cire), kparenn, f. 

CISELEUR, s. m. Benezer, m. 

CITADELLE, s. f. Guikadeîl, f. ' 

dTApn^ s. m. Kei\ad, m.,pU keti^. 
Petit cit. . • , krak-aotrou (demi-mon- 
sieur.) 

OTER, V. a. Citer un texte latin, 
distaqa (digasj eur homm latin; 
voy. lentlowier. 

CITOYEN, s. m. Den, m. ; fsitoian, 
pi. ed, mot importé) ; voy, Gi^Mili. 

CITROUILLE, s. f. SUrouillezeny f., 
pi. sitrouillez, 

CIVIL, adj. Poli, — honnête ; gra- 
BxuZy — deread, — koant, — per» 
gen, — «eyen, — hi'ao da gaozeal; 
voy. Gracievx. 

CmUSATIM, 8. f. La civilisation a 
fait des progrès, ann dereadurez (ar 
heva deread, — ann deread) a zo 
kreekety — {prq/ooc'h beva a zo e4om€z 
ann dudj ; voy. Pilltesse. 

CnflU^, V. a. Civiliser un peuple, 
digriza eur rroad tud, — o6er aneZ" 
ho tud a zoare vrao (tud seven). 
Dichroza eur vroad tud. 

CIVILITÉS, s. f. pi. (Compliments), 
gour^hémennou, m. pi. 

ÇLjUE, s. f. Voy. Claire-Teie^ prin- 
cipale pièce de bois, dans une daie, 
kterenn^ f. Claie en branches entre- 
lacées, pors'kael, m. 

OiAIR, adlj. Au clair. — clairement, 
ady., difazi. — Très clair sklepr-deiz. 

CLfOiy 8. 1^. Il y a chir de l^ne, 
sfUear-lpàr a zo, — éMear <;v ai 



Digitized by VjOOQ IC 



&Â 



i1\ 



cw 



îbar; iéy. hMflUÉDftMnt re^^ 'Par- 
lant de toile, de couette.) 

CLUBK-YOIS, s.f. (Claie), grill-koat, 

f ; voy. Trdllii/. Porte i claire- 

voîè, poré-rastell, m. 

CLintlÉU, s. f • Cl... d'une forêt, 
fixinkiziènn, f. 

€LA]RTOTAIT, adj. (Au propre), a 
vel pelL — sklear he zaoïuagad; 
=== Au figuré 5 Yoy. Circonspect, 

— prient. ■• Mettre Tépée au 
clair, lakaat dir enn avel (expression 
énergique et pittoresque.) 

CLAnUl, s. f. Toumi, m. Pousser 
den clameurs, taurnial, t. n. 

CLIQUE, s. f. Stafad, f. Donner des 
claques à q. q., rei moul ar vahek 
da lipat (Trivuil); voy. ttfle, — leif- 
iéi, — Upe. 

CLAQUER, ▼. a. et n. Faire claquer 
son fouet, flipata, y. n. 

CLiim, s. f. Brizillon, m., — 
ouroidler, m. 

CLABIFIEB <Se), v. pron. (Parlant 
de liquides), diktnvi^ — dilavi, v. n. 

CLAITÉ, s. f. Faible clarté, skieur, m. 

CLASSE, s. f. Condition, ^ catégo- 
rie, — rang, — nature, — société, — 
fâfiiille, — espèce; Yoy. Cet atta. ==£ 
Ceux de sa dasse, he tjendere, t- 
Siginfiant année du tirase au sort (ou 
contingent militaire), moaveiiadf m. 
'■■ ■ Signiâant race; rumm dud, m., 

— gouenn dud^ f. De différente race 
(de déférente MiareVftuUur dishenvel 
enn-lio. ' La haute classe^ ann 
dnd vraz. •: \ • Classe (école), akol, f. 
iti— li^ Classes (études)^ studij m. 

CUflAU, s. m. Voy. Le mk tnlYait. 

CLAYELte, s. f. (aaveau)^ uaUdie 
éé HéM à laine, hreac'k, f. 



CLAVETtE, s. f. Cheville du limon 
des charrettes, kleûr, m., la partie 
pour l€ tout. On prononce, kle-ur. 

CUUSE, s. f. Yoy. Conditloi. 

CLATI6ULE, s. f. Trebez-ar-ifkoU' 
zûuk, m., (trépied du cou.) 

CLEF, s. f. Cl. . . de barrique, ^- 
binet), êkavent f. (C), — Èuellenn , 
f. ; qui ferme à clef, var alc'haueZf 
adj. 

CLIENT, s. m. Voy. Fratiqne. 

CUGHER, V. n. CUgner de Vaû, 
kùuilc'ha, y. n. 

CLIQUETIS, s. m. Strap, m.j — alér- 
link, m. Faire ce bruit, êtrapa, — 
stirlinktU, y. n. En latin on dit : 
êtrepUns, cri, — bruit éclatant. 

CLIRQUAIT, s. m. et adj. Klink (élé- 
gant dans sa mise.) 

CLOAQUE, s. m. Voy. laMftAkei, 
mardoz, m. 

CLQPm-CLWAIT, adj et àdY. ÇJdU 
gamm, — kilgamm. Aller doptn- 
ciopant, Hlgamma, y. n. 

(X(MIE, Y. a. Kloza, — itouva^ — 
stanka. Clore pour empêcher d'en- 
trer, kciea oc'h,,. 

CLOS, adj. Non clos (champ), pdirk 
diskloz 

A 

CLOTUiS, s. f. Petite dôture, ou 
enceinte de haies, gourgleuz, m. Qd- 
ture faite avec de grosses perches 
dans la brèche d*un champ, kèzatz, 
m., pi. ou (poUr : kef, trotte, arz, 
arrêt.) == Clôture d'une retraité, 
fin eur retred ; voy. Pin. ==s Clôturé 
d'une foire, dilost fbar, m. 

CLOU, s. m. River le clou à quel- 
qu'un, rei eur freillad da u. b., — 
tei eur flipat (hap) a stàg dû, — ; 



Digitized by VjOOQ IC 



cot 



m 



COL 



has u, b. da choucha, — kas u. b, 
da c'hriat he voutou, — kas u.b.da 
glask trinchin; voy. Rembarrer. 

COADJUTEUR, s. m. EU, adj. qu'on 
met avant le substantif en question. 

COCHÉRE (Porte), s. f. Dor-borz, f. ; 
la porte coichère, ann or-borz^ f. 

GOCRORS, s. m. pi. Petits c..., moc'h 
munud, pi. m. Marchand de cochons, 
moc'haer, — mokaer. A Tîle de Batz, 
on dit : raer moc'h, m. La partie où 
a été saigné le cochon, bron, m. == 
Boucher (tueur de cochons), trou- 
c'her-moc'h. (Ne pasconfondreavec 
spazer^ qui signifle châtreur.) 

CŒUR, s. m. Cœur d'or ^qualité des 
personnes généreuses); voy. ExceUeat, 

— bieaâdsant, — généreux. De tout 
cœur, a-vir-galoufiy — a-zevri-beo, 
adv. A contre-cœur, adv., gant keuz, 

— gant glac'har, — (enn desped 
d'ez/tan, malgré lui.) Il travaille à 
contre-cœur, enn desped d*ezhan ema 
labourât (sens actuel.) Travailler de 
tout cœur, starda out-hi. Cœur gai ; 
voy. Ame égale. Souffrir d'un cœur 
gai tout ce qui nous arrive, gouzanv 
hor poaniou a-galoun-vad, — gou- 
zanv hor poaniou hep klem ebed, — 
goûzanv, keit-ha-keit , kement a 
c'hoarvez gan e-omp. == Cœur (jeu 
de cartes), heuren, f. s. ; du cœur, 
keur, m. pi. == Cœur (milieu) d*un 
arbre, kreiiik-kreiz, m. 

(XIFFRE, s. m. (Botte à beurre, à la 
campagne), kîosenn-amann, f. 

COIFFE, s. f. Pointe, ou barbe de 
coiffe, aîgenn, f. 

coin, s. m. Kon, — kougn, ou 
kogn^ m. ; d'où vient le mot trikon 
(tri'kon), sorte de jeu de brelan qui 
se joue à trois personnes. . Des 

contes au coin du feu, marvaillou e 
toull ann oaled. C'est dans ce coin 
Qu'il a fourré son argent, eno eo en 
deuz kougnet he arcyuxnt. Coin de la 
cheminée, kougn, m. Coin caché de 



la maison, kom-tro^ m. Je m'étais 
blotti en un petit coin, chouchetedon 
enn eur pakadik. Coin de VœWjfraiU 
al lagad, (fente de l'œil.) Caché en 
un coin, kougnet, z^. (parlant de 
choses.) Ck>ins et recoins, kougnau- 
tro, ^- distroennou^ — riboulou, = 
0>in en bois, pour serrer deux objets, 
kouboiU, m. Petit coin qu'on met daùs 
une cheville pour la renforcery sibi^ 
denn, f. (Lepelletier.) 

COmCIDEICE, s. f. Ann eil dra hag 
eben o tigouezaut var eunn dro; voy. 
Correspondre. 

COINCIDEIIEHT, COHCUREOElt, 

adv. E'Serr kement-se, 

CODICIDER, V. n. Erruout d'ar me- 
ntez marey — digouezout var eunn 
dro. 

COL, s. m. Rabat de chemise, kclier 
distag, m. 

COLÈRE, s. f. Froudlènn^ t^^^ ko- 
1er, f., — kourr^ ou kourrous. m. Ces 
deux derniers mots sont anciens. 
Grande colère (fureur), kounnar^ f., 
— egar^ f. Se mettre en grande co- 
lère, kounnari, — skambenni, — 
mont enn egar, — egariy v. n. Il 
était en colère, kourrous a ioa enn- 
han, — kourromet oa, — bez* e oa 
gant-han kourrous. En colère, kour- 
rouê enn-han, adj. Sourde colère, 
dem-gas, m. Se mettre un peu en 
colère, broezay v. n., — taneal (Car- 
haix), — tanea, — teari^ (L.), — 
teriy V. n. (C. T.) Revenir de sa co- 
lère, di fâcha, t. n., distana, v. n. Je 
ne suis plus en colère contre lui, 
torret eo va drouk out-han, — difach 
ounn out-han. Fléchir la colère di- 
vine, diarbenn justis Doue, Il se met 
en grande colère, — il souffle de co-' 
1ère, fioun a zo enn^han ken a fuc'h. 
Ils provoquèrent sa colère, lakaat a 
r^ont anezhan da vont dtnmk enn^ 
han. Être en colère contre quelqu'un, 
kaout drouk oc*h u. b. Mettre q. q. 
en colère, lakaat u. b, da fâcha, — 
lakaat drouk ennu. 6.^ — ober ter^ 



Digitized by VjOOQ IC 



COL 



173 



COM 



naek oc'h u. b,, — lakaat drouk da 
vamt enn eunn den ; voy. Irriter, — 
Acier, — (ftcàerie, fachiri, t\ — 
faia— iMe, — tlf , — Micef tikle. — 
kaidble; prtm, — huhanek, — bukan 
da faeha^ — buhan da deari, (L.) 
(da deH G. T.) 

COLÉUVn, a4i. Voj. CeUre, - m- 
ferlé, — artait, — wigieix. 

CMIFKBTS, 8. m. pi. ObjeU de 
toilette de femmes -, voy. AtRf lets. 

CMJLiTIM, 8. f. PeUt repas, entre 
le diner et le souper, advern, m. (T.); 
gortoxenn, f. (L.) Venes coUationner, 
deuit d^ko korUnenn. On n'a pas col- 
lationnë, ne d-eo ket goude gortotenn 
(anezhi). Le mot an^iy ne s'emploie 
pas toujours ; voy. L'Iitrtdicueii , 
ch. II. 

GMJLKTV, a4j. Terme de gram- 
maire ; Toy. SiNtaBUf oellecUf (Dict. 
Troude.) 

GMiLICnW, s. f. Bîokad^ m. (au 
fij^uré) ; iesk (T.), — ie9kad (G.) 

CMJJn, s. m. StudL m. Aller au 
coUège, mont da ober ne studù 

COUJCUI, s. m. Mon collègue dans 
le rectorat, ann hini a zo evel-d^un 
persoun. 



i, T. a. Attacher à. . . , staga 



o&h.. 



GtLLET, s. m. Gollet d'habit quel- 
conque, kolier, m. Bientôt les gen- 
darmes vous prendront au collet, 
preêtik e tapo krog enn-hoc'h ann 
archerien. 

GtUni, s. m. Chevilles d*un collier 
d'un cheval de charrette, paronau, 
pL m. 

OKJjn, s. f. Reuzeuienn, ^ tor- 
yenu, — runenny — krugelly — 
^^rpsenn, — tctenn, f., — fw, m., 



(en grec : oro8.) GoUine de la rivière, 
Runaven, nom de village qu'on pro- 
nonce : Runaoen, (Run^ tertre, aven, 
rvnère,)Rumikeal (run-mikealj^ col- 
line de Michel (nom de viUage) ; vov. 
Tertre, — éaineice. Gouvert de col- 
lines, torgennek, adj. 

COLOm, s. f. PUier, - peteai, 
kaulounenn, f. Golonne en pierre 
pour Église, jwTer, m. == Golonne 
vertébrale, hvenn gein, f., — mell- 
chadenn ; voy. échine. 

COLORÉ, adj. Qui a le teint coloré, 
(parlant d'enfants), rmpiny — rubenn, 
— (ruz-penn), adj. Qui a le teint 
coloré (rougeaud), parlant d'adultes, 
ruzard, m., — ruzardez, f. 

COLORIS, s. m. Voy. Carnation. 

COLPOTEOR, s. m. Marc'hadour-red, 
m., pi. marc'hadourien^red, 

COIRAT, s. m. BretCy m. (Ane.) d'où 
vient le français, bretteur. Bataille 
entre gens de guerre, krogad, m., — 
koumoad, f., est aujourd'hui plus 
usité que slourmad, m. Petit combat, 
krogadik, m. (escarmouche.) En Alle- 
mand, on dit aussi, stourm^ et en 
Anglais, storm, 

COniEM, adv. de quantité, ped. 
Après ce mot, le substantif reste au 
singulier. Gombien d'enfants ? Ped 
krouadur f Dans le Tréguier, on dit 
improprement, ped a vugaU. Il ne 
sait pas combien de richesses il a, ne 
anavez ket ann niver euz he zanvez. 
Je ne sais pas combien de. . , n'ous- 
ped, (pour : ne ouzounn ped.) Gom- 
bien de pereonnes! (Que d individus !) 
hag a hini I x=m Adverbe de prix ; 
Combien la livre ? pegement al lur ? 
Pour combien de pain ? pegementad 
haraf 

CODIRER, V. n. Kouhla ann iraou, 

COULE, s. m. et adj. Le comble 
de.. ., ar vrasa, — ar oasa, f. ; — 



Digitized by VjOOQ IC 



Gëit 



m 



ciM 



at àuetlay m. ; — âr hrâsà, -^ àt 
goaaa^ m., — ar vella, f. Mesura 
comble, harr, m. Deux combles de 
seigle^ àaou varr àegal. Au comble 
dû bonheuf ènn fie eurusa (éous-en- 
tendu, 8tàd^ étal.) Pour comble de 
malheur, goasa pez a oa..., — goasa 
aoa.,. Comble, (plein jusqu'au bord), 
adj., raz, — rez, — reaz, — harr, adj. 

GOlÉil (Se), V. pron. Stanka^ — 
reàedi, y. n. 

COIÉBIE, s. f. Komidi, f., pi. ou, — 
kuriosite, pi. ou; voy. Rose, — sia- 
Iferies. 

COÉimS, s. f. Faire une comm..., 
lakaat digas,,, 

COUAHDÉ, adj. Chose commandée, 
tra rekiz. Fête commandée, gouel berz 

COOÂMDER, V. a. et n. Ober lezen- 
Hou d'eunn ail, — oher he vestr var 
ar re ail. Il commande, ar stur a zo 
gant-han ,\voy. Adainiitrer la ferme. 
— oi'doiiiier, — exiger, — Tovloir. Il 
commande (dans la ferme), ann emell 
a zo aant'han, — gant-han ema 
ann ober, — gant-han efna ann do- 
tnani. 

coins, adv. et conj. Comme, se 
supprime .quelquefois, en breton; 
Ex : Et mon français, comme vous le 
savez, n'est pas brillant, ha va gai- 
lek-me, a ouzoc^h, ne ket fou. Comme 
pai un, pe ne vezo den. Il n'y a pas 
comme lui, pour. . ., n*euz dm par 
d'ezhan da, . . Il a de Tesprit, com- 
me trois, spered en deuz, kement hu 
tri, Yoy. faitrtdiction, — Siiperlaiif. 
TretU'kiy maigre comme un chien. 
Clair, comme le jour, sklear-deiZj — 
ker sklear fiag ann deiz, etc. Il vous 
arrivera comme à mon père, c'hoar- 
vezout a raio gan-e-hoc'h tro va zad 
Il arrive à l'esprit comme à la terre 
qu'il faut arroser ; ar spered a clioar- 
vez gant'han tro ann douar a rank 
beza djouret; voy. L'esprit, remealle 
à... Comme nous savons (puisque 
nous savons), pa ouzomp. Comme 
la maison était pleine de monde, 
mes, ànntio teza leuri-koûch. Com- 



me il ne fiît plus ^emfbhmt dé. . • ,* 
veza ne ra mui van dd,,. Ckmnn^ 
vous fercx on vous fera, èkit^h d reot 
e kavoiy — dioc% ma reot e kavot ; 
voy. Selon que. Comme un èceur âtà^ 
der, kaloun àir enn fie âreiz, — fut- 
loun fier kalet fiag ami dit* ewH fte 
greiZy (sortes d'adjectifs). Il travaille 
comme un enrafé,' ftema a to enk- 
fian eur gourinàr labourât. AfHm 
comme, il faut, souvent, répéter le 
verbe, en ajoutant, comme hs f^t, 
comme ils msent, selon les cas, etc. 
Casser quelqu'un comme maire, le- 
met digant u. 6. fié garg û veûr ; 
voy. DetUtotr. ==» Comme (en qua- 
lité de.) Prendre quelqu'un comme 
domestique, fcemeret u. b. da vevel 
gant'fian. H avait comme peur d'y 
aller, evel aoun en doa o vont dt, -^ 
dem-aoun en doa o vont di, -^ eunn 
tamm aoun en doa o vont di ;. voy. 
Certain. J'étais comme malade, fUanv 
oann, koulz lavaret, — ktam Oifnn 
eunn draik. Il avait comme l'int^n- 
tention de . . . , evel c'fioarU en doa 
da.,,, — (e seul aviz eoda,.,) (mot 
à mot: sur le .^euil du pnyet de«.^, 
— sur le talon du projet de.. .) Us 
restèrent là, comme morts, cfxoum à 
refont eno ec*fiiz tud varo. U fut in- 
carcéré, comme fou, prizouniet e oe, 
var zigarez m'oa sot {prizouniet e oe, 
ec'fiiz pa vye sot). Comme fondant 
dans la bouche, ével o teuzi er ^- 
nou, — evelpa deu^e er ginou. Comi- 
me folle, e-touez ar re zot, — evel 
eur follez, — evel follez. Comme un 
aveugle, evel eunn den dalt. J'étais 
comme fou, evel eur sot edon. U est 
pâle, comme un mort, fser glaz eo 
hag ar vnaro. Rester muet comme 
les poissons, dont ken dilavar fia 
pesket. ' Gomme (pour) péni- 

tence; evit pinijenn. Je ne vous con- 
nais pas comme mon maire^ ne ana» 
vezann ket àc*fianoc'fi evit beza va 
mear ; — da c'ftouzout eo d'Ut ka 
c'houi a zo niear var-n-oun. Comme 
preuve de votre amitié , da zisfçouéz 
dezfion petrà eo ho karantez. Comme 
tout fraîchement écrit, eve^ m, v^je 
bet skrivet à-nevez-flamm (a-nevez 
zo.) Comme marque d'amitié^ da na^ 



Digitized by VjOOQ IC 



tm 



m 



m 



koue^ he farantez. Je m'en souviens, 
eomnae si c'était bier, sonj am eux, 
evel pa ve deac*h e re. Gomme tu 
ciies ! fiag a drouz a zo gan-^z ! 
Gomme celui-ci, e par hema (T.) ; 
comme eux, e par d'ezho. Un homme 
comme je voulais, eunn den dioc'h va 
c'hocmt (dioc'k m'em boa c'boantj. 
Gomme c'est a^s^çant d'entendre. .. ! 
hag hen a zo inouuz klevet,..! Il n'y 
a rien d(e mauvais, comme de mentir, 
Weuz netra ker fall evel ma*z eo Za- 
varei gevier. 

CmS-CI , eveUenn. Comme-ça , 
evel'se. /, .. Gomme-€ii (comme ce 
qui eat li-bas), evel-fiontt — r eveUz- 
hont, === Gomme-ci, comme-ça 
(passablement), être daou, — ne 
ffhpmt ket (T.) 

t^ÊOaSKXfEfï, s. m. Dès le c. . . 
de rexpédition, kenta ma tigoraz ar 
hrezeL Au com... de Tannée, enn 
deisiou kenta euz ar bloaz, 

CMIEMCEl, V. a. et v. n. Koumons 
(vieux mot nécessaire.) J'ai commen- 
cé à battre, koumanset ounn da zour- 
na^ — krog ounn da zotirna. Com- 
mencer un travail, staga ga^it eul 
labour, — êtaga gant-hi, — digeri 
klaz, Comi;nen.cer un grand travail, 
digeri eur pez labour. Ço^nmencer 
un entretien, sevel kaoz, — digeri 
haoz ; voy. Préfoce. Avez-vous com- 
mencé? krog oc*/i-huf Gommencer à 
se lasser, koumans skuxza^ — dont 
da sfiuiza. Le^ flçurs co^im.encent à 
8>ffeui!ler. ar bleun a gouma^ns di^- 
jduenna, il commence à prendre du 
rentre, brema e sao kàf out-han. 
ta n?traite commencera (s'ouvrira) le 
samejfi, ar retred a zigoro (a vezo 
digoret) d*ar zadom. Les boutons 
eommepceot à se former; voy* F tnne, 
nr fnier. Il commença par dire ; 
voy. Délmterpar...; dagenta fi lavar 
raz. Les cornes commencent à lui 
jpçu^ser, koui^nê a ra kemiel da 
zevèl aezkan. Gommençai^t sa di- 
adème année, Hf'og enn fie z.eli vloaz^ 
adlj. 



CPMISR, adv. En quel s^ns (au 
moral, j)enaoz/, — (au physique et 
au moral, dioch pe dufj Savoir com- 
ment bien vivre, gouzout penaoz eo 
beva mad. Je ne sais pas comment ! 
n'ouzounn doare ! {n^ounn dare, par 
licence, en narration.) Gomment vou- 
lez-vous qu'il en fût autrement, ha 
penaoz e fell d'e-hoc'h'hu e vije ken f 
Et comment faire pour y aller ? ha 
mont di f On ne sait comment cela 
tournera, ne oar den penaoz ez aio 
ann dro (ar stal — ar bedj ; ,^— ne 
oar den penaoz e troio ar voul (ez 
aio ann abaicnn.) 

COnERTAIRE , s. m. Skleridig^ez , 
d1. sing. f., — merk, m., — di^pti- 
ka, m. 

(ïOnEllÇAHT, s. m. Koumersant^ta, 

COnOERÇAIT, adj. Ville commer- 
çante, kear gomnerz, — kear vqir- 
c*/tad, 

CPIIERCE, s. m. Négoce, koumet^z, 
m., (mot usité, ainsi que le mot tra- 
fiky m.) Qui fait le commerce de bes- 
tiaux, trafiker saout ; voy. Marcluiii. 
=== Gommerce de lettres, skriva 
ann eil d'egile; voy. échange. 

COHÉRAGE, s. m. Voy. C^uicait, 
grac'herez, f. 

COUÉRE, s. f. Femme qui vole, 
sous prétexte de commérages, klu" 
fenn, f. 

coins, s. m. Koumiz (mol usité.) 

COmSSAIRE, s. m. Koumiser (mot 
usité.) 

€(UplISSIOI,.8. f. Je ne vais m ^He 
que quaijid j'ai quelque commission, 
ne vezfinn e kear nemei p*am bfivef 
kefridi da vont ; vôy. Occ«Si#9. 

COnUffiE, adj. Ghemin commode, 
hent eazl — hent kompez, — Aefi^ 
difreuz. Il vous est coip^ode d'y ^11^^ 



Digitized by VjOOQ IC 



(m 



4^6 



ÉOlI 



c'houi a zo brao d*e-hcfili mont di, — 
c*?ioui a zo cf^-TOud da vont di; — a- 
dro emoc'h da vont di, — a-dro eo 
d'e-hoc'h mont di. 

COnODITÉ, s. f. Voy. Commode. = 
Latrines, kambr-eaz, f. . Je n'ai 
pas la commodité de faire l'aumône, 
n'em euz ket a eaz da rei ann alw- 
%enn; Voy. Commode, — loyen. 

COnOnOI, s. f. Forte commation 
(au physique), strons, m. 

COOUN, adj. Année commune, 
hloaz kustum, — bloaz komun. On 
dit aussi : kemun, dans certains en- 
droits* Avoir bon cœur et être heu- 
reux, c'est chose plus rare que le ro- 
seau dans un pré, beza euruz, ha 
kaloun-vad, ne ket ker stank ha raoz 
er prad, (Prov.) Dans un intérêt com- 
mun, evit mad ann holl. Vivre en 
commun (vivre ensemble), ken-veva, 
V. n. Peu commun ; voy. Eare. 

CiMOnJHE, s. f. Paroisse, komun, 
— parreZj f., — bann, m. De quelle 
commune étes-vous? a be vann oc'k' 
hu? (G. y.) La paroisse de Gommana, 
Komanna,ipouT komun Anna, ou pour 
komm, auge, et Anna, Anne (Ste-), 
d'après quelques auteurs. (Roudaut.) 
Bann, n'est usité, qu'en parlant d'une 
paroisse du temps de la féodalité. 

COHUnART^ s. m. En âge de faire 
ses Pâques, (vieux style}, enn oad da 
ober he basky s. m. 

COmimCATIF, adi. Den kuzety — 
den he-unan^ — den goloet : voy. 
CoBceatré. 

COnunCATIOI, s. f. Route de pe- 
tite comm..., stready f. Route de 
grande comm..., hent visinal, m. 
(mot importé.) 

COUUIIQUER, V. a. Dieu se com- 
muniquera â nous, Dom en em iakai 
unan gan-e-omp. 



CMffAftnS; s. f. Kompaçnunez, f. 
(mot nécessaire); voy. Socièlè, — uloa 
de personnes pour un intérêt quel- 
conque. C'est dans leur compagnie 
qu'il se plaît, gant ar re-^ze eo e vez 
enn he eaz, {e vez enn he b/yadur, — 
e vez enn he voed.J En sa compagnie 
(avec lui, avec son concours), enn he 
zerr, — gant-hant, — d'he heuL 



COIPAGMI, s. m. 
he unan. 



Sans comp. 



CMPAIABU à, acy. Par da... 
k _ 

COIPHAITRE, V. n. Gomp... au 
Suprême tribunal, mont dirak Doue^ 
ar Bamer braz. 

COlPAliTIYEinT, adv. CMPAlt, 
adj. Comparativement â..., — en 
comimraison de..., — comparé à ce 
que j'étais alors, e-kichenn m'edon 
neuze, — eskoaz m'edon neuze. Corn* 
paré â ce que je suis, dùnfh ma^z 
ounn, — er stad m'emounn; voy. 
EdatiTemeit, — ea frofortloa ée,. . • 
— ea égard à... 

CMPARn, V. a. Lakaai eunn dra 
kever-e-kever gant...\ — lakaaJt 
eunn dra eun eur gever gant. . . 

CMVAITHIRT, s. m. Celui d*une 
huche, disparti, — kombod, ou kom- 
pod, m. 

CMVAS^ s. m. KoumpeZf m. 

COlPASmN, s. f. Truez^ f. Digne 
de comp... Truezuz, a<j|j. EnfanU 
dignes de comp... , bugale druexuz^ 
adg. Assurer que quelqu'un est di- 
gne de compassion, truezi eunn den. 

CMVATlIOn, s. m. Bro^ pi. hroix 

(et non broiou, en ce sens) ; KenvrOf 
pi. kenvroiz. 

COVEUATIM, s. f. n y a mainte- 
nant comp... pour eux, é^goll eo 
d'ezho brema^ — brema emint kemn%'- 
oe*h-kemm. 



Digitized by VjOOQ IC 



GÛM 



in. 



cm 



80IPEKSEB, y. a. Œuvres faites 
pour comp. . . la dispense du jeûne 
et de l'abstinence, ar pez a reer e 
plas ar iun hag arvijel ma vezer het 
dispanset ançzho. Pour compenser 
ce qu'on avait enlevé de la gloire de 
Dieu, evit digoll Boue euz ar c*hloar 
aioa bel lamet digant-han, === Se 
compenser, (v. pron. et n.) en em 
baeoy — en em giteza, (a zo ingal) ; 
Yoy. Se mqiftter, — g*é(|«llibrer. 

GOIPÉRE, s. m. (au fig.) ; rusé com- 
père ! lapo^is fin! m, 

WOttUn, adj. ; voy. GonnaUgeor. 

CMPLAmS, V. Q. Çompl. à q. q., 
tremlen âioifk u. b, 

CWPLÉmr, s. m. Mankenn, f., 
— ûrpezavank e,.. da beur-echui ; 
voy. Snp^énent. 

. GMPL8T, adj. A-bez, — enn he bez; 
voy. Entier. Tout y est au complet, 
par eo ann traou eno. Dans une 
complète misère, netra var he dro, 
nemet dienez; voy. Parfait, — accom- 
pli. 

COlPLÉTEnRT, adv. Klok, adj. et 
adv. Bloc'h (V. T.), — piz, — beteg 
ann tamm diveza\ voy. Nettoyer à 
Ani4. Complètement aveugle , dall- 
jMt, Complètement ivre, mezo-dalL 
Complètement mort, maro-mik. Il 
««t devenu complètement Trégprrois, 
TregerUid-leun eo brema, 

GQHPLÉTEB, v. a. Peur-ober (ober 
eunn dra penn-da-benn.) Peur, en- 
tièrement, se combine avec tous les 
mots, au besoin. 11 n'a pas complété 
son instruction, ne het peur-zesket 
fhoaz. Compléter, en ajoutant, ober 
eunn astenn da.,, {eur stagadenn 
àa.,,J 

COIPLEXIOI, s. f. De forte compl.. , 
temset-mad , — kigennet-mad. De 
faible compl..., blizik ; voy. Tempé- 
ramment, — rokaste. 



COMPLICE, adj. Vous êtes complice, 
c'houi hoc'h unan oc^h euz pec*het, 
(au moral ou en religion), — c*houi a 
gemer perz hoc7i unan enn torfed- 
se, — c*houi hoc'h unan oc*h euz ko 
lod e kement-se. Être complice, la- 
kaat he zoum da ober eunn dra. 
Être le complice d'un criminel, la- 
kaat he zaouam da ober eunn tor~ 
fed. 

COIPLIVENT, s. m. Je vous en fais 
mon compliment I ho trugarehat t 
(sous-entendu : o-rann ; mot à mot : 
vous remercier, je fais) \ voy. Je YOlis 
en félicite, — mad oc*h euz g^reat, — 
joa eo gan-en^ — guell a-ze d'e- 
hoc*h, — plijadur a rit d'tn, — stad 
a zo enn-oun gant ar pez a rit ; — 
gra^ d'e-hocliy m'oc'h euz great he- 
ment-se, 

COIPLOffiRTER, V. a. Voy. Félidt^r. 

COIPLOT, s. m. Troidellou^ f. pi. 

COIPLOTEE, V. a. et v. n. KavaiUat, 
Y. n. 

COMPORTER (Se), v. pron. ; voy. Se 
eondnire. 

COMPOSÉ, adj. Composé de terre, 
great euz a zouar, — a gaver enn- 
han douar, — great gant douar, — 
douar oc* h ober anezhan. U se com- 
pose de fer et de bois, houam ha koat 
a ia d'he ober, 

COMPOSER (Se) de. . . Ce repas nf 
se compose que de riz, arpred^e ne 
d-eo ken tra, nemet Hz, 

COMPOSITION, s. f. Voy. Matière, — 
nature, — écrit, — qualité. J'ai été 
de bonne composition dans le partage, 
soupl ounn bet, pa eo bet ar rann. 
Je n'aurais pas meilleure composition 
d'un autre, n'em befe ket gueUoeh 
ober gant eunn ail, 

COMPRENDRE, v. a. Kompren (vieux 
mot.) Qui comprend difficilement, d^n 

2a 



Digitized by VjOOQ IC 



. CON 



ns 



CON 



dientent. J'ai compris de vous, kom- 
prenet am eux gan-e-hoc'à. Facile à 
comprendre, e-gleo; voy. Facile à 
Ctmpr..., difazi, adj. Je ne comprends 
pas un prêtre qui. . ., n'ounn Uet evit 
Kredi e ve belea ehed hag a. . . Je ne 
TOUS comprends pas, souezet ounn 
gan-^'koch. Je ne comprends rien 
aux horloges, ne ouzounn seurt dioc'h 
ann horolachon. Tout compris, être 
tout, i • En comprenant, (y com- 

Çris) ce jour; voy. InclvsiYement. = 
compris les frais, mizou hag ail, 
— hag ar mizou da heul^ — gant ar 
mizau oc'h-venn; voy. Considérer, 
$onial, — laUaaJt anpered da zonjal. 

GMffROnS, 8. m. ken-bromesa, f. 

GOIPROIETTRE, v. a. Voy. Exposer 
M Tie. 

COVTS, s. m. SounJ, t, — merk^ 
m. ! Sur le compte de q. q., 

var gein u, b,, — divar-benn m. o. 
Pour mon compte, evid ottn-me; 
(Pour ma part, enn tu diouz-in). 
Vous vous trompez sur mon compte, 
ifhoui a en em drompl gan-en-me. 
Se taire sur le compte des autres, 
tevel var-bouez ar re-alL === Se 
rendre compte de, kompren^ v. a. 
(kompren penaoz eo (^hoarvezet ann 
taolj ; voy. S'e^liqver uie chose. 

C^IPTER, V. n. Kou4ita, v. a. et n. 
Je compte y aller, e sonj mont e~ 
mounn (sens actuel), — sondai a rann 
mont (sens habituel.) Il y en a tant 
^ue je ne puis les compter, ker stank 
init (kement a zo anezhoL — ken ne 
ouzounn niver ebed d'ezho. Sur com- 
bien comptez-vous à dîner? ped oc'h 
euz-hu 9oni ^ gaout da leina gan- 
e^o&h f voy. ^fécnler. 

COMPTOIR, s. m. Kountouer, m., — 
taol-gounta, f. 

COKATITt, s. f. Gonc... de^ 'œil, 
poull-al'lagady m. 

CWCSMTRÉ, a4j. Den he unan, — 
den goloct, — den kuzet ; voy. Ion 
COUialcitif. 



CONCEVOIR, V. a. Voy. Comprendre. 

Engendrer, konseo^ (partie. 



konsevetj, en style sacré. 

CORCIERGE, s. m. Porzier; vpy» 
GeèUer. 

CORCITOTSN, s. m. Ken-vourc'hiz, m. 

CONCLU, a4j. Marché condu! tonkit 
azeî great ar stal ! voy. Frapper dans 
la main. 

CONCLURE, V. n. Lararet he zonj 
diveza\ conclure un marché, ober 
marc'had. Concluons, klozomp eno, 

CONCORDE, s. f. Voy.. Rott accord. 

CONCOURS, s. m. (encours entre 
élèves et écoliers, breta, m., ou 6re- 
te. Le mol konkour, m,, est égale- 
ment usité. === Avec son concours, 
enn he zerr^ — gant-han^ — d'he 
heul, 

CONCURREUENT, adv. Skoaz-oc'h- 
akoaz, — e-serr kement^se, 

CONCUSSION, s. f. Goall'Vir, m.; 
pratiquer la çonc, . . , goall-viret, v. 
a. et n. 

CONDAMNATION, s. f. Les paroles de 
la cond... éternelle, komzou ann 
daonedigez da vikenn. Éviter la con- 
damnation étemelle; voy. Damnation; 
kaout gras ha pardoun dioe'h emn 
Ifem, 

CONDAMNÉ, adj. Un malade condam- 
né, klanvour n*euz pare ebed evit- 
han, (n'euz ket da zont enn-han, — 
ar maro gant-han) ; voy. Désespéré, 
— incurable ; dibareuz, a4j. 

CONDAMNER, v. a. Kondaoni (mot 
usité.) A quoi a-t-il été condamné ? 
da be boan ef-hen bet barnet f 

CONDESCENDRE, v. n. Ck)nd... aux 
besoins de tous, pourvei da ezommo%k 
pep hinù 



Digitized by VjOOQ IC 



CON 



m 



CON 



COIDinOI, 8. f. Diviz, m., Jclause.) 
Les conditions aue le Père Eternel a 
mises à notre bonheur, kernent en 
deuz dicizet hon Tad enn Env, evit 
rei d'e-omp ann eurmded. Poser ses 
conditions, ober he zivizou. Les condi- 
tions sont que..., ar peza zo da ober 
eo. . . Pourvu qu'on remplisse les 
conditions, gant ma reot kernent a 
zo da ober. A condition d'y aller, a- 
bouez (var-bouez) mont dû À condi- 
tion que Ton fasse. , ., nemet e vezo 
great, . . Je porte avec douleur le 
fardeau de ma malheureuse condi- 
tion, dougen a rann, gant pvan^ va 
beae'h enkrez (beac'h va buez). Selon 
leur condition, dtocVi ho c'hendere, 

— dioe'h ho dere. Ils fréquentent 
ceux de leur condition, ar re euz ho 
c'hendere a hentont (a heuliontj, — 
?io c'hendere a hentont fa heuliont), 

— arrear memez kendere gant-ho 
a hentont (a heuliont ) Chacun doit 
se marier selon sa condition, pep hini 
a die fortunia gant he gendere 
fdioe'h he gendere, — gant ar me- 
mez kendere tud ) Triste condition, 
planedenn garo. Ceux de haute con- 
dition; voy. Qsilltè, ^ naissance; ann 
dud vraz, — ann dud a renk huel, 

— ann Aoirounien (ann Aotrounez.) 
Être en condition, chez q. q. ; voy. 
Sertir, — être en qualité de dômes- 
tique ; beza mevel fbeza plac'h) annt 
u. b. Un homme chez qui j'ai déjà été 
en condition, gant unan ounn bet 
c'hoaz mevel (plac'h) gant han. De 
basse condition, dister (a renk izelj, 
adj. 

GMOITIOnÉ, adj. Bien conditionné, 
renket'brao, — great^mad, — great 
e-doare, 

OMMLÉAICE, s. f. ken-gaon^ — 
ken-ganv, m. Faire des condoléances, 
ken-ganvaoui, v. n. 

GOIDUCTEUB, s. m. Rener, m. =>== 
Cocher, postillon, charretour, — ble- 
nier ann denn^ — paotr ar c*harr. 
Une voiture sans cond..., eur c'harr, 
den ebed gant-han. 



GMDUin, V. a. Mettre sur la voie, 
hencha (sens propre) ; — lakaat var 
ann arroudenn (sens figuré.) Condui- 
sez-le chez moi, nmenez-le chez moi, 
digasit anez/ian d'am c^haout, — di- 
gasU anezhan d'am zi. Conduire une 
ferme, tiehaat, v. n. En accompa- 
gnant et en conduisant Tenfant, troad- 
oc'h-troad gant ar paotrik. C'est le 
chemin qui conduit â la vie, hennet 
eoy e guirionez, ann hent a ren d'ar 
vuez; — hennez eo ann hent a gas 
d'ar guir vuez fa ren d'ar v%iez a 
bado da vikenn). Conduire au vice; 
voy. Porter à. . . , — pousser à. . . Con- 
duire par le bras, kazelia, v. a., 
[mont kazel'Oc^h'kazel gant. . ,) 

CCfflBUIlE (Se), V. pron. Ben he 
vuez; voy. Conduite. Se conduire tout 
seul, beva enn he roll. 

CORDUIT, s. m. Conduit, en général, 
kan, m. Conduit d'eau, en général, 
kan-dour, m., — stivell, f. Conduit 
d'eau dans les champs, oued^ m., 
pi. oueyou. 

CONDUITE. Ligne de conduite, roll, 
m. Bonne conduite, furentez, f. Je 
connais sa conduite, me oar he zoare. 
Telle est sa conduite, evel-se e ren he 
vuez. Je n'approuve nas votre con- 
duite, arpez a rit ne blijtammd'in, 
— ne rit ket mad, a gav d'ifi. LfiL 
conduite (la direction) d une ferme, 
ann tiekaat, m. 

CONFÉRENCE, s. f. En religion, 
konferansy f. - Entretien, kao- 

zeadenn, f., — kaozeadek^ f. ; voy. 
Entreme, — titite. 

CONFESSE. Aller à confesse avec 
quelqu'un, mont da govez gant u, b, 

CONFESSER (Se), v. pron. Se confes- 
ser à Dieu, kovez oe'h Doue. Se con- 
fesser, beza koveseat, — mont da 
govez gant,,, y — kovesaat he 6e- 
c'hejou da eur belek. Fille ou femme 
qui va souvent se confesser aux prê- 
tres étrangers, klokennet, adj. ; voy. 
Confesseur. 



Digitized by CjOOQ IC 



CON 



180 



m 



CéKfESSKUÉ, s. m. kovesor, pi. ed. 
Confesseur commode ou large, kove- 
sour frank he vanch^ adj. Qui est son 
confesseur? gant piou e vez-hen o 
kovez / ( Le plur. de kovesour, est 
kovesourien.J 

CONFESSIONNAL, s. m. kador-govez, 
f., — kador ar bindjenn. 

GONFIDHfCE, s. f. En confié..., adv., 
être c'houi ha me, — e-kuzulik, — 
e-kuzul ; voy. En secret. 

CONFIER, V. a. Voy. Remettre. 

CONFIGURATION, s. f. Mod, doare, 
ite^ furm, gobari ou gottbuH ; voy. 
Conformatiitt. 

CONFLUENT, s. m. kember (ken, 
ensemble, — ber, qui coule.) Ce mot 
très ancien a servi à former le mot 
de Quimper (confluent de l'Odet et 
du Steir.) 

CONFONDU, adj. Mesk-e-mesk, — 
enn eunn douez, a4j. et adv. 

CONFORMATION, s. f. GoubaH ou 
gobari, m. 

CONFORIÉ, adj. Bien conf..., gou- 
bariet-brao, — modet-brao, — ren- 
ket-brao, — (korfet e doare ^ parlant 
d'hommes) ; voy. Bien propertfonné. 

CONFORME, adj. Pour la taille, ils se 
trouvent conformes, a-vent ec*h er- 
ruont mad ; voy. Aller bien ensemble. 
Conforme à la justice, a ia gant ann 
eeun (prononce? : e-un) ; voy. Res- 
semblant, — syinétriqne. 

CONFORMER (Se), v. pron. S'accorder, 
correspondre ; en em glevet (au mo- 
ral) ; — en em aela^ — en em gaout 
par (au physique.) Se conformer à la 
loi, ober dioc/i red, — ober hervez 
al lezenn^ — heulia aï lezenn, 

C(HIFRÉRES, s. m. pi. (sens général, 
kendere, m. pi. 



CONFUS, adj. Confus de tant de bon- 
té, evel mantret o velet kement à 
vadelez. Cependant le mot ancien, 
mantr^ signifie aussi consternation 
dont l'effet extérieur ressemble à là 
confusion ; la liaison des idées pré- 
cise le sens des mots. 

CONGÉ, s. m. Permission, kounjey 
m., ou kounjez (vieux mot dont l'od^ 
gine est inconnue.) === Congé mi- 
litaire (temps de service), amzer zou- 
dard. En cangé de trois mois, 6r gear 
evit tri miz ; voy. Dict. Triade. 

CONGÉDIER, V. a. Konjezi, t. a., — 
rei kottnje da eunn den du vont enn 
he dro (enn he roud) ; voy. Prenil^ 
congé de q. q., kimiada dioc^h w. !>,, 
— lavaret da eunn den mont kuit 
adarre, — lezel u. b. da vont kuU pa 
garo (formule de politesse) ; ktvarèt 
kenavo da u. b. ; voy. Tronae. 

CONGÉNÈRE, adj. Âr memez natur 
enn-han. Ses congénères, he gen- 
aeurted (parlant d'hommes.) 

CONGRATULATION, s. f. Ken-leven&t, 
f. ; voy. Compliments. 

CONGRÉGATION^ s. f. Dé la congré- 
gation du mont Cassin, euz arrumm 
venec*h a hanver menec*h menez 
Kasin. 

CONJECTURE, s. f. Yoy. PréTision. 

CONJURER, V. a. Koiyuri; voy. Itor- 
cfser. 

CONNAISSANCE, s. f. Ses connais- 
sances sont étendues, ^ema a mrieur 
garg traou, — hema a zo eunn cfeti 
gouisiek - braz. Connaissance d'une 
chose, arroud, m. Sans connaissance 
de cause, hep gouzotit mad petrçL a 
oa, — hep gouzout d'ezhan, — hep 
gouisiegez. Il est à ma connaissance..., 
me a oar, — me a anavez, . . ftien, 
à ma connaissance, netva gant nm 
oufenn, — netra a gemènt a oiifhtn. 



Digitized by VjOOQ IC 



tÔK 



m 



<JON 



INNnnlSSBUl, dubs. 61 adj. Amon- 
ûeh euz eutm dra , — anaoudek 
tKir eUnn drn^ — mad da tfttooitt 
mmn dra. 

GMUUTIE, V. a. Moi qui le coûn^ 
si bien, ha me ken anaoudek anez- 
kan. Je ne vmis conna» pas pour 
mon maire, da (fhouzout eo dHn fia 
e'houi a zo mear var-n-oun ; — ne 
Mnavezann het ac'fèanpc'k etit beza 
wear var-n-oun; voy. Gomme. Depuis 
que je me connais, abaoïée m'am euz 
skiant, — abaoue ma \ euzdeust 
skiant d'in. C'est le plus mauTaisfits 
que je connaisse, krtsa map am euz 
guelet etK Connaissez;- vous un tel? 
auavezit-ïm fanaout a rit-hu) hen- 
ha-hen ? H ne connaît aucun chemin 
pour nulle part, ne oar hent da nep 
leac^h. Je ne connais rien en fait d'hor- 
loges^ n*ouzounn seurt dioc'h ann 
harolachou. S'il se connaissait, il ver- 
rait q^u*il n'est rien auprès de son père, 
ma^ch en em ciiouzfe (ma'cli enem 
anavezfe), e velfe ne d-eo mann e- 
kichenn fie dad (T.) Je ne connais 
pas son intention, n^onzounn doare 
petra eo he zonj, 

Cûini, adj. Sa filiation est connue, 
dioch he ouenn eo anat. Les choses 
connues àe Dieu seul, ann traou ne 
oar den nemet Doue, 

COMOPODE, s. f. Noix de terre, ke- 
1er, m. 

. €0iSi6BBt, V. b. Ck>n8.. . .sa vie, à 
Dieu, goe^la ke fioU vmz da Zoue, 
Consacrer une Église, benniga eunn 
lîiz, — dédia eunn tliz. 

G6i86IIIGE, s. f. Ma codsc. . . ré- 
prouve cela, kondaonia rann kement- 
se, e goeled va &houstians. Conscience 
d'ttne chose (connafesance d'une cho- 
se), anaoudegez euz eunn dra. Je 
ti'ai pas conscience de cela, agement 
-a mîfenn, — ne gav ket dHn em be 
te PC, seltyti les cas.) Contre sa cons- 
cience, a^enep mottez he gousXians. 
r En conscience, — conscien- 

ideusement , gant aket braz ; voy. 
Soi^eosement. 



COR^CWnOH, s. f. LeI Éeetésias- 
tiques soumis à la conscription...! 
Ann dud a Iliz da zoudarded ! (sous- 
entendu : kaset, envoyés ; voy. Strt. 

CONSÉCRATION, s. f. Cons. .. dune 
Église, dedi eunn Iliz. == Consé- 
cration (à la Messe), {ovation, gor- 
reou, pi. m., — koiwekrasion, f. 

CONSÉCUTIF, adj. Deux années consé- 
cutives, bldavez /ta bloaijez di&c^h^u, 

CONSM., n. m. Cons.. . de faMille, 
komparant, ta. =*= Étahlir un oonsetl 
de famille, «et;c^ komparant da,,, 
== Conseil et sel se donnent à qui 
en demande^ ali ha g holenn a rœr 
d'ann nep a e'kovdetm. (Prov.) Privé 
de conseil, dizali. adj. Mauvais ixmseil, 
goall-ali; voy. Âsseaiblée à Thôtel de 
ville, ti'kèar^ m. 

. CONSEILLEI, V. n. Cous... de..., 
lavaret,.. Mal cons..., goaU-alia. 
Je vous conseille de le faire, me a ûe 
amz d'e^/io&h da ober ann dra-ze, 

CONSENTEWiT, s. m. Du eon^tot... 
de ma mère, gant osant va mamm, 

€0N8QfTHi, V. n. Consentir au pé- 
ché, digerihe galoun d'ar pec'ned, 
— rei ar galoun d'ar pec'kùl, 

CMStoUENCE, s. f. Ar pez a zeu 
var-lerch eunn dra benwtk; voy. 
Suite, — résultat. Par une consé- 

Suence naturelle ; voy.Tar sotte 4e. . . 
e)a ne lire pas à conséquence, ke»- 
ment-se ne acnn ket da oall-dra, -r- 
kement se a zo bihan dra, — kement- 
se a zo. nebeud a dra, — n'euz drouk 
ebed evit^se. Une chose de consé- 
quence^ eunn dra a^bouez, — eunn 
ara a aenn da yraz. La conséquence 
est que. . . , ac'hano e vêler. , . L'im 
est la conséquence de l'autre^ ann et/ 
a denn d'egile, — ann eil a zeu divar 
(euz) egile. En conséquence ; voy. 
le mof suivant. 

CONSÉQUHIT (Pif), adv. Dre-ze, — 
mel-se, — ral^se, *- kent^se. 



Digitized by VjOOQ IC 



£0N 



48) 



CON 



COISSIYER (Se), t. 

pell mad. 



pron, Choum 



COHSERVER, ▼. a. Les rares cheveux 
qu'il a conservés, ar hlevennou chou- 
met var he benn. 

COHSIDÉRABLE, adj. La ville la plus 
cons. ,,yar getUa e-touez keriau ar 

CmSa^ÉBAIT, 8. m. Considérant 
que. . . ; voy. Tw, — ym ne, — tt- 
teili qie...; goude beza sellet oc'h, — 
veza ma. . . {na, avec une négation.) 

CmSIDÉRiTlON, 8. f. En cons. . . de 
moi, abalamour d'in-me. En cons... 
de, e-kever (parlant de choses); vûy. 
Iléfirdà... 

CONSIDÉRÉ de tous, adi. Prizetgant 
ann holl, — deuet mad d*ann holl ; 
voy. Ettiné de. . • Tout bien cons. . . ; 
voy. A-proportion. Tout bien consi- 
déré, il est plus riche que moi^ jnnvi- 
dikoc'h eo eged aun-me^pep hini d'he 
gount. Considéré comme... ; voy. 
lépité, — regardé îêmmt. 

CORSIDÉREl, v. a. Kompren, v. a. 
(vieux mot), sonjal, — lahacU ar spe- 
red da zonjal; voy. EziMiaer, — 
comprendre. 

C0NSI6IE, 8. f. Aviz, — urz, — dl- 
fenn (selon le cas.) 

COISISTAMCE, s. f. Sans cons ; voy. 
Faible. == Manquer de consistance, 
floja, V. n. 

CMSISTBRj V. n. En quoi consiste 
une bonne vie? penaoz eo beva madf 
Une bonne prière ne consiste pas dans 
la multiplicité des paroles, neketar 
muia komzou eo arvellapedenn (T.); 
voy. Iiltiplicité. 

GONSOLATIOI, s. f. Soulaz — fkon- 
fort C.) ; didorr — (konsolasion, est 
usité), joa e-kreiz ar boan. En leur 
montrant la source des consolations 



divines, en eur ziskouez d*ezko penaoz 
e c'helljent kaout digant Doue didorr 
d'ho foaniou , — en eur ziskouez 
d'ezho ann tu da c'helloiU kaout dt- 
gant Doue did^frr d'ho foaniou. Ver- 
ser la consolation (petite bouteille de 
liqueur avant la séparation) ; voy. 
Conp de partance; diskarga ar c*hla- 
c'harik aa eva. 

CORSOin, V. a. ^ofMo^i (mot né- 
cessaire); — laouennaat, — joqusaat, 
se disent aussi. 

COISOUOER, V. a. Fermaat, — star- 
taat, — lakaat da feimaat. Conso- 
lider avec des liens un objet brisé, 
itellenna^ v. a. ; voy. issi^Jetti, ferme, 
solide. I Se consolider, v. pron., 

dont da veza ferm (gtartj, — mont 
var fermaat {var startaatj, — fer- 
maatf v. n. 

COISOmn, v. a. Uza; devi; rotta; 
dispion; eva; dibri. On a consommé 
cinq litres de. . ., evet ' zo bet pemp 
Ittrad, En pariant de la soupe qui se 
consume en bouillant, on dira : koazay 
V. n. ; voy. 8*évaporer. 

COHSOIPnON, s. f. Mourir de cons... 
(de dépérissement), mont dre uz^ — 
semplaat bemdez, — dizeria bem- 
dez, — mont var zemplaat bemdez, 

— mont var oasaat (var faUaat) 
bemdez, 

COISOET, 8. m. Au vocatif, paotr, 
m. ; voy. Ami, — camarade. 

G0H8PIRAT1M, s. f. voy. Emente, — 
réTolte, — circiiti, — men6et, — 
cabale. 

COISTAHGE, 8. f. Persévérance dans 
ses goûts, dalc*hy m., — fe^^mder, f. 
Fermder signifie aussi, solidité, atti- 
tude assurée. Il n'a pas de constance, 
n'en deuz ket a boell enn he benn, — - 
n'euz dalc'h ebed d'ezhan, — n'en 
deuz dalc*h ebed, — n'en deuz ferm- 
der ebed, — ne bad ket he boellad, 

— eunn den edro eo, 



Digitized by 



Google 



CON 



4 $8 



CON 



CMSTAIT, adj. C'est le bruit cons- 
tant, brud * zo start, 

COISTATQ, Y. a. Voy. Se coimiiDcre 
de... 

GOISTELLATIOI, s. f. Steredenn f. 
Constellation du grand chien, stère- 
dcjin-ar-c'/ii, f. 

GOISTBUUTIOI, s. f. Mantredi^ez, 
f., — mantr, m. Peu, ou pas usité. 

GOMSTOMÉ, adj. Voy. Déconcerté, — 
ilnp^t. 

GOiSTEMSi, y. a. Qui consterne, 
mantruz; trubuilluz (T.) a4i. 

CONSTITUÉ, adj. Constitué en digni- 
té ; voy. Etabli en dignité, — promv. 
*==i Bien constitué; voy. bâti, — 
CMiflexiOB, — tempérament. 

GOMSTiTUTir, adj. voy. Ingrédient, 

— compote de. . . 

COISTlTDTiOH, s. f. voy. Complexion, 

— tempérament. 

CONSUBSTAITIEL, adj. Memez natur 
gant, — eunn natur gant, — eur 
substans gant,., (mots nécessaires.) 
Korfy corps, d'après l'écriture, expri- 
merait la même idée. (Col. II, 9.) 

COISUHSa, V. n. et a. r= Se 
consumer d'amour; voy* Langnir dV 
monr, — langnear, — absorber, — 
(a'éy^porer, — se consommer; koaza, 
V, n!) 

GOHTE, s. m. Kountenn (prononcez : 
kounchennjy - kountadenn, - rima- 
dell, — fablenn, f.; voy. listoires.Des 
contes de vieilles, konchou pikouz |C.) 
. Vantardise de charlatan, pouf, 
m., pi. ou. 

COITEIPUSR, V. a. Choum a-han 
da zellet oc*h.,., — ober marz var,,, 
■ Admirer, — regarder avec ad- 
miration, |Kira ann, dooufagad var 



éunn dro, — aroesti oc'h eunn dra 
(T. C.) . Examiner, kompren 

oc'h. . . == Méditer, kompren enn 
eunn dra, {pieustri var eunn dra), 
(Roudaut.) 

CONTENIR (Se), v. pron. Il se con- 
tenait, derc'hel a rea gant-han; voy. 
Se modérer, — se calmer, — s'apîi- 
ser, — se retenir ; en em amenû 

CONTIM , a4j. Kountant , (vieux 
mot), — amz, adj. Je serais content 
de deux sous, eaz eveva spered gant 
daou tennek. Il est content de partir, 
stad fpostur L.) a zo enn-han o vont 
kuit ; voy. Gai, — hevrévx, — se con- 
tenter de... 

CONTENI'UUNT, s. m. Stad f. (T.), 

— postur, t (L.(, — fdudi, m., — 
trugar, f., signifient plaisir Tif.) 

CONTENTER, v. a. Kountanti ; voy. 
Sevrer, — gnérir de Tenfio dé... ; 

dic'hoanta, — dic'hrac'ha, ~ divou- 
mauna. Contenter q. q., ober dioc'h 
eunn ail. Difficile à contenter, en gé- 
néral^ kizidikj adj. ; diez da zervicha, 
diez da ober diout-han. Difficile à 
contenter (délicat), milzin, — melzin, 

— melzik (C.) ; voy. Rassasier. Se 
contenter de dix sous, ober (paseal) 
gant dek kttennek. Je me contente- 
rais d*être nourri, va boed a ve aou- 
aWh d'in da gaout, 

CONTENTIEUX, adj. Sikanuz, (qui 
aime à disputer.) 

CMTER. V. a. Conter quantité de 
choses» drailla eur bem traou^ — 
kounta kaoziou, — distaga mar^ 
vaillou, 

CONTESTATION, s. f. Arguz, — argu^ 
m., — debady m. (naoenn, f. C), — 
tabut, — breta , ou brete m. (mot 
ancien, d'où le français bretteur.) 

CONTESTER, v. n. Lavaret nann^ — 
nac% V. a., — argui, v. n., — de- 
badi oc% V. n. Contester sans motifs^ 



Digitized by VjOOQ IC 



em 



m 



cm 



rezouui oc*k u. 6., -* sikamat oc'h 
u. t.; voy. OiijecieF. 

GOMTIfiU, ady. Tmch-oc'h-touoh 
gant, — harp-oc'à-harp ^tnU, — 
stok'Oc'hrsiok gant, . . 

GQHTinJAXlM, 8. f. kendalc% m. ; 
voy. SniU. 

GOIITDIGEIT, s. m. Contingent mili- 
taire, hloaxesiad $oudarded. Kn gé- 
Béral : /eur, - gotutlc*h, m. Votre coa- 
liBgent, ho koualc^h. Leur contingent, 
ho goualo'k, 

CiiflliU, a<Jj. Hep otmo, — hep 
distag ebed. 

COVniUKL, adj. Il a det étourdis- 
sements Continuels, ne va nwnet be- 
da, — nera nemet badaoui (bauaara 
— abafi), V. n. 

COnraJELLUrar, adv. Detz ha noz. 

COITHKIBR , V. a. et n. Lavaret 
&hoaz, — kfvaret atao. Continuer sa 
marche, dont ataô, — mont atao, — 
ober atao (selon les cas), — kuntunm, 
V. n.. — derc*hel da, — pursu. Ce 
dernier mot est plus usité, comme 
verbe transitif. Sa fièvre continue, ne 
Tistag tamm ann dersienn diotU-han, 
Le blé continue à être cher, ann ed 
a zalc'h da veza ker. La pluie conti- 
nue, ar glao ne spana tamm (T.) Et 
je continuerai de vous sdmer, hag e 
talc'hinn mad d'ho karantez. 

GONTiilSIOK, s. f. Guedennereiy f. 
n fait des contorsions, en em veden^ 
na a ra ; voy. €onTvlafoii8. Branclie 
tordue pour fixer barrières ou daies, 
gtiedenn, f. 

COMTOUINER (Se), v. pron. Parlant 
du fil ou des serpents, korvigeHa, 
V. n. ; voy. fie torire, — s'enbroviUer. 

GOITEAT. 8. m. kountrad.m. Faire 
un cont..., kountradi,y. n.M contrat 
a eu lieu, kountradet int. Le contrat 



de mariage a eu lieu , gréai «« etrezho 
ar c'hountrad dimezù 



CONTftiCTSR, X. a. Contr. 
dettes, kemeret die. 



ées 



COIT&i|»CTI0H, s. f. Bnebief, f., — 
koutrolieZi f. 

CONTRADICTEUR, s. m. Enebour, m. 

CttlTRAIIRRE, V. ^. Voy. Fercer; — 
forsi, — Hontraign, ou kountraign 
(mots reçus, sinon nécessaires.) 

CONTRAIRE, subst. et adj. kontrol 
(rapt ancien.) C'est tout le eoBtraire, 
ar c*hontroUbeo eo. (iomment, dit le 
Juge, pouvez-vous le nier, malgré les 
dix témoins ? Je me charge de vous 
procurer cinquante témoins du con- 
traire, dit le voleur, penaoz^ eme ar 
Borner, ha beza dek tett o deuz gue- 
let ac*hanoc*hy e c'hellU'tu nac'hf Me 
a gavo hanter katU test ha n'o deuz 
két va guelet, eme al iaer, 

CQNTRAIREWP, adv. Cont... à 
mes prévisions, a-enep d*am zonj. 
Contrairement à toute prévision, pa 
ne zonje da zen, — pa ;onjet nebeu^ 
ta, — pa zonjenn, nebeuta. 

CONTRAINTE, s. f. H Ta par conr 
trainte, eur forsadcnn eo d'ezhan ; 
— dre grontragn en deuz bet-se, 

CONTRARIANT, adj. (Parlant des 
choses), dipituz. Esprit contrariant, 
den hegazuz, — den tagnouz, — den 
kontrol, — spered kontrol a zen. — 
den rendaÀluz; voy. Bottrm, — désa- 
gréable, — fîicheiix, — humeur. 

CONTRARifi, adJ. Être contrarié, 
Jtaout dipit^ — kaoxU diez. Il était 
contre. • . , diez e kave. 

CONTRARIER, v. a. Ck)ntrarier q. q., 
hegal oç*h u, b,, — ober oui dael 
ocli M. t., — «foufwi oc' h u. b., — 
cher poan da u, b., — c'hoari ar 
c'hofUrol oc'h u. b,, — rendacl oc'4 



Digitizedby VjOOQIC . 



CON 



185 



CON 



t*. b. Le mot kontroUa, v. a., est 
également reçu. Rien ne le contrarie, 
netra ne stok oc'h he $pered, — ne- 
ira ne ra diez d*he spered ; voy. 
Susciter des eabarras. 

COITRARIÊTÉ, s. f. Diez, m., — 
poan, f., — dael, — heg, — stourm, 
m., fkontroîieZy f., pi. ou, vieux mot); 
voy. Aëversité. 

CdmASTE, s. m. Dishenvel, m., ~ 
dishenveledigez, f. 

GWTRiVEMTIOM, s. f. Voy. imeade. 

GAim, prép. Contre nous-mêmes, 
enep't-omp hon unan. Je n*ai rien 
contre eux , n*em euz drouk ebed 
otU-ho. Ck)ntre moi , a-enep d'in. 
Contre le Roi, a-enep ar Roue. Re- 
mèdes contre la rechute, louzou da 
viret na gouezfet klanv adarre; voy. 
€fBtraireaieBl. 

CMTRBBAIDE, s. f. Flod, m., — 
flodereZy f. ; voy. Fraude. Vin de con- 
trebande^ guxn-kuz, — guin-fhdf m. 

COITRECABBER, v. n. Voy. EntraTer. 

CMTBE-CQEUE (à), adv. Enep he 
venOy — s. m., — enep ho meno^ 
pi. m. f., — en eut c'ninfr, — enn 
desped dezhan, s. m. ; voy. GMitre SM 
gré, — CMtre leur gré. 

COITIE-COUP, s. m. AUaol, m., — 
diêtaol, m. (As^ particule duplicative, 
et taol, coup.) Le contre-coup du vent, 
ann ami aisUapet (dioc^h ar voger.) 
Ces trois derniers mots sont souvent 
sotis-rentendus. 

COITREDIT (Sans), adv. Oui, sans 
contredit ! la, reiz ! — la, hrao ! 

C^RTRIDnS (Se), v. pron. Voy. Se 
éémeatir. 

COmSDIRE, V. a. Voy. Contrarier. 

CMTIÉE, s. f. Kounircj f. (mot im- 
porté) ; voy. Paj», 



GORTRE-ÉPREUVE, s. f. Enep-aprou, 
m., — eiUaprou^ — enep^taol esa, 

— eil daol-esa, m. 

CONTREFAIRE, v. a. Contrefaire par 
gestes, abegi; contrefaire par paroles, 
ou par dérision, difrez, v. a. — En 
Tréguier on dit : direvi; voy. Singer 

CORTR£-P(XOS , s. m. Sei^ant de 
contre -poids à..., poez ha poez 
gant.,,, — da boeza oc*h,.. Le mot 
kountrepoez, m., est aussi employé ; 
voy. éqvilibre ; kem-poez, ou kouni' 
pezy m. (kem, avec, et poids, poezj ; 
voy. Uni, — équilibre. 

CONTRE-SEUG, s. m. Sinatur, f. 

CONTRE-TEIPS (à), adv. Amzere, — 
dibred^ — e-dibred, — divare, adv. 

CONTRmUER à..., v. n. Teurel da.„, 

— beza mad da, . . / voy. Servir à. . . 
Les riches^ Qes principaux habitants 
d'une paroisse), contribuent beaucoup 
à rendte les autres sages, ar re bin~ 
vidik (ar pennou kenta enn eur bar- 
rez), a daol kalz da lakaat ar re ail 
fur. 

CONTRIRUTIONS, s. f. pi. Kargou, 
pi. m. 

CONTRIT, adj. Keuzeudek, fglac'ha- 
ret vaut mieux.) 

A 

COHnOLE, s. m Kountreroll, m. 

A 

CONTROLEUR, S. m. Kountreroller, 
m., pi. ien, 

CONTROUTER, v. a. Voy. Inventer. 

CONTROVERSE, s. f. Debad, m. 

CONTROVERSÉ, adj. Debad var-n- 
han (sorte d'adj.) 

CONTUmNNt , adj. Blenset , — 
blounset, 

24 



Digitized by VjOOQ IC 



CON 



486 



COP 



GONVADICRE (Se), v. pron. Il put' 
alors se convaincre de la vérité, gue- 
let a reaz neuze oa guir en doa kle- 
^et, — guelet a reaz neuze noa ket 
gaou ar pez efi doa klevet [ne oa ket 
gaou en doa klevet j ; voy. Constater, 
— vérité. Convaincre q. q. par le rai- 
sonnement, feza u. h. (C), — faeza 
u. b., — feoza u. b, (L.) 

CONVAINCU, adj. Je suis convaincu, 
me gred stard, — va zonj eo, 

CONYAIESCENT, adj. Il est conv..., 
sevel a ra hrema divar he vêle, — 
tvemenet eo ar c'hlenved divar-n- 
han, — distag eo dioc'h klenved, — 
eat eo ar c*hienvet diout-han, — var 
ar baie ema brema (var-vale ema 
brema\ var-zao ema bremoj ; \oy. 
Se le^er. (Dict. Troude.) 

CONVENABLE, adj. Paroles peu con- 
venables, treuz'komzou ; voy. Poil; 
seven, adj. Il est convenable que tu 
ailles le voir, a-zere eo d'id mont da 
velet anezhan, — dereout a ra ouz- 
id mont da velet anezhan, — deread 
eo d'id mont d'he velet, — dere eo 
d'id mont da velet anezhan, — mad 
eo d*id mont d*he velet, 

CONVENABLEMENT, adv. Propik aou- 
alc'h; voy. Passablement. Dans ces 
sortes de cas, on ajoute, ik^ à Tad- 
jectif. 

CONVENANCES, s. f. pi. Ann deread, 
m. Les conv.. . exigent que nous re- 
commandions un service pour..., 
dere eo d'e^omp lakaat servich 
gant,., Â sa convenance, dioc'h he 
zoare, 

CONVENIB, v. n. Il lui convient (il 
est à sa convenance), diotfh he zoare 

eo, Il ne convient pas de tutoyer 

les vieillards, ne ket deread komz 
dre de oc' h ar re goz [teal ar re goz,) 
Ils se conviennent, ann eil a zo dioch 
doare egiie (T.) Le maigre ne vous 
convient pas, arabad eo d'e-ho&h 
choum hejp diÀri kik; \oj. CoiTOldle. 



CONVENTION, s. f. Akord, — «m- 
gleo, m. 

CONVENU, ady. C'est affaire conve- 
nue, tonkit a-ze ! Est-ce convenu ? 
akord omp-nif great eo ar marcltad 
etre-z-omp ? Il fui convenu entre eux 
que..., lakaat a refont etre-z-ho e.., 

CONVERSATION, s. f. Changer de 
convers. . ., trei kaoz, — sench kao- 
zèadenn ; voy. S'entretenir. 

CONVERSEAUX, s. m. pi. Partie d'un 
moulin, karkaillou, m. pi. 

CONVERSION, s. f. (Terme de reli- 
gion), konversion, f. 

CONVERTIR, V. a. Konveriisa, (sty- 
le sacré.) Convertir en fil, newienna, 
r. Convertir un païen, trei eur 
paian var ann tu mad, — lakaat 
eur paian da drei var al lezenn 
gristen, — gounit eur paian d'ar 
feiz. Convertir un objet en un autre, 
lakaat eunn dra pe dra da ober, . , 
Convertir à la religion de Mahomet, 
lakaat da drei oc'h relijion Mahomet, 

CONVICTION, s. f. C'est ma conv,. ., 
va zonj eo. Conviction religieuse , 
kredenn, f. ; doujans Doue, m.; voy. 
Opinion ; sentiaoït. 

CONVOITISE, s. f. Jalousie, erez, t. 

CONVULSIM, 8. f. Que de convul- 
sions ! hag ann aakrena a ra ! 

COOPÉRATION, s. f. ken-obery m. ; 
voy. Concours. 

COOPÉRER, V. n. ken-oher; voy. 
Aider, — complice. 

C0PARTA6EANT, adj. Co-partidpant, 
hevrennek gant (ken-lodeniêek gant) 
unan bennag enn eunn dra hennak,. 



Digitized by VjOOQ IC 



COR 



<87 



COR 



OORAU, s. m. Un copeau, etmn 
tamm ^Ip, Détacher des copeaux du 
bois, diskolpUy v. a. 

CMSl, y. a. hopia (mot importé) ; 
voy. laiter, — eontreiiire. 

I A 

COQ-A-I/AIE, s. m. Passer du coq- 
à-râne, motU euz ann eil gaoz enn 
eben, 

COQUE, 8. f. La coque de la noix, 
krogenn ar graonen. Des œufs à la 
coque, viou poaz-tatio. 

GOVIKUCOT, s. m. Plante; rcs- 
glenn, L 

COQUER, V. a. Spluia, ou pluia, v. a. 

COQUETTE, s. f. Faire la coquette, 
ober chiboudou, 

COQUILLE, s. f. ; pi. irrég. kregen 
(T. C.) 

COQUIM, s. m. Mastokin^ ^^ mastin, 

— sallin, — ailloun, — pendok; voy. 
Bélître , — malotra , — bmUl , -- 
gaeiix, — firipoB. 

CMBEILLE, s. f. Kest, f. Corb... 
pleine de fruits, kestad frouez, f. 

f CORBLEU ! Imprécation , ou sorte 

d'interjection. Tredir ! voy. lorblea 1 
Jamigoa ! — haz dotu ! — jami- 
diaouX ! — kordenn I — chantre- 
stolikenn / (chantre godellik ! T.) 

CORDE, s. f. G. . . longue, fun, m., 

{unenn, f., du latin, funis (G. T.) Bn 
jéon on dit : liamm, f. ; voy. Lacet. 
Corde d'amarrage, sugell, f., pi. ou, 
(Le même mot signifie encore : corde 
de l'attirail d'une charrue, ou corde 
pour attacher vaches au pâturage.) 

— Raou m. ; — ouigadenn, f. ; voy. 
TiBta ; dial&e ; charrue. Gorde pour 
attacher bétail à l'étable, nask, m. 
Corde (endroit) sensible (au fi- 
guré), guiridik^ — kizidik, m. 



CORDEAU, s. m. Siblen, f., plur. 
irrég. siblou, 

CORDOR, s. m. Terme de religion, 
kordounenn, f. ; petit cordon (lacet), 
lietenn, f. ; plansoUj plur. sing. m. ; 
voy. Tretae. 

CMDOHRERIE, s. f. Atelier de cor- 
donnerie, kereoun, f. 

CORDORRIER, s. m. Kereour^ plur. 
rég. ien. 

CORIACE, adj. korreok, 

C0RRA6E, s. m. Maladie des che- 
vaux, komaiilenn, f. 

CORNE, s. f. Qui a des cornes à la 
télé, au front, tal komek. Vache qui 
a perdu une corne, bioc*h vtskorn, — 
bioc'h veskom; voy. Dagome. Bétes 
à cornes, loened kotm. Quand on ne 
parle que d'une seule, on dit : penn- 
aaout, — penn-denved, . . 

CORRER, v. n. Parlant des oreilles, 
botidinella, v. n.; voy. Tinter (parlant 
d'oreilles.) 

CORRICRE, s. f. Rizenn-vean -^ [re- 
zenn-voger, parlant d'un mur) ; voy. 
Entablement, (Troude.) 

CORROUAILLES, s. f. Pays de G.. ., 
Keme ; habitant de G. . . , kemevod, 
m., — A'ernevodez, f., — kerneviz, 
pi. m. et f. 

C0RP0RAT10R, s. f.; voy. Société, — 
compagnie, — congrégation, — réu- 
nion, — corps. 

CORPOREL^ adj. Non spirituel, diene, 
adj. Les choses corporelles, ann traoti 
korf. Ici l'adjectif exprime plutôt la 
nature que la qualité de la chose. 
Biens corporels, madou ar c'horf; 
voy. Temporel, — matériel, — sensible. 
Les choses corporelles, ann traou hep 
ene, — onn traou a-ziaveaz. Peine 
corporelle, poan gorf. Des peines 
corporelles, poaniou a gorf^ — poa- 



Digitized by VjOOQ IC 



GOK 



188 



COft 



niùu ar c'horf. Vos douleurs corpo- 
relles, ar poaniou a c'houz<invit enn 
ho horf. 

COBPORÉ, adj. Voy. GttrpaleAt. 

CORPS, s. m. Voy. Corporatioil, etc. 
Le corps des bourgeois, re gear, — 
ar vourc*hisien. Le mot corps, ne 
s'exprime pas en breton, en ce cas. 
Principes constitutifs des corps, ann 
elfennou {ar sustansou dUhevel) a zo 
e..., — ar pez a ta da ober,,. Subs- 
tance et corps, ne s'expriment pas 
dans les cas suivants : L'eau et le 
verre sont des corps transparents. — 
Les mammelles sont des corps glan- 
duleux ; VOY. Substance et corps. (Dict. 
Troude. 1869). === En corps de 
chemise, var gorf he roched. Corps 
d'une charrette, kastell-kai^^ m., pi. 
kestell'karry — kludell^ f., kludel- 
lou, m. pi. Il est sans soucis de son 
corps, dtzamant eo oc'h he gorf. Il 
faut qu'ils aient le diable au corps, 
pour. . . , red eo e vent divar ann 
diaoul, evit...y (on sous-entend le 
mot, ganet (nés), ou savet (levés), 
après red eo, . , JPrendre du corps, 
korfa, V. n. ; voy. Embonpoint ; dont 
da gorfa, — ober korf, — dont da 
veza korfet, A bras-le-corps, adv. dre 
ar vandenn (par le milieu du corps.) 

CORPULENT, adj. Lourd, adj., (kor- 
fek, adj. etsubst. m.. — korfegez, f.,) 

— (fourmnl^ fort, du grec, fortos). 
En Comouailles on dit : founnuz; 
voy. Yolnminenx. 

CORRECTION, s. f. Correction frater- 
nelle ; voy. Fraternel. 

CORRÉLATIF, adj. Ils sont corrélatifs, 
ann eil a denn d'egile (a zeu euz 
egile). 

C0RRE8P(NIDANCE, s. f. Liziri, pi. m.; 
voy. Correspondre. 

CORRESPONDRE, v. n. Être conforme, 

— s'accorder , en em gaoïU par 
gant,.., — en em aela gant,,, (sens 



na.turel), — en em glevet etretho ; 
Toy. S'entendre. Correspondre k sa 
vocation, retpount da vouez Boue, 
Mon jeu ne correspond pas avec le 
tien (parlant de jeu de cartes), n^em 
euz ket da vont d'id. Correspondre 
(par lettre), diskriva, — skriva ann 
eil d'egile, 

CORRIGER, v. a. Drem, — eeuna 
(prononce» : ê-una), — difazia, — 
ditanka, — kelenn. Si l'un se trompe, 
l'autre le corrigera , ann eil a zivan- 
ko egile. Corriger a. q., laknat u. 5. 
var ann hent maa ; voy. Redresser, 
— ; renrendre Dans le sens familier ou 
trivial, on dit î kivija u. 6., — eeun- 
na he dort da u, b. En parlant d'un 
écrit, d'un mot mal orthographié, 
d'une date inexacte, on dira : nous le 
corrigerons, ni h en dre^o. Se corriger 
de ses vices, dont da vad, -- mont 
var vellaat ; voy. lettre à la raison. 
Je veux garder mes enfants sous mes 
yeux, pour mieux les corriger, c'AocrfU 
am euz da zerc'hel va bugale gan- 
en ; ho eeuna guelloc'h a chellinn. 
Le verbe eeuna, s'emploie souvent 
dans le sens d'une correction sévère : 
laissez-le moi, je le currigerai, list^ 
hen gan-en-me, me hen eeuno, {me 
zigaso reiz enn^han), — me lakai 
reiz ennhan, (me gavo reiz enn-han.) 
Corriger le mauvais goût de l'eau, 
te'i^riolaz fall ann dour. Corriger un 
écolier avec le balai, ou avec le man- 
che, skuba dindan eur skolaer. Cor- 
riger entièrement ses défauts, peur-- 
laza enn^omp ann techou fall. Celui 
qui repousse les bons avis, né veut 
pas être corrigé, ann hini ne fell ket 
d*ezhan beza kelennet , ne fell ket 
d'cJian beza diboultrennet (Prov.) 

CORROIPRE (Se), v. pron. Votre es- 
prit s'est corrompu, deuet eo ho kre- 
denn da drenka ; voy. Se gâter, — fiî, 
— croyance reli^ense. == S'égarer, 
mont aa goll, — mont da fall, — 
trei da fall, — trei fall, v. n. 

CORTËCrE, s. m. ; voy. Soite. 

CORTZi^ s. m. Rhume de cerveau, 



Digitized by VjOOQ IC 



COT 



ia9 



cou 



êifern, m. Qui a attrappé le cory^, 
s^emet, ac^. £ii parlant des ohevaux, 
on dil : sirakillen^ (C), sorte de ma- 
ladie qui peut dégénérer en morte. 

WKt t. f. Cote personnelle, om^ 
daiU bêfm, — ann daiU dre benn, 

■ ■'■ Côte, partie du corps des ani- 
maux^ kostenfiy f., pi. ou (mot usité 
en Léon.) , i ,.i G6te, montée, de«- 
cenle, sur les routes, roz, m., (sao^ 
m., 1^1. iouj, krec'henny f. (G), ou 
kreaehenn (L), — kra^ m., pi. iou 
(T.) ==a Rivage de la mer, arvor, 
m,, — aod, ou naod, m., comme on 
dit : oabl^ ou noahl^ (env, ou nev, du 
latin, nubesy ciel, nue.)= Faire c6te, 
skêi tar ar c'kerrek; voy. laefirage. 

OÔTS, s. m. Il a un bon c6té (au 
moral), eur j^erz mad a zo enn-han. 
Une voile qui est de côté, goel goste- 
zet; voy. Bouline. (Dict. Troude.) L«* 
mal de côté, ar ptstigou, pi. m. = 
A-côté, adv., ebiou. ==: Sur le côté, 
pariant de crible, de planche, var he 
gant. Il penche, il incline, de ce côté 
(parlant d^ln mur, d'un arbre), koê- 
teza a ra enn ixi-ze. Il n*a pas de bon 
côté, n'en deuz tu dioc'h tu, — n'en 
tleuz penn dioc'à penn. Il est facile 
de frapper à côté (de se tromper), 
ann tcfull ebiou a zo frank. Mis de 
côté, lekeat e slaUgostez (mis au re- 
but) Se mettre du côté de quelqu*un, 
mont a-du gant u. b. ; voy. Parti. 
Laisser tout de côté, pour faire ceci 
ou cela, lezel pep tra foran^ — lezel 
pep tra a-dreuz^foran. De ce côté- 
ci de la montagne (en deçà de la 
mont...), enn tu-ma d*ar menez. 
DeTautrecôté de..., enn tu allda,.., 
— euz ann tu ail da,,.^'^ enn tu- 
hont da,,. Nous avons tous notre 
bon et notre mauvais côté (au moral), 
holl on euz kon drouk kag hor mad. 
■■1 Côtés (sein) : entre ses côtés, 
purs et chastes, être he daou c'hostez 
benniget, = De quel côté ? Pe var 
zuf Chacun de son côté (les uns d'un 
côté, les autres de l'autre), pep hini 
anezho enn ht roud, — (ennheavel, 
à Plougueirneau.) * g. Côté sen- 
sible, guiridikj m., — kizidik, m. 



COTOLOI, s. m. Voy. Etiq, -Jipe. 

GOTOIIISUX, adj. Partie cotonneuse 
du drap, gr^^noun^ subs. m., — gro- 
gnounekj adj. 

COm, s, m. Grosse cannette, ko- 
ten, f. pL m. kotou. 

COTTLET, s. m. Plante, tulo, m. 

COU, s. m. Chaîne d'or autour du 
cou, karkemiou, pi. m. ss=r Cou de 
pied, chouk ann troad. Derrière du 
cou, chouk, m., — {chouk-ar-c'hil, m. 

COUCHAIT, adj. Chien c. . . , A;i kou- 
chant (mot usité.) Le soleil couchant, 
kus'heol, m., -— au soleil couchant, -* 
vers le couchant du soleil, cfa gus-heol. 

COUCU, s. f. Paquet, koueh, m., 
— kouchad. ^ i, Planche pour lé- 
gumes, 'materez, f. ; voy. Pépinière. 

COUCHES, s. f. pi. Enfantement. 
Dans l'attente de ses couches, var^ 
c*hed da c'henel he bugel. Fausses 
couches, koU, m,, — koïl^bugale, m. 

COUCHEE, V. n. Passer la nuit. Ixqa, 
V. n. Nous avons couché là, koiisket 
omp bel eno. 

COUCHEE (Se), Verbe pron. Mont 
d*he lolo! {terme enfantin.) — Rester 
sans se coucher, choum var vale. A 
votre coucher, avant votre coucher, 
pa'z eot da gousket, — abarz mont 
da gousket. Sans se coucher (debout), 
var vale, adv. 

COUCHÉ, adj. Le blé est couché 
(versé), — fleet eo ann ed, — stoket 
eo ann ed. — Les poules sont cou- 
chées, ar ier a zo var ho glud. 

COUCHETTE, s. f. Fletenn, f. ; voy. 
Crabat* Fled, — goudouer, m., se 
disent aussi. 

COUCOU, s. m. Oiseau. Le petit oi- 
seau qui l'accompagne, sidanik, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



cou 



IdO 



coo 



CMIM) s. m. G... de chemin; Toy. 
DèUar. 

COUBin, 8. f. G... de lard, tonenn- 
gik druz, f. • 

COULAIIT, ady. Glissant, link, ou 
linkr. Nœud coulant , skoulm var 
riklf m. Style coulant, diviz eaz ha 
sklear, m. 

CiMILÉ, adj. L'eau coulée (qui sur- 
nage ^uand la bouillie est coulée), 
dilav'wdy m. 

GOULSB, V. n. La clef de barricrae 
ne coule plus (ne rend plus), 8ac*)iet 
eo ar gmn^ — ann duellenn ne dcLol 
mui; voy. RttUteler (parlant de sueur 
et de sang.) == Gouier adroitement, 
sila, ' En couler à quelqu'un, 

lavaretff évier da u. h.; voy. Sinîettes. 
La chandelle charbonne, coule, al 
laer a zo gant ar goulou, Gouier peu 
à peu, divera, — strilla, v. n. ; voy. 
Décovler. 

COULEUR, s. f. Les chevaux de cette 
couleur sont recherchés, al liou ke- 
zek-se a glasker. Qui a diverses cou- 
leurs, — qui est de diverses couleurs, 
marellet, — briz, — briket, adj. ; 
voy. Bigarré. Qui a de belles couleurs 
au visage, ruspin, adj., — ruhenn, 
— liou kre d'ezhan ; voy. Coloré, — 
CtriutiOB. Revêtir de mensonges, de 
belles couleurs, liva ^evier. Vitraux 
à couleur, guer fleuriet, — guer a 
liou. 

COULIS, s. m. Goulis de jus, goas- 
kedenn. f. Goulis de perdrix, goas- 
kedenn glujiri, 

COUP, s. m. Parlant de lutte entre 
animaux, frap^ m., — frapad. m. 
D'un coup agile, enn eur par oerr. 
Du premier coup, er frap kenta, — 
er frapad kenta. Coup donné sur le 
nez à un homme, friad, m. Donner 
un coup sur le nez à q. q., distaga 
eur friad dioc*h u. 6., — planta eur 
friad gant u, h., — rei eur friad da 



u. 5. Donner des coups à, . . , m eur 
zaead da...; voy. lactée. Goup vigou- 
reux, ou dangereux, mestaA}l, m. = 
Vol ; feire son coup, ober he zotam, 
— ober he droûm. === Effort, fra- 
pad, ■ ■■ ■ Un bon coup de boisson, 
eur banne sounn. Un coup sous le 
bonnet, eur banne dindan he fri. 11 
aime son coup, karout arahe vanne, 
(ou mieux, mad e kav he vanne J II 
fait les cent coups, ne oar ketpe benn 
euz ar vaz da lakaat enn douar. 
x=: Sous le coup de la loi, dindan 
al lezenn. D'un seul coup il reçut 
cent écus , kant $koed er resevaz 
dioc'h-tu. ===: Goup de main, (at- 
taque subite de l'ennemi), taolad^ m. 
■: €U)up sur la figure (soufflet), 
stafad, — krabanad, f. Goup sur la 
joue, javedad, m., ou chhlpad. Goup 
de poing, flac'had, Petit coup donné 
(tape), klapennad, Goup de tonnerre, 
talm, f., — talm gurun, Goup violent, 
et avec bruit, tarzj m. Un coup de 
lâche, de traître, taol fobiez (G.) 
Goup (trait, gorgée), lounkad^ m., -* 
lounkadenn, f. Manquer son coup 
(parlant du joueur), ober kazek, — 
mont ebiou. Parlant du chasseur, skei 
ebiou. On peut dire aussi, tant au 
moral qu'au physitfue , ober taol 
guenn, — ober tro venn. Goup de 
vent; voy. Hantevrs. Un coup de ba- 
lai, un COUD de brosse, eur skuba 
da.,, ; eur orosa da, . . G'est comme 
si on disait : balayer un peu, etc. Un 
coup d'essai, pez micher, — taol mi- 
cher. Goup droit, bleukad, m, Goup 
de langue, teodad, m. Goup d'oeil ; 
voy. Mle-T«e. 

COUPABLE , adj. n est coupable ! 
(G'est bien fait!); voy. Paire; bevez 
eo ! L'humanité coupable, ann denn 
pec'her. Mon corps est coupable, va 
c'horf en deuz pec'het. Il a été battu, 
il était coupable 1 fustet eo bet, a zo 
mad! — fustet eo bel, great mad eo 
evit'han! koupab {koupablj, se dit en 
religion ; voy. Blàkakle, 

COUPE, s. f. Action de couper; cou- 
pe des blés, etc., ar meai, — ar 
med, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



CON 



191 



COU 



COUPE- JABKfiT, s. ra. Diskolpe^^; voy. 
Briganë ; paoir-ann'trou&h-ialc'h. 

COUPER, V. a. Couper blé, etc., à 
tour de bras, stropa, v. a. et n., — 
mont a sirop da,.. Couper en mor- 
ceaux, didrimc'ha. Pour couper court, 
evit krenna he c'her, — da ziverraat 
haoz, — evit lavaret d'id e berr gom- 
zou ; voy. Cesser de parler. Couper la 
parole à quelqu'un, mont var ger 
eunn alL On lui a coupé le bras, 
troue' het eo bet he vreac'h dioxU^han. 
Mon couteau ne coupe plus, dilemm 
eo va c'hountelL On ne peut lui cou- 
per la toux, ne zistag tamm ebed ar 
paz diout-han; voy. Arrêter. Quand 
sa fièvre sera coupée, pa vezo torret 
ann dersienn var-n^han. Couper 
l'herbe sous les pieds ; voy. Brisées. 
■ Inciser, flancha; akeja. 



COUPLE, s. m. Voy. Paire. : 



Si- 



gnifiant deux chevaux qui ont même 
robe, paraill kezek, m. (mot à mot : 
couple de chevaux pareils.) == Le 
Jeune couple, ann daou bined nevez. 

COUR, s. f. Cour à fumier, gardenn, 
f.^ — 6aoz, f. == Cour d'assises, 
kampr ar jureed. == Faire la cour; 
voy. Cdttrtiser. A Vannes on dit : per- 
c'her, ou pm^c'heu, des cours, pi. irr. 

COURAGE, s. m. Kourach, m. (vieux 
inot breton.) Ciourage (constance) à 
suivre ses desseins, fermder, f.; ferm^ 
adj. Faire perdre courage à qnel- 

au'un^ bralla kourach u. 0. Manquer 
e courage, falgalouni, v. n. Perdre 
courage-, voy. Se 4逫ttrtger. Prendre 
courage, kalounekaat, v. n. Avoir le 
courage de... (oser), beza den dis- 
hramaill da , . , (en mauvaise part); 
kredi, v. n. . Être capable de..., 
beza goest da,,. Courage I Inten., 
ai ta! — dao d'ezhi! — beac*h d*ezhi! 
Avec courage (courageusement), a- 
dro^ad, (ia(^h ha dizamantj ; voy. 
Indadeasement. 

COUlAfiBUSSIER, adv. Voy. Coa- 
rage, — iitae. 



COURAGEUX, adj. Divorfil, — kou- 
rachuz, £n mauvaise part, on dira : 
diskramaillf adj. 

COURAIIEMT, adv. (Sans hésiter, en 
lisant), hep haketal. 

COUBAHT, s. m. Il est au courant de 
ce qui se passe, hema a oar ann ar- 
demez, — hema a oar ar riboulou. 
Contre le courant de Teau, a-enep 
ann dour. Dans le courant du mois 
prochain, er miz a zeu; voy. Prêtent, 
ady. 

COURBATURES (Vieilles), s. f.pl. (Par- 
lant des chevaux), korbatur, — {ki^ 
torr, m., pour kik-torr, entorse), se 
dit des hommes. 

COURBE, adj. Kamm. adj. Rendre 
non courbe, cm^oara. Tuiles courbes, 
teolpleg. En courbe, adv., a-gamm. 
On dit aussi : goar a zo enn-han, il 
est courbe, il est arqué, au lieu de 
dire, goar eo, 

COURBÉ, adj. C... par suite de vieil- 
sse, kroumm. 

COUBBER (Se), v. pron. Se c, . . , par 
suite de vieillesse, kroumma, v. n. 
En se courbant, aav., var-he-dort, — 
var-he-groumm. === Se courber (se 
baisser) pour saluer avec révérence, 
soubla, ou soublat dirag u. b. v. n. 
(C. V.) 

COUREUR, s. m. Coureur de pays, 
red'bro, — foet-bro (mot à mot : 
court-pays.) Coureur de rues, (flâ- 
neur), gîapez (C), ou klapezenn^ m. 
(Merc*hetaer. — gaataouer, signifient 
paillard, en rrançais); voy. Courir. 

COUREUSE, s. f. (Gueuse), truchenn\ 
truflenny f. 

COURIR, V. n. Mont d*ar red, Ck>urir 
la boue, gaoliata pri, CSeurir les filles, 
gastaoui, — merc'heta, v. n. Qui 
court les danses, reder ann dansou, 
m.\ rederez ann dansow^ f. Enfanta 



Digitized by VjOOQ IC 



cou 



«9t 



COU 



qui courent dans la maison, pour sV 
muser, bugale riboul diriboul. Les 
rats courent au plafond, ar raied a 
red ocli stel ar gampr. Courir après 
les plaisirs, JUask phjadurezou ann 
douar. Par le temps qui court, enn 
amzer a zo o ren, — enn amzer-nia, 
enn amzer^vrema. Il court ses dix 
ans, ren he zek vloaz ema. Courir 
çà et là, comme une vache affolée, ou 
piquée des mouches, breskign, v. n., 

— mont e breskign. Qui court vite, 
lijer ; voy. Léger à li course. 

GOURRÉE, s. f. Kouraillou, pi. m. 

GOURROIE, s. f. Lerenn, t, pi. ou. 

€OURROUX, s. m. C... céleste, ju^- 
tis Doue, 

COURS, s. m. Voy. Prix. Hors de 
cours (mis au rebu^, lekeat er atal- 
gostez. Pièces d'ai^ent qui n'ont plus 
de cours, arc'hant n*o deuz mui a 
voun. Le mot moun est du genre 
masculin, et forme le mot mouneiz, 
f., monnaie. On dit aussi : peziou eat 
kuU ar c*fnz anezho, — peziou échu 
ar c'hiz aneztœ, — peziou ha ne re- 
nont mui, ■■ Période, mareàdj m. 

COURSE, s. f.. Fameuse c. .., goall- 
flipad hent, — pennad-bale hirr, 
m. Courses à pied, redadek tar 
droad. m. Tout d'une course (sans 
débrider son cheval, sans lui donner 
à manger), hep kerc'Aa ; voy. Ealeine, 

— l'arrêter, installer des courses , 
lakaat redadek. 

COURT, ady. Court (peu long), krak^ 
acy. Bâton gros et court, krenn-^az, 
f. A court d'argent. Aerr enn arc'hant, 

— bihan ann arc^hant gant-han, — 
berr-herr ar mouneiz enn he ialc*h^ 
adj. Au figuré on dit : berr ar peun 
ganUhan, ,. Tout court, adv., 
krenn. Je suis un peu à court, justik 
eo ann traou gan-en. Pour couper 
court, etni diverraat kaoz. A-court ; 
voy. A-f«ia. Courte visite (courte 
tournée) aux bois, tro-vuhan dre ar 
c*hoajou. 



COURTAUB, adj. (Gros et petit), A;ren- 
nard, m., — krennardez, f. Trapu , 
torgoz, — torrogoz, adj. 

COURTIER, s. m. Kourroter, — 
kourreier^ m. 

COURTIL, s. m. Voy. terre fertile. 

COURTISAI!, s. m. Tostennér, m. 

COURTISARE, s. f. Vov. ProsUtuée ; 
éharlezenn, — plac*h fall^ — fleria- 
denn, f. 

COURTISER, V. a. Ober fistoulik d'or 
re vraz, — ober kudou da stleja di- 
ra g ar re traz. Courtiser les filles, 
pour les séduire, likaoui oc'h ar 
merc'hed, 

COUSIN, s. m. Cousin éloigné, kefi- 
niant, ou kefniant, m.; kefniantez^ f. 

COUSSIHET, s. m. Bourrelet à bœuf, 
tok-^'enn, pi. tokou-ejenn; — koldrCj 
ou kouldre, m. Coussinet pour ficher 
épingles; voy. pelotte. Coussinet pour 
aller à cheval, torchenn goîo, f. 

COUSU, adj. Cousu de dettes, de 
malices, amauret a zle, (sammet a 
zle)y — amarret a fallagriez, 

COUTEAU, s. m. C. . . non pliant. 
kountell eeun, f. (prononcez : e-un.) 

COUTELLERIE, s. f. KounteUiH, f. 

A 

COUTER, V. n. Koustout^ v. n. (mot 
usité); voy. Payer, — ReTealr I... La 
sagesse qui coûte, est la meilleure, 
skiant prena, eo ar vella. Il en coûte 
de dire, poan zo o lavaret, — diez eo 
lavaret ; voy. AToIr de 11 peine, de It 
répugnance à... Il en coûte bien-cher, 
pour. . . (au propre), kalz a arc'hant 
a goust d^ar ialch, evU„. Cette nuù-> 
son coûte, en tout, trois mille francs, 
mil akoed a zUez var ann ti-ze. Pour- 
vu qu'elle ne coûte pas trop eber, ia^ 
nemet re ger e ve kouttei^ 



Digitized by VjOOQ IC 



CRA 



193 



CR£ 



COÛTBOX> adj. KoustuZy — mizuz. 
Peu coûteux, digoustuz ; moins coû- 
teux, digoustoifh, — divisoc'h ; voy. 
M^eiiieax. 

OMITOIB, 8. f. Gomme de coutume, 
adv., evel kustum. Dépenser plus que 
de coutume, ober mizou hraz, G est 
la coutume, ar c'hiz 'zo, — ar c'hiz 
eo. Une fois n*est pas coutume, exir 
yech ne ket atao. 

OOUVtB, s. f. Torrad-laboused, m., 
pi. torrajau'laboused. 

CèufKkÉt, s. m. G... d'hommes, 
manati (pour manac*hM, maison de 
moine); — motister, m., dans les 
dialectes de Vannes et de Gomouailles. 

COUVERT, adj. Vallée couverte de 
blé, traoniennad ed, f. 11 était tout 
couvert de boue, n'oa nemed ar pri 
anezkan, — leun-bri oa. Le temps 
est couvert, mora a ra ann amzer. 
Arbre couvert de feuilles, guezen a 
xo stank he deliou. Parole couveiie, 
tnauê'komz, f. 

CMFYIE-FEU, s. m. Sonnerie pour 
annoncer la retraite, kloc'h ann di- 
goHvij — (kloi^h ann axlloned fam.) 

GMI?II-nEDSj s. m. Pluek-treid, m., 
pi. plueter-trcid, 

CMJVIE-TÉTE, s. m. G . .-t... fait 
de peau de mouton garnie de sa laine, 
maoutenn, f. 

CMJfUi ijUi, V. pron. Mettre sa 
coiffure, lakaat he chùuef, f. Se cou- 
vrir, lakaat he dok, m. Couvrir en 
partie, comme font les tuiles et les 
ardoises, guiska var... Les mots, ar 
bord (le bord) sont sous-entendus ; 
Toy. BaïUer sir. . • 

CtAIXAT, s. m. Celui qui se fait 
atec bruit et effort, akopaaenn, f. (G.) 

amt, a4i. Voy. leaseablant, — 
ftrlndt. 



CRACIEIEHT, s. m. Son crach... 
de sang lui revint, hag hen klenvel 
adarre gant ann teurel goad, 

QtACHER, V. n. Lancer sa salive, ou 
cracher sans effort, comme un fu- 
meur, tufa, V. n. (G.) 

CRilMDRE, V. a. et n. Avoir peur 
de..., que... Craindre de tomoer, 
kaout aoun da goueza fkaout aoun 
rak koueza,) Là vous n'aurez rien à 
craindre, eno e viot e savete, — eno 
e viot dinsk. Je crains de ne pas 
avoir, aoun am euz n'em he ket. 
Craindre d'aller, kaout aoun o vont. 

CRAINTE, s. f. Sans crainte, ardiz, 
adv. Dans la crainte de déplaire, gant 
aoun rak displijout, — gant aoun 
da zisplizout. 

CRIIPE, s. f. J'avais des crampes à 
la jambe, skoet oa ar c'hlaz em gar. 
Qui a des crampes, daWhet gant ar 
glizi, 

CRAH, s. m. Toull^ — koch, m., 
pi. ou. 

k 
CRABE, s. m. PI. irrég. klor (V.) Le 
mot klopenn (L.) signifie : klor'f)enn, 
ou kloren^ar-penn, boîte crânière. 

CRAPEAU-DE-IOUTOE, s. m. Maladie; 
voy. Piétin, toull-gof, m. 

CRAQUEMENT , s. m. Strakl, ou 
strak^ — strakal, ou straka fstrakla.J 

CRAQUER, V. n. Craquer au feu, 
strakUy v. n. 

CRASSE, s. f. Crasse qui se forme 
par la fusion de certaines matières, 
krazunell, f. 

CRÉANCIER, s. m. Kredour, m. Je 
suis son créancier , dleour eo dHn 
(d'ign T.) 

CRÉATION, s. f. La création n'est 
I pas un terrain assez solide pour s'y 
25 



Digitized by VjOOQ IC 



CRË 



494 



CRI 



fixer définitivement, ar beârtna (ar 
bed krouetj ne ket staH aouotc'h 
dindon ann treid da ziazeza,enn aviz 
choum (da ziazeza da-vad enn-hanj; 
voy. Se fixer. 

(Nature, s. f. Toutes les créatures, 
kement *zo krouet, 

CRÈCHE, s. f. Kreu, plur. irrég. 
kreuier, (Y.) 

CRÉDULE, adj. Buhan da gredi. 

CRÉMAILLÈRE, s. f. Ih^ezénn-bod, f. 
Crémaillère de cheminée , krama- 
naill, m. 

CRÈME, s. f. "Vase en terre pour 
mettre la crème, avant de la convertir 
en beurre, kùnn, f. 

CRÉMONME, 6. f. Stolikez, f. ; voy. 
Espagnolette. 



2, s. f. La dernière, qui est 
ordinairement, ou trop cuite, ou trop 
petite, takezen, f., pi. takez (T) m. pi. 



CRÉPI, s. m. krepriaach, — pH 
raz, m. » 

CRÉPIR, V. a. Crépir une muraille 
de chaux, ftiilla eur voger (G); voy. 
Enduire. 

CRÉPU, adj. Choux crépus, kaol 
dantek (mot à mot qui ont les extré- 
mités dentelées). Cheveux crépus ^ 
bleo topin (C. V.) 

CRÉPUSCULE, s. m. Crépuscule du 
soir, sen^-noz, — mare ar c'hus- 
beol, m. 

CREUX, adj. Assiette creuse, €L9ied 
doun, f. asiedi doun, m. pi. Paroles 
creuses, komzourtotUl; komzougouUo, 

CREUI, s. m. Creux de? deux mains 
jointes ensemble, boz, f. Contenance 
du creux des deux mains jointes , 
hozad, f . U a un fameux creux (par- 



lant de voix forte), korzenn en deuz, 

— korzemiet-mad eo, === Creux, 
adj. Kav^ — kao ; voy. Cave. 

CREVASSE, s. f. Cr. . . produite par 
la pluie, ou par les roues des char- 
rettes, skoasell, f.; voy. Ra^in. Cheval 
qui a des crevasses aux boulets, 
marc' h pagn, — marc'h chavard, 
Crevasse d'un mur, frizenn, f. 

CREVASSÉ, adj. Le chemin est cre- 
vassé, stronsuz eo ann hent. 

CREVASSER (Se), v. pron. (Parlant 
d'un mur), frega, v. n. ; c'hou&iaf — 
kofa, V. n. Ces deux derniers verbes 
signifient plutôt surplomber, — me- 
nacer de tomber; voy. Ventre (parlant 
d'un mur.) Se crevasser par l'effet du 
froid, du soleil, (parlant de la terre, 
du bois|, f railla, v. n., — skarnila, 
V. n. 

CBEVER, V. n. Krevi, v. n. et a. 
(Vieux mot breton, du latin crepere.) 
L'abcès est crevé, toullet eo ar gar. 
Cela me crève le cœur, kement-se a 
dreuz va c'halotm, — kementse a zo 
rann-galoun evid^oun; voy. Se casser. 

— Freuza, v. n. (parlant de sacs qu'oji 
remplit trop.) 

CRL s. m. Grands cris, kri fora ; 
voy. Brnlt. Cri des pâtres pour appe- 
ler, laika, m. Cri de toutes sortes, 
iouc'hadenn, f. Cris des gens ivres de 
la campagne, iouc'hotic'hou (C) pi. m. 
Tentends ses cris, me a gleo anezhan 
iouc'hal, — me a gleo anezhan o 
krial. Cri pour chasser poules, chou ! 

— pour chasser chats, ckegnt! — 
pour chasser les cochons, sik^sikf 
Cri, (clameur), tow^i^ m.; voy. Bmit. 

CRIBLÉ de..., adj. Voy. Consn de 
dettes. 

CRffiLURES, s. f. pi. Criblure# ^e blé 
vanné, usien (lostennachou, pi. f, 
pour lostou, — lostacliou, pi. m. irr.) 

CRU&E, s, f. Voy. Encan, ekant% m^ 



Digitized by VjOOQ IC 



CRI 



195 



CRO 



— embann, f. Vendre à la criée, 
ekanti, v. a. 

CRIER, y. n. Crier comme les poules 
qui ont pondu, disgodai, v. n. Crier 
comme les poules qui vont pondre, 
ffrakalj — godal^ — raklat, — rtn- 
ehanat, v. n. Crier comme font les 
loups, iudal, v. n. Crier d'épouvante, 
ioue'hal, v. n. Crier pour chasser 
poules, dichoual dCar ter, — lavaret 
chou d'ar ier. ■ Crier à pleine 
tête, krial fors. Crier comme font les 
poules, ou les femmes piailleuses, 
gragmllat, — chûital, — gragachat, 
V. n. Crier comme font les porcs qui 
ont faim, ou que Ton tue, ou que Ton 
boude, guk^haly v. n. Crier comme 
font les petits enfants qui ont des be- 
soins, ou des désirs, klemichal, v. n. 
Crier dans les ventes, ekatiH, v. a. et 
n. Crier pour appeler q. q., huchal 
var-ler&h u. h. Crier sur quelqu^un 
pour le huer, krial harao var-lerc'h 
u, à, La plus mauvaise roue crie le 
plus (pour exprimer que ceux qui ne 
sont bons à rien sont ceux qui 
font le plus de bruit), ar rod 
falla a ouigour muia, — ar falla 
oraeou euz ar vro a vez ar muia 
trouz gant-hoy — ar bra^a glaj^e- 
zennou a vez ar franka ho ginou, — 
dale^h-mad a re zota a chlabouz ar 
muia, euz arm dra-ma, euz ann dra- 
hont hep gouzout petra 'leveroiit 
(Prov.) Le sang de votre frère Abel crie 
àe la terre jusqu'à moi, goadhopreur 
Abel a zo evet eur vouez a zao euz 
ann douar beieg enn-oun; voy. Brait 
(on sous-entend hag, devant a zao.) 

GRIEUR, s. m. Crieur public, krier, 
embanner, — ekanter. 

GRUE, s. m. En religion : pec'hed 
èraz, m. 

CRIHUIKL, 8. m. Kriminal, pi. éd. 
En termes de religion : pec'her braz, 
m. 

OnSE, s. f. (Accès ou attaque de 
Maladie), tHareeui, m, ^ barrad tvr 



pe-du, — kaouad klenved, — stro- 
pad klenved; voy. Secousse. 

CRISTALLIN^ acU- L'humeur cristal- 
line, stnnkenn al lagad, f. 

CRITIQUER, ▼. a. Abegi, — abegout, 
v. a., (kaout abeg e..., vaut mieux.) 
J'ai trop critiqué, abeguz ounn bet, 

CROC, 8. m. Arracher le goémon à 
coups de croc, krogata bezin. Un croc 
à peser, krok poeza, m. Croc- en- 
jambe, pek gourenn, (taolskarz)^ — 
taol biz troaa (G) {parlant de lutteurs.) 
L'affaire est restée au croc, (c.-à-d. : 
pendante), choumct eo al labour da 
ober, — al labour a zo atao eskourr; 
voy. Pendant, — en suspens, — Inter- 
rompre. == Croc de l'essieu d'une 
charrette, breol, m. ; voy. Croeliet. 
A Vannes on dit : kreger, des crocs, 
pi. irrég. 

CROCRET, s. m. Crochet pour at- 
tacher bétail à l'étable, strapenn, f. 

CROCRU, adj. Pieds crochus, treid 
skrabet. 

GRiHRE, V. a. Croire découvrir l'ave- 
nir; voy. Supposer; klask gouzout 
ann traou da zont. Je crois, a gav 
d'in, — me a gav d'in, — kaout a 
ra d'in. Je ne crois pas l'avoir dit, 
ne gav ket d'in em oe lavaret ann 
dra-ze. Je crois le voir, kaout a ra 
d'in e velann anczhan, (et non pas : 
kaout a ra d'in guelet anezhan.) Je 
ne crois pas qu il y ait de la diffé- 
rence entre eux, nHnt ket dishemel, 
a gav d'in. Avant que je ne croie 
cela, abarz ma kredinn-me kement- 
se. Je ne crois pas avoir rien fait de 
semblable, ne gav ket d'in em be 
great seurt ebea enn doare-ze. Vous 
croyez ! a zonj d'e-hoc'h i — a gav 
d'e-hoc'h ! Le chemin que l'homme 
croit bon, ann hent hag a zonj d'ann 
den a zo mad. Vous ne sauriez croire 
combien je suis fatigué, ne oufec'h 
ket komprenpegerskuiz ounn-me. Si 
vous m en croyez, mar am c^hredit. 



Digitized by VjOOQ IC 



CAO 



496 



cm 



A ce que je crois, var a gi^edann, — 
a qav d'in. Si vous voulez m*en 
croire, vous le ferez, me a ve aviz 
d*e^hoc*h da ober ann dra-ze. Cro- 
yait-il , a gave d'ezhan. Je crois ! 
michans ! — nCoarvad, adv. Croire 
à tout ce que Ton dit, lounka kan^ 
valed. ==== Se croire supérieur à 
tous, en em lakaat kaeroc*h eged ann 
holL Faire croire à q. q. tout ce que 
Ton dit, rei kelien da oloumma. Qui 
croit difficilement, den amgredik. 



B, s. f. Boiserie de fenêtre, 
embrasure de fenêtre, stam ar pre- 
nesty — (ar stem prenest C.) ; voy. 
Transept. 

CROISSANT, s. m. Cr.. . de la lune, 
loar-goimek, f. 

CROITRE, v. n. Voy. Grandir. 

CROIX, s. m. Grand si^e de croix, 
sin ar groaz braz, — sxn ar groaz, 
hag unan braz, zoken. Élevé en croix, 
sat^et var ar groaz. === Croix de 
pierre dans les carrefours, et Croix 
d'Église avec son fût, lamgroaz, f. 

CROSSE, s. f . C. . . d'Évêque, kroSy m. , 
ou groSy f. (vieux mot breton) ; voy. 
Roulette de berger. 

CROSSER, V. a. (Malmener, — mal- 
traiter) dotua u. 6. (Fam.) 

CROTTE, s. f. C... dans les routes 
et les rues, bouillenn, f., — 9trodenn, 
f. (C), — atrouilly — • kaillar, m. 

CROTTÉ, zàj, Kaillaret, — stro- 
dennet. Tout crotté, leun-bri, 

CROTTDf, s. m. Ramasser du c..., 
abounay v. n. (Ce verbe ne s'emploie 
qu'à rinfinitif.) 

CROUPE, s. f. Monter en c.,.,pignat 
var ann ialier, 

CROUPIÈRE, s. f . klopier, — kropier, 
m. (mot importé), — kulier, m. (V.); 



voy. Ataloire. Le mot biloti, -- helott 
fbek'lost), (bout de queue, tron^n de 
queue) sigiiifie rigoureusement : crou- 
pion. 
k 
CROUTE, s. f. Fente de la croûte 
d'un pain, bruskenn^ f. Petite croûte 
(pellicule) qui se forme sur le Uît 
bouilli, krestenenn, — kristinenn, f . 
d'où le verbe krisHnenna, v. n. (se 
former ainsi en croûte.) Se former en 
croûte (parlant du pain), kreunenna, 
V. n. 

CROTARLL adj. Da veza kredet^ — 
eaz da gredù 

CROTARCS, s. f. Voy. Tradittoa. G... 

religieuse, kredenn^ f. 

CRUCmSR, V. a. Staga oc'h kroaz, 

— krusifia, est reçu. 

CRUEL, acy. Cruel envers q. a., kriz 
ha divam e kever u. 6. (fall oc'h 
u. b. ) Jugement crueL goall-vam, f. : 
voy. Impitoyable, — inliuBalB; — crw 
tort, ptatiedenn garo. 

CUILLÈRE, s. f. C. . . pour écrémer 
le lait, loa leaz, — diennerez^ f. (L.), 

— kok-loa, — kok'loe (V.), -^ /kok- 
loa, — kok^ cuisinier, loa, cuillère, 
signifie rigoureusement , cuillère à 
pot.) 

CUIRASSIER, 8. m. Soldat, kulasour^ 
m. pi. ien, 

CUIR, s. m. Trou où les corroyeurs 
mettent leurs cuirs, pouU^l^, m., 
pi. poullou^ler. 



V. a. et n. Trop cuire (par- 
ma; 



CUIRE, 

lant de bouillie, ou de rôti^, m\ 
parlant de pain, kraza. Cuire, ou 
faire cuire à l'eau, paredi (G.) Cuire 
superficiellement (légèrement), ras* 
faredi, — brasparedi, v. a. Ce que 
ron cuit en une seule fois, poaza^ 
denn, f. On forme de ces sortes de 
mots, à volonté ; Ex : poezadenn^ f. 
(pesée) (du Y%Thepoeza, peser.) Cuire, 



Digitized by 



Google 



CCI 



4W 



CDV 



pariant d*un mal, d'une blessure, 
gloata, t. a. 

CUISODEB, s. m. Anciennement on 
disait kok. Ce root a une grande pa- 
renté avec le mot latin et le mot 
français. Aujourd'hui on le trouve 
encore dans les mots composés , 
comme hok-loa^ (cuillère à pot, — 
cuillère de cuisinier.) 

CUlSTiK, s. m. FoeUloïït (Y.) à la 
lettre : fouette-queue (au figuré) ; 
voy. Yalet. 

COR, adj. Pain mal cuit, hara 
mxoifh (peu usité.) 

CULBUTE, 8. f. Pendogij v. n., faire 
la calb.«.. Piraaetter, oher lamm- 
chouh-he-oenn; voy. CaMolei. Faire 
faire la culbute, tumpa, — banna, 
V. a. et n, (G.) ; voy. Yerter, v. n., 
V. a. 



CDL-ra-SAC, s. m. Yoy. «.p...«, 
êtread dall, f., (venelle aveugle.) 

COLWTB, 8. f. Bragou herr; — 
otouy à Pont-rAbbé ; voy. Pantalen. 

CULTS, s. m. Detosion da, . . ; voy. 
iMunge. Dans le culte catholique, 
er mod henori Bùue enn Iliz kato- 
lik ; voy. Ai«rer, — sjaMisae. 

CULTITATSDR, s. m. Kouer, — gou- 
nidekj pi. hùu&rien^ — gounideien. 



COLTIVi, adj. Terrain non cuit..., 
firaostach {douar fraost, m.) 

CULTnfER, V. a. La manière de cul- 
tiver une ferme, ann tiekaat, m. 
Cultiver du lin (récolter}, eozti lin. 

CULTURE, s. f. Les cultures sarclées, 
ar brouskaun grisiennek. 

CURE-DEITS, s. m. Rinserex dent, 
f., pi. rinserezed dent 

CURÉ, s. m. Perêoun kantaun, pi. 
persouned kantoun, 

CURIEUX, subst. et adj. Ranel, — 
randonuz — (kirius, ou kurluz^ mot 
ancien, dérivé du latin cur, pourquoi, 
d'où le verbe kuriuzenna^ v. n., faire 
des questions curieuses.) Curieux in- 
discrets, kuriuzenned diaviz. Curieux, 
pour faire le mal, kknaul, ac^. Je 
serais curieux de savoir, me garfe 
gouzout; voy. Cnriastté, — nemllie. 

CURIOSITÉ, s. f. Désir de tout savoir, 
de tout voir, ranelerez^ f. ; voy. Mer- 
Teille, kui^, m., — kuriou kaer, pi. m. 
Soustraire à la curiosité indiscrète du 
public; voy. Inilscret, — regaré. Être 
l'objet de la curiosité publique, tetma 
vaiMt'-han sell ann hoïly — h<âa din* 
dan sell ann holl. Il attire la cur. . . 
publique, sell aoualc'h a zo out-han. 

CUSTODE, s. f. Ku$tod, — tiboer, m. 
CUVE, 8. f. Baquet, pe^es^r, m., pi. ou. 




Digitized by VjOOQ IC 



I^AN 



4«8 



(M 



D 



DAGOBHE, s. f. En français familier 
(vache à laquelle on a cassé, ou qui 
a perdu une corne), àioc*h viskom, 
ou bio&h veskom, f. 



DAIGNER, T. n. Il ne daigne même 
is me parler, /be /" 
an komz ouz-in. 



nas me parler, fae ffeajeozoben gant 



DAIS, s. m. Ornement d'Église pour 
le Saint-Saci'ement, De, m. 

DAME, s. f. (Jeu de cartes), damez, 
f., damisi$n, pi. f. 

DAMB-JEAMNE, s. f. Boutaill rouz, f. 

DAOATIOH, s. f. D.., éternelle, 
Ifern, m. 

DAMMÉ, adj. Un damné, eunn ene 
daonet. 

BAINER, T. n. La République qui 
nous fail damner, ari?epv6Zt^ daonet, 

DAIDIHAIT, acy. Qui marche en se 
dandinant, freillok, adj. 

BANDT, 9. m. (Homme élégant), eur 
pipi (T. G.), à la lettre : un pieiTot. 

DAI6SK, s. m. Risk, m.» et non 
inskL — On dit aussi : danjer. Sans 
danger, dirisk (dizanjer.) Hoi^ de 
danger quelconque, pare, — e mvete, 

— salo, acy. Il a été en danger de 
mort, darbet eo bet d'ezhan mervel, 

— darbet eo bet d'ezhan beza lazet, 

— toBt eo bet d'ezhan beza beuzet 
(selon la nature du danger ) Il est mi 
danger de se perdre , (parlant de 
Tàme), ema var-nez morà da golL 11 
est en danger de mort, tro varo a zo 
gant'han (G.) 

DANGEREUX, adj. Choses dangeu- 
reuses, traou falî. Maladie dangeu- 
reuse, goallglenved, f. Il est dan- 
gereux de se fier à lui, danjer eo fi- 



iiotit enn-han, (Test plus dangeureuz, 
goasoc'h eo-ze. Les plaisirs dangereux, 
ar plijadurezou falL Passage dange- 
reux (parlant des hommes), torr- 
gouzouk, — (parlant des voitures) , 
torrod, — torr-rod, casse-roue.) 

DANS, prép. Er (par conU^etion), 

f>our e ar, dans la, — dans le. Dans 
a mer, er mor, ipour e ar mor. Dans 
la crainte de... que..., çant aoun 
da, ou ma. Avec la négation qu met 
na, au lieu de ma ; — dans, peut ici 
se tourner par Avec. — Dans les mains 
de tous ceux qui parlent breton, être 
daoîtarn kement den a gomz ar bre* 
zoxmek; dans se tourne ici par Entre. 
■ ■ Dans sa lettre, var he lizer ; 
dans le monde, var ann douar; dois 
peut ici se tourner par Sur. Dans un 
mtérét commun, evtt mad ann hall ; 
dans peut se tourner id par Po«r. ^= 
Dans, signifiant dedans, ebarz là la fin 
d'une phrase, seulement.) Dans la 
nuit où..., d*ann noz ma... Dans 
un transport de joie, o tridal gant 
levenez. Demander avec foi, dans la 
prière, goulenn gant feiz, dre ar 6e- 
denn ; dans peut ici se tourner par 
Par. Apprenare dans un livre, deski 
divar eail leor ; dans signifie ki, 9^ 
dOBSttS. Dans les honneurs, les souf- 
frances, e-kr^z ann henorwu, ar 
poaniou ; dans signifie ici. Parmi, — 
an milien. Dans les larmes^ ann dae- 
lou enn he zaoulagaà^ adj. Dans sa 
jeunesse, er^iaoïuunk, — ez iaouank, 
adv. Il ne viendra pas dans dix ans, 
ne zeuio ket c^hoaz, ann dek vloaz- 
ma, 

DANSER, V. n. D... par réjouissance, 
ribla, V. n. 

DANSEUR, s. m. Qui danse par pro- 
fession, qui court les danses, reder 
ann dansou , m. , — rederez ann 
dansoUy f. 

DARBARER, v. n. Darbari ; ~ ta- 
vari (à Lesneven.) 



Digitized by VjOOQ IC 



ȣ 



in 



DE 



BARBABEUR, s. m. Darbarer; — 
tavarer (à Lesneveu.) 

BARXE, 8. f. Tranche de poisson. 
Dorr», f. 

BiTE, s. f. Dat, f. ; chifr, m. ; detz 
fmizj ha bloaz. — Cette croix n'a pas 
de date, ar groai-se n'eiiz oad ehed 
d'ezhi, — ar ^roaz-se ne ket chifr et. 
En date du cinq janvier, skrivet d'e- 
omp, (Tar hemp a viz genver. De 
vieille date, a-goz, adv. 

BÂTIR, V. a. et n. Mettre la date^ 
daii, V. a. A dater de ce jour, adaleg 
ann deiz^se, — divar neuze ; voy. 
Bès lers, — depuis ce moment, — à 
partir it ce moment. Dans trois mois, 
à dater de ce jour, enn deiz-nxa a- 
benn Un miz. 

Ky prép. Ezy — euz. On devra dire : 
a Vrest, — euz Brest, et non pas, a 
euz Brest y ez a Vrest, de Brest ; kear 
Vrest^ et non, ar çear a Vrest, la 
TÎUe de Brest. Au lieu de dire : kris- 
tenxen euz Breiz-Izel, chrétiens de 
Basse-Bretagne, mettez kristenien 
BreiZ'Izel. Au lieu de Dxik a Verri, 
mettez : Duk Berri, le Duc de Berri. 
==r Du bon, hini mad; du gras, hU 
ni druz ; du maigre, hini tretd. La 
mode d'aujourd'hui, ar c'hiz hirio, et 
non, ar c'hiz a hiHo. Les cantiques 
de Sion, kantikou Sion, Un poids de 
doulenrs, eurbeac'h enkrez. Un cœur 
de mère, kalounn eur vamm enn ht 
chreiz. Une pièce de dix sous, eur 
pez deh kuennek. Un poids de dix li- 
vres, eur poez dek lur. Un manteau 
de cheminée, eur vantell ziminal. 
Mal de tête, poan herm. Un chapeau 
de paille, eunn tek kolo. (De, indi- 
quant la matière, ne s'exprime pas) ; 
voy. Grammaire Bingant, page, 137, 
n« 16.* Du bon côté, dioc'h ann tu 
mad, (on dit aussi, tu mui,) Du bon 
bout, tire ar penn mad. A cinq heu- 
res du matin, da bemp heur dioc*h ar 
mifUin. De là (où vous êtes). Prép., 
aiesse (contraction de, euz al lec'k'Se.) 
On écrit aussi : a-^-«^ *=s II pen- 



che de ce côté (vers ce côté), kosteza 
a ra enn tu-ze. Son amour de Dieu 
(à l'égard deD... pour D..,), he, 
garantez evit Doue (oc*h Doue) — e" 
kever Doue, De votre avis (selon, — 
d'après), dioc'h ho tiviz, — dloc'h ho 
kiz, — d^ho kiz. De vos mains (pai' 
vous-mêmes), dre^z-hoc*h hoc' h u- 
non. De nous-mêmes (par nous-mê- 
mes, — librement, — spontanément) 
ac'hhnomp hon unan, — dre-z-omp 
honunan. De vous à moi (entre nous), 
etre-z-omp. On sous entend, hon daou, 
nous deux, quand il ne s'agit que de 
deux personnes. De sa niiture (par na- 
ture), naturellement, dre natur. Il 
est bon de sa nature, mad eo dre na- 
tm% — natur eo d'ezhan beza mad. A 
Técole de Pierre, e $kol gant Perr. 
Il est question de son père, hano 'zo 
divar-benn he dad. De rang, dioc'h 
renk, — dre renk, L'Eglise de Fran- 
ce, annilizy e Frans. Par crainte de* 
fiigeons, gant aoun rag ann dubeed, 
1 demande trop de sa vache, re a 
c'houlenn dioc'n he vioch. Essuyer le 
sang de son front, sec'ha ar aoad 
dioc'h he dal. Attraper une maladie 
d'un autre, paha klenved dioc'h m. 
b. Il me l'arracha des mains (d'entre 
les mains), toma a reaz anezhan 
euz (a-dre) va daouarn. Gela vient de 
vous, ô mon Dieu ! kement-se a zeu 
digan-e'hoc*h, o va Doue ! Du fond 
du Purgatoire, euz goeled ar Purga- 
tor ; — euz a oeled ar Plukator. 
(moins correctement.) Avoir de quel- 
qu'un un enfant, kaout eur bugel euz 
u, b, ; voy. Dn fait de quelqu'un. Un 
veau de ma vache, eul leue divar va 
bioc'h. Ces paroles de Saint Bernard, 
ar c'homiou^ma lavaret gant Sant 
Bernard. Médire de Paul, drouk- 
komz euz PaoL II a deux moi de se- 
vrage, daou viz dizounet eo. Attristé 
de l'outrage fait à Jésus, mantret o 
velet ann dismegans a reer euz Jezuz. 
Comme de juste et de raison, evel 
just ha rezoun, adv. Plus âgé de 
deux ans, daou vloaz kosoc'h. C'est 
trop de quatre, re *zo gant pevar. 
C'est trop de quatre, pour moi, »evar 
'zo re d'inrme. Il n'avait pas fait la 
sottise de lui dire, n^oa ket bet den 



Digitized by VjOOQ IC 



DÉ 



5100 



BÊB 



dUkiatU da lavaret ann droite d'e-z^ 
?ian. U est honteux de mentir, mezuz 
eo d'eunnden bezagaouiad. Page du 
Roi, pach e ti or Roue, Ma clef de 
montre, aXc*houez va moutUr. Des 
premiers (un des premiers), gant ar 
re genta. De mon âge, enn oad d'in- 
me. De ma vie d'homme, fnskoaz 
abaoue ma'% euz ac'hanoun^ — bis- 
koaz em huez. Si j'étais de vous, ma 
vijenti'-me enn ho leac'h. Je suis plus 
grand que lui, de deux pouces, aaou 
veutad am euz var-n-nany — da^u 
veutad ounn hueloc'h (brasoc'h) eget- 
han; (De, indique ia la mesure, la 
taille, et ne s'exprime pas.) Reculer 
de deux pas, mont diou gammed var 
he giZy m. De la grosseur d'un doigt, 
teoder eur biz. De différente nature, 
natur dishenvel enn4io. Cette pauvre 
petite muette de sept ans a de 1 esprit, 
ar vudezik keaz , ha n*eo nemet seiz 
vloaz^ e deuz meiz, (mens, en latin), 
on dit spered, plus souvent. Il est 
d'un aspect horrible, spount eo gue^ 
let anezAan. Il avait comme peur d'y 
aller, eunn tamm aoun en doa o vont 
di. Du consentement de ma mère, 
^ant aaant va mamm ; (De, signifie 
ici ATec.) Je suis malade de la fièvre, 
hlanv ounn gant ann dersienn. De 
ne s'exprime pas toujours, avec le 
verbe; Ex : j^ai envie de dormir, 
c*hoant kousket am euz, === Un 
dix de reprise (jeu de cartes), eunn 
dek da gregi. Vous faite bien de prier, 
mad a rit pedi. Le prêtre de se- 
maine, beleg ar zizun. Un homme de 
sentiments religieux, eunn den a zou' 
jans Doue y — eunn den a relijion. 
Connaissance des mystères, anaou' 
degez var ar mistet^ou ; (De, id, si- 
gnifie ftir.) Une nuit d'été, eunn nos- 
vez haniv, — eunn nosvez enn tianv. 
Poires d'été , per hanv: Patience 
d'Ange, pasianted eunn Eal, Quelque 
chose ae bon, eunn dra vad bennak. 
D'hier^ deac*h. De poids, a-boez. Être 
de poids avec..., beza lur da, — 
beza a-boez oc'h. D'une voix plaintive, 
en eur hirvoudi^ — oc'h nirvoudi. 
Exagérer le malheur de vivre, hors 
de la vraie Église, lavaret re var ar 
moteur ma 'zeo beza o veva er mettz 



euz ar guir Iliz, Les maisons de cette 
hauteur, ann huelded tiezrse. Les 
chevaux de cette couleur me plaisent, 
al liou kezek-se a gavann brao. Vous 
êtes pour moi d'un grand secours, eur 
rikour braz oc*h evid-oun, — rikou" 
ret-neat ounn gan'e'hoc'h. Encre 
d'imprimerie, liou da voula. Vivre 
d'aumônes, beva divar ann aluzenn. 
Vous faites bien de rester, mad arU o 
choum ama. Sur un gibet de malfai- 
teur, oc*h ar groug foc'h ar potans) c- 
(^hizeunn torfetour. Je sens une forte 
odeur de chrétien, me 'gleo c'houez 
eur c'hristeny ha (fhouez pounner 
zoken. Un rouleau de cinc^ francs, 
eur rolled ugent real. Un pain de un 
sou (pour un sou de pain}, eur guen^ 
negaa bara. Une porte d'Eglise, eunn 
or Riz. Les écoles de la ville et de la 
campagne, ar skoliou e kear, hag 
ar ekoliou var ar meaz. ■ De, 

indiquant la profession, ne s'exprime 
pas. Un voleur de chevaux, eut laer 
Kezek, Un chapeau de prêtre, eunn 
tok beleg ; voy. Graoï. mofipuit, page 
137, No 16.* Tu es bien méchant de 
faire une telle peine à ta mère, ie a 
zo goall'Zivad, pa rez kement-se a 
boan d'azvamm. Il n'y a rien d'impur 
et de souillé en vous, n'euz netra na 
ve pur ha neat enn-hoifh. Je suis de 
garde à la maison, me 'zo goaz {plac'hj 
ar gear (hirio,) Qui est de semaine? 
piou a zo he zizun f Je suis de noce, 
meazo va zro da vont d'ann eured. 
Après quelqu'un, suivi d'un adjectif. 
De ne s'exprime pas : quelqu'un de 
malade, unan klanv bennak. 

DÉBALLÉ, a4j. Dispak. 

DÉBAIDADE, s. f. Laisser tout A la 
déb..., dans la maison, lezelpeptra 

Îbran (a-^reuz^foran, — a-stUwezJ 
1 laisse tout à la déb..., ann ti a zo 
foran gant-han. 



DÉBA1IAS8É de..., adj. Dispeg (dis- 
ta^) dioc% — - distlabez âiock, «^ 
distrob diotfh.,. Me voila débarrassé 
d'un grand fardeau, setu eur beac^h 
braz eat divar-n^otm; voy. N- 
fètrer, — MUfrcr. 



Digitized by VjOOQ IC 



DÉB 



201 



DÉB 



DÉBAIiiSSEB (Se), v. pron. Se 
déb... de la récolte, distalia dioc'h 
ann eost. Se déb. . . de q. q., kaout 
ann distag dioc'h u. b., — dont a- 
benn eux u. b, ; voy. Se défaire, — 
▼eair à boif. Débarrasser un endroit 
des objets qui Toccupent, diatredi, 
y. a. et n. ( enlever décombres. ) En 
parlant d'un terrain à cultiver on 
dira : divaneri, v. a et n. Il a deux 
ans pour déb... ses cbamps, daou 
vloaz divatier en deuz. Débarrasse- 
moi de ta présence, kea divar va hent 
(divar va zro.) 

DÉBAT, s. m. Contestation, — dis- 
cussion, debad, m. (vieux mot breton.) 

OÉBATTBE, v. a. Debadi divar- 
benn. 

DÉBAUCIB, s. f. Gastach, m. 

BÉBAUCHÉ, adj. Merc'hetaer, — les- 
pas, m., — paillard (C.) Femme dé- 
bauchée, ;)Zac'A rfisAwm; voy. Libertin. 

wBILE, adj. Sioc'han, — goan, — 
eizil, ou isil, Inflrme par suite de 
vieillesse, flak (flask C); voy. Faible, 
mezUin (T.) Devenir déb..., 8wc*hani, 
V. n, (ou mieux : dont da veza sio- 
c'kanj 

mm, s. f. Voy. BeMin, — indi- 
S6Me. 

BÉBITBB, V. a. Débiter des men- 
songes, dibuna gevier, — Uva {griatj 
gevier, 

MtTEDK, s. m. Être le débiteur de 
q. q., beza dleour da u. b. 

DÉBLAI; s. m. Déblayer (enlever dé- 
blais), diatredi, — divaneri; voy, 
Bébamuer. 

INiSLATEB le terrain (s'en aller, au 
figuré), mont divar hent. Déblayez- 
moi le terrain, U divar va hent, 

VÈBlVmH (Se), V. pron. Difoudia, 
— dizoucha, v, n* 



DÉBOITEB, V. a. Diaoza (L.), (ou 
dioza (C), — diflac'ha, — disguntri 
(T.) ; voy. Disloquer, — démettre. 

DÉBOBIAfflE, acU. Affable, kunv 
(anc), -— hegarad, — habask, — 
sioul, — dous, — chentil, 

DÉBOBIffilEIT, s. m. Voy. laoïidatioa . 

DÉBOBDEB, v. n. Faire irruption, 
diroll, V. n. (divorda^ est reçu.) Au 
moral, on dit : mont dreist al lezenn ; 
voy. Débaiché. 

DÉBOUCHE, s. m. Écoulement pour 
les marchandises, fret^ m., — guet^z, 
f., — diskrog da eunn dra bennak, 

DÉBOUCEEB, v. n. Sortir d'un Ueu 
où Ton s'était caché, dibourcha, — 
dizoucha , v. n. ; voy. Se déblettir. 

^ Parlant de futailles, de bou- 
teilles, on dit souvent : divounta^ 
(débonder, à la lettre.)=== Débacheri 
diboufa (G.) v. n. ; voy. s'esq«i?er. 

DÉBOUBSCB, V. a. U faudra beau- 
coup déb..., goall'ziskregi a vezo 
ranket. 

DEBOUT, adv. (Sans se coucher, var- 
ar-bale; fdioc*h ar sao, — dioch hé 
sav, — enn hor sav, selon les cas) ; 
voy. Sur ses pieds. Debout! (sorte 
d'interjection) , pour faire tenir un 
chien debout sur ses pattes de der- 
rière, chiboudik ! 

DÉBOUTONNER, v. a. Divountouna. 
Aller faire ses besoins, ober eunn dv- 
laa bragou. 

DÉBRAILLÉ, adj. Immodestement vé 
tue (parlant d'une femme), difarle, 
acy. En général on dira : disparbuUL 
— dibrenn he zillad, m., he dillad, f. 

DÉBBAILLEB (Se), v. pron. En em 
zisparbuilla, (se vêtir immodeste- 
ment, parlant de femmes, en em ci- 
farlea,) 

DÉBRIDER, v. n. Sans débr. ..^hep 
kerc'ha^ — kuit da zale e nep leac'h: 

le 



Digitized by VjOOQ IC 



BÉC 



^Pf 



voy. Tout d'une ]|aleine, — sans s'ar- 
rêter. 

DÉBBIS, s. m. pi. Di^bris de nau- 
frage, peme, m., pi. pen9eou ; — 
pell'kas, ou pelkas, d'après Le Pel- 
letier (pell, loin, ot kas, envoyer.) 
Menus débris d'arbres, diskoui^^a- 
chou, — hrec/iin, ou brcchad, pi. m. 
Enlever débris d'une construction, 
diatredi, v. a. ^ n. {Divaneri, par- 
lant d'un champ, d'une ferme à ex- 
ploiter.) 

DÉBROUILLER (Se), v. pron. En em 
^hab^ — en em zivroinlla, — saeha 
ke gillorou gant-han (Fam.), — en 
em ziluia , — en em deniia a boan. 
Débrouiller fil, cheveux, écheveau, 
difktilla ncud, — difuilla hieo, — 
difidlla ar gudenn, 

DÉBIOUILLOIRE, s. f. Direustlerez, 
^ diluiei^ez, f. -, voy. Dénitioir, s. m. 

BÉBUt, 8. m. Voy. Principe, ~ com- 
mencement. Dès le début de la guerre, 
kenta ma tigoraz ar brezel. 

DÉBUTER, ▼. n. Parlant d'assole- 
ment : dans ces circonstances Tasso- 
l^ment débute par une récolte netto- 
yante, n^uze e tigorer ar stuz gant 
eunn eost evU netaat onn douar. 



wà (En) de. 
tu-ma da... 



..,^dv. et prép., enn 



BBCABERC8, s. f. La langue est en 
décadence, parlant ar vro a zo var 
he gostez, — (ou mieux : giz kaozeal 
^ ^q\ — 'parlant ar vro a zo o 
vent da fall Ses affaires «ont en 
décadence, he stal a zo o vont da 
9taHk, — he ttal a zo ê vont d'ann 
traon; voy. DècMr, — balaie. 

BiCAIPBB, V. n. Moanr, distalia 
éivar ar bed (poétiqfue.) 

DiCAFITER, ▼. a. D... un malfaiteur, 
krenna eunn torfetour (Fam.), — 
éîstnqa, v. a. (L.) 



DÉCEMCE, s. f. Voy. PalUeaae. 

DÉCENT, adj. Prop, paraît breton. 

DÉCEPTION, s. f. Tromplezoun, — 
sou4szenn, f. Qui a éprouvé une dé- 
ception, kouezet he veudik enn he 
zoui*n (fam.) 

DÉCÈS, s. m. Après décès, goude av 
maro. Le mot moi*tuach, est subat. 
et adjectif. 

DÉCHAÎNER (Se), v. pron. Le vent se 
déchaîne, folfa a ra ann avel. 

BÉCBÂRfil, 6. f. Maison de décharge, 
skiber, — pen7i'ti. Parlant de l'eau 
d'un étang : poull-skorf, m., pi. m. 
poullou'Skorf, 

DÉCHARGÉ, adi. D... de..., dizamm 
euz... Me voilà déchargé (dégrevé), 
setu me kitez (huit), 

DÉCHET, s. m. Raval va e. rf. 6. 

DÉCHIRER, ▼• a* Déch... vêtements, 
frega (T.), (dxspenselial dillad (le 
contraire de penselia , mettre des 
pièces à..., — raccommoder.) JjCS 
nuages se déchirent, le temps se re- 
lèvera, diskolpa a ra ar c*hoabr, sevel 
aanaatj a rqi ann amz^; vpy, 
drcir, — mettre en pièces. 

DÉCHIRURE, 6. f. Freg^ (T) m. 

DÉCHOIR, V. n. Mont var he benn, 

— fallaai, — disteraat^ — dichea^ 
V. n. ; voy. Déca4cnce, — f» ^m^ 

DÉCIDÉ, adj. Résolu, — d'un carac- 
tère déterminé, brmk, — dioe'h-iu^ 

— grqnst adj. {n'ema ket dQ zonjal 
gant-han,) Il était décidé, wi^et ma4 
oa gant'han; voy. Se décider, — 
prempt i se déciier. 

DÉCIDER, V. a. Sonjal ober. Décider 
une question, bam eurpoent bennah. 
Se décider, v. pron., o^ier he 9fmj 
(kl..., — treie turpe-du^ — o6er €Hr 



Digitized by VjOOQ IC 



M 



m 



DEC 



seurt pe gôurt, — mont e tti-pe-du. 
Décidez-vous, grit mad ho 80iy\ — 
grit ho soiy felloc*h\ voy. Se pronon- 
fièt. li se décidoi â partir, ma c'k en 
em grennaz da gtnttxat; ma reaz he 
zoni da guitaat ; (ma ec'h) mxC c'h 
en em dorraz da guUaat, — ma' c'h 
en em droaz da vont. (Ces deux der- 
nières expressions s'emploient en ^r* 
lant d*un homme qui se décide avec 
répugnance.) Qu*avez-vous décidé? 
Petra oc'h enz-hu sonjei da ohei^f 
Toy. $e réatadre. Prompt â se décider, 
bîokuzj adj. Est-ce décidé? sonjet- 
mad eo gan-e-hoc'h f 

ItiCttÉIEIt, adv. Décid..., il faut 
que je.., dxvar or mare e rankcMn.,,, 

— anat eo e rankann, 

BtClSIOS, s. f. Quand aura-t-on une 
décision ? peur e vezo ann distag ? 

— peur e vezo ar ger diveza f — peur 
ez eor enn tu-pe-du 9 voy. Dédder, 
-tedécUè^i... 

DÉCUlUÛi, V. a. Lavaret freaz; voy. 
f ake btoa sa? oir. 

BtCUN^ 8. m. Être sur le déclin de 
l'âge, dont var ann oad. Le grand 
décUn de la vie, ar gosni; voy. Rfndn. 

DÉCOLLETÉ, adj. voy. Débraillé. 

DÉMMBDSR^ v. a. Bieubi, — dia- 
tredi^ — dweneri. 

DÉGOIPOSÉ, adj. Bistronket (parlant 
de physionomie.) En parlant de cer- 
taines matières, comme la pâte, on 
dira : disdreset, ou dislreset (L.) 

DtODIFm, V. n. Rabattre de Yo* 
pHÛdii qu^ôn avait, diskounta, — ra- 
h&ti ; voy. Maléfice, -^ sortilège. 

DiCnCBBfÉ, adj. Gonétemé, man- 
tret, ffdij. ; voy. Stopèfeit, — interdit, — 
itrpria, -^ Doutent. Déconcerté par 
suite de la jieur, abafet, — saouzanet. 
Il resta là fout déconcerté, eur zoue- 
z^nn vraz en doê, — nec^het-maro e 



oe gant'ge (T.), — choum a reaz neu-- 
ze haie h aoualc'h he c'hinou, — 
choum a reaz eno eunn tammih 
halc'h he c'hinou, — koueza a 
reaz-neat he veudik enn he zourri, 
(choum a reaz he fri var ùr 
gloed T.) (Fam.); voy. iteaiglé, -- 
décooragé, — déconfit, — décoiite-> 
nancé, — dépité. 

DÉGORPIT, adj. Voy. Dâcoiccrté; 
brallet he gourach, — dipitet^ adj. 

DÉGOHFITUBE, s. f. Dipit, m.; soue- 
zenn, f. 

DÉCOffBIAIGÉ , adj. Voy. DécoD- 
certé, — déconfit. 

DÉCOR, s. m. Dekor, m. ; voy. Or- 
nement, — garniture. 

DÉCOUCIED, V. n. Digousketf v. n. 
(Coucher hors de chez soi.) 

DÉCOULER, V. n. Couler peu â peu, 
comme la farine, divala, ■ i ■ t *.t S'é- 
couler, dichala, v. û. (diranvi, — 
diravL du latin derivarej ; voy. Dé- 
river. L'eau découle, ^râce à la pente, 
dichal a zo d'ann dour, -- dinaou à 
zo d'ann dour. 

DÉCODRifflR (Se), v. pron. Digalàu- 
nekaat, v. n., — digourachi^ voy. Dé- 
fiiillir. Décourager quelqu'un, bralla 
kourach u, b. 

DÉCOUVERT, adi. Au grand décou- 
vert, acN. diiolo*kaer, — dindon ann 
amzer, — dirag ann holl^ -^ a-vel 
d'ann holl, — var ann dlspalu (var 
ann disparu) ; voy. à l'abandon, *— 
éparpillé. 



MteOUVBRTBS, s. f. pi. Dec. 
l'industrie^ ijin, m. pi. sing. 



de 



DÉCOUVRIR, V. a. Dec. . . l'avenir, 
klask gouzout ann ti^ou da zont. 
Finir par découvrir la demeure de 
q. q., diboufa he nciz da eunn don 
(Fam.) 



Digitized by VjOOQ IC 



DÊD 



204 



DÉF 



DÉCRASSÉE, v. a. Dec... les enfants, 
digaoc'ha ar vugale mhan. 

DÉCRÉPIT, adj. Vieillard décrépit 
(vieux et cassé), koz-kripon, m., — 



grac*h koz, f., — luo (G. V.) 
Infirme, par suiti 
eizil, — Kabac'h 



Infirme, par suite de vieillesse, isil ou 



DÉCRET, s. m. Décrets divins (en 
latin : jusaa Dei)^ bolontez Doue, Se- 
lon les décrets divins, evel ma *z eo 
falvezet da Zoue. === Loi, ordon- 
nance, kemenn, m., — ordrenans, t 

DÉCRÉTER, V. a. Il avait décrété 
qu'il ferait. . . . lekeat en doa enn he 
zofij ober, — lekeat en doa enn he 
zoni « ^oj^p — plijout a reaz gant- 
han ober, 

DÉCRIER, V. a. Goall-vriida, v. a. ; 

— dispenn; — distrakal (T); dikrial, 
est reçu.) 

DÉCRIRE, V. a. Depeign, v. a. 

DÉaOCIÉde, adj. Diskrok dioc'h.,. 

DÉaOTTER, v. a. Dec... habits, 
digaUlara dillad ; voy. Décrauer. 

DÉCROTTOIR, s. m. Dec... pour 
chaussures, à rextérieur des maisons, 
barr-boiUou, m., pi. barrourboutou, 

DÉCUPLE, subst. et adj. Payer au 
déc. . . , paea a zek ktieach, 

DÉDilMEUX, adj. Faeuz oc'h u. b.; 
voy. Fier, — allier, — bavtain. 

DEDAIS, prép. Par dedans, a-zia- 
barz, — enn aiabarz. 

DÉDIER, V. a. Dédia; voy. Coiiucrer, 

— béair. 

DÉDIRE (Se), v. pron. Tern he c'her. 

DÉDIT, s. m. Voy. Rabais, — dé- 
compter. 



DÉDOURLOt, V. a. Dizoubla (root 
nécessaire.) 

DÉDUIRE, V. a. Voy. Excepter, — n- 
battre, ^ dMttement, ilEusiemeit. 

DÉFiCRER (Se), v. pron. Difacha, 
V. n. et a. La plupart des verbes bre- 
tons sont en même temps acti& et 
neutres. 

DÉFAILLIHCE, s. f. Semjolaenn, f. 
En revenir, dizempla, — mfata, v. n. 
■ Évanouissement ; tomber en 

déf».., sempla, v. n. (participe passé, 
sempletj, — dont lia zempta, v. n. 
Faire tomber q. q. en dér. . , ; voy. 
Décourager, — nlbietoe. 

DÉFAILLIR, V. n. Voy. Se décoincer, 
— défoUlaoce. 

DÉFAIRE, V. a. Frega, (déchirer.) Se 
défaire de quelqu'un, v. pron. ; voy. 
Se débarrasser de..., — se délivrer 
de. . . Se défaire de la toux, terri he 
baz. Il ne pouvait se défaire de la 
toux, ne zistage tamm, arpaz dioict- 
han; voy. Contiaier, v. n. 

DÉFAIT, adj. Décomposé, distronket. 
(Disdreaet, parlant de certaines ma- 
tières, comme la p^te.) Tout défait, 
evel eunn distrempet, adj. 

DÉFAITE, s. f. Déroute, drouk-atred^ 
m. Essuyer une défaite dans une 
lutte, kaout lampi digant u. b.' 

DÉFALQUER, v. a. Décompter^ tenna 
er meaz a gount, 

DÉFAUT; s. m. Faot, m. (L.), — fat 
(C), — «, m. ; fpec'hed, m., en ter- 
mes de religion.) On dit aussi, en reli- 
Son : defaot (L.), — defot (C.) =i== 
éfaut d un cheval forcé, forbu, for- 
buet, adj ; sans défaut, diforbu, adi. 
Sans défaut (homme), difaat^ — dt- 
rebech, — difazij — did/fitnall; (di^ 
bec% en termes de religion.) En par- 
lant d'animaux, on dira : disi, — dt" 
forbu^ — reiz. Pris en défaut (en 



Digitized by VjOOQ IC 



DÉF 



805 



DË6 



faute^, paket e gaou, — kavet ùbeg 
enn-han. == Défaut d« taille, gant 
bihatif — emt bihan, — evit re tn/<an. 
C'est le défaut de taille qu'on lui re- 
proche, ar bihan eo a glemer enn- 
han, === Faire défaut, manktmt, 
y, n. Le temps fera défaut pour. . ., 
we vezo ket a amzer da ober. . . , — 
ne dkùT ket ober ; voy. Parfait, — 
se tmÊftty — perfectioii. 

BÉFBIBBS, Y. a. Déf . • . quelqu'un 
(défendre la cause de q. q.), sevel 
gant u. b,, — sevel enn eunn tu 
gant u, b. Défendre à q. q. de faire, 
difenn oc'h u. b. da ober, — difenn 
oèk u. b, na rafe. • Se défendre 

de. ... V. pron. ; voy. lier. 

OtFEIBU, adj. Il est déf. . . de faire, 
arabad eo ober ; (En style sacré : e%ir 
vez eo ober fpec'hed eo ober] ; voy. 
Im fcndf , — 4éf6Bie. 



, s. f. Protection, savete, m. 



BtmSBOB, s. m. Champion, paotr^ 
m. 

DÉFÉREKE, s. f. Aviz mad, m. Qui 
a de la déférence, avizet-mad^ adj. 
Qui est sans déf. . . , diaviz^ adj. 

Dln, s. m. Difi, m. Mettre au défi, 
difial, — difiout, v. a. 

DÉFUKCE, s. f. DUkred var... 
Homme dont on doit avoir de la dé- 
fiance, den amjust ; voy. faijiste. 

BÉFIEB, V. a. Difiout, — difial^ v. a. 
Défier q. q. au combat, hegal u. b. 
d'ann emgann ; voy. BraTer, — pro- 
▼•fier. 

BÉnCOlÉ, adj. Dineuz, — liifurm, 
— {distronk, parlant du visage.) 

itfnGDISi, V. a. Difurmi, — dt- 
neuzi, — disfurmi, — divaloaat, — 
difesounaatj — distronka, v. a et n. 
L*âge défigure, surtout quand on perd 
ses dents, distronk e teuer gant ann 



oad, muia tout pa goller ann dent, 
— distronka a reer gant ann oad, 
muia tout pa goller ann dent. 

DÉFILÉ, s. m. Chemin étroit, hent 
keo, m. 

DÉmm, V. a. Embann, — diskle- 
ria freaz, — diskleria difàzi, — rfw- 
kleria distag. Article non défini, 
poent (hag) a zo debad var-n-han ; 
voy. Loe/tntMé. Défini par l'Église, 
embannet gant ann Iliz. 

DÉFINITIF, a4j. Définitivement, adv. n 
goude tout, — da ziveza tout ; voy. 
Finalement, — irréTOcableiiient, da- 
vad, — evid atao. Jugement définitif, 
bam hep galv. Il fut condamné défi- 
nitivement, bamet e oe, ha bamet 
mad if>amet da-vad.) Se fixer défi- 
nitivement en un pays, diazeza da- 
vad enn eur vro, enn aviz choum ; 
voy. naalement. 

DÉFLMiER, V. a. Goalla eur verc*h, 

DÉFOUÉ, adj. Voy. Défigiré. 

DÉFUCIkEUUiT, s. m. Difrostadur, 
f., — difrosta, — terri dotior, m. 

DÉFUCIER, V. a. Défr. . . une pièce 
de terre couverte de bois, diforesta, 
V, a, ; terri doiuir (sens général.) 

DÉFROQUÉ, acy. et subs. Apostat, 
troet divar al lezenn vad. 

BÉFiniT, adj. Eat d'ar bed alL 
L'âme défunte de mon père, ann ene 
a zobet em zad, 

DÉGiMIR, V. a. Dégarnir en la quit- 
tant, une ferme de ce qui en aug- 
mente la valeur actuelle, divada eunn 
tiegez abarz he guitaat. Dégarnir 
d'étoupes, distoupOy v. a. 

DÉGUOR, V. a. Voy. Attiédir (dé- 
gourdir) liquide. 

DÉGOURDI, ady. Dég. . . en son tra- 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



htL 



vidl, diète énn hé hibmr, — dxleber, 
-** diUùf -^ tneeur (prononcez : 
me-ur}', toy. lùr, ad}. 

lÉGMilBB (Se), t. pron. £n èm 
zic'hourda. Dégourdir un liquide , 
diriva dour, — guin, etc. . . ' 
Quand on parie d'une fausse position, 
6o empUie le rerbe, divorta^ t. n., 
se dégourdir. Au moral on dit : di^ 
zcmen, -** dizaouzani, v. n. Par une 
figure hardie, on dit du Mé qui com-' 
mence à s'élever, après avoir langui : 
houmans a ra ann ed dizaouzanù 
■n i t . Dégoordir un. indolent, dthuna 
eunn diéaivet. 

WÊSÊOff s. m. Dio'kout, m. (vieux 
met breton.) 

lÉCaVTt a(Q. Être dégotHé dé la 
nowrrittire (pariant dTiommes et de 
béteir malades), heza sinac^h. 

BteOUTOl, V. a. Dic'houti. Oter 
reiïvie de manger, divlata. Et dé- 
goûter, V. pron. fasta^ v. n. Dont on 
se dégoâtê vite, fiistut, àdj. 



s. m. Kkiz. — renk^ m. 
Au Mprâme degré, adv. : voy. Fieffé, 

— excestif esent, — come. Parvenus 
à ee degrés ils ne grandiseent plus, 
etruei bétef ar bonite, ne greskoM 
mut. On dit ausn : grad (mot qui 
paraît breton, et vient du latin gra- 
duêj sc:^ Le plus haut degré de la 
joie, barr al levemt, m. 

MteUfÉ, adj. M9 voilà tout à l^t, 
dégrevé, seiu tne Au**, ou kitez, «y. 

OÉGUMGOLEft, v. n. Diruilla oc'h 
trmony — éirmUa dirihign cTtffin 
Iroen (T.) 

iÉnMSIft, V. a. DtfTtzo fdU'hrita, 

— dic*hroza,/ 

BÉGnaOLt, adj. Distrantelly ad}. 
Di€UBiPm, V. n. Voy. leorir, ~ 



BÉ€tnsn, V. a. Voy. trafeitlr. 

DKHOBS, adv. Enn OAteh par dehors, 
a<iaveaz. Marchand de dehors^ mar- 
c*hadourien diaveaz. En dehors de 
l^iquelle il n*y a point de salut, n*euz 
ken êavete netnet enn-hi. Ëti^e long- 
temps dehors, dale^ v. n. 

DÉJÀ, adv. Dija, — dyaik, — o- 
vrema, — brema, Quekiuefois, Ma, 
signifie encore : chea qui j'ai déjà été 
en condition, hag ounn bet c'koa» 
mevel gant^han. 

BÊJSIIHEB, V. n. Avess^ous déjeuné? 
dijuniet {dyuHet) eo d'e-ho€^nf On 
dit aussi : debret eo ho tyunt f Appe- 
ler le monde à dé|euner, getit^ Mm 
dMd d^ho dijuni. J'ai déjeuné, debret 
eo va d^tmi gan^en, 

BÉJU6EB (Se), v. pr. Voy. Se dédire. 

\ 
BELA (An), adv. Tre, préfixe qui 
entre dans la composition de eeriams 
verbes; voy. TraiSBlaiter, tresplatUa, 
etc. Un peu au-delà, pellochik a- 
&hano, 

j BÉLABBt, adj. E ratre fitll (Hôud.) 
Maison délabrée, H dirapar. 

BÊLAI, s. m. Sans délais (t-drouc'A- 
tranch, adv. (G.) 

BÉLATSE. V. a. D... sa pensée , 

choum re oeil var eunn divii. Qui 

délaie trop sa pensée, re hirr enn he 

zîvizou. Délayer (parlant d'un liquide), 

. dilaviy V. n. et a. ; voy. Faire »e re- 

f peser, et dOTenir dafr, — déposer, v. n. 

BfiLATAGE, s. f. Dél. . . de boi^Mie, 
dilav'ied, m. 

BÉLÉ6ATHHI, s. f. Kanmtdur, m« 

BÉUBâtt, adj. De propos délibéré, 
a^veùepans, adv. {en mauvaise part). 
— ganfffouieget (G.) (en bdnûe part.) 



Digitized by VjOOQ IC 



VÈL 



%a1 



mi 



DÉUB&B£I, V. n. Ck'oum da var- 
c'hçta, Pour délibérer sur ce sujet, 
da c'fiouzout petra rye great. 

DÉLICAT; adj. Qui a l'odorat délicat, 
tano he fin, adjj. Fadle à mécontenter, 
voy. Sensible, guiridik, adj. et subst. 
Diuicile à contenter pour la nourri- 
ture, pilouill, Dif!icue à contenter, 
en général, divizei, acU. Difficile quant 
au logement, à Thabillement, à la 
nourriture, lojet eaZy guisket eaz, be- 
vet eaz. Il ne sera pas toujours si 
délicat (pour ce qui regarde la nour- 
riture), ann direvuz a zeuio d'ezhan, 
11 n'a pas le toucher délicat, lotirt eo 
he zQurn. Qui n*est pas délicat quant 
à la nourriture, direvuz^ adj. 5 voy. 
Friaid. Délicat et mince (fluet), sempl 
ha mistr, 

DÉUCSS, s. m, pi. IHlUou (mot 
comme devenu nécessaire), -^ du- 
diou^ pi. m, 

DIUCIEDX, adJ. ChoueU^-^mad^tre 
(C), — mad^kiz (T.) 

DÉLIÉ, a4j. Délié quant à la langue, 
distagellet. Délié (fin), fu (T.); voy. 
Sagace. = Svelte, mince (piarlant 
de la taille), mistr, adj. 

DÉLIER, V. a. Diliamma, — dilasa-^ 
voy. LMet. 

DÉLIT, 8. m. Il a été pris en flagrant 
délit, jNila^ eo bet e goaU. 

l^UYDAHCE, s. f. Délivrer, v. a. 
Deliorùns, f., — dtiîora, v. a. Délivrer 
VU captif, ^Hwr& eut sklaf. Les mots 
diHwans, — dtlivra, (termes reçus), 
wU pour radical, libr, adjj., — libren" 
1er, aubtt. f. Oa dit à peu près dan^ 
le même sens, diluia, — dmeo'hij — 
dizfigrina (dichagrina.) Me voilà 
délivré d*un déluge de nata, Htu 
eat divarrH-oun ejur bem mad (eur 
beac'h mad) a boaniou, DéUvrez-moi 
de tout attachement aux biens ter- 
restres, tennit digan-^npep kanmdez 
(pepjoa) o€*har bed-ma nag he hoU 



vadou. Me v«ûià délivré, «élu me huit 
ha pare (parlant de «maladies, ou ^ 
couches.) Se délivrer, v, pron. ; voy. 
Se débarrasser. 

DÉLIfU, s. f. Pariant des vaches, 
I qui ont vêlé, guele, m. Suites de la 
non-déîivre, daWh guele^ m. 

DÉLOGÉ, adj. I>t7c>;, 8d|j. 

DÉLOGEUlfT, s. m. Dilojadek, m., 

— diblasadek (C.) Changement de 
logement, de ferme. 

DÉUMtt, V. a. et n. Dil^a, 

DÉLOT, s. m. Branell, ^ troeU, f.; 
voy. luiTelk. 

D&UIE, s. m. Ann dêur dUuJ. Un 
déluge de maux (au figuré), eur bem 
mad a boaniou. 

DÉLUIÉ, adj. Voy. Délié, - légMr- 
di, — mis€adii. 

MQUill, adv. Dès demain (pour de- 
main), var-benn varc*hoaz, — a-benn 
vare'hoaz. 

DDUHDB, 8. f. Rehed, — kemenn, 
m. 

DSIAMDEB, T. a. Reketi, Qui de- 
mandez^ vous? (qui cherehes-vous 7 ) 
piou a glaskU^ f Allons là où Dieu 
nous demande (où Dieu veut), deomp 
d*al leac*h ma fell da Zaue ez afemp. 
Demandez avec foi, dans la prière, la 
grâce divine, geul^vidt gant fea, dre 
ar bedenn, graaau ann Aoir^u D&vê. 
Nous vous avons demandé d'associer 
vos prières aux nôtres, ni on euz aliet 
a&bifnoo'h da lakaat ho peden^au a 
unan gatU hor re. Tu me demandes 
trop de ton oheval, re a c*houlenne^ 
dioc'h da varo*K Je me demanda 
pourquoi.,,, me garfe gouz0ut pwaf, 

— n'ouzounn perag, — klash gour 
zout perag emoumn, U se demandait, 
c'hoant tn doa da c'hQuz^ut^ 



Digitized by VjOOQ IC 



hm 



^08 



DÉM 



MIARGKAISOI, s. f. Dém. . . vive et 
brûlante (inflammation, tanyenn, f., 
— tan-losk, m., leskadurez, — ta- 
nedigez, f. 

DÉIARCIE, s. f. Voy. Efcapade, — 
équipée. 

DÉIÉKXR, s. m. Diluie^^ez, — di- 
reustlerez, f. 

DtmBRER, V. a. Diframma izili. 

DÉRRÂGOniT, s. m. Voy. Délo- 
(enent. 

DÉMENÉE (Se), v. pron. En em zi- 
hiUona (C), — en em zispac'ha ; — 
kabalat, v. n., — tregas, v. n., part. 
tregaset ; voy. Beiiger, — remuer, — 
se tréiiioisier, ^ se reoMier. Gesti- 
culer en parlant; voy. Gestiarier; la- 
kaat kas var he gorf, — en em zi- 
fréta. 

DÉUKTI, 8. m. Diskan, m. 

DÉIENTIR, V. a. DislapareL Se 
dém..., ober daou c'her euz a unan. 

DÉIESURÉ, a<iy. Diroll, — diratet. 
Une soif, une chaleur démesurée, 
eur sec'hed diravet, eunn datnder 
diravet ; voy. Excessif, accablant, im« 
m4éré. 

DÉHETTKE, v. a. Disloquer, dioza 
(C.) : diaoza (L.) ; di^untri jT.) Se 
démettre, v. pron. ; voy. fiémistitn. 

DEMEURE, s. f. Finir par découvrir 
la demeure de q. q , dwoufa he neiz 
d'eunn den (Fam). Faire sa demeure, 
beza ckoum ; voy. Desenrer. 

BOnUREl, V. n. Rester. Il en de- 
meura stupéfait, neuze e kouezaz he 
vetidik enn he zoum. La maison où 
je demeure, ann ti m'emounn o 
choum (enn'^n.j La maison que je 
vais habiter (où je vais demeurer) , 
ann ti ma 'z ann brema da choum 
enn-han. L'ancien verbe, menel a 



formé le mot maner , manoir (en 
latin, manere, signifie, rester, de- 
meurer.) 

DEMI, a<iy. Un demi, eunn hanter 
hini. A demi (presque) ivre, penn-veo, 

— peuz-veo (C), adv. Les particules 
skil, — peuz, — penn, ou pen (en 
Gornouailles}, à demi, hanter, — ras, 

— oour, — dem, ou dam, — krak, 

— TnHz, sont des préfixes; voy. Mditlé, 

— aMex, — presque ; Ex : Fille gar- 
çonnière (qui a les allures d'un gar- 
çon), skil'Oaotr, — penn-baotrf — 
ras paotr, m. Sarcelle, krak houad, 
m. (presque canard.) Failli Sire, 
krak'Aotrou. Voltiger (voler faible- 
ment, ou près de terre), gour-nijal, 
V. n. Mon verre plein à dfemi, beteg 
hanter4eun va gueren. A demi cou- 
ché, enn he hanter &hourvez. Quatre- 
vingt-trois et demi, tH ha pevar-u- 
gent hanter, A demi reliffieuse, briz- 
leanez, A demi savant, bnz-doktor, 

— krak-doktor, — (desket-dister, — 
en deuz eunn tammik deskadurez) ; 
VOY. Médiecrement. On dil aussi : eunn 
doktoHky (un petit docteur.) 

DÉMIS, adj. Dîoz^e (Ci, — di^untret 
(T.) Mon cheval a Tépaule démise, 
diskoasiet eo va marc% 

DÉMISSIOR, s. f . Donner sa démission, 
lakaat he zïtez, 

DÉMISSIOnUIEE, ady. Maire dé- 
miss..., mear bet, — bet mear. 

DÉMODÉ, a4i. Er meaz a &hiz, — 
n'ema mui ar &hiz anezhan, — kollet 
ar c'hiz anezhan, adj. Objets démo- 
dés, traou iskiz T. (Objets déiérioi^ 
par Tusage, — hors de saison, traou 
diamzeret)» 

DEMOISELLE, s. f. Au vocatif : Made- 
moiselle, venez id, va mezell, deuii 
ama. 

DÉMOLI, adj. État d*une chose dé- 
molie^ freuz^ m. 



Digitized by VjOOQ IC 



DÈP 



im 



DÈP 



ÏÏÉIOLI&, V. a. Démolir entièrement, ^ 
dishar rez ann douar; voy. •étrolM. 

BÉIOUTIOlfS, s. f. pi. Voy. Débris. 

DâK^H, s. m. Voy. lalin; saltin, m. 
(Fam ), — acr&uant, — Ife^m, m. 
Parlant de généralité de démons : 
riltans, m. Le démon familier, ann 
arcltouere, m. 

DtlONSTRATIOl , s. f. Joyeux de 
cette dém..., mon frère l'embrassa, 
hUlig enn hc g<ilonn.va bi'eur a bo- 
kaz d'e-Z'/tan : voy. mtestation d a- 
■iUé. 

BÉIOinR, V. a. Dém... un meuble, 
dizevel eur pet anncz, — dibesia eur 
pet annez. La inort du père a dé- 
monté ce ménage, maro ann lad en 
deuz goall'Zizoberet ann tiegez-sc 
(ann ti-zej ; voy. Désorganiser. 

DiVOEDiC, V. n. J'ai démordu, dis- 
peg ounn (G)., — r diskrog ounn (L.) 
Démordre de. . ., dispcga dioc'h, . . 

DiRMOATEDR, s. m. Flairer^ m., 
— flairerez, f. 

BilOTER, T, a. Cela dénote une 
mauvaise nature , ober evelse a zo 
beza eunn den fa II. 

l^WNJEB, T. a. Dilasa ; voy. Lacet. 

BBRT, s. f. Dont, m Montrer les 
dents (parlant de cliiens), disgrou- 
gmtl^ v. n. : — skrignal, y. n. Qui 
SMHitre ses dents, quand il rit, ^kri- 
çnek, aëj. 

NRUBE, s. f. Deninch, m. 

DÉIIUDÉ, adj. Divisk, adj. 

D^UHURT, s. m. Dans le dénûment, 
divisk, adj. 

itPAIBi^ V. a. Rendie motnir a- 
gréable, dineuzi; voy. iléficnrer, =» 



Rendre, ou devenir de plus en plus 
vilain, divaloaat, v. a. et n. 

DÉPARIER, V. a. Oter Tune des deux 
choses qui font la paire, (dépareiller), 
dibareza^ v. a. 

DÉPART, s. m. Diblas, m. Chant du 
départ , kan diblas^ — han poriiaL 
Verser le coup de départ, disharga 
glac'harik da eva ; voy. Consolation. 
Faire ses préparatifs de départ, obcr 
he bak da vont cnn lient. Le jour de 
départ étant arrivé, deuct ann dciz 
da vont {da bartial). Il était sur son 
départ, var-nez diblas edo, 

DEPASSER, V. a. Dép... en route, 
dibaseal, v. a. Le nombre dépassait 
3000, hag a ioa oc'/t-pena SOOO a- 
nezho, 

DÉPECER, V. a. Dibesia, v. a. (En 
mauvaise part, kinkailla, v. a.) 

DÊPEIND3E, V. a. Depeign, v. a. 
Dépeignez-le , (donnez-en une idée 
quelconque), voit cunn doare bcnnag 
anezhan (anezhi.) 

DÉPENDANCE, s. f. Voy. Soumission. 
Dépendances du manoir, douar stag 
oc'h ar mancr ; — (sujcdigez, f.) (au 
moral) terme générique, et mot im- 
porté, utile parfois.) Avouons notre 
dépendance par rapport à Dieu, an- 
savomp ocli Boue e tlcomp senti out- 
han, — atisavomp ne d-omp netra 
hep Doue, 

DÉPENDRE, v. n. et imp. Klevet 
oc*h»,. Ceux qui dépendent de moi, 
ar i^ a zo dindan va doum, — ar 
re am euz da velet var-n-ho. Votre 
sort dépend de moi, ho puez a zo 
être va da4)uaim. Cela dépendra des 
circonstances , dioc'h ma vezo ann 
dro e rinn ; autrement, non, diocli 
ail, ne rinn kct. Je dépends de lui, 
mcstr eo var-n-oun, — dindan-n-han 
emounn. Ne dépendre de personne, 
beva enn he roll. De quoi dépend une 
bonne movXl penaozcom&i^el mad; 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



SI10 



DÉP 



voy. Consister. Nous dt^.pendons de 
Dieu, Doue a 20 hor mesh\ [ni a die 
senti oc*h Boue.) Cela ne dépend pas 
de moi. n^ounn ket mestr da ober-ze 
(T.) Cela dépend de vous, clioui a zo ; 
mestr var-ze (T.) Cela dépend du Sou- ! 
verain maître, ann dra-ze a zo gant 
ar Mestr braz. Gela dépend du temps, 
dioc'h ann amzer eo e vezo, — ann 
amzer eo a ra. Cela dépend de la 
manière de récolter, ann eosti mad 
co a ra. La vente dépend de la ma- 
nière d'apprêter la marcliandise, e- 
kever fidia eo guerza. Cela dépend 
de ce que vous ferez, dioc'Ji ma reot 
eo e vezo, — dioc'h ma reot e kavot. 
L'effet dépend de la cause (il n'y a 
pas d'effet sans cause), n'euz ket a 
voged hep tan. Cela dépend ! (cela 
pourrait être), e c'hellfe beza ! Cela 
dépend de ce que vous ferez, rftoc'A 
ma reot eo e c'hellfe beza^ (on ven^a, 
guelet e vo.) Cela dépend de ce que 
vous ferez pour votre fils, dioc'h ma 
reot gant ho map eo e c'hellfe beza, 

DÉPENSE, s. f. Koust, m,, pi. kous- 
tou, peu usité, {mizou, vaut mieux.) 

DÉPENSER, V. a. Dépenser follement, 
forana, ou forani, — foetOy— fouil- 
leza, — fecreit, v. a. Dépenser son 
bien en orgies, fripa he arantelly m. 
fhe zrantm, parlant d'une femme.) 
Dépenser plus que de coutume, ober 
mizou braz. Dans peu il dépensera 
cela, ann dra-ze ne bado ket pell 
out-han. Qui ne dépense guère^ di- 
zispign, adj. 

DÉPENSIER, adj. Gnnnd dép..., 
goall-zispigner, m. Qui dépense folle- 
ment, etir beveier ; voy. Dissipateur, 
— Indigne. Qui n'est point dépensier, 
diztspign, adj. 

DÉPÉRIR, ▼. n. Dép.. . par suite de 
maladie, de chagrins^ de mortifica- 
tions, de mauvais traitements^ ou de 
mauvaise nourriture, kostiza, v. n. 
Qui a ainsi dépéri, kastiz, a4j. Le 
verbe dizeria^ se dit des hommes et 
des choses, dans les circonstances 
ordinaires, ou en (^énéraU = Mourir [ 



de consomption, semplaot, — mont 
var zemplaat. Dép... à vue d'œil, 
dizei*ia bemdez. 

DÉPÊTRER (Se), v. pron. Voy. Se 
débrouiller. 

DÉPEUPLÉ, adj. Didud^ adj. ; voy. 
Peuplé, — peupler. 

DÉPEUPLER, V. a. Divouenna, ou 
diouenna, v. a. et n. 

DÉPrr, s. m. Despez, — desped, m. 
On dit aussi : diptt, m. En dépit de 
nos soins, de nos efforts, kaer on euz^ 

— kaer or bczo, — kaer on euz bet 
(selon le temps auquel on se rap- 
porte.) En dépit de ce que vous ferez, 
daoust petra reot. En dépit de tout, 
enn desped da dout ; voy. lalgré. 

DÉPITER (Se), v. pron. Enrager de 
dépit, — être fou de dépit, pensodi, 

— skambenni, v. n. Prendi'e du dépit, 
kaout dipit. === Dépiter, v. a., 
dipitaly V. a. 

DÉPLACER, V. a. Déranger, direnka^ 
V. a. ; (ôter de sa place, lakaat enn 
eul leac'h alLJ Déplacer les pierres 
du rivage, pour y trouver du poisson, 
loc*heta, — firboux^ha, v. n. == Se 
déplacer (partir), diblas, v. n. 

DÉPLAIRE. V. n. Ne vous en dé- 
plaise, saVho kras ; (sauf votre res- 
pect; quoique vous en pensiez!) La 
vérité déplaît à quiconque se sent 
coupable, ar virionez a zo kasauz 
d'ann nep a zo kabluz (Prov.) 

DÉPLAISANT, adj. Homme désa- 
gréable, den aishegar (dic'hras.) 

DÉPLOYER, V. a. Étendre, leda^ — 
dispaka. Qui se déploie^ kalz a T%gor 
gant'han. 

DÉPOLIR, V. a. Se dépolir, v. pron., 
difioura^ v» a« et n« 



Digitized by VjOOQ IC 



DÉP 



i\i 



DÉR 



INfcPOl^, V. a. Déposer dans un 
tronc d'Église, ieurel enn eur c'hef, 
- Déposer, v. n. parlant de li- 

quide qui repose pour devenir clair, 
Mavi, V. n. Déposer le Saint-Sacre- 
ment, repozi ar Zakramant. 

DÉPOSSÉDER, V. a. Dizouma; yoy. 
èYincer, — priTer de sa main, ou de 
ses mains (expression figurée.) 

DÉPÔT, s. m. Depoz, m. (parlant de 
troupes), mot importé. 

DÉPOUILLES, s. f. pi. Dipouilîou, — 
dipouillachou, m. pi. (mots usités.) 

DÉPOUILLÉ, adj. Dép... de ses vête- 
ments par les malfaiteurs, dibourc'h, 
adj. 

DÉPOUILLER, V. a. Dépouiller quel- 
qu'un de ses vêtements pour le voler 
(di, particule extractive, et pourc'ha 
(anc.) habiller.) dibourc'ha^ v. a. Les 
arbres vont se dépouiller, ar gucz a 
zidsko dizale, 

DÉPOURTU, adj. Un homme dépour- 
vu d'esprit , eur c'hezik, — eur spe- 
red herr a zen — (n^euz ket out-han, 
adj. Fa m.) ' .■' Privé de conseil, 

dizàli, adj. Dépourvu de tout, diboiir- 
vez a hep tra (mots reçus.) 

DÉPRESSION, s. f. Voy. Abaissement 

d*oii terrain. . • ■■: Diminution de 
volume, koaz, — koaza, m. 

DEPUIS, adv. et prép. Il y a deux 
mois depuis qu'il est sevré (il a deux 
mois de sevrage), daou viz dizounet 
eo, adj. Depuis sa mort, abaoue ma 'z 
eo maro. Depuis que..., adalek 
ma.,,^ — a-gichenn^ma,» . , — 
kerkent ha ma.,. Depuis que... 
ve..., abaoue na,,, ne,,, un veau 
sevré depuis deux mois, a diminué 
de volume (a fait son diminier de 
volume), eul leue biMn^ daou viz 
dizounet^ a zo great he goaz (he goa- 
zaj ganUhan); voy. Â partir de... 

DÉPUTÂTIOR, s. f. Kemennadurez^ f. 



DÉPUTÉ, adj. Kemennet, adj. J>«- 
pute^ m., pi. deputeed (mot importé.) 

DÉRiClNER, V. a. Dér. . . ses vices, 
peur-laza enn-han he dechou fall. 

DÉRAISONNARLE, adj. Privé de rai- 
son, den direzoun ; — aneval mud 
ha diskiant, 

DÉRAISONNER, v. n. Direzouni-, (mot 
reçu) ; dibarka, v. n. 

DÉRANGÉ, a4j. En désordre, digem- 
penn, adj. 

DÉRANGER, v. a. Détraquer ; (voy. 
Détraqué), diedresa^ — distresa. Il a 
la tête dérangée, n'ema ket mad he 
benn, — semvleat eo he spered. La 
pendule est dérangée, ann horolach 
ne d-a ket mad enn dro, — sacliet 
eo ann horolach, 

DÉRÉGLÉ, adj. Diregly — disordren 
(mots reçus.) Par l'amour déréglé des 
plaisirs, dre garet re plijadurezou ar 
oed. 

DÉRIVE, s. f. Le monde s'en va à la 
dérive, ar bed a ia var he gement 
ail (Fam.) 

DERNIER, adj. Ce dernier, hema, — 
ann dlveza-ma, 

DERNIÈREMENT, adv. Neloa fneve- 
a-oajf à Ouessant. 

DÉRORÉE (à la), adv. Eabinad, adv. 

DÉRORER, V. a. Leur dérober le 
doux rayon d'une vie éternellement 
heureuse, tenna digant-ho (distrei 
divar-n-ho) ar sklerijennik dous a 
ioo, para var ho spered, evel eur 
skillennik euz ar vuez euruz, fin ebed 
d'ezhi. 

DÉROUTE, s. f. Défaite ; voy. échec, 
— manTaise issue ; drouk-atred, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



DÉS 



21 i 



ÏÉS 



VÉROUTER, T. a. Dirouda ; voy. 
Sortir de la qacstioa. 

DERRIÈRE (Par), adv. Pesez par der- 
rière, beac'h a-îost! — beach adre ! 
■ Partie postérieure de l*animal, 

lostj m. 

DÈS, prép. Dès ce jour, adaleg ann 
deiz-se. Dés demain, var-benn var- 
0*1*002. Dès l'aurore, d(i vintin gou- 
lou. Dès l'ouverture des hostilités, 
henta ma tigoraz ar brczel. Dès lore 
que j'ai, divar m'am euz. Dès lors 
que je n'ai pas, divav n'am euz ket. 
Dès lors qu'on est malade (dès qu'on 
est tombe malade), adalek ma ver 
(ma vezevj klayiv, — adalek ma vezer 
kîanv; voy. Âassitdt jue..., •— dès 
que..., — puisque... Dès aujourd'hui, 
atrar hirio, 

DÉSARUSER, v. a. Didalla, v. a. == 
Désabusez- vous, tennit ann dra-ze 
diocli ho spered, — tennit ann dra- 
ze euz ho pcnn. 



DÉSACCORD, s. m. 
droit lafiSy m. 



Mésintelligence, 



DÉSAGRÉABLE, adj. Diez fdic*hras), 
adj. et adv., — dishegar (au moral), 
— kintuz, — ginet, — egas, — divalo 
(au moral.) {Ce dernier s'emploie au 
physique et au mpral.) Chemin désa- 
gréable, hent lourty — hent rust, — 
/lent divalo, — hent diez. Être désa- 
g... à l'égard de q. q., beza divalo 
oc h u. b. Paroles désagréables, kom- 
zou trenk ha c'houero da glevet, — 
komzou dicheky — prezegou kriz, — 
komzou garo, — komzou divalo, — 
komzou dipituz. Je suis désagréable 
à Dieu (je ne sois pas dans les bonnes 
grAces de Dieu), dic'hras ounn da 
Zone. Il ne me fait que des réponses 
désagréables, ne respount aclianoun 
ncmet dic'Uras, 

DÉSAPPOINTÉ, adj. Il a été désap- 
pointé, eur zouczenn en denz bet ; 
voy. DècoDcerté. 



BÉSAMPRWrat, V. a. Je désapprouve 
totalement votre conduite, ne biijf 
tamm, a-gf^enn, d'm ar pez a rit, 

ÎHÈ&ÈXÊiy adj. (Sans armes}, (iirarm, 
adj. 

DÉSARIER, V. a, et n. Dizarmi (au 
physique.) 

DÉSASTRE, 8. m. O n'est pas un 
désastre, ann dra-îe ne ket eur ma- 
leur braz, (Le mot maleur, est usité.) 

DESCENDANCE, s. f. Gouenn, — 
[lignez, f., mot importé.) On dit en 
général : orxn ; voy. Origlie. 

DESCENDRE, v. n. Descendre de son 
cheval, diskenn divar he varc'h, — 
diskenn divar gein ke var&h. Des- 
cendre en bas, diskenn och traon^ 

— diskenn d'ann traon. Je deitcen- 
drai les escaliers quatre à quatre» 
peder ha peder e ieuio gan^en ar 
skalierou. Descendre les escaliers, 
diskenn gant ann diri. Jésus descen- 
dra de l'autel dans mon cœur, Jeruz 
a zeuio divar ann aoter em c*haloun. 
Il descend cliez Paul, e ti Baol e ra 
peurvuia he ziskenn {c vez o varcho- 
siaj; voy. écurie. Aller en descendant, 
mont var-ziskenn, 

DESCENTE, s. f. Hent var-ziskenn, 
(poestraon, oxipostraonj Qui monte, 
et descend continuellement , sac- 
dizao, adj . === Descente de justice, 
gueled-bamer, m. fDiskenn-justiSy f., 
serait mieux compHs.) 

DESCRIPTION, s. f. Depeign, m. 

DÉSEIBOURBER, v. a Voy. Tirer, 

— sortir. 

DÉSmCWBRER, v. a. -^Voy. Dècoa- 
brer, diatredi, v. a. 

DÉSERT, s. m. Goueteri. Le mot 
dezerz, m., est reçu ; voy. Sdita4e. 

— soUtairc. 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



11» 



BÉ8 



iisndr, adj. P»ys désert, hro den 
ehêd enn^iy - hro dikent, - hro didud. 
Non hahité, maison déserte, ti dHoj, 
Devenir désert, inculte, ffwnt e goue- 
zeri, 

DtSSSPÛUIT, a4j. Dipituz, adj. 

BtiiBffÉHt, acy. La République est 
désespéré, ar Republik a zo o vont 
kuitj — ar Republik a zo o vont 
iTann traon. Un malade désespéré, 
n'etiz ket da zont enn-han, — ar 
tnctro gant-han ; voy. Côiidaauié, — 
teciraole, dibareuz. £n désespéré, 
adv., kollet he benn gcmt-han, — ne 
car e jte du trei. Agir en désespéré, 
kounnari, — kùU kourach, 

OÉSE^OIR, s. m. Dizesper, ra. (mot 
reçu.) 

^lABILLÉ (Ea), adv. Voy. En dé- 
kniUè. 

DÉSflOmÎTfi, adv. Vil (G.) Paroles, 
ou pensées déshonnôtes, viltansou, 
m. pi. 

BÉSMHBUl, s. m. Dizenor, m. Il 
fait (il est) le désh ... de sa famille, 
dizhenor he dud eo, 

BÉMHnmàST, adj. Dizenoruz, adj. 

DÉSIDIORÉS, adj. f. Fille déshono- 
rée, merc'h faziet. 

DÉSI(MWBSR,v. a. Faire le déshon- 
neur de. . . , besa dizhenor. . . ; voy. 
DéthMBMr. 

DÉSnXUSKHRin (Se), v. pron. Désil- 
lusionnez-vous, tennit ann dra-ze euz 
ho penn, 

DÉSI1TÉRE8SÉ, adj. Distag he ga- 
loun diûc'h ann arc'hant. 

DÉSn, s. m. Reked, — divk, — - 
lavar, m. On vous a accoi-dé tous vos 
désira, hoc'h holl dimzou oe*h euz bety 
— hoifh holl lavariou a zo great. 



BÉSlm, v. a. Bwitout, — reketiy 
— dezirtmt. Que désirei-voua de lui ? 
pfira oc*h euz c^honnt da gaout di- 
gant'han f Je désirerais guérir, joa 
a ve gan^en beza pare. Je désire sa 
mort, c'hoantam euzekollfe he vuez. 
Il serait à désirer que vous en fussiez 
jugé digne, salo d'e-hoc^h e vec^h ha- 
vet mad da gant kement-se ; voy. 
SMludter, — iMpirer. = Désirer 
du mal à quelqu'un^ kaout drouk oc*h 
unan bennak ; voy. En feilair à. . . 
Désirer du bien à quelqu'un, karout 
mad eunn ail. r Désirer en ma- 

riage; il ne désire qu'elle, he /lalan 
a zo var-n-hi. 

DÉSIREUX, adj. Je suis désireux de 
le faire, c'noantek her grinn, 

BÉSMIÉiaSiBT, adj. Dimj, — am- 
zent. Tu as été désobéissant envers 
moi, amzent oud bet ouz-in^ 

IIÉS0BLIGSAIT, a4j. Homme déso- 
bligeant, den diaviz, — den dizaouez. 

iÉSOBUfia, V. a. Facile à désobl...; 
voy. Sensible, — délicat. 

IHiSOLANT, adj. Voy. Attigeamt, mon- 
truz. C'est désolant! eunn dristidigez 
eo, — eunn diskonfort eo ! 

DfeOLÉ, adj. Voy. ifligé. 

DÉSOLEH, V. a. Mantri, v. a., gla- 
clxari, — ankenia. (Verbes actifs, et 
verbes neutres, comme la plupart des 
verbes bretons.) 

DÉSOaDOlDIÉ, adj. Diregl, — dizor- 
dren, adj. (mots reçus.) 

DÉSiEDBS, s. m. Dizurz, f. (sing. pi. 
Kenimesky m., — stlabez, sing. pi. 
f., — freuz, m. (G.) Des désordres et 
du trouble, dizurz, et non : dizurzou. 
Qui laisse tout en désordre chez lui, 
diskoguill, adj. Ses anciens désordres, 
he bleg koz. Désordre ( déroute ) , 
drouk-atredy m. , Bruit dans 

une maison, strapy m., — strak^ (L); 



Digitized by VjOOQ IC 



DES 



2U 



DÉS 



— strep (\.) (du latin strepitus) ; 
voy. Brait éclatant. Faire grand bruit 
dans un ménage, strapa, v. n. En 
désordre^ adv., a^stlabez, — taol- 
distaol (sortes d'adjectifs); voy. épan. 
Cheveux en désordre, bleo diflaket. 
Ses désordres, he hlegou fally — he 
vuez fall, — he vuez diroll. Qui met 
tout en désordre, brell^ m., pi. eien; 

— brellez, f., — tragaser, — traba- 
ser, — firboucher^ m. Mettre en dé- 
sordre, brella, — firboucha, — rft- 
gempenn, v. a. 

DÉSORGANISÉE, v. a. Voy. Démonter. 

DESPOTIQUE, adj. Voy. Radical. 

DESSÉCHÉ, adj. Krinet, Devenu des- 
séché par Teffet du soleil, du vent, 
du feu, du froid, de la fièvre (parlant 
des mains, des lèvres, de la terre), 
spinac*het, — skamilet^ adj. 

DESSÉCHER, v. a. Drainer, dxzoura 
douar, 

DESSEU, s. m. Pensée, ^ sentiment, 

— esprit, mennad, m. {du latin mens.) 
Dans quel dessein? pe evit traf Dans 
le dessein d'avoir..., enn aviz kaout. 
Au moment marqué dans les desseins 
de Dieu, d'ar mare merket gant bo- 
lontez Doue. A dessein, a-benn he- 

fridi, — dre gefridi, — a^ratoz, 

A dessein (de mauvais dessein pré- 
médité, a-vetepa tu, adv.) Je ne Tai pas 
fait à dessein, hep gouzout d'in eo. 

DESSIM, s. m. TaolenUy f. ; imach, 

— patroum, m. 

DESSINER, V. a. Peinti (mot reçu.) 
: V. pron. Le temps ne se dessine 



pas, ann amzer a choum être daou, 
— N*oar den, evit c*hoaz, penaoz e 
troio ann amzer ; voy. Incertain. == 
Se montrer^ en em zispakUy — en 
em ziskouez. 



DESSOUS, an-desiOQs, par-deMOoi, 

adv. et prép. Dix francs au-dessous 
de cent écus, dek lur rabad var gant 



skoed. Au-dessous de trois cents 
francs, a-vianoc'h evit kant skoed» 
Au-dessous des genoux, izeloc'h evid 
ann daoulin, 

DESSUS, ao-deMoi, par-dessns, de 
dessni, prép. et adv. Au-dessus de 
ma tête ip\u8 haut que ma tète), 
hueloc*h evit va fenn. Tirez dessus ! 
sachit var-n-hi ! Il aura le dessus, 
var c'hon'e e savo, — var c'horre e 
vezo. Prendre le dessus , sevel da 
huela. Reprendre le dessus, sevel 
c'hoaz var e'horre, — dont da vir 
adarre (au sens général.) === Au- 
dessus de tout éloge, n'euz den evit 
meuli aoualc*h anezhan. 

DESTIN, s. m. Cruel destin ! plane- 
denn garo ! 

DESTINATION, s. f. Sans destin... ; 
voy. Disponible. 

DESTINÉE, s. f. Destinadur. ou 
detinatur, f. (mot utile); - planeaenn, 

— doare, f. 

DESTINÉ à..., adj. Galvet da.,. 
(detinet d'ezftan, suivi d'un infinitif.) 
Tonket, s'emploie dans le même sens, 
surtout en Gornouailles. Ann hini a 
zo detinet d*ezhan mont gant ar bleiz, 
a ielo enn noz pe enn deiz (Prov.) 

■ La gloire qui nous est destinée 
(réservée), ar c'hîoar a velimp goude. 

DESTINER à. . ., V. a. Lakaat a-gos- 
t^z evit, . . 

DESTITUÉ, adj . Torret euz he garg, 

— lamet he garg digant-han. Desti- 
tué comme maire, eat er meaz a 
vear ; voy. Interdire q. q. 

DESTITUER, v. a. Dest... quelqu'un, 
lemel unan bennag a garg, 

DESTRUCTION, s. f. DistruJ, m. (mot 
importé) ; voy. Consomptien, — dépé- 
rissement. 

DÉSUÉTUDE, s. f. Tomber en désué- 
tude, dizeriOf v, n. j dizeriet, partie. 



Digitized by VjOOQ IC 



DÊT 



2<5 



DEC 



Langage tombé en désuet... (qui a 
cessé d'être usité), iez trefuet, 

lÉTiCHER, \\ a. Dét. . . bétes à l'é- 
table, dinaska saout, == Soulever 
de terre, dibrada, v. a. ^== La terre 
Be 8C détache pas de ces racines, ar 
grisiou^ma ne zizouaront kct, 

AÉTAIL, s. m. Vendre au détail^ 
guerza ira ha ira, — guerta diocli 
ar munudou, — auerzn dxoc*h ar 
munud. Un autre détail, eur pez ail. 

DÉTALER, V n. Mourir, dUtalia 
divar ar bed. (Expression poétique.) 

DiîENIB, V. a. Mac^hmimi. 

DÉTENTE, s. f. Partie d'un fusil, 
pluenriy f. Dur à la détente ; voy. à la 
desserre. 

DfiTENTEUB, subst. et adj., mac hou- 
mer, m. 

DÉTENU, adj. Dalc'het er prizoun. 
Les détenus, ar hrizounierien. 

DÉTÉRIORÉ, adj. Dét... par Tusage, 
diamzeret, — altéré, distereat (eat 
da fait). 

DÉTEBfilKÉ, adj. Vov. Caractère dé- 
cl^ ,* 6»i4«fc, — dioch'tu, — grons, 
— n'ema ket da zonjal gant-han, — 
siaH enn tu ma tro, adj. 

DÉTESTIRLE, adj. Fall-devet. 

DÉTESTQl, V. a. Drouk-karet u. h. 

DÉTIRER, V. a. Parlant du linge à 
repasser, difreta^ v. a. 

DÉTORDRE, v. a. Distrei, — disrei, 
V. a. 

DÉTOUR; 8. m. Kom-jplcg (korbleg), 
. — kom-tro, m. Chemin qui fait des 
détoars; voy. Tortueux. Agir avecî 
détour, — biaiser, heskella^ v. n. 



Tromper en cher- 



voy Riaiser. = 

chant des détours, troidella, v. n. 

== Subterfuge, troidell^ f., pi. ou. 

DÉTOURNER, v. a. Détourner la jus- 
tice divine , dicirbcnn jmiis Doue. 
Propre à détourner, diarbennuz, adj. 
Détourner la haine ; voy. Prévenir. 
== Détourner de...; voy. Dissuader 
de... 

DÉTRiCTER, v. n. Lanchenna, v. n. 

DÉTRACTEUR, s. m. Lanchenn, f. 

DÉTRAQUER, v a. Déranger, dis- 
dresa, — distresa, — (diaoza, v. a. 
L.) Cerveau détraqué ; voy. Dérangé, 
spered sempleat (sempleet. ] Parlant 
Œun malade, on dira : nijet kuit he 
spered digant-han. 

DÉTREMPER, v. a. Distrempa ^ v. a. 
(vieux mot breton.) 

DÉTROMPER (Se), v. pron. Détrom- 
pez-vous, digorit ho taoulagad. 

DÉTRUIRE, V. a. Distruja, — dis- 
penn. Détruire un usage, terri eur 
c'hiz fall^ — dresa eur c^hiz fall ; 
voy. Réfonner(abolir) un abus. Détruire 
ses inclinations, ses penchants, peur- 
laza enn-omp ar siou a zo oc*k heul 
hor c'horf. Le mot distruja, a passé, 
quoique le J soit presque étranger au 
breton. Il se précipita de haut en bas 
pour se détruire (se suicider,) en em 
strinka a eure d'ann traon da derri 
he c'Iiouzoug. 

DETTES, s f. pi. Être dans les dettes 
de. . ., beza dleour da,.. Contracter 
des dettes, kemeret die var he hano. 
Sans dettes, dizle, disgle^ adj. 

DEUIL, s. m. Porter le deuil de q. 
q. ; kanvaoui dau,b, 

DEUX, adj. Deux années de suite, 

bloavez ha bloavez dioc^h-tu. U a été 

cassé en deux (c.-à.d. par le milieu), 

, toni^et eo h^ dre ann hanter. Scier 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



it6 



DÉV 



en deux, ânou-heskennat. Et de 
deux ! dnl a zaou I En comptant les 
heures d'une horloge on dit : div\ Ex : 
diV'heur eo, il est deux heures. Devant 
Quelques autres mots, on met encore 
aiv ; Ex : div-jod, les deux joues ; 
divesker, les deux jambes (pluriel 
duel, du genre féminin), divi*eac*h, 
les deux bras.) Autrement on écrira : 
diou ; Ex : deux heures de travail, 
diou heur labour. === En parlant 
de mois on écrit également : dao viz 
(daon-'viz), deux mois. 

DEVANT , s. m. Le devant de la 
jambe, klipenn ar c*kar (C.) Aller au 
devant de..., mont a-ziarbenn dr/..., 

— mont var arbenn m. b- Prendre 
les devants, mont aixtok. == Devant 
ce spectacle, o velet eunn dra evelse, 

DEVENIR, V. n. Dont (en bonne pai-t); 
mont (en mauvaise part, excepté le 
cas où le complément est lié au verbe 
par la préposition da.) Devenir maî- 
tre, devenir prêtre, mont da- vestr, 

— mont da veleg ; voy Se faire prêtre. 
La blessure est devenue une plaie, 
ar blons a zo ent da c'houlL Travail- 
ler à devenir riche, poania da zont 
da veza pinridik. Si je deviens maire, 
mar benn mear. Devenu maire, le- 
keat da vear, 11 devient plus gai avec 
moi, joousaat a ra ouz-in. (11 en est 
ainsi de plusieurs verbes , pour le 
complément indirect.) Devenu soldat, 
eat da zoudard. Devenu trop vieux, 
eat re goz. Devenu mauvais, eat da 
fall. Il est devenu paresseux, dieguz 
eo deuet da vcza. Enfin, le voilà de- 
venu homme ! pelloc'k ez euz eur 
goaz anezkan ! Remarquons que de- 
Tcnir pins, ou de plus en plus, avec 
un adijeclif, se tourne par un verbe, 
en ajoutant aat, à Tadjectif, comme 
nous Tavons vu plus haut : il devient 
plus gai avec moi , joausaat a yyi 
ouz'in. En outre, remarquons que 
les verbes bretons sont transitifs et 
intransitifs, au besoin ; Ex : bega, 
rendre pointu, ou devenir pointu. Le 
temps est devenu sombre, deuet eo 
goloet ann anner. Il ne savait que 
devenir, ne orne mtU peh'€i da ooeii*^ 



" ne ouie mut e pe du trei, - ne ouie 
mui gant pe goat ober hibil. Il devient 
de plus en plus solide , startoc'h^ 
starta e teu da veza, — mont a ra 
mui'Oe^h'Vui var startaat. Nous 
sommes devenus pauvres, deuet omp 
da vcva paour. Il est devenu complè- 
tement Trégorrois, Tregeriad^leun 
eo b}*enta. Il est sur le point de de- 
venir pauvre, var ar bord ema da 
veza paour. Qu'est devenu votre frère? 
e peleac'h ema brema ho preur f — 
petf^ a ra 6rewia ho preur ? Je ne 
sais pas ce qu'il est devenu, n*ouzounn 
doare ebed d*ezhan. == Le Rd étant 
devenu mort, ar Roue o veza deuet 
da vervel. Depuis que je suis devenu 
aveugle, abaoue m'ounn dall. Devenu 
béte, eat sot. Je suis devenu plus 
lourd, pounnereat ounn. Le temps 
devient bien chaud, goalUdomm e 
teu ann amzer da veza. 

DÉVERGONDÉE, adj. f. (Terme déso- 
bligeant appliqué à une 011e ou à une 
femme, distrantellj. On dit aussi : 
divergont^ — diskramaill. 

DÉVUTION, s. f. Dév. . . de la co- 
lonne vertébrale, tort, m,, — goar al 
Hvenn gèin, m. Celui qui en est 
atteint, /ore, adj.; voy. Bosse, — iMStl. 

DÉVIDEUSE, s. f. Instrument dont 
les dévideuses se servent, pour em- 
pêcher le ni de couper leur doigt, 
pelbii, m. (éloigné, />e!/, et biz, doigt.) 

DÉVIDOIR, s. m. Dévidoir à rouet, 
kaladur, m. Dévidoir à branches 
(dévidoir horizontal), estell, m. Dévi- 
doir à branches perpendnculaires , 
trail, — troiler, m. 

DÉVIER, v. n. Trei divar lie hent ; 
voy. DéTiation ; — disvia, (T.) v. n. 

DEVINER, V. a, Divinouty — kom- 
pren. Je ne puis deviner, j'y renonce, 
feaz ounn. 

DÉVISAGÉ, adj ; Toy. Défiru^ — 
Mfonaé \ dishevelep, sûy, 



Digitized by VjOOQ IC 



DEV 



t\1 



DIE 



fiiîOILQl, V. a. Dev... sa conduite, 
diskulia he zoare. 



l, s. m. Dever, m., pi. deve- 
rioi4. Devoirs (obligations), dleou, 
pi. m. ; autrement on dira : dle.m. 
ang. Manquer à ses devoirs, mont a 
enep he zever, S'acquitter de ses de- 
voirs, ober he zever. Le grand devoir 
de la vie chrétienne, dever kenta eur 
e'kristen. Le devoir de la prière nous 
serait alore facile, neuze e kaffemp 
eaz pedi. === Pratiquer ses devoirs 
religieux, ober he relijion, — der- 
dhel d'he relijion, — beva e guir 
gristen. Devoirs religieux, deveriou 
ewr guir gristen. Pratiquer tous ses 
devoirs religieux, mont eeun gant al 
lezenn gristen. Ils font leur devoir, 
ober a reont arpez a zo red e rafent. 
(Le mot eeun, se prononce : e-un.J 



DEVOIR, V. n. et a. Voy. Être débi- 
teur, — être obligé à quelque chose 
par la loi. Je devais partir à trois 
neures, da deir heur e oann e sotij 
diblas. Quand on doit perdre, pa vez 
tro da aoll; voy. En cas de. . . Celui 
qui a la langue acérée doit avoir la 
tète dure, ann hini a zo lemm beg 
he deod, a rank beza kalet kostez he 
benn ; voy. Falloir. 11 le doit à sa sa- 
gesse , he furentez a ra evit-han. 
C'est là que tu aurais dû aller, di eo 
d^id beza eat, D«ssè-je mourir, hag 
e rankfenn mervel, L'Église doit 
avoir un lieu fixe sur la terre, ann 
Iliz a rank kaout eunn diazez d'ezhi 
rar ann douar. Fortune due à la 
violence, madou deuet a^grogad. Je 
dois déjeuner en ville, demain, var- 
c^hoaz ounn pedet da leina e kear, 
— varchoaz em euz sonj da leina e 
kear. Tu dois me remercier, te a 
dlefe va zrugarekaat. Il a dû arriver 
lundi à Paris, dilun, m'oarvad, ez eo 
erruet e Pariz, (îuelles préoccupations 
doit avoir un chrétien? pe seurt soursi 
a die eur c'hristen da gaout, dreist 
pep tra. Je vous dois ce bienfait , 
digan-e-hoc'h em euz bet ar t'flcl- 
8e. Cela doit être, e rank beza. Il 
doit être mort, maro e rank beza. 
On ne fait pas les réflexions qu*on 



de\Tait, ann dud ne bleustront ket 
var ar pez ma tlefent ober. Rendre 
à Dieu rhonneur qui lui est dû, he- 
natn Doue evel ma 'z eo dieet. Je 
dois aller à Brest demain, me am 
euz da vont da Vrest, varc'hoaz. Tout 
ce que je croirai devoir îaire^kementa 
gavo d'in a ve mad da ober. Devant 
être passés au fil de Tépée, pa edont 
e-taill da veza lazet are ar c'hleze. 
Tu devais le savoir, anat oa d*id. 

DÉVOT, adj. Dévot, — DéTOtement, 
adv. Dévot, — gant feiz, — gant de- 
vosion, — a-vir-galoun, adv. Fair» 
son dévot, ober he vitouik ; voy. 
Pmde, — patelin. 

DÉVOTION, s. f. FeiZy — karantez 
Doue, (Devosion, est reçu.) 

DÉVOTBI, V. a. Dév... l'estomac; 
voy. Donner la diarrhée. 

DBXTÉRITÉ, s. f. Voy. Agilité. 

DIABLE, s. m. Ce sont des diables, 
divar ann diaoul int, (sous-entendu : 
savetj^ — viltansou int. Ce dernier 
mot indique la généralité des démons. 
Kinardy est le nom burlesc[ue donné 
au diable. Que diable a-t-il? ^etra 
ann diaoul a c*hoari gant-hanf (pe- 
tiaoul ! est une contraction de petra 
ann diaoul.) . Diable de mer. 

Poisson 5 morzenn^ f. 

DIABLERIE, s. f. Diaoulegez, f.; voy. 
Très méchant, pemicienz, difficile. 

DIAGONAL, adj. Treuz, — a-dreuz. 

• DUMTRE! inteij. Vertuzl — dian- 
tre! se disent dans la belle humeur ; 
voy. Peste 1 — Fi donc ! 

DIARRHÉE, s. f. Qui donne la diar- 
rhée, sklis, adj. (terme familier ) 

DICTER, V. a. (au fig.), merka, v. a. 

DIEU, s. m. mon Dieu! Ai Doue! 
— Aiou Doue l 

2& 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



tit 



m 



DIFFÉRSIIGE, s. f. Poeni, ni. Faire 
la diiT. . . entre eux, anaout ann eil 
dioch egile (parlant de deux individus 
seulement ; autrement on dira : eunn 
eil re dioc'à eur re ail.) Il y a une 
ditrérence d'âge entre nous , eunn 
tamm oad a zo etre-z-omp. Ici on ne 
fait aucune différence entre. . . , ama, 
dishevel ebed être,.. ; voy. Di8tia€tl<Ml. 

DIFFÉREiCIBR, v. a. Anaout ann eil 
dioc'h egile, — anaout eur re dioc*h 
eur re ail-, voy. Dtffôrence. 

DIFFâŒMD, s. m. Ih^oulans^ m. ^ 
voy. Discorle. 

DffFÉRENT, adj. AU, (autre.) D'une 
couleur ditrérenle, euz eut Hou ail, 
— a liou ail, — a liou dishevel, adj. 
Différentes couleurs, a hep seurt liou, 
11 sait trois différentes langues, tri 
seurt parlant a oar. L'adjed,if diffé- 
rent ne s'exprime pas toujours en 
breton ; £x : Différents prétextes , 
digaresiou. Les différentes herbes qui 
ont poussé et répoussé parmi le blé, 
y nuisent, ann asdioiionachou (al 
louzaouaciwu) a ra gaou oc* h ann ed; 
voy. Divers. 

DIFFÉRÉE, V. a. Remettre à un 
autre temps. Être différé en commu- 
nion, comme il arrive aux enfants non 
assez instruits sur la religion , rei 
korhell (L.l, — raskUiy v. a. (T.), — 
rei pillig toull (C), — appelle ou 
aspell (du latin pellere, éloigner), 
partie... aspellet, 

MFFICILE, adj. Il n'est pas difficile 
de faire cela, ne ket eunn dra ziez 
oher kement-se. Je sais que ces tra- 
vaux sont difficiles, me a oar ez eo 
ziez ober ann traou-ze. Un transport 
difficile, eur oall-gfrs; difficile à vivre, 
kizûHk, — guiridik {die* liras evel 
eur roolted nevez Fam.), — diribin, 
(G.) Qui n*e8t pas cUfRcile touchant la 
nourriture, direvuz, — dibismikj — 
dibUouUl, adj. Il ne fera pas loujours 
le difficile, ann direvuz a zeuio d'ez- 
han. Il mangea «en nain sans faire 
1q difficile^ ne reaz h^ a biemigou 



(a lenligou), evilstagu ^afUhevara. 
llomme qui n'est pas difficile à vivre, 
den chentil, — dcn caz. Animal dif- 
ficile à mener, loan direiz, — loen 
anyestr. Le mot any'estr se dit des 
hommes et des bétes, et non pas du 
temps. 

DIFFICULTE, s. f. Kudenn, U <au 
fig.), — kofUf^Uez, î., date h, m., — 
poan^ f. Là est la difficulté, euo ems 
1 ann daWh , ip. Faire difficulté , 
stourm, -^ rebarhi, — debadi. — 
termal, — argila, v. n. Il a de la 
difficulté à parler, dale*het eo enn ht 
gaoze. Il mardie avec difficulté, skan 
eo d*ezlian baie. Ayant de la diffi- 
culté à marcher, beac*h d*ezhan o 
vale. S'attirer des difficultés saclia 
ar c'harr var he gein, La difficulté 
est de trouver cet bomme, e^kever 
kaout ann den-ze eo em etiz aoun. 
Avoir de la difficulté à payer, beza 
loaniet o paea (mot à mot : tourner 
en béte de somme, par la difûcullé 
de payer.) Parfois on dit : laoniet^ 
qui indique moins bien le vrai sens. 

DIFFICO^ISNT, adv. Il avale diffi. 
cilement, ne ra nemet trelotmkOé 
Qui apprend difficilement, stard da 
zeski, -^ amzesk, a(y. Qui parle difft* 
cilement, amlavar. Qui croit diffici- 
lement, amgredik. Qui se laisse difi<> 
cilement manier, anye$tr, (partant 
d'hommes ou de bétes.) 

UFFOUR, adi. J)ineuz, — dic'he^ 
n^c^.ou digened, — disfurm, — iskiz, 
— aifesoun, — vil. Devenir de plu» 
en plus diii,.., viktat, v. n. ; voy. 
Uid. 

DKâm, V. a. «t n. Je ne p«iis <£• 
gérer ce mets, choum & ra ar koed-Bé 
var va. o'halouH, Fadle à digérer, 
divec'huz da bouil ar ffolotui ; Cette 
dernière expression s^emploie au mo* 
rai, comme au physique. Je digèr# 
bien, diskenn a ra va baed em c'hof^ 
Mets facile à digérer, boed skanv^ 
Difficile à digérer, stambouc'iuz^ -«^ 
bec'huz (pounnerj d*ar c'Iwf^ 



Digitized by VjOOQ IC 



tt9 



Ml 



îj adj. MfM le, ne s'nrpritne 
pas. On met à sa plate soit la dési- 
nence uz, ajoutée au nom, soit les 
me^t, da ffeta, avec le participe du 
▼•rbe c^nvepondant. Digne d'une 
cbofse, tnad dn gttmtt ettnn dra. 
Wgne de compassion, truezu$. Digne 
d'honneur, da veza hcnoret; on peut 
dire ànan, henoruz, honorable. Que 
¥au8 êtes digue de pitié I Hag ez eo 
triâé hû toare ! Êire iugé digne de 
quelque chose, beza kavet mad du 
gaout eunn dt*a bennak. Air di^ne, 
arvêz deremd* Digne (solennelle dxnn, 
ou din. Assurer que quelqu'un est 
digne de compassion, truesi eunn den, 

BWffiTÉ, s. f. Dinitez, f., — dindet, 
— dind^ (mots anciens et souvent 
utiles.) Avec une réserve pleine de 
dignité, enn eunn daill dinn ha de- 
read, — doare fur ha dinn d*ezhan. 
■' ■ , Dignité (honneur), renh hueU 
-*• stad nuel^ m., — karg huel^ f. 
Dans une si haute dignité, savel kcn 
huel. Constitué en dignité, savet e 
karg, — galvet da eur garg bennak. 

MfiBESSIOH, s. f Tecliadenn divar 
or gount {divar av gaozj, — tec'ha^ 
denn divar ann êi*o (divar ann 
arotulenn.) Faire une digression, di- 
barka, v. n. ; voy. Divaguer; trei di- 
var he dorcftenn (fam.) 

DILAPIDER, V. a. Voy. Dépenser kU 
lemént. 

DILI6EICÉ, s. f. Voiture ; dilijons, 
f. (mot importé.) 

DIIAHGHE, s. m. C'était un dimanche 
«ohr, eur tulvet da noz oa, 
k 
DUS, s. f. Voy. Champart, — donaire. 

MUEnbiOl, s. f. De belle dim..., 
fbunnuz, adj. 

DUHUER, V. a. et n. Nebeutaat (C.) 
Lee eaux diminuent (bâiseent), izêlaat 
a va aiwi dour. Diminuer le besoin, 
diminui (terri) ann ezomm hràz. 



Dîminner dea dettes, divierraai aie. 
Sa douleur a diminué, torret eo ar 
boen var-fi-kan. Son mal commence 
à dim. . . , dont a ra he boan da es* 
moli ; voy. AttUir. > Se con- 
sumer en bouillant (diminuer de vo- 
lume), koaza, v* n. Un veau qui a 
deux mois de sevrage, a diminué de 
volume, evl leue bilion daoïi viz di' 
zounet, a zo great he goaz (he goazaj 
gant'han ; mot à mot, a fait son di- 
minuer de volume. Le bois à brâler 
a joliment diminué, ar c'hetineud à 
zo goall-goazet ; voy. Bois à brûler. 

DMIIUTION, s. f. Diiftaol, — rabat, 
ra. La diminution de volume , ar 
c'hoaza, — ar c'hoaz. 

DIKDOi, s. m. Kiltok-Indez, pi. m. 
killeicn-Indez. 



DMER, V. n. Appeler le monde à 
dîner, gervcl ann dud dlio lein. J'ai 
bien dîné, debret-mad am euz va 
lein. 

UOCÉSAIN, adj. Pour nos œuvres 
Diocésaines, evit oberiou nxad hon 
Eskopti, 

DIRE, v. a. Il ne m'a rien dit, n'em 
euz klevet grik (oer) gant-han. Vous 
dites bien, mad aoutrlc'h a liinrit 
fguir aouaWh a licirit), — c'Aowt a 
lavar aoualc*h. Il m'a dit voleur, 
lavaret en deuz laer ac/tanoun, — 
lekeat en deuz ac'kanoun laer, 
— great en deuz ac'hanoun laer. 
On nous a dit qu'on nous paierait, 
bez 'on e\n bet kelou da gaout pae. 
Entre nous soit dit, e^j'e c'houi ha 
me, — etrexomp hon doon. Il ne sait 
plus qne dire, sa&het eo ; voy. à^qnià. 
Ne pas s'occuper des qu'en dii'a-t^on, 
dïowm hep ober van euz ar pez a 
lavaro ann dud. Faire dire des 
messes, lakaat oferennou gantfevid) 
unan bennak. Au dire de Saint Gré- 
goire, rar a laka Sont Gregor. Sou- 
tenir son dire, dei*c^hel d'he dnol. Je 
ne puis rien dire à cela, n'ouTtn evit 
lavaret seurt var gemenf-se. Dk-on, 



Digitized by LjOO^ IC 



DIS 



ÎÎO 



DIS 



a leverer. Qui reste sans dire mot, 
dfilavarj adj. 11 se disait malade, la- 
varet a rea e oa klanv. i Qui 
dit plus qu'il ne fait, teod hirr ha 
doum herr ; voy. Yaatard. 

DUECTSIEHT, adv. A-henn da... 
Au figuré on dira : dre-Z'-ùmp hon 
unan, par nous mêmes ; et ainsi de 
fuite, selon les cas. 

DUECTEUR, s. m. Rene^*, — direk- 
tw*, m. 

DIRECTION, s. f. Dans quelle direc- 
tion? etreze peleac'h? — pe var^zxiP 
— varzu peieac'h? (avec mouvement.) 
Dans cette direction, dioc^k ann tu-ze 

Ëans mouvement.) Je ne connais pas 
direction, n'ouzounn ket ann hent 
da vont di. Il ne connaît aucune di- 
rection, ne oar hent da nep leac'h. 
Lèvent reste dans la même direction, 
ann avel a choum atao er meniez 
arroud (er memez toidl.) = La 
direction d'une ferme, ann tiekaat. 
Donner une direction à. . . , rei ann 
eeun da,.. Dans la direction du 
bourg, var ann hent d'ar vourc'h. 

DIRIGER, V. a. Ren (eeuna)^ (sens 
primitif : pousser en ligne droite.) Le 
verbe breton, eeuna, s'emploie comme 
le français diriger, au physique et au 
moral ; Ex : Depuis que j'ai perdu la 
vue, je suis obligé de diriger mes 

Î^ens, de mon lit, et de leur mdiquer 
es travaux à faire, ahaoue ma 'z ounn 
dall e rankann eeuna (ren) va zud 
eux va guele (rei ann eeun d'am zud, 
euz va guele), ha lavaret d'ezhopetra 
da oher, (pe seurt labour da ober ) 
Il ne sait où se diriger, ne oar hent 
da nep leac*h. Diriger une ferme, 
tiekaat (kas eunn tiegez enn dro.) 
Dirigez mes pas dans les sentiers de 
la paix, likit ac'hanoun da vont eeun 
aant ann hent a gas da tro ar guir 
beoc'h, 

DISCERHEIEHT. s. m. Voy. Discré- 
lion, — sagacité. Faire des rigoles 
avec discrétion, hencha mad ar goa- 
siou ; voy. Roistean. 



DI8QPLE, s. m. Écolier; bugeî-skol, 
pi. m. bugale skol. 

DISCIPLINE, s. f. Discipline mona- 
cale, reiz, — reol, — urz. Discipline 
de l'Église, gouamedigez ann Iliz. 
Disciplme sévère, urzou striz, m. pi. 

DISCONVENIR, v. n. Je n'en discon- 
viens pas, ne na&hann ket, — ne 
lavarann ket nann, — ne zislava^ 
rann ket. 

DISCORDE, s. f. Sikan. Brandon de 
discorde, diaoul ar gasoni ; voy. Le- 
vain, — fermeiit. 

DISCRET, adj. Un homme discret, 
eunn den mad da zerc*hel gant^han, 

— eunn den a boell ; voy. Secret. 

DISCRÉTION, s. f. Manger à discré- 
tion, dibri leiz he gof, — dibri he 
oualic'h, — kaout he oualc'k da zibri\ 
voy. à satiété, — à la merci le, -^ a« 
gré de. . . 

DISCUSSION, s. f. Voy. ContesUtion ; 
tabut, — breta, (anc ), — debad, m. 
En discussion, dedad tar-n-ho {vur- 
n-hi, f., ou rar-n-han, m., selon les 
cas) ; voy. Point en liacnsaion. Bruit 
entre personnes qui ne sont pas d'ac- 
cord, trabas, — tregas, m. 

DISCOTER, v. a. Debadi oc'h u, 6., 

— breutaat, — bretat (V.)^ — ren- 
dael oc* h u, b. Faire du bruit en dis- 
cutant, trabasat. On discutera, breta 
a vezQ. 

DISERT, adi. Éloquent, teodet-kaer, 

— teod ma a a zen. Peu disert, am- 
la var, 

A 

DISGRACE, s. f. Etre en disnrâce, 
tenna var^n-han droulans u. o., — 
mont var goll. 

DISJOINDRE, V. a. Diframma (sess 
généra 1) ^ — di^untri, est reçu ; voy. 
Séparer. 



Digitized by VjOOQ IC 



DIS 



M4 



DIS 



DISLOQUA, adj. Individu qui a le 
corps disloqué, aiebo, adj. (à Tlle de 
BaU.) 

DBLOtUn, V. a. Diaota (L.), — 
Mflac'ha. 

A 

OISPABAITRS, y. n. Disparaître de 
rhorizon (pariant des astres), mont 
da guz. Disparaître comme sous terre, 
^euzia, t. n. 

OBPKMDIEUX, adj. Coûteux, mizuz. 
Ce me sera moins dispendieux, di- 
gousUH^h e veto d*in, — diviso&h e 
vezo d'in. 

OISraSSBR, V. a. Exempter. Il a été 
dispensé d'impôts, huit eo het great 
euz ar guiriau. Se dispenser de. . ., 
Y. pron., choum hep ober, — lezel 
hep ober. Ce dont ils auront été dis- 
pensés, ann traou ma vezint bet dis^ 
panset anezho (en termes d'Église) ; 
▼oy. Ezeafttf • 

OISPOUBLE, adi. Goullo, — vak, 

— dieub. Argent disjponible, arc'hant 
choumet hep xmpl\j\ — arc'hant a 
c'keller da zioueret, 

MSP08, adj. Alerte, — jovial, — 
vif, — gai, agile, dispoz, (C), — friol, 

— gren (L. T.) 

OfiPOSiÉ, acy. Disposé à, a-du da, 

— a-du vad da. Dans a-du vad da, 
on met vad, pour mad, parce qu'ici 
les deux mots tendent à se fondre 
en un seul ; c'est-à-dire que l'initiale 
du mot qui s'identifie à un autre mot, 
semble flécbir ou s'adoucir. 



BISP08ER, V. a. Mettre tout en ordre, 
lakaot ann traou var ho zu (lokoAxi 
ann traou var ho dres), — lakaat 

ann traou par, • Arranger, aoza 

(L.), — dre«i,v. a. Disposez de moi, 
à volonté, grit ac'hanoun ar pez a 

gerrot, g Se disposer à..., v. 

pron., en em lakaat a-du da, — en 
em lakaat e tre$ da, . . {etro da, ,,, 
— var ann tu da,..J Use dispose à 



Partir, o nrtpar mont kuU ema. Dieu 
a ainsi oisposé, Doue en deuz divi" 
zet evelse, 

D1SP081TI8N, s. f. Aoz, f.. — tu, m. 
n n'est pas dans cette disposition, 
n^ema ket var ann tu-ze, ^ ne ket 
evelse ema ann dro gant-han, == 
Dispositions naturelles, gauenn, f., 

— spered, m. ; voy. Aptit«ie, — m- 
tière, — restources. Là il apprendra, 
s'il a quelaues dispositions, eno e tes^ 
ko, mar Oreuz gouenn enn-han da 
zeski. Qui a de bonnes dispositions 

Ïiour apprendre, diskidik, a4j. ■ 
1 a mis sa puissance à notre dispo- 
sition, lekeat en deuz he c'halloud 
être hon daouarn. 

DISPUTER, V. n. Disput, v. n. ; voy. 
Contester; rezouni oc'h u. 6.; voy. 
Discoter. 

DISSÉŒR, V. a. Skigna, v. a. (au 
physique et au moral); voy. Propager. 

DISSmiLER, V. a. J'ai voulu dissi- 
muler ses torts, klask am euz great 
golei vamezhanj — klask am ^uz 
great rei bod {goloj d'ezhan. 

DISSIPATEUR, s. m. et adj. Trezer, 

— trezenner (C.), — bevezer^ — fri' 
tery — fouetery — frip he drantell, 

— frip he drouin, m. (Fam.), — 
lounk he zizun; voy. iTrogae, — orgies. 

DISSIPÉ, adj. Dizonj, — (dïbarfet 
C. T.) 

DISSIPER, V. a. Diss... follement 
son bien, fripa he drouin, m.; forana 
he dra (he vadou), m. ; fouilleza he 
vadou, m. Dissiper en orgies, fripa, 

— bevezi ; voy. Ifrogne, — orgiei. Il 
a dissipé son bien, he zanvez a zo eat 
e skuill hag e ter (a zo eat e devez, 
•^ a zo eat a^zil-^-zil)^ — kaset en 
deuz he beadra e skuill hag e ber ; 
voy. Anéantir, — gaspiller. 

DISTAIGE, s. f. Ce n'est pas la dis- 
tance qui empêche, ne ket ar pell eo 



Digitized by VjOOQ IC 



DIS 



til 



II? 



ff tAr, CTest la même àhUti^^ keit lia 
keU itU a&kann, La distatoe, arpell^ 

— ann hirder. 

DIBTUCT, aéj. Anat diôè'h eunn 
atl, — da teta ânctrezet. (Le mot 
sprig, est ancien et imisité.) 

DlffraiCniElIT, adv. Il parle plus 
dtsfinclement, freseat eo da barlant. 
H parle distinctement, freaz eo he 
ù'her, — distag eo he c*her. Le verbe, 
kaozeal, est plos breton que le verbe 
parlant employé quelquefois. 

DIStliCTUNI , s. r. Ici on ne fait 
aucune distinction entre..., ama, 
dishevel ebed être, ., =«= Les gens 
de distinction, ann dud vraz, — ann 
oe'haned, — ar vondianed: voy. 
Gros bf nnett ; gentilshowses ; de con- 
ditioa noble, dijentil, ra. s.; tuchentil^ 
ou tud chentil, pi. ra. 

BlStnCUt, ad]. Brao-ral^ — braù-* 
distaill. Un prédicateur distingué , 
e%& preteger nohlf — eur prezeger 
diocrh ann dibab. Les mots prins, 
dredst, rai, dis, dispar, sont employés 
dans le même sens. Un breton ms- 
tingué (parlant de la langiie bretonne), 
brezaunek eléouek; — (\ac*h, — fou, 

— mad'àreUt, — huel, sont syno- 
nymes dte û'haueh, en ces cas.) 

BISTRACTmi, s. f. Distraction d'es- 
prit; dibarfeted. Mes distractions dans 
les prières me peinent, va dizoni ^^ 
fedennou a ra poan d'in, Dizoty', est 
ici un infinitif substantivé.) J'ai des 
distractions, tec'het (trei -— rikle} a 
ra va spered divar ; vov. Ce qui ama- 
se, ddaise ta distrait 1 esprit ; plij'a* 
durj f. ébat, m. 

IBTRAIBI^ V. a. Détourner de. . . , 
distrei diù&ky — tenna divar. 



Se distraire, v 
anuer. 



pron., ti^emen ann 



DISTRAIT, acy. Espledet, — dibar- 
fèt, strantal <C. T. V.); voy. ÉTatoré, 
— «ttiNf , — «on attentif. 



MSTUBUA, T. a« Ingala, — «fter 
ann ingaly — ober ann ingalou: 
(Vieux mots.) 

DttTUBUnOR, s. f. Distribution des 
prix, ar prisiou, — rei ar prisiou. 
Ce verbe est ici un infinitif substantivé; 
voy. )e mot Mstrtctlon. C'est bndi la 
distribution, dilun ema rei ar prisiou, 

— dilun ema ar priêiou. 

DIVAGUER, V. n. Dibarka, v. n., — 
trei divar ar gaoz ; (trei divmr he 
dorchenn, se dtt en termes familiers.) 

DIVERS, adj. Divers sujets, divers 
objets, meur a dra, — a bep seuri 
iraou. Divers contes, kcunt ha hount 
fa tao.) Les divers coins, ann trei'' 
delladiou. (Le mot difort. ne 8><^ 
prime donc pas toujours.) Diverses 
poteries (articles de poterie), priaeh, 
pi. m. Les divers articles d'une ferme, 
tra pe di*a evU tiekaat, ^trape dra 
evit micher tiegez. 

DIVraSIM, s. f. Poar faire div. . . 
aux chagrins, evii en em tizagrina. 

DIVERTIR (Se), v. pron. Prendre ses 
ébats, tremen ann amzer ; — (dis- 
kolpa, T. n. peu usité, — bragal^ 
V. n. vaut mieux.) 

DIVERTISSANT, adj. Koant, — brao 
(parlant d'hommes et de choses), — 
pUjaduruz, (fnUuz T.) 

DIVSRTISSEIBIIT, s. m. Assemblée 
pour les divertissements, pante, m,, 
pi. ou. 

DlVn, adj. En leur montrant la 
source des consolations divines, en 
eur tiskouei d*etho penavz e e'h^ént 
kttout digani Doue didorr d*ho /^a- 
niou, La divine parole, komiow Ihue^ 

— ar pe% a lavar Doue, 

DIVIRITi^ 9. f. Avtant de Divinités, 
ken aliez a Zoue. . . 



DIVORGB, s. m. 
freut-dimètij m. 



/^*éM2*em*tf<f , 



Digitized by VjOOQ IC 



Doit 



iî9 



fm 



UfOBCa, V. n. Div... (séparer), 
juridiquement des époux dizimezi, 
V. a. 

MVISIOI, 6. f. La div... se mit dans 
le ménage, tieuze e saraz trouz être» 
s4u>, 

MŒÂ, adj. Sioul. 

MCTMlHt, s. f. Enseigner la doc^ 
trine chrétienne à q. q., kelenn unan 
betinak var guirionezou ar feiz. 



D06IATI8EUR, s. m. Fals-kelenner, 



m. 



MICTj s. m Fourchure des doigts 
(séparation entre eux), ihalfarhi- 
zied, 

DOLDIT, adj. Qui se plaint toujoure 
et sans raison, giiindik. 

MIAIKE, s. m. Feach ou guir, m, 
(comprenant fossés et édifices d'une 
propriété, sans le fonds des terres.) 
On dit aussi, domnni, m. (mot brc- 
tonisé.jasr-; — Avouons son souverain 
domaine sur toutes choses, ansavomp 
ez eo mestr var g entent tra *zo krouet, 

BflâiniH, 8. m. Feacher (L), — 
ffuiraer (T.) 

MUSnOUS Btfe, 8. m. Voy. Talet. 

BOmATlOR, s. f. Domani, m. (mot 
Utile.) 



I, adj. Trtc*ket, Dominé par 
ift bonté, het treac^à ar vez (TezkoH \ 
voy. €agiiéptr. 

DOUHER, V. n. Êtr£ plus élevé, 
9evei da huela. Au moral on dira : 
jaunit var, — sevel da huela ha 
ffmtnU var, . . 

DOHUHfiAL, a<jy. L'araisoii domini- 
€0ie^ pcdenn hor ialocr^ 



DOUAiU, s. m. Dommaj\ m. (mot 
reçu, déiivé du bas latin, c/oinma- 
gium,) Faire dommage, dommaji, 
V. a., — dommajet , participe), — 
ober noaz oc'h eunn dra oennak. 
Dommage rend sage, koll a ro skiant 
da foll (Pro\.); voy. Huire, — préjudice. 

Don, s. m. Présent, donezoun, f. ; 
faire un don à..., donezouni, v. a. 
s= Privilège, galloud, m. En termes 
de religion, on dit aussi : prezant ; 
m., — prezanchou^ m. pi. ; voy. Le 
mot iiiiTaat. 

DONATIOM, 1. f. Testawant, m. Faire 
une donation, teêtamanii, v. a. et a. 

MNC, conj. Allons donc! Ai 'ta! 
Hé bien donc ! a<f/tanta / interjection. 

DOIIHAHT, adj. JUad da m; voy. 
Généreix ; brokuz, a4j. 

DÔXfllA, v. a. Voy. Rendre (en par- 
lant du blé et de la farine.) ■ ^^ ■ 
Paraître ; Le soleil donne là, eno e 
êko ann heel, — eno e vezann hébl, 
— eno e par ann heol, — eno ec^h 
erru ann heol, - i - Donner envie 
digas ifhoant. La barrique ne donne 
plus (ne rend plus), ar varrikenn ne 
daol mut banne. Qui donne volontiers , 
brokwt, adj. ^ voy. Clénérenx. Clettc 
pâte donnera trois tourtes, danve€ 
teir zorz a zo enn toaz^ma. La vieille 
leur donnait de la paille hachée par 
elle, tf «in hini goz a xraille hsào da 
rd d^ezho. -rr-T-m Se donner (prendre) 
trop de Heenoe, bragal, v. n. Il 8*eat 
donné (il a fait) une telle centrée 
que. . . , eur pcz teurennad en deuz 
great, ken a. . . Il ne sait où donner 
de la tête, ne oar e pe dti trei. Aux 
coui*ses que donna le Roi, d^ar re- 
dadek a oe bei lekeai gant ar Rotte. 
6e donner une entorse, ober eur fah 
varchadenn\ voy. Enterse. Se donner 
du mal pour..., poania da..., — 
lakaaJt lie boan da.-. k un point 
donné, (à un moment donné), il tira sa 
montre, a^henn sur mare e tennaz 
h^ voui^r^ -^ donJt areaz €ur mar^ 



Digitized by VjOOQ IC 



DOft 



iu 



DOC 



ma tennaz he vountr. Avis et conseil 
^e donnent à qui en demande, aviz 
hag holenn a roer cTann nep a c'hou- 
lenn, (Prov.) A un moment donné, 
on le vit arriver, a-henn eur mare e 
veljot anezhan o tont. Se donner des 
airs de grandeur, de Texercice, etc. ; 
voj'. Air, — exercice, — trayalller. 
=== Étant donné. . . ; voy. A cause 
de..., Ta q«e..., ené^ardà... 



Donnant sur le levant, troet etrezek 
ar sao'heol. 

DORT, pron. relat. Un cœur dont 
Dieu est sorti, eur galoun, eat Doue 
er meaz anezhi. J'ai cinq enfants, 
dont le plus jeune n'a qu'un an, pemp 
bugel am euz, hag a zo eur bloaz 
hepken ar iaouanka- anezhoy Dont 
deux (ils étaient partis pour l'armée, 
eat daou euz he vugale (Tann arme. 
Dont un pied était malade, eunn 
troad d'ezhan kîanv (sortes d'ablatifs 
absolus.) Ce dont il se servait pour 
manger, ar pez a veze gant-han o 
tibri. On vous donnera avec la me- 
sure dont vous vous servirez pour 
donner aux autres, ^anf ar muzul e 
root (L.) {e rofet T.) d'ar re-all, e 
vezo roet d*e'-hoc'h. Vers l'époque 
dont nous avons parlé, etro ann de- 
veziou'ze, — enn deveziou-ze. Une 
fontaine dont la source est empoi- 
sonnée, eur feufUeun ampoezonet he 
mammenn; voy. Dictioim. Trottde, 
p. 296. (1869.) Le saint dont c'est la 
fête, ar sant a zo he c*houel, 

DOIÉ, adj. Doré des rayons du soleil 
couchant, evel alaouret e doare da 
guz-heol, - Doré (parlant de mé- 
taux), c'houezet enn aour, 

DORLOTER, v. a. Mignouneta, v. a. 

DORIART, a(]y- Voy. Stagnant Qui 
dort trop d'habitude, hunegan, m., 
pi. ed; voy. LirM, — Marmotte. 

DORHR, v. n. Dormir d'un sommeil 
bienfaisant, kouêket c'houek^ - fkous- 
ket divorfU G.) Dormir sur les deux 
oreilles^ komket (bezaj dizousi; dor- 



mir tout d'un somme (comme une 
barriaue), se rendent de la manière 
précédente. J'ai dormi longtemps cette 
nuit, goall'bell ounn bet kousket fe- 
noz. J'ai dormi comme une souche, 
kousket em euz evel eur roc' h. Il y a 
ici changement de terme dans l'adage, 
comme dans plusieurs autres adages 
bretons ; Ex : Ane rouge, azengortiek. 
Chercher du poil aux œufs (chercher 
midi à 14 heures), kla8kpemptro':d 
d'ar maout. Bâtir des châteaux en 
Espagne (faire de beaux rêves pour 
l'avenir), sevel kestell el loar. Le 
jeu ne vaut pas la chandelle, ar 
vevenn ne dalket ar vezerenn. Avoir 
la puce à l'oreille, kaout c'houenn 
enn he lerou ; voy. Drap, — lisière. 
Dormir lard, ehoum enn he vête bete 
pell; voy. Grasse matinée, -^ lit. 

DOS, s. m. Dos de la main, kU- 
doum, m. ; voy. ReTers. Porter sur 
le doSykeinata, v. a. et n., (comme 
font les meuniers, choukata^ v. a. et 
n.) Coup avec le dos de la main, kil^ 
doumady m. Couché sur le dos, au 
feu, var greiz he gein enn tan, Res- 
ter sur le dos, sans pouvoir se relever 
(au propre et au figuré), ehoum var 
ziaskren f choum e diaskren.J Sou- 
tenir avec le dos, kema ! v. a. et n. 
On est encore sur ton dos, emeur a- 
darre var da vuez. Qui a un pe^it 
dos (qui est un peu bossu), kemik, 
adj., — tortik, adj. et subst. (petite 
bosse sur le dos.) 11 a un bon dos (il 
a le dos solide), hema a zo krenv he 
diouk ; voy. Derrière du cet. 

DOURLE, subst. et adj. DouU (vieux 
mot breton.) - Large de corps, 

am]^l, acy. Le double, ann hanter 
muxoffh. Payer en double, paea 
diou veach, — paea a ziou veaeh. 
Double peine, diou boan, 

DOURLEUNT, adv. Doubl... bossu, 
tort enn daou du, — tort adre hag 
araok. Doublement pauvre, naour 
diou veacfi, — paour e diou cViîz, 

DOURLER, V. a. et n. Doubla, v. a. 
et n., — mont da zaou c*hement. 



Digitized by VjOOQ IC 



DOt 



225 



DRO 



Doubler sur, comme les tuiles, guis- 
ha, T. n. (On «ous-entend : sur le 
bord, par ar bord,) 

INNHSBIEIT adv. Dousik (d'une 
manière afiable.) On dit aiBsi : sou- 
plik, au moral. Tout doucement, 
trankiHk, Chanter doue..., mous- 
hana^ v. a. et n. (En style sacré : c- 
petH^hy adv.) 

DMK3CUDX, adj. Leur voix sera 
doucereuse, cher a raint tnouez flou- 
rik. 

BOUCEUR, 8. f. Atoc plus de dou- 
ceur, voQs eussiez obtenu le même 
résuiUt, gant êouploe'h o pije great. 
s=s Douêder, f., se dit aussi. 

DODt, adj. \oy. Favtrisé, — partagé; 
donezounet. Doué de patience, pa- 
fiant, poué ne s'exprime pas toujours 
en breton.) 

BOIKLLIT, adj. (Parlant des per- 
sonnes), pitouill, acy. 

IHHILKUR, s. f. Poan, f. Peine de 
corps, gloaz (ou gîaz G. T.) A ma 
douleur, em rann-galoun. Sa douleur 
se calme, frankaat a ra var-n-han. 
Douleurs de côté (élancements dou- 
loureux.) heriou, pi. m.; douleurs 
cuisantes, oM^t^ou, — guentrou. Cau- 
ser une douleur cuisante, pistiga, 
V. a. n a ressenti des élancements 
douloureux, heriet eo bet. Douleur 
sourde, gour-boan, f. Étendu sur un 
lit de douleur, astennet var he vêle, 
e-kreiz he boaniou, La vie présente 
est pleine de douleurs, buez ann den 
ne d-eo nemet poan hag anken, — 
p<mnner^beac*h eo ar vuez-ma. 

OOULOUBEOX, adj. Quand le mal est 
à sa période la plus douloureuse, pa 
vez ar boan enn he oaaa. 

MOTS, s. m. Douety — êntremar, 
m., (disfisians, soupçon.) Sans doute, 
na petra 'ta, — sur ùoualo'K Dans 
le doute de ... , enn êntremar da . . . , 
— enn enti^emar euz a. . 



DOUTER, V. n. Être dans le doute, 
beza enn êntremar, — kaout douet. 
V. pron. J'y arrivai sans m'en 
douter, ne ouienn hano ken na oenn 
erru eno, - ne ouienn doare ken na 
oenn erruet eno (ken na erruiz eno.J 

DOUTEUX, adj. Douetuz, Au figuré, 
on dit : debad var-n-kan. Le temps 
reste douteux, n'oar den c'hoaz pe- 
naoz e troio ann amzer\ voy. 8«Sfect. 

DOUTE, s. f. Fossé de ville, doutez, 
f. douvez, — douez, ■■ Plancnes 
pour barriques (douves, ou douvellcs), 
tuff, pi. m. irrég. (Le sing. est, tuf- 
fenn, f. Bois de douve, koat tuff. 

DOUX, adj. Doux au goût, dous; 
très doux, dous^mel. En parlant du 
temps, on dira : amzer glouar. Le 
temps est devenu plus doux, klouareat 
eo ann amzer ^ — torret ê0 var ann 
amzer, == Doux d'humeur, dous, 
— ^lentil, — spered eaz. En parlant 
d*animaux, on dira : reiz, En»parlant 
de beurre et de viande, on dira : di- 
sally (non salé.) 

DRAOliGE, s. m. Faire des travaux 
de dr. . . , ober goaziou dizoura, 

DEÂIMER, V. a. (Terme d'agricul- 
ture) ; voy. Dratsage. 

DBAIE, s. f. Abadenn, (.; voy. Scène 
de théâtre. 

DRAP, s. ra. Gros drap, burell, f. ; 
voy. Bure. Drap mortuau*e, pallenn- 
kaon, m., — linser-gaon, f. 

DRAPERIE, s. f. Drap... d'autel — 
(devant d'autel), dirag-aoter, m, 

DRESSER, V. a. Instruire, diorrenn, 
V. a. ■ Se dresser, v. pron., 
sounna, v. n. 

DROIT, adi. Au moral, loial (mot 

reçu), — âidroidell. Au physique, 

non courbe, disgoar. Rencire droit, 

[ disgoara^ v. a., — eeuna, — dresa» 

29 



Digitized by CjOOQ IC 



Mt 



W$ 



Mbn droit et mmiu, lansenn^ f 
4l^9n hu^l, signifie, htut et mmce 
(purlaiit éie mhEb.) 

raUTy ftéT. Tout droit, ee^m40nn. 
Tout droit (tense de oharretier, ta / 
(C. V.) ; voy. Yen, çrép. : voy. lAr 
(poiur la proDoamtiQii aee piote : 
êi^n, et vnemir.] 



(à), toe. «dT. (Terme de 
charretier), dia! — die ha! à droite 1 
((L> Tourner à droite, iial^ ^ éUThal^ 
Y, n. A droite ! au pas ! dfutaz l 
(au^ termes de charretier.) 

DMITS, s« n*jpi« Fonds et droits, 
guir ha foutU,. Droits de mutation, 
miiriau ar 'mortwieh (auiricu 9nn 
Jlerttocfc, — hcmJ^ved m,iMr, — nr 
gnirUnik moHuach,) 

nMTUU, s. f. Équité. Agir aToe 
droiture, moni etunaani-^i^ — mettl 
irani un» eeuH. Au ifuré; toy. loyal, 

A 

raOLS, adj. Drol (vieux mot) ; ^oy. 
fiamement, — maifali sajel, — pe- 



BRU, ady. Serré, stank, adi. En 
gtwrtdf (tuantilé, a-/«rs. adt. GNost le 
trop dru qui fait jaunir ce hié, ar 
stank €0 a laka ann ed-se da veleni. 
Endroit oà le Ué est serré et gras, 
eunn dackennad vxniz, 
k 

PQt adi* Fortune due à la Yîotonee, 
madfu oeuel çt^gr^gad. 

MF, article contracté. Du hon, hini 
mai. 

BUIS, s. f. Voy. falaise. 

MVn» V, a* Faeilo à duper, haur 
periky subst. et adj. 

•01, adi. But à ia f«ligue, hoM 
oc*h ar ikuitder* TraTail trop dur, 
iflw-fcof/,* — toïT^&af/, subs. m. Son 
langage est dur à eut^ndre, huH t 



pm'lant, — pôall-'die'hraê e kmze ; 
vpy, l^re. Qm a la vie dure, di» da 
laza, adj. ; très dur, kaUt^m$an, adî« 
(très diCfiole à entamer.) 

mâlT, prép. Hêd. Il a été bien 
portant, dfurant son voyage, iao'h eo 
oet oifh Bher ht dra. 

DDR(31, V. a. et n. Devenir dur, 
comme du fer (ou avoir le goût du 
fer, parlant de soupe, etc.)y hoxiarm^ 
V. n. La sécheresse a excessivement 
durci la terre, ann amzer zeach en 
fktt» hau4wn^ mtm dotmr, (Le temps 
eal ici persomâiEé ; car il est féminm 
en breton ; autrement û aurait fisHn 
dire : e deuzJ^Amn aimer e» dewt 
lekeat ann aouar da houama, 

BDlft, s. f. Durée déterminée, 
taehad, m. Durée d'une semaine, 
sizunveZy f., ou $izun€idé Pendant 
toute la durée de Thiver, eur goan^ 
rez, — ked ar goanv. Pluie qui dure 
toute une journée, det^esMKl gêao, 

DUIEB, V. n. Qui dure, paduz, adi« 
Le Irg^ei dura quatre jours, p€var 
élevez ^ oent enn kenl. Leur voyage a 
duré longtemps, n«{{ int het oc'h ober 
ho zroj voy. trauer ei lon|;iear. Le 
mauvais temps dure depuis ouatre 
semaines, peder zizun zo aoaoue 
m'ema ar oalUamzer o ren {ahaaue 
ma *z euz goall-amzerjl. CSela ne liU 
<iui*era pas, ann dra-ze ne 5ade ket 
pM otit-han. Son pain lui dura pràa 
de quatre Jours, eur pevar dervez 
bennag o reaz qant he tara. Pendant 
que le monde dure (existe), epad ma 
choum ax bedrma enn he za. Pendant 
les trois heures que durèrent ses souf- 
drances, w»d ann teir heur ma M^ur- 
maz ar c%tenv$d out-han. 

BUfR, s. m. Duvet qui 8*élève du 
lin, quand on le peigne, tiiveun, f, 

BTSnmiB, s. f. JF7iy, -^ ftuz, m. 



Digitized by VjOOQ IC 






tt7 



txm 



E 



ItV, 1. m. Meg souliers font eau, 
Ml bautou a dènn dour^ Sans eau, 
dizouTy adj. Les eaux, ann dottr, m. 
(On ne l'emploie guère au pluriel.) 
Kiu de (ùaà&t, é9ur teU, Eau, f^qn^, 
en htki). Aven, (Ge mot n'est resté 
que dans les noms propres où il entre 
en composition); Ex : Keruzaven^ 

— Runaven^ — Pondaven, villages 
au-dessus de l'eau, auprès de Peau. 

— Pont sur TeaUi -r-rr- L'endroit où 
se décharge Teau superflue d'un étang 
de moulin, poulUskorf. L'eau fait du 
bntit en coulant, hiboudal a ra ann 
dour. Bruit que fait l'eau qui coule, 
kib0ud,m, ; voy. lirmre. Eaux ther- 
males, kiheliôu àour zomtn, — ah- 
vêllêu ikmr Mtitm. Le mot éùut a 
fmêt, Ml jftvm unté. qttoic[ue ce soit 
plutôt un tenne de religion ; Tot. 
mena, Reiailtisteinent d*eau, bottilU 
éwr, m. Eaux grasses de la cuisine 
(lavarei^, dtmr beal, -^ ^rueffenu, m., 

— goaû'hennacfiou, pi. m. £au-de- 
vie, liqueur, odeni (mot importé.) 
Eau-de-vie forte (alcool), chigodenn, 
f. : voy. AlcMl, §uin ardant ; voy. 
birttieTin. 



ac^. Rester ébahi devant 
qaelfi'un a* quelque chose, gtnaoti^- 
^ cKnr^. . . , — ginê^uegx oc'h ; — 
cfcetcm 9ébe90t dirâk. 

ilATS, s. m. pi. Prendre ses ébats, 
hfagal, v. a. — ^ Le verbe neutre dis- 
XM^Ipa, est moins usité. 

tUilCIÉ, adj. Dic'hroz^ — divfxiZj 
^ Mfiiz (selon Foln^fet en question.) 

ÉBAUCBi, V. a. Dic'hroza, — dt- 
vraza, v. a. (termes de menuiserie) ; 
•^ Uilfaei (parlant de chaussures); 
voy. SiTCtItr. 

toUUn, V. a. Abasourdir, hada&m, 
ou bùda (anc.), ahafi, — tihaiui, — 
mesevelli, v. n. Si Ton parle d'étour- 
dissements tu cerveau, on dira : $e* 



beza, V. a. et n. =*= S'éblouir (parlant 
des yeux), trcHi, ou treHa.'— dretli^ 
ou drella, v. n.; vOy. ttaMVdlr; 
étourdir/ 

iBL0III8SEUn,s. m. Vov. S'tttotir, 
- étouriUsteiMil, — terâs^. 

ÉNOLEl (S^. v. pron. îkila^ v. o» 
(parlant d'un talus.) 

temCIB, V. a. Ditarra, v. a. 

r, s. m. LHêk, m»; voy, 



ÉBIAXLER, V. a. D<MUlcr dfs ee^ 
cousses, bralla, — luska, ou lu9kella; 
voy. Seciur, — Mrccr. 

ÉBR0ITE1, V. a* Brvâa, v* a. 

tnaUnOI, a. f. Eau en éb>iUiti»n, 
dmtr bw^^ — dmr UmH^ere. 

ÉCAIT, s. m. (Ptrlant des dievaux), 
ekart, n. mot importé, atam Faine 
wk écart (pariant des homskes), iremti 
9ar hé wUt «- ifintvOth ▼. a. T^ 

A l'écart, adv. (UÀu de la fbule^ 

enn difoul ; voy. Escapade, — hn 

Écart, adj Qui a les jambes écar- 
tées, rampet, adj. 

ËGAITER, V. a. Éloigner. Écarter 
les pensées tristes, kcu dwar he ape- 
red or B&njou trist. Écartet*vou« de 
mon chemin, trtni diûat «i MéHf. 
' - ' Pariant de jeux de cartes : iK- 
UtrdA (L.) ; — â^fntlka (G.) 

tOUFAUD, s. m. InstruoMiii pour 
punir les criminds, chafi>t, m., — * 
gillotin, f. (mot importé.) 

, idâFATOAGI, s. m. Ghafotack (nom 
I edlectif, ou sing. pi. m.) 



Digitized by VjOOQ IC 



ÉGL 



22S 



ËCL 



ÉCHAUER , s. m. Écbalier d'un 
champ, pazen, f., pi. m. irrég. pazi- 
gner (L.) On dit aussi : pazennou, 

ÉCHANGE, s. m. Sench, m. 



Échange de lettres ; voy. Correspon- 
dance epistolalre. D'un échange facile, 
trokluzy adj. 

ÉCHANTILLON, s. m. Stantillon, m., 

Ê1. ou (au sens générai), mot importé. 
In parlant d'étoffes, on dira : drail- 
len, f., pi, m. drailL 



ÉCHAPPER, Y. n. Échapper à une 
inondation, en emzavetei araog ann 
dour beuz. Échapper à tout autre 
enseignement religieux, te&het dioc'h 
pej) skol ail var ar relijion. ■■■ 
Fuire, mont e^biou ; voy. éviter, — 
tomber des maini. 



§; 



ÉCHAUFFÉ, adj. Échauffé, ou ranci, 
lar suite des temps orageux (parlant 
u beurre), ameuet, adj. 



ÉCHEC, s. m. Tro venn^ — tro fall^ 
— difin falli voy. Déroite, — bwu- 
Talse ligne; arouk-atred, m. Il a subi 
un échec, manhet eo var he daoL £n 
style familier, on dira : kazek en 
deuz great, — teurket eo bet. Tenir 
quelqu'un en échec, derc*hel berr 
u. b, ; voy. échouer. 

ÉCHO, s. m. Ekleo, — eil-gleo, — 
enep'kleo^ m. (A la lettre : second 
entendement , — contre - entende- 
ment.) Elle réveille un écho dans le 
cœur de Dieu, kaout a ra ekleo e 
kaloun ann Aotrou Doue, 

ÉCHOUER, V. n. Skei e-biou, — 
mankout var he daol, — mankout 
d*he grog. Il a échoué, eat eo ann 
tenn er c*hleuz gant-han, — eat eo 
he riJbotadenn da fall (Fam.) 

ÉCLAROUSSER, v. a. Strinka pri oc*h 
u. 6. On dit aussi : klabousat, — 
sklabousat, v. a. 

ÉCLAROUSSURE , s. f. Strink, ou 



strinkad, m. Au figuré on dira : 
skolpad, — i stropad, m. 

ÉCLAIR, s. m. Éclair sans tonnerre; 
voy. étoile tombante (filante), daredeti, 
f., pi. m. dared, (éclair de chaleur.) 

ÉCLAIRCIB, s. f. Parlant d'un ciel 
nuageux, akleraenn (L), — {spanaemn - 
T.), — sklereenn (G.), f. 

ÉCLAIRCIR, V. a. Bien éclaircir cha- 
que point, ober difaziou mad, — 
merka sklear ann traou\ voy. édair- 
clssement. == V. pron. (parlant du 
temps), diskolpa^ v. n. 

ÉaAIRCISSEHENT, s. m. Skleridigez^ 
t^^-displika, s. m. Donner des éclair- 
cissements (expliquer), skleria, v. a. 
Donnez-moi des éclaircissements (une 
note explicative) de ce que je dois^grU 
d'in eunn difaii euz ar pez a van^ 
kann, — grit d*in eur skrtd feurpa- 
perj freaz euz ar pez a vankami. 

ÉCLAT, s. m. Jeter des éclats de 
lumière ; voy. étinceler. Briller d'un 
vif éclat, para sklear ha splann» 
Éclat des fleurs, bog, m. (T. G.) On 
dit encore, bog, pour l'éclat d'une 
foire. (Ge mot est ancien, et aujour- 
d'hui on dit plus souvent : enn he 
guetta tout, f., pour enn he boa, dans 
tout son éclat.) Si on parle de fa lune, 
d'une étoile, on emploie les mots : 
enn he c'haera^ f. Qui a perdu son 
éclat ; voy. Terne, ou terni. Affaire 
qui a de 1 éclat, tra a zo trouz divar 
he fenn. Éclat (parlant de morceau 
de pierre, de bois, détaché d'un coup 
dur), akolpady m., — skillenn, f., pi. 
m. diskoîpadou. Détacher par éclat, 
diskolpa, — distaga a-ziskolp, 

ÉCLATANT, ady. D'une voix éclatante 
(d'un son éclatant), sklankuz, adj. 
(du latm, ctangor, grand bruit.) L'a, 
s'ajoute souvent en breton comme 
lettre initiale parasite ; Ex : sklear 
(du latin clarua, clair), sans que cet • 
ait une portée significative. 



Digitized by VjOOQ IC 



ECO 



229 



ÉCR 



ÉCLUSE, s. f. Skluz, ^ stank, ou 
stattff, — lenn zour, f. ; voy. étiBf . 
! Écluse qui s'ouvre au trop 

plein, — porte d*éclu8e, ou vanne, 
ranvelly f., pi. ou; voy. Benëe d'étanf , 

— p^te écwM ; laerez, f. 

iCMUAO, s. m, Kalza, (subs. m., 
et infinitif, comme toun les noms abs- 
traits d'action.) 

ÉGMUI, s. f. Tas de mottes à brû- 
ler, k&lzadenn, — kalten^ f*i pl- irr. 
kalzùu^ m. En faire, kalza, v. n. 

tCOLE, s. f. AUer à l'école de quel- 
qu'un, ment d'ar skol gant u. b, 

iC(MilBIS, s. m. pi. Bugale ar skol, 

— ar vugale skol, = Jeune écolier 
(grimaud), beutik, m., pi. beuzedigou» 
On dit aussi : Beta, pi. ed 

ÉCMOB, a4j. Ditiâpign; très éco- 
nome, mad da espem, — kempenn 
var he draou. 

ÉGMMS, s. f. Au moyen de ses 
économies, e serr ar pez en deuz es- 
pemet» 

idHMUIQIIK, adj. Digoustuz, — di- 
vizuz; plus économique, divisoc'h, — 
digoustoc'k; moins économiaue; voy. 
Plit ctùteu, — plvi dispeidieiz. 

ÉCftICE, s. f. Ruskl, — rusk, m. 
Écorce d'avoine moulue, tmettn, f. ; 
écorce d'avoine non moulue, ruak 
kerc'h, m. Écorce de lin, de chanvre, 

mi, m. 

ICOICÉ, adJ. Mondé. Orge écorcée 
(mondée), heiz dirusket. Bois écorce, 
keuneud kiçn (L,), keuneud pelUt, 
(T.) m. pi. sing. ; voy. émonder. 

ÉGORCKUlt, s. ra. Kivijer koat, pi. m. 
kivyerien koat. (Pelierien koat T.) 

ÉCOBGISR, V. a. Écorcber les oreilles 
par un bruit désajgréable , bouzara 
ann diskoiuim. J'ai les oreilles écor- 
cbées par le bruit, boudinelk^ eo va 



diskouam ; voy. éttmiir, — éUvdi. 
Tu m'écorches les oreilles ! Intourdi 
ma *z oud ! (inportun que tu es !) — 
bourouell a zo ac'kanoud ! 

ÉCORCIEUI, s. m. Parlant d^un con- 
fesseur sévère, kivijer, m. 

ÉCOEHER, V. a. Rompre une corne, 
digoma, v. a. 

ÉCOiUFLEE, V. a. Korbina, — fia- 
tra, — tostennat, — iruflenna. An- 
ciennement on disait, truc/ta, v. a. et 
n. ; voy. lapptrter , flafenier , — 
eajoler. 

ÉGOULEIfiHT, s. m. Vente, -^ pla- 
cement, fret da, . . , — guerz da. . . , 

— diskrog da. . . ; voy. Débtvché. 

ÉCOULER (S'), V. pron. (Parlant de 
l'eau), dichala^ — dinaoui, — diran» 
vi, ou diram, v. n. =z==: Le temps 
s'écoule vite, ann amzer a ia bukan 
enn dro. L'eau peut s'écouler, ffrâce 
à la pente, dichal {dinaouj a zo d'ann 
dour, 

ÉCOURTÉ, a4j. Nez écourté, /W 
iougn, m. ; voy. Camard. Couteau é- 
courté^ kouniell dougn, f. 

ÉCRASER, V. a. Brevi, — b^^izuna 
(L. C), — drasta (T.) 

ÉCRIT, s. m. Billed, m., pi. blllejou; 

— goarant, m., pi. goa^^tnchou (C); 
voy. BUlct, — garantie. 

ÉCRITODIE, s. f. Écritoire portative, 
komea Ixou^ m. 

ÉCRITURE, s. f. L'art d'écrire, ar 
skriva, m. (subst. et infinitif); voy. 
écobaage. 

ÉCRIVAH, s. m. Méchant écrivain, 
(grimaud, — jeune écolier), beuzik, 
m., pi. beuzedxgou, 

ÉCROUSLLES, s. f. pi. Difluksion, f. 
(mot reçu, en Léon.) 



Digitized by VjOOQ IC 



EFF 



ttO 



BFF 



ÈBMÙOli, adj. Bloc écrouié, ou tas 
de terre écroulée, tokenn zatutr, f. 
De même on dira : tohenn foenn, — 
tolzenn vean^ (parlant de foin, •*« de 
pierre). 

ÉCBOULER (B>\ ▼. pron. Dixac'hm, 
V. n. (Parlant de talus, koueza, — 
foera^ — heUa^ v. n.) 

iCUELLE, 8. f. Écuelle (jatte) en bois, 
pour porter pâte au fbur^ $kudell 
don, f . 

Écran, 8. f. Écume de la bière» 
houill ar bier (T. C.) m. 

ÉCUUEIL, 8. m. Kaz hoad, — haz 
pin, m., pi. kiaier koad, — kiswrjiin. 

ÉCUUB, s. f. C'est dans nos écuries 
an*il met son cheval, aux jours de 
foire, du^ma eo e vez o varchotm^ 
bep foar, == Barre de bois pour 
séparer les chevaux dans une écurie, 
Mlêuren, f., pi. irr. speurigner, m. 
On dit aussi : speur^ f., pi. spevriou, 

ÉCUTEB, s. m. Marreky ou marek. 
G*est un titre, et un nom de famille. 

ÉDITEUR, s. m. Mouler, pL i«n; 
voy. Inprimeiir, — libraire. 

ÉDREDOI, s. m. PUtek treid, m., 
pi. plueier-treid, 

ÉDUCinOI, s. f. Qui a reçu une 
bonne éducation de ses parents, het 
$kol vad d'ezhan digant he gèrent, 

— diorret mad gant he gèrent (sortes 
d*adjectife.) 

ÉDUQUEH, V. a. Diorrenn, partie, 
diorret, (il se conjuge sur diorrea, 
ancien infinitif.) 

En^ACER, V. a. Effacer des péchés, 
pardouni pe&h^ou (efaei, est reçu), 

— p9ur'0alc*ki ann ene dioc'h he 
becOi^ou ; voy. Pirifier. =£= Essu- 
yer, — nettoyer, sec'ha, — torcha, 

— netaat, — tenna kuU, — dwas- 
tara, — didarcha, v. a. ; voy. Tàckt» 



ou Milllwe a«x fètMMiilf . «te« Ef- 

ûicea-voui, U divar Kent, N'être im* 
mais effacé de...^ ehoum atao $krwei 
(merket) «... 

En^AIÉ, adj. Voy. B»iirté. 

SFFÉinÉ, a4j. Au figuré, ^eseZ^, a^j, 

EFFET, s. m. Ces fleurs font bon ef- 
fet, or fiewr-ze m zo brao da iMiit, — 
a^ hok^our-zB a zo kaer da vekt. €0 
remède a fait son effet, al lout^U'iBm 
deuz great vad d'ezhan. (touzou^ 
est un collectif.) Sans effet» ne ra vad 
ebed; — ne fait pat autant d'effet, 
ne dalvez ket al touzou ail. — Sans 
effet, ^ans effîcacilé), dinmmz^ «(j|j. 
Il n'y a pas d'effet sans cause, n'aie» 
ket a voged hep tan <Prov.) Le moi 
effet se traduit boutmiI pur, a uu di^ 
var, ou par taol ; Ex : Par un heu- 
reux effet du hasard, dre mtim téol 
chanê'kaer. Généralement, ce mot 
se supprime, en breton ; voy. Iés«l- 
tat, — Soitei ë*iB èf ènemeit. Ces pa- 
roles ne font aucun effet anr bÂ, ne 
ra van ebed evit klevet kement^te ; 
voy. Impresiioii. == Effets de peu 
de valeur, disterachou, — luguda^ 
chou, — koz4raouaeho%i, m. pl« 

EFFEDILLBR, ▼. a. Éparpillei*, fouU^ 
leza^ V. a. = S*effeuilier| v. pron. 
Fouilleza, v. n. 

EFFICACE, a4j. A ra vad da...,o%i 
mad, simplement ; — nerzwz, expri- 
me un degré de plus, et s'appliqu« 
toujours aux choses. 

EFFICAClTt, 8;. f. Vad^ m., — ver- 
tuz, f. Sans efficacité, dwertuz^ — di- 
nerzuz, a^j* 

EFFILÉ, a4j. Homme grand et efD- 
lé, lansenn, f. 

EFFLAHQUÉ, a^j Essoufflé. Chien ef- 
flanqué, ki diflanket. Homme, ou a- 
nimal fort efflanqué lun graad efflaii* 
qué)^ loan goan (à la lettre : montu- 
re faible). 



Digitized by VjOOQ IC 



É6A 



$ai 



ÉGd 



▼. a. 



, T. a. Sjpima^ — JblMia, 



BFFOiCEE (S*). ▼. pron. En em far- 
$ij — > kemeret krevan», 

mWty a. ». FofmdenHf f., *^ 
/hi^, ou frapad, n. Effort pour tirer 
91», aacàÎKitfnii, t Effort opposé à..., 
/i«t«rt, m. travailler avec effort, <a- 
5oura^ a laz-korf, — poania a laa" 
karf. Faire effort, starda, v. n. ; — 
Uikatit bfoc'k. n a fait trop d'eflbrts 
de corps, re a v^sc'h en deux kem^ret. 

'■^ 1 ' ■ A granda efforts, adv., heac'h»^ 
hea^h* adv. Efforts pour faire un tra^ 
vail peniblii^ krevutnê, m. En faire, 
kemer$t krevatu» 

maiTAir, Ui. Sfrtlxm (^rmfiUuz 
au mor«l]u UioH effrayante, çoaU' 
V9r0y m. 

IfflATty adi* U auîs eflhiyé» en 
Toyant la réalisation de. . ., (wuMom 
eux na zeufe da vir ar... Qui est ef- 
frayé sans motifs^ kro^et anm dmwnn 
tkeud enn^han, Trèç-eflirayé (au nie- 
rai), truhuUlet (T.) 

mm, s. m. Bfrw^ m. ; grand ef- 
froi, irubuHl (T.,) — sirafiU, m. (au 
moral.) 



adj. Yeux effrontés et 
fiers, damUâgei haUfh ha sketdfy — 
âaofl^9gi€iàdàpùurè€Hek; voy. BéTer- 



EfnUWmiE, s. f. Audace, fron, 
m. (mot usité.) 

OnmOI, s. f. EftMMM de la bile, 
droug-ar-gar, m. 

ifiAL, •êi. h^l, adj. »» But i 
but, -^ a Jeu éfd, adv., 6ifi4r-/ia*6i- 
aJp, ^ Aep difiro adv. =*ï3 Équivalent, 
proportîeiiné, Aevatoi, ou Aavatot^ 
mii. et adv« D*use manière égide, 
km kHM ^ k emioel^ adv. Gela m'est égal, 
ne rcnfi /^« «-2e, — (T.) 2Vé ^hmii" 
iann ket (T.) Partager en dix parties é- 



raies, dêkvedemU, v. a.; voy. OraMB. 
Uig* P* ^% ^^ ^0* ; voy. Le wmx 
sniTant. 

tGALEUR, adv. In^al, *-* kmfatal. 
Le fer et Taeier brillent également, 
kel Unir hag ann dir eo (mn houam ; 
voy. Altant A égale mesure, kemeni 
ha kement; également vite, her buhan 
ha ker huhan (à égale vitesse.) 

É6ALEE, V. a. U a beaucoup à faire 
pour égaler son père, euroalt-ober en 
deuz^ et?ît mont keit hag he dad (evit 
monJt e roudou he dadj. 

ÉGALITÉ (A), par égaUté, adv. Hon^ 
ter'var-hantery — rampOy — keva- 
tal, — inMl, Se mettre à égalité (au 
jeu de quilles, ou de boules), mont 
var ar rampa, etc. 

ÉGARB^ s. m. Eu é||[ard au tempe 
qu'il a feit, aujourdliui, etnd ann am- 
ter a%o bet hiria, — cuoc'A ma 'x eo 
bet ann amzer, tirio. Être bon à Té-» 
gard des pauvres, beza mad d*ar 
paour^ — bexa mad oc^h ar pa^ur. 
Penser mal* à Fegard du prochain, 
drouk-ionjal divar-benn ar re alL 
(En mauvaise part^ on dit : divar- 
benn, et en bonne part, e-kever,) 
Avoir des égards pour quelqu'un \ 
voy. lénager. 

ÉGABER, V. a. Voltaire avait égaré 
la société, VoUerr en doa penn-fàtlet 
ann dud, === V. pron. S'^arer (au 
moral); voy. Se gâter, — se carres|re, 
— seperire. 

ÉOLAHTIER, s. m. Bod roz^ki, — roz 
goaremm, 

iSfUsn , s. m. Porter dans nos 
actes de piété un égoîame qui nous 
fait trop rechercher nos intérêts per- 
sonnels , p]ut6f que les intérêts de 
Dieu, en em garet re, hon tenan, ha 
klaak re aUex kento&h ar pex a c^heU 
ober vad d'e-omp, eged arpes a denn 
muta da c*hloar Doue. 

ÉGMin, adi. Pen ht umm^ «- to^U 



Digitized by VjOOQ IC 



ÉLÀ 



S82 



ÉL£ 



etfit'han he unan (hag ar re^ll da 
zeUet.) 

ÉGOUTTURE, s. f. Diveradur, — pi. 
irr. m. diverachou, «== Gouttes 
d'eau formées par infiltration, ou qui 
tombent des arbres^ des toits, des ha- 
bits, strill, m., — strUlenn, ou strU- 
ladenn, f. 

É6RATI61IER, v. a. Krihinsat, v. a.; 
voy. éfratigirare. 

É6RATI61IURE, s. f. Se faire à la 
main des égrati^poures avec des ronces, 
diruskla he zourn. (Au sens général, 
kribinsadenn, f.) 

É6REMBR (S*), v. pron. S'égrener, 

Êarlant de blé, de fleurs, disilla-, v. n. 
[on chapelet s'est égrené, disillet eo 
va japeled, A l'actif, on dit aussi : 
disilla^ V. a. 

EIBURI interj. Ac*ha\ o&ho!mad! 
Eh bien donc ! acThanta ! Eh quoi ! 
A9a! 

ÉliNITÉ, ady. Divez^ a^j. ; voy. Dé- 
TergODdé. 

ÉLAITER, V. a. Dlleza, — meza, — 
meska (parlant de beurre , merat ^ 
V. a.) 

ÉLAN, s. m. Lans, — herr^ — penn- 
herr, m. 

iLARCÉ, adj. et subs. Homme grand 
et élancé, ou même, jeune arbre droit 
et élancé, lansenn^ f. = Une per- 
sonne svelte, sinkl, m. ; voy. Hnce; 
lélié. 

ÉLAHCEIERT, s. m. Élancement dou- 
loureux, pistigou, pi. m. 

ÉLANCÉE (S*), V. pron. Se jeter sur..., 
Bailla gant, . ., — aaiUa var, . ., — 
mont a-lans var . ., —en cm stlepel 
var..,, — en cm strinka e, ou var.,, 

ÉLASTiQUE, adj. Aenem iH), -^ a 



en em astenn^ adj. Ventre éfarattque 
(gourmand), 1er astenn var he gof, — 
hofstamm oul-han (sortes d'adj.) 

ÉLECTION, s. f. Votadek, — voterez, 
f., — voix, — rei mouesiou, m. Ces 
élections répétées ont un mauvais 
résultat, ar voterez^ ma gréai ken 
aliez a denn da fall. On dit aussi : 
eleksionou, pi. f. ; voy. Tritge, dibaby 
m. 

ÉLÉGANT, a4j. et subs. kanfard, m., 

— kanfM*dez, f., — fou, — faro d'ez- 
han, adj. Élégant dans sa mise, fichet, 
(En Trég. kinkl), == Élégant dans 
ses paroles, dibabet enn he gomzou, 
-^ kaozeer dibabet, — kaozeer fUmr. 
Trop élégant, fou-foll. Faire son élé- 
gant, ffon élégante, f^^er he ganfitrd 
{he &hanfaraezj, — ober hefaro, m., 

— ober he faroaez, f. Aux feuilles é- 
légantes, deliennet-brao ; voy. BetQ, 

— lanferoii, — stjle éléf^, -^ itjle 
relefé. 

ÉLÉMENT, s. m. Chose qui plaît. Il 
est dans son élément, ennke eaz ema, 

— enn he voed ema, — enn he grog 
emOf — enn he holl blijaduf ema, 
m. == Éléments (principes dés corps), 
penn-grisienn, f. sing. 

ÉLÉVATION, s. f. Éminenoe,, -* Mu- 
teur. Sur une élévation, var ann huel, 
m., — var ann dosenn^ f. i La 
prière est une élévation de l'âme à 
Uieu, pedi a zo sevel hor c'haloun 
var-zu Doue, 

ÉLÈVE, s. m. Écolier, bugel-skol, 
m. ; pi. bugale^kol. 

ÉLEVÉ, adj. Un prix élevé, i>tnz-6raz. 
Style élevé (relevé, — noble, — • su- 
blime), hrezounek fou, — gallek fou 
(selon les cas.) Arbre élevée, droit et 
menu, eul lansenn, f., — eunn ale^ 
gen huel, (à la lettre : un saule haut 
et mince.) Blé trop élevé, (trop monté 
en paille), ed bann. Peu élevé (bas), 
izeL 



Digitized by VjOOQ IC 



MD 



«33 



EMB 



taiSÎEI, T. a. Élever avec une ma^ 
chine, guinta^ ▼. i. ; voy. Gvinder. 
V. pron. S*élever, après avoir langui, 
(parlant de blé), daaouzani, v. n. ; 
voy. Se dégourdir. 

BIXE, pron. pers. Ces âmes géné- 
reuses sont appelées à accomplir en 
elles.. ., ann eneou kalounekse a zo 
galvet da heur-echui enn ho c^horf,,. 

ÉLLffSE, s. f. KeU^h, m.fEllips, f., 
mot importé.) 

iliOIGIÉ, adj. Parents éloignés, ke- 
rent'pell, ou pell-kerent, m. pi. De 
loin, — très-lointain, pell-bro, adj. 
et adv. 

ÉLMODEB, V. a. Éloignez ces pensées 
tristes, kcisU dirar ho spered ar son- 
jou trist-se, ■ V. pron. Mont 

peU dioc'h.,. 

iLOtOEUKIT, adv. Distak-kaer, 
adv. 

iLOOUCRCE, s. f. Verve^ ftH)udenn, f. 

ÉLOQUEST, adj. Dibabet enn he 
gomzotiy — teodet-kaei% — tcod mad 
a zen^ — kaozeer dibabet^ — kcLozeer 
flour ; voy. élégant. Peu éloquent, 
amlavar; voy. raler difficilemeiit. 

ÉLU, adj. et subst. Nommé, cltoazet^ 

— hanret, — bet d'ezfian ar muia 
mouesiau^ adj. Les élus de Dieu, ann 
dud iolvet enn Env, 

ÉUKATION, s. f. Yoy. Exhalaison. 

EBALLAfiB, s. m. Toile d'embaUage, 
lien touaill, (du grec, to\mn, cou- 
inrir.) 

EUUBEAS, s. m. Obstacle, harz, m.; 
pi. harzou. Il m'a mis dans rembar- 
ras, nec*het ounn lekeat gant-han. 

- Peine, necliy m., — ira ou var 
ar spered. (AmbaraSy n'est pas pré- 
ciment breton ; mafe il a une racine 
celtique ) barr^ m., — datrcn, f., 



barre, — barreau.) Qui fait des em- 
barras, trabaser^ — breser, — bra- 
banser, — kankaler; (sklanker^ d'où 
le verbe sklankal, v. n.. faire du 
bruit) ; voy. Tablatire, — éclatant. 



V. a. et n. Ambarki 



SnAIQUER, 

(mot reçu.) 



EDARRASSÉ, adj. Lekeai diez, — 
diez he benn gant. . . , — nec^het 
gant,,., — e chai gant,..^ — goall- 
dregaset he spered gant,..; voy. Gêné. 

EMBARRASSER, v. a. Mettre obstacle 
à q. q., enebi oc% u. b., — lakaat 
harzou da u. b., — c'hoari diez da u. 
b, === Obstruer passage, beza var 
ftent u. b. Ce n'est pas ce qui m'em- 
barrasse, ne ket gant traou eveUse 
ema va spered. 

EIBELLIR, V. a. Voy. Oncr, — parer. 

EMBLÉE (D'), adv. A-vraz^ — a-galz, 
(rébus, ou ribu^ C.) 

EMBONPOINT, s. m. Un homme qui 
a peine à marcher, à cause de son 
emnonpoint^ eunti den teuc'h. Pren- 
dre de l'embonpoint, korfa, — tor- 
taat, V. n. Il prend de l'embonpoint, 
brema e sav blonegenout^han (Fam.) 

EMBOURBÉ, adj. Charrette embour- 
bée, knrr chanet. Ce mot se dit sur- 
tout d'un attelage qui s'arrête tout 
court. 

EMBRASSER, v. a. Embrasser la cause 
de q. q , sevel gant u. b. ; (sevel enn 
ettnn tu gant u. 6., se dit mieux) ; 
voy. Parti. 

EMBROUILLÉ, adj. Question em- 
brouillée, tra devaly — kudenn, f. 
(au figuré ) 

EMBROUILLER, v. a. Fuillay — 
bt'ouUla^ V. a. ; voy. Brouiller. 

A 

EMBUCHE, s. f. Vetepans, m., adj. 
et subs.; voy. Prémédité. 

30 



Digitized by VjOOQ IC 



ÈMO 



334 



EMIP 



ÉMEUTE, s. f. h'availlad, — kaha- i 
lad, — dirolU — dispoc'h, — fveuz, j 
m. Le mot skrap, exprime Tidée de ' 
vol et d'émeute, à la fois ; voy. Ré- j 
volte, — trouble, — sédition. i 

ÉHIÉ, adj. Pain émié, iod bara ; 
voy. Panade, — cataplasme. 

ÉMINENCE, s. f. Petite colline, to- 
senn, f., {toroscnn C.) Sur une émi- 
nence, t'arann Intel. De dessus l'émi- 
nenco, divar ann huel ; voy. Tertre, 
— colline, — élévation. 

EHMÂGASINER , v. a. Mmjazenna 
(prononcez : magajennaj^ v. a. 

ÉM(H, s. m. Trefu, ou strefu, m. 
(C.) ; voy. Tracas, — inquiétude. 



ÊHONDES, 

i.pl. 



s. f. pi. Dhkom^rachoxi^ 



ÉMONDÉ, adj. DiskouUr, adj., — 
diskouUrct, partie. Diniskla^ ou di- 
rtiska, signinc monder (ôter écoixie, 
ou pellicule.) 

ÉMOTIOH, s. m. Trubuill, m. (T.) ; 
voy. Affliction, — grande frayeur. Je 
ressentis de l'émotion en l'entendant, 
pa gleviz kement-se, e skoaz eiinn 
faol cm c'iialoun. 11 faut épargner 
aux malades les émotions fortes, spe- 
rcd avn dud klanv a rank beza daU 
c'hct plean. Accent plein démotion, 
teneruz du glcvet, adj. 

ÉIOUSSÉ, adj. Tougn, — bek kizet 
(tumm G.), — sowc'/i, — ratouz, adj. 
Émoussé par la pointe. 

ÉIOUSSER, V. a. Ëraousscr la pointe 
d'un outil, Bouc'ha, v. a. et n. ■ ■ 
Replier, ourla, v. a. (au propre), d'où 
le substantif ourlcd, m., repli cousu, 
au bord d'une étoffe. 

ÉMOUVANT, adj. A blk ar galoun, 
— teneruz da glevet. 

ÉMOUVOIR (S')) V. pron. Beza reus- 



tlet^ — (beza tvubuillat T.) Sans s'é- 
mouvoir de. . ., hep ober van euz. . , 
Qui ne s'émeut de rien, dizaouzan, 
adj. Difficile à émouvoir, lent, — 
kalet. S'émouvoir par peur, saouzani, 
V. n. partie, et adi., saouzanetj ; voy . 
Attendrir, -- toucher. 

EMPARER (S'), V. pron. Un malaise 
s'empara de lui, diez ec'h en em ga- 
vaz eiinn tamm, — diez oa eunn 
draik bennak. Le sommeil s'empara 
de lui, arcliousked a grogaz enn-han 
fa varc'haz var-yi-hanj. La fièvre 
s'cmpDi'a de lui, ann dersienn a sta- 
gaz out-han (a stropaz out-han^ — 
a zeuaz d'ezhan.) 

EMPÊCHEMENT, s. m. Contrariété, 
kontrolicz^ f. ; voy. Inconvénient, — 
obstacle. Mettre empêchement à q. q., 
enebi oc*h m. b., — herzel oc*h u, b. 

EMPÊCHER, V. a. Vos chants m'em- 
pêchent de dormir, n'ounn ket evit 
kousket gant ho soniou. Empêcher 
q. q. de radoter plus longtemps, di- 
c*hrac*hi u. b, == V. pron. Je ne 
pouvais m'empêcher de dormir, de 
rire..., n'oann ket evit digousket, 
evit dic'hoarzin, == Faire cesser. 
Pour empêcher le chagrin, evit en cm 
zizagrina ( prononcez : zijagrina, ) 
== V. pron. Il ne peut s'empêcher 
d'y retomber, ne d-eo ket evidhe dech, 
siouaz ! Sans que je puisse les em- 
pêcher de dire, hep na venn tamm 
evit mirct out-ho da lavaret ; voy. 
Prévenir. Il ne pouvait s'empêcher cle 
parler, de voler, n'oa ket evid he 
deod^ evid he zaouarn, 

EMPIERRER, v. a. Meinaat, v. a., — 
meinenna, — meina eunn hent (em- 
pierrer une route.) 

EMPIÉTER, V. n. Usurper, — dou- 
bler sur..., guiska var,.,, — guiska 
vor ar bord, comme les tuiles. 

EMPILER, V. a. Faire des meules de 
bois, de pierres, de blé, grac'hellat 
keuneud. £n parlant du blé qu'on 



Digitized by VjOOQ IC 



EMP 



23S 



EN 



met en grand tas, en attendant le 
battage on dira : ka/îuada, v. a. 

EMPIRER, V. n. Semplaat , v. n. 
fpartic. sempleat), — mont rar faU 
laat. Il empire chaque jour, hemdez 
ezada fall, — bemdez e oasa d'ez- 
h(in, — hemdez ez a goasoc'h-oasa 
igoaZ'Oc'h'Oaz.) Le mal empire, ann 
droug a ia var gresk. 

EIPLOI, s. m. Implij, m. (mot u- 
suel), — fret, m. (débouché, s. m.) 
Ne pas obtenir un emploi ; voy. Rater. 

EIPLOTER, V. a. Implija, v. a. (mot 
usuel.) Employer à faire. . ., hikaat, 

— dispfgn^ — hemeret (selon les cas), 

— lakaat eunn dra da ober,.., — ; 
lakaat eunn den da ober. . . , — rei 
eunn dra da ober da tt. b. Employer 
une chose à faire, ober... gant eunn 
dra. La tourbe peut être employée 
comme..., ann tonale h a zo mad 
da... Employer toutes les bouteilles 
vides, karga ann hall voûta illou goul- 
îo. Employer tout le bois à brûler, 
dem ann holl dammou keuneud. 
Employer un remède, kcmeret eul 
ioMzow! Je trouverai à l'employer, rwe 
a gavo labour d'ezhan, — me a gavo 
eur plas d'ezkan. Je remploierai 
comme domestique, me a gemero a- 
nezhan da tevel (gan-en^ chez moi.) 
Je remploierai comme... (parlant des 
choses et des hommes), me a lakaio 
anezhan (anezhij da ober. 

EIPOIGRER, V. a. Palafa, — krapa, 
V. a. 

BIPORTÉ, adj. Tear (L.), — {teer 
T., — ter G.) ; barraduz, ■— prim, 

— hriz^ -. buhan da fâcha (da dcri.J 
Emporté par. . ., eat gant. , . 

EMPORTEMENT, s. m. Emportement 
dans la fureur, brouez, — kounnar, 
f., (d'où le verbe kounnari, v. n.) 

EMPORTER, V. a. Ouvrier, ouvrière 
qui emporte une partie des..., lipouz, 
m., — lipouzez^ f. ==== L'emporter 



sur. . , (surpasser.) Il l'emporte de 
beaucoup sur les autres, pell ez a enn 

tu ail d'arreall. ■. Dominer, beza 

var c*hourre (L. T.). (var c'fioi^^e C), 
— sevel da huela ha gounit var... 
Il l'emporte sur moi de deux pieds, 
dnou droatad eo hueloc*h (eo brasoc'h) 
evid otmn-me. =t= L'un emporte 
l'autre, ann ell a demi d'egile. 



Il l'emportait de toute la tête sur moi, 
azaleg he ziskoaz e oa hncloc'h evid 
mmn. == V. pr. S'emporter, mont 
enn egar^ — folla^ — pcnn-follcf, — 
daoniy — egan, v. n. S'emporter 
avec fureur, kounnari, v. n., — mont 
divar he dreid, — mont er mcaz 
anezhan he unan. S'emporter de plus 
en plus, teraat,\.n.[T.C.'^.,teari(L.) 

EMPREINTE, s. f. Empreinte des pas, 
rond ann treid^ m. 

EMPRESSÉ, adj. Une personne très 
empressée (très remuante) , pour ne 
rien faire, brezik ha hvezeky adj. et 
adv. ; — brczidik^ — hastet^ adj. .^, 
en* enn-handa... (enn-fii da...), 
sorte d'adj. On dit aussi, preset. 

ÏMPRESSER (8'), v. pron. S'em- 
presser de rembarrer q. q., kas hnhon 
eunn den da cliriat he voiitou (Fa m,) 
Us s'empressèrent d'y aller, mail e 
oe gant'ho mont di. 

EMPRUNTER, v. a. Ampresta, v. a. 

ÉMU, adj. Strafdlet, adj.; voy. 
émouvoir, — toucher, — attendrir, — 
effaré, — troublé. 

ÉMULATION, s. f. 11 y a émulation 
entre eux, paravîa (paravnia) cmint, 
I — clioari paravia a reont. 

EN, pr. reîat. Il n'en aura miette, 
n^en aevezo esken (du latin esca.) 
Sa rechute n'en sera que plus terrible, 
7ieuzeec'hafeiUogoasoclia'Ze.De\îKr\i 
un verbe, ce pronom relatif ne s'expri- 
me pas généralement. Puisque j'en ai, 
pa 'z eo guir em euz. Je n'en ai pas 
davantage, n*cm euz nctra ken, Ver- 



Digitized by VjOOQ IC 



.ÏN 



fm 



€NC 



sez-m^en, diskargit d'in; si vous m'en 
croyez, mar am c'hredit. Encore, si 
\ous en faisiez autant pour votre àme, 
ma wje c'houi avad, a raje kement 
aU evid hoc*h ene ! Vous en avez 
beaucoup vous-même, c^houi oc'h euz 
ho re, ha kalz anezho, zoken, Quoi- 
(lue j'en aie beaucoup, ha beza re 
a*tn. Je m'en vais, mont a rann kuU. 
Je m'en souviens, sonj am euz. Il 
m'en reste, choum a ra gon-en, II 
en resta stupéfait, marUret e oe gant- 
86 (T.) Puisqu'il en est ainsi de vous, 
p'emu evel'Se ann dro gan-e-hoc^h. 
Les mots 6ed, — staly — kount, 

feuvent se dire, dans le même sens, 
l en privera Paul, hema a vxro ann 
dra-ze oc'h PcwL J'en suis embarrassé, 
nccliet ounn gant-se (T.) Il en est 
plus heureux, eurusoc'h a-ze eo. J'en 
jure, toui a rann var gementse. Il 
en a été jugé (trouvé) digne, kavet eo 
bel mad da gaotU kement-se. Donnez- 
m'en du bon« roit d'in hini mad (re 
vad), parlant d'objets de même qua- 
lité, ou de même espèce. 

El, pré(). En vie, beo^ adj. et adv.; ~ 
en santé 2 toc*/!, adJ. et adv. Vous y se- 
rez enpaix, eno e vezo sioul (didrouz) 
d'e-hoc^h. En apprenant cela, pa gleviz 
kement'se. En ne travaillant pas, 
on ne se casse pas les bras, anez la- 
bourai^ breac'h didorr (Prov.) En 
mon nom (en propre), var va hano. 
Vous n'aurez qu'à perdre en cela, koll 
o pezo oc*h ober kementse {gant-se^ 
remplace oc* h ober kement-se). Morte 
en couches, maro divar vilioud. En 
bonne voie (au figuré), var ann arou- 
denn. Ils avaient reçu en lui un saint, 
eur sant eo o doa resevet enn eur he 
reseo. Avoir en horreur (avoir hor- 
reur de), krial var eunn dra. Au- 
jourd'hui en un an, enn deiz-ma 
penn-bloaz^ — a-benn eur bloaz hag 
eunn devez ama. . J'en conclue 

que. . . ; voy. D'aprèt cela. === Cassé 
en deux, torret dre ann hanter. Nous 
sommes frères en Adam, ni a zo hall 
breudeur a-berz hon Tad kenta 
Adam, Changer en bien, senc/i var 
vell. En diminuant, var goaz (var 
goazaj, - varziminu. En augmentant, 



var gresk. J'ai remai^ué en lui (g\ir 
lui), anavezet am euz vat^n-han, 

El, signifiant la matière qui entre 
dans la confection de l'objet, ne s'ex- 
prime pas *, Ex : Or en barre, aaur 
fetiz^ — barren aour. Une chaussure 
en cuir, eur votez 1er. 

El, adv. En tas, a-vem; en mor- 
ceaux, a-dammou ; en touffes, a voit- 
chadou, 

n^ à l'instar de... S'habiller en 
soldat, lakaat (guiskaj dillad sou- 
dard. 

El, avec un adjectif, ou un nom, se 
traduit par l'adverbe ; Ex : En silence 
(silencieusement), siouL On met sou- 
vent, ez, devant l'adjectif; Ex : En 
petit, ez bi/tan. Parfois, on met, evel, 
à l'instar de... 

EICAI, s. m. Mettre à l'encan, e- 
kanti, v. a. C^lui qui met à Tencan 
(crieur public), ekanter. 

EICEUTE, adj. f. (Parlant d'une 
femme grosse, en dehors du mariage, 
sezi, adj.); «OMnner he zroad^ (à 
Briec, etc.) ffxpression très chaste et 
pittoresque. 

EKCEUTE, s. f. Enceinte de murs ; 
voy. C16tore. 

ENGHmÉ, adj. Voy. Chaîne. 

EK^ITÉ, adj. Kountant-braz ; 
voy. Ravi. 

ENCHANTEUR, s. m. Voy. tercier. 

ENCSANTERESSE, s. f. Voy. Fée, — 
sorcière. 

ENCHASSER, v. a. Stema, v. a. 

ENCHEYÊTRURE. s. f. Pièces d'enche- 
vêtrure (parlant d'un moulin), bri- 
dachj sing. pi. m. (collectif.) 

ENCLIN, adj. Troei var. . . ; voy. Se- 
dalt par. . , 



Digitized by VjOOQ IC 



END 



ta? 



ENF 



BIGLODSR, V. a. Parlant de chevaux 
piqu^ au sabot, par un maréchal qui 
ferre maladroitement, inklaoui, ou 
eklaoui^ v. a. 

ENCOLURE, s. f. Qui a une belle en- 
colure araoget'kaer, — araûget-mad^ 
adj. 

EHCOIB&ER, V. a. Beia o stanka 
ann hent, — beza var hent ann dud, 

— stanka ann hent oc'h ann dud ; 
voy. Intercepter passage, — barrer, — 
•bstnier, — embarrasser. 

EHCORE, adv. Si encore vous en 
faisiex autant pour votre âme ! ma 
tfyc i^houiy avadf a raje kanent ail 
êvid hocli ene ! 

EHCORS QUE, locution conjonctive. 
Encore qu'il en ait trop, ha beza re 
d'ezhan. 

EIGOUBAGEAIT, adj. Koui^chuz, 

EHCOUBIR, V. a. Tenna var-n-han, 

— miritout^ v. a. 

ENCRE, s. f. Tache d'encre sur le 
papier, pokard, m. 

ENCBIER, 8. m. Encrier portatif, 
korned liou, m. 

ElONBTTt, adj. Voy. Coosn de dettes. 

ENDIGUERENT, s. m. Barrage mo- 
mentané d'un coui's d'eau dans une 
prairie, fardell, f. (G.) 

ENDIRANCRÉ, adj. Guisket enn he 
faroa tout, — guisket enn he gaera 
tout, m., — guisket enn lie chaera \ 
tout, f.; voy.lfeaii, — atours, — tenue. 

OHNHHAfiER, v. a. Dommaji (en 
bas-latin), — foeltra^ — labeza, v. a. 
(Parlant des vêtements, kalkenna dil- 
lad,) 

SRIMRIRI, acy. et subs. Musard, — 



lent au travail, — langoureux , — 
assoupi, landreant; voy. Ces moU. 

ENDROIT, s. m. Andred, m. (mot 
reçu), — taread^ m., — tachenn, f. 
■ Passage d'un livre, arroud, — 

post, m. Endroit où il y a beaucoup 
de froment, taread guiniz, — ta~ 
chennad viniz* Par endroits, a-da- 
readou, adv. ; dans certains endroits, 
a-blasou, adv. Quelques endroits, 
lee'/nou, m. pi., — lechiennou^ f. pi. 
Endroit (corde) sensible, guiridik, — 
kizidik, m. r== Lieu consacré à 
un saint, Lok, m. (Ce mot est un pré- 
fixe qui ne va jamais seul, et sert à 
composer un nom propre : Lûk-Mx- 
keal, — Lomikeal, lieu dédié à St- 
Michel, etc.) Dans tous les endroits, 
e kement leac*h ma,. . (Avec une né- 
gation on met tuv.) 

ENDUIRE, V. a. Induis v. a. (vieux 
mot) ; raza (fuUla) eur voger, en- 
duire (crépir) cle chaux une muraille ; 
voy. Crépir. Enduire de poix, fréta 
gant pek, — lakaat pek oc* h, . . 

ENDURCI, adj. Voy. Opiniâtre, — 
obstiné, — eutété. 

ENDURER, V. a. Anduri (terme sa- 
cré); voy. Supporter, — sentir. 

ENVOIE, s. f. Sans énergie, mo- 
mentanément^ àbaf, adj. ; voy. Poule 
msnillée. 

ÉNERGIQUE, adj. Un remède éner- 
gique, al louzou kreva. Labour éner- 
gique , (Terme d'agriculture),' labour 
doun. Donner un labour énergique 
à la terre, irei doun ann douar. 

ENFANT, s. m. Petit enfant (poupon), 
babik^ m., — merc*hik^ f. ; mabik, 
ou paotrik^ m., — paotrezik, f. — 
Enfant chéri et gâté, poupik ar ga- 
loun (T.), — moumoun he vamm 
(L ), — kolladenn he vamm (L. C.) 
Enfant trouvé (abandonné), bugelik 
diberc'henn. Enfant, vers l'âge de 8 
ans, krouadur^ m. , pi. ien. Petit on- 



Digitized by VjOOQ IC 



ENF 



83S 



ENG 



fani, qui ne peut encore s'aider en rien, 
bugel guezel. -. Bambin (terme en- 
fantin), lela ! Anciennement, on di- 
sait, krot (C), d'un petit enfant, et, 
Îtlac*h krot y d'une bonne d'enfant, 
'ai eu un nouvel enfant, kresket eo 
ann dud gan-en, — kresket eo ar 
sikour du-ma. C'est l'enfant du diable, 
divar ann diaoul eo, (sous-entendu, 
savet.J Qui n'a point d'enfant, disher, 
adj. Enfant !qui vient (qui natt) ap- 
porte son bien (sa part de subsistance), 
pa zeu lann, e teu he rann (Prov,) 
Quelle bande d'enfants ! pebez ban- 
denn ribitaill ! Bon enfant (bon vi- 
vant), paotr chentily — farloter, m.; 
voy. Max, — garçon. Les enfants 
d'un an, ar vugale bloaz (ar vit^ale 
vloaz. ) Le premier mot bloaz^ est un 
adjectif, en ce cas, et le second, fait 
un complément de bugale. 

ENFANTILLAGE, s. m. Mibiliez, f., — 
mibiliach, m., — belbiach, m., pi. ou; 
voy. Jeia d'enfints. 

ENFILADE, s. f. Strobad, m., — 
strobadenn^ — renkennad, f. 

ENFILÉ, adj. voy. Enfiler. Grains non 
encore enfilés, cliapeled distrob (dis- 
trop), — chapelea disneud. 

ENFILEE, V. a. Enfiler la venelle, 
klask he ribinou ; voy. S'ealiir. 

. ENFIN, adv. Erfin. Enfin, le voilà 
homme ! pelloc*h ez euz goaz anez- 
kan ! 

ENFLAMMÉ, adj. Entanet, adj. et 
participe. 

ENFLAMMER (S'), v. pron. Flamma, 
V. n. et a. ; voy. Animer (terme de 
médecine), et se fâcher. 

ENFLÉ, adj. Gonflé, cliouezet; — 
enflé d'orgueil, huel he benn gant- 
han (sorte d'adjectif), — den rok ; 
voy. Orgneillenx. 

ENFLER (8'), v. pron. Se gonfler, 



banta he gof, — c*houeza he gof, — 
binta he gof, 

ENFLURE, s. f. Enflure aux genoux, 
drouk'Sant'Vode, m. Mal causé par 
l'enflure de l'eslomac, à la suite d un 
repas trop copieux, stamboucli, m. ; 
voy. Gonflement. Qui enfle ainsi, statn- 
bouc'huz, adj. Enfler ainsi, stambou- 
c'ha, V. a. et n. 

ENFONCEMENT, s. m. Abaissement 
de ten'ain, izelenn, f. 

ENFONCER, v. a. et n. Aller au fond, 
— envoyer au fond, kas doun. En- 
foncer dans l'eau le linge à laver, 
pluia (baga) dillad fank ; voy. Plon- 
ger, — immerger. 

ENFOURCHURE, s. f. Gaol, f., — 
gaoliad, f. (parlant des jambes), — 
skalf, m. f parlant des doigts, ou des 
arbres.) 

ENFUIR (S'), V. pron. Redek kuit 
dioc'h, — skara dioc*h.,,y (mont 
kuit enn eur red dioc'h, . ., s'enfuir 
à toutes jambes de. . .) === Enfiler 
la venelle, klask he ribinou. 

ENGAGER (S'), v. pron. S'engager 
dans un chemin, skei gant eunn hent. 
S'engager par vœu, en em engoestla. 
S'engager pour servir , pendant la 
moisson (pour la récolte d'août), mont 
da c*hopr-eost gant u. 6. Je me suis 
engagé là où je n'aurais pas dû (par- 
lant de discussion), oc'h eur 'iniillenn 
(rillenj fall em euz staget va marc h 
(ou à peu près dans le mémo sens : 
oc'h eur vodenn fall ounn eat da 
graonajl prononcez : da graon-a, 

ENGEANCE, s. f. Ramassis de canail- 
les, lastez, f., — oristal, m., — ortn, 
m., pi. éd. 

ENGELURE, s. f. Filboc'henn, f., — 
spinac'h, m. ou f , — spinac'henn, 
f. ; voy. HAle, •— gerçnre. 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



439 



ENP 



EKGElflAEB, V. a. Anjandri (style 
sacré). == Pousser, — se multiplier, 
gouenna, — produi, 

ENGERBER, v. a. Mardosi, v. a. et n. 

HWOUÉ, adj. ; vov. Passioné, — é- 
pris de, —raffoler je... 

EHGOUHBI, adj Engourdi par le froid, 
bao (kropety qui ne s'emploie qu'an 
participe). Revenir de cet état, divao- 
ta, — divava, — divaoi, v. a. et n. 
Au figuré dihuna, v. a. et n. Trés- 
engourdi, morzct, evel pa ve keiel 
(L. T.) he vamm goz enn he gein 
(Triv). En Comouailles, et à Vannes 
on dit : kegil, — kegell, f. 

EHGOURDm, V. a. S'engourdir, v. 
pron. Gourd<i, v. a. et n. L'âge en- 
gourdit, dont a rcer da clwurda 
gant ann oad (dont a reer gourd 
gant ann oad). Le mal vient vite et 
s'en va lentement, ar boan a xired 
d'ann daon lamm ; da vont kuit e 
vez moi^et ha kamm (Prov). 

ENGBAIS, s. m. Tremp, — tems^ 
m. ; voy. lannou, — amendement. 

SHGRAISSER, v. a. et n. Guellaat, 
flartaat, v. n. Devenir de plus en plus 
gras). 

ERGROSSER, v. a. Elle s'est laissé 
engrosser, goall a zo en em gavet 
enn-hi ; voy. Enceinte. 

ENGUIRUNDSR, v. a. Garlanteza, 
V. a. 

SMIARDIR, V. a. S'enhardir, hardi- 
saat, V. a. et n. 

EHIGME, s. f. Dinivadell, f., — tra 
c'holoet, f. ; voy. Discours obscur. 

ENIVRANT, adj. Vin enivrant, guin 
penn. En Cornouaillcs, guin meo. 

EHJAIBiE} s. f. Marcher à grandes 



j enjambées, gaoliata, — skara, v. n. 
I Qui fait de grandes enjambées* ska- 
j rinek, adj. La racine des deux der- 
I niers mots, est gar, jambe. 

ENJAMBER, v. n. Couvrir en partie, 
comme font les tuiles, guiska var, — 
guiska var ar bord. (Ces deux derniers 
mots se sous-entendent, souvent.) 

ENJOINDRE, V. a. Ordonner. Enjoin- 
dre des jeûnes, rei da iun, — rei 
iiiniou da obei\ 

ENJOLER, V. a. Séduire, boemi (G). 
Enjôler les filles pour les séduire, /t- 
kaoui oc'h ar merc'hed. En général : 
truflenna (trucha, se disait ancien- 
nement), — strobella, v. a. ; — H- 
douri oc'h u.b ; — lubani oc*h u. 6. ; 
voy. Cajoler, — insinuant, — iagor- 
ner, — écomifler, — (rapporter, en 
mauvaise part.) 

ENJOLEUR, s. m. Séducteur, 6oe- 
mer (C), — luban, (ginou lidour 
en mauvaise part.y On dit encore (en 
mauvaise part) : lidour e^% m., — U- 
dourenn^ f., — truflenner^ m., — 
truftenn, f. Le mot fistoul, est un 
terme générique. 

ENJOLIVER, V. a. et n. Propaat, v. 
n. et a. ; voy. Emitellir. 

ENJOUÉ, adi. Gai, mao, auiou (C.) ; 

— fcntiiz (l.J; voy. Jovial, — gai. 
Devenir eujoue ou plus enjoué, envers 
^. q.', sederaat (partie, sedereat), -- 
joamaat oc*h'u,o. {psiriic, joauseat,) 

ENLACER, V. a Guea, v. a. ; voy. 
Tordre, — embrasser. 

ENLIIDIR, V. a. et n. Divaloaat, — 
difesounaat, — vilaat, v. a, et n. 

ENLEVER, v. a. Enlever meubles 
de..., dianneza eunn ti. Enlever dé- 
combres, diatredi, — divaneri, v. a. 
Enlever par force, falc'hat, — raflai, 

— rinsa, v. a.,o6erntw var... ■ 
Enlever un morceau de chant, distaga 
mad eur bomm kan, ^ - Oter. 
lemel^ — tenna kuit. 



Digitized by VjOOQ IC 



ENR 



8io 



m 



ENLIGNEB, v. a. Lakaat a-Unenn, 
— lakaat penn-oc'li^enn; voy. Ran- 
gée, — file, — ligne. En parlant des 
arbres on dira : lakaat guez e ste- 
denn; voy. Aligner. 



I, s. m. C'est mon plus grand 
ennemi, ar goasa ouz-in eo, — ann 
hini goasa ouz-in, eo, m., — ann hini 
oasa enep dHn eo, f. 

ENNUYE, adj. Ennuyé à mourir (très 
ennuyé), inouet-maro, adj. 

ENNUYEUX, adj. Ennuyeux par ses 
redites baurouell, subs. ei adj. His- 
toires fort ennuyeuses, komzou bm'n. 
Route ennuyeuse, hent hirr ha skui- 



ENMGUEILlIft (S'), v. pron. Sevel 
huel enn he spered^ — en em bom- 
padi gant, . , (tirer vanité de. . .) 

ÉRORIE, adj. Braz-pikol <G.) Un 
énorme, eur pez hini; — d'énormes, 
pesiou re, — d'énormes rochers (en 
pleine terre\ pesiou rec'hier, — re- 
c'hier hraz-braz. Un énorme mor- 
ceau de pain, eur pikol jyez bara{C.) 
D'énormes (de grosses) pierres, piko^ 
loti mein. Un énorme rocher (en 
pleine mer), eur pez garrek vraz. 
Quel homme néorme ! pikola den! 
ici, contrairement à l'usage, en bre- 
ton, l'adjectif précède lo substantif; 
voy. ch. II, Introduction, N» 32 : — 
voy. Gros, — Grand. 

ENRAGÉ, a(]y. (Au figuré.) Un enragé 
fumeur, eunn diaoul a vutuner (a 

fimcr); voy. Chaasenr et acharné, — 
et. Tr. (1869.) Il travaille comme un 
enragé, hema a zo enn^han eur 
gounnar labourât, 

ENRAGER, v. n. Arragi, — egari^ 
V. n. Enrager de dépit, pensoai, — 
skambenni, v. n. 

ENRAYER, v. a. Enrayer roues d'une 
voiture, skora, ou skoria eur rod, — 
lakaat eur skoi* d*ar rod; on dit 



aussi : skolla (skoilla) eur rod (caler 
roues); voy. Ces mois. == Au figu- 
ré ; voy. lettre obstacle A. . . 

ENRICHIR (S'), V. pron. Rastesllat 
danvez (Fam.) S'enrichir de rapines, 
destum danvez a-grogad^ — destum 
(dastumi madou divar-bouez he m- 
nau (lYiv.) 

ENBEGISTREIENT, s. m. Konteroll, 
m. Celui qui en est chargé, kofUe- 
roller, m. (mots impoilés.) 

ENRHUIÉ, adj. Ar paz gant-han 
(sorte d'adj.) ; voy. Rhome. 

A 

ENROLEIENT, s. m. Voy. Reeme, — 
leTée de trovpes. 

A 

ENROLER, (S'), v. pron. En termes 
de religion , en em engoestla ( da 
Zoue) ; voy. S'engager par t«m. 

ENROUÉ, adj. Le chantre (d'Église) 
est enroué, grolliet fgroillet) eo ar 
c'hiniad, 

ENSANGLANTÉ, a4j. Leun-c'hoad ^ 
adj. 



f. pi. Attributs, ar- 
=z Celui qui loge à 



ENSEIGNES, 
moUf m. pi. 

tl'Enseigne de la confiance en Drea», 
Ann nep a vez o loja enn eunn ti 
merket va^^n-han »Fisianse Doue^ ; 
voy. Écritean. 

ENSEIGNEMENT, s. m. Entrer dans 
l'enseignement, mont da r^ant, — 
mont da Vestr-skol, === L'ensei- 
gnement religieux, skol var ar reli- 
jion ; voy. lostmctfon, — eateigner, 
— devenir profeuevr. 

ENSEIGNER, v. a. Enseigner le mal, 
kas var-zu ann drouk ; voy. Ap- 
prendre, — devenir professeur, i^jan- 
fi, V. n., — mont da Vcstr-skoL 

ENSEMBLE, adv. Asamblez, — asam- 
blez gant, — asamblez être ; — enn 
eunn taol. Se convenir, (s'arranger^ 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



241 



m 



— aller ensemble, au figure), beza 
hostlsien. Prier en commun (ensem- 
ble), ken-pedi. Coucher ensemble, 
inont daou (bn) enn çur guelead. 
Mettez-les ensemble, likit anezho enn 
unan (enn eur bem, — enn eunn 
doiiez), parlant de racines fourragères, 
ou de crains, etc. Pour la taille ils 
vont bien ensemble, a -vent ec'h er- 
mont mad. 

EHSEIElfGÉ,adj. Champ ensemencé, 
trevad, m., pi. trevajou. Non ense- 
mencé, (iihad, — fraost, adj. Terre 
ensemencée de froment, douar din- 
don viniz, 

USBUHCaEir, s. m. Nom abstrait 
d'action, hada, s. m., (ann luida). 



, ▼. a. Gounit^ v. a. ; 



voy. Seaer. 



fiWMGILIR, T. a. Sorsa, — hilia, 
ou kelc*h%à, v. a. Dana le Bas-Léon, 
parlant de feu follet, on dira : keme- 
retj V. a. 

ElTiBLEIEHT, s. m. Rkenn, f. ; 
iroy. Cornicke. 

niTAlLLE, s. f. Trouc*h (trocli C), 
— kqeh.ïù") pi. tro^hiou, — kochoUj 

ElTAHÉ, adj. E-houlcli. Non enta- 
mé, enn he bez, m. (enn he fez, Î,J 

QfTMHSIl, V. a Voy. Empiler. 

BNtJSiltonisMT, s. m. Spered, m., — 
poell, m., — { komprenezoun. f., est 
usité.) Sans entendement, dihoell, 
adj. On dit aussi, dientent, adj. ; voy. 
Horisoii iBtellectitel. 

KREBnSB, V. a. Comprendre, kom- 
prèn, — entent, v. a. == Ouir, j'en- 
tends ses cris, me a gleo anezhan o 
iouclial. Je n'ai rien entendu, n*&en 
eu» klevet ger (grik). J'entends crier, 
the a aleo kri (prz gant u. h, A vous 
entefidfre, on dirait. . . , dioc'A ho kle- 
vet e iavQrfet, — ann nep Ito kleffc 



a lavarfe, == Vouloir. Faites chacun, 
comme vous l'entendrez, graet pep 
hini dioc'h he zo*y (T.) Entendre dire 
Quelque chose à (\. ({.^ klevet eunn 
ara hennak gant m. 6. Qui empêche 
d'entendre, bouznr^ adj. ; voy. Sourd. 
=== V. pron. Être d'accord : Je ne 
puis m'entendi^e avec lui, wc d-ounn 
cvit kaout kountvad ebed diout-lian. 
Ils s'étaient, entendus, en em glevet 
oant être- z- ho. Qui ne peuvent s*en- 
tendre ; voy. Incompatible. 

EITENDU, adj. Expérimenté, — a- 
droit, a oar or stek; voy. S'y prendre, 
— convenu, — compétent. — connaii- 
lenr. 

ENTENTE, s. f. Convention, emgleo, 

m. ; voy. Bon accord. -. Paroles à 

double entente , mous-komzou , — 
komzou daou du, — komzou amc'hou- 
lou, — komzou guidUuz. 

ENTERREMENT, s. m. Interri, m. 
(nom abstrait d'action.) On dit aussi : 
interramant (du genre féminin, plus 
probablement.) 

ENTERRER, v. a. InteM, — lakaat 
er hez, — kas d'ar bez. 

ENTÊTÉ, acy. Klopennek. En 

religion, aheurtet, — trelatet, — , — 
En général, douget d'he benn he m- 
nan, ===== En parlant d'un cheval, 
etc., kuladuz, adj. ; voy. Endnrci, — 
obstiné, — ojpiniàtre. 

ENTÊTEMENT, s. m. En tirer q. q., 
dibennadi u. b, 

ENTÊTER (S*), v. pron. Pennadi, — 
aheurti, v. n. 

ENTHOUSIASME, s. m. Trid-kaloun, 
Montrer de l'enthousiasme pour q. q., 
ober stad euz u. b. ; voy. Applaudir. 
Il est dans l'enthousiasme, stad a zo 
enn-han, — ober a ra mar, — trid- 
kaloun en deuz, 

ENTWUSUMŒR(S'), v. pron. Tridal 
gant levenez\ voy. transporté de joie. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÈNt 



242 



ÉNt 



ENTIER, adj. Complet, — plein, — 
tout, — a-bez, — founnuz, adj. Jour- 
née entière, d^vez penn-da-benn, «— 
devez hed-da-hed, La France entière, 
Frans a-bez. Cuire des moutons en- 
tiers, poaza meot a-bez. Notre entière 
soumission à Dieu, svjomp da Zone 
e pep ira (sens concret.) 

ENTIÈREMENT, adv. Tout, — neat, 

— glann, — krak, — peur, ou per, 

— krenn, adv. Entièrement frais, 
fresk'beo. Entièrement nu, noaz-beo 
{noaZ'plann.) Je suis entièrement 
soulage (au physique), rikouret-neat 
ounn gant, . . La mission nous a en- 
tièrement attendris, boukeattoiU omp 
gant ar tnmon. Mon travail est en- 
tièrement fini, peur'C*hreat eo va la- 
bour gan-en, == De pied en cap, 
penn, kil ha troad, adv. 



ENTONNOIR, s. 
(mot importé.) 



m. Intinouer, m. 



ENTORSE, s. f. Se donner une en- 
torse au pied, gu^a he droad (G.) 

ENTORTILLÉ, adj. Qui n'est pas franc 
dans ses paroles, guidiluz ; voy. Âm- 
biga, — é^iToqve. 

ENTORTILLER, v. a. Kormgella, v. 
n.; voy. Frauder, — tromper, — «ser 
de ruse. 

ENTOURÉ, adj. Entouré de fossés, 
kloz; non entouré de fossés, diskloz, 



ENTOURER, v. a. Le bois à brûler 
qui entourait sa ferme, quand il en 
prit possession, est bien diminué, ar 
c*heuneud a zo goall-goazet enn dro 
d'he diegez ken keuneudek pa grogaz 
enn-han ; voy. (Cercle, — situé. 

ENTR*ACGUSER (S'), v. çron. Réil..., 
en em flatra ann 01I eg%le, 

ENTR*AIDER (S'), v. pron. Réfl.,., 
en em :^ikour ann eU egUe. 



ENTRAILLES, s. f. pi. Kaloun, f. (au 
moral.) == Intestins, kouraillou, 
pi. m., — torr-bouzellou, m. sing. 
■ Sein, — côtés, — flancs. Dans 
ses pures et chastes entrailles, être 
he aaou c'hostez benniget, — enn he 
c'hreiz pur ha chast, — être he groa- 
zellou benniget, f., — être he digroa- 
zell benniget, f. pi. 

EOTRAniÂNT, adj. Voy. IrrétlstiMe. 

ENTRATE, s. f. Entraves pour em- 
pêcher les poulets de gratter la terre, 
skasou, pi. m. 

ENTRAfER, v. a. Si rien ne vient 
entraver. . . , ma ne zeu netra da 
dreuzi. .,, — ma ne zeu netra a-dreuz. 

ENTRE, prép. Il n'y avait qu'un mnr 
entre eux (il n'y avait qu'un mur à 
les séparer), treuz eur voger n*oa ken 
etre-z-ho. Pour les reconnaître entre 
eux, evid anaout ann eil dioc'h egile. 
Les hommes entre eux, ann dud ken 
etre-Z'ho, Retirez cela d'entre ses 
mains, tennit ann dra-ze a dre he 
zaouarn. 

ENTRERAILLER, v. a. Entrebailler 
une porte ; voy. Entr'oQTrir. 

ENTRÉ, adj. Entré en fureur; voy. 
Transporté de... 

ENTRÉE, s. f. Antre, m, (mot usité.) 
Entrée d'une maison, d'une porte, 
toull ann or, — toull ann or zi^ m. 
Entrée d'un four, d'un puits, gtnou 
eur foum, — ginou eur puns, m. A 
l'entrée de la nuit , da zigor noz. 
Donner entrée à. . , , rct digor da, . ., 

— rei dor zigor da,,,, — digemeret, 
V. a. Entrée solennelle de Jésus à 
Jérusalem, henorgreat da Jezuzp^edo 
vont e Uear Jeruzalem, Gros b&ton 
(perches) qu'on met à l'entrée d'un 
cnamp, pour la boucher, kezarzouj 

— fkef-arzou) kezarchou, pi. m. Dès 
l'entrée en campagne, kenta ma ti- 
goraz ar brezel. — Entrée d'une allée, 
oeg ann aie. — d'un bois..., penn 
ann aie ; venn ar c'hoad : toull ar 
c'hoad L. C. j penn-hoad Y , ; touU^ 



Digitized by VjOOQ IC 



ENT 



243 



ENV 



an-koad; venn^n-koad T. (Ce sont 
des noms ae famille.) 

UTREIETTEUB, s. m. Entremetteur 
de mariages, juhenn, m., pi. ed, — 
jubenner, m., pi. ten, — baz-valan, 
m., pi. éd. S entremettre par métier 
pour les mariages, jfuftenni, — hazvor 
tant, V. n. Entremetteur d'affaires, 
hanierour, m., pL ien. 

KITREPAS, s. m. Allure d'un cheval, 
qui approche de Tamble, kountrepaz, 
m. 

SITREPRERDRE, v. a. et n. (Au pro- 
pre et au figuré.) Commencer un tra- 
vail, kregi enn eur pez labour, — 
koumans gant... Entr. .. d'aller, 
lakaat enn he benn mont (au moral.) 

QffREFRISE, s. f. Eunn taol da gas 
da henuy m. 

EHTRER, V. n. Antren, — antreal, 
V. n. (mots reçus.) Faire entrer q. q., 
digeri da u, b., — rei digor da u. 5.; 
voy. Introdaire. La pénurie entra alors 
dans le ménage, neuze e teuaz ber- 
rentez enn ti. N'entrera pas au Ciel, 
ne gava ket dor zigor enn Env, En- 
trer dans l'enseignement, mont da 
r^'ant. — mont da veatr-skoL Entrer 
dans l armée, dans la marine, mont 
da zoudard, — mont da vartolod. 
Entrant dans mes onze ans, krog em 
unnek vloaz, adj. Le carême dans 
lequel nous allons entrer, ar c*horaiz 
hag a zo erra brema; voy. Aller, suivi 
d'un autre verbe. 

ENTRBTERIR, v. a. Entretenir une 
route, derc'hel kempenn eunn hent, 
— derdhel eunn hent e ratre vad. 
Entretenir un enfant au collège, paea 
skol, maga ha guiska evid eur pootr, 
== Entretenir leur haine, maga 
enn-ho kaaoni. - V. pron. Con- 
verser. S'entretenir avec q. q., kao- 
zeahgant u. 6, 

BRTRETIER, s. m. Kaoz, f., — kaoze, 
m., — eur pennad kaozeal, — eur 
pennad kaoze, — eur pennad kaoz, 
m.^ — eur gaozeadenn, — eur var- 
vatlladennj f. Commencer un entre- 



tien, digeri kaoz^ — sevel kaoz. = 
Son entretien coûte trois cents francs 
par an^ kant skoed a ia bep bloaz enn 
ne gers, m., {enn he c*hers, parlant 
de fille.) 

ERTREVOm, V. a. Demvèlet (voir à 
moitié), V. a. 

EHTR'OUVERT, adj. Gour-zigor, adj. 
(ouvert à-demi.) On dit aussi : kom" 
zigor, adj. 

EHTRWVRIR, v. a. Entr'ouvrir la 
porte, gour-zigeri (kom-zigeri) ann 
or, == V. pron. (Terme d escrime), 
rampa j v. n., — digeri he zivesker. 

ENVAHIR, V. a. Envahir un pays, 
mac'homi eur vro (T.), — dilammet 
enn eur vro, 

ENVELOPPE , s. f. Enveloppe de 
toile, lienenn^ f. Enveloppe des deux 
testicules, kroc'hen ann daou gell, 

ENVELOPPER (8'), v. pron. S'enve- 
lopper dans sa couverture, tamx)lada 
he ballenn enn dro d'ezhan. 

ENVENIIER, V. a. Voy. Aigrir (au 
moral), — irriter, — plaie (au phy- 
sique.) 



i, prép. Oc'h, — ouz, — evit. 
Rude envers les enfants, lourt oc'h ar 
vugale. == Robe à l'envers, sae var 
enep. Regarder un livre à l'envei-s, 
seltet oc'h eut leor dioc'h ar penn 
kountrol, 

ENVI (A r), locution adverbiale, et 
prép. - A qui sera le premier, 

kentirkenta. ==. A qui mieux mieux, 
paravia, — paravuia. 

ENVIE, s. f. Avi, m. (terme de re- 
ligion, et mot usité dans d'autre cas.) 
Envie déraisonnable, froudenn, f., 
pi. ou. Grande envie (vif désir), mall^ 
m. Tout ce qui lui fait envie, kement 
tra en deuz c'hoant da gaout, Oter 
l'envie de manger, divlaza, — (di- 
c*houti, mot reçu); voy. Goùt. 



Digitized by VjOOQ IC 



tu 



«Il 



ftî 



ENYIBB, V. a. Porter envie à .., 
koout avi oc*h, . . ; voy. Être jaloux 
le... Qui envie tout, aviuz, — thoan- 
iuzy — gourvenneh. J'ai une envie 
terrible de dormir, lazet ounn gant 
ar c*hoant kousket. 

ENVfflON, adv. {Var-hed, — var-n- 
hed, ne s'emploient qu'en parlant des 
distances.) A deux journées de mar- 
che d'ici, environ, var-n-hed daou 
zervez baie dioc'h ama, 

EMVmOlIffART, adj. Voy. EiiTiroBs. 

EHVIRONliER, v. a. Voy. EnTirOHS. 

EHVmONS, s. m. pi. Un champ des 
environs du bourg, eur park a-^harz 
(a-giehenn) ar vourc'h — {a-dost d'ar 
vourc*h,) Ceux qui sont situés dans 
les environs du bourg, ar re a zo enn 
eur c'kelc'had enn dro d'ar vourc*h ; 
voy. Cercle, — circonférence. 

ENVOYER, V. a. Envoyer promener, 
paître ; voy. Rembarrer. 

ÉPAIS, adj. Voy. CoTf nient, — loln- 
minenx. Trop épais pour entrer par 
un trou, tutum, adj. Le blé devient 
épais dans ce champ, stankaat a ra 
ann ed er park-se. Devenir moins 
épais, tanoaat^ v. n. Parlant de blé 
dans un champ, rouesaat, v. n. et a. 

ÉPANCflEHElfT, s. m. Voy. Efinsion. 

ÉPANOUIR (S'), V. pron. Dispaka enn 
heol^ V, n. 

ÉPARGkÉ, adi. La ville a été épar- 
gnée, kear n'euz erruet droug ebed 
gant-hû 

ÉPARGNER, V. a. Qui n'épargne per- 
sonne, dizamannt oc'h pep den^ — 
^ar {didtuez) e-kever pep den. 
Epargnera, q., kaout damant (truez) 
oc'h u. b. Qui n'épargne pas sa peine, 
dhamant oc'h he gorf\ voy, STépar- 
gner, — se ménager. ■■ Au sens 



général, lezel etéi m'uma, — •**!• 
kempennoc'h. C'est bien tard d'épar- 
gner, quand tout est dissipé, divezad 
e vezer da c'houarn^ pa vez eat tmtt 
betag ann diskouarn (Prov.) Pour hà 
épargner ce chagrin, evid hen dtM- 
grinà (dichagHna.) Il faut ^argnei' 
anx malades les émotions vives, «m- 
red ann dud klanv a ranh keza «iol- 
c'het plean. On vous a épargné une 
grande besogne, eur oall-dro {eur 
oatl'Zammy à zo eat divar-n-ho(fh. 
Epargnez-lui la damnation éteriaeWe, 
roit gras ha pardoun d'ezhan dtoc*A 
ann Ifem, 

ÉPARPiLlÉ, î»dj. A'Stlabez, — {a-sila- 
bez var ann douar) y — taol-diUaol^ 
8<^i> — (taoldistaol var ann doi^r,/ 
Les deux lettres ». t,, dans stlabez, 
sont parasites ; en latin on dit UAes, 
tache , souillure ; voy. BalMè snr 
l'Océan. 

ÉPARPlUiEIEIT, s. m. Cessetrépar- 
pillement de ce foin, lez da stlàbez 
[da fuill, — da fouillez, — da gem* 
meskj d'ar fbenn-ze, 

ÉPABPILUR, V. a. Parpailla, — 
skuilla^ — stlabeza ^ — fuitlay — 

fouilleza, — foeltra, ou feUra, 

Eparpiller du foin pour le faire sé- 
cher, skigna foenn, — lakaat fbenn 
var skign, — distrevi foenn; voy. 
épars, — baUoté, adj. 

ÉPABS, s. m. (En français familier) \ 
voy. éclair sans tonnerre, dareden, h, 
— dared^ pi. m. irrég. 

ÉPARSs adj. Taol'diMaol (sorte d*ad- 
jectiO ; voy. éparpillé. 

ÉPAVE, s. f. Pense, m., pi. ou. — 
D'après Le Pelletier, pelkas, m. (à la 
lettre : pelUkas, envoyer Ibm.) 

ÉPEAUTRE, 8. m. Sorte de blé, im- 
ed, m. 

ÉPI, s. m. Le blé monte en épû^ 
dioda a ra anm ed. Le froneàt à #s 



Digitized by VjOOQ IC 



tfù 



«48 



M 



beàot ëpfs, nr gnink a ta pennet- 

VMd, 

IPIAXT , adj. Le démon toujours 
épiant, tous surprendra, atm cUaoul, 
atao var he api, a dizo ac'hano&h. 



r, È, f. Klenved^edj m. 



». V. à. Il épie le moment de..., 
E par (enn par T.) ema da. .,, — 
heza ema var evez da... Épier quel- 
go'q n, homrti ww w. b. (anc.) ; voy. 

MffpflBÉM. 



B, 8. 1 On m'a tiré nne ûimense 
épine &à dos (au figuré), eat 'zo eur 
eàfh-veac^h êivarn^tm. == Fruit on 
baie de l'épine blanche, eridovenn, f. 

ÉPHm, ft. f. Paquet d'épingles, 
kifadiaâ-spillou , m. Jouer aux é- 
cingles, ^hoari poullik. Jouer aux 
épingles, à h poucette, c'hoari rina- 
tis, — <^oari ruziga. Qui trompe 
aux épingles, trompera aux écus, ann 
nep a drompl gant spillou, a drom- 
plo gant sko^'ou (Prov.) 

frmULlTTf, s. f. Spillen roched, 
f., pi. spillou roched, m. 

ÉPISODE, s. m. Aventure, 6'o, — 
taol, — histor, 

ÉnSSEE, V. a. Terme de marine 
(joindre deux bouts de corde, en en- 
trelaçant les ftk qui les composent), 
spisa, V. a. 

ÉNBSOU, s. f. SpiSy m., pi. ou. 

InuClUfll, ▼. a. Éplucher des lé- 
gumes, di^ntskla louzeîer. 

ÉPOIITER, y. a. Casser la pointe ; 
voy. émrasser. 

tPOQDE, s. f. Kùuîs, ^ ampoent, 
m. ; voy. temps. A l'époque (à l'occa- 
sion) ae Noôl, gant gouel Nedelek. 
On était à l'époque de Pâques, Pask 
Q ioa- ren, A quelle époque (par 



rapport au fbtur) viendrez-vdus? Peur 
e ieuot'hu f — pe vare. . . (par rap- 
port au passé.) A cette éfKxnie, neuze* 
A l'époque du croissant de la loBé, 
da gresk al loar. L'A vent est l'époque 
d'irriguer les prairies^ enn Asvent eo 
goama (goazia) ar prajou ^ri^oH ar 
projeter,) Quand il s'agit d'époque 
fixée pour un travail de la campagne, 
on ajoute adek, on deky ou e^, dans 
les mots finissant en âge (en français), 
et en a, ou en at (à l'infinitif breton), 
ainsi que dans d'autres mots, comme 
fenaison; Ex : Le sarclage, are'/iouen- 
nadek. Le battage, ann doumadek. 
La fenaison approche, ar foennadek 
a dosta. Le tirage du lin approche, 
al linadek a dosta (ou mieux, ann 
tennadek lin a dosta, parce que /i- 
nadek signifie^ surtout, lieu où Ton 
prépare le ïiii.) 

ÉPOUSE « s. f. Hanter-diegez » m. 
(Fara.) 

ÉPiNJStt^ V. a. Épouser quelqu'un, 
fortunia da u. 6., — kemeret u. h. 
da bried, — dimezi da u. h, 

ÉP0U8SETTE, s. f. Donner de l'époua- 
s^tte à un enfant, skiiba dindan eur 
slwlaer, 

ÉPOUVINTIBLE , »dj. Mort épou- 
vantable, goall'Vûro, m. Au figuré 
strafiMuiy et, au propre efreioua^ adj.; 
voy. Eiirayuit. 

ÉPOOVANTAIL, s. m. Voy. Traqvète, 
trabell^ m., pi. ou; voy. BÉblttarA. 

ÉFOUfAVTBt, V. a. Facile à épou- 
vanter, spountik, adj. Non nicile 
a épouvanter, dispount, adj. En style 
tîivial, on dit parfois, tennet hespoùn- 
terezed d'ezkan (sorte d'adjectif.) 

ÉP06X, s. ra. Les deux jeunes époux. 
ann dud nevez, — ann daou wriea 

nevez. 

iPRSUfE, s. f. Essai. Amod (T.)^ — 
esa, m. (mots peu usités.) =£= Sonde 
(en chirurgie;, aprouetez^ f. -. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÊPO 



S46 



ÊRÊ 



Donner à Tépreuve, rei da aprôu 
(mot nécessaire, en ce sens.) En 
termes mystiques, on pouira dire : 
9tourm, m., — goall^stourmou, — 
ztokajiMy — goall-riskou, pi» m. 

tnS& et... y adj. Touellet gant, — 
(boemet gant G.); voy. Passionné. 

iPRilIVÉ, adj. Éprouver par la ma- 
ladie , goall-gastizet ( goalUleheat ) 
gant ar c'hlenved. 

iPROUYEE, T. a. Sentir, — ressentir. 

(On le rend sou>ent par le verbe beza 
tTOir, — être.) Éprouver une surprise, 
beta satiezet, — paka eur zouezenn. 
On éprouve de la joie à voir, laoiienn 
e vezer o velet. J'éprouve un mal de 
tête, poan am euz em fenn, === 
Essayer, esaea, — esaat, mots peu 
usités, (arnodi T.) == Sonder 
(terme de chirurgie), aproui, ■ 
V. pron. Que l'homme s'éprouve lui- 
même, ra zeuio ann den da ziskenn 
enn he gousHans, evit guélet hag e 
gtad vad ema he ene, 

ÉPUISÉ, adj. Tari, eat da hesk ; ^ 
desséché, àizec'het. Épuisé de forces, 
thm-maro, — n'en aeuz mui tamm 
nerz, — dinerzet-neat, — eatsempl, 
— feaz-maro. ■ Épuisé par 

la soif (accablé de seil), dare gant ar 
aet^hed. Épuisé de sang, kollet he 
hoU c'hoadgant'han; voy. Rendu, — 
exténné. .,. Provision de tabac 

épuisée ; voy. Le met snifant. 

ÉPUISER, V. a. Re gas^ — uza, — 
peur-uza, — kriza, v. a. En parlant 
du sol, ou de la terre non cultivée, 
on dira, treudi, ou mieux : treutaat, 
V. n. Il épuise la paroisse, drebuz eo 
d'ar barrez. Ma. provision de tabac, 
pour la semaine, est déjà épuisée, ar 
zadom a zo gant va butun, — sa- 
domi a ra ar butun gan-en. (A la 
lettre : le samedi est arrivé pour mon 
tabac.) 

ÉPURÉ, adj. Sucre non épuré, sukr 

du, Cassonade (français familier/, 

kastounadez, f. 



ÉQUARRIR, V. a. DUgoara, ou di- 
c^hoara (reoresser ce qui est courbe), 
V. a. 

EQUATEUR, s. m. Linenn, f. (terme 
de marine.) 

ÉQUATORIAL, adj. Réffions éauato- 
riales, broiou tomm. Habitants de ces 
régions, o choum da dosta d'al linenn 
(sorte d'adj.) 

ÉQUILIMiE, s. m. Aplomb. Ploume- 
zoun, ^ kontrepoez, — kampez (de 
kem, ou kom, avec, et poez, poids.) 
Le sens dérivé de kompez, est uni 
(où tout est de niveau, comme les 
bassins d'une balance.) En équilibre, 
poez-ha-poez gant, . . Ils sont en é- 
quilibre, a-boez emint. Perdre l'équi- 
hbre (dégringoler, — tomber, — «lis- 
ser, — chanceler), rikla, — dirikla, 

— koueza d'ann douar, (horellat, — 
horjellat, — bralla.) En pariant d'une 
chan*ette, on dira, guinta, v. a. et n.; 
(en parlant d'une muraille, kostezi, 

— kostezia, v. n ) 

ÉQUDTOXE, s. m. Marée d'équinoxe, 
reverzi, ou reversi ; voy. Tronde. 

ÉQUIPAGE, s. m. Ikipach, — ster- 
nach, m. pi. (collectif.) 

ÉQUIPÉ, adj. Ikip, — ikipet, adj. et 
partie, (mots importés.) 

ÉQUIPÉE, i«. f. Voy. Escapade, — folle 
entreprise. 

ÉQUIVALEMT, adj. Kevatal, ou kavor 
tal, adj. .«■ ■ S. m. L'équivalent de 
six francs, guir daou skoed, — poent 
daou skoed, — feur daou skoed, — 
ialvout daou skoed^ — talvoudegez 
daou skoed ; voy. Yaleor. i 



ÉQUIVOQUE, subs. m. et adj. Me- 
rise, fazi, m. ; voy. Sasp«Ct, — i 
ionble sens, — ambigu, — entortillé^ 

guidUuZy adj. 



l 



ÉRÉSIPÉLE, ou ÉRTSIPÉLE, s. 



Digitized by VjOOQ IC 



m« 



lû^ 



m 



44^ 



ÈSÈ 



gxicrbl, f. L'érésipèle, ar verW, — 
Tan-sant-Antoun, m. 

ERRAMT, adj. Vivre errant et fugi- 
tif, beva ama hag cJiont, evel eunn 
den cUaOy o tec'het araog u. b. Astre 
errant, dareden, f., pi. m. dared ; 
Toy. étoile fihite (tombante), — éclair 
lais tonnerre. 

EBRER, V. n. Errer cà et là, kan- 
trealj y, n., ou kantren, v. n. ; voy. 
lo4er, — YagalNmder. 

EBIEUR; s. f. En religion, errol, f. 
(sans plunel.) En général, fazi, m. = 
Tromperie, tromplezoun, f. == Faute, 
mank, m, == Parlant de calculs, 
meskount, m. = Vous êtes dans 
Terreur, gaou a limritj — e-biou e 
skoit. Tirer de l'erreur, didalla, — 
difazia, v. a. 

ÉBUDIT, a<iU. Voy. Instrnit. 

ESCnOTAGE, 8. m. Sigotach, m. 

ESCAPADE, 8. f. Tec'hadenn, f., — 
kiUad, m., (parlant de chevaux) ; voy. 
Éfiipé. 

ESCABGOT, s. m. Melfeden voger, 
f., — melfed moger, pi. m. 

ESCAMOUCIE, 8. f. Krogadik, m., 
— krogadouigouj pi. m. 

ESGABPÉ, adj. Montagne escarpée, 
menez torr-hcUan, (à la lettre : casse 
haleine). Rocher escarpé, roc'AwiZc'/i, 
f. Falaise escarpée, tevenn valc'h, f. 

ESCLAVAGE, s. m. Sklavach, m. ; 
voy. EidaTe. 

ESCLAVE, s. m. Sklav^ m. Ce mot 
vient de kiav, — klao, qui signifie 
chaîne, et nœud de fil. D où l'on a 
formé sklav (chaîne, — enchaîné, — 
esclave). === Au figuré : esclave 
des sens ; voy. Flatter lei sens. 

ESCOKTE) s. f. Cortège, kompagnu- 



nez, f. Faire escorte à q. q. 
c'hel kompagnunez da u. b. 



der^ 



ESCROC, s. m. Skraper, m., — 
den bizied kamm (d*ezhan), sorte 
d'adjectif(homme aux doigts crochus). 

ESPACE, s. m. Étendue, par rapport 
aux lieux, frankiz^ f. Espace (étendue 
quelconque de temps), skoulad^ — 
maread, m. L'espace d'une semaine, 
eur zizunad, f., (eur zizunvez). 

ESPAGHOLETTE, Barre pour fermer 
châssis de porte, ou de fenêtre, en 
dedans, stolikez, f. ; voy. Crteonne, 
s. f. 

ESPALIER, s. m. Spalierenn, f., pi. 
ou (mot importé). 

ESPÈCE, s. f. Voy. Sorte, — race, 

— genre, — condition, — rang, — 
onauté, — certain ; natur, — gauenny 
f., — rumm, ou rummad, — orin^ 

— seurt^ m., — doare, f. Race, ou 
espèce croisée, orin-groaz. Espèce de 
gens dangereux, nouans tud, m. Les 
gens de son espèce de sa condition, 
de sa aualité, (en bonne part), he gen- 
dere. Une espèce de bourgeois, eur 
c^hrak-aotroUf — eut lastez aotrou. 
On trouve rarement de son espèce, 
ar seurt d'ezhan ne gaver ket aliez. 
L'espèce en est perdue, eat eo ar 
ouenn anezho da falL Quelle espèce 
d'homme est celui-ci ? pe seurt den 
eo hema ? Une espèce de frayeur (une 
certaine frayeur), dem^yoount, — 
eunn tamm spount, m. Il eut une 
certaine frayeur, evel aoun en doa 
bet. Souvent le mot espèce ne s'ex* 
prime pas en breton ; ex : l'espèce 
bovine, al loened korn \ l'espèce ovi- 
ne, a { loened gloan, — ann denved. 
L'espèce porcine, ar moc*h. L'espèce 
chevaline, ar c*hezek. Toutes les es- 
pèces, (parlant des animaux), ann 
noll loened. Une autre espèce de che- 
vaux, eur seurt kezek ail. 

ESPÉRAICX, s. f. (En reli^on, eêpe- 
rans, f.) Sur les quels la foi et la pié- 
té de nos Pères fondaient leurs plu« 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



^48 



m 



vives espérances. . ., a rea Wasfl ee- 
peratt:^ non tadou koz ; yoy. fiipérer, 
— espoir. 

£SPÊR£E> V. a. (En religion, espe- 
rout), — gedal kaout. Il espérait a- 
voir, sonj en doa da gnout, 11 espé- 
rait un adoucissement à ses peines, 
fisians en doa e torrie nerz he boa- 
niou ; voy. Adonclf. 11 espérait se sau- 
ver, sonjal a rea heza salvet. Il es- 
pérait sa guérison, a-vel oa da peza 
pare, 

E3PIÈ6IiB, s. m. et adj. Hinkin, m., 
pi. ou ; sigoter, m. pi. ien. 

ESPIÈGLERIE, s. f. Mauvais tour, 
tro fall, — tro vourduz, — sigodiez^ 
f. ; voy. laliee. 

ESPIOH, s. m. Avant-coup (parlant 
d'horloges), ftatrer. (T.) 

ESPOIR, 8. m. Esper, m. Dans Fes- 
poir d'avoir, enn aviz kaout, (enn a- 
tant kaout), Atant, signifie aussi, 
bonne occasion. 



8. m. Souvenir, — mémoi- 
, — idée, — préoccu- 



ESPBIT, 

re, — per , 

pation, — prudence ; voy. Ces mots ; 
«oiy , m. = Intelligence, meiz, f , du 
latin, mem. == Croyance religieu- 
se, kredenn, f. == Esprit solide, 
spered ploumei-madj m. Faible d'es- 

f>rit, sempl, a(\j. Une chose lui vint à 
'esprit, eur soni ^ lammaz enn he 
spered. == Esprit de TÊglise ; voy. 
Loi, — TOlonté, — intention. = Es- 
prit perverti, deuet he gredenn da 
drenka (Fam.), sorte d'ac^ Esprits 
forts (termes ironiques) ; voy. Incré- 
dules; tud difeiz, — tud Dizoue; voy, 
Rétraqué, — aérangé. Les esprits, ann 
dAid, Les esprits célestes, ann Elez, 
Par esprit de péniJence, enn aviz ober 
pinijenn. En esprit de mortification, 
da gastiza he gorf gant pini^'ennou, 
— evit trec*hi he c*hoantegezxou fall. 
Vous êtes toigours présent à mon 
esprit, me am bez atao aonj ac^ha- 
noc'h (sens habiluel.) Rendie l'esprit 
(rendre rame, - mourir) ,mciTe?, v. n. 



Reprendre ses esprits, diabqfL v. n^ 
Perdre ses esprits, abafi^ v. n. Il avait 
eu l'esprit d'emmener son cheval , 
skiant aoualc'h en doa bet da zigas 
gant-han he varc'h ; voy. Méo, — 
pensée. 

ESPRIT-DE-Vn, s. m. Eau-de-vie 
forte, guin ardant sttnllet, m. \ voy. 
Ean-de-fie. 

ESQIOP, s. m. 5^/" (En grec, scafé^. 

ESttUIHARCIE, s. f. Étranglement, 
tag, m. 

ESQUISSE, s. f. Très kenta^ m. 

ESQUISSER, V. a. Tresa, v. a. 

ESSAI, s. m. Essai aventureux, ris- 
kadenn, — brokadenn. f., pi. ou. 
Faire son coup d'essai, oeta imr he 
veach kenta (à la lettre : sur sa pre- 
mière fois). =se Épreuve, aprou, (ar- 
nod, m. (T.) 

ESSAYER, V. a. Éprouver, Aproui, 
(amodi. (T.), v. a. 

ESSE, s. f. Cheville de fer, pour fes- 
sieu d'une charrette, ou d'une voi- 
ture, guiber, f. L'esse, or viber. 

ESSENCE, s. f. Furm, — doare^ — 
smtans, f. ; voy. SuManee, ^ forflie. 
Ce mot ne se traduit pas toujours en 
breton ; Ex : Essence divine, Doue. 

ESSENTIEL, adj. et subs. L'essentiel, 
ann had kenta, — ar c'henia {ira). 
— ar pekenta {ar pez-kenta), — ar 
penn kenta. L'essentiel est que nous 
y allions, guella pez on euz da cher, 
eo mont ai. L'essentiel est qu'il se 
porte bien, ar guella *zo, eo iac'h. 
Saisir le caractère essenti^ de la 
prière, gouzout ervad petra eo ar 
hedenn; voy. Principal, •— capital, — 
important. 

ESSIEU, s. m. Essieu d'une roue de 
moulin^ marpr, m. ; voy. Arère. Croc 
de l'essieu d'une charrette, breol, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



lESÏ 



249 



^ ETA 



SiSOUFFLÊ, adj, Diflanket (G.) Être 
essoufflé, diflankay — dihalana, — 
trec'houezi, v. n. 

ESHfiFFLOniT, 6. m. Trec'houez, 
m. ; Yoy. ReiplritiOB. 

ISSOIE-IADI, s. m. Torch^oMam, 
m., pi. totehau*daouam. Celui qui 
sert à essuyer la Taisselle, tes meubles 
(tor^on), torcfhlistri (au sens géné- 
ral , torcho%ter , m. , pi. ou ; voy. 
Terchen.) 

ESnrTEB, V. a. Essuyez la sueur de 
votre front, «ec'Mf arc'hotiezen dio&h 
ho M. 

ESTIMABL|. adj. Prizuz, — da veza 
pritet; voy. nix, — Ttlevr. Estimable 
à prix d'argent, a dal arc'hant, adj. 

MmATIOH, s. f. Prizach, m. Faire 
restimation, prizacha, v. a. et n. ; 
voy. étalnatiOD, — estimer. 

ESTm, s. f. Cas. Fors, — stad. On 
dit aussi : iêtim^ f. ■ ■ Bonne répu- 
tation, hano mad. Il a perdu toute 
estime dans Topinion publique, eat eo 
ht trud e luau (Fara.) ; voy. étoile, 
— pMlr, ^opinion. 

KSTUBR, V. a. Mettre à Tencan, 
lakaai e priz (T.) Faire l'estimation, 
prizacha, — istimotU, v. a. Estimer 
cpelqu'un, istimoui ti. b,, — ober 
forz {ober stad) euz u. h., — prizout 
u. 6. Estimer par dessus tout. . . , 
lahaat e penn kenta {e penn tout.,.) 
Le verbe qui suit ces mots se met à 
llnfinitif ; voy.Le mot sviTant. 

ESTni, acy. Considéré, prizet gant 
ann dudy — deuet-mad a*ann holl ; 
voy. En t«o. 

ESTOIAC, s. m. Estomac vide (esto- 
majc àjeun), kaloun noaz, f. (à Scaër, 
etc.) ram. — Kleuz, subs. m. est le 
torme générique. =s La partie des vê- 
tements correspondant à l'estomac, 
krtibuill^ f. ; voy. Sein. Gonflement 



de l'estomac, produit par des mets 
indigestes, stamboiich, m. D'où le 
verbe, stambou&haj v. n., et l'adjec- 
tif stambouc'huz, La bouillie gonfle 
l'estomac, ar iod a zo stamboucltuz, 

ESTROPIÉ, a(iy. Disleber, >- goall- 
lekeat. On dit aussi, ampechet, par- 
lant de jambes qui refusent leurs 
services. 

ET , conj. C'est une joie et une 
douce satisfaction de voir . . . , eurjoa 
eo,hag eul laouenncdigez, guelet... Et 
vous ? na c'houi f Les écoliers de la 
ville et de la campagne, ar skoliou e 
kear, hag ar skoliou var ar meaz, 
(On voit, par ces exemples, que l'au- 
xiliaire se met seulement après le 
premier mot, dans certaines phrases; 
comme dans d'autres on répète le 
premier substantif, après la conjonc- 
tion bretonne , pour l'élégance du 
style.) === Et de deux! dala zaouî 

ÉTABLE, s. f. Staol, f., pi. iou, (en 
latin, stabulum,) Ce cjue peut conte- 
nir une étable, staoliad, f. s., pi. ou 
(mots peu usités.) 

ÉTABLI , adj. Établi solidement , 
fe^*m, — postet-mad, — stabil. adj. ; 
voy. Bien assujetti; voy. Marié, — 
f'éUblir. 

ÉTABLIR, V. a. S'ÉTABLIR, v. pron. 
Marier, — se marier, dimeziy — for- 
tunia, V. a. et n. Tu es établi, te a zo 
gréai da fortun gan-ez, 

ÉTABLISSEMENT, s. m. StaU f.; voy. 
Maison, — siège d'une industrie. 

ÉTAGE, s. m. Rang, — condition. 
Personne de bas étage, aotrou kous- 
zet euz lost ar c'harr, m. (Fam.) 

ÉTAL, s. m. Table pour détailler la 
viande de boucherie, eskamed, ou 
eskemed, m. Ce mot s'emploie éga- 
lement, en parlant d'un gros tronc 
d'arbre à demi équarri, et placé près 
d'un mur pour s'y asseoir. 

32 



Digitized by VjOOQ IC 



ÉTÉ 



«50 



ËTË 



ÉTALAGE, s. m. Parlant de marchan- 
dises, staliad, f. Grand étalage, stal 
vrazj f. - Ostentasion, digorou, 

ou digoradou, pi. m., — digoradur, 
f. s. 

ÉTALER, V. a. Déployer, — étendre, 
leda, (du latin, latm), — lakaat a- 
led, — dispaka, v. a, 

ÉTALON, s. m. Marc'h-servich, m. 
fmarc'h antier, — antierad, se disent 
également, à St-Pôl.) 

ÉTANCHER, v. a. Étancher sa soif, 
efa dioc'h he zec'hed ^ \oy. à satiété. 

ÉTANG, s. m. Lenn-zour, f., pi. 
lennou'dour. (Le mot dour^ m., eau, 
est ajouté à lenn, étang, pour éviter 
l'amphibologie. ) Anciennement on di- 
sait : loc'h, ou loue' h, m. On le dit 
encore aujourd'hui, à Plougoulm et 
à Pont-L'Abbé ; voy. Lac. 

ÉTAT, s. m. Gouamamant , m. 
(mot importé), — bro, — rouantelez, 
f. r Situation, stuz^ — ratre G. 

(en parlant, surtout, d'animaux.) En 
mauvais état, fall (parlant d'habits), 
— dirapar (parlant. d'habitations.) Le 
mot, état, s'exprime aussi, en mettant 
là préposition e. enn, ou la particule 
e, ez, suivies de l'adjectif; Ex : A Tétat 
maigre, enn treut\ à l'état crû, e kriz; 
à l'état de veille, enn dt/mn, adv. 11 
est dans un bel état (par ironie, par- 
lant d'un ivrogne), e ratre vad ema 
(G.) Ils m'ont mis dans un piteux état, 
goall'lekeat eo bet va c'horf gant-ho. 
En l'état, adv., evel diagent, — er 
memez stad, — enn he stad (enn ho 
8tad) kenta, (selon les cas.) D'après 
son état futur, dioc'h' ma vezo koxmt 
gant'han. == Liste, roll, m., pi. ou. 

ÉTAU, s. m. Instrument pour serrer 
des objets qu'on veut limer ou buri- 
ner, bins'taol, t, pl. binsou-taol 
(à la lettre : vis de table.) 

ÉTÉ, s. m. G' était un jour d'été, 
(un jour en été), eunn deiz enn hanv 



oa-ze (T.) Une journée d'été, eunn 
devez hanv. 



V. a 



. Voy. Mortifier, — 
S'étemdre (cesser de 



ÉTEINDRE, 
crucifier. = 

respirer), v. pron. et n., miga^ v 
(G.) ; voy. être sniToqiié de colère. 

ÉTENDRE, V. a. Voy. Étaler. Étendi'e 
du beurre sur le pain, leda amann 
I var ar bava, — amanenna ar bara. 
Étendre blé, ou paille, à sécher, dw- 
paka ed /dispaka kolo) da zec'ha. 
Étendre des œufs sur des crêpes, 
viaoua krampoez. === V. pron. n. 
De là la vue s'étend au loin, ac'hano 
e vêler pell. S'étendre sur une ques- 
tion ; voy. Délayer sa pensée. 

ÉTENDU, ac(j. et partie. Être, ou 
rester, étendu sur la litière (parlant 
d'une bête malade), heza fchoumj enn 
he clioui^ez. === Spacieux, — 
large, frank, ledan. En Éas-Léon on 
dit aussi : ec'hon (anc.) Très étendu. 
ledan-voTn 

ÉTENDUE, s. f. Longueur, — por- 
tage, — port. Doug, m. Il ne s em- 
ploie qu'en composition : kerzet a- 
zoug he gamm, prép., marcher à son 
pas, — sans se presser. Il ne connaît 
pas l'étendus de sa fortune, ne ana- 
vez ket ann niver euz he zanvez, m. ; 
voy. Espace. 

ÉTERNEL, adj. A-vepred, — fin e- 
bed d'ez/ian, — a zo ann holl amzer 
d'ezhan. Etemel^ se dit aussi, en style 
sacré. Le Père Éternel, ann Tad enn 
Env (le père céleste.) D'éternelle du- 
rée, a bado keit ha Doue. Les peines 
éternelles de l'Enfer, poaniou dire-- 
med ann Ifem. Le oui étemel, ar ta 
peurbaduz. La damnation étemelle, 
ann daonedigez da vikenn. Faire un 
éternel adieu, lavaret kenavo er bed 
ail. G'est en Italie qu'il y a un prin- 
temps étemel, e bro ann Itali eo c- 
ma. atao ann nevez-amzer^ f. , ■ 
L'Étemel, Doue. === L'étemelle 
(sorte de piquette), jambezenn. f., 
ou mieux jamezenn (T.) Le radical 
est ynrwcz, jamais. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÈTÔ 



251 



ÉTO 



ÉTERIELLEIEMT, adv. Une vie éter- 
nellement heureuse, eur vuez euruz, 
fin ebed d'ezhi. 

ÉniMITt, s. f. Une éternité, pell- 
braZf adv. ; voy. Siècle. Il y a une 
éternité que je vous attends, inouet- 
maro ounn o c*hortoz a&hanoc*h. 
L'Éternité commence, dor ar Vuez 
alla zo o vont da zigeri. Le Temps 
et rÉtemité, ann Amzer a dremen, 
hag ann Amzer ne dremeno ket. De 
toute éternité, a-hoU-viskouz, — euz 
a vi$koaz da vikenn, adv. 

ÉTEBNUIENT, s. m. Étern... par 
suite de rhume^ sifern^ m. 

ÉnHCELANT, adj. Yeux étincelants 
de fureur, daoulagad skeulf. (En par- 
lant d'étoiles, elumet, adj ) 

ÉTIHCELER, v. n. Flamma, — eulvi, 
v. n. En parlant d'étoiles, beza elumet. 

ÉTIHCELLE, s. f. Flammenn, f. En 
T. V. G. fulenn, f. Le plur. à V. est 
fulatf en T. fulenno, et en G. fulen- 
nou, ou fulad, 

ÉTOFFE, s. f. Au figuré ; voy. Res- 
Mnrce, — dispositions, — matière. 

ÉTOILE, s. f. Étoile filante» dareden, 
f., pi. dared; voy. éclair sans tonnerre. 
Coucher i la belle étoile, kousket e 
kampr ar stered (Fam.), — kousket 
dindan toenn ann noz (Poét.) Étoile 
mauvaise, planedcnn galet, f. Son 
étoile a pâli, eat eo he vrud e ludu ; 
voy. Répitation. 

ÊTOlUfANT, adj. Admirable, — mer- 
veilleux, — extraordinaire, estlam- 
muz, adj. 

ÉTOHHEIEHT, s. m. Étonn... mêlé 
d'admiration, de trouble, d'émotion, 
estlamm, m. Étonnement, par suite 
de peur, saouzan^ — tHviadenn, f. 
G. (D'où les verbes neutres estlammi, 
— saouzani, — trivia.) 



ÉTONNÉ, adj. Étonné par suite de 
peur, saouzanet ; voy. ébahi, — sur- 
pris. Je ne suis pas étonné de vous 
voir prendre la prière comme sujet 
de prédication, n^ounn ket souezet 
mar teuit da gomz d'e-omp euz ar 
bedenn enn ho prezegenn; voy. é- 
touner. 

ÉTONNEB, V. a. Sa conversion m'a 
étonné, souezet ounn bet p'en em 
gonvertisaz. === V. pron. Je m'é- 
tonne, souezet ounn, . . , — souez eo 
gan-en.,. Il s'étonne d'admiration, 
estlammi a ra. 

ÉTOUFFANT, adj. Mou et étouiTant 
(parlant du temps), moug, — ba(fh, 
adj. ; voy. Snffocant. 

ÉTOUFFEIENT, s. m. Étouff... par 
colère, mig, ou mik, m. (G.), — goas^ 
kadenn, f. ; voy. Suflbcation, — snlb- 
quer. 

ÉTOUPE, s. f. Et... grossière et non 
travaillée, lanfez, f. ; voy. Filasse. 

ÉTOURDI, adj. et subs. Berboellik, 

— diempenn, — diot, — skambenn, 

— diboeU, — diaviz, — spered edro. 
Non attentif, strantal. Jeune étourdi, 
pennglaouik, (Fam.) Un étourdi (un 
brouillon), eur skanvelard ; voy. Es- 
prit léger. Agir en étourdi (badauder), 
oadaouiy v. n. Étourdi momentané- 
ment, par suite de la douleur, abaf, 
adj. Étourdi par le bruit, diskouam 
boudinellet (oreilles abasourdies.) = 
En étourdi, adj. Inconsidérément, 
gant dievezded, — erel eul lochorCy 

— e-(fhiz eunn azotet. 

ÉTOURDIR, v. a. Gauser de l'étour- 
dissement au cerveau, mezevelli. Au 
sens général : bada, ou badaoui, — 
sabatui, — dalla, — bouzara ; voy. 
éblooir, === Importuner, intourdia, 
= Étourdir, quant à la vue (éblouir), 
drella, v. a. 

ETOURDISSEIENT, s. m. J'éprouve 
de continuels étourdissements , ne 



Digitized by VjOOQ IC 



ÈTH 



S5S 



ÈTH 



rann nemet hada Ibadaoui, -* abafi^ 

— houtara,) Revenir d'étourdisse- 
ment, diabafi^ — divada {divadaouij, 

— divouzara ; voy Vertige. 

ÉTRAHGE, adj. Espar. Son vidage 
prit une étrange expression de tris- 
tesse, levai oa neiize ann dremm 
anezhan, — teval oa he benn, — te- 
val oa da velet. Le mot étrange ne 
s'exprime pas toujours en breton. Il 
a une étrange passion pour le vin, 
goaU-dechet eo d'ar gutn, tnar boe 
nikun, 

ÉTRANGER, adj. et subs. m. Divroad, 
m., — dlvroadez, f., — diaveziad, m., 

— diaveziadeZj f. (subst.) Étranger à 
la localité, au pays, ermeziad, m., — 
ermeziadez, f. En signe de mépris, 
on dit : Imtrugenn, m., pi. éd. Les 
étrangers, ann estren, pi. s., (collectif) 

— ann dud diaveaz. 

ÉTRAPE, s. f. Genre de faucille, 

Î'als-strop, f. ; étrape pour couper les 
lalliers, kenklao, m. 

Être, s. m. Individu, den, pi. tud. 
Petit être, bugel, m. ; bugale, pi. 

ÊTRE, V. n. On le supprime quel- 
quefois, pour former une sorte d'a- 
blatif absolu; £x : Tout le monde 
était (étant couché), ann holl enn ho 
guele. Différents de ce qu'ils étaient, 
diskevel dioc'h kent. Peste soit d'eux ! 
(en mauvaise humeur), ac^h-men 
d*ezho! 11 est dans ses dix ans, ren 
he zek vloaz ema. Il y en a qui disent, 
bez* a zo tud [bez' a zo hiniennouj 
hag a lavar, . . N'est-ce pas ici que 
demeure votre frère? /w' ne ket ama 
ema ho preur o choum? A quoi a-t- 
il été condamné da be boan ef-hen 
bet barn^ (geint ai» borner) f Quoi- 
qu'il passât pour un imbécile, il ne 
Fêtait pas, etit-han da veza lekefft 
diùt qant ann dud, ne oa tamm diot 
anezhan. Tout étant allé en Prusse, 
eat tout d'ar Pms (da vro ar Prus, 

— gant ar Prusianed.) Il n'est plus 
à récole du catéchisme, eat eo er 
meaz euz ar skol gatekis. Les gens de 



cour sont des éeorekeiirs, kigwrien 
eo ann dud « lez, Y â-t-il quelqu*an 
de malade ici? ha be^ a zo wnan 
bennak klanv ama f Dans sa lettre, 
il est question de son père, hano *zo 
var be lizer divar-benn he dad. Oà 
étes^vous maintenant ? e psUae'h e* 
maoc'h^u brema o c/iouml J'y aérai 
avant la nuit, abars ann teval « ««nim 
erru emo. Je n'étsiis pas encore^ (je 
n'existais pas encore), n*oa ket c*h<m 
ac'ftanoun. Le roi étant devenu mort, 
ar roue o veza deuet da vervel. 
Le chantre est earhutué, ema ar pat 
gant ar c\lnniad. Le jour du départ 
étant venu, deuet ann dàz da v^nt 
(sorte d'ablatif absolu.) On était en 
hiver, ar goanv a oa. J'ai été à la 
messe, bet ounn enn ofemeim. Cette 
chaiTe^te est toute neuve, neveZ'great 
eo bet ar c'harr-ze. Puisqu'il en est 
ainsi de vous, c'cma ar bed eveUse 
gan-e-hoc'h. (Jù en étes^vous? pe- 
naoz ema kount ganre-hoc^h'i H était, 
e oa ; il fut, e oe. S'il en fut jamais, 
mar d-oe rf^n, — mar boe nikun^ — 
mar d-euz unan, — mar d^eta er 
bed, — mar d-euz hini. Avoir été, 
beza bet; étant, o veza; étant prouvé 

?ue..., veza ma 'z eo prouet,.. 
e ne crois pas en être (arrivé) là, ne 
gav ket d*in e venn eat heteg eno (e 
venn eat keit-se.) Je n'y suis pour 
rien, n'ounn tamm kaoz a gement^e, 

— n*em euz gi^eat na lavarst nslra, 

— ann dra-ze ne zell ket ouzxfi'me; 
voy. Se mêler de... Le temps est à la 
pluie ; voy. PInie. Quand il fut seul, 
veza en em gaoet he unan. La voie 
et la porte qui mènent en Enfer sont 
larges, ledan eo ann or ha braz ann 
hent a ga$ d*ann Ifeni. Cîomment 
voulez-vous qu'il en soit autrement? 
Ha petra a fell d'e-hoc^h'-hu kenf 
Il est midi, kresteiz eo a$^eshi. ^a 
pipe e»t cassée, torret eo bet va c^hem 
hutun. Quand je suis malade, pa tenn 
klanv, (et non pa vezann klanv) ; le 
temps est ici indféterminé; vay. Siveir, 

Savec l'explication du sens actuel et 
lu sens fréquentatif ou intensitif.) 
Car, je suis un grand pécheur, rak^ 
eur pec'her braz ounn. Si j*avais été 
de vous, ma vi^enn-^me bet enn ho 



Digitized by VjOOQ IC 



ËTi 



tXA 



£n 



]êBe% Quekju'uB de vou$ esl-t-il dans 
la tiistewe ? Qu'il prie, pa vexU gla- 
e'Âarêt, pa v^z teval ho penn <8ens ha* 
Uiûeil)pedU. Selon ce qu'il sera, ^iioo'/i 
ma v€9ô kmuU gant'han. Seraii-ct 
UB dûnaftche, ha pave d'ettr zuivet 
ê pe. L'humilité est. . ., bexa hunM 
anoia ximfi. ..)Ue%i dans aon élé* 
loilit, quand il prêche, etm he noed 
e vez, pa bign tr gadûr^zarmoun. 
Si c'est vrai que j'ai appris, maf d-eo 
auir am euz kkceU J ëtais malade, 
\lan\i oann (sens actuel;, — klanv € 
venn (sens habituel ou fréquentatif, 
ou intesaitif.) Je suis souvent malade, 
hlano e venn aliez. Comme II dé- 
pende à mesure qu'il gagne, il n'a 
point besoin de bourse, evel ma Us^ 
fign dre ma c*ftounez^ ezomm ebed a 
tau^h n'en devez, (N'en dem^ mar- 
querait un sens actuel.) Il y en a qui 
ont de la chance, lod o deuz chans ; 
— lez* a zo tud hag o deuz chans. 
Un joueur, ou il n'y en aura jamais, 
eur c'koarier, pe ne veto den. Plût 
à Dieu qu'il en fut ainsi ! »alo e 
ve guir ! Xes chantres étaient alors 
debout, edo neuze ar c'hiniaded enn 
ho za,\ a-t-îl rien de plus mauvais 
que de inentir? lii falia tra eo la- 
varet gevxer î Est -il riche ? pinvidik 
eof I Signifiant : BeTemr; étant 

tombé malade, o veza deuet da glen- 
vel, — o veza deuet da veza klanv. 
Sera-ce la tribulation, l'angoise, la 
faim, la nudité ?t? hag hen ve o veza 
ma 'z ounn divisket e noaz, — o veza 
ma 'z ounn e kreiz ar poaniou, — o 
veza ma \ ounn dore aa vervel gant 
onn naoun fff Voy. Bict. Troude 
(Srtttantlf.) Si vous voulez être (de- 
venir) riche, — si on veut devenir 
riche, mar fell d'e-hoc'h [mar fell 
éettnn den) dtmt da veza pinvidik, 

ÉnniBEE, V. a. Voy. Enlraiiw. 

tTRiniES, s. f. pi. Eginad, m.^ 
(Le PeUeUer.) 

tmiXIR, V. a. Étriller q. q. ; ¥oy. 
Ifttcer^ — rvÉbvTKf • 

iniMT, adj. Chemin étroit, streai^ 
f., pL strefou. 



tTROI, s. m. Voy. 
d'homme. 



tTUDBS, s. f. pL Glaasee; s^udi, m. s. 

tTDDIBR, V. a. Statdial, v. a. et n. 
Étudier le breton, MHmralt fH/r ar 
hrezounek. l. Examiner, — mé- 
diter; kompren e. . . (sens spirituel), 

— kompren oc^h,., (sens matériel.) 

ÉTUI, s. m. Étui à aiguilles, hioeked 
(G.), m. 

EDdURISTIE, s. f. Eukaristia zan- 
teL On dit plus souvent : Saeramant 
ann aoter. 

ÉVABEi (8'), V. prou. Dans le sens 
étendu, ou figuré ; diMUa^ v. n. (mot- 
à-mot: s'égrener.) 

ÉÎAIOWSIIEMT, s. m. Semplaenn, 
f. ; voy. Défaillaice. 

ÉVAFMÉ, adj. Non attentif, stran- 
tal, adj. Une évaporée, eur gtrinkell, 
f., — eunn dûrvif, — eunn dievet, 
m. et fém. 

É?A8i, acy. Diaor, — a zo skinll 
gant'han, sorte d'adj. 

ÉTSILLB, acy. EskuU ou iskuit, 
fgae) (G.) acy* On dit aussi : ampert, 
ou apertf ou ampart ; — spered di- 
aor, — friol, — frinkikf adj. ; voy. 
Gai. Tour d'éveillé (farce), ampartiz^ 

— apertiz, f., — dre ampertiz, (locu 
tion adverbiale.) 

ÉVOUJEB, V. a. Cette prière n'é- 
veille aucun écho dans le cœur de 
Dieu (au figuré), ar bedenn-ze ne gaie 
ekleo ebed e haloun ann aotrou Doue, 
== Être en éveil ; voy. S«r le qni- 
flTe. Donner l'éveil, rei da anaàut, 
-^ lakcuU da zonjal, 

KVÉUtHOnr, s. m. Tra^ f., — taol, 
m. Pour diriger les événements, ei^ 
lakaat traouMt bed-^ma da vont tiMi 
dro ; voy. Fait. 



Digitized by VjOOQ IC 



ÏXA 



254 



EXC 



ÉfERTRÉ, adj. Qui a eu le ventre 
percé, toulUgofet, adj. Il a été éven- 
tré en lombant sur un râteau aux 
dents longues et pointues, toull-go- 
fet eo bet o koueza var eur rastell 
dent hirr ha lemm. Le raot d'ezhi, 
est sous-entendu, après /emm. 

ÉYENTRER, v. a. Percer le venlre à 
q. q., toulUgofa u. 6., v. a. 

ÉVENTUEL, adj. Éventuellement, 
adv. Dre var^ — dioc*h ma troio ann 
traou, — a zo hano d'ezhan da veza. 

ÉVroBMMEHT, adv. (Sans doute), na 
petra 'ta, 

ÉVIHCEV, V. a. (Supplanter), dizour- 
na u. b., — touza ar ma oui da u. 
6., — iroc'ha enn he raok, —tenna 
ann dour divar he brad; voy. Brisées. 
Honteux d'être évincé, lostok, adj. 

ÉVITER, V. a. Riposter, — parer un 
coup, para eunn taoL Passons entre 
les sillons, pour éviter de les fouler, 
deomp dre ann anchou fdeomp dre 
ann irvi) evit divresa ann douar (e- 
vit beza divresoc'h d'ann douar). 
Pour éviter de nous trop fatiguer, e- 
vH beza (etit ma veza) didorroc'h 
d'e-omp, Évititer la damnation éter- 
nelle, kaout gras ha pardoun dioc'h 
ann Iferfi. 

EXACT, adj. Exactement, eeun (pro- 
noncez : e'Un)y — var-eeun, — resis, 
— difazi, ^jurdik; voy. Assidu. Il 
connaissait exactement le fait, gou- 
zout a rea ann eeun. Il fait exacte- 
ment abstinence, les vendredis et les 
samedis, eeun (resis) e ra vijel, gue- 
ner ha ^adorn, Distak-kaer, adv. (Ce 
mot ajoute un peu de force à distakj, 

EXACTION, s. f. Goall'Vir, m., — 
pi., goall-vhHou 

EX JiOUO, adv, Var-hanter. 

Par égalité, kevatal. Au jeu de 

quilles, var ar rampa, — rampo, 
adj. et adv. 



EXAGÉRER, v. a. Lavaret amploc% 

— lavaret hirroc'h ha kaeroc*h, — 
lavaret var c'hourre, — lavaret re, 

— lakaat c'houez enn traou. Sans 
rien exagérer, hep lavaret gaou ebed. 
Exagérer la valeur de ces choses, 
lavaret re var ar pez a dalv ann 
traou-ma. Exagérer le malheur d'être 
pauvre, ktvaret re var ar mcUeur 
ma *z eo beza paour, 

EXALTER, V. a. Ex. . . q. q. en sa 

présence, rei mel da u, b, 

EXAMEN, s. m. Eksamin, (Mot de- 
venu nécessaire.) 

EXAMINER, V. a. Eksamina\ ^- kom- 
prenn oc'h.,. On dit aussi : Interroj, 
(|)arlant d'examen au catéchisme.) 
Examiner une question , kompren 
enn eunn dra, — ober eur c^hom- 
prena (eur c'hompren) da,.. Exa- 
miner 1 état physique et moral d'une 
personne, kompren oc'h u. b,, — giie- 
let petra c'hoari gant unan bennak, 
=== Dans le sens de méditer (s'ap- 
pliquer), on dit : pleustri var,.,, — 
sonjal e,.., — lakaat he spered da 
zonjal e. . . Ils n'examinent par leurs 
plus grands péchés, ne bleustront ket 
var ho goasa jpec'hejou. Montre-moi 
ton pied que j examine ton mal, deuz 
d*in da droad ma velinn petra a 
c'hoarvez gan-ez. Tout bien examiné; 
voy. Considéré, — à proportion. 

EXAUCER, V. a. Selaou ocli... Par 
J.-C, nous méritons d'être exaucés, 
ne elUmp kaout (obten) netra ncmet 
dre viritou J.-A, 

EXCÉDER, V. a. Mont dreist ar bord 
[dreist ar roudenn), — dirouda, v. n. 



EXCELLENCE s. f. 
ann holl, adv. 



Par exe..., dreist 



EXCELLENT, adj. Un exe... chrétien, 
eur c'hristen dio&h ar penn. Ex- 
cellent (en son genre), mad, mar 
d-euz er bed, — unan euz ar re 
vella. 



Digitized by VjOOQ IC 



ne 



25^ 



EIË 



EXCELLER, v. n. Ce en quoi quel- 
qu*un excelle ; voy. Son fort. 

EXCEPTÉ, prép. Excepté que..., 
nemet ma . . {nemet na, . . , avec une 
négation.) Excepté pour..., nemet 
da,., 

EXERCER (S'), V. pron. Voy. S'appli- 
quer, V. a. Dishounta, — lakaat e 
meaz ar gount, — lakaat e meaz ar 
guoz. 

EXERCICE, s. m. Exercice de tir^ 
tennadek, m. (Exercice, ne s'exprime 
donc pas toujours.) 

EXCÈS, s. m. Excès dans le boire et 
le manger, ann dibH re hag ann efa 
re, m. - A Texcès, dreist ar hord^ 
adv. L'excès nuit en tout, pa *z ann, 
ez ann a-gas, ha pa choumann, e 
choumann a-blas (Prov.) ; voy. Ex- 
trêmement, — excessivement. 

EXCESSIF, adj. Grisiaz, — diroll, 
— goall, — fou, — dizaoz. Soif ex- 
cessive, seclied diravet. Chaleur ex- 
cessive, tomder diravet ; voy. Immo- 
déré. 

EXCESSIVEMENT j adv. Avec excès. 
Après avoir travaillé avec excès, gant 
ar re labourât, — goude re labourât. 
Après avoir bu et mangé avec excès, 
goud^ re gofad (T.), — gant ar re 
gofad. Il diminue excessivement, 
goall-ziminui a ra. Excessivement 
beau, brao-ral, (hrao-eal, — brao- 
Doue , en parlant des personnes. ) 
Est-il riche? pas excessivement, pin- 
vidik eof ne ket fou, — ne ket dizaoz; 
▼oy. Dérèglement, adv., — démesu- 
rément. 

EXCITER, V. a. Provoquera. . . hes- 
kinat da,,,, — poulza da,,., — 
hunta da..., — neurta da,,,. — 



bi*ouda da . 



: Aiguillonner, — 



stimuler, flemtna. Exciter Tappétit, 
digas c*hoant dibri^ — rei &noant, 
dibri (tomma ar c'hoant dihri,) == 
Signe parlé pour exciter un chien, 



ksss ! (voy Hâler chiens à la chasse, 
isal ar chas var-lerc'h eul loen. (On 
dit aussi: pill, var-n-han!) == 
Suggérer, atiza, — instiguer, goall- 
alia, V. a. 

EXCLAMATION, s f . Feu et flamme ! 
tankerru ! (de tan, feu, et de kurun, 
tonnerre). 

EXCLURE, V. a. Rei ann diaveazda,,. 

EXCLUSIVEMENT, adv. Hepken. 

EXCRÉMENT, s. m. Excr. . . humain, 
stronk, m. Morceau d'excr. . . , tamm 
sezo (Trivial.) Excrément du genre 
humain ! (excrément de la nature) ! 
I map d'ar pri ha d'ar fank! Ex- 
i crément d'une personnn constipée, 
kaoc'h grezolek. 

EXCROISSANCE, s. f. Loupenn, f., pi. 



EXCURSION, s. f. Faire une exe..., 
mont da spia, — mont da ober eunn 
dro da velet, 

EXCUSE, s. f. Il n'a pas d'excuse, 
n^en deuz digarez ebea, ou mieux, 
n'en deuz digarez vad ebed. 

EXCUSER, V. a. Iskusi, v. n. et a., 
(du mot Auz, cachette.) Ce terme né- 
cessaire est d^origine inconnue. Is- 
kuzit gan-en, excusez-moi. = S'ex- 
cuser, V. pron. Donner des raisons 
pour s'excuser, en em zigarezi, — en 
em iskuzi. Pour s'excuser, il se di- 
sait malade, evit en em venna Jevit 
he zigarezj e lavare e oa klanv. Pour 
excuser leur conduite, evit teurel ar 
beac'h divar-n-ho, — evit en em zi- 
zamma. 

EXÉCRARLB, adj. Fall-detet (par- 
lant de mets.) 

EXECUTER (S'), v. pr. Ober, -^pU- 



S^a» 



' senti. 



Digitized by VjOOQ IC 



fôl 



i56 



m 



EXnPLE, 8. m. A totre etemplé. 
erit oher dioux4ioà'h. Par exemple ! 
neuze *la! — neute avad! iû^ekouû ! 
Celui-ci par exemple, hema, avad 
{hema, lekeomp)^ — hema mar hirU, 
Pour exemple^ evel ma 'z eo, ,, A 
Texemple de Saint-Paul, da heul 
Sont Pool, gueckall, — evel Sont 
Paol, guechùll\ voy. A l'instar de.«. 



smPT, 

huit, adj. 



adj. Ex... de charges, 



Et£IMEtt, y. a. Il a été exempté 
d'impôts, huit eo het great euz ar 
guintM, 



BXERCIR, T. a. 



S'exercer, v. 



prou. S*exercer d'avance, (parlant de 
répétition de chant), pleustri var ar 
c'han ; voy. S'appliquer. 

EXEEdCE, s. m. Se donner de 
l'ex. . . , tnofU enn dro, — tretelli^ — 
oher eunn dra bennag euz he gorf, 

— kemeret trerell, — loc'ha, v. n. 
■ir Dans l'exercice de ses fonctions, 

pa edo oc'h ober he garg {he zever,) 
-. — » Exercice dur et fatigant, tor- 
rédigez, f , — laz-korf, m, 

tttkLkVM, s. f. Vapeur eii géné- 
ral, mof'etin, f. ; qui jette des exha- 
laisons, mogedennuz, ady. 

EXI6BAIT, adj. Rankouduz, (du 
vei'he rankùut, falloir), — diinzet, — 
re stari enn he zivizou (enn he e'hou- 
lennou^*, 

8XIGEI, V. a. On ne f exige pas, ne 
ket rekis, La bonne prière exige que 
celui qui..., evUpedi ervad, e iHink,,. 
(e rankcTy selon les cas.) 

ESSTART, adj. Lois existante» (lois 
en vigueur), lezennou hag a obtijann 
holl, — lezennou hag a zo o ren, — 
lezenftou H'int ket torret &hoaz, 

EUSTEHCE, BueZy f. Malheui*euse 
existence, hea<fhy m., — anken, f. ; 

— beac^h ar vuez, m. Notre existence 



est triste^ ar bei>a gan-ê^omp é zo 
trist. Tnste existence ! ptonedemi 
garo ! 

inSTEE, v. n. Pendent que le mmade 
existe, epad ma chouni ar bedr*ma 
enn he za. Le plus grand menteUr 
qui existe, ar (alla gaouiad a zo er 
vro, 

EXMGISEB, V. a. Voy. 6Mjmr. 

EXPÉDITIF, adj. DUlo, ^ dUeber; 
▼6y. Actifs «^etnéditif en ton tnivail, 
diere enn he labour, -^ fouhnu^ d^al 
labour. Expéditif en tout, âifraeûz da 
bep ira ; {dxbill, — eshutt) ; voy. 
AlerU. 

HPÉOITIMI, s. f. Exp... miliUire, 
brezel, m. 

EXPiUSHCE, s. f. Conoaissaneé ac- 
quise par l'usage, utaeh, -* êkiaM 
desket, — skiant prena, — skiant 
prenet. Les médecins font des expé- 
riences aux dépens de notre vie, ar 
vedisined a zesk skiant divar goust 
buez anndud ; voy. Pratlfiieit (Merle. 



EXPERT, s. m. Espert, m., 
perted, pi. 



esr 



EXPERTISE, s. f. Voy. le? esiit-koi. 

EXPIER, V. a. Peur-baèa dre boan, 
evit,,. 

EXPIRER, V. n. Mourir. Il allait ex- 
pirer, var he dremenvan edo. 

EXPUCATIOR , s. f. Difati, — diMplika, 
— eresa, m., sklendigez, f. Votre 
explication a été vague, goloet eo bet 
ann displika oc'h euz great. Que 
d*expncations il doit y avoir danâ ce 

Cnd livre I Bag a zifazioU a dte 
% enn heutHou braz^-zel voy. RoU. 

EXPLIQUER» V. a. DiêpHka, — rei 
da goim^ren, — lakaat shlear ha 
difazi. En parlant de la Messe, de la 



Digitized by VjOOQ IC 



n» 



%9t 



wt 



Passion, on dira : Di$kleria ann Ofè^ 
renn, — diskleria «r Bogiim, S'ex- 
pliquer une chose , ( s'en rendre 
compte), kcmpren eunn dra, — dont 
a^henn da ^houtout petra eo etmn 
dra. 

BnMn, 9. m. pi. Kwriou këer, 
m. pi. ; voy. CvrUax. 



, V. a. Voy. Faire me re- 



I, s. f. Talm, — iarz, m ; 
Toy. éclat, -* tenertt, — kriU. 

IXPitf à, a4j. Voy. tajetà...,— 



IXPMfil, V. a. BMha, — avaniuri^ 
X. a. et n. Qui n'expose rien, ne gagne, 
ni ne perd rien, anm hini ne risk 
netra , na koU na gounU ne ra 
(Prov.) ; Toy. Bisqter. Il est exposé 
à Fair, au vent..., diabri ema eno^ 

— enep ann am%er ha g ann avel ema 
eno, — eno ema tro (troet) d'ar palU 
amzer. Terres exposées aux ravages. 
doaarou goattuz. Il y est moins exposé 
à être cassé, didorroé'h eo d'e-z-han 
heta eno. Moins exposé à être perdu, 
digolloc^h. === Mettre en vue, la- 
kaat a'vel d'ann holl; voy. Svjet à... 
. V. pron. S'exposer à la pluie, 

mont dindon ar glao, — choum hep 
oher ran eux ar glao l S'exposer à 
TEnfer, tenna d'ann Ifemt v, n. ==9 
Exposer le Saint-Sacrement, gorrenn 
ar Zakramcmt ; voy. 8e kanrier. 

nriÉi, adv. Eêprez, Tout exprès, 
â-dessein, g4int gouiegez (T. U.) o- 
benn-^koer. •— a-henn kefridù (De 
jnauvais diessdn, adv., orveêepansj 
On àài aussi : oant gouzout d'in 
(dez-han, — d'ezho)j — dre vafaot, 

— (cfre ho faoty^-^are gefrxdi. Je ne 
l'ai pas iait expiés, hep gouzout ifûi 
êo; voy. MsMifiat 

nnUKSSIM, s. f. Ces expressions 
de Saint Bernard ; voy. De, ^ étrange. 
Ai»-dal de toute expression, dreist 
kement a oufet da lavaret. 



IXTA8C, s. f. Tenue de divotion, 
ratnêamantf m. (mot reçu, en ce cas.) 
Dudi, m. Être en extase, heza raviset 
{beza dudiet) ; voy. lafl. 

UTJOBIM, s. f. Voy. Tegie. 

UfliHii, ady. Rendu, astik, ou 
mieux, osîA; voy. FalUe: — eat be-^ 
teg ar numch; voy. éptué. Exténué 
d'orgies, distronket, «- distronk, aciy. 

UTiàim, s. m. Même extérieur 
que son frère, ar meniez gobari don 
gant he vreur. Le mot, gobari, veut 
dire forme ou conformation. Le mot 
arvezj veut dire, plutôt, tournure, 
mine, ou façons ; voy. Air, — appa- 
fenee. Le corps et l'âme Lai té- 
moignent le respect intérieur et exté- 
rieur, ar c'horfhag ann ene a zis- 
kouez ann doujans deuz evit Doue ; * 
voy. FafOBS. 

IXTgUDUTWI, S. f. Lazerez; -- 
dintrui (mot importé.) Le mot, dû- 
mantr, serait plus juste. 

BXnBFQ, V. a. Digouenna^ ou 
diouennaj v. a. 

BnBACnOI, 8. f. Gouenn^ f. (du 
grec, genea, race, ou geneew, nais- 
sance.) lÀgneZy f., — goad^ m. Haute 
extraction, ^ooaAueZ, m. (mot importé 
et usité) ; gouenn vraZy f, 

miAIT, s. m. (Substantif et par- 
ticipe.) Extrait de baptême, de nais* 
sanee, etc.; voy. Certificat, paper 
badisiant, — paper ginivelez,.. Faire 
un extrait de naissance, tenna eunn 
oad — tenna oad eur bugel (divar 
gaierou ann lUz^ divar gaierou ti-^ 
keary selon le cas.) 

tniAMUMUIIB, adj. hkiz, -rhep 
he bar, m., — espar, — rai. == Eton- 
nant, souezuz, z=i Merveilleux, es- 
tlammuz, — Très extraordinaire, dts- 
par. C'est extraordinaire que je n'aie 
pas. . . , eunn dra vraz eo n'em be 
let... Je trouve extraordinaire... ; 
33 



Digitized by VjOOQ IC 



FAC 



259 



FAC 



voy. étrange. Il n'y a rien d'extraor- 
dinaire en cela, ne c'houU ket (T.) ; 
-^ ne ket souez. Faire des dépenses 
extr.... ohermizou braz. Peines extra- 
ordinaires, poaniou pounner-rneur- 
bed. Pourquoi prendre une mise ex- 
traordinaire ? Perak dic*hiza f v. n. 
L'espoir de voir quelque chose d'ex- 
traordinaire a dû le faire venir de si 
loin, enn esper (enn çUant) guelet 
eunn dra dis bennag e rank beza 
deuet euz keit ail. C'est une chose 
extraordinaire, eur souez co. ,.; voy. 
tivpéiieftr. 



EXTBAYA6AICE, s. f. StuUennuz, 



adj. (sujet aux extravagances, du la- 
tin, stuUus^ fou.) 

EXTRAYA6AHT, adjj. Ëbaubi, four- 
biet (G. \.) 

EXTRtwsUHt, adv. Her extrême- 
ment unie, mor pleatpdis. 

EXTRÉirrÉ, s. f. Il est à l'extré^ 
mité, beteg ar moudi eo eat, — beteg 
ann halanad diteza eo eat; voy. 
Agonie. 

EX-YOTO, s. m. Engoestl, m., pl« ou. 



FABLE, s. f. Narration fabuleuse et 
amusante, mojenn, f. ; voy. Cante< 

FABUCIEM, s. m. Fabllg-IHz^ ou 
fablik, m., pi. fabliged. 



Iliz^ — konsaill ar 



FABRIQUE, s. f jCk>nseil de Fabrique, 
konsaill ann 
fablik, 

FACE, s. f. Fas, — bizach, f. (mots 
i-eçus ) Donner des coups sur la face 
à q. q., fasata, v. a. (mot usité.) Re- 
tire-toi de ma face, kea kuit a-zirak 
va daoulagad. Insulter q. q. en face, 
bafoui unan bennag dirag he zaou- 
lagad. En face de..., a fas da... 
Le vent en face, ann avel enn hor 
bizacli, — ann avel a-henn d'e-omp. 
Regarder quelqu'un en face et fixe- 
ment, sellet eeun oc'h u. b., — choum 
a-ban da zellet oc'h u. 6., — sellet 
o<fh eunn den enn he fas, = Faire 
face aux dépenses, herzel o&h ar mi- 

zou (fig.) Qui a une grande face, 

fasek, ou fasok^ ai^.; voy. leBiÇaot, 
— li^à-fls. 

FACETIEUX, aciy . Louise la facétieuse, 
Loiza vourdou. 



FAC8EB, V. a. Fâcha, 
Se fâcher, facha^ v. n. : 



: V. pron. 
s Bouder, 



mouzay V. n. Faire à quelqu'un se 
fôcher, lakaat u. b. da fâcha, — 
lakaat u,b, da vont droug enn-han^ 
— lakaat drouk da vont enn eunn 
den. — ober tennaeg oc'h eunn den. 
Se racher fort, skambennij — hegari^ 
V. n., — mont enn hegar. Cesser 
d'être fâché, difacha, v. n. Être fâché 
contre q. q., kaout droug oc'h eutm 
den; voy. Colère. Qui n'est plus fâché, 
difach, adj. 

A 

FACHERIE, s. f. Droulans^ — fachi- 
ri, f. Laisser de côté sa fâcherie, di- 

Îhcha, V. n. (divouza^ v. n., ne plus 
couder.) 

A 

FACHEUX, adj. H est fâcheux qu'il 
soit mort, dommaj eo e ve marOf — 
maro eo, siouaz ! Voy. Cet! «n lM- 
henr, — c*est mlhcmrevx fie.« . Fâ- 
cheux (bourru, — importun, — con- 
trariant), intourdi, — egas, — kin- 
tuz, — ginetj a^j. G est fâcheux 
(désagréable), dipituz eo. Qui impor^ 
tune par ses demandes réitirées eunn 
den panen. Suites fâcheuses, ar reu^ 
ziau a zeu var-lere'h... Sans qu'il arri- 
ve rien de fâcheux, difazi, adv. (Goês- 
briant). 

FACILE, adj. Digamm, a^j. (parlant 
des choses.) Le devoir de la prière 



Digitized by VjOOQ IC 



FAÇ 



3è50 



FAI 



nous serait alors 'plus facile, neuze e 
ka/femp esoc'h pedi. Il t'est facile de 
dire, hrao eo d'ui lavaret, — ebad eo 
d'id lavaret. Facile à mener, reiz, 
adj. Qui n'est pas facile à mener, 
anyestr, a^j., (parlant des hommes et 
des bétes.) Moins facile à perdre^ 
digolloc% adj. Il est facile à conten- 
ter, eaz eo da ober dUnU-han, Facile 
à porter ailleurs, ç-àort, adj. Le pré- 
fixe, e, est une contraction de eaz 
Le mot portt ne s'emploie qu'en ce 
cas, (c'est comme si on disait : eaz da 
bort), et dans le dérivé portezeTf 
garçon porteur (meunier.) Il en est de 
même des expressions suivantes : e- 
goll^ adj., facile à perdre (eaz da 
gollf, — e-dro, adj., facile à tourner 
(parlant d'un caractère inconstant), 
etc. Terre facile à labourer, douar 
difreut. Facile à comprendre, e-gleo, ' 

— eaz da glevety — aifazi, adj. Che- 
min facile (uni), hent kompez. 

fUaUMSKlj adv. Brao-braz. 

FACOJTÉ, 8. f. Qui a de la fadtité 
pour apprendre^ dUkidih, adj. ; voy. 
J^Mia, *- 4UpMltlras. 

PAÇOM, s. f. Vot: mie, -^ mdèle, 

— ImM, — Bauères, -— extérle«r, 

— air. Stut^ (êtumm, m, T. ; voy. 
Temvre), — gix, — aoz^ — doare, 

— ires, — orrez, * Façon de 
▼oir (d'opiner), aviz, •— dwiv, m. 
D'une façon béte (sottement), gant 
dievesUd. De la bonne liaçon, gant 
ereêtêd, Unbomme de bonne» façons, 
eitun wrtfet hrao a '^ti. -^ eunn arvez 
deread {é^ezhan,) Lee Eglises de cette 
façon me plaisent, ar mod iliaou^ze 
m gavann brtto. Un homme sans fa- 
çons (sans manières, en mauvaise 
p«rt)i eunn den dibalamour (C.) == 
Façons (cérémonies), pismigou, plur. 
m., — ikàmanbre, pi. sing. T. G.), 

— lenHg^hi, — ismodau. (2ûi fait des 
façons, pismiger, m. ; En faire, pif- 
miga, v. n. Sans façons (cérémonies), 
dibimnk, adj. et adv. :— — ■> A la 
façon, (à rinstar des bétes), e-taill 
d'ann- anevaled, = A votre façon, 
dioe'h hûo'h cm%, — digeh ho tiviz, 



— dioc^h ho kiz, ■ De façon que 
je ne sais plus comment, ma n'ounn 
mui dare ^pour : ma ne ouzounn mui 
doare.] Il y a ici une licence, gramma- 
ticale, qu'on emploie dans lë style de 
la narration. Avec une négation on 
mettra, na, au lieu de ma, 

PAÇOIHÉ, adj. Voy. OoTré, — goil- 
lecbé ; rikamanet, — friket, adj. 

FAÇOHISR, v. a . Aoza^ — ober dioc'h 
ann doum. Le mot meza, pétrir, se * 
dit particulièrement des entants. = 
Ouvrer, fHka, — rikamana, 

FACTEUR, s. m. Employé des postes, 

i'aiUour (mot importé), — paotr al 
itiri (en général.) 

ncnn, s. f. voy. sMutiei. 

FACULTATIF, adj. Pep hini d'ke 
c^hiz ; voy. A Teleaté. 

FAMT, s. m. Hordenn goat (on dit 
aussi : korbeil, sing. pK en Tréguier.) 

FAIBLE, adj. Faible de corps et d'es- 
pnt, sempl, a4j. ■ Débile, blank 
(G.) (Le mot sioc'han, en ce sens, 
s'appliquerait plutôt aux enfants nés 
avant terme.) Un enfant faible (qui 
ne peut encore s'aider en rien), eur 
bugel guezell, — eur bugel ioust (T.) ; 
voy. Grêle, — flpèle. Devenir faible, 
dont da reza sempl. Devenir de plus 
en plus faible, semplaat, v. n. Passion 
dominante, — klanvenn, f., — drouk^ 
m. ; voy. Sîensllle. Tu m'as pris par 
mon faible, te 'oar goaska var va 
auiridik ; voy. Foft, — sensible. = 
vin faible, gxiiniky m. ; guin sutik. 

FAIBLEIERT, adv. Mous, adv. (Il ne 
s*emploie que comme préfixe ; Ex : 
mouskana^ v. n., chanter faiblement, 

— mousc^hoarzin , v. n., rire fai- 
blement. 

FAIBLESSE, s. f. Sempladurez, f. 
Evanouissement, — défaillance, fal- 
laenn, — semplaenn^ f. 



Digitized by VjOOQ IC 



FAI 



JMO 



m 



FAmn, T. n. Souhla da, — lenta 
dirak, v. n. ; voy. loDir, — ^«r; 
plega, v. n. (Au moral, on dira : M- 
aahuni, v. n.) Faire faiblir qutlqu'un, 
hralla kourach u. b, 

PAUU, adj. Voy. PdUe. Un failli 
garçon , eunn den displet (C.) , — 
eur sioc'han. Un homme de rien, 
{hotnuncio^ en latin), eunndenih, — 
eur blogorn a baotr, — n'eut ket 
anezhanj kouls kfvarety «- eur ^hoz- 
hini; Toy. lil-bâti. 

FULLU, v. n. Être gur le point de..., 
mennoiit, v. n. 

FAH, 8. f. Faim dévorante (canine), 
naoft *i, — naon bleit^ — naoH du; 
{dare gant ann naon, est une sorte 
d*adj., et signifie : qui a une fiiim 
canine.) Qui a souvent faim, naonik, 
adj. 

A 

FAIIE, s. m. Fruit du hêtre, 
kraauen fao^ f. ; kraoun foQ, pt. m. 

FAIIÉAIT, adj. Afor^ou^À^^, subs. 
et a4i., — kôll-bara, m. Faire le fai- 
néant, labaskenna^ v. n. (anc), — 
(feneanti, v. n., est usité) ; — rei 
hro nnd'ar bal (Fam.) 

FAIBB, v. a. Eiécuter. Elle ne peut 
plus rien faire, ne d-eo mui mad da 
netra ; voy. CapâUe* Je ne sais qu*y 
faire, n'ouzounn pe rafenn d'eman 
(oMi'han.) Qu*avez-vou8 fut de votre 
frère ? pisira eo deuet ko preur da 
vezaf Nous verrons plus tara ce qu'il 
y aura à faire, ni a vélo peira da o- 
ber divezatoe'h. Vous me faites honte, 
met am euz gan-e-hoe'h. Vous aves 
bien fait de rester, mad oc'h eut 
çreat o choum. S'il fait, mar gra^ si 
je faisais, mar grttenny — mar gra- 
fenn. Il faut ftiire avec ce qu*on a, 
dioe'k ann doureo ma to (Prov.) Gela 
dépend de ce que vous feres pour 
votre fils, dioe'k a reot gant ho map, 
e c'hellfe beta. Failes-en à votre idée, 
grit evel a gerrot. Qu'il le fasse si 
cela lui plaît, me n^ mrinn ket oui^ 
hany — graei evel ma haro, U te 



dtnne de tfu<yi finre^ brenut et euz 
trçou&lc'k aa ùbergent4ian (C); voy. 
TaUattrt. Vous me faites des répontes 
désagréables, respount a rit ac*ka^ 
noun dic'kras. Gelui^^U foît l'éeor- 
nifleur, kennet a lip (hamet a zô eul 
Hper.\ Quand je ne ferais qtie les 
consoler, ha pa rafenn netra 9ad 
d'ezho, nemet dic'hla&h&ri anethù. 
Je n'ai rien à faire aujourd'hui, me a 
ZO rck hirio. Faire son fendant, d^ 
kouet (c'koari) he baotr màd.Fàkt^ 
un épouvantail d'un chapeau, t^ter 
eur spontaill qant ewm tok. i - 
En faire du feu, ober tan gant^4^. 
Mal faire (sens indéfini), /bno, v. n. 
La croûte me tût mai aux deats^ 
ttr &hreun a ra poan d'in em dent. 
Chacun de ces travaux se faisait à 
heure fixe, al labourow^ o dôapep 
re anetho tur mare werket. En faire 
à sa tète, e'hoari ke benn, -*> oèêr 
dioek he benn he uman, A fahv M^ 
mir, m'oa eur $kri^' (ke velet hag ke 
glevet); ^ m'^a sl^ry se 4jyi égale- 
ment, m ■ V. impersonnel. Il fait 
duuid, <imiiii eu anetki 0e ptêikom 
personnel, Ai» eataeiilre, es «es sortes 
de cas.) Il fait bmin aiyoïird'lin, èmo 
eo ann amzer hirio. Il est ainsi fait, 
eifol'oeeoannéro0netham,^e99l'êe 
ema ann daill mnethan; voy, Wamtm. 
Des crêpes ftutes au kât, ^tr«iiij»eez 
dre H leaz ipour dre allea^Uiiâàle 
déshonneur de sa iamille^ diunor 
he dud êo. Je sais quel beav merle 
vous ftites, meaoarp^ bouH labams 
oc'h. Je suis déjà homme Cut, me a 
to den aaualc'k brema* J'en lérsi «n 

Ïtrétre, me a goêoaneakam éa eeiek. 
1 fait un peu trop de pamëe, dige- 
rou a MO gant^an, frankik. Faire le 
sournois, 9imudi, -^ ouruU^ y. n. Kn 
jgotttant, al, a, î, au substantif, on 
forme fiûâlement le verbe en ces cas, 
comme on le voit dans simud, et 
ourt, substantifs. Quel toûllard tu 
fais ! Aa pebet cka<mer ond^-te / «^ 
hag a bU a ZO var Ja c^hinou (gamt 
da clwMu \) On hii a fidt un grand 
enterrement, emnn interrama$U weu 
a tobet gant-hem. Là où l'on &ît le 
plus de bruit, el hac'k ma oes «r 
muia troue. Il se ftut tard, erru eo 



Digitized by VjOOQ IC 



l'Ai 



«61 



FAt 



•r pardaeij — divetad-nôz eo, — 
pêrâaeti a rtt, v. n. Il fait Tonvrage 
de trois , kfbouret a ra kement ha 
tri. Il ne f«H que rire, atao eveto 
e'hoartin. Mal ftiit (gro6tier|, garo. 
Ceat Men fait! n'en aeu% k^ laeret! 

— great'-mad eo emt'-han ! — a to 
mad\ -^ bevez eo! yoy. Ce«pable. = 
8e Diîre à quelqu'un, en evn oher 
âi^'h unan^bennak. r ' ' ' Mre, 
aulti d'un infinitif^ ae traduit par 
ober, quand il s'agit de contrainte ; 
autrement, on met lakaat, ~ Utkaat 
lia. •• ; El : meri me cogis (tn latin}, 
voua me faites mourir, d'houx a ra 
d'in merrel, — €^houi a zo o ront 
ê?mm lam; ^. Férctr. =E=t Faites 
veir, âiêhouezii. Faire tirer une dent, 
Iakmmt tentia emnn dant. Faites des 
aumônes, roii ^hizénn. Faire entie, 
digaê c'hoant. Faire comprendre, rei 
da fompren {da entent.) FaHee-le 
■uureher, likit herr enn he giliarou. 
(Fiaià.)Faîre des chAteaux en Espagne, 
eevel keetell el loar. Faire sa paix 
avec quelqu'un ; Toy. Rentrer m frà- 
cea. ■ Se faire regarder ; voy. 
Attifer kt regards sur soi. Il a beau- 
coup à faive pour égaler son père, 
eur oall'-oher en deuz, etit numt keit 
hag he dad — (evit m^nt e roudou 
he dad,) Faire avaler des mouches à 
(quelqu'un; voy. Plaisaiteries; rei he- 
lien da bhumma da u. 6., — rei 
kanvaled da launka da eunn den. 
Faire bAlir une maison, sevel eunn U, 

— lakaat sevel eunn ti. Le rhume de 
poitrine me fait tousser , paeaai a 
ranm gant ar ùankenn. Quel menteur 
ta fais ! ha goaea gaauiad oud-te ! Ces 
âmes généreuses sont faites pour. . . , 
ann eneou kahunek'^êe a to gali>et 
da... On fait (en réponse), e rear, 

— e raer, — (gréer T.) Faire prendre 
le feu, lakaat onn tan da gregi. 
Fhipper un cheval pour le faire aller, 
toueid'eur marc*h. Votre amour me 
ûiit treasaillir, va e'hcdoun a drid 
ga»9t ko karantez. Votre lettre m'a 
ùài connaître (j'ai connu par votre 
lettre); voy. Ces sets. Faites -moi 
savoir, grîi ma ouexmm; voy. Faire 
ei tarte ^pM. . Il ne faisait que d'ar- 
river, o paouez erruout edo, — ne- 



vez^erruet edo. Se faire donner quel- 
que chose par force ; voy. Extertpier. 
n pourrait se faire que je l'apprisse 
avant vous, me disfe, niarteze, klevet 
enn ho raok. Le travail fait vivre, 
oc'h heul al lalMur ema ar boed. 

FAIT^ s. m. Événement. Taol, m, ; 
tra^ — tro, f. Faits principaux, arpez 
a zo c^hoarvézet a-vrasa. Hauts faits; 
voy. Exploits. Raconter chacun son 
fait, lavaret pep hini he bez. En ftiit 
de musique, je ne puis rivaliser avec 
vous, n'ounn ket evit muzikal ouz- 
hoc^h. Je ne me connais pas en fait 
d'horloges, ne ouzounn seurt dioc*h 
ann horolachott. En ftiit de..., e-serr, 
— e'kever, — evit arpez a zell o<fh,,. 
Prendre sur le foit ; voy. Snrprendre 
fielqt'u. 

FAQ, s. m. Hordenn, f., plur. her- 
dign, ou herden. 

FALLOB, V. impersonnel. Il ne m'en 
faut plus, n'em euz ezomm ken^ — 
aoualc*h am euz brema. Ce qu'il faut 
pour faire une charrette, etc., danoez 
karr; voy. lOière, — étofè. Tout ce 
qu'il faut pour une chose quelconque, 
reizou^ m. pi.; vov. Batterie, — feme. 
Ce qui leur faut faire, ar j^z a zo red 
e rafent. Ce qu'il faut faire, ar pez 
a zo rankout da ober, — ar pez a 
zo da ober. S'il faut faire, mar ran- 
ker ober. S'il me fallait faire, mar 
rankfenn ober. J'ai tout ce qvr'û me 
faut, aoualc'h am euz evid ober va 
zreuz (Prov.) Voici ce ou'il me feut, 
eetu petra a glaskann. Il faut abattre 
ce toit, amn doenn-ma a rank mont 
d'ann traon. Plus qu'il n'en faut, 
dreist ar bord : voy. tarabotéammeat. 
Il ne fbut pas les laisser saillir avant 
l'âge de deux ans, ne dlefent ket 6e- 
za kaset d'ar manfh araog ho daou 
vloaz ; voy. Dictlonii. Tronde, au mot 
saillir. Ces ^ns ne font pas ce qu'il 
leur faudrait faire, ne ra ket ann 
dud'Se ar pez a ve red e rafent. 11 
faut bien que la mort soit voisine de 
la vieillesse, hag enn-deeim^ ar ma^ 
ro ne ket evit ie«a pell dioc^ ar re 
goz (prononce» enn-rfe-tm.) Il faut é- 



Digitized by VjOOQ IC 



FAM 



262 



FAR 



Îmrgner aux malades les émotions 
ortes^ spered ann dud klanv a rank 
beza dalc'het plean. Il faudrait beau- 
coup déboui*8er, ooall-ziskregi a vc- 
zo ranket. Il ne faut pas que la terre 
soit mouillée, ann douar ne ket mad 
e ve gleb. Il faut scier ce bois avant 
d'en faire du feu, hezkennet e rank 
beza ar c'/ieuneud-se (ar c'hoat-sej 
abars ober tan gant-fio. Il disait 
qu'il ne fallait pas tirer, lararet a 
rea e oa arabaa tenna. Il faut que 
vous..., ne ket arabad d'ehoc'h II 
ne faut pas, non plus, avoir peur de 
dire, arabad eo, tve, kaout aoun da 
lavaret, 11 ne faut pas vous en glori- 
fier, diouallit navere a stad enn- 
hoc'h gavt kement-se (T.) (On met, 
arabad eo, il ne faut pas, quand il 
s'agit d'êtres animés^ raisonnables et 
agissants ; autrement, on se sert des 
verbes, dleout, — rankout,) Peu s'en 
faut, tost-da-vad, adv ;peuz-do8t, — 
var-boez nebeud a dra. Tant s'en faut, 
pell ac'hano, — pell a vank, adv. 
Comme il faut, (dans les formes), a- 
daill, — digabal, adv. 

FAKEUX, adj Fameux orgueilleux ; 
voy. Pétri de, — fieilé. Un fameux 
joueur, (en bonne part) eur mestr 
c*hoarier. C'est un fameux coquin, 
eunn tamm mad a ailloun a zo a- 
nezhan. Tu as apporté une fameuse 
pièce, e\(r oall-damm a zo deuet 
gan-^z. Un fameux chrétien, eur 
c^hristen dioc^h ar penn. 

PAIILUHISER (Se), v. pron. Se fa- 
miliariser avec la langue bretonne, 
beza krenv enn he vrezounek. Se 
familiariser avec le symbolisme du 
culte catholique, boaza lakaat evez 
oc*h ar sinon a reer evel skouer di- 
rag ann daoulagad er mod henori 
D^ue, enn Iliz katolik. 

FAlILyRITÉS, s. f. pi. Libertés. Il 
prend trop de famil. . . avec moi, re 
hardiz eo ouZ'in. 

FAnUER, adj. Le démon (génie) 
familier, ann ar(fhouere, m. 



FAULLE, s. f. Tud, m. pi. Kerent- 
nez, pi. Tud ann ti. Son nom de fa- 
mille, hano he dad. Des gens de fa- 
mille, tud a di. = Ménages de même 
maison (parlant de recensement), 
rumm dud, m.; — rutnmou tud plur.; 
voy. Race ; gouenn^dud, La famille a 
augmenté, parlant d'un nouveau-né), 
kresket eo ann dtid gan-e-omp, (On 
dit encore, sikour^ m., pour ttul, en 
ce sens), == Réjouissances de famil- 
les, jabadao ha kaneri (T.) 

FAMATIQUE, a4j. Aheurtet, adj., — 
den aheurtet, 

FAHE, s. f. Feuilles sèches tombées 
(parlant d'arbres ou de plantes heii)a- 
cées), kloar, •— deliou, pi. m.; kloar-- 
panez (parlant de panais.) 

FAKFAROR, s. m. Teilek, — gaoiek, 

— kankaler, — breser, — padr fier, 

— brabanser (f^m.) Faire le fànferon, 
brabansaly — pompadi, v. n. ; voy. 
Yaitard. 

FAKFAROIIHAM, s. f. Brabanê, — 
kankal, m. ; voy. F«rfoiiterie. 

FARFRELUCIBS, pi. f. Ornements de 
peu de valeur, fanferluchouj pi. m. 

FANGE, s. f. Fank, m. Boue menue 
ou liquide dans les chemins, frigos, 

— bouillenn, f. 

FANGEUX, adj. Bouillennek, a^j. 

FANTAISIE, s. f. Faltazi, m., pi. au ; 
voy. Yainei imàgiiutionf . 

FANTASQUE, adj. Capricieux. Bar- 
raduz^ — stultennuz, — loariet, — 
diboell^ adj. 

FAQUIN, s. m. Élégant. Faro, — 
fou, adj. Homme de rien, krak-duh- 
trou, m. s. 

FARD ou FARS, s. m. Mets breton. 
Fars au lard (à Ouessant), koufoffh, 
m. Fars cuit dans la marmite, fàrs 



Digitized by VjOOQ IC 



nt 



â6â 



FAO 



pod ; — fars cuit dans ia coquelle, 
comme une omelette, fars Weset, 

FARiXDR, s. m. Jean le farceur 
(facétieux), lann-Vourdou. Jo- 
vial, den feniuz (T.) 

FAIMAU, s. m. La vie est un far- 
deau, pounner-beac'h eo ar vuez-ma, 

FARFOUILLCR, v. n. Farf. . . en dé- 
rangeant tout, firboucha, v. n. 

FAtfOUILLEUR, s. m. Brell, m., pi. 
breilleien ; voy. Désordre. 

FAEOUCn, a4j. Garder un silence 
farouche, ourzaly v. n. Farouche et 
sauvage, feulz^ acy« 

FAEIUUX, adj, Seac'h (parlant de 
pommes de terre), 

lÈWaSkj y. a. Dalla, v. a. (Au 

Sropre et au figuré.) Dans le sens 
'éblouir (d'étourdir), on emploie le 
verbe, mezevelli, v. a. 

FASTE, s m. DigaroUy pL m., — 
digaradur, — fouerez, f , —pompad. 
m. ; voy. Lue, — riehette. 

FASTIDIEUX, adi. Dont on se dégoû- 
te vite, fastuz^ adj. 

FASTUEUX, adj. Voy. Luxirienx, — 
ridM. 

FATAUTÉ s. f. Voy. Detthié à. . . 

FATMANT, ad^'. Qui fatigue et lasse, 
torruz, — fezuz, adj. Trop fatiguant, 
eunn iorr-korf: — etU laz-korf ; 
moins fatigant, didorroc'h, eo, 

FATIGUE, s, f. Labour, m. (Au sens 
général.) 

FATIGUÉ, adlj. Voy. Le mit iBivant. 

FATIGUEI, v. a. et n. Fatiguer fort, 
V. n., korfa, v. n. ; voy. Corps. En ne 



travaillant pas, on ne se fatigue point, 
anez labourât, breac'h didon\ (Jui 
fatigue par ses redites, bourouell, f., 
subst. et adj. Très-fatigué, shuiz-dir 
reiz. Dans le sens de fatigues corpo- 
relles, on emploiesouvent,/èaz, a^j., 
du bas-latin, feasus, comme on le 
fait, en parlant de devinailles introu- 
vables, de discussions et de luttes. 
Fatigué (au moral), inoiiet. Très fati- 
gué, azik (T.), breo {C.) Ces deux 
deux derniers mots signifient qu'on 

S eut à peine parler. ■■ Exténué 

'orgies, diêtronk, adj. 

FAUdER, V. a. GuiWhat, ou guiU 
oa, V. n. (faucher de l'herbe) ; voy. 



FAUCHEUR, s. m. Ustensile de fau- 
cheur, pour eau et pierre à aiguiser, 
douraer, m. (L.), — botinell, f. 

FAUCILLE, s. f. Grande faucille à 
couper le bois, fais tranc/i, — fais 
kountell, f. Faucille à couper la fou- 
gère, beon, m. 

FAUSSES-FLEURS, f. pi. Faos-fleur; 
fos'fleur, — bokedou liveU 

FAUTE, s. f. (En religion, faot, m.), 

— mank. m. Sujet à tomber on faute, 
bresk, adj. Si, m , pi ow (parlant de 
bétes) ; dxsi, adi., qui n'a pas de faute : 
voy. Défait. Fille tombée en faute, 
merc'h faziet. Pris en faute (en délit), 
paket e goall, — kavet krog enn-han, 

— paket e gaou, — paket o&h ober 
drouk. Tomber en faute, rikla, v. n. 
C'est de votre faute, dre ho faot eo. 

— dre ho ratoz eo (T.), «- c'houi a 
zo kiriek (T.), — c'houi a zo kaoz (L.) 
Rejeter la faute sur autrui, teurel ar 
beac'h var ar re alL Sans faute, hep 
mank ebed, — difazi, adv. ; voy. 
Correctement, — sans erre«r, — im- 
■anqnablement. 

FAUTIF, adj. Mémoire fautive, me- 

moi' fally — memor berr. ■- Liste 

fautive, roll great falL 



Digitized by VjOOQ IC 



ÎEl 



m 



fm 



' FAUVETTE, s. f. Oiseau. Rouzegan, 
m., en Léon, -^ g^xtc^hik-ann-^rez, 
f., en Cornouailles. 

FAUX, s. f. Ils tombaient comme 
Therbe, sous la faux Orstreiou e kaue-' 
zent, FeWher, est le pluriel irrég. de 
faWh (V.) 

FAUX, acfj. Fausse honte, met faU^ 
f. Elle pose à faux, n'ema k^ are$, 

— ne ztazez ket tnad. S'inscrire en 
faux, nàc'h, — lavaret nann. Don- 
ner à faux, fazia, v. n., — $kei e&tou, 

— lavaret gaou, 

FAUX-PAUVIE, s. m. Trubard, m. 

FAVEUR^ s. f. Gras, f. Faveurs di- 
vines , grasou Doue : voy. Btnet 
grinces de q. q, A la faveur des té- 
nèbres, ock tenvalijenn ann noz. A 
la place de, oc*h^ on peut mettre, dre, 

— gatU, — dindon, 

FAVORABLE, adj. Dieu me sera favo- 
rable, Doue a vezo trugarezuz em 
c'hever ; voy. Attention. Le temps du 
Carême est favorable à la prière, ar 
c'horatz eo amzer ar bedenn. Le 
temps le plus fovorable pour la se- 
maine, ann amzer vella da cliounit 
ed, 

FAVMI, FAVORITE, Sa lecture fav..., 
ar pez a gar muia da lenn ; voy. 
PaMionné, - Mèe, — frédllecliei, - 
(bit, subst. m.) 

FAVORISÉ, adj. Tu es favorisé, chans 
as peuz bet (L.), {et cuz bet (C), — 
ec'n euz bet (T.) ; — brao eo d'id, — 
ne ket dizegar d'id ; voy. Partagé ; 
lodet, 

FÉCOHD, ady. Abondant, — fertile, 
puilly — struzuz, a4j. 

FEDITE, s. f. Obtenir queloue chose 
d'un individu par suite de feintes et 
de mensonges, trubardi eunn dt*a 
dioc'h eunn den. 



FtLi, adj. Briz-faout, a<U. 



FÉUGITATlM,s.f.Voy. 

ken-levenez, f. 



FÉLICITER, V. a. Je voiia en félicite, 
guell a-ze d'e-hoc'h, — ioa eo gan-en, 
— gi*as d'e^koc'h m'oc'h eus great^êe 

(T.) 

FÉnUR, subst. m. et a^j. Toy. Sa». 



I, s. f. Femme mariée, hini 
goz , — hanter-diegez (Fam«) Que 
dira la femme ? Fetra a lavaro 
goammf (terme de raillerie.) Une 
vieille petite femme, eur c'kregik, — 
eur vaouezik koz. Bonne femme, 
grac*h koz; vieille femme, kozenn. 
Femme malpropre, mari-vatiroinX, 

— mari-forc'h, — landourc'henn, 

— kouiUourenn ; voy. StelUiS. Deux 
pauvres vieilles femmes, diou c'krtÊ-* 
c'hik keaz, — diou vaouezik keaz. 
Femme vieille, sèche et maigre, fcrt* 
nenn, f. Maîtresse femme (femme 
forte et hommasse) ; voy. Ces mots, 
au Dict. Trende Femmes de rien, 
merc'hed kouezet euz lost ar c'karr. 
Femme de mauvaise vie, strouittemnj 

— touaillenn, — (andouir'Aeim, — 
rederez, FeoHBe sans ordre Mari-ftao, 
Femme poissarde. Mari - vor^ant» 
Femme qui travaille ne se fait pas 
blaguer, grek a labour emn he xi, n^ 
vez nemeur kano anezhi (Prov.) . 
Seconde femme du père, leê-wimmf f. 

FERRAIT, s. m. Faire son fend. . ., 
diskouez ht baotr-mad. (Floo'keUek 
à St-Thégonnec). — (gaolek à Scaêr); 
voy. Vantard, — nims, «* mè/nm. 

PERDRE, \. a. Gela me fend le coeur, 
treuzet eo va c'kalaun gant^se (T.), 

— eur irinn^aloun eo-ze d'in (T.) 
Du bois à fendre, koat^faout^ — heU" 
neud-faout^ — keunetm-dndll, f^Jnu 
Fendre une plaie, flancha eur gomi ; 
voy. laciilei. == V. pron. Se 
fendre, par suite de choe, dixeona 
(C), V. a. et n. Se fendre par Teffet 
de la fièvre, du froid ^jparUiit des 
lèvres, des mains), ^^tnac'ha^ — 



Digitized by VjOOQ IC 



fh 



îftS 



FEC 



kntta^ — $iripenna, v, n. - Se 

fendre ; Toy. S*eiitro«?rir ( pariant 
d'escrime), rampa, v. n., — - digeri 
fie zivesker, 

7EH0DIL, s. m. Plante, fanouUl, m.; 
fen.,. sauTage, last4ouamy m. 

FIRTB, 8. f. Fonrchure (séparation 
entre les doigts, les branches), shalf, 
m. Fente de k croûte d'un pain, 
Wuskenn, L 

FBR9 8. ra. Fer à repasser le linge, 
ferr, m. ; s'en servir, ferra. Cheval 
qui a perdu son fer, manfh dis- 
nouam, a4j. Soupe qui a le goût du 
iér, saiienn houamet. Résidu du fer 
des lérfes, kmoc'h^houam, m. Les 
quatre fers en Tair, he bevar imn enn 
car, adj. Fer de sabots, de souliers, 
imnell, f . 

FÉUÉ, adj. Joor férié, devez^pem- 
éez; voy. Lu4i (Tronde*) 



8. f. Le prix de ferme , 
kùUVMfiàftitf m. Ce qu'il faut pour 
tenir une ferme, reitou-Hekaat, pi. 
m. ; voy. Bitterie. — Administrer une 
ferme, tiekaat^ v. n. L'administration 
d'une ferme, ann tiekaat, m. Ren- 
voyé de sa ferme, diloj\ adj. 

FERME, adj. et adv. Fei^ (mot 
usité) ; postet'tnad, adj. Non ferme, 
dislabil; peu ferme, distrantell. Ren- 
dre ferme, fermaat. Tenir ferme sur 
ses enfants, derc'hel berr var he ttu- 
f^le. Il travaille ferme, kregi du a 
ra êl ktbùur, — tiarda a ra otct-hi. 

FÉRIÉ, adj. Les yeux fermés, klot 
he zaoulagad, adi. Non fermé à la 
barre, dibrerm, aq). R àtait les habits 
non fermés sur le devant, dibrenn oa 
he vruched. Champ non fermé (non 
dos), park diskloz, 

FBRtttrf, s. m. Voy. Brandon. 



FramrÉ 

nen, acfj. ; voy 



Non fermenté, pa- 



FERMER, V. a. Clore, kloza, Sen^a 
fsarra) he zor o&h unan bennak, m., 
fermer sa porte à q. q. 

FERMETÉ, s. f. Fermder, f . , — 
{dalc*hy m., au moral et au physique); 
voy. Constance. Manquer de fermeté : 
voy. loUir, — feiblir. 

FERMETURE, s. f. Par suite de la f... 
des couvents, pa '2 eo bet $ei*i*et ar 
c'houenchou. 

FÉROCE, adj. Garo, adj. 

FERTILE, a4j. Terrain f..., douar 
tomm, 

FERVEUR, s. f. Pedi c'houek, prier 
avec ferveur. 

FESTIM, s. m. Voy. Fôtc de Tillage. 
Festin de noces, banked eured (ou 
friko, m. tout court, pi. iou.J 

FÊTE, s. f. Fest, m. Fête d'aire 
neuve, fest al leur nevez. Fêtes noc- 
turnes, festou noz. Fêtes d'un bourg, 
d'un village, où l'on joue, danse et 
boit (sans qu'on s'y occupe de céré- 
monies religieuses), pante, m., pan- 
teouy plur. m. Un jour de fête de 
Marie, eunn deiz gouel d'ar Verc^fiez. 
Durée d'une fête religieuse, gouel- 
vez, f. 

FÊTER, V. a. Fêter quelqu'un, ober 
lid da u. b. 

FEU, s. m. Très grand feu, tan 
ifem, m. Un grand feu de joie, tan- 
tad tan, m. Grand feu qui flambe 
neu de temos , tanteziad-tan , m. 
Vendre au dernier feu, guerza oc'h 
ar goulou, — guei^za dioc'h ar moug. 
Cela ne lui fera pas long feu (ne lui 
durera pas), ann dra-ze ne bado ket 
pell out'han. Feu (ardeur) de la 
fièvre, /b, m. Il est en feu, fo a zo 
enn-han. Feu et flamme ! (excla- 
mation) , tankerru ! Faire feu sur 
q. q., tenna var u. b. Feu (fougue) \ 

a4 



Digitized by VjOOQ IC 



FIE 



S66 



FIL 



voy. Cheval fongueux. Un bon feu bien 
flambant, eur c'horadenn vad a dan, 
f, == Feu d'artifice, mespounty m. 

FEUILLE, s. f. Partie de la plante. 
Arbre couvert de feuilles, guezenn 
deliou stank (enn-hi.) Perdre ses 
feuilles ; voy. S'effeoUler. == Aux 
feuilles élég:antes, deliennet-hrao, adj. 
Les panais prennent leur troisième 
fevâiïe^arpanezazo o teir-zelienna, 
y. n. 

FÉYE^ s. f. Fèves marbrées, piz-fa, 
pi. m. 

FI! interj. Fec'h! (anc.) — Eac*h\ — 
Fae ! — Fea ! — Foei ! Fi donc ! 
Diantre ! — Vertuz ! (parlant en 
bonne humeur) ; voy. Peste. 

FIANÇAILLES, s. f. pi. Akord, m. 
Faire les fianç. . . , rei ar gei\ 

FIAHCÉ, s. m. Pried da veza, — 
pried mar bez, 

FIAHGER (Se), v. pron. Se f. . • pour 
la seconde fois, eil'Zimeziy v. n. 

FICELLE, s. f. Sifellen, f., plur. m. 
sifell, — stagell, f., — ère, m., pi. 
m. ou. 

FIDÈLE, adj. Soyez fidèles à vos 
prières, hezit aketuz da lavaret ho 
pedennou, — lavarit bemdez ho pe- 
dennou ; voy. Exact. Si ma mémoire 
est fidèle, mar em euz soiy mad, — 
nemet en em fazia a rafenn, 

FIEF, s. m. Feach (L.), — fech, m. 
(T.) Franc-flef, douar huit. 

FIEFFÉ, a4j. Un niais fieffé, eunn 
den diot-naik , — eunn den diot 
dreist-penn ; voy. Complet, — firanc, 
— enragé, — fim, — acharné. ■ 
Quelquefois on met le préfixe aug- 
mentatif, goury avant le nom ; Ex : 
Prostituée fieffée, gourc*haign, f. 

FIER, adj. Oluz, (hautain, à^Aliu$, 



en latin), fier, — glotnuz. Non fier, 
difier, — dic'hloar, 11 en était tout- 
fier, hema a ioa eunn tamm mad 
a lorc'h enn-han. 

FIÈREIENT, adv. Dichek ; voy. Fa- 
mensement orgneillenx. Il est tout fier 
de ses habits neufs, siad a zo enn- 
han gant he zillad nevez (T.) Yeux 
fiers et effrontés ; voy. Effronté. Une 
fi ère bêtise, eur c'hoari gaer, — 
eunn diotach braz (eur zotoni vraz.J 

FIERrSe), Y. pron. Ne te fie pas au 
soleil d hiver, na fis (na fich) ket enn 
heol goanv. 

FIÈVRE, s. f. Louis était malade de 
la fièvre, Loiz (Luiz) a ioa gant ann 
dersienn 

FIGURE, s. f. Il avait une mauvaise 
figure , droug-neuz en doa. Faire 
bonne figure à Q» q»; voy. AiCCieil. 
Qui a une figure de santé (de pros- 
périté], parlant des enfants, ruspiny 
— rubenn (pour, ruz rouge, et, penn 
tête), — flamm he dremm (pour une 
fille), — flamm he zremm (pour un 
garçon), adj. Est la figure de 1 homme 
coupable, a verk ann den pec'her. 
Grosse figure à la joie, talfaa, m. 

FIGURER, V. a. et n. Voy. Représ^ter. 

FIL, s. m. Oter le fil d'un chapelet, 
disneudi eur chapeled, . Fil en 

quatre (eau-de-vie), diigodenn^ f., — 

êuin ardant, m.,* voy. Alcool. ■ 
•u fil inégal en grosseur, neud pik^ 
moan. = Donner du fil à retordre 
à q. q. ; voy. Tablature. 

FILE, s. f. Voy. Rangée, — série. 

FILER, V. a. V. n. Filer de Tor, nea- 
denna aour, == Le navire file bien, 
al lestr a reg mor. Gomme tu files ! 
kas a rez, paotr ! 

FILET, s. m. Petite quantité de li- 
quide, loummik, m. (T.) 



Digitized by VjOOQ IC 



FIN 



%&1 



m 



FILUnOI, s. f. Lignez, f., — orin. 



.m. 



FUËRE, s. f. Passer For à la filière, 
neudenna aour. 

FILLE, s. f. F... de mauvaise vie 
(en interpellation, et au vocatif), kiez- 
kignez, — doublenn, f. ; voy. SaJope. 
Une vieille fille méchante, eiir goz 
plac'h'iaouank , — eunn hanter- 
grac'h, — eur gorriçez, f. Jeune fille 
qui a à peine du discernement, eul 
laouegez, f. 

FILOU, s. m. Voleur, skraper, — 
laer dioc'h ami dibab. ■■ Écor- 

ni fleur, trufler, — trucher, m. (anc ) 

FILOUTEB, v. a. (Dans le sens d'é- 
comifler, trufla, ou truflenna^ v, a.); 
voy. Filouterie. 

FILOUTERIE, s. f. Truch, m. (Filou- 
terie par caresses et adulations.) 

FILS, s. m. G*est un fils de Satan, 
divar ann diaoul eo, (s.-entendu : 
savet, élevé.) 

FW, s. f. Fin, f. La fin de la foire, 
ann difoar, f. Mauvaise fin, par suite 
d'inconduite, drouzivez, pour drouk- 
divez, f. Mener à bonne fin, kas da 
henn. Toucher à sa fin ; voy. Finir, 
— résultat. Sa fin sera la damnation 
étemelle, daonet e vezo da ziteza, — 
daonet e vezo enn difin. Sans fin 
(étemel), fin ebed d'ezho. au plur., 
adj. Triste fin (triste destinée), plane- 
denn galet, — planedenn garo, — 
maro fcm, m. Mauvaise fin, goall 
fin, — goall-varOf f. (mort tragique.) 
Dieu est notre fin dernière, e Doue 
ema ar penn diveza d'e-omp, — fe 
Doœ ema ar penn finisa d'e-omp T.), 
da gaout Doue, enn difin tout, eo 
red mad d'e-omp biza, — Doue eo 
penn diveza ann hent d^e-omp. Pour 
arriver à ses fins, evit dont a-benn 
euz he daol, — evit erruout e penn 
gant.., h. la fin, il est devenu homme, 
pelloc'h ez euz goaz anezhan; 



voy. Finalement. La fin de sa vie, ke 
vloaveziou diveza var ann douar; 
voy. Bnt. 

FW, s. m. et adj. Finaud, — paotr 
fin, — louamik, m. Ar pez a zo ku^ 
zet er gounchenn, le fin mot de l'his- 
toire, (ar ger diveza, — ann dalc*h, 

— ar c'houlm, m. au sens étendu.) 

FINAL, adj. Se revêtir de sa beauté 
finale^ guiska he vrava Hou d*en em 
ziskouez, enn difin, enn he gaera, m. 

FINALEMENT, adv. Enn divez, — 
erfin, — enn difin, — goude tout, — 
pelloc'h, — divar ar mare, — evit 
troue' fia berr, — .da ziveza tout. J'y 
arrivai finalement, ken a errujon 
eno. (Cette tournure n'est que la suite 
d'une idée principale.) 

FINASSEUR, s. m. Voy. Trompeur, 

— tromper. 



, s. f. Ruse, ûnesa, f. Le 
mot finder, désignant la qualité de 
ce qui est délié, doit être remplacé, 
en recourant à une tournure de 
phrase. Il est à bout de finesses, ne 
oar e pe du trei, na petra da ober. 

FINI, adj. Un Gomouaillais fini, eur 
c^hemevod leun-, voy. Fiefié, — com- 
plet. 

FINIR, V. a. Pour en finir ^ voy. Fi- 
nalement, ober, ou peur-ober, v. n. 
et a., {finisa T.) On dit aussi, peur-- 
gas, V. a. As-tu fini? échu eo gan-ezf 

— great ec'h euz-tef (T.) Finir par 
se damner, dont d'en em zaoni da 
ziveza, Mon abonnement au journal 
va finir, va bloaz gazetenn a zo var 
ann ecliu, — va bloaz gazetenn a 
finiso dizale (T.) == Finir de...; 
voy. Achever de. , . == Tu as fini ton 
travail, te a zo peur-c'hreat da la- 
bour gan-ez. Quand tout fut fini, pa 

oe fin da dout, En finir avec..., 

distaga dioc'h ,., n. v. En finir avec la 
récolte, distalia dioc^h ann eost, v. n., 

— kaout ann distag dioc'h ann eost, - 



Digitized by VjOOQ IC 



FK 



tes 



m 



en em zistlabeza euz ann eost. Finis^ 
sons-en ; voy. Genclnre , — traiter. 
=== Finir un clocher, pettr-zevel 
eunn tour. C'est à n'en point finir, 
elle n'en finit pas, (parlant de toi- 
lette), eur hloaz e chaumo gant-hi, 

— eur bloaz e chounio d*en em gem- 
penn, — ne vezo fin ebed d'ezhi. Je 
n'en finirais, si je vous disais tout, ne 
ve fin ebed d'in mar lavarfenn tout 
atna, — re hin* e ve lavaret kement 
a ouzounn (s.-entendu, divar-benn 
ann dra-ze.) Jamais je n'en aurai 
fini avec ce travail, morse n'em bezo 
distok diocli al labour-ze. Nous avons 
fini de souper, ni 'zo debret hor c/toan 
gan-e-omp, — ni a zo koaniet d*e- 
omp. 

FIOLB, s. f. Voy. Orsean. 

FIRMAMENT, s. m. Noab, m. (du 
latin nubes, nue.) 

FIXE, adj. Chacun de ses travaux 
se faisait à heure fixe, al labouriou-ze 
doa pep re anezho eur mare mer- 
ket. Un lieu fixe (pour un objet), 
eunn diazez d*ezhan, A poste fixe, 
a-blas, adv. 

FIXÉ, adj. C'était hier le jour fixé 
pour aller..., deac'h oa mont. Le jour 
de mes noces est ïtiié^ deisiadet (asmet) 
eo va eured. Bien ùxé^ postet-mad, 

— diazezet-mad ; voy. Précis. 

FIXEMENT, adv. Regarder q q. sans 
cesse et fixement ; voy. Reader en 
face; choum a-ban da zellet oe'h u. 6., 

— sellet eeun oc*h eunn den. 

FIXER, V. a. Fixer un jour, asina^ 
V. n. et a., — lakaat eunn devez. Je 
ne puis fixer aucune bonne pensée 
dans mon esprit, n'ounn ket erxt trotk^ 
da sonj vad ebed em spered (fig.); voy. 

Emmancher. V. pron Se fixer, 

troada, v. n. (au fig.) Se fixer défini- 
tivement en un lieu (parlant des per- 
sonnes), diazeza, enn aviz c/ioum da- 
vad enn eul leac'h, — mont da 
cJioum enn eul leac'h. Les domesti- 
ques ne se fixent nulle part, ar ve- 



vétien ne hlasmKt mut $ nep lêêifh, 

— ar verelien ne hozont mui e nep 
leac'h (C), — or verelien ne chou- 
ni«nl mui a-blas. Où se fisa*aE-i-ll ? 
e peleftc*h e taolo hê vraU f II ne 
s'y est jamais fixé, ne ket bet diazezet 
eno, — mont ha dont n'en detm gnat 
ken. Il prit la tête et la plaça sur le 
buste, où elle se fixa de nouveau, ar 
paotr ha paka ar penn, ha lakaat 
anezhan oe'h ar cliorf^ ma stagaz 
evel biskoaz (style de narration.) 

FLAGORNER, v. a. et n. Flatter bas^ 
sèment, trujlenna^ v. a. et n., — 
Lubani oc'/i. , .., ou lubanai oe'h,^., 
V. n , — tostennaty v. n. (L. C.)^ — 
lidourat, v. a., — flatra, — korbtfui, 
V. a. et n. ; voy. écomifler, — cajoler, 

— GOnrUier; ober fistoulik d*ar re 
vraz. 

FLAGIRNERIE, s. f. Lubanerez, f. ; 
voy. Flatterie, — cagelerie. 

FLAGMUIEUR, s. m. et adj. Ki^aol, 
m. (Fam.) ; — luàanj — flatrer, — 
trujienn, f., — tmfief, m., — tas- 
tenfter, -- fistouler^ (ffinow-lidouTy 
en mauvaise part.) 

FLAIR, s. m. Odorat du chien. II a 
du flair, tano eohe fri, 

FLAMBANT, adj. Flamm%it^ ou fiem^ 
minuZy adj. 

FLAMEAU, s. m. Flam^z, m., pi. 
iou (mot impoTTté, ou moderne.) 

FLAMBER, t. n. Flamma. — fiam" 
mina, v. n. Grand fen qui flambe peu 
de temps, tanteziad-tan, m. 

FLAMBOTER, v. n. Flamminenna, 
V. n., — flammina^ v. n, 

FLAMU, s. f. Feu et flaramet Inteij.» 
Tankerru ! (pour tan ha kurun, feu 
et tonnerre.) 

FLAIGS. s. m. pi. Flankêu, pi. ro. 
(parlant aantmeux.}. 



Digitized by VjOOQ IC 



us 



%$9 



m 



njMt, V. B. Strànày y. n, ; voy. 
BiMUer ; en em amàmi (s^attarder.) 

FLAIffin, 8. m. Gooretir dé nie#, 
'klapezenn, t^ — glapez, — balectnt, 
m. ; voy. Traînard, — en retard, — 



FLARBK, T. a. Yoy. Laner. Flatter 
ks grande, ober fistoulik d'or re vraz. 

1 V. pron. Se flatter de, suivi d*un 

iaftnitif , en em garga cia . . . Se flatter 
d'une ehose, kaout Uad gant (T.) Il 
ne faut pas trop vous en flatter, 
ôiouaUU naverea stad enn-hoc'h 
gant kement-se; voy. Segfli^ifier de... 

tLàimS, 8. f. Lubanerez, f. Sans 
flatf..., diflat, adv. et adj. Basses 
flatteries, kudou; voy. Loian^e. 

FLATTEUR, s. m. Ginou Udottr, 
bouche à caresses (en mauvaise part), 
^ ki^aol (fam.) 

FLATUOSITÉ, s. f. Flatuosjté de l'es- 
tomac, hreugeuz (breugeud), — P^h 
m. =«s=ca= En laflgage gazô (ou flat... 
par bas), lo%tf, — loufad, m., — lou- 
fàâefm, f. ; vey. Vetae, — odeur nan- 
talta ; louadenn^ f. 

FLÉiO, s* m. Instrument pour battre 
le blé, c*houis(y m. (T.) Coup de fléau, 
freillad, m. 5 voy. Riposte Tcrte. 

niCR, s. f. Flèche d'un clocher, 
6e*, m., — goalenn, — korsenn, f: ; 
voy. Aiguille, — Pointe. ■ Il ne 
sait de quel bois faire flèche, ne oar 
gtmt pe ffoat eker hibil ; voy. devenir. 

FLÉCHIR, V. a. Attendiir (rendre 
farorable.) Fléchir la colère divine, 
die^fhBHn Juàtiê Doue ; voy. Apaioer, 
— colèrO) — eiÉner. 

FLÉTRIR (Se), v. pron. Goevi, v. n. 
(an moraly on dît, en em moM.) 

FLÉTRISSURE, s. f. Intr, m. 

FLEUR^ a. f. Fleuren, f», phir. m. 



flew. Petites fleurs, bleun, plur. m. 
Les pommée de terres sont en fleur, 
ann avalou douar a zo o kemeret 
bleun. Aux fleurs élégantes, fleuriet- 
brao (sorte d'acy.) . Éclat, — 

lustre. A la fleur de l'âge, enn he 
veUa, m., — enn fie guella, t, — 
enn he barr^ f., — enn he varr, m. 
Le mot brud, en ce sens, ne s'appli- 
que qu'à une femme, ou à une fille. 
33== Fleurs naturelles des jardins, 
des champs, fleur jctrdtn, — fleur 
diouanetj ou simplement, et en gé- 
néral, fleur ^ — bokejou, pi. m. 

FLEURAISON, s. f. Bletiach, m. (sans 
pluriel.) 

FLEURI, adj. Un arbre fleuri, eur 
vezen enn he bleun. Le mot bleun, 
ou bleunv s'entend des arbres fores- 
tiers ou fruitiers, de la lande ou du 
genêt. Autrement on dira : bokejou, 
ou fleur, pi. m. Fleuri, fleuret, ou 
fteuriet. Un champ tout fleuri, eur 
p&rky boke^ou dre-t'han tout (sorte 
d'adj.) 

FLEURIR, V. n. Elle fleurira demain, 
varc'hoaz e tigoro he bleunv ; voy. 
Pn^, — profiter. 

FLEUVE, s. m. Voy. Rlrtère. 

FLORAISON, s. f. Voy, FlOuraison. 

FLOT, s. m. Petit flot de la mer, our- 
lik-mor, m., p!. ourligou-mor. Grands 
flots de la mer, iarsiou-wor, pi, m, 

FLOTTER, V. n. Être porté sur l'eau, 
floda, ou floja, v. n., — benivar^flod^ 
— sevel var chourre ann dour. Au 
moral : ruza^ v. n. ; voy. Indécis, — 
fluctuation (au physique.) 

FLUCTUATIOR, s. f. Kullu^^ m. 

FLUET, adj. Mince et délicat, setnpl 
ha mistr, adj. 

FLUX, s. m. Mouvement de la mer, 
gourlano, m., — mare*mor^ m. 



Digitized by VjOOQ IC 



FOI 



870 



FON 



FLUHOI, s. f. KcUar. m. Fluxion 
périodique des yeux, (vice rédhibi- 
toire, pour cheval, âne et mulet), 
loanad, f, 

FOI, s. f. Foi catholique, lezenn 
gristen. Croyance religieuse , kre- 
denn^ f. Qui a la foi chancelante, 
laosh enn he feiz, adj. Par la viva- 
cité de notre foi, ha gant muioc^k-vui 
a feiz. Qui n'a pas de foi, difeiz, — 
digred, — am^red, adj. Posséder de 
bonne foi, jovisa ieal. Possesseur de 
bonne foij per&henn Ieal. Femme 
de mauvaise foi, lapouz, f. Jovisa 
dislealy posséder de mauvaise foi ; on 
dit aussi : kaout eunn dra hep guir 
ebed. Faire foi d'un acte ; voy. Com- 
tater. Ajouter foi aux sornettes de 
q. q., lounka kanvaled. Trahir sa foi, 
terH al le a zo bel toueU 

FOm, s. m. Foin des champs, foenn 
tirienn. Nourrir un cheval au foin et 
à la paille, maga eul loen var boed 
seac^h. Éparpiller le foin , pour le 
faire sécher, lakaat foenn var skign, 
— distrevi foenn. 



E, s. f. Qui se plaît à fréquen- 
ter les foires, pour faire le beau, 
frink'foar, adj. et subs. m. Second 
jour de la foire, asfoar, f. 

FOIS, s. f. Vit trois fois autant que 
l'homme, a vev tri oad den. Une fois, 
eunn droad. Ce qu'on pèse, ou cuit, 
en une fois, poezadenn^ — poa- 
zadenn, f. Tout ira bien en trois fois, 
e tri daolad ez aint tout. Poires qu'il 
faut avaler trois fois, per tri lounk 
hag eunn houpadik ; voy. étrangail- 
Ion. Peser durement une fois sur mon 
bras, ober eur oaska d*am breac'h. 
Une fois n'est pas coutume, eur vech 
ne ket atao ; voy. Excusable, — par- 
donnable. Laver une fois, ober eur 
oalc'hi da. Rouler une fois la boule, 
oôer eur ruill d'ar voul. Mon Dieu, 
pardonnez-moi mille fois mes péchés ! 
pardounit dHn va fec*h^'ou, par- 
doun c'hoaz, o va Doue ! Toutes les 
fois que..., se rend par, pa, avec 
une forme particulière du verbe be- 



za, indiquant le sens fréquentatif. 
Toutes les fois que j'étais, que je suis 
malade pa venn klanv, au lieu de 
kel liez (ken aliez) gueach ma vé- 
zann klanv ; voy. SaToir. 

FOISON (A), adv. Goualc'hke gaUmn, 
— gouale'k he ioul (au moral); a- 
vem, — a-chrugelly — dioc*h ann 
dr^iill (au physique) ; voy. A-saUété. 

FOL— FOU. Foll, m., follez, f. A moi- 
tié fou, briz'diot, —-fur-sot, — penn- 
sot ; voy. Sot ; penn asotet. Très-fou, 
sot naik^ — sot-nai, — sot-magn. 
Devenir fou de dépit, penn-sodi^ — 
egari, — skambenni gant ann des- 
pez [gant an dipit, — gant ann des- 
pet.) Taisez-vous, folle que vous êtes ! 
Roit j)eoc*h brizenn ! On ajoute quel- 
quefois : a zo ac'hanoc'h. Un peu fou, 
sempleet he spered. 

K 

FOLÂTRE, adj. Badin; frink, — 
frinkik. Enfant folâtre, Uwuenanikj 



FOUE, s. f. StuUenn, (au sens gé- 
néral) f., pi. m. ou. DroukSant^ 
Koulm (mal de St-Colomba.) Drouk- 
Sant'Matilin (mal de St-Mathurin ) 
Donner des marques de folie, ober 
follentezioUy — stultenna^ v. n., — 
beza sempleet he spered. 

FOLLET, adi. Feu-follet, kelerenn^ 
f., — ankelcherj m. ou ankeler (C.) 
Esprit follet, tournant j m., — Map 
divadez ; voy. Lntln. 

FONCÉ, adj. Vert foncé, liou pour 
(parlant de couleur.) 

FONCTIONS, s. f. pi. Il est chargé 
provisoirement des fonctions de mai- 
re, lekeat eo da ober mear, da 
c'hortoz. 

FONCTIONNER, v. n. (Au figuré). La- 
bouraty — mont enn dro, v. n. 

FOND, s. m. Founs, m. (mot breton.) 
Endroit le plus bas. FoT)d d'une 



Digitized by VjOOQ IC 



FON 



27< 



FOR 



charrette, leur-garr, f. 1 A fond ; 

voy. Complètement. Étudier à fond, 
studia ervad, — perstudial (peur- 
studia), — mont lark e. , . , — mont 
donne.,. Au fond de cela, il y a 
(toujours) quelque chose, pik pe 
vran a zo eno, vi pe lapous a zo e- 
no (Fam.) Nettoyer à fond, netaat 
heteg al leur, — netaat beteg ann 
tamm diveza, (au sens général.) = 
Au fond, je réprouve cela, kondaoni 
a rann-ze e goeled va c'haustians (T); 
voy. RéeUement. Mer sans fond, m^ 
n'euz sount ebed d'ezhan. Connaître 
le fond d'une question, gouzout er- 
vad a betra ez euz hano. Envoyer au 
fond, kas doun ; voy. Enfoncer. Il en 
reste un peu au fond de la barrique, 
eur founsad a clioum c'hoaz er var- 
rikenn, 

FONDATION, s. f. Terme d*Église, 
foundasion, f. ; voy. Fondements. 

FONDÉ, adi. Être fondé à croire, 
kaout guir da gredi, — kaout tro da 
gredi. Reproche fondé ; voy. Jnste, 

— raisonnable. 

FONDEMENT, s. m. Anus, founda- 
mant, — fraez, m. ; voy. Fesses ; 
pensou, pi. m. Fondements d'un édi- 
fice, foundamant eunn ti, m. - 
Ce qui sert de base, (au moral) ou 
qui est partie principale, fount, m., 

— pekenta, m. Ces bruits ont quel- 
que fondement, pik pe vran a zo e- 
no, — vipe lapous a zo eno (Fam.) 

FONDER, v. a. Sur lesquels on fon- 
dait les plus belles espérances, a rea 
brasa esperans ann dud ; voy. éta- 
klir, — institner. 

FONDERIE, s. f. Teuzerez, f. (usine), 
teuZj m. (action de fondre.) 

FONDRE, V. n. Fondre en larmes, 
dirolia da oxiela. == Fondre sur 
q. q., sailla var u. 6., — saillagant 
u. b, 

FONDS, s. m. pi. Argent. Priver 
quelqu'un de ses fonds, diarc'hanta 



eunn den. Sans fonds, diarc'hant, 
adj. Fonds et droits (parlant de terres), 
guir ha fount; voy. Sol. Riche (pauvre) 
en fonds, kre [berrj enn arc'nant. 

FONDRIÈRE, s. f. Foundrigell, — 
goalUvouïllenn, f. 

FONDU, adj. Jeu de cheval fondu, 
c'hoari patati. 

FONTAINE, s. f. Fontaine non ma- 
çonnée, sur les bords des chemins, 
feunteun lapik, f. Petite fontaine, 
douriky m. 

FONTE, s. f. Composition métallique, 
potin, m. === Action de fondre, 
teuz, m. La fonte des neiges a inon- 
dé..., ann teuz-erc'h en deuz beuzet, 

— ann er&h-teuz en deuz beuzet. 

FORAIN, adj. Foran. Spectacles fo- 
rains, arvestou, pi. m., — furluki- 
nerez, f. ; voy. Raladin, — jongleur. 

FORÇAT, s. m. Forsal, m., — plur. 
forsaled ; voy. Galérien. 

FORCE, s. f. Fors, m. (mot breton.) 
== Puissance, — efficacité, vertuz, 
f. Sans force, divertuz, adj. La force 
armée, ann archerien, — ar zou^ 
darded. Je ne céderai qu'à la force, 
ne bleginn nemet dre fors ; voy. Op- 
primer. Contre la force point de ré- 
sistance, oc' h red, rCeuz tïarz ebed 
(n'euz remed ebed) nemet choum a- 
za a-greiz redet (Prov.) Céder à la 
force, senti oc'h red. Ils sont de force 
égale, kevatal int. Parlant de jeux 
on dira : a-boez emint, A force de 
bras, divar-boez fvar^boez) he zi- 
creac'h. Qui a force de loi; voy. Obli- 
ger. === Employer la force, mont 
dre nerz d'eunn den ; — ober ar 
c'hrenv var eunn den. Il l'a eu 
par force, eur forsadenn eo bet d'ez- 
han. De toutes ses forces, a-grogou 
start ha berr; voy. A bras racconrcis. 
Par la force des choses, a-dra-zur, 

— gant ann amzer, — dre hirr am- 
zer, — anezho ho unan ; voy. lècoa- 



Digitized by VjOOQ IC 



l-ol 



m 



tùk 



Mdraneftt, ^ natiirelleiiieiit. Â toute 
force, adv. ; voy. Âbsoloflieiit, — a 
Unt prix ; a-grenn^ adv. Je ne suis 
pas de force contre lui, n*ounn ket 
evit'han ; — n*ounn ket lur d'ezhan; 
— ne spletann ket out-han (à Scaër, 
etc.) ; — n*ounn ket a-bouez diout- 
han. De toutes ses forces, a^laz-korf, 
adv. A force de lire, de travailler, 
dre lenn kalz, — dre labour traz. 

FORCÉ, adj. Voy. Fourbu, adj. Ma- 
ladie de cheval forcé, ar forbu, m. 

FORCÉIENT, adv. Enn despet d'e-^ 
han ; voy. Forcé. 

FORGER, V. a. Forsi, v. a. Je te for- 
cerai à marcher, me a raio d'id baie. 
On Ta forcé à se taire^ great a zo 
d^e-Z'han teveL Contraindre, kon- 
tragn, v. a., est usité. 

FORESTIER, s. m. Forester, m. (mot 
usité.) 

FORÊT, s. f. For est, f . (Le moi forest 
a fait ferz, ou forestik, petite lorêt.) 
La forêt d'en haut, ar forestou kuela 
(nom de lieu fort commun.) 

FORFAIT (à), adv. Koll pe c'kounU, 
adv. 

FORFANTERIE, s f. Glabous, m. ; qui 
en fait, glabouser; voy. Fan£iron. Pas 
tant de forfanterie, s'il vous plaît, list 
ho prabans, me ho ped. 

FORGE, s. f. Goel, ou goul, f. (V.) 

FORGER, V. a. Débiter. Forger des 
mensonges, liva gevier; (trei geviery 
comme si on dirait, arare mendacia, 
en latin, charruer des mensonges,) 

FORIALISTE, s. m. Vétilleur. — qui 
tient aux vieux usages, a zalch mad 
d'ar giziou koZy — a zalc'h re dost 
d*ar giziou koz, 

FOHE, s. f. Mod, m.| — furmy f.. 



— aez, f., — goubari, m. itettx, f., 

— fori, m., — ères, m. ; voy. Façm, 

— exterievr, -- «o4èle. Fait dans las 
formes, a-daUl (L.j ; — digabal^ (CL), 
adj. et adv. Cette forme djÈglisés me 
plaît, ar mod Ilisum^ze a gavamn 
brao. En forme de drcooférence , 
a^dro, " a-^ount^ - var^otmt adv. / 
voy. CircalaireBest. En forme de cer* 
cle, kele'heky ady. Arbre en forme de 
chapeau (arbre toufiEu), ^uezen» do^ 
kek. Une jolie lorme de chandelier, 
eur goiAai:i brtte a gantolor. Il com» 
mence à prendre une certaine forme, 
$evél a ra deare d'e^t^ian, a-wrema, 

FORIELLEIENT, adv. Grons (G.); — 
distak'kaer. Le mot ka^r, igoute un 
peu de force à distak, adv. 

FORUR, V. a. Furmi, v, a. et n. 

Former les enfants à» . • ; yoy« 

Pétrir, — manier. === Se former 
(parlant des fruits), furmi, — hrtmi, 
V. n. Les fruits commencent à se for- 
mer, ar frouez azo o kroui (o kroue^ 
tn, dans certaines localités.) Un gbcès 
s'y forma, hag e teuaz da cliori. Se 
former en graines (parlant des jpUn- 
tes), greunia^ v. n., — iiMni enn 
had. Se former en grumeau, ka^u- 
ledi, V. n. Se former en caillot, pou^ 
loudenni, ou pouloudenna, v. n. La 
paille se forme korzenna a ra ann 
éd. Ces verbes sont formés du""subs- 
tantif auquel on a ajouté simplement 
un i, ou un a. 



FORT, adv. et a4j. Reud^ -^ /Shv, — 
fort, - mort, - ampL - brat, - fèrm^ 
goall, — tdc'/i, -^ kalel^ — ieo^ '— 
put, adv. Il m'ennuie fort, inouM 
ounn gant'han ferm. Il neigeait fort, 
erc'h a rea teo, (Courir fwt, r^dek 
ken a. . . Crier fort, krial fors ; frap* 
per très fort, skei put, — skei mort 
(L.) C'est un individu fort capable (au 
physique), eur paotr guen a zo e»io> 
Fort dépensier, goaU-zispigner, U 
pleut fort, goall'C*IUao a ra (goall, 
se dit en mauvaise part.) Fort maigre, 
treud-braz, — tr€ud-kioc*h, — trend- 
eskern. 



Digitized by VjOOQ IC 



FOR 



Î73 



FOC 



ï 



FMT, adj. Robuste, guen. Souple, 
toupl. Gros et fort, (parlant de toile, 
etc.), fetiSy — krentiy — kergloc'h. 
Fort mangeur, kretw veut ann dibri, 

— kof-iod; voy. Puitard. Fort mar- 
cheur^ mai da vale. Se faire fort de 

Vengager k,,,), en em garga da,. . 

'u fort de la foire, e bog ar foar\ 

Au fort de l'été, e gor (e hamy ann 
hanv ; Au fort de la douleur, pa edo 
(pa vez) ar boan enn he goasa tout. 
En bonne part on dit : enn he vella, 
m., enn he gueUa^ f. Âsseï fort pour 
Mre, goest da ober, . . Deux fortes 
lieues, diou leo fournis. Je ne suis 
pas fort en argent, ne ket braz va 
arc'hant. Je ne sois pas fort en fran- 
çais, va galleh-me ne ket fou. C'est 
plus fort que lui, ne ket evit miret, 

— ne ket evid he dech. Tu es plus 
fort que moi, n^ounn ket evid-oud. 
L'eau est forte, braz eo ann dour, 

FORT, 8. m. Ce en quoi on excelle. 
C'est là son fort, ema enn he graf, — 
ema enn he gre. .. . Fort, s. m. ; 
voy. fertereste, fort, m., pi. forchou 
(mots importés.) 

rOiTUUIT, adv. Voy. Très. Forte- 
ment brossé, fustet ken a fue, 

P0BTBBBS8E, s. f. Kre, m., — gui- 
kadell, t, — boulouard, m., plj ou. 
Le mot kasteU'brezel, m., est plus 
usité. On dit aussi : fort, pi. forchou 
(mot importé) -, voy. Fert, s. m. 

FWtlruK, V. a. Fortifier le corps, 
ober vad d*ar (fhorf, 

FMTIOII (A), Locution latine signi- 
fiant, à plus forte raison, kent a-ze. 

FOiTUn, s. f. Biens, — richesses, 
ira, f., fpeadra, locution elliptique) ; 
Toy. leîreni. Danvez, en ce sens^ est 
un collectif masculin pluriel. Jouir de 
sa fortune (élre propriétaire), beza 
mestr varhe dra,{beza dena dra...) 
Un homme qui a de la fortune, eunn 
den kalz a zanvez cfe-^han. Sans toT- 
tune, dizanvez, ad^j. Sa petite fortune. 



he dammik peadra. Aller chercher 
fortune, mont da glask he cha/ns. Gas- 
piller sa fortune, forana he trndou; 
voy. Bonne eccasien, apoue, f. 



s. f. Trou en terre, pour 
divers usages, foa, f., pi. iou. On dît 
aussi, au pi., fesier. Faire des fosses, 
ou les creuser, fosiat, v. n. Plein la 
fosse d'eau, eur fosiad dour. Fosse 
entre deux sillons, ant, m., pi. an- 
chou. Faire de ces fosses, aneha, v. n. 

FOSSÉ, s. m. Élévation de terre qui 
divise les champs, kae, m. ; voy. laie. 
Non entouré de ces haies, ou fossés, 
disklozt (non dos), adj. 

FOSSETTE, s. f. Jeu de la fossette, 
(fhoari rioul, f. Jouer à la fossette, 
c'hoari rioul, v. n. 

FOU, adj. Voy. Fel, — sot. 

FOUETTER, v. a. Rei eur rouêtad ; 
rei eul laraadenn; rei eur zaead da. 

FOUti^, s. f. Plante. Fougères 
mâles, gour-raden, pi. m. Gour, est 
id une particule augmentative. Fau- 
dlle à couper la fougère^ beon^ m. 

FOUGUE, s. f. En parlant d'animaux, 
friantizy f. Cheval qui a de la fougue, 
marc'h friantiz enn-han, — marc'h 
firink. 

FOUCUEUX, a4i. Fou, — foll, — 
frinkik (parlant d'hommes et d'ani- 
maux ;r voy. Fengne, '— Tif, — colère* 

FOUILLE, s. f. Fouill (mot breton.) 

FOUILLER, V. a. Fouilla (mot breton.) 
Fouiller en dérangeant tout, kabalat, 
V. n. Fouiller la terre par dessus, 
comme font les poules, skraèai, — 
diskrabat, v. a. et n. En parlant de 
pourceaux, on dira : rega. Il va plu- 
sieurs autres expressions; voy. Dictioft. 
Tronde. 

FOULE, s. f. MultHude. Foul^ f., — 
S5 



Digitized by VjOOQ IC 



POU 



m 



nk 



l 



ftnfin, m., — tolb-hmz, (pour : taoU 
braz) m. (du latin, turha.) On pro- 
nonce : iorr-braz a dud. Foule con- 
sidérable, taol'braz a dud, — pobl' 
vraz a dud, — maread tud, — tud a 
vagad. Traverser la foule, mont a- 
dreuz d'ann dud; voy. Fendre. La 
foule 8'assembla autour de lui, eunn 
taol-hraz a dud a zeuas enn-dro d'e- 
Z'han. Une foule de vaches, eur pez 
bandennad saout, f . 

FOULER, V. a. Fouler avec les mains, 
Ifuga, — moustra. Fouler en compri- 
mant, nu3fc7jflf.== Froisser, piétiner, 
hresa. — r- Écraser, flastra, — fet'e- 
venna, — hrevi, — breva. Fouler le 
foin, palisa ar foenn ; voy. Froisser. 
En parlant de raisins, d'olives, on dit : 

?oa«fc<2, V. a. Fouler le blé noir avec les 
ieds, pour le débarrasser de certaines 
pellicules, ambleudi auiniz du (près 
du Conquet.) = Près de Brest, et dans 
presque tout le Léon, on dit : am- 
Âudi, et aussi ambrudi. == En 
foule, astrolladou, adv. 

FOULBPIS, s. f. F... pour les draps, 
homm^ m. 

FOULUEE, s. f. Qui a une foulure 
au bras, digoret he vreac'h (sorte 
d'acjyectif.) 

fOUI, 8. m. Le fond du four, al 
Uur'foum, f. 

FOlURBE, adj. G*est un grand fourbe, 
n^çuz het eunn n^denn eeun enn- 
hdn iFam) Lancer des regards four- 
bes à. .., icllet a-viziez oc'h... 

FOtJRBEBIS, s. f. Goge, m., pi. ou ; 
voy. Raillerie, Ce mot forme un nom 
de famille, qu'on écrit, fiogiiet, en 
français. 

FMJRCn, s. f. Fourche des caisses, 
gaol^ f. Petite fourche pour couper 
ajonc, /brc*Ae/i-ten«,f. Le pi. irrég. de 
frrc'h, est ferc'her, en Ck)rn. et à Van. 

FOURCIER (Se), v. pron. GaoU, v. 
H., — (êkatfi, v. ». paçrlant d'arhres.J 



FOURCHETTE, s. f . Grande fourdàdtte 
pour tirer viande du pot, krok-hik^ 
m. Fourchette de la charrue, fcar- 
prenn, ou karsprenn, m. (mot à mot ; 
karz, nettoyeur, et prenn^ en bois.) 

FOURGRON, s. m. Fourchon d'un 
arbre ykavas, m. 

FOURCSU, adi. Nain fourchu, palfas, 
subst. m. et ad[j. Pieds fourchus, ireid 
pcUfits , — treid skrabek. Homme 
fourchu, gaolekj — kravasehy adj. 
et subst. 

FOURfiOH, s. m. Fourgon cour re- 
muer feu ou braise, fourc*hell, t. 

FOURfiOlRER, V. n. Remuer les ti- 
sons sans nécessité, firboucha ann 
tan. 

FOimmUÈEE, s. f. F... d^enfants, 
krubuillad vugale^ f. 

FOURNI, adj. Voy. Poimii. -r Enr 
droit fourni de blé, tacftennad viniz, f. 

FOURNIR, V. a. Fommisa (moi breton, 
d*où ra(3(iectif fournis, accompli, -r 

révolu.) Pourvoir, pourvei, v. n. 

Équiper, pourcha$^ -^ (prienta 



T.) Fournir Toccasion ^ (1^'^ fakàat 
u. b, ê-tro dn ; voy. Procurer. 

FOURNITURE, s. f. Foxmkiiiur, f., — 
pourchas, — (prienta m.. T.) 

F0URRA6ER, adj. T^. Cultarw, r- 
racines. 

FOURRER, V. a. IntrocUiipe, fBur^^a 
(mot breton) ; fourrer en teire (plan- 
ter), planta, v. a. 

FOURRl&ill, s. f. En fourrière, mn 
ordinaL 

FOTSR, s. m. Le haut delà maison, 
penn huela ann ti. 

FRACAS, ft. m. Tomber avec ii«cas^ 
UirHnkatt v. n. (G.) 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



FRA 



FBACASm. ▼.a. Bruzuna, -^ breva, 

— brevi, — hrevenna, — jHgasa. En 
Tré^cr, on dit : drasta, — 6roii«ta. 

FRA6II1B9 acU . Au moral on dit : /&- 
xiuz, — tempe, — 6re«*; au pbyâque 
on peut dire : e-^dùrr^ — hresk, fticile 
à rompre, à briser. 

PliCmiT, 8. m. Pe»iad, — tro- 
e'had, — pennad, m. 

FRAI, 8. m. Parlant d'œufs de pois- 
sons, et de petits poissons nouveau- 
nés, ^eun (toujours pluriel en ce cas), 

— greun^pesked, ou peskedigou ne- 
vez-ganet, 

FEAIdEUlIT, adv. Tout fhtîc..., 
a-nevez-flamm ; voy. Coflune, — ré- 



FBAIOURJR, s. f. Freskizenn, i. 

FRAIS, 8. m. Froid agréable. Sous 
cet arbre on trouve le frais, dindon 
ar vezenn-ma eo distan (eo iac*h) beza. 

FRAIS^ s. m. pi. Dépenses. A vos 
frais, dwar ho mizou, — var ho tis^ 

nn. Tous frais compris, hag ann 
l mizou xve ; voy. Compris. Se 
mettre fort en fîrais, ober mizou (dis- 
pignou) braz. Faire des fhûs de pa- 
role, lavaret kalz a draou, 

FRAB, adj. En parlant du teint, des 
traits du visage, diroufenn, — flour. 

nm, kéi. Voy. Fieilè, - pétri de... 
Un fnmc niais, eitr sot^magn ;. eur 
diot-^mik, .. '. Rond en affaires, 
blokuz, adt}. Qui n'est pas franc, en 
ses paroles^, guidUuz, adj. 

FRAII^li^;0)^RRffi, s. f. Ar Framor 
souned, pL m. — Breuriez ann 
Dtadui, f. 

FRAICB, s. f. La France entière, 
Fr€hU Or-bez, 

nàSKBUOBtt, adv. Vcur-emn, — 



ditoloj — frank. Très franchement, 
dizolO'kaer, adv. 

FRAM8E, s. f. Frezillounj m., pi. ou. 

FRAPPANT, adj. D'une re^bemblance 
frappante, henveUmet, adj. (Au mo- 
ral, a sko er galoun, — a ia dre ar 
galoun.) 

FRAPPÉ, adj. Ému, — surpris, — 
étonné ; voy. Cet mots. Voy. Roiit^ 
frappante. 

FRAPPER, V. a. Frapper dans la 
main, en signe d'accordf, tonka, v. n. 
Frapper bien fort, skei mort — («ftei- 
put, — torpUat) var u» 6., — gant 
u. 6. Frapper la terre du pied, skei 
he dreid enn douar. Frapper avec 
une crosse, dotua, v. a. Frstpper avec 
un couteau, kountella, v. a. Frapper la 
tête contre la muraille, stekihe benn 
o&h ar voger. Frapper avec un ins- 
trument qui laisse des traces du coup, 
pigosat, ou pigosa, v. a. Frapper à 
tort et à travers, comme un homme 
emporté, foeltra v. a. Frapper pour 
faire aller, touch da... Cela frappe 
les yeux, ann dra-ze a zo sklear. 
Feindre de frapper quelqu'un devant 
les enfants pour les faire taire, oher 
daka da eunn den. Frapper fort, ou 
souvent, sur la porte, darc'hao (dar- 
(fhav) var ann or. Il se mit à frapper 
à la porte, ha dao-dao var ann or l 
(style de conte, ou de narration.) Dao 
d'eZ'hanl (style enfantin.) 

FRAUDE, s. f. Vov. Contrebaide, tua- 
denn, f. ((;.); marchandises de fraude, 
nuire* ha dourez difennet (nom collec- 
tif); marchadourez tuadenn (C.)=s 
Logodennou, pi. m. (parlant du fil 

?pe retient un tisserand chargé de 
aire de la toile.) Tabac en fraude, 
butun flod, m. 

FRAUDER, V. a. et n. Floda, — guer- 
za e kut, — (horvigella, v. n. ; voy. 
Tromper), au figuré. 

FRAYER, V. a. Frayer une route, 
terri (digeri) eunn hent. 



Digitized by VjOOQ IC 



FBI 



276 



m 



PBAnUR, s. f. Certaine frayeur, 
enkrezenn , f. Grande frayeur (au 
moral), truhu4U, m. (T.) Revenir de 
sa frayeur, dont var he du, m. ; var 
he zu, f. 

reSDORREE, V. a. Afota^na (parlant 
d'air de chanson.) 

FBELATÉ, ad|j. Vin frelaté, guin ba- 
dezet, — guin suHk. Vin non firelaté, 
guin ditadez. 



loust 



refiLE. (grêle) ou fidUe, a4j 

(T.) (parlant d'enfants) ; voy 
Uet 



FBELOH, s. m. Grosse mouche, 
e'houiliarez, f. (fouilleuse de ruches.) 

ntlIR, V. n. Il iurait à faire fré- 
mir, toui a rea, nJoa ahrij he glevet^ 
m. ; m'oa zkr^ he c^hlevet (parlant 
d'une femme) ; voy. Flitioiuier. 

nÉmSEIEIT, s. m. Frisonnement 
par suite de peur, skrijadenn, f. 

fkÉn, s. m. Guezenn ounn, f. 

ntQUBITEI, V. a. Henti, — henta, 
y. a., — mont aant,.. (parlant des 
personnes.) Fréquenter le monde, 
mont eAouez ann dud. J'ai attrapé 
des poux , en le fréquentant , eur 
guiskad laou am euz tapet diouthan. 
rVéquenter les fêtes de village, redek 
ar panteou, 

FBÉU, s. m. Parlant de Congré- 
ganistes, /Ver, pi. ed (mot importé.) 

FBÉTILLBR, v. n. Fistoulat, v. n. 
■■ Sauter d'impatience, draska, 

▼. n. 

flETTE, s. f. Parlant des sabots, 
kel^h, m., (à Scaêr, freten, f.) Mettre 
des frettes aux sabots, fireta fouteier. 

FUAID, a4j. Être friand de quelque 
chose, beka grac'h gant. . . Mets ou 
miNTceau friaiid, Miitm Vfom, ip. 



Une friande , eul lipouzez , — un 
friand, eul Itpouz; voy. Lèche-plsts. 

niAIDIW, s. f. pi. Lipouz9rez 
(collectif.) En manger, lipo%aa^ — 
pitouUla, V. n. Qui en mange beau-' 
coup, fUouill m., ad|j. et sobsi. ; au 
fém. pitouillez, ou maouez pitouiU, 

FUCAS8ER, V. a. Fricasser poires, 
frika per^ — goaska, -^fritfi (au sens 
général) ; Voy. Fealer raiiii. 

FUOOT, s. m. Un bon fricot, eunn 
tamm îip'ke'bao; — eunn tamm Up- 
he-^ourrou. == Repas de nooes, 
friko eured, m.; mauvais fricot» keus* 
teurenn, — kavaillenn, f. ; voy. ip- 
^ter mets. 

FRIHfiART, adj. Friantiz enn^kmn 
(sorte d'adjectif), — frink, — firin- 
kik, adj. Une fringante, eul plae'h 
fou ; voy. Faire le beat, la belle. 

nUPERIES, s. f. pi. Koz4raouy — 
koz^dUlad, — traouachouy — fco- 
zaillou, — kozachou , pi. m. ; voy. 
Vleilleriei. 

FRIPIEI, s. m. Voy. Raq^iècer, -* 
Satetier; takoner^ m., takonerez, f. 

FRIPOI, s. m. Pendokj — ffrifoun, 
m., mot importé), fripounez, f., — 
laer dioc'h ann dihaà (krouan G. V.) 

FHIFOIIHEBIB, s. f. Fripounerez, f. 

FBI8EB, V. a. Friza (mot breton ) 
Choux frisés, kaoUfriz. Friser che- 
veux (tresser cheveux), tortÎM bleo, 

— plansona bleo, — guea bleo ; fri- 
ser du nez ; voy. Se refrogier. === 
Aller près. U a frisé la corde, darbet 
eo bet d*e-Z'han beza krouget, 

FIISSOH, FUISOmmiT, s. m. Skri^ 
Jadenn, f. ; voy. TrenUeneit. 

FBISMIEI, V. n. Skriia, — oêkren^ 

— askrena , ou daskrena , v. n. ; 
kaout kridienn; — (heta rifet^ ou 



Digitized by VjOOQ IC 



FRO 



«77 



FOM 



riva^ V. n., dtt latin rigere, frissonner, 
par suite de froid.) 

lUYOiB, adj. Léger, spered edro; 
voy. Léger de caractère. 

flIVMlTÉS. 8. pi. f. Fougeou, — 
bambafuau, — pt^'adurezau ar ôed, 

— disterdraau, — dMteraioUy pi. m.; 
voy. Fatllitéi, — liaiseriet, — sor- 
■ettei, — Mîib^OMB, — cboies de 
pe« de valeir. 

FIM9 s. m. Froh, m., — sae va- 
tuic'/i, f. Jeter le froc aux orties; voy. 
A y i itaiter ; ieurel (stlepel) ar frok el 
hnadek (Fam.) 

PKMD, 8. m. Avoir firoid, faire froid, 
riva, V. n. ; ¥oy. Frissonner, — Bwr- 
inin. Sensible au froid (parlant de 
légumes), tener oc*h ar skoum (oc h 
ann amxer ien.J II ne se plaignait ni 
de la fkiigue, ni du froid, ne rea klem 
ebed fuig emt heza skuiz^ nag evU 
kaaut riou. Il n'a pas fV'oid aux yeux, 
dir a zo var he dal, — n'en deuz ket 
aoun rag he skeud (style pittoresque ; 

— le breton change souvent les ter- 
mes de l'adage.) 

FMM9, ady. Très froid, ien-sklas ; 
ien-kalet; ien^divez^ en Gomou ailles. 

FROISSEE, V. a. Fouler, — piétiner, 
bresa^ v. a» Froisser à-demi des fruits, 
tamoîada frouez, 

FROIACX, s. m. Fourmaj, m. (mot 
importé.) 

FBOmiT, s. m. Les quelques rares 
graines de froment qui ont poussé, 
ar guinizennou dioanet. Un endroit 
fourni de firoment. eunn taread gui- 
niz, m., — eunn aaehennad viniz, f. 



, V. a. Voy. Se refrogner. 



FHKIS, s. m. PaulouneZy m. En 
faire, pour raccourdr une robe, jjom- 
louneza, v. 0. 



FROMT. s. m. Qui a une marque 
blanche au front, baill, a<y. (parlant 
d'animaux.) Qui a une telle marque 
le long du iront, baill beteg ann dour. 
Front fuyant, tal moan. Blesser q. q. 
au front (avec une marque qui reste), 
bailla u. &., ou mieux, ober oaUl u.&. 

FBOITOM, s. m. Frontispice d'un 
édifice, talbenn, f. 

FRC^TTÉE, s. f. Parlant de gens oui 
se battent, frigos, m. En général : 
lardadenn, f. ; voy. Raclée. 

FROTTER, V. a. Se frotter les épaules 
avec les vêtements, (se gratter) comme 
les mendiants, pour attirer la pitié, 
tallaska.^ tarlaska, v. n., ou tar- 
laskat. En Tréguier, on dit, en ce 
sens : kaskaraU ou kaskalat, v. n. 
Frotter avec du noir, dua, v. a. == 
V. pron. Se frotter à quelqu'un ; vov. 
Chercher affaire ; mont d'en em dorcha 
o<fh u. b. (au sens étendu.) 

FRUITS, s. m. pi. Fruits de la terre 
(en général), trevad, s. m. (C), pi. m. 
trevajou ; voy. Prodaits, — résoltats. 
Voilà que nous avons perdu les fruits 
de notre Retraite, setu ni diretredet. 
Prières qui ne portent pas de fruit, 
pedennou a ia gant ann avel ; voy. 
Profit, profiter. 

FRUSTRER, v. a. Diranna, — c'huU- 
la, V. a. 

FUGITIF, adj. N'en deuz repu e nep 
leac'h (sorte d'a(^j.) Mener une vie 
fugitive et errante, beva ama hag 
ahont, evel eunn den a zo atao 
tec'het araog u. b. 

FUIR, V. a. Fuir q. q., tec*het araog 
u. 6.; voy. S'écouIer (parlant du 
temps.) 

FUUniSR, V. a. Invectiver, krozal, 
V. n. 

FUIÉE, s. f. N'avoir pas cessé de 
jeter de la fumée, divogedi, v. n, 



Digitized by VjOOQ IC 



FOR 



87t 



m 



[parlant d6 la ch^iuinëe.) Qui mai la 
fumée ou en jette, mogéâuz, adj. Gri 
(fse Ton jette, auand on étoofle par 
la fumée, ba^À ! 

PUin, V. a. Fumer du tabae, fUmi, 

— butuni, T. n. 

POmil, s. m. Charbon ardent qui 
donne de la fumée, mogidelly f. 

roiIER, 9. m. Eau de fùmîer, dour' 
han*:oez, m. ; voy. Litière de chemin. 

FUIURE, s. f. La quantité de fumier 
mis dans la terre, ann teilach, m. 
(nom collectif.) 

FDl^ftE, adi. Chant fun...,ma- 
rounad, m. (V.) 

reiESTE, adj. Les suites funestes 
de la guerre, ar reuriou a zeu var- 
lerc'h ar brezel. 

FURETEUR, s. m. Fureder, m. 

FUREUR, s. f. Kounnar, f., — /le- 
gar, m. (C.) Être transporté de fu- 
reur, kounnari, — [hegari, v. n. C), 

— mont enn hegar, La fureur dans 
les yeux ; voy. éUncelant de colère. 

FURIRORD, adj. J'ai une envie furi- 
bonde de dormir, lazet ounn gant ar 
c'hoant kousket; voy. Terrible, — su- 
jet à de graBéi emportements. 

FURIEUX, adj. Être Airieux au point 
de s'injurier soi-même, en em dema; 
voy. Furibond, — terrible entie. == 
Bwoell, — Aîounnaref (parlant d'hom- 
mes), — Œoun enn-^an ken a fiic'h; 
voy. Souffler de colère. 



FURMCLB, s. m. û^ouk-Sant-KU 
rio, m. 

FUROHCLB, s. m. Bout du foronde, 
pignez, m. 

FURTIF, adj. Reaard ihrtiC, êéU o- 
gorn, m ; voy. Coni. 

FURTlVEËENt, adv. Enn tfmc'/^u* 
lou. Enlever furtivem^it, fale^hat, — 
raflât, v. a., — ober rin$ var, . . 

FUSRàU, s. m. Kêuneud'gfXêrtid 
(collectif) Pointe en fer d'un fueeau 
de quenouille, hinkin ou inkin, m. 
On dit aussi : henkin, m., pi. iou. 
Par extension, on dit, hinkm, pour 
indiquer tout le fuseau. 

FUSILKR, s. m. Soldat, fuzwUer^ 
m., pi. ien, 

FUSTIGER, V. a. Voy. Fooelter. 

FUT, s. m^ Fût de Croix d'Édise, 
ou Croix d'Église, avec son fût, lam- 
groaz, f., ou lann-groaz (comme on 
dît, Lambader, pour Lann-Bader), 
lieu, pays, où l'on honore la Croix, etc. 

FUTAIRE, s. f. Étoffe, fusten, f. s. pi. 

FUTILITÉ, s. f. FoutouUlenn, — 
rambre, — rambrerez, — ranerez^ 

— ravoderezy f. Qui en dit, raneer^ 

— raner, m., — ^xivoder, m., — rtf- 
vodez, f., — randoun, ou raJidounuZy 
m., — randaunenn, f., — (romèreer, 
m.. — rambreerez, f. T.) ; voy, RUi- 
séries, — fritoUtés, — radotàiseï , — 
sornettes; voy. Rrimborions, — hii- 
tilités, turubaillou, — ftraau netra), 
m. pi. 




Digiti 



zedby Google 



ÊÀG 



il9 



GAN 



G 



ï 



GABiU, 8. m. Modèle de navire, 
gobari, m. ; voy. Forme. 

GACHETTE, 6. f. Détente, partie d'un 
fusil, pluenn, f., — dreany m. 

GAFFE, s. f. Bideo, ou bidev, m., 
pi. bideuiou, 

GAGES, s. m. pi. Salaires. Servir à 
gages, koumanancha, v. n. Se mettre 
en gages d*août (se louer pour la ré- 
colte), mont da c'hopr-eost. Le mot, 
koumanancfiou, ne s'emploie au plu- 
riel, qu'en parlant de salaiies de do- 
mestiques. 

GAGER, V. a. Parier. Je gage ! ^ 
gageons! klaoustre! m^eut-douet! Je 
gagerais, me a barife. 

GAGNAIIT, adj. Je suis gagnant (au 
eu), gounidek ounn. Tantôt gagnant, 
antôt perdant, adj. et adv,, koll-di- 
goll, — koll-gounit. 

GAfflE-PAn, s. m. C'est mon gagne- 
pain; diout-^an enta va bara, 

GAGNÉ, 9iô}, Gagné par la honte, bet 
trea&h ar ve% d'e-z^han ; Toy . Bonuiié. 

GAGRER, V. a. Gagner à sa cause, 
lahaai da drei gant-han. (iagnerpar 
ruse, tumpa, v. a. ; gagner une ma- 
ladie de quelqu'un, destum klenved 
difxfh u. 6. As- tu gagné à cela? ha 
guell oud'te or-zef— Divar-ze petra 
a zo deuet gan-ez d'ar aectrf (T.) 
Gagner sur. . . (parlant de choses), 
douhler sur, comme les tuiles. gui$ka 
var... (On sous-entend, bord). C'est 
un homme <(ui ne gagne rien, eunn 
den dic'hoimtd eo. Le peu que nous 
gagnons avec. . . , ar penk a c*koune^ 
zomp dioc'k... ; voy. Prtil. Ne rien 
gagner ; voy. iekater, — yerdre sa 
p^e. (vaguer du temps, goulere'hi, 
y. n., ou gourhrc'hi, — ^ lakaai ann 
amter da votU ehiou. Avoir tout A 
gagner ; voy. Perdre. Un homme qui 
gagne par uisttre et autres moyens 
r^rcMvéS) eunn tager^ m. 



GAI, adj. Doux et gai, lirzin (par- 
lant de la voix.) Joyeux, lirin^ — friol, 
— joauz, — gae (G.), — seder (en- 
joué), — ampart (éveillé), — eskuit 
(C), — {laouenn he galoun, sorte 
d'adj.) Très-gai, fentuz (T.); kel 
laouenn hag ann heol (mot à mot : 
aussi gai que le soleil.) Devenir gai, 
ou plus gai, laouennaat; — joausaat. 
V. n. voy. ioTial, — (Gaité, Joausted 
L., fent T.) Joyeux, mao (L. C.) Ce 
mot forme un nom de famille. 

GAILLARD, s. m. C'est un fort gail- 
lard, eur paotr guen a zo ene, 

GALAHT, s. m. Kanfard, m., — 
kanfardez, f. Le plus galant auprès 
des filles, killek ar barrez, — ar 
maout, — ar maill, m. C'est un ga- 
lant homme, eunn den eo evU ann 
dereata. 

GALA]ffTni,s. m. Ridiculement galant 
(amoureux), qui aime à accompagner 
les dames, floc% m., pi. «cf. 

GALETAS, 8. m. Galetas où l'on dé- 
pose les outils de labourage, sanaill, 
m. 

GALOCHE, s. f. Jeu d'enfants, gom, 
f., — pilpod, m. (T.) =x Chaussure, 
botez ler-goat, f. ; plur. m. bouiou 
ler^oat. 

GALOP, s. m. Galoup, m. (mot bre- 
ton.) 

GALOPER, V. n. Galoupat, v. n., — 
fdaoU'lûmmet.J Aller au grand ffalop 
de son cheval, mont d'ann dami- 
lamm ruz gant he varc'h. 

GAUADER, V. n. Voy. Liberté. 

GARGRÉSE, s. f. Gangreen, f. et m. 
(moi importé.) En glréc, çraêy (je 
consume), d'où vient le mot krigmt, 
ou krign, ronger, -^ qni ronge. 



Digitized by VjOOQ IC 



CAR 



âso 



GAT 



GARANTIE, s. f. Kret, — goarant, 
m., fasurans, f. mot usité.) 

GARANTIR, v. a. Goaranti; voy. 
PréBcrver. Propre à garantir, gotux^ 
rantuz, — dioualluz^ adj. ; "voy. Assu- 
rer, — affirmer. 

6ARCÉE, s. f. Ancienne mesure de 
quatre hectolitres (pour les grains), 
goaraad, m., ou garsad. Le sac ayant 
celte contenance, soc'/i goarsader. 

GARÇON, s. m. Petit ff arçon, ixro^ri^, 
m.^paotredigou, pi. On dit, jnchoun^ 
en Provençal , pour interpeller un 
jeune garçon, ue n'est pas un méchant 
garçon, rCeuz ket eur ocUl-griaten a- 
nezhati' Bon garçon, paotrik chenHl. 
Gros garçon, mabik kuilL Un mau- 
vais garçon, eur oall-baotr. Un vieux 
garçon, eur paotr iaouank kozj — 
eunn den dizemez koz. Un garçon 
porteur, eur mevel portezery — eur 
paotr portezer. Mon pauvre garçon I 
paour keaz ! Rester garçon \ voy. Se 
marier. 

GARÇONNIÈRE, s. f. Penn-haatr, m. 

GARDE, s. f. Faire la garde, evesaaty 
V. n.== Pommes de garde, avalmi 

miret, ■ Garde, s. m. sugard^ m. 

- Nous en avons la garde, m on 
deuz ann diouall anezho, = Prends 
garde à ce que tu dis, diouall oc'h ar 
pez a lèverez, i Je ferai bonne 

garde pour que cet enfant ne puisse 
pas naître, evemat a rinn oc'h ar 
ougely ma ne ve ganet; voy. Gardien 
de maison manale. 

GARDE-GHAIPÉTRE, s. m. Goard- 
meziou, — goard-parkeiirj — goard- 
henchou, m. 

GARDE-FORESTIER, s. m. Goard- 
koad, — goard^foreMer, m. 

GARDER, V. a. Observer. Garder la jus- 
tice, mont gant ann eeun, == Surveil- 
ler. 11 faut le garder continuellement, 
dalc^h^mad e ranker beza var-ziotmll 



anezhan. 



Garder, v. n. ; voy. 



Saillir (parlant de femelles d'animaux.) 

GARDIEN, s. m. Gardien des saisies 
de justice, ahiennery — gieller, m. 
(Du côté de Plouvom, on dit, amto- 
nerj Gardien de vieux titres, dieller, 
m. .- ■ Gardien de la maison ma- 
nale. Je suis gardien aujourd'hui, me 
a zo goaz ar gear hirio. Je sais 
eardienne..., me a zo pla<fh ar gear 
hirio fliichOj à Guiclan, hisio^ à Brest.) 

GARE I sorte d'inteijection ; Ut-Us ! 
tec'h-tec'h I 

GARGOTE, s. f. Kaborell, f . ; voy. 
Tente de cabaret anx foires. En géné- 
ral, keusteurenn, — kavaillenn, f. ; 
voy. Towt manTaii ragttt. 

GARGOTliRE, s. f. TarzelUrez. — 
farzellerez, f. ; — gargotier, tarzeUer. 

GARNIR^ V. a. Ctoamisay v. a. Gar- 
nir d'étoupe. stoupa. Pour faire un 
adjectif signifiant garni de . • . . , il suf- 
fit d'ajouter, ek, au substantif corres- 
pondant \ Ex : dantelezy t., dentelles ; 
garni de dentelles, danteletek, acy* 

GARNITURE, s. f . GoamUur, f. Gar- 
niture d'autel, garlanteZj f., pi. ûm. 

GARROT, s. m. Partie du corps d'un 
cheval, dreanarmarc^h^ m. 

GASPILLER, V. a. Gasp. . . sa fortu- 
ne, finpa he vadou. On dit aussi, /b- 
rana, — bevezi, — fouiUeza he oea^ 
dra, V. a. 5 voy. Dissiper. 

GATE,a€y. GAté par rhumidité (par- 
lant de viandes et de poissons), l%8eî, 
adj. \. Y. pron. Se gâter ainsi, 

lisa, — bouta, v. n. ===== Avarié, — 
rance, louedet ; (ameuet, parlant du 
beurre, toufet, parlant du foin.) Vo- 
tre esprit est gâté, deuet eo ho kre- 
denn da drenka. Enfant chéri et gâ- 
té, poupik ar galoun (T.), — huçel 
re vak ha re lezet. Les mobiles se 
sont beaucoup gâtés pour avoir été 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



««f 



GÊN 



quél({U6 temps à Paris» ùr Vàhiléd a 
zà dêuêt tials fitll enn^ho, evit bcza 
het etmn tac/iad e Pariz. Œufs gâtés, 
mou troet^ — viou o vont da fall ; 
blé gâté) ed kosédet {êd o kosedi.) 
k 
GATER, y. à. Ceux que Ton gâté^ en 
deviennent moins traitables, a re a 
tétr kàmarfibre d'ezho (T.) fdr re a 
vez likaouétj^ab&zjfooêoc'kober (fànt- 

hOé 

Wnà (8e), V. ptôtx. Trei da fàll, 
— im fally — mofU da fall (au 
physique) ; voy. S*égarer, — te per- 
tertir, — tt evirroftfte. 

SA0CU, ^i L A gauche ! sou ! tour- 
ner à gauche, ioua, t. h. (Termes de 
eharretiér.) 

GAZÉ, adj. Langage gazé ; voy. Yoi- 



lé, — pilttÎÉé 



CAItm, «. f. Gdzetenn^ t;^ke' 
lever, m. pi. 

6AIM, s. m. Letoufi, in.; fizon 
vert, letounennjî. Se couvrir de ga- 
zon, letounif V. n. 

•AlêinitUdnrilT, s. m. Rinehan, (ri- 
chan^ m. T.) 

AAIOMAER, i. tt. Biehdndi, v^ n. 
(T.) 



I, V. imp. Glacer légèrement, 
klera, — kleretiHi, v. n. 11 gelait, 
klerenn a rea, — klet^enn a oa, — 
hle^et oa. 11 a gelé, klerel en deuz, 

QtUty âCUVS, a<]y. Dois gélif, koat 
flrmHekf ^ koatjelek. 

GÉm, V. n. Lenva, — huanadi, 
(keini, ou kunudi, v. n. en paHant 
des petites botes); voy. Pleura, — 
w&û^mt. Lé vent gémissant annonce 
la pluie, avel huàhdduz, sin glao. 

tiMMlIT, adQ. Vent gémissant, 
avel hïtanaduZé 



6ÉI1S9KIÉ1IT, s. m. Oéniissément 
d'afïliction, siouadenn, f., ou siùa- 
denn, pi. ou ; d'où le mot, sioiMIt ! 
hélas ! (malheureusextiont !) En bar- 
lant des petites bêtes, ou dira : f;et- 
nenn^ ou kunudenn^ f. Quelquefois^ 
cette dentière expression s'dpplique 
aux enfants. Le pauvre enfant fait 
entendre un gémissement <(Ui fait 
pitié , eur geinennik a zo var av 
c'hrouadur paour, truez he glètfét, 

GÊIAHT, adj. Kamûz, bevënir pliis 
gênant pour tout le monde, kasaû- 
saat oc'h dnn holl. 

GtllE, s. f. Je suis dans la gêne pour 
payer, laoniet (ou mieux, loanietj 
ounn o paea ; voy. Aèlé. 

GÉMÉj adj. Je dois gêné dans htcn 
habits, re start eo var-n-^oun. Vlvi-e 
dans une situation gênée ; voy. Végé- 
ter, — tl?(Mer. =ss£=a Grétté datis ses 
mouvements (comme ttn vieillard^ dti 
un manchot), andalaf^ acy. (G.) 

GÉHÉAtOétB, s. f. Nesanded, ou 
nested ; voy. Parenté. 

GÊfiEK, V. a. Stourm oc'h u. h*, «^ 
lakaat diez penn unan kennak; voy. 
Déranger. 

GÉMâlAL, ady . Nous dispensons d'une 
manière générale, dispans a roomp 
d*ann holl, — dispansi a teoinp enn 
eur fesoun jeneral. Faire une confes- 
sion générale, ober a-vrdz eur gave- 
sion euz he vuez penn-da-ieHn. A- 
perçu général de Thistoire, taollagad 
var afin histor a-bez. Est Toblct ie 
l'affectioii générale, a zo harâ gant 
peb unan. L'intérêt généi'al , mad 
ann holl, 

GÉNÉKlinm, s f. Bumm dud, m. 
Maiutenant que la génération échappé 
à tout autre enseignement religieux, 
enn amzer vrema , ma tec'h ar 
f^mm-dud a %o var ann douar dioch 
pep skol ail var ar reliifion. 
36 



Digitized by VjOOQ IC 



6ÉR 



282 



GL4 



6ÉIÉREUX , adj. Kalounek. Qui 
donne volontiers, mad da rei^ — 
brokuz. Devenir généreux, largaat, 

— brokusaat, v. n. 

GÉMÉREUSEIEIIT , adv. Kalounek, 

— gant largenteZy — brokuz, adv. 

GÉMÛIOOTÉ, 8. f. Largentez, f. 

(miOU, s. m. Partie saillante du 
genou^ penn-glin, — penn'ar'C*hlinj 
penn ann daoulin. 

GENBE, s. m. Quelque genre d'ou- 
vrage, micher pe vicher. Je sais quel 
genre de voix il a, me a oar pez doare 
(v€ doare J mouez eo. Quel genre 
d homme? pez doare [pe doare) den? 
pe seurt denf Grand genre, gv>-vraz, 
f. ; ton brazy m, ; voy. Sexe. : 

Catégorie. Ceux de son genre, he 
gendere. 



GERS, s. pi. m. et f. Hommes, en 
général. — Les gens de la République, 
paotred ar Repuhlik. — Les gens 
(habitants) de Bethléem; BethUemiz, 
Les petites gens, ann dudigou^ pi. m. 

GÉMUFLEXIOM, s. f. Stou-glin, m. 
Faire une génuflexion, penn-daou- 
lina, V. n. 

A 

GEOLIER, s. m. Concierge de prison, 
jolier, — goard, m. 

GÉRAIT, 8. m. Merer, m. 

GERBE, s. m. Mandosenn, f., — 
hordenn ed» 

GERBIÉRE, s. f. Bem-tro, Gerbes 
de blé en tas dans Taire, kakuad, m., 
plur. kakuajou. 

GERCÉ, a<y. Spinac'het; (skamilet, 
parlant des lèvres et de la terre); 
voy. Se fendre. 

GÉRER , V. a. Gérer une ferme , 
tiekaat^ v. n. -, voy. ÂiUidalstrer. 



GERIE. s. m. Le germe pestilentiel, 
ann haa fait. Le germe de Tœuf, 
killegez, f. 

GERUR, v. n. Didinm, v. n. (G.) 
(Au fig., kreski,^ atyandrip — gri- 
8ienn9p v. n.); voy. Se dételefper. 

GESTE, 8. m. Sin: Par geste, dre 
beinta. Gestes exorbitants, dispa- 
c'hiou, m. pi., — freuz, m; Peint, 
m., signifie geste pour indiquer com-* 
ment une chose s*est faite. Faire un 
geste significatif, peinta, v. a. et n. 

GESTICULER, v. n. Peinta, v. n. Ges- 
ticuler d'une façon exagérée (comme 
on le fait en causant), en em zifreta. 
(Parlant d'un homme en colère, ou 
de quelque î^nfRron y oberdispac'hiou; 
voy. Geste.) 

GIBECIÈRE, s. f. Drouin, m. 

GIBELOTTE, s. f. Jibloienn, t. (mot 
importé.) 

GIBOTER, V. n. Gadona, v. n. 

GIFFLE, s. f. Yoy. (H«f le ; stavad, 
ou stlafad, f. Donner une giffle à q. q., 
rei motd ar tanek da lipaJt da u. b, 
(Triv.) 

GIGOT, s. m. Morzed^vaout,î. Cuisse 
de mouton. 

GILET, s. m. JUetenn, f. En gilet, 
var-gorf he jiletenn. 

GIROUETTE, s. f. Jirouet, m, (mot 
importé.) 

GISANT, acy. A-atok, — (a-stok-he- 
gorf)^ adv., — astennet var, , ., a4j. 

k 
GITE, s. m. Habitation^ ti, — loj, 
m., — lojeiZyL Gîte de lièvre, ^et, — 
jet-gad, -— loj-gad, m. 

GLACE, s. f. Glaces qui pendent aux 
toits, dent genver, (Termes poétiques. 



Digitized by VjOOQ IC 



GLO 



S83 



GON 



mot à mot : dents de janvier.) Glace 
par un' temps sombre, skoum du. La 
première glace qui se forme, skias, 
m., (du latin, glacies.) Glace peu 
épaisse, riell, m. (G.) 

GLACER, V. n. Glacer légèrement, 
klera, — klerenni, v, n. (G.) Glacer 
dur, skoumi, v. n. (skorni, en 

Corn. . .) Au fig : Je fus presque 

glacé d'effroi, mennout a riz skia si 
(stenna) gant aoun. Le mot, stenna, 
signifie Raidir, en Gom. 

6LAIRR, s. f. Ronkenn, f., qui veut 
dire aussi, râle d'un mourant. 

GLAIREUX, adj. Ronkennek, adj. 

6LAMR8, s. m. pi. Parlant de mou- 
lin (partie du poutreau), guentleier, 
pi. m. ; voy. Tratersiers. 

GLAS, s. m. pi. Soniou-glaz, pi. m. 

GLISSADE, s. f. Gl... par plaisir, 
sur la glace, rampadenfiy f. Glissade 
involontaire, rikladenn, f. Glissade 
sur un sol incliné (parlant des enfants), 
ruzadenn^ f. 

GUSSAMT, adj. Coulant, link, ou 
linkr, — lampr, adj. 

GLISSER, V. n. Couler adroitement^ 
sila, V. n. Il vaut mieux glisser du 
pied que de la lan^e, qoasoc'h eo 

denn droad. 



deod eged eur rikla^ 



(HiMRE, s. f. Il est avide de gloire, 
c'hoant-diroll en deux da gaout gloar. 
Quand il était au faîte de la gloire, 
pa edo (pa oa, — pa veze) e kreiz 
Jte vrud (selon le sens habituel, actuel 
ou transitoire.) Rendre gloire à Dieu, 
dougen meuleudi da Zoue. Les gloires 
de Dieu ; voy. Grandeur. 

tt*6RinER (Se), v. pron. Se glor. . . 
de. . . , en em bompadi gant, . . 

aOSSER, t. n. Voy. GlOQSser. (Dict. 
Troude.) 



GLOUGLOU, s. m. Bruit d'un liquide 
en s'échappant d'une bouteille, bour^ 
houill, m. ; gougouk , pour gouk 
^ouk, cou cou, en français (harmonie 
imitative. ou onomatopée.) L'on dit 
aussi : oouilMoury m., eau mous- 
seuse et jaillissante d'une fontaine. 

GLOUTON, s. m. et adj. Yorace. N'euz 
sount ebed d'ezhan (sorte d'adj.) 

GLOUTOHNuuiï, adv. Voy. Le mot 
saitant. 

GLOUTONNER, v. n. Lounka. Avaler 
ffloutonnement, fripai, — gourloun- 
ka, V. a. et n. 

GLUAU, s. m. Goalenn gludet, f., 
pi. goalennou gludet; voy. Ragvette. 

GORELET, s. m. Picherik, — podik, 
m. Jeu des gobelets, c'hoari berlik' 
ha-berlok. 

GORER, V. a. Croire légèrement. 
Lounka kanvaled. Faire gober à q. q., 
rei kelien da bloumma da u. 6. 

GODAILLER, v. n. S'amuser à boire 
de côté et d'autre, lounka y v. n.; voy. 
Rambocher ; rouli, v. n. 

GOÉROR, s. m. Bezin (ce mot est 
toujours pi. m.) Goémon à petits 
grams, tellesk, m. Pécher goémon, 
(travailler à la grève), ootay v. n., à 
Cléder. 

GOGO (A), adv. Qui a tout à gogo, 
en deuz tout dioc'h he ziriz, (en deuz 
he oualc*h a bep tra); voy.fEE abon- 
dance, — à sonnait, — A satiété. 

GOHD, s. m. Mettre une porte sur 
ses gonds, marc'fta eunn or. Bruit 
de gond mal graissé, gitiaour, m. == 
Sortir de ses gonds, facna, v. n., — 
mont er meaz anezhan he unan. (Au 
moral.) 

GONFLÉ, adj. Enflé, c'houezet, adj.*, 
voy. Gonflement, — gonfler. 



Digitized by VjOOQ IC 



eou 



984 



GOU 



(QVLWRT, $. m. Gonfl... d'un 
metç à restomac, stambouc'h, m., 
(d'où le verbe, 8tamhouc*ha, et Tad- 
jectif) ^(^mbouc'huz ; voy. Enflure. 

COIFUi, V. a. Gonfl... son ventre, 
binta, ou $anla he gof; voy. Baiidw. 

X 

MVfiS, s. f- Fausse gorge (trachée- 
artère), komaill^nn^ f., — toull-gcu»t^ 
ar gouzoug, — toull-kontrol, m. 

GORGÉE s. f. Taol'lounk, — 2ot4ii-* 
kad, m., lounkadenny f. 

GOUn» 6- m- Plante; troad-leue, m. 

GOULOT, s. m. G... d'un pot à eau, 
s^teU eur pod^m% f. 

GOULU, adj. Parlant des animaux, 
rfinklçz, adj. ; voy, Çr^d nwiew, — 
j^tn étotiqve cmme la bdne, — 
boire on nanger comme no trou ; voy. 
Goormand. 

GQIWUDf «dv. Ler ostenn var ke 
gof, ^ kof stamm out-han. (sortes 
d'adj.) 

GDUUUXDSB , v. a. Gêurdrouz. 
Beaucoup g..., goalUc'kourdr^uZy v. 
a. et n. 

GOPBWBTTI. s- f- Partie d'un mors 
d^ bride. La mettre à un cheval, 
growYif^ eMr marc* h. 



GOUSSE, s. f. Blohad, — bouchad, 



m. 



WnSP* B. m. Poche ; houmkat, 
ou hourihikof, m. 
k 

COUT, s. m. Un des cinq sens. A- 
l^é^ble Ifloux) au goût, c^houek; fioM^y 
iicy. Saveur, saour. m. Goût à man- 
ger ; voy. If péltt. Alanger avec goût, 
(hbri^ natur, he vo^d. A mon goût, 
dioc'h va blaz (au physique) ; dioc% 
va i/iriz, — dioc'h m'em boa c'hoant, 
-^dioç'h va ^hoantlau moral.) Soupe 
sans goût, ^çubenn go\^ig,r. Perdra 



son (bon) goût, koll he vlaz* Pour 
donner un peu de goût à ma soupe, 
da vlaza (da zaoun) va zmbent^. 
Chacun a son goût,i>ep hini en deuz 
he c'hout fetel^e emaomp tout Piw.) 
En latin : trahit sua quemque volup- 
tas, crue l'on traduit souvent ainsi : 
logoaen d'ar c^iiaz, hag eskern itar 
chas. Prier avec goût, necji c'houek. 
Prier sans goût, beza dlzaour er pe^ 
dennou, — pedi dizaour, = Qui a du 
goût (qui est connaisseur), a an^vez 
mad eunn dra {mad da choaZf r- a 
oar petra a zo mad, — a car petra 
a zo kaer,) De bon foi^iy k^mpet^, 

— a-zoare, adj. Cfoût pour le travail ; 
voy. Ardeur, — peicliait. 

GOÛTÉ, a4J. Bien goûté, natur, — 
bîazet-madf — c*houek, adj., (sasun, 
bien apprêté.) 

A 

GOUTER, V. a. Quand mon âme 
goûte la piété, pa vez va ene e sao^r- 
vad. 

A 

GOUTER, s. m. Voy. CoUatiei. Donne- 
m'en à goûter, ro ann tanva d'in, — 
deuz ann tan ta d'in. 

GOUTTE, s. f. (Parlant de liquide) : 
goutte- A-gouttO; a-ver, — a^skuUl, 

— a-zil, — e^, adv. Goutte qui 
tombe, bewdenn, — divei*adenn, — 
strillenn, — striliadenn, f. D'où l'on 
forme le verbe strilla^ t— disirilkiy 

— dirilla, v. n. Tomber par goutte, 
divera astriU, — direra e-^triî, *- 
divera a-zil (e-sil.) Une bonne, ou 
une forte goutte à boire, eur Itgnne 
sounn, m. ; voy. Grain. 

GOUTTES, s. U pi. Sorte de m^die ; 
çatou, pi. m. ; — gar-oaA, m. s.. — 
urUUf pi, m,, — droukrSant'UrUm, 
m. s. 

GOUTTIÈRE, s. f. G... dans la toi- 
ture, ouedj ou noued>, *- kanrimifd, 
m. 

GOUVERIAIL, s. m. Le gouverniiil du 
moulin^ ar venterez, f. 



Digitized by VjOOQ IC 



6RA 



885 



6RA 



GOQVnUBIBIT, 8. m. G. .. de l'É- 
gUse, gouqmedige* ann Iliz (disci* 
pline de VÉglise); voy. AibBUit«tri|itB, 
— geatioB d'wne fenne. — Dans le 
gouvernement des affaires bumaines, 
et dans le gouvernement de sa vie, 
en eur veva nag en eur oher ke sial 
er hed-ma, — o veva hag oe*h oher 
ke stal er bed-vM ; voy. le payser de 
liei ia^s... Si le Gouvernement se 
rétablit, mar teu ar Gouamamant 
var he très. Se gouverner soi-même, 
heva enn, he rail, 

GUUT, 8. m. Voy. Cfncbe^te. 

ttâlATâlU, adj. Malade, - alité, 
var he vêle, — être he vêle hag ann 
tan.. 

X 

GlACB, 8. f. Je ne suis pas dans les 
bonnes grâces de Dieu (je suis désa- 
gréable à Dieu), dic'hras ounn da 
Zoue, , ,;■ Grâce â sa bonne con- 
duite et à son travail, /^ furentez haa 
he za(niam a ra evit^han. Grâce a 
ses petites économies, e-^err arpezik 
en aeuz espemet. A la grâce de Dieu ! 
ar pez a olij gant Voue a vezo ; enn 
avantur Loue 1 Accordez-moi cette 
grâce, ô mon Dieu ! Ar c^hras-se d'tn, 
o va Doue ! (sous-entendu, roit, don- 
nes.) Faites-lui grâce de l'Enfer ! gras 
ha pardoun cre-z-han dioc'h ann 
Ifem ! Grâce aux ténèbres de la nuit, 
are denvaUjenn ann noty — dindan 
tetwaliienn ann noZy — o^h tenva- 
l%jenn not; voy. leyenntBl. La bonté 
de Dieu exige de nous des actions de 
grâces, modelez Doue a c^houlenn 
ma ve trugarekeat gan-e-omp, ■ 
0e grâee ! adv., emi han' Doue (enn 
kano Doue I^ — dreiU pep tra ! — 
gant a reot ! — me ho ped I — mar 
phj ç^H'^e-éoc'h f ♦■■» Promener 
8e« grâces, pourmen he (fhalxte, f. ; 
he galUe, m. (Fam.) 

OUOSm, ^4i. Grariuz, — brao da 
gaoze^U — deread; voy. CifU, — 
S^in^le, — Mil, pergen, — kempenn^ 
— seven. Peu gracieux, divady — 
^ic^brQs, ^ dishegarad* 



OADjE, s. m. Ch^ad, m.; voy. Degré. 

nàSB, s. m. G... de poussière' 
hrienenn, f. ; grain de pluie (subite^ 
venant de la mer), mor^&hlaoj m. » 
grain de chapelet, paterenn, f. Un 
grain de bon sens, eur hegad skiant, 
— eunn tamm skiant vaa. Les (quel- 
ques rares grains de froment qui ont 
poussé, ar guinizennou dioanet, 

PUISSE, s. f. Pain de craisse, blo- 
negenn, f. == Graisse de porc, blo- 
ne\ m. Graisse qui découle des 
viandes rôties, terrez, f. 

fflUID, a4i^. Un grand bien-ôtre, 
eur vad^dreist. Un grand if^ eur ve- 
zenn imn vraz. Une grande ventrée, 
eur pez kofad, m.. — eunn deuren^ 
nad^ f. Ungrandaépensier, eur oa22- 
zispigner. Qui a un grand front, to- 
lek, adj. Un grand fardeau, euroall" 
veae*h, m. Une grande plaie eur pi^ 
kol gouli (G.) : voy. IntFodactiOD, 
Cbapltre D, a® 32. c== Goall, signi- 
fiant grand, ou grandement, ne se 
met qu'en mauvaise part. Un très- 
grand (en général), eur pez hini, -^ 
eur foultrenn hini. Grande fête, 
gouel kaer, m. Grand mangeur, kof- 
aovm, — kof iod (Fam.) ; voy. Paa- 
sard. Grand marcheur, modela raie ; 
voy. Faineu:!, — fiefé. == Très- 
grand, hraz'pikol (C.) De grande 
&ille, (de haute stature) mentek^ adj. 
Un grand travail, eur pez labour. De 
grands et importants seigneurs, mon- 
dianed (L.), — pinarded (C. V.J Ils 
sont déjà joliment grands, savet'brao 
int dija, — h^azik aoualc'h int dija» 
Le grand devoir de la vie chrétienne, 
dever kenta eur chinsten. Ils n'exa- 
minent pas leurs plus grands péchés, 
ne bleustront ket var ho goasa pec'he- 
jou, f Goasa, s'emploie en mauvaise 
part, comme goalL) Quand le mal est 
le plus ^nd, c'est alors que l'abcès 
est près d'aboutir, pa vez ar boan 
enn he goasa, e vez tost ar gor da 
ziskarga. Le plus grand inenteur qui 
existe, ar (alla gaouiad a zo er vro. 
De grandes phrases, frazennou hirr. 



Digitized by VjOOQ IC 



GU 



^86 



GRÊ 



Au grand ouvert, digoi* frank, adj. 
La pauvreté était tout aussi grande 
dans leurs vêtements, ar àaourentez 
a ioa ken iskiz ail enn ho dillad. Au 
f^rand découvert, dizolo kaer, adj. Un 
bien grand champ, euroall-hark!(ln- 
terjection). Oui ! grand-père, (grand* 
mère), ia ! kozik ! ia ! tad-koz ! ia ! 
mamm-poz ! Un grand signe de 
croix, stn-ar-groaz hraz, — sin ar 
groaz, hag unan braz^ zoken; voy. 
Gros, énorme. 

6RASDEIENT, adv. Braz-, voy. Fort, 
adv. 

GRAHDEUR, s. f. Se donner des airs 
de grandeur; voy. Air. Les grandeurs 
de la terre, hrasdetnou ann douar. 
On prononce souvent , brastetnou. 
Cela nous dit les grandeurs de Dieu, 
kement'Se a lacar d*e'Omp peger 
braz eo Doue, 

6RAHD1R, V. n. Sevel, — beza savet, 

— sevel a vihan da vraz, — brasaat, 
(dont da greac'h T.), — dont da veza 
hraz. n avait grandi parmi eux, savet 
oa het enn ho zouez, — eno en doa 
great he gresk diveza ; — (eno en doa 
tremenet he iaauankiz, vaut mieux.) 

GRAIIITIQUE, adj. Grouanek, a^j. 

GRAS, adj. Très gras, lart-toaz, — 
lart'kuill. Les jours gras ; voy. Car- 
iia?al, — oiseau. L*adjectif, fetis, 
s*applique en ce sens, aux hommes 
et aux animaux. Aliments gras, kik, 
m. s. Jour gras, devez kik. User d'ali- 
ments gras, dibri kik. Du gras (par- 
tie grasse), kik druz. Rendre, ou de- 
venir gras, larda, v. a. et n. Rendre, 
ou devenir de plus en plus gras , 
lartaaty v. a. et n. 

GRASSEYER, v. n. Il grasseie, kraou- 
ennek eo, — kaozeal kraouennek a 
ra, 

^ATIFICATIOR, s. f. Soumm ar- 
c'hant, f., — dournad arc'hant, m., 

— pae^ f., — (guerz ar butun, f.), 
en style familier ; voy. Pourboire. 



GRATIN, s. m. Kreienn (L.), ou 
hnenn, f. Enlever le gratin de la bouil- 
lie, digrienna a^ od, 

GRATTER, v. a. Krafat, — kHfinat. 
== V. pron. î5^^* flrr (parlant des 
chiens), diskraoelîat ^ v. n. - 
Gratter légumes, rinka lugumach. 
Gratter la terre, fouiller la terre; 
voy. Remiier. === Tergiverser, ou 
se gratter la tête, pour en faire sortir 
des résolutions, tarlaskat, v. n. En 
Trég. kaskarat. v. n. 

GRAVE, adj. Sérieux, dic'hoarz, — 
divadin, — den a bouez, — fparfet, 
parlant du maintien.) Maladie grave, 
goall-glenved. Grave affaire, tra vraz; 
voy. Question. Une brisure est plus 
grave qu'une simple rupture, eur breo 
JbrevJ a zo goasoch eged eunn torr. 

GRAVÉ, adj. Ouvré, — guilloché, 
rikamanet^ — friket (parlant de des- 
sins sur les sabots.) Gravé de la pe- 
tite vérole, pikotet, adj. 

GRAVERENT, adv. Var-he-bouez, — 
var-he-zres^ m., — dres, — pozet, 
adv. Pécher gravement, goall-fazia 
a-enep Doue, — goalUbechi^ v. n. 

GRAVER, v. a. Voy. Imprimer, - 
graté, — onyré. 

GRAVIR, V. a. Gravir une pente ; 
voy. Fente. Gravir la montagne, pignat 
gant ar menez. Montagne difhdle à 
gravir, menez torr^halan, (m. à m. : 
casse-haleine) ; voy. Escarpé. 

GRAVITÉ, s. f. Parlant du maintien, 
parfetiz, f. (G.) 

GRAVURES, s. f. pi. Dessin sur les 
sabots, etc., rikamanou; voy. Estampe, 
— image. 

GRÉ, s. m. Il y alla contre son gré ; 
voy. Halgré lui ; hema a ioa diez o 
vont di. Au gré du vent, enn ioul ann 
avel, — gant ioul ann avei, ou sim- 
plement, gant ann avel. Au gré du 



Digitized by VjOOQ IC 



GBl 



287 



GRI 



vent et de la marée, taoUdîstaol gant 
ann avel (sorte d'adj.); enn ioulmor 
hag avel. Ne sait gré à personne; voy. 
Ittmcile à seirir; diaviz, adj., — n'ett 
deuz gras vctd ebed, — n'en deuz aviz 
vad ebed, 

6BEC, s. m. Langue. Parler grec, 
gregachi, v. n. 

ffltEPFi, a4j. Terme de jardinage. 
Plant non greffe, egraz, ou egrez, m ; 
voy. Yerjvft, — fiant laaYageon d'ar- 
kre firvitier. 

6IIÊLB, s. f. Le froment a été abî- 
mé par la grêle, hazarc^het eo bet ar 
auiniz. Grosse grêle, kazarc'h, m. 
Temps sujet à amener de la grêle, 
umzer gazarc'huz. Grizill, m., veut 
dire, petite grêle. 

GRELOT, s. m. GHzilloun, m., pi. ou. 

(aSHOUILLÉRE, s. f. Ranek, f. 

GRÉS, s. m. Pri, m. est générale- 
ment employé, parlant de vases en 
grès ; eur voutaxll 6n, une bouteille 
en grès ; — On dit aussi : krêg, m. 

GBtTE, s. f. Rivage de la mer, ou 
d'une rivière, krae, m., === gro 
(anc), ou gi*oa, f., dérivé de grouan, 
gravier; voy. RiTige. Passer sur la grè- 
ve précisément au moment où la marée 
le permet, tremen ku-ha-ka, Travai- 
ler à la grève, (pêcher le goémon), 
aocha^ v. n., ou mieux, aota (Cléder.) 
== Ouvriers en grève, artizaned 
mouzetfoc'k al labour^ sous-entendu.) 

GRETÉ, a4j. Grevé de dettes, amar- 
ret a zle, (En général : e goask), 
dindan ar beac'n (sortes d'adj.) 

GRRVSR, V a. Grever le peuple, 
lakaat goall-viriou var ar bobl. Nous 
sommes grevés, ni a zo goasket, — 
ni a 20 glac'karet. 

GRIEF, s. m. Abek, m., pi. abegou, 
— ar pez a zo tamallet dau,b,, grief 
contre q. q. 



GRIFFE, s. f. Ivin, m., pi. ou. Coups 
de griffe, skilfad, m., — (kmbanad, 
f.) ; voy. Coups de poing. 

GRIFFOI, s. m. Animal imaginaire, 
gfnpt, m. 

GRIGROTER, v. a. Krignat^ v. a. 
Ann nep a erruo re zivezad, en de^ 
vezo eskern da lipat (da grignat.) 
En latin, tardé venientibtts ossal des 
os à grignoter pour les retardataires. 



GRILLADE, s. f. 
krazadenn^ f. 



Gr. . . de viande, 



GRILLÉ, a<y. Pain grillé (trop cuit), 
bara kraz ; voy. R4tie de pidft. 

GRIIACES, s. f. pi. Ardou^ pi. m., 

— simillou, pi. m., — simillerez, f., 

— arvechou, pi. m. ; voy. Singeries, 
ou Tilaines gnmaces ; — rase, — ar- 
Ulice, — comédie. 

CffllUUD, s. m. Méchant écrivain, 
beuziky m., pi. beuzedigou; voy. Jenne 
écolier. On dit aussi : beuz^ m., pi. éd. 

GRUPEREAU, s. m. Oiseau. Grtm- 
perik^ ou skrimperik, m. 

GRUCEIERT , s. m. Rire canin , 
skrigny — diskrougnadek, m, 

GRINCER, V. n. Gr. . . des dents, rt- 
gouignat, v. n. ; voy. TraTailler avec 
une mauvaise scie. 

GRDfCKUX, adj. Ginet, — kintuz, 

— egas, — tagnouz, — dfin panen, 

— grignouz : voy. ReYèche, importnn, 
de mantaise linmenr. 

GRINGALET, s. m. C'est un gr..., 
eur blogom a zen eo. 

GRIS, adj. Badaou^t. 

GRIVE, s. f. Oiseau, bondrask, f., 

— litrak^ m., pi. lUraged. (Ce sont 
des espèces particulières à certains 

pays.) 



Digitized by VjOOQ IC 



6A0 



6!l0 



ftMNHIEKQIT, s. m. Gr... des porc9, 
soroc*h, m. (parlant du vent, gront, 
m.) Gr. . . du chien, razaill^ m. 

6B06HER, V. n. Grontal, v. n. (par- 
lant du vent.) Grogner entre ses dentâ 
(grommelerj, soroc'hat, v. n. ; — par- 
lant d*un chien, razaillat, v. ti. ; — 
Edrlant d*un homme en mauvaise 
umeur, sourral, v. n. 

ffltOifillSin; — GIO€ffOR, s. m. So- 

roc'her, m. Où il y a des cochons, il 
y a des grognons^ var*dro ar moc'h 
e vez 8oroc*h (Prov.) ; voy. Retècll^, — 
gronder, •— incommode, — hargneux; 

grignouz, -— hintuz, — egaz, — gi- 
net. 

6R0NDE&, v. n. et a. Parlant dé la 
mer, krozal, v. n. ; parlant du vent, 
c*houeza, — grontal^ — strakal, — 
sourral, v. n- Gronder fort (gronder 
en colère), skandalat, v. a. Elle m'a 
grondé, trouz am eux klevet gant-hi, 
— ttouz am eut bet diout-hi. Qui 
gronde, en nasillant, froneUuz, adj.; 
voy. Chicaner. 

GROHDERIS, s. f. Grond... (forte 
réprimande)^ skandaladenn, f. 

CHIMirËuk, adj. et suhs. Krazer, — 
skandaler, — ■ êoroc'her, m. 5 — «o- 
roc'huz, adj. 

6R0S, adj. Un très gros morceau de 
pain, eur pikol pez oara (G.) ; — gros 
clou, tacli hirr ha teo, m. j — enfant 
gros et fort, mahik kuiU Ha koant. 
Gros garçon, tnabik kuill. Homme 
gros et court, torgos^ m. Un homme 
gros de corps, eunn den ampl, — 
eunn teoard a zen. Gros poisson, 
fauUrenn peak, m. De gros men- 
songes^ mellou geoier^ j)l. m. (C.j De 
très giH)S8es pierres, pikolou mein, 
pi. m. (G.) Un gros cercle de fbu, 
eur pez kelc'h tan. Trop gros pour 
entrer par un trou, tiUum, a<ifj. Qui 
a de grosses lèvres, muzellek, ac^j* 
(On ajoute efc, au substantif en ces 
cas, pour former l'adjectif.) Gros et 



fort (parlant de tissus et dé tôilés), 
krenn, — fétiz, — ke^^gloc% ady. -^^ 
Grosse toile ; voj. é^ ; lien rouët, 
m. ; — gros tamis, tamou^z touez, ta. 
■■ Gros, opposé à fiti, gt^àz^ adj. 

■ Le gros des travàut d^hitèr 

est fait, al labourou goanv a zo di^ 
vraîet. — Gros ventre, kofdoun,m. 

GRdSSE, s. f. (12 douaaines de cer- 
taines marchandises) ; voy. faQiot 
d*éfinglei, — holte; tronaad, -^ kou- 
chad, m. 

GROSSIER, adj. Parlant de toiles; 
voy. firos. Homme grossier et brutal, 
mastin^ — maatokin, m. (termes 
caustiques) ; voy. (Joqnin, — mnloirt. 
Ton langage est grossier^ lourt fteo, 

— garoj e komzez (e kaazeez.J Fiiïe 
grossière (sauvage comme un che- 
vreuil) , plac'h'-iourch, f. 

GROSSltREURT, adv. Vey« 6rM| — 
comnie in groisier, — tniuter. 

GROSSIR, V. n. En parlant d'arbres 
et de tubercules, o&et* korf, v. n. 

GROTtË, s. f. kao, m., — groienn, 
f., — toull-roc'h, m., pi. tùulloU' 
roc'h. Grotte formée de rochers, sur 
le bord de la mer, karrek kleuz, f. 
Grotte, en terre ferme, roc'h toull, f. 
Au piur. on dira : kerrek kleuz, -— 
recliier toulL Au sing. on dit : kav, 

— kev, — keo, — kao, (G. L. T.); — 
keu, (Y.), dont le plur. est kaiou, ou 
kaviouy (L.), — kaviOy — keviOy ou 
keoio^ (T.), et keuieu, (V.) 

GROUPE^ 8. m. Rumnuid, in,, ^jkr' 
lant d'individus, de ménage^; boaiid, 
m., — bagcui^ f., (parlant de mai* 
sons.) = Groupe de chevaux liés 
les uns aux autres, kordentêod kétek, 
f. Le féminin, Intgad, signifierait plu- 
tôt l>srtelée, (de bag, bateau.) Dans 
les langues orientales, il a le sens de, 
beaucoup de monde. 

MOOPBR, V. à. Gf..« des c^jets, 
stroba traou. On dit aussi, utrottCLi 



Digitized by VjOOQ IC 



tm 



«» 



BH 



6Ui» s. m. Gué de rivière, gm, (., 
ou guev, pi. gueou, ou çueviou, — 
truk, m. (C), — roudaur, m. | voy. 
Passmne^ faite de jg^roa^sçs pierres 

Eour passer un eours d*6au, A marée 
asse. 

CmUl^ s. t Xupe, ou robe qui 
iratae daiw la boue, UnnUenn, t, — 
dHîad gwXUdiraiparf pi. m., «- fro- 
bidenn, f. , voy. laUloat. Ramasser 
des geuilles, tnnUaoua, -i^ptlkuma, 
▼. n. Celui qpi en ramasse, pillaouer, 
m. JeaB-guenHle et Jeanneite-gue^ 
aille, lank4)itlenn ha lannedAruUf 
Utm (termes caustiques.) Oa disait, 
jadis : Laboêkenn, m. ; voy. lautais 
vtUmeDts. 

GAI, «dT. ; Toy. Pat, — folat. 

CUtBI, a4j. Salo^ ^pare, acy. 

CflÉUI, T. a. et V. n. Guérir d*un 
mal, parea dUxfh eur c'hlenved. Il 
f^ gimir^ éfma en*u da vad Qdatre, 

^TT* ffUelimt a ra d'^zhan» jrrrrr-rr Au 

figuré, sevrer ; yoy. fite mots. Je t'en 
guérirai, me a gavo da louzou d*id 
(fjitn.) 'fdic'Jioanta (dùfhrac'ki, — di- 
vi}umaùna), a rinn ac'hanoud, 

IHIÉUSOI, s. f. Pare, ra. 

MrtMttiiLI, adj. Poreux (a to pa- 
0ig evM-han, — * a ^o eac da barea, 
^wlent mieux.) 

WaRS, s. f. (Thoari^etelik, f. 
(Brezel da fall, m.), signiûe petite 
^ueme. Au figuré on met souvent, 
met€, m., épée, pour brezel, m., 
guerre On te fait la guerre, ewieur 



var da vuez, = Homme de guerre 
(guerrier), gour, m., pi. gouir (anc.) ; 
voy. Homme. 

€UET-lfinfS, s. m. Vetepans, m. ; 
voy. Piège, — embûche. 

GUEUX, adj. et subs. Les gueux, ar 
geiz. =5= Coureuse, truckenn, f. fF= 
Coquin, jjcne/pA;, m. 

GUICHET, s. m. guidà^d, r- dimii^ 
kell, f. 

GUIDE, s. f. Lanière (parlant d'un 
cheval attelé), lerenn, ^ ranjenn, 
— kordenn vleina , — eiblen ,' t, 
pi. m. siblou, — gijçH, pi. dçi,, e«t 
assez usité. 

GUl^nEB, s. m. Koat J^n^, m. 

GUIGMOI, s. m. Mauvaise chance, 
dichans, f. 

GQILUNIÉ, adj. Riftamanetf — 
friket; voy. Grafé, — ouvré. 

$VIU.OTfllBR, v. a. DiJbenm, — 
(krenna fam.), — disirtija, est sou- 
vent employé en Léon, en ce qis. 

_ GURDAKPE, s. f. Trompill, t\ voy. 
TrompetU. 

6UBIG0B, s. m. Goarigell, f. 

WIILAHBE, s. f. Orner de j^jip- 
landes, garlantezay v. a. 

CIHSK, s. f. Vivre à, sa guise, beva 
enn ke roll. Il en fera à sa guise, 
eoel a §aro a raio. 




Digitized by VjOOQ IC 



HAB 



MO 



fiAI 



H 



Voy. LlAtr«d«€tiiB. (Lettre I, son emploi), chap. U, N* 8. 



■A l Inteijection, aa ! 

lABALB, adj. Ahil (mot breton), — 
desket-braz, — apert, -^ampert, — 
(ijimuzj adj., adroit.) Etre habile 
dans la musique, gouzotU muzikal ; 
voy. SaTeir. 

lABILLi, adj. À peine habillé, di- 
vish, adj. Mal habillé, dillad fall 
enn-dro d'e-z-han; guisket-paour ; 
digempenn, adj., labaskenn, m. Bien 
habille (bien ajusté, parlant des per- 
sonnes), ûch, a4j. On dit aussi, fichet, 
parlant des femmes qui font grande 
toilette. 

lABlLLD (8'), V. pron. S*habiller 
en soldat^ lakcuit diÛad soudard, — 
guiska dxllad soudard* 

lABIT, s. m. Habit neuf, guiska- 
tnarU nevez, m. s., ou mieux, dillad 
neveZf pi. m., — tiabid nevez m. s. ; 
voj.laàie(auflguré.]Enfantqui prend 
som de ses habits, difreuz^ acy. Et il 
revêtit les habits d'un pauvre, hag 
ec'h en em viskaz gant dillad eur 
paour keaz. Avec ses habits de grande 
tenue y guisket enn he faroa tout.. 
Prendre Thabit (stvle religieux), guis- 
ka ar zae\ voy. Tètwt. 

lABITART, s. m. Les habitants d'un 
pays, ar vroiz. En ajoutant iz, au 
nom de lieu , en forme facilement 
celui des habitants; Ex : Montroulez, 
Iforlaix ; — Montrouleziz, les Mor- 
laisiens. Sans habitants, dtdud, a4j.; 
— diloj. a4j. ; — den ehed enn-han 
(sorte d'adiject.) ; voy. L*fitredicttti, 
chap. I. 

UBim, V. n. et a. Beza o ehoum 
£. • . *^ voy. Deaeerer. La maison que 
je vais habiter, ann H ma *z ann 
orema éa choum (ennrhan.J Habitant 



le plus près de TÉquateur, o choum 
da dosta d*al Linenn. Habiter la cam- 
pagne, heza choum var ar meaz, 

HABITUDE, s. f. Gomme d'habitude, 
hervez ar c'hustum, Voili mes habi- 
tudes, selu va oiz-heva. Il a lliabi- 
tude de travailler son jardin, hennez 
a gustum labourât he-unan he jar- 
din. Qui n*a plus Thabitude d'une 
chose, divoaz dioc'h eunn dra. Lon- 
gue habitude, goalUvoaz, f. (en mau- 
vaise part) , — eur voaz kirr (en 
bonne part.) 

lABITUÉ, adj. Habitué aux priva- 
tions, boaz da gaout diouer^ ao(j. 

lABITDEi, V. a. Pour les habituer 
à se laisser ferrer, evit ma vezint 
easoc'h da houama. 



V. n. Voy. 
baMIler ; irahellat, v. n. 



lAQHMi, s. m. Couperet ou table, 
ou plat pour hacher les viandes, tran- 
chouer , m Moulin pour hacher 
pommes, malouer^ m., on encore 
égrugeoir, petit vase où Ton réduit 
en poudre le sel, le sucre. • • 

lAGAlD, adi. Yeux hasards (effarés), 
dcumlagad dispourbeueh^ — - daou- 
lagad skeulf, 

lAIB, s. f. Garz, f., — girstetf pi. 
m. irr. Haie vive^ kae, m., — drexll, 
f. (T.) Petite haie, gour-gleua^ m. 
Faire une haie, kaea, v. n., et mieux, 
ober eur c'hae, — Kaea oc'h..., 
faire une haie, (mettre obstacle à« • . , 
au fig.) 

lAIIXen, s. m. pi. Voy. GieiUles; 
labaskenn^ m., (homme mal hal^llé.) 



Digitized by VjOOQ IC 



HAM 



M4 



HAS 



, s. f. Avoir une haine mor- 
telle à l'endroit de q. q., kaout has 
ar maro oc^h unan oennak (expres- 
sion très usitée.) Pour éviter Téqui- 
voque. on ferait mieux de mettre, 
dans la plupart des cas, haami, au 
lieu de has; voy. iTcrsIei. 

lâHIDX, adj. Kasoniuz. 



I, v. a. Voy. les deux mots pré- 
cédents; argam, v. a. == Détester^ — 
exécrer, drouk-karet, v. a. On dit : 
onn diaaul, menergarz ! pour : ann 
diaoid me hen argarz, le diable, ie 
le déteste ! (sorte d'imprécation tr^ 
usitée et très catholique, chez les 
Bretons qui n'aiment pas i prononcer 
le root, Ûiaoul, sans ce correctif ou 
qualificatif.) Qui hait tout le monde, 
koêaûz afh ann holl. On prononce : 



B, s. f. Tout d'une haleine 
(pariant de course, à dieval, ou en 
voiture, hep kere'ha mot à mot ! sans 
donner de l'avoine) ; voy. 8'arrèter, 
- lertfeier, — saM ê&Mm. KuU 
da taie e itep leaffk (sens général.) 
tXr^ hors ohaleine, v. n., termal^ 
V. n. ; voy. Hier. 

lALITAR, adj. Être haleUnt, adj., 
termal^ v. n.; voy. Basplrer, — hlier. 



», s. m. pi. Ouidigou 



goueiy m. pi. 



lALUKOATM, s. f. Sorc'hennou, 

SI. f.; — ffaUaziou, pi. m.j illusions 
es sens.) A coup sûr, j'étais le su^et 
de quelque hallucination, quand j'ai 
épousé cet homme, asur oa lekeat 
gïeurou var va daoulagad, pa edon 
timezi da hennez. 

lALLOCDIÉ, a(y. A vel gant he spe- 
red hepken, — a gav d^e-^han e tel 
gant he zaaulagad^ — det» sorc^henr 
net, — den faUaziuz, — trevaliet, — 
n'ema ket nutd he benn. 

lUIAC, s. m. Gmle martolod, m. 



lAUâU, s. m. Voy. Tillace. Place 
d'un hameau, kertadenn^ <— tnier, 
— vilar, f., — (rUeri T.) Park ar 
vilar^ champ du hameau. 



wuuMi, V. n. Termal^ v. n., (être 
hors d'haleine.) Haketal, — hakal, 
V. n. ; (hépiter en partant, m lire, 
ha ha. . ./ 

lAMâi, s. m. lapim.; voy. Appentif. 

IAKîBLBI, V. a. Harceler quelqu'un, 
slaga gant u. &., ^n a vo feaz; voy. 
fanpertuer. 

lAIM, adj. Ardiz (mot usité.) s= 
Sans peur, digpount, — dizaoun, adj.; 
hardi devant q. a., ardiz oc*h u, h. 

T (}ui ne s'émeut de rien ; voy. 

fanpassihie, — Insanilble ; dizaouzan, 
— gron»f — ditpount-braz ; voy. Bè- 
wûnà. Être trop hardi avec quelqu'un; 
voy. Familier, — Uhertéi. 

IA1DIE8SB, s. f. Ardizegez^ t. — 
Trop grande hardiesse , fron , m. ; 
voy. Effirtnterie. 

lAIMEDI, acy. Tagnouz, — sika- 
nuz, — (kintuz T.); voy. Grtgien, — 
revècbe. 



I, s. f. Vivre en bonne har- 
monie avec guelqu'nn, en em glevet 
gant u. 6., — en em eoer gant u. 6., 

— ober duxfh u. 6., — tremen dioc'h 
u, b. ; voy. lénager bonnes grfteei, — 
benne intelligence. 

lâlIAIS, s. m. Stam, m., pi. ou ; 
{denn, f. T.)j Harnais complet, riklou 
(C), — rexzou (L.), pi. m. ; voy. 
Batterie, — attelage. 

lABPIB. s. f. Goallrgiez, f. (Triv.), 

— goall-hez, f. 

lABT, s. m. Lien, guedenn, f.; 
kreve, ou kevre, m., pi. ou. 

HASARD, s. m. Heureux hasard, 
taol chan$, m.; eham vad, f., — 



Digitized by VjOOQ IC 



HAf 



tM 



HAf 



iàci chem$ haer, m.. Prçilijrê «ne 
thmt au hasard ^aâs choisir)^ /;efn^ 
r€t êh^rroh, — o-rfrafe (T.), — il^eme- 
rei dtoc'/i ma teuie, — {kemeret hep 
sellet, — ^ep choaz, — /lep «oiy, — 
tfiioor ann aaaiil««rj Tout jén de 
bMard^ c'/iMeri chans, L A tûut b»^ 
mfà ivaillo que vailk)^ niitor t^ui. 
(Quoiqu'il arrive, en^uet pe emt&; 

— evel ma vezo e vezo, — bezet pe 
ne veMi, sortes d'adierbes.) C'est un 
Basard qu'il n'ait pas été tué, eunn 
taol chans eo d'e-z^han pa ne ket het 
tàzet, Livier au hasord, avanturi, 
r. a.; — lezel ann traou da ga8\ — 
lezel ann traou da gas dioc'h ho roll, 

— lezelanntraouennavanturD&ue, 

— letel holontez Doue da ren, — 
têrel pep tra da vont evel ma karo 
Bûuej — lezel ann trûou da heulia 
Jkf ckans, — lezel ar voul da drei 

diùe'â he dwii. Regretteriez- vous , 
pfr hasard, d'être venu ici ? dao%ist 
ha hêut 6 pe da veza deuet ama 1 

lASARDERy V. a. AvantuH, — riska^ 

— broka^ y. a. Je hasardai un mot 
français, me a riskaz digas euir ger 
aallek; voy. Pronoaieef. Action de 
hasarder, riskadenn, f. = Se ha- 
«trtffer, v. prdn.; vtiy. S'eïçoser; — en 
ém thka, -^ en em avanturi^ — 
riska^ ou avanturi^ v. n. 

■âSMUIBOE, adj, Riskut, zàà. Essai 
lMttârd0«ucymJk0idfn«i; hrvhadmnrt 

USiaraïaaOEIT, ad^. Véy. au bâ- 
tard, r. 

k 
lATB, s. f. Il alla en toute hâte, 
mont a reaz, mail gant-han; — 
ment a reaz. kas ganUhan; voy. Pï^ 
diction. Aller avec trop de hâte, 
mont a-gas, — mont a-lamm. Elle 
a grande hâte de se marier, dispaiU 
eo gant-hi dimezi. Faire ua travail 
àfme hâte et négligence, ober emin 
dra dicar fea (divar neuzj; oher la- 
bour belek, — ober labour dijentil, 
m. (Patnr.)' Oe» locutions ne doivent 
s'entendre que dans un sens restreint, 
et comme pour dire , travailler la 
iênm eomine qoelqpi'uB qui^ n'en a 
pw Xliabiludat; vo^. Trottie. 



MTB, T. «v Hât«r fte fait ftm t«u- 
jour» arrivent mdik a â¥^ a* m Wo^ 
rodika re:dn0hadkH/-^ktnmi%0^ 
hê^kammed e roer tr& àr bêà; — no 
dalt ket mont d^ar red, guêllo9'h eo 
mont abred (Prcrr^); voy. IctIVer. 

lAUSSE-GOL, s. m. Pour les officiers, 
goakol, m., pl« iou^ 

HAirr, s. m. U Ke prédpît» dft Bàut 
en bas^ pour se^ détruire^ «n emeh^H^ 
ka a reaa d'ann traon da derri ke 
G'houzeuJcé Du haut de la chaàte^em 
a gador ar virionez. Toibber cil» hadt 
d'une f^étre, kaueub eu^ eur pro- 
nestr d*ann traon. Il est placé au 
haut, enn neae^h tmm lekeaU Le haiot 
du pavéy krei» ar ru, 

HAOT, adj; Chandelle hsxste, gm^ 
laouen hirr. Haute lignée y gattenH 
vraz. Chapeau haut, tok kem huel. 
Le Haul-Léen, Gorr^Leon, QMle- 
Bretagne, Goeled-Leon^ Haute-Leke, 
Loer-Huela, — Gorre^Loor, Phis la 
col^uie est haute ^ plae llieribe ett 
ceurte, seul^ffui e vez hm^ ar §re^ 
û'henn^ 8eul dreuéoo*h e ve% air Set^ 
ren , t (Lkesce peéti^tic, pour jmu*- 
ri, m.) Prov. 

lADT, adv. Porter, ou élêfê^ jAm 
haut, gorrenn, v. a. Les piitea «fea*^ 
Haut, grasou Doue, Tout à fait au 
haut, d'ann neac'h tout, 

lAUTADI, adj. Otuz, (en latin altus); 
voy. Fier, — allier 5 morûonty -*- yro- 
6w, — gloriuz. Parier d ime maniàre 
hautaine, ober he c^hrobiz (parlant 
d'un homme ; -^ ober he grobu^ (par- 
lant d'une femme.) 

SAUTEUR, s. f. Sur une hauteur, 
var ann huel. Les grands coups de 
vent seiH pour Jea^ bâuteue*, at êéll- 
daoHou avel a ska var onn: hiioii 
Le» maisMis de cette bavteur me 
plaisent, ann hueided tie^^eo a ffm* 
vann brao. 



BâVUSAC; &. m. Sac de^peâft-^e 



Digitized by VjOOQ IC 



lËI 



Ute #ii^i4eiv et \%» aoViAU pdiièni en 
route, et qui confient leurs effets, 

ttl IxH^i^t^ction, i^e / — bé bien i 
àiffuif 

lÉBElGn^v. a. Loger, ou recevoir 
chez sol, tispui, v. a. ; voy. AlIptU- 



,s. rti. Vôy. SeUiainlef. 



lÉlMaUfilt» s. t Hém. . . nasde ; 
voy. lés; holl goad dre ar fri (vei^ 
et subst.) 

HSBS, Sv f. Llierbe aux caiMvds, 
heed-houidi,^ m. Puirger la ferre de 
mauvaises herbes , dUa^teza ann 
douar y (d*où Tiacy. dtlastez,) Manger 
son blé en herbe, dUfri he eost divar 
he char^ — lakattt al loar araog ar 
ffiit. Couper Therbe sotxs les pieds à 
quelqu'un, tenna ann dûur dtvûr he 
orad da u. h, voy. Brisées ; — U>uza 
at ntaont da u. 6., -^ lahatti kolo 
enit ht voutûu da u. b. Sur quelle 
herbe avez-vous marché? j)e var lou- 
zou oc^h euZ'hu staotet hirio f (Trivial 
et cadfctique.Klfoûvàisés herbes cfue 
la herse entraîne dans un champ 
ûMÊ^ù» labéuve, slomi, ou st^uHy m. 
âsi^ qui poiwm sur ki vftsa de la 
nttr, goalas, m. L«i différentes herbes 
qui ont poussé et repoussé parmi le 
blé, lui nuisent, an» asdioanachou 
^ lùHzaeua^hêul a rek-gaow o^h tmn 
éd. Prairie d'herbes fines, ûourenn^ 
f. Terre couverte d'herbes, to^en, m., 
-- letomn, f,, — park leton, m. 
Herbe courte, peuren dreut, f., et 
mieQXypeuri treuty m. Beaucoup de 
nuHrraiSiés herbes , gxdakad louzou, 
nw Herbe ikHx charpentiers (achyllée), 
skouam-ann'Ozac'n'koz, m. (nom de 
fantaisie.) Herbes médicinales, louzou^ 

e*m. Exk chercher, louzaout^ v. n. 
3 singulier de lotUou, est louzaouen, 
f. d*où dérive le verbe louiaouQ, 



s. t Hérésie €|uelconque, 



(••>, V. pfsii. Bevêlfmi, 

iteSMii, s. m. Laer^-^vttlort, m. 

titUTACK, s. m. Heritach, m. (Ka- 
dttebi^dotmé, comme dans Peniv-^ery 
ÛU imîquer, bu 8€?nl à héHter. Tirer 
au sort les lots d'un hériftfge, tèurel 
kablac'k var s • . 

BtElttEll, V. a. SïerUoMt da u^ 6., 
euz e, d. h. 

lÉBiTIEfty s. m. S&niêur, m., pk 
ien ; heritourez^ f . Qui n'a pas d'hé- 
ritier, n'en de^a den nez ebed^ -^ 
nren deuz kar net^ ebed, 

IBMUfHBOMTS, a^. î^en a ziau 
reiz (parlant de persenBês); -^ ketzek* 
vcfrc% ete, parlant d^ chevaux^ etc. 



r. f^ ktàmeA] errrÀnik, 
m., pi. enininigeu, 

Ifeum, 9. f. Dkkenn^howzelkmy 
m. 

rilOi(tVK, àâ^. DUpar. '■■■•*■ Adte 
héroïque, aht a garankiz âiépéh^ 
(styles d'Église.) 

mHK, s. f. Ce que la hétse em- 
porte du sarclage, skmn, ou $ionn, m. 

IÉSITE!B,v. n. Hésiter en lisant, en 
parlant, ou dire souvent et en Bre- 
ton : ha (hagj; kakol, — haketal^ 
V. li. En général : choum da zonjal, 

— kaout aoun. Il hésite, n'oar mui 
petra da obei*y — choum a rd être 
daou. On dit aussi ; tarlccska^ v. n., 

— choUfû da voùrclvata. Sans hésiter, 
a-berin kaer^ adv. 

HtTKyS. m. (htez^nnfoé, f., pl« m. 
guez fao, 

iranUB, s. L L» dtirée d'otte hettre, 
ewM$ heurvez, f . De trèi» bonn» hewre, 
aév., dû vittHt^ émil&u, -^ abi^ed- 
kaer, — abredik (goalUabred.) G^êsi 



Digitized by VjOOQ IC 



HEU 



294 



HOM 



l'heure de dîner, poent lein eo (L.) 
Deux heures (leur durée), div heur 
amzer. Chercher midi à quatorze 
heures, klask pemp troad d*ar maatU 
(Fam.) Sur Theure, timad, adv. (G.) 
Toute une heure, eunn heur penn- 
da-denn. Attendez Fheure de midi 
pour partir, çortozit kreHeiz da zeni 
aharz kuitacU. 

IEII1EU8B1E1T, adv. Yoy. lewrevx, 

— tant encombre; difazi, —- hep droug 
ébed; (dre c^hras Voue, au sens reli- 
gieux.) Heureusement, il n'a pas faim, 
gueUa pez [guella ira) *zo, n'en deuz 
ket a naaun. On dit encore : guella 
pez 'zo, eo n'en deuz ket a naoun ; 
heureusement il ne se noya pas, eve- 
lato ne oe ket beuzet. C'est heureux 
qu'il n'ait pas perdu la vie, gras^ ma 
'z eo choumet oeo, — gras d'e^z-han, 
pa n'eo ket lazet. Vous êtes heureux 
d'être riche, sinon..., ébad eo d'e- 
hoc'h ma 'z o&h pinvidik, anez. • ., 

— mad eo d'e-hoc'h ma 'z oc*h pin- 
vidiky anez,.., — ne ket fall (di- 
zegarj d'e-hoch beza pinviaik. Trop 
heureux sur la terre, re ebad ho doa- 
re er bed-ma. Je serais heureux 
d'avoir de quoi vivre, vad a rafe d*in 
kaoutpeadra da veva. Tu es heureux, 
te a zo brao d'id, — chans a$ peuz. 
Il est heureux, Joaûz eo. — laouenn 
eo he galaun (terme de dévotion.) 
J'en suis heureux, joa eo gan-^n. 
Heureusement , je j^artis à temps, 
digouezout a reaz d*in w^ont kuit a- 
bred aouaWh. Heureux d'aller, stad 
enn-han o vont. Tu n'en seras pas 
plus heureux, ne vezi ket vell a-ze. 
Je vous souhaite d'être heureux dans 
votre choix ! gras (chans) d'e-^otfh 
da goueza eeun enn ho choaz ! Tu 
serais heureux d'être si sage, salo d*id 
e vez ker fur-ze ; voy. Jojeu. === 
Qui a souvent de la chance au jeu, 
den chansuz ; voy. Chance. 

BDIT, 8. m. Heurt ; heurtad, m. 
(mot breton) ; voy. ChoC, -* poissée. 

nOlTER, v.a. Heurta (donner une 
poussée), — steki oc' h,.. ; voy. Ghoc: 

— heurteur du pied, steki he dreia 
oc'h, . . 



i, adv. Né d'hier, ganei deaé'h. 

ertlUCMB, s. f. Les différents 
membres de la hiérarchie ecclésias- 
tique, gouamedigez, f., (gou^rma" 
mant. m.) ann lUa, a renh-da-renk ; 
voy. église, — ftatits. 

mSSBB, V. a. Voy. Se percher. 

nSTOIBE. s. f. Histor, f. (mot usité.) 
Vie de quelqu'un, buez, f. s==s Conte, 
kount, m., pi. hounchou, pi. m., — > 
mqjenn, — rimadell, — koun^tenn^ 
f. ; voy. FaUet, — kiftoriettet. = 
Histoires de vieilles, kounchoupikouzj 
m. pi. ; voy. Dsterieitei. 

1II8T01IETTES. s. f. pi. Kaoziou, 
pi. m. En dire, nounta Kaoziou. His- 
toriettes à faire dormir debout, koun^ 
chou bom ; voy. Contes. 

nSTOUQUE, adj. Raclée historique, 
saead hag a gount, f. 



nVERIAtt, 6. m. Labour avant ou 

Ï rendant l'hiver, kal ar goanv (d'où 
e français, Calendes,) 

HIVEHIEE, V. n. Goanvi, v. n. 



HOCIEQUEUE, s. m. Oiseau, fouete- 
rezikrannrdour, — strinkeretikTann- 
dour, f. ; voy. La? andière, — berge- 
ronnette. 

lOIAID, s. m. Legestr, m , pi. éd. 

I0IIAGE8, s. m. pi. Rendre ses 
hommages à Dieu; voy. Cilte; meuli 
hag henori Doue, — dougen henor 
da Zoue^ — renta henor (gloar — 
meuieudij da Zoue; voy. Cifilitéa, 
— compliments ; goure' hemennou , 
m. pi. 

HOm, s. m. Saint homme, den 
Doue, Un grand homme, eur mestr 
den. L'homme en général, map den 
(style biblique.) Homme fait, goaz 
aoualc'h. Quand il fut devenu homme, 
pa oe deuet da veza braz. Les hommes 



Digitized by VjOOQ IC 



fiOM 



m 



fiON 



de métier y ii^ mcherourien. Un 
homme mal bâti, eur sioc'han, — 
eunn den displet. Hommes de basse 
coniMtion, tuaigou. Deux hommes de 
rien, daou zen dister, — daou zenih 
heaz ehoat. L'homme de la paroisse, 
hillek ar barrez, — penn ar barrez. 
C'est l'homme de la paroisse, ar 
maatU eo, — ar votd a zo gant-han, 
— ar maill eo. Méchant homme, 
goall'Zen. Homme marié , ozadh. 
Devenu homme, deuei da veza braz. 
Vieux petit homme marié, ozac^hik 
koz. Enfin, le voilà devenu homme, 
pelloc'h ez euz goaz anezkan. Mon 
nomme eut peur, setu aoun o sevel 

Sont ar paotr (style de contes); voy. 
. L'homme est léger de sa nature, 
pep den a zo edro. Homme capable, 
fort, paotr guen. L'homme inquiet 
n'a jamais de repos, ann den, pa vez 
ginety n'ema ket e peoc'h. Remar- 
quons : On dit paotr, au lieu de den, 
pour indicper une profession, une 
idée favonte, ou un penchant ; voy. 
Grammaire Ihigait, lot 211% - 212*. 
Ex : L'homme au vin, paotr ar guin, 
c.-à-d. : marchand de vin. Un homme 
qui aime et boit beaucoup de vin, 
mignoun ar guin (en général.) Paotr 
ar mezer, l'homme au drap c.-à-d. : 
qui aime à en parler, ou qui en fait 
le commerce, il s'agit ici de choses 
inanimées, et l'article suit le mot. 
Quand on parle de choses animées, 
ou d'une profession, l'article précède 
paotr; Ex : Ar paotr sooti^, celui qui 
garde les vaches habituellement ; ar 
paotr kezek, celui qui est chargé de 
soigner les chevaux. On dit aussi : 
ar paotr marchosi, le garçon d'écu- 
rie. Paotr he gcUahousenn, celui qui 
se croit un grand seigneur parce qu'il 
porte casquette ; paotr ne vragou 
ruz, qui est fou de son pantalon 
rouge. Souvent l'adj. poss., ne, placé 
entre le mot paotr, et le nom d'un 
habit, signifie que c'est le seul habit 
qu'on possède. Paotr fie gezek braz, 
qui aime beaucoup, ou un peu trop, 
ses chevaux, ou qui en parle, comme 
s'ils étaient les meilleurs au pays. 
Le F, lalin, ou français représente 
le G celtique *, voy. Introé. chap. UI. 



Homme , par opposition à femme , 
gour, m., pi. gouir, (guerrier.) Le 
mot gour est un terme ancien, et ne 
s'emploie aujourd'hui qu'avec une 
négation, au sens de nul homme 
(personne.) Il n'y a personne ici, n'euz 
gour ama, (Expression propre à la 
Gornouailles.) Le pi. irreg. de goaz, 
est guizion (V.) 

HOIHÊTE, HOMMÉTSIEIT, adj. Ho- 
nest ; honnête homme, den a toare^ 
adj. ; voy. Ptll, — gItU, — grftdevx ; 

pergen, — deread, — seven, — kem- 
penn, adj. 

lOmÉTETÉ, s. f . Honestiz, f . 

HONHEUB, s. m. Rendre à Dieu 
l'honneur qu'il mérite, henori Doue 
evel ma 'z eo dleet. Honneurs et ai- 
ses ne partagent guère la même chai- 
se, eaz hag henor, ne vezont nemeur 
var ar tnemez kador. (Prov.) 

lOMIIl, V. a. Honni soit qui- 
conque. .,j ra vezo goloet a vez ann 
nep,,, 

lOlOBABLE, adj. Il trouvait hono- 
rable. . . , henor e kave. . . U ne trou- 
vait point honorable d'être son parent, 
n'oa ket henor d'e-z^han beza nez 
d'e-z-han, 

lOlHNIÉ, a4j. On n*est point ho- 
noré d'être son ami, ne ket nenor 6e- 
za mignoun d'e^z-'han. 

lOMTE, s. f. A ma honte, em brasa 
mez, — evit va brasa met, — evit 
va brasa dismegans. Fausse honte, 
mez fait, Va-t-en cacher ta honte ! 
Tec'h kuit fkê kuit), gant ar vez ! 
Faire honte à quelqu'un, mezekaat 
u. 6. (rei mez da u. bj Avoir honte 
de faire. . . ; voy. Rongir. Qui a honte, 
mezek, adj. (mezoh, dans le B. Léon.) 
Qui fait honte, mezuz, ad}. N'avoir 
point honte de jurer, beza dvvez da 
doux, 

lOREUX, adj. C'est honteux! mez 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



mu 



co / B 6st hoxits}^ de jufer, de m^- 
iir, pec'h^d eo toui, •»*- mezuz ep 
4*eunn d^n beza gaouiad, 11 est boa- 
ieu^ de arpler, 2a«r£; a zo ej/r vez. 
/fif^zek, 96 dit des aersoanes. et me- 
^zuz, des choses.) Un peu honteux 
id'avoir été batlu (éyincé), lûstok, -^ 
demrtnezok; rr- e^nn tammik hQlc'h 
he c'hinau (sorte d*adj,..); voy. In- 
terdit, — décoBeerté. 

iiflTAL, s. f. HoêpUal, m. H6pit«i 
4e iépr^ux, lerdi, m., {pour iovr, 
lépceux, et H, maison.) 

lORIZOl, s. m. Son borixon intel- 
lectuel ne v« M8 loin, ns/Oz ket pell 
d'e-z-harij — Wr eo he spered; voy. 
Iilellifeiice, tileiidemeDt. i .. ■ A 
rhoriaon, s -tel, adr. ; voy. Idée, 
ordM dM idèM. 



a-hlad, — «r/wrr, adv. 

fOBlHJI, a. f. Spount, m. ; voy. 
^MrrMe, Mm, dégiftt. C'était «ne 
horreur! eunn udur oal — eursfjirij 
oa! 



B, adj. SpouêdtM, adj. Voi- 
ci le drame dans tout son horrible, 
êêtu ama wm ebademu enn ke eueu- 
M. On dit aussi : udur, — efM/tm, 
— itrafUluz, — skriiuz. Mort hor- 
rible, g^pU^m-o^ f. Orage horrible, 
«me diroU, m- Temss horrible, 
goall-amzer 9pi)u$Uuz, t 



B, pcép. Hors de presse ftiors 

de danger, parlant d'iui malade), salo, 
adj* Hoi« du Ut, (sur pi#d, debout, 
ociiTaieaoentI , nar^vaU, adj- Hors 
d'ttsage, dU^hiz, iadj. Hors d'emploi, 
diiiHpUiy adj. Hpps de service, ëoer- 
mcè, adj. 

■•SPITillrt,s.f. foercerrhosp..., 
0^lqi h0^ digetner da u. b.,^repui 
u. 6. ▲quî«aaref«Bérho8p...,/âMter 
meaz gant u. h. 



1, s. f. pi. Dès 4'ouv«rture 



brezel, -^ obapu^ nm ^z ep h^ 4H* 
brezel (dçipi^ûs rpfv^riure 4m bMl^'r 
lités.) CesçatjoB deç h^ftÂtités, ^rs^fM-- 
krezel, ». s. (Trev, .ir^o^9, f. «e 
(li80at ausip) ; V4^p Tv(||B de fttflMu 

A 

Hjraii, s. m. HodaUn-vraz, f., — 
o<e2, f., pl.tou (mot impprté.) 

lOTTS, s. f. BÊalinkinf m. (pour 
ma^A^n, hotte qu'on porte sur ie 
dos) ; vpy. MaUe. 

lOUp, s. f. Instr^mei^t de Içboyruge, 
frankigell, f., — tranch, m. Tfj*- 
vailler avec la houe, mquc^ (H^ut- 
Léon.) 

MKJLS, s. f. Qulenn^ i-y ^ taol- 
mor, m,, pi. tapliour^mor; yoy. It- 
p«, Um. (Tr.) 

iOUaiin, s. f. Flip,m.im.)Cwp 
de houssine^ /2if^d> m, Fouetter un 
enfant avec uAe bouisîBe, fiipa etfr 
bugef, (anc.) 

BtfOL, s. m. Arbrisseay. Houx à i^- 
ehes blaadbes, keiemi btmil, m. pi. 
Ea Tréguier, on dit : gmrgalemn, ou 
gargêlenn f. &, pi. m. gmrgtU, ou 
gargei (parlant du houx «orduiaire.} 



lUiB, s. f. Argad, m, ; voy. 
rie, pmocaliaB. 



lOBI, V. a. ^ voy. Itft (Met. TrtHe 
IM9.) 

mUER, V. a. Lakaat eol gant. . • , 
^lakaat eol o&f^... 

IWQQEK, s. ja^. Huri*^^ pi. ien. 

lUllHI; adi* Au point de vue hu- 
main, enn tu dioe*h or bed, =s Alfii* 
ble. karantezui. , L'espnt hu- 

main, epered ann den. Un corps hu* 
main, Korfeunn den. 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



IDE 



mAXITt, 8. t L'httùdM. céupable» 
ûHn den pe&her. 

IDilLI, adj. Humbly — spered 
hurnU (termes de religion); -édifier ^ 

— dic*hloar (au sens général.) 

tUnOl, fi. f. Mauvaise humeur, 
gin, m. (Ci mol forme le verbe, ^îwi, 
V. n., se rechigner.) ■ nimor, 

f., est reçu. Qui est de fort mauvaise 
humeur, goall-himorety — goall-hi- 
mot tsnn-han, adj. Qui se met sou- 
vent en mauvaise humeur, grignouz, 

— ginet^nà^, et subs. ; voy. Se Ght- 
grlàer. Fille qui paraît être dé mau- 
vàdse humeur, mouêMenn, f., ni. cd. 
Dout d'humeur (de caraétèrej, ^a- 
btMk, — chetUil, — pttsiant, a^j. Telle 
est soti humeur (tel est son caractère), 
evet'Se eo ànn dro anez/iaH (anezhi, 
pour le féminin.) Il est de mauvaise 
humeur, a-^euz ema he leue enn- 
han (Triv.^ Être de bonne humeur, 
heta var ne du {var he zu, pour le 
féminin.) 

tUnDE ^ adj. Parlant du linge , 
mou€z, adj. (aux environs du Gonquet); 
voy. M^tr mattTtlie. Parlant de Tat- 
ibos^ère, pouery a4j. Plus humide, 
glepioc'h (pour glepoc% par mouille- 
ment, dans la prononciation.) Temps, 
ou saison humide, gleb-amzer, — 
leiz^mzer, f. (M. Roud.); voy. timi^ 
4ilé. 



IDIH)ltÉ, s. f. Leixîenn, f. (H. 
Roud.) ; voy. Itilide. 

lUnUtlR, V. a. Faire honte à q. q.*, 
voy. Honte, — abaisser. 

iUTTB, s. f. Lokik, m. (prononcez : 
lùgikjy — lodtikf m., loehennik, f, 
Hï/Jt, est également breton, et forme 
un nom de famille. 

HTDEOPIOBIE, s. f. Di^uk-Sanl- 
VeltaZy m , (mal dont guérissait Saitit 
Gildas.) 

IT8IÉin)UK, adj. Mad evid ar ié- 
c'hed ; — i/nad evit chouih iac*k ; — 
mad d(i rei iec'hed, — triocl da mret 
ar iec'hed ; voy. Sain, — santé. 

ITPO(^TE, s. m. et adj. Homme 
dissimulé, kammrgorgamm^ — iud, 
irais, — truhard, 

ItPOTIÉOnk, s. f. Terre grevée 
(couverte) d'hypothèques, douar a zo 
kalz arc'iiat^ da baed di^r-n-hah 
hep hloaz. 

ITPOTIÈSE, s. f. Voy. SnppMltioi. 
Faisons une hyp..., lakaamp e €^hélU 
fe ann traou heza evel-se (evel-énn,) 



1 



MSI^ aév. Tiens ici (viens à moi, 
viens me trouver)^ deuz d'am c'h(Umt\ 
— deuz daved-oun (viens vers moi.) 
On écrit aussi : david^oun, — damt- 
han. Les vivres n'abondent guère ici, 
ar heva a zo herr gan-e-omp. ■■ 
D'ici, adverbe, marquant le temns, la 
distance. D'ici longtemps , ac'hann 
da beîL bàns uh aii a'id, a-henn 
bloaz omà, A deux journées de mar- 
che d*id, environ, var-^-^ied daou 
zervez kersed a&hann. Dans trois mois 
d'id (dans trois mois^ à partir de ce 
jopr), enn deiz-ma a-benn ttn miz 
(enn deiz-ma penn tri miz.) \ .u j 



Par ici (sans mouvement), var-dro 
ama ; (avec mouvement, dre amà,) 

IDÉE, s. f. Oj^iniim. pensée. A mon 
idée, d*am zonj^me. A leur idée, v^t* 
ho meno. Personne n'a eu l'idée de 
le faire, den n'en deuz sonjet ober-ze 
(T.) ; den n'en deuz bet air skiant da 
ober ann dra-ze (au sens concret. 
Chacun à son idée favorite, logodën 
d'ar c'haz, hag esketm d'ar chhs 
(Prov.) En latin : tixthit sua quemque 
voluptas, pep hini en dextz ne e'hoUt 
eveUse emaomp tout; voy. PréitfilectItÉ, 
-Fànri. UIuimtridéed'jrall«r)Aa^« 

3i 



Digitized by VjOOQ IC 



IL 



«98 



IMA 



lammaz (ma lammaz) enn he spered 
mont di (style de conte.) Avoir une 
idée de quelque chose, gouzout haiio 
euz e. d. b. Le cercle de ses idées 
s'élargH, kreski a ra he spered ; 
kompren a ra guelloc' h- guetta ann 
traou . (son horizon intellectuel se 
développe.) Je vous écris, sans suite 
dans les idées, skriva a rann d'e-hoc^h 
ar pez a dro em fenn. Avoir de mé- 
chantes idées, kaout sonjou fall var 
he spered; — drouk-sonjal dii'ar- 
benn. . . Il n'est pas dans cette idée : 
voy. Disposition. J'ai dans l'idée qu'il 
viendra, me a gred e teuio. Donnez 
m'en une idée quelconque, roit d'inn 
eunn doare bennag anezhan (a ge- 
mentse, — euz ann dra-ze, selon 
les cas.) Je n'ai aucune idée de cela, 
n'ouzounn tamm petra eo-ze (T.) 

IDIME, s. m. Parlant eur vro, — 
iez eur vro, — kaoze eur vro, — 
langach eur vro, 

IDIOT, s. m. et acy. Presque idiot, 
iarzoty ou arzot, — furzot, — briz- 
dict. Faire l'idiot, aiodi, v. n. (ou 
mieux : dont da veza diotj ; voy. 
S*abètir. Très idiot, sot-maan^ — - diot- 
naiky ou sot-naik ; voy. Riais, imbé- 
cile. Devenir de plus en plus idiot^ 
diotaot, V. n. 

IDOLATRER, v. a. Sa mère l'idolâtre, 
idolet eo gant he vamm (Roud.); 
Doue he vamm eo ; voy. Enfiuit glté. 

MIORAlfT, acy. et subs. m. Diana- 
tezy — dizeak, — dizanaoudek. Celui 
qui croit tout savoir, est le plus igno- 
rant, ann hini a lavar e choar pep 
trttf a ziakouez eo ann azena (Prov.) 
Ignorant (en religion), est un terme 
nécessaire* 

I6R0RÉ, a4j. Diana f y — dianavezet. 

IL, pron. pers. Ce pronom se rend 
souvent par, hema, — hennez (he- 
ma, — hen^nez,) Au pluriel, on dira : 
ar re-ma, — ar re-ze (Ceux-ci, — 
ceux-là ; ou, ar re maou, — ar re- 
z^ouk St-P61^ etc.) U a l'habitude de 



travailler son jardin (continuation de 
l'idée), hennez a gustum labourcU he 
unnn he jardin. Il serait bon de le 
faire, mad e ve d'eunn den ober*ze 
(T.) Il vaut mieux souffrir que mourir, 
gueU eo d*ann den gouzanv poaniou 
eget ne d-eo mervel. Il lui prit envie 
d'aller se baigner, à la mer, neuze e 
teuaz d'e-z-han eur froudenn da vont 
d'ar mor d*en em oalc*hi. Il est facile 
de faire cela, eunn dra eaz eo ober 
kement-se (au sens abstrait.) Dans le 
style de narration. II, se remplace 
par, hag ar paotr (avec l'infinitif), ou 
bien par, ma (avec le temps corres- 
pondant du verbe) ; Ex : Il eut alors 
peur, fiag ar paotr sevel aoun gant- 
han (ma savaz ax)un gant ar paotr.) 
On met encore, setu, voici, dans le 
môme sens ; Ex : Et U lui prit envie 
de manger, setu c'hoant aibri dont 
d'e-Z'han, (ma teuaz c*hoant dibri 
d'e-z-han.) 

ILLUSIONS, s. f.. pi. Briz-huvreouy 
m. pi. Ils se font illusion, evel dreilet 
int. Faire tomber l'ijlusion ; voy. 
Désabuser. 

ILLUSTRE, a4j. Brat, adj. Illustre 
naissance, lignez vraz^ f. ; -— goad 
huel, m. ; — gouenn vraz^ f. 

ILLUSTRÉ, adj. Diskouezet sklear 
dre imachou. 

IIA6E, s. f. Portrait, statue, imachy 
m. , pi. ou. Voiler les images des 
Saints, moucha ar Zent. C'est là l'i- 
mage de l'homme coupable, kement- 
se a verk ann den pec'her. 

IlA6«ATI01f, s. f. Vov. Fantaisie, 
chimère, Tision. Spered earo (en latin : 
S]nritus vadens ; — coçitationes dis- 
sipatœ.) Quelle imagination d'em- 
prunter de Targent pour...! ha petra 
en deuz empennet, ampresta arc'hant 
da... I voy. Imaginer, — imaginé. 

nions, adj. Bien imaginé ! brao^ 
brao ! — eunn ivantenn vrao ! voy. 
ln?entioii. 



Digitized by VjOOQ IC 



IMM 



299 



IMM 



nUGniER, V. a. Voy. laTenter, — 
broder les contei. Qu'a-t-il imaginé 
en empruntant de l'argent pour trou- 
ver une femme ! ha petra en deuz 
empennet , ampresta are'hant da 
aaout eur vaouez! Que dé choses les 
nommes imaginent / hag a draou a 
empenn ann dud ! Un homme qui 
s'imagine devenir Prince j eunn dan- 
vez Prins (en style caustique.) == 
iBTcnter ; il imagina un stratagème, 
kema a glaskaz eunn dro ijinuz. = 
Il imagina d'y aller, hag e trooz var 
he spered mont di ; — hag e lekeaz 
enn he henn mont di\ voy. Iinagination. 

HBÉCUE, adj. et subs. Skouamek, 

— pensod, m., pensodenn, f., — den 
dall, m. En Trég. on dit, par ironie : 
takezen, f., pL m. irr. takez; voy. 
Crêpe. Quel imbécile ! sota den ! Im- 
bécile! Fanch ar peulI(L,),-^Glêbf 
(à Scaêr.) Très imbécile, sot-magn, 

— diot-naik. Devenir de plus en plus 
imbécile, diotaat, v. n. : voy. Sot, — 
niaU, - Idiot. 

UBIBER (S'), V. pron. Spluia, v. n.; 
voy. Plonger ou enfoncer linge dans 
l'eau. 

HITÂTIOlf, s. f. L'imitation de J.-C., 
buez JezuZ'Krist skouer ar gristenien, 
A votre imitation (à votre exemple), 
dw(fh ho skouer ; — var ho skouer ; 
voy. Exemple (Dict. Tr.) 

lUTER, V. a. Imita (mot reçu, et 
nécessaire en religion), v. a. ; mont e 
roudou u. 6. 

mUHQUABLEIEMT, adv. Hep mank 
ebed. 

DUATÉRIEL, adj. Les choses imma- 
térielles, ann traou spered; voy. 
Insensible, — spirituel. 

mÉDUT, adj. Ar c'henta goude 
eunn ail. 

IIIÉDIATEIElfT, adv. Var ann 
tomm. 



DUnSlfSE, adj. Ledan-vor, adj. 

IIH(N3ILE, adj. A-blas, — a-varo, 
— diloc'h, — skoasiet. Pa *z ann, ez 
ann a-gas, ha pa choumann , e chou-- 
mann a-blas (Prov.) ; voy. lodératioB. 

mOBILITÉ, s. f. Maladie des che- 
vaux. Sebeiz, m. 

mODÉRÉ, adj. Divoder. Soif immo- 
dérée, sec^het diravet. Désir immo- 
déré, c*hoant diroll] voy. Excessif. 

mODESTE, adj. Divodest (mot né- 
cessaire) ; voy. Le mot suivant. 

mODESTEIElfT , adv. Divodest. 
Immodestement vêtue (femme), di- 
farle, adj. (d'où, le verbe, en em 
zifarlea^ se débrailler); voy. Débraillé. 
Aux vêtements immodestement ou- 
verts sur la poitrine, dibrenn, adj. 

mOLATION, s. f. L'immolation per- 
pétuelle de ces victimes volontaires 
de la pénitence, ann dud-se o deuz 
kuiteat pep tra a galoun-vad evit 
tremen ho holl amzer oc'h oberpini- 
Jenn dre garantez evit ho nesa, 

mONDE, adj. Udur, mezuz ; voy. 
Sale, déshonnète, indécent. 

inONDICES, s. f. pi. Toutes sortes 
d'imm..., moc'hach, pi. sing. m.; 
voy. Cloaque, mardoz, m. 

mOEAL, adj. Diroll enn he vuez, 
m. (parlant d'un homme.) 

IIIORTALITÉ, s. f. Le pain de l'im- 
mortalité, ar bara a vuez, — bara 
ann Env, 

niORTEL, adj. Hep mervel ebed 
(sorte d'adjectif.) 

niUABLE, adi. Hep sench ebed 
fatao ar memez), henveUhenvel (au 
figuré), — stàrt'Start enn he ôlas 
(au propre.) 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



8M 



m 



nFAB, adj. Aux heures impaires^ 
var ann dis, 

HPASSE, s. f. Stread-daU, f. (ve- 
nelle aveugle, cul-de-sac } 

nPASSIBLE, adj. Lent, — dizaou- 
xan; voy. Iar4l> -r iafeiilUe, — 
bdiflérent. 

npÂTIBICB, 8. f. Yoy. Patience, — 
yatieiiraeiit, — impatient. 

nPATIElIT, adj. Dihahask, ^ jaluz, 
ou ciialujz, — orevalet, — hrizidik, 
tear, — re a vall gani-han da..,y — 

— ne bad ket gant ann hast da,.. 

3 lui manque de patience, ckilpuz^ — 
ihasiant (mot reçu.) 

nPATIESTEB (8'), y. pron. 11 sMm- 
patiente, chala a ra, — egari a ra, 

— skambenni a ra, v. n. (Vibasianti, 
V. n. est usité.) 

nPÉHtTRABLE , adj. Par les plus 
impénétrables desseins de la Provi- 
dence, rak m'e c^uz ar Brocidans 
he zonj kuzet-mad ouz-omp^ni, 

IIPERF£CnOI, s. f. Fazi, — mank, 
m. ; — mai(ikouig0u, — fazwuigcu^ 
pi. m. 

HPERTIHENT, adj. Dibrepos (C. V.) 
Unimpert..., eunn den dibrepos; 
voy. luolent, — rabat-Joie. 

HPERTURBABLEIEHT , adv. Suivre 
imp. . . le (Il de son discours, derc'/tel 
krog atao enn he neudenn (fam.) 

IRPÉTUEUSEVEIT, adv. Avec impé- 
tuosité, a-gaSy — a-diz, — aherr, 

— a-benn-herr. Impétueusement et 
sans hésiter, a-benn-kaer, adv. 

n^TUIOX, a4}. Kas gant-han; — 
kas enn-han, acfj. Ruisseau impé- 
tueux, goaz-red, (., pi. m. goaziou- 
rerf, Qu gqasioiMred. 

IViruOSITt, ^ f. Yoy. Ardev, — 
▼ivacité, — impétnenieneiit 



uns, 8. m. et a(U. Un Impie, mmn 
digristen; eunn difeiz a i^e»; eunn 
disakt^t a zen ; eunn dÀzoue a zen. 

n^TÉ, s. f. L'imp. . *, ann diféij, 
t. (M. Rou4.) 

DfflTtTABLB, a<y. Fero, étvani, êi- 
natuTy dxgemeZy lourd (o^h u. b.}^ 
à Tendroit de quelquHin. 

nPLAGABLI, adj. Voy. le mot pré- 
cédent, kriz, L'Enfer implacable, crnfi 
Ifem kHz, 

nPOU, adj. Disnian, — diaviz, — 
graz he arvei, — dic'kras^ (evel eur 
roched neve^ Kam.) ; voy. Itdfil, — 
iieenfenait. 

HPORTAICE, s. f. Chose sans impoiv 
tance, eur e*hûari, (eunn dra ziner), 
ira netra; voy. Intigiiiaat Péché 
de peu d'importance, traou éUnoaz. 
Il a été rossé d'importance ; voy. Bà- 
tonner; fustet eo oet ken afue; fiuiet 
eo bet^ pe ne vezo den, 

nPOITilT, a4j. Braz; <» d^n éa 
vraz; a-bouez; grisiaz, La ville la 
plus importante^ ar genta e-touez 
keriou ar vro. Voilà le point princ^al 
(impoi-tant) de Tafiaire, f ho ema ann 
dalc'h ; eno ema ar é'houlm» Il est 
important pour noi)s, red eo d^e-emp. 
L'important est que noua y allions, 
guelta pez on euz da ober, eo mont 
dû L'important est qu'il se porte bien, 
ar guella *zo eo iac^h. Un iniportailt 
(un grand Seigneur}, eunn oç^lian; 
voy. Gros Itonnct ; eur mondian ; eur 
pinard (C. V.) eur julod; eur flo- 
c'hellek (Guiclan, etc.) 

HPOKTER, V. impers. Que t'imfKNrte? 

hot fors a zo d'drde f II n'importe, 
n'euz fors. Peu m'importe, nB ra^n 
fors:^ ne c'houitann ketÇT,); fna fors 
ne rann L.) N'importe ce oue je fais, 
n'euz fors d*in p^ra da eker. Faites 
n'importe quoi, grit ar pez a gevreé. 
Donnez-moi n'importe Ia<]pielle, roit 
^*in n'euz fars pekini ; rott d'm ann 
hini a ge^'rot; roit d'in unfiffk pe 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



d4H 



IMF 



utMifi, Qa0 vpm ÎHipoilein fi'avoir eu 
Ve^im^ à09 hoiûiiies ? Petra a dal- 
vet^ d'&^ifh^hu he%a hei Utimet 
(meuletj gant ann dud f Pe ^ tec'h 
bel karet gant ann dvid, pe ne vec'h 
he^é P^^ « raio-te d'e-àoc^h f (T.) 

nPOiTUM, a4j. Baurauell, intourdi, 
iarr-fenif^^ kiniuz, — ginety — e^az, 
— kitnoul ; voy. fàcbettl. Bruit ua- 
nortqn, fourni^ m. ; voy, IncAiYewmt, 
iBCOwnode , grignouz ; voy. le nMlt 

•■iTlBt. 

HFOiTUm, V. a. Irap... par ses 
redites et supplications, intourdia^ 
y. a. ^ouromuh, v. u. et a,, dieza. Il 
mlmportupe, etm atao oc'h va Hpat 
(Fam.) 



P, a4j|. Solenn, dinn^ adj. ; 
Toy. Vi^|est«ef<. Air imposant, ear 
dm^et ; taill nohl. 

HFOSBI (Eb), y. n. Yoy. Se raoqver, 
«eiUr. U en inipose aux autres, Uqu- 
jet eo fant ar re ail. Imposer le 
scapulaire* k. a., rei (lahaat) ar 
skapular da ti. b. Impeser une péni- 
tence, rei eut hinijenn da ober. Im- 
poser des jeûnes, rei ia iun; rei 
\uniou da obet' 

UNSSIBLE, adj. C'est imp...,ne 
c^hell ket beza. On dit aussi : ne ket 
poaubl. Gela m'est impossible, n^aunn 
Ket evit ober^ze (T,) Chemin impos- 
sible (iinpralicable), hent-diaout, — 
hept'bleiif — goalUhent, m. Faire 
rimpossiblp auprès de quelqu'un , 
veéi unan bennag ha^ he erbedi, 
l>in% uu seps ff^néral, on dit : ober 

Suella ma c^heller, hag oo^h-penn, 
l^Mnme impossible ; voy. IniocbUe. 

OMSTIUR, s. m. Trompler^ — 
gaoïtiad. 



K, s. m. Vey. Toc, trlHtj rç- 
d^vaiee. L'impôt du san^, ann taxllou 
a lekeer var goad (vàr huez) ann 
dud, — ann taillou a zaver divar 
goad ann dud. Lourds impôts, goalU 
virw^ pi. m Imposer Içiirdement 
un incuvidu, ^o^sil^a u. b. (m fig-} 



nnUTICIlUt a4S. Voy. IfttraitiUe, 
la«awU9, *- taapf ûikla' 

nPIÂCATIOli, s. f. FouUradenn, f. 
Faire des imprécations, jarnealj bQt 
kreal, nondeal, fouUradi, v. n., kana 
keuny^ennou da u, b. ; voy. Jtrer, 
jmroBS. 

OIPRnSIOl, 8. f. Sensation, 9anti» 
mant, m. (mot nécessaire); voy. Efètf 
Produire une imi)ression, skei eunn 
taol er galoun, Hif^n ne ùài impres- 
sion sur lui, ne rQ van oc'h netra 
(euz netra,) Laisser impression sur 
la chair, par suite de ligature ou de 
pression, puka^ v. n. 

nPBSSSIQMlt, acy, Viveiqent im- 
pressionqé, mantret^ — gUic'haret' 
neat ; voy. TotcM. 

HPitTU, acy. A zeu enn ^unu taol ; 
— deuet enn eunn taol. Tout mal- 
heur imprévu, ou toute maladie im- 
prévue, droug-^avel, m. 

nPiim, V. a. Moula-^ voy. Grafeir. 
Imprimez profondément dans mon 
cœur le souvenir de votre Passion, 
comme s'il devait n'en être jamais 
efifocé, likit doun em c'haloun ar 
sonj euz ho poanxou kriz^ ec'hiz pa 
dlefent atao cfwum skrivet ébarz, 

nPlBBMI, s. f. Encre d'impr. . ., 
liou da voula. 

IIPR(N)UCTIF , adj. Stérile. Terre 
improductive, douar seac'ky — douar 
difrouez ; voy. St^ri)^. 

WXWnUlfWJÊ, s. f. Taolad spered 
dioch^tu, m. 

IIPBOYISTE (à r), adv. A'droc'h- 
tranch (C.) 

nPRUDENT, adj . IVPRUBEIIENT, adv. 

Diaviz, diboçll, balc'h, 

nPUMCITÉ, s. f. LousdonioUy pi. m., 
liibrisi^, f. s., |)^ia</eu vif, viUan- 



Digitized by VjOOQ IC 



me 



309 



me 



8ÔU, pi. m. Toutes pensées^ paroles 
ou actions impudiques ; voy. Saletés. 

nPODIQUES, s. m. pi. Lomien, pi. 
m., (tud luhrik.) 

nPUlSSAMT, adj. Sans autorité, dir 
c*haUoud (dic'halloudekj, adj. 

HPUn, adj. Dibunis, acfj. ; voy. 
PiBlr. 

HPUBETÉ, s. f. Luksur, — luhrisUe, 
— tud luhrik. Impuretés en général, 
inUansou, pi. m. 

nACIEYÉ, adj. Chùumet da oher. 

IIATTKNTlF,acy. Évaporé, «trantoZ; 
voy. Distrait ; dizonj, — diharfet, 

nCALGULABLE, adj. Dreist-kount, 
acy. et adv. 

nCAPABLE, adj. Une incapacité, s. f., 
eur c'hezik; (n'eut ket aut-han, sorte 
d'adj.); voy. Inllité. Incapable de 
nuire, dinoaz, adj. 

UICARNER (S*), V. pron. Kemeret 
eur c'horf den (expression ancienne.) 
On dit aussi : en em inkami, en 
religion. 

INCARTADE, s. f. Folladenn, f. 

DICEIIDIÉ, adj. Qui a eu Tincendie 
chez lui , het ann tan var-nhan 
(porte d'adj.) 

IHCERTADI, adj. Le temps reste in- 
certain, ne oar c^hoaz den penaoz e 
troio ann amzer ; voy. Indécis ; ann 
armer a choum atao être daou, 

INCIDENT, s. m. Voy. Fait, évène- 
ment; tro, tra, t, taol, m. 

INCISER, V. a. Flancha, v. a. — 
Sk^a, V. a. (parlant de chair d'un 
être animé.) 

IHCim, adj. INCIVUEIENT , adv. 



Dic'hras, amzere, amzeread, dizoùre^ 
rust, divaniel, divalo, digempenn, 
dicJiek enn he gomzou ; voy. mpsll, 
iBCdBTeiiaBt. 

INCLINAISON, s. f. Voy. Pente, pen- 
elier. 

INCLINATIONS, pi. f. Penchants de 
la nature dépravée, techou fait, — 
c'hoantegeziou fall ar c'hik, — goall- 
ioulou ar galoun. 

INCLINÉ, adj. Var he gostez, m. ; 
voy. Penché. 

INCLINER, V. a. et n. Pencher (par- 
lant d*un mur), kosteza, v. n. La foi 
qui incline l'homme devant Dieu, ar 
feiz hag a ra d'ar c'horf 80ubla dirak 
Doue. • S'incliner pour saluer 

avec révérence, soubla, ou soublat 
dirag u. b. (V. C.) 

INCLUSIVEIENT, adv. Jusqu'au mar- 
di-Saint, inclusivement, beteg ar 
meurs var-lerc'h ar Zul-Bleuniou , 
ha zoken d'ar meura^e, 

INCONBUSTIRLE, adj. Diloskuz, a4j. 
(Il vaut mieux prendre, en ce cas, 
une périphrase.) 

INCOmODE, adj. Dic'hras (au phv- 
sique, souvent, comme au moral); 
Ex : lîoched dic'hras. chemise neuve 
(dure et incommode); diakomod 
(parlant des personnes, n'est pas très 
breton.) On dit plutôt alors : kintuz^ 
egaz, diez, kivioul, tagnouz, ginet, 
kizidik, guiridik ; voy. lQiiieiir«diffi- 
cile, qnintevx, désagréable. Ils sont 
incommodes, diezamant a zo gant^ 
ho. Chemin incommode, hent dia- 
men (V.) 

mCOnODÉ, adj. Voy. IidUpesé; 
diez, fbriz-klanv, — gour^glanv, — 
n'ema ket var he du, — irema ket 
eaz aoualc'h.) 

INCOIPARARLE, adi. INCOIPARABLS- 
lENT, adv. Diz, adv. et adj., mer 



Digitized by VjOOQ IC 



me 



àoa 



m 



plean dis (mer incomparablement u- 
nie, dourdis^ adj., (dourn-^Us), à la 
main adroite ; voy. Adroit, 

INCOMPATIBLE, adj. mnt ket evU 
en em c^houzanv [en em glevet), — 
n'int ket evit aela ann eil gant egi- 
le^ (ils sont incompatibles.) 

DKJONDUITS, s. f. Buez diroll. 

nVCOiniU, adj. Étranger au pays, 
dim^ocid, m., dwroidL plur. Les plus 
inconnus , ar re nebeuta anavezet 
gant ann dud er vro. 

nCOHSDÉRÉ, adj. m(M)NSIDÉRÉMENT, 
adv. Hep sonj, dre zizanj, adv., — 
dievez, ùalc'h, dihoelly adj. et adv. ; 
voy. Irrélèclii, étourdi, Yariable. 

nCOISTANT, a4j. Voy. YariaUe. — 
t^t au Ticissitidet ; mareaauzy 
(sench'dizench, — skanv a benn, — 
dalc'h ebed d^e-z-han ) Inconstant 
dans ses affections, ne oufe he galoun 
en em staga pell-amzer oc' h den ebed 
(oc*h netra ebed,) 

nCOISTAlICE, s. f. Voy. Légèreté. 

nrCOISTAlT, ady. KUdro, ady. 

HGONySIAlt (et trivial), adj. Eur 
glapez^ s. m. Paroles inconvenantes, 
treuz'komzou j pi. m. Malhonnête, 
den dibrepos (G.) Il est inconvenant 
de se louer soi-même, ne ket brao en 
em veuli ann unan. 

UCONYÉMISNT, s. m. Je n'y vois pas 
d'inconvénient, kountant ounn, — ne 
velann ket petra virfe\ voy. Obstacle, 
empèckenoit. 

DICOIRIGIBLE, ady. D'mij, — ne d^o 
ket {ne ket) evit he dech, 

ncaÉOULS, s. f. Qui croit diffici- 
lement, amgredik, a4j. 

INCRÉDULITÉ, s. f. ^m^redi; — dtV 
kredi^ m. (T.) 



INCULTE, adj. Terre inculte^ douar 
leton; douar ien. Devenir mculte, 
mont e gouezeuri. 

INCURABLE, adj. Diremed (hep re- 
med), — dibareuz, adj. 

INDÉCIS, acy. Rester indécis, chovm 
da varc*nata ; voy. Irrésolu. Faire 
rindécis, tarlaska, \. n.; voy. Eésiter; 
choum être daou benn he zonj (T.) 

INDÉFINHENT, adv. Da-vad, -> da- 
tiken^ — (kant vloaz, — pell-brazj; 
voy. éternelleraeiit, siècle, tonjonrs. 

INDEINISER, V. a. Paea, v. a. 

INDÉPENDANCE, s. f. Voy. Liberté. 

INDÉPENDANT, a4j. Ubr^ fn'ema 
dindan den^ — a vev enn he roU.) 
Tout seul et indépendant sur la terre, 
he unanrpenn ha digabestr var ann 
douar, — {digabestr, — diben^henn, 

— mestr d'e^z^an ne unan.) 

INDEX, s. m. Tribunal Ecclésias- 
tique. A rindex, difennet, {kondaonet^ 

— milliget) gant ann lliz. 

INDICTION, s. f. Dans sa bulle d'in- 
diction du Jubilé, el lizer skrivet 
gant han evit rei ar Jubile da c'hoU" 
nit d'ann holl dud fidèle 

INDIFFÉRENCE, s. f. Avec indifférence, 
eZ'lenty — var he lent, adT. 

INDIFFÉRENT, adj. et subs. Eur ga- 
loun ien e-kenver Doue (au moral), 
(divaniel, s'emploie plutôt au phy- 
sique.) Devenir indifférent, se relA- 
cher, en matière de religion, divor- 
c'hedi, V. n. Cela m'est indifférent 
(égal), ne c'houitann ket (T.); voy. 
Impassible, insensible. 

INDIGÈNES, s. m. pi. Ar vroiz, 

INDIGENT, s. m. et adj. Keaz, m., 
pi. keiz ; dienek (peu usité.) 



Digitized by VjOOQ IC 



IND 



m 



m 



fSnSltStl, â4j. Bec^huz d*ar a^hêf 
(da houll ar galoun.) 

mUŒSTIOI, 8. f. Il a eu une indi- 
gestion, savet eo het ar boed var he 
galoun (d'he galoun.J 

roiGIATHHf, 8. f. Une arme que 
nous opposons à Tindignation ditine, 
evel eunH arm a zervich d*e*omp da 
ziarhenn jusHs Doue. 

nDIGimiT, adv. Cïomniunier in- 
dign . . . , kommunia e goall ètad. 

mMMCT, adj. HDIISCTEIEIT. adv. 
A-drOf — a-oeU, ^- drè eunn den 
ail ; voy. latemèdiaire. 

nqiISaPLnUBLB , ady. Uart ebed 
d*t'trhany — diroll\ vdy. le Mil 8li- 
tait. 

HDUMmAi, adj. IKzt^', -« ditouj^ 
— dioatn, — diteWt, 

mnSCBET, a(iy. nroiSCBÉTEIERT , 
adt. Re gutmi, — balc'h ; (brtdell 
doull, (Fam.); diboell, ^ ne het mad 
da zerc'hel gani^han,) Pour le sous- 
traire à la curiosité indiscrète du 
public, da viret Ha t^> guetet gant 
hufiutenned âîaviz, 

HDBPEISABLI, a4j. Cest indisp..., 
eur pez red eo. — a rank heza, — 
ne d^f keî evit obet hep4^han, m., 
hep-t'hiy f. 

HQitfOSi, adj. Légèrement malade, 
hi^z^Manv^ — d\ez^ — gour^glanv. 
=i=x On est indisposé contre lui (au 
moral), troet eo mena ann dud enn 
he enejp ; troet eo ann dud enep d'e- 

P-han. Gravement indisposé 

(au physique), goall-dale'het, adj. 

imiSSOLUBLE, aâi. Peur-baduz, ady. 

HDIÎIDU, s. m. Unan; — paotr; 
voy. Ui td ; eur pe zen, — eur pe- 
hano, — Aen-Aa-4en. Dire, un indi- 
vidu (avec dds poitits de suspension}, 



pehanoi, v. n. et a. C'est un indhridti 
capable et fort, eur paotr guen a to- 
eno. 

rolfIDOALITt, s. f. Ce qui consti- 
tue rîndivid..., ar pez a to enn deh. 

UDOCILE, adj. Amjeetf' (parlant 
d'hommes et de bétes) j dizent, — di- 
zw, — dizouj, — dwam (parlant 
d'hommes seulement.) 

BONMAT, ady. Abaf^ ^ diJbala* 
mour, -^ landfeani ; voy. lalMM. 

HDU, ady. Amzeready — difennet, 
a<]y. 

IIMILfinnZ, s f. Pùrdoun, m. mot 
reçu. 

mOLT, s. m. Lizera c'hrùs dlgant 
ar Pab, 

nDOStUE, s. f. Les découvertes de 
rindustrie, ann y in, m. sing. ■ 

Chevalier d'industrie, kefester, m. 

HÉBBAILABLB, adj. Stari, — di- 
flacfi. Sa constance envers vous 8(hi 
mébranlable, ne veto het edro plcg 
he galoun,^ enH ho ketet, 

DKFFtCACX, adj. binerzuz (parlant 
des choses.) Rendre inefficaces les 
grâces divines, lezel, {lakaàt) ^rasoU 
Doue da vont da poil evit-ho {evid- 
omp, selon le cas). 

nÉGAL, siâi. nÉGALEIEIT) a^j. Di- 
zingdl. Du fil inégal, neud pik-nioistH, 
Pays où terrain mégal (à montées et 
à descentes), bro (hent) i^ibiH-ditibin, 
adj. et adv.; digompez, adj. et adv. 

nSIACT, a4j. Disguir (ou mieux : 
ne ket guir,) 

nFilLUBU, adj. tVARUBLIBffr, 
adv. Difazi; voy. 8e trefll^. 

A 

UFAU, ady. Mezuz (parlant des 
choses); mez ne hanvel, ^^mei komz 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



â05 



INlt 



anezhan , adj. Loi înfôme, lezenn 
villiget, LMnfôme 1 boed ar groug 
anezhan ! Les infâmes ! al lousienn 
anezho ! 

IIFÉRIEUR, adj. La Loire-Infërienre, 
Al IjoeV'Izél (al Loei^-Izela.) == Vin 
de qualité inférieure (vin faible), gui- 
nik, guin mtik (fam.) 

nFERMAL, adj.' C'est un homme 
infernal, eunn ifem a zen eo, 

niFILTBSi (S'), V. pron Sila, v. n.; 
mont a-zil a-zil, 

nFlHI, adj. N'eu! fin ebed d'e-z- 
han, sing. ; n'euz niver ebed d'e-z-ho^ 
plur. ; n'euz muzul (kount) ebed d'e- 
Z'ho; (Âep fin, — dreist kount), 
sortes d'acyectifs.) 

UiruilirrÉ, s. f. Une inf... de gens, 
eunn anfin a dud, — eleiz a dud. 
Une infinité de vers, prenved eleiz- 
eleiz. 

UIFIBIE, adj. Isil, ou eizil ; — ka- 
bac'k (par suite de vieillesse.) 

nFDtlEB, V. a. Abroger une loi, 
nuUi eut lezenn, — te^^rx eul lezenn ; 
Toy. Ainiler. 

HFLAIIABLE, acy. A grog buhan 
ann tan enn-han^ — a ta buhan ann 
tan dre^Z'han, — bufian da flamma. 
Au moral on dira : buhan da deri, 
— buhan da fâcha, — prim, — bu- 
hanek, — Mzidik. 

nFLAHATIOlf, ?. f. Tan-losk, m., 
leskadurez, f., ftanedigez, inflamma- 
tion vive qui brûle et démange); gor, 
m., parlant de la luette. Inflammation 
de la fièvre, fô, m. : voy. Ardeur, — 
eftuioi de la bile, (droug-ar-goTy m.) 
L^nflammation parait sur son visage, 
tamiennet eo he vizach. 

IMFLKXIiLB. adj. i?eud, — di^emez; 
voy. lapttoyaUe. 



INFLUENCE, s. f. Vertnz, f. Qui a de 
Finfl..., qui influe sur, o daol var, 
adj , — levezon, f. iT.) ; voy. Ascen- 
dant, crédit, antorite. . 

INFLUENT, adj. L'habitant le plus 
influent de la paroisse, ar maouty — 
ar maill, — penn ar barrez-^ voy. Coq. 

INFLUER, V. n. Influer sur .., teurel 
var, . . 

INFORME, adj. IHneuz;voY* Difforme. 
— forme. 

INFORMATION, s. f. INFORMÉ, s. m. 
Jusqu'à plus ample informé , bete 
gouzout ; voy. Renseignement. 

INFORMÉ, adj. J'ai été bien informé, 
klevet mad am euz* 

INFORMER (S'), v. pron. S'informer 
des nouvelles de quelqu'un, guelet 
penaoz ema ar bed gant u. b. 

INFORTUNE, s. f. Taol pounner, 
kals a boaniou ; voy. Malbear. 

INFRUCTUEUX, adi. .4 ta gant ann 
arcl; voy. Vain, stérile. 

INFUS, adj. Deuet rag-eeun eux ann 
Env, 

INGAMRE, adj. Dibill (C); eskuit 
(askuit) ; voy. Alerte, agile. 

INGÉNUMENT; adv. Didroidell ; voy. 
Sincèrement. 

INGRAT, adj. Ingrat , — {bougre, 
Fam.) ; boujaron (Fam.) 

INGRATITUDE, s. f. IngmteiH, f. 

INGRÉDIENTS» s. m. pi. A gaver e- 
barzy — a ia d*he ober ; voy. Com- 
posé de . . 

INRARITÉ, adj. DiloJ, — den ebed o 
choum ebarz / voy. Désert. 
S9 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



306 



m 



mÉREIT, adi. Inh... à la nature, 
a 20 oc* h heul hor c*horf er bed-ma. 

mUlÂIN, adj. Dinatury — diger^ 
nez, — fero, — divam, — gouH. 

INIUIER, V. a. Kaê d*ar bez, — la- 
kaat er bez. 

INDOTIÉ, 8. f. Droulam, m. (drouk- 
rans.J Cela cause des inimitiés, ann 
dtxi'Ze a zo droulasuz {droulansuz.) 

miQUE, adj. Fall; voy. Injuste, 
déloyal. 

IHIQUITÉ, s. f. Fallagriez, f. ; voy. 
Crime, péché, injustice. Ann dud fall, 
(sens concret), les hommes iniques. 

WITIAL, adj. Lettre initiale, lize- 
renn goumans^ f. 

UflTIATIYE, s. f. Prendre Finitiative 
(en causant), toulla da u. b, 

INITIÉ, adj. Voy Séminariste. 

*1IJUR8, s. f. Bafouerez, f. Voici 
quelçiues injures répandues dans le 
public : lann-Iann ! (Jean- Jean !), — 
Jannik'kountant ! Jean le cocu (par- 
lant de mari qui tolère rinconauite 
de sa femme, ou qui s'aveugle à ce 
sujet.) lannik'pillennl Jean guenille! 
(déguenillé, à cause de son incon- 
duite.) Janned'truillenn ! Jeannette 
guenille! voy. Dict. Troude, édit. 1869, 
au mot injures.) 

njURIER, V. a. Langachat, — ba- 
foui, — krozal da,,., — diroga, — 
goall'hanvel , — lavaret viïoniou 
da, . . , — kana pouill da,,, == 
S'injurier soi-même, tant on est fu- 
rieux, en em densa, 

INJUSTE, adj. Ansjust (dont on doit 
avoir de la défiance.) Jugement in* 
juste, bam fall, — goall-vaiit, f. 

OMUSTOmiT, adv, E-gaou, adv. 



DfNOIBRABLE. adj. Dimret*, adj. 

INOCCUPÉ, a(iy. On dit parfois, dio- 
kup. Quoique le mot ne soit pas tout 
à fait breton ; voy. Ulnre, — Taetnt. 



INODOBE, adj. Dufhouez, adj. 

IN0FFEN8IF,adj. Dizrouk^ ^ divalisy 

— dinoaz. 

INONDATION, s. f. Dour-braz, — 
dour-beuz, — dour-^iravet, — dour- 
dic'hlagnet; voy. Débordemeit. 

INONDÉ, adj. Sujet à être inondé, 
beuzek, adj. 

INOPINÉ adj. Toute maladie et toat 
malheur inopinés, droug-avel, m. 

INOPINÉMENT, adv. A'drowfh' 
tranch ; voy. PermissiOB, préfeair. 

INOPPOITUN, adj. En temps inop- 
portun, amzere, — e dibred, adv. ; 
voy. à contre-temps. 

INQUIET, adj. Jaluz (chaluz) ; — 
ginet ; — diez he benn ; — nec'het ; 

— var aoun, 

INQUIÉTEB, V. a. Anke%\ia, — la- 
kaat diez penn u. 6. 

IKQUIÉTER (S'), V. pron. S'inquiéter 
au sujet de quelau'un, beza e chai 
gant u. b., — ncc*ni gant u. 6., v. n., 

— beza nec*het gant m. 6., — kaout 
sourd gant,,. Il est toujours prêt i 
s'inquiéter de sa santé, hema a rez 
atao vai^-nez damant ; voy. Inquiet. 

INQUIÉTUDE, 8. f. Trefu, m. (C), 

— morc'hed (T.) Inc[uiétude vague, 
enkt^zenn, f. On dit damant, m., 

3uand il s'agit de la santé, et trubuiU^ 
ans le sens de tribulation. Être sans 
inquiétude au sujet de..., beza dich^U 
(dizoursi) gant,,, , — beza dinet^k 
gant, , . 

INQUISITION» 8. f. Enklaskhiritiked 
(terme ecclésiastique.) 



Digitized by VjOOQ IC 



INS 



307 



INS 



nSATIABLE, adj. Soif insatiable, 
sec'hed diravet. Ils sont insatiables 
(au fig.), dioualc'h eo ho c*haloun; à 
la lettre : di-oualc'h, sans assez. Par- 
lant des chevaux, on dira : ranklez, 
adj. ; voy. Genln, Torace. 

nSdEOSNT, adv. Dre zizonj. 

nSGRIRE, V. a. Merka (lakaat) var 
haper. Inscrire ses bans, lakwat he 
embannou da zimezi-, lakaat he hano 
da zimezi. S'inscrire pour faire sa 
première communion, laA'oat he hano 
da ober he bask kenta, 

niSSCTI, s. m. Ghétif insecte ! am- 
prevan louz ! Insecte qui s'attache à 
la peau des vaches, etc., till^ m., — 
HUed, pi. 

IHSEGn€a)E, adj. Laz-preon, adj. 

INSSNSÉ, adj. Diboell, — egaret, 
adj. Eunn egaret, un insensé. 

DISBNSINJB, adj, Il est insensible 
va malheur des autres, goalUgaledet 
eo ; voy. InpaMiUe ; dizaouzan. De- 
venir insensible, dont da griza, — 
dont da galedi. Des choses insensibles 
(immatérielles, invisibles), traou ape- 
red, — traou diabarz, — traou ar 
hed ail, — ann traou ne vêler ket ; 
voy. Seas, sensible. 

nSElISlBILITÉ, s. f. Notre insensibilité 
morale et spirituelle a diminué, grâce 
à la Mission, houkeat kalz omp (bou* 
keat kalz eo hor c^haloun) gant ar 
Mision; voy. Attendrir. 



nSIfin, adj. Ins. 
Iliz^eur, f. 



cathédrale , 



DISIGIIBS, s. m. pi. Voy. Attributs. 

nSlGMIFIANT, adj. Effets (objets) 
insignifiants, mibiUech, — belbiach, 
pi ou. Une chose insignifiante, eunn 
netra, — ne dalv ket ar boan (sortes 
de substantif et d'acyectif.) 



nSINUAHT, acy. Luban, — tosten* 
ner, — teod tano, — a gaoze tano, 
loc. adj. Faire l'insinuant, lubani oc'h 
u, 6., — tostennat oc'h w. 6.. — tru- 
flenna u. b., v. a. ; voy. Emoler, en- 
jôleur. (Cajoler, en em zUaJ 

mSIHUATIOlf, s. f. Insinuatiojis fal- 
lacieuses, troidellouy — korvigellou, 
plur. m. 

IHSINUER (S'), V. pron. Sila, v. n. ; 
en em zila. 



INSIPIDE, adj. 
komzou panen. 



Paroles insipides , 



INSISTER^ V. n. Insister sur..., 
pursu var, . . ; starda da. . . ; pedi 
/la^ erbedi; voy. Supplier. A force 
d'insister, on réussit, o pedi ha g oc'h 
erbedi, e vez great ar c'hefridi (Prov.) 

nSOGIABLE, adj. C'est un être inso- 
ciable, eunn den eo (ha) h'euz den 
evit beva gant-han'^ eunn den diez 
beva gant'han eo ; eunn den eo ha 
n'euz buez ebed gant-han; eunn den 
eo fia n*euz buez vad ebed enn he 
zerr; voy. Impossible, iutraitalfte , 
difficUe. 

INSOLENT, acy. Divez, — divezet, — 
divergonty — den dibrepos (C. V.) , 
— eur pez divalo, — den diresped ; 
voy. Irrespectueux. 

INSOUCIANT, adj. Lez-ober, — di- 
zowm, adj. 

INSPECTER, V. a. Ober eur baie 
dre.., (parlant de terres et de forêts.) 

INSPECTEUR, s. m. Impektour^ m. 
(mot importé.) 

nSTARLE, a(jy. Sujet à l'instabilité, 
mareaduz^ adj. 

INSTALLER, v. a. Installer un Évéque, 
Iqkaat eunn Eskob var he dron. 
Installer un Recteur, lakaat eur 
Persoun var he gador. == Mettre 



Digitized by VjOOQ IC 



ms 



308 



INT 



une chose en place, stalamardi, v. a. 
Installer des courses, lakaat redadek, 
f. s. == Tronic v. n., signifie plutôt, 
parader. 

INSTAIICES, s. f. pi. Que d'instances ! 
ha g a bederez l (en mauvaise part); 
voy. Insister. 

nSTAIT, 8. m. Moment. En un 
instant, enn eur poulzad, — enn eur 
poulzik^ — enn eur par berr, — enn 
eunn taol. Un instant, eiinn tadia- 
dik. Pleurer quelques instants devant 
quelqu'un, ober eur pennad gouela 
oc' h u. 6. Il n'a pas été un instant 
en route (dehors), ne ket bet eunn 
elrenn (eunn hoîl-^ad), oc' h ober he 
dro ; voy. Tonr. — S'asseoir, — se 
reposer, — s'étendre, — s'éloigner un 
instant, ohet* eunn azezik^ — eunn 
diskuizik, — eur gourvezik, — eunn 
tcc'hik. Tous les instants de ma vie, 
kement pennad buez am euz\ voy. 
lomeiit. 

IHSTART (à D, adv. A l'instar des 
bêtes, e-4aÀll d'ann anevaled, 

INSTIGATION, s. f. Goall-ali, — atiz, 
m., pi. ou\ voy. Suggestion du démon. 

INSTI6UER, v. a. Goall-alkiy — a- 
tiza, suggérer (en mauvaise part); 
voy. Instigation. 

INSTINCT, s. m. Skiant natural, — 
ententamant, — komprenezoun, — 
finesa, — spered, — (meiz, du latin, 
mens./ == D'instinct, adv., dre tio- 
tur, adv. ; voy. Natarellement. 

INSTITUER, V. a. Établir, fonder, 
sevel, — sevel da genta ; voy. Ces 
mots. 

INSTRUCTI6N, s. f. Instru, m. ; ^-e- 
lenn, — kentel, f. Il n'a pas complé- 
té son instruction, ne ket peiir-zesket 
(fkoaz. Instruction touchant la reli- 
gion, kefennadurez,{. Une instruction 
pastorale, eur gemennadurez a Es- 
kob, f. 



INSTRUIRE, V. a. Instruire sur la 
religion, kelenn var al lezenn gristen 
(var ar relijion^ se dit aussi ) 

il INSTRUIT, adj. Desket, — laennek, 
(ou lennek, du verbe lenn, lire.) Ce 
dernier signifie un homme qui a beau- 
coup lu, et le mot forme un nom de 
famille ; voy. Savant. 

mSTRUIENT, s. m. Instr. . en fer, 
klao, m., pi. iou, Penn-klao, m., pi. 
penn^klawu. Instrument de toute 
matière, y^'n, m^, pi. ijinm*, on dît 
aussi : prestou^ — oatiUou, — dafii- 
rou; voy. Outillage. Réunion d'instru- 
ments nécessaires pour un travail 
quelconque, reizou, pi. m. Instru- 
ments de labour, binti^xchou ann dud 
divararmeaz. Instrument de prières, 
arpez avez gant eunn den o lataret 
he bedennou ; ar pez a leverm* var- 
n-han (gant-han) ar pedennou. 

INSU (à 1'), adv. A l'insu de tous 
(en tapinois), sioul-sibouroun, adv. 



mSUCQ^, 8. m. Voy. éckeo, 
Taise issue. 



INSULTE, s. f. Bafouerez, t; *- 
langach, — Au, — kuerez, — vUem^ 
bafoui, m. L'infinitif peut toujours 
servir de nom, avec Tartide; voy. 
Injure. 

INSULTER, t. a. Latigachaty — te- 
foui, — krozal da,,, 

INTÉGRE, adj. Guirion. Un homme 
intègre, eur galoun eeun ha âispleg. 

INTELLIGENCE, s. f. Enteniamant, 
— poell, — meiz (du latin mensj^ — 
(komprenezoun, est devenu le mot 
usueL) Cette pauvre petite muett» de 
sept ans a de l'intelligence, conduit 
les vaches.. ., ar rudezik keaz, ha 
ne d-eo nemet seiz vloaz e deuz meiz, 
a gas ar zaout, . . Pendant une demi- 
heure après ces défaillances elle n'a 
l'intelligence (le sentiment) de rien, 
epad eunn hanter-heur, ^4mde ma 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



300 



wt 



vez hei seniplei^ eveUèe^ ne devez 
meiz eut netra. Si j'avais eu alors 
asse^ dlntelligence , je n*eu8se pas 
fait cela, mar ern bije-tne het meiz 
aeuaWh, neuze, n'em bije het great 
ann dra-ze ; Yoy. Sagidté. 

nrajJGSKT, adlj. Plus il est intel- 
ligent, plus il est an^ogant, seul vra- 
êoc'h eo ^e spered, seul wrasoc'h ehze 
eo he rogentez. Peu intelligent^ berr- 
vef, adj. ; voy. SagiC^. 

VnUMSIBLB, adj. Faâle i com- 
prendre» e^leo (pour eaz da glevet,) 

OnmOPESTIF. adi. JEnep ann dro, 
— n'ema het ne mx). 

BffOSS, adj. B fait un froid intenaa, 
ien'kal^ eo ann am«er. Froid in- 
lense^ amzer ien-'dioez (C.) La cha- 
leur était intense, ew/m domder di- 
ravet {eunn domder skaot) a oa; 
Toy. W. 

DrrpTlOI, 8. f. Voy. Pr^ct, — 
\mt\ holontez, — aviz, — spered, — 
(mennad T.) Dans llntention de le 
Toir, enn aviz he wlet. Je n'en ai 
point rintention , ne glashann ket 
ober hement-^e. Il avait Fintention 
d'v aller^ e sat^ mont di edo. Pureté 
d'intention, haloun olan. De la pu- 
reté dintentîoB dans les bonnes œu- 
vres^ divar'4>enn ober ar mad er 
guel a Soue hef>hen. Dans quelle 
intention? pe evU traf Qui a une 
intention kostile, santimoMtet-fall ^ 
adf}. Son intention était bonne, aviz 
vad en doa. Il avait Tintention de 
nartir, e seul ariz huxtaat edo (mot 
a mot : il était sur le seuil du projet 
de partir.) Quelle est son intention? 
jpefm a zo enn he zonj f Avoir rin- 
tention, biza, V. n. Allez-y, puisque 
vous en aviez l'intention , it atao , 
p'hoé'h euz bizet montfp'oa ho spered 
mont,) Je Tai acheté à votre intention, 
enn ho&h ariz em euz prenet anez- 
han. Nulle intention d(e..., tamm 
c'hoant da.,. ; voy. Iitenlittuié. 



UrariOniÉ, adj. Bien intentionné, 
tmzei-^mad, Santimantet-mad, est un 
mot usité ; voy. DitpesitlM. 

nmCÉMI, V. n. Difenn, v. a. ; 
rei skoazell da, ,,, — rei doum da 
u. 6. ; voy. lecoamaider f. {. 



nTERGEnn, 



UTfiiltfirm, v. a. interc... pas- 
sage, trouc'ha être,,,, — haea oo'h,,,; 
voy. Covper ckenin à. . . 

nrTEftDBtS, V. a. Int... canom*- 
quement (suspendre de son emploi, 
parlant de prêtre), divelegi u. 6., — 
disakri eur èelek, — dioferenna eur 
beleg, — kas u. b. er meaz a velek, 
— terri eur beleg euz he garg. 

IRTERDIT, adj. Abasourdi, consterné; 
mantret^ — abafet, — baie" h, — 
eunn tammik balc'h he c^hinou, == 
Honteux d'avoir été battu (évincé), 
mezok^ — lostok; voy. iéeeMertè, — 
iaterèire. 

OrrilISSàRT, adj. Pljjaduruz, = 
Amusant, kaer da glecett — kaer da 
velet. ■ Parlant des hommes mal- 
heureux : din a druez, — truezuz, 
adj. 

UTiBISSi, adj. Intéressé en ftiveur 
de q. q., douget evid u. b. . Trop 
intéressé, kal&un aTrc'hanty — tro^ 
var ann destum^ sortes d'a^). 

VÊltKti, subst. sing. plur. Interest, 
m. A intérêt, var interest. L'intérêt 
de son argent, ann interest divar he 
ar&kant, t. Profit, utilité, amu- 

sement. Gela n'offre aucun intérêt, 
ann dra-ze ne d-eo tamm 6»*ao da 
velet {da glevet, — da lenn,) : ' 
Pourvoir bien à ses intérêts , ober 
eeun he vad he unan. Dans l'intérêt 
de votre âme, evid hoc^k ene, — evU 
savetei hoc'h ene. D'un intérêt com- 
mun, mad d'ann eU, mad d^egite. 
Dans vos intérêts, evit ho tra. Sans 
intérêts, dUnterest, adj. et adv. Nos 
intérêts personnels, ar paz a e^kétl 
ober vad d'e-omp. Les plus grands 



Digitized by VjOOQ IC 



INT 



3f0 



INT 



intéréU de Dieu, arpez a denn tnuia 
da c^hloar Doue. Prends soin de mes 
intérêts, lahovtr evidoun, — diouaU 

ac'hanoun, -. Parti. Prendre les 

intérêts de Quelqu'un, sm>el enn eunn 
tu gant u. h, 

nrÉUEUB, adj. Le corps et Tàme 
témoignent à Dieu le respect intérieur 
et extérieur, ar c^horf hag ann ene 
a ùskouez ann dou^ans o deuz eoit 
Doue, Sans contrition intérieure, hep 
keuz enn ho kaloun (dans votre cœur.) 

IXTÉROniIEIER, adv. Enn^an he 
umm, — out-^n he unan. 

niTERIÉDIAIlE, 8. m. HanterouVy 
m. ; voy. lédittenr. Par son intermé- 
diaire, dre-z^iianj — o lakaat anet- 
hau da gomz evidoun, . • ; voy. Indi- 
rectemeit. 

UTEUOTTBKE, s. f. Distag, ^ <ii- 
dorr, — paoueZy — ehan, m., — 
habatkadenn, f. Une int. . . soulage 
un malade, eunn halxukadenn a ra 
vad da eunn den klanv. 

OTEBIITTBIT, 9iâi. Dre vare, ~ o- 
vareadou^ — a-daoladoUy adv. 

UTEBPiÉTS, s. m. Displiker, — 
disklerier, m. Il vaut mieux recourir 
à une périphrase, comme celle-ci: 
celui qm traduit les langues. 

niTSU06iTlF, adlj. Paries-vous bre- 
ton? ha c'houi a oar komz hrezou^ 
nek f Est-ce que tu as été ? Aa te a 
zo betf Qui serait-il ? piou ef-hen f 
Dans les trois verbes aouzout^ savoir, 
ober, faire, fnont, aller, quand on 
répond on met un g au commen- 
cement du mot ; Ex : Ya-t-on ? Rép. 
oui (on va), geer, au lieu de ez eer 
(T.) On savait, gouiet^ — gouzery on 
sait, — gréer, on fait (T.) Dans les 
verbes beza et kaout (être et avoir), 
la réponse commence par un b. — 
Y a-t-il rien de plus mauvais? ha 
falla traf Est-ce tout? n*euz kenf 
Est-ce assez? aàual^h eof Êtes-vous 



bien portant ? ha c'houi zo iac^hf 
Savez-vous danser? ha dansai a ou- 
zoc'h^ Êtes-vous triste? priez, pa te- 
zU alacharet, pedit, — mar d-oc'h 
trid, pedity — mar d-^eo teval ho 
penn, pedU, N*est-il pas vrai f hane 
isuir 'ta f (pour :ha t%e ket guir etaf) 
N'est-ce pas'i ne ket'taf Connaissei- 
vous un tel? anavezU4iu hen^ui^henf 

IRTERBOfiEI , V. a. Inierrcii , — 
ekêamina, v. a. On Tinterrogea, gow- 
len$um a oe great out-han, 

nTSftMWBE, V. a. Interrompre sa 
journée de travail, terri he zevet la- 
bour, •— trei divar he zevez labour. 
Interrompre son chant, tevel he gan, 
— paouez eur petinadik da gam. 
Travail qu'on peut interrompre à 
volonté, labour hag a c'heUer dit- 
kregi diout^han {mont divar^n-han) 
pa garer. Les travaux étant inter^ 
rompus, choumet al labour a-za, *- 
choumet al labour da ober, 

niTEUUPnOI, s. f. Distag, m. (en 
pariant de pluie, spanaenn, f.) 

UTERVALLB, s. m. Espace de temps. 
A de rares intervalles, avechouigou. 
Par intervalle, adv., a-vareadoti, — 
a-^chadou, —- a^daoladou, Dans 
Finlervalle, etretant, — être daou, 

IITEtTEIB, V. n. Dont da lakaet 
urz, — dont da lakaaJt ar peo(fh; 
voy. Ordre ; en em emelli enn eunn 
dra ; — en em luia gant eunn dra 
bennak, La politique n'a pas à inte^ 
venir ici, kement-ma ne zell tamm 
oe'h ar politik (oc*h ar politiked) ; 
voy. iBterfeitiea. 

INTKKVEinON, s. f. Sans l'inter- 
vention des gendarmes, panefedeann 
archerien, — panefedc ma teuaz ann 
archerien. Si les gendarmes n'étaient 
pas intervenus ; si oe n'était Tinter* 
vention des gendarmes ; voy. Inter 
venir. 

IkTHE, ady. Dans l'intime de mon 
âme, e goeled va c'haloun* 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



âH 



IIIA 



i^.'ij 



V. a. Kemenn ; voy. Itti- 
ft^9 — t^ler en Jaitice. 

nniIBEB, V. a. Effrayer, oberaoun 
da..,,^ lakaat da lenta. == 8*iM- 
tilriéer, v. pron. Lenta^ y. n. S'inti- 
mider de plus en plus (devenir de plus 
en fkun timide), lento at, t. n. Il s'in- 
timida devant moi, lenta a reaz ous- 
in, 

HITOLÉIABU, adj. Des douleurs 
intolérables, poaniau dreist-penn, 

nnUITABIiS, adj. Diez da ambrega, 

— diez da gas, — n'euz den etU-nan, 

— tu vad ehed var-^^han ; voy. Im- 
ftMiUe à fifre. 

IMTBKMIE, s. f. Menées, cabale, ma- 
nigansou, — karvigelûm, — Irai- 
dellau, — rihoulou, pi. m., — kabal, 

— kabalad, m. s. 

IITR(HHJCTIOI, s. f. Commencement, 
entrée en matière, staga gant-hi, — 
digeri klaz, infinitifs et substantifs. 
== En termes d'Église : benniga 
he fenn d*eur vaouez; — eur vaoi*ez 
da Iliza (une introduction à faire) ; 
voy. IdeTalllef J^i (cU^^ù.^ v^nr^. 

HnU^UIRE, V. a. (Parlant d'obiets), 
fourra eunn dra, = Faciliter Ven- 
trée à. . ,, dweri da, . ., — m digor 
da...\ voy. Recevoir cha soi, — aire 
oatrer q. q. 

nnonSER, v. a. Voy. Installer. 

nUTILB, a(j(j. Ne d-eo etfid ober vad 
ehed, — dizervich, — toull^ — goul^ 
lo, — tnad da netra. C'est inutile, 
poan gollet eo. C'est inutile pour vous 
de demander, null eo d'e-hoc^h gou- 
lenn, — ne dalv ket d'e-hoifh gou- 
îenn* Paroles inutiles, komzou toull; 
voy. Btcatelles. Des choses inutiles, 
foutouillenriy f . ; voy. Fntilités, — 
lAltilités; traou netra; voy. Brin- 
borioit ; tur^ibaillou, pi. m. 

OKinUSIEMT, adv. Chercher inuti- 



lementf klask hep kaoui. Au sens 
général : hep vad ebed, — hep tro 
vad ebed ; voy. lésoltat. 

OfVA&IABLE, adj. Atao ar memez; 
— hep sench ebed ; — ne zench ne- 
pred, 

nnfEGTIYEi, V. a. Krozal, v. n. ; 
voy. Iitolter, injurier. 

UiVbjÉtAIRS, s. m. Ivantor, f. Sous 
bénéfice d'inventaire, gant (dre) i- 
vantor venn^ (sorte d'adv.) 

IMVSRTSR, V. a. Ivanti, v. a. Con- 
trouver, — inventer des mensonges, 
ivanti gevier, — liva gcvier, — griat 
konchouj — dibuna konchou, — sevel 
konchou; voy. Imaginer, — l»roéer. 

nVERTÉ, a(y. Contes inventés pour 
amuser les enfants, konchou hom 
savet da zivuz ar vugale^ 

HYfiRTIOI, s. f. Ivantenn, f. Des 
inventions, konchou bom; voy. In- 
fenter, troater. === Fête de l'in- 
vention de la S»e Croix, Gouel ar 
Gi'oaz santel kavet, 

IHVÉTÉBÉ, adj. Endurci, — fieffé, 
aheurtet (parlant du pécheur ou 
de l'incroyant.) Habitude invétérée, 
goall'voazy f., goalt-bleg, m. ; — 
touet, Siâ}, (parlant de n'importe quelle 
passion.) Sa maladie était invétérée, 
goall c'hriziennety ( goall-af\jandretJ 
oa ar c'hlenved enn-han. 

IIYISIBLB, a4j. A-guz adj. et adv., 
a-guz d'ann hoU; voy. IBsensiMe, 
immatériel. 

nVOQUÉ, a4j. Le saint nom de Dieu 
invoqué, goude beza goulennet akle* 
rijenn digant Doue. 



IMYOQUEI, V. a. Voy. lafeqné. 

IRASCIBLE, adj. Buanek, — tear 
(L.) ou ter (T. C.); toy. IsRammakle ; 



Digitized by CjOOQ IC 



iRà 



Mi 



m 



buhan da facha^ — primy — guirir- 
diky- — kizidik, adj. 

IROHIQUS, a4j. DipiHiz, a4j. ; voy, 
Itqier. 

IRRÉFLÉdl, adj. Voy. Inconiidéré^ 
— éUirii; diaviz. 

IIRÉFLSXION, 8. f. Avec iiréflexion, 
dre liionj, — (bourlik-ha'bourlok, 
en termes un peu burlesques.) 

IBRÉliDUBLE, adj. Diremed; Toy. 
IrrémissiMe. 

mtaSSIBLI, adj. Truez ebed out- 
tian (didorr ehed d'e-z-han, — par^ 
daun ebed evit^hanj; — * diremed, se 
dit aussi. * 

ttiÛDSSIBLEISIT, adT. Da tad, — 
da-^vikenn, — fiep distro, 

IBlÉPAftABLB, adj. GoalUzirapar ; 
yoy. IrréaistiUement. 

IlIRÉnOGIABLS, a(]y. Dirlam, -* 
difati y — direbech , adj . toy . ; 

niÉraÉlSMDLB, a4j. Voy. Irré- 
prochaMe. 



miÉSISTmLI, a4j. 
hoH. 



Treac'h cTonn 



lifeÉSdliU, adj. Voy. faiiécls, être 
daou ; voy. léiiter. 

niBff ECTUKUX , atiy. thzoui, — 
direspéd; voy. Inseleit. 

DRIGATIOI, s. f. Faire des irriga- 
tions, doura^ — goazia, va.; rigoliy 
V. a. janc.) L*Avent est Tépoque des ir- 
rigations, ennA^vefit eo doura arpra- 
j'ou. 



mUGlIER, v. a. Voy. Irrigallti. 

IRRITER, V. a. Voy. Ficher; laka€U 
drouk da vont enn u. 6. Ils Tirri- 
tèrent, lakaat a r^'otU drouk da vont 
enn-han. 

IRRUPTIOI, s. f. Voy. licirsiii^ — 
déberdeneit. 

BABELLB, a^j. Couleur, ou robe de 
cbeval, rowjiny -— melen. 

ISOLÉ, adj. Maison isolée, ti dispar- 
ti, — ti ail ebed enn^ro d^e-^^n. 

IISUE, s. f. Sortie, frankizenn, f. ; 
voy. HauTaise issue, — 4értiite, — é* 
chcc; droug-atred, m., — drouzivez, 
f. Je verrai quelle issue il aura» me 
vélo pe se ruiU (pe seurt rmU) a 



IVRAIE, s. f. Alhaban (sorte d'i- 
vraie, d'après Le Gonidec) 

IVRE, adj. Très-ivre, mezo-^ll, — 
mezo-mik, — mezo-kollet, Presque 
ivre, briz^vezo, — tommet-mjnd d'e- 
z^han, sortes d'ady. Se battre entre 
gens ivres, en em galkenna. Un peu 
ivre, badaouet, — penn-veo (C.) 

IVRESSE, s. f. Tenir de mauvais 
propos par suite d'ivresse, kalkenna^ 
V. n., ou en em galkenna, v. pr. 

IVR06RE, s. m. IVROGNESSE, 8. f. 
Sac*hçuin, (fam.) Ivrogne fieffé, ou 
qui dissipe son argent en orgies, 
lounk-^Iie-ziziin^ — frip-he-'Zrantelly 

— frip he zrouin, f., — roullerez, 
frip-he-drantell, — frip^he-^rouin, 

— rouler, — lip-he-verenn, — laper, 
m. (du verbe lupat, boire comme 
font les chiens.) 

IVR06IERIE, s. (.Drouk-Sant-Mar- 
tin (mal dont guérissait Saint -Martin.) 



oo^*^^* 



Digitized by CjOOQ IC 



M 



Mi 



m 



JAGASSn, Y. n. Babiller, pilât he 
iffiinou, — kounta kaoziou. 

JAd&BS, 8. f. Terre en jach..., 
terrien ou tirien, f., douar repoz, — 
douar jmouez, m. Ouvrir une jachère. 
diletoni, v. a. et n. 

JAILLIR, V. n. (Parlant du sang, des 
larmes), difrunka. En parlant d*eau : 
ftistra, — strinka, v. a. et n. Le feu 
jaillissait de ses pieds comme du 
tonnerre, tan a strinke dioc^h he 
dreid evel diou gui*un. 

JALOUX, adj. Jaloux en amour, ou 
. en mariage, paotr spL Elle est ja- 
louse de son man, etna atao var he 
lerc*hy evel eur gazenn. Ce mot ka- 
zenn^ t, dérive du mot mor-gazenn, 
(pieuvre), et n*a pas cependant de 
sens précis. On dit aussi, en général : 
krog 60 ar bik enn he skouam, f. et 
m. Jalouxy (en bonne part) comme 
une mère l'est de son enfant, halzik, 
adj. , 

JAMAIS, adv. Jamais, mon pauvre 
Pierre, nous ne le reverrons, hirvi' 
kenn, paour keaz Perr, ne velimp 
mui anezhan. On emploie, biskoaz, 
pour indiquer le passé ; nepred, pour 
le présent; hikenn, ou hirvikenn, 
pour l'avenir. Le mot morse s'ap- 
plique aux trois temps, mais surtout 
au présent On a beau faire, jamais 
ils ne deviennent blancs, kaer 'zo, ne 
vennaont ket, evektto, 

JAJDB, s.f. S'enfuir à toutes jambes, 
skara, t. n. Le devant de la jambe, 
kein ar c'har. Écarter les jambes en 
marchaat, rampa, v. n. Jambes 
grôles, diveiker gtierzidi, 

JÂRTILLSS, s. f. pi. Pièces de la 
ro\ie d'un moulin à eau, loaiou, pL m. 

JAIDU, s. m. J... à fruits et à 
fleurs, jardin, ou jardrin, f. Jardin 
de ferme (courtil), Hors, ^ liorzik^ m. 



JAIRETIÉRE, s. f. Jaritezen, f., pi. 
irrég. jaritez, m,, — las-loer, m., 
pi. liMOU'lerou, 

JATTE, s. f. Skudell-hrenn, f. Jatte 
en bois pour porter la pftte au four, 
pezel, ou beel, f., pi. iou ; voy. Did. 
Trovde. 

JAUXE, adij. Januz. Fièvre jaune, 
tersienn januz, 

JAUNIR, V. n. Faire jaunir, rendre 
jaune, (parlant des choses), melena^ 
V. a. et n. 

JE, pronom personnel, toujours su- 
jet de la phrase. J'ai un panaris au 
doigt, ar viskoul a zo em hiz. Je ne 
le ferai pas pour tout au monde, ne 
ket me eo a raio kement-se, hapa 
ve evit holl vadou ann douar. Ce- 
pendant je suis contrarié, koulskoude 
e kavann diez. J'ai les mains en- 
gourdies par le froid, kropet eo va 
daouam. 

JET, s. m. Jet (en général), — 
strink, m. Jet de fontaine, de se- 
ringue, strinkad, m. 

JETER, V. a. Sinkla, v. a. Jeter en 
l'air banna, v. a., teurel er vann. 
Jeter bas ses armes, teurel he armou 
a-gostez, ■ V. pron. Se jeter à 

l'eau, en em strinka enn dour; voy. 
S'éltBcer, se précipiter. 

JEU, s. m. Jeux (plaisirs), pan^e, 
m., pi. ou; voy. Assemblée. Le jeu ne 
rapporte rien (finit ordinairement 
mal), divar c'hoari ne zeu netra d'ar 
aear ; voy. Jouet. Le jeu ne vaut pas 
la chandelle, ar veoenn ne dalv ket 
ar vezerenn, (La lisière ne vaut pas 
le drap) (Prov.) Il fait un jeu à 
m'embarrasser, hema a c'hoari diez 
d'in-me (Fam.) Fournir beau jeu à 
quelqu'un, rei krog da u. 6.; lui 
fournir l'occasion de triompher» c'Aoo- 
40 



Digitized by VjOOQ IC 



ÎOl 



ta 



m 



ri eaz dn u. h, ; voy. Libre carrière^ 
tonte latitude. Jeux d'enfants , en 
génëi*al, belbi^ — belbiach, m. ; voy. 
infantillage. 

JEUM (à), adv. Prendre quelaue cho- 
se à jeun, lakaat eunn dra hennak 
var he gcdouti fvar he galoun noat, à 
Scaër.) Il n'est pas à jeun (ironie 
toudhant les ivfognes) , n'ema ket 
divar ann dour; voy. Boire. 

JElfifE, 8. m. (En style sacré.) Le- 
zenn ar iun, 

JEUNE, adj. Le jeune Guillaume, ar 
paotr Laouik, (On ne dira pas, al 
Laouik ; mais, Laouik, ou ar paotr 
Laonik.) Le jeune, la jeune, ann 
hini iaoïiank, m. f. Jeune nœuf, 
krenn-ejenn. Étant jeune, a-vianik, 
adv. ; voy. Enfance. Tout jeune, e- 
iaouank, — er iaouank, — ez iaou- 
ank, adv. ; voy. Adterbe et le N» 18 
(l'Introduction, chap. II) ; voy. le mot 
iniTant. 

JEUHSSSE, 8. f. La jeunesse (les 
jeunes gens), ann dvd iaotmnk, 

JOOt, s. f. Joa, — trugar, f., — 
dudi, m., (joie douce); voy. Charinet, 
délices ; joausded, f., levenez vraz, f. 
Avoir de la joie spirituelle; voy. Aimer. 
Les joies du Ciel, joaiou, — dudiou, 
pi. m., — joausded ann Env, f. Té- 
moigner plus de joie à q. q., joau- 
saat oc'h u. 6. Témoigner |oie et 
amour à quelqu'un, kaoïd joa ha 
karantez o^h u, h, 

iOtRDBB, V. a. Joindre des objets. 
Strolla chasj v. a., (coupler des 
chiens); •— stroba^ v. a. (enfiler); — 
framma, v. a. (parlant de pièces de 
bois) ; voy. Assembler, — ajouter, — 
tupplement, — unir. — Jomdre une 
maison à une autre (les lier), staga 
eunn ti oc'h eunn ail. Joindre les 
mains, yun6n ann daouai*fi. Joindre 
la bonté â la force, beza tnad ha ner* 
zuz ive. == Y. pron. Ils se joignent 
(Us se touchent), en em donch a reont. 



JOniT, s. m. (Au propre), goaêky 

— framm^ m, parlant d'espace entre 
deux 08, ou deux pierret contiguês, 
dans une maçonnerie, — ifia <^ré,) 
ar êkoulmy — ann dalc'h, — ann tu 
v€id (la meilleure manière de juger 
une affaire.) Les deux mots, tu vad, 
tendent à se fondre en un seul; voy. 
llBtroductioi. 

JOU, Bd}. Très joli, brao-distailt, 

— koant'hardiz, — brao^drei$t (par- 
lant des personnes) ; voy. Eeav. 

J6LIIBIT, adv. Prapik. Jolinient 
grand, saoik aoual&h gani^han; Vt>y. 
nstaMeseit. 

JOUE, s. f. Mâchoire, jared^ m. 
Ck>up sur la joue, favedad, m. Qui a 
de grosses joues, javedek, adj. 

JOtJER, V. n. Jouer de rusé, ^nd, 
V. n., — c^hoarifin. Jouer de la lyre, 
c'hoari var he delenn. Jouer de la 
vielle , ieni gant ar \3ieH, Jotie ! 
(frappe î) au jeu de galoche, âdo î 

JOUET, s. m. Être le jouet à'tiiié 
hallucination ( ou simpleméùt , eiH 
halluciné); voy. ce dernier mot. Étkht 
le jouet du vent, taolniistaol fmnt 
ann avel (sorte d'adjectif.) 

JOUG, s. m. Domani, ni« (au ^^- 
ré ) Être sous le joug de q, q^ jmmi 
dindon galloud u. 6. (au mond») 

JOUn, V. n. Jouir de son bien, haâ 
den a dra, — beza fnestr vôr ké J(ra; 
voy. Propriétaire. Posséder ^îH éé 
bonne foi, jovisa leal. On jr Jouit d'un 
printemps éternel, eno e vez atao 
ann nevet-amzer. Il y a un an ^11 
n'a pas joui 4'un moment dé satifèj 
bloaz a zo n'en deuz great préd seveh 
ebed. Je jouis, quand on mèVâppèrté 
de ces nouvelles-là, tnearetèni baéâ 
pa glevann keleier er c'hiz-ie ; voy. 
élément, jabiler. 

J0U18SAICB, s. f. Joie. Laouenne- 
digez, f. r==t=: Posse8sioii^|>^*A^n- 
fiachy m. Il en a perdu la lodiseaneeî 
dizoumet eo bei pant eum dfl. Qm 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



m 



m 



ont tirw 4* i«MWWce«^ re ébp4 ho 
aoare er oeo-tna (so|i-Jp (l*?f)j*} 

JWI, 9. Pi' Voir le jour. Nattre, 
^eniet, V. p,, -.- dont er bed. Dormir 
pendant le jour, komhet mr ann 
deiz, Chs^que jour, a zeiz da zeiz, adv. 
Percé à jour, dantelezet, ac^. Un jour 
ordinaire, (un jour de semaine, un 
jour férié), eunn devez pemdez. C'est 
demain le jour de Tordination, des 
éleelion», van^hoaz ewut rei ann ur- 
Z0U dtar glœr iaouank^ -^ varc'hoaz 
ema wr to^. Terminer ses jours, uia 
he Q(mz«(t (Ae tuez). Les travaux de 
tous tes jours, al labouriou pemdez 
(T,), (ar pez a reer hemdez,) Tous 
leff seeonas jours, loep eU deve%. Tout 
le joop, héd ann deif. De trois jours 
Tiin, pep irede deiz. Le pain de 
cbac^ jour, ar hara hemdez (L. G.) 
Aux jours sur semaine, var-ar-pem^ 
d^z (T.)t M^- I^eux fois par jour, 
dxQu vech i^em^^z. Il faisait grand 
jour, fhtèqr-deiz oa (inezhL Une fois 
par ipur,' eur veach bemdez. == 
Voiries choses sous leur vrai jour, 
çue^t ann traôu evel m'emaint ; 
voj, ^pect. Mettre un Uyre ^u jour, 
Iqlàai eut levr e ooulou ; voy. Im- 
priaer. ===: Qui dure tout le jour ; 
voy. Jioraée. 

IMtlAOI, 8. m. pi. Gazettes, ga- 
zetennou, pL m. 

JOUBIALIEi, s. m. Aide-maçon, — 
aide-couvreur, darbarer, 

MDllftB, s. f. Deveziad, m. Pluie 
qui dure toute la journée, deveziad- 
gUto, m. Deux fois dans la journée 
(deux fois par jour), diou vech bemdez, 
A deux journées de marche d'ici, 
enjûraOt ^r-nrhed daou zervez baie 
açlSitipn. 

IWTH) ^. ». Voy. Riialiseiu 

MUTiUAy s. m. Terrible j..., goall- 
^hoarier, — danvad (Fam.) 

MnàLf adj. JoauZj — Krin; •— 



ffeniu^ T.) ; imao G. T.), — a^ — 
gtnou, — seaer, — dreo, — friol, — 
eskuU, Très jovial, êeder evel eut 
laouenanih, — kel la^uenn hag ann 
keoi; voy. 9^, joyenz. 

JOTEUX, adj. Laoucnn he galoun, 
adj. Devenir joyeux, ou plus joyeux, 
laouennaaiy — joausaat, v. n. 

JUBIliES, V. Ut Mon frère jubilait, 
va breur a driae he gaîoun\ voy. Gai. 

JUCIOn, s. m. Sortir du j..., dt- 
c'hltida^ V. n., — dont divarno glxid. 

JUD^L^E, s. f. Oisea^ aquatique, 
jualenn, f. 

JUDICIAIRE, adj. Vente j. . . , guer- 
zedigez e Justis. 

JU6B, s. m. Arbitre, diforqntottr, 
— a zo d'e-z-han da vam. Les juges, 
les magistrats, ar varnerien, — qr 
JusHs, pi. sing. Pour des nécessités 
dont rÉglise est juge, pa gav d^ann 
Hiz eo redf ha d'e-z-hi hepken eo 
bam ann dra-ze, 

JUGOEXT, s. m. Voy. Sagacité; — 
sentence. Faire un jug... téméraire, 
drouk-sonjal re vulian exa ann ne- 
sa, — drouk-$of}jal hep rezoun fgoMt 
dievezdedj euz ann nesa. 

JUGER, V. a. Apprécier, croire, 
frouver, estimer. Il ne faut pas juger 
à la mine, ne ket dloc'h guelet eunn 
den eo mont d'e-z-han, — arabad eo 
bam eunn den dioo'h he velet fâiac*h 
he ear.) A sa durée nous jugerons, 
dio(fh ma padOy ni a vélo. Si on le 
juge à ses paroles^ mar d-eer {mar 
d^omp) d'O'^han dioc^h he gomzou 

Sioc'h ne glevet o parlant )^ — mar 
momp anezkçin fmar bez parnet) 
dioc'h he glevet. Il en a été jugé 
digne, havet eo bel maâ du guont 
ann dra-ze. Juger à propos ; voy. 
à propos. 

JUIF-ERRAir, s. m. Boudedeo, m. 



Digitized by VjOOQ IC 



kÈ 



dfé 



KE 



JUISLLE, 8. f J. 
gevel, m., pi. iou. 



de moulin, 



JUniT, s. f. Une j.., pleine, eur 
gazek keneb. J. . . qui a été saillie et 
qui n'a pas gardé , eur gazek ken^et, 
hag e deuz taolet, 

JURI, 8. m. Kampr ar jureed, 

JUREIENT, 8. m. Pec'hed (terme 
générique. (Imprécations dans la co<- 
lère, nondeou, ,— tonerdeou^ pi. m.; 
voy. Dict. Troude, aux mots Jurement 
et imprécaUoB. 

JURER, V. n. Pec'hi (terme géné- 
rique.) Proférer des imprécations dans 
la colère, nondeal, ^ tonerdeal, v. n. 
Souvent, en Léon, on dit, pec'hi, en 
ce sens. 

JURIDICTION, 8. f. Ressort, bann, 
m. (parlant du temps de la Féodalité.) 
Ce mof est resté dans la phrase sui- 
vante : a be vann oc'h-hu'i De quelle 
commune étes-vous? (G.) 

JUROI, 8. m. Pe<fhed, — sakre, — 
nonde, — tanerde, — le-douety m., 
pi. le-aouejou, 

JUS, 8. m. Dourenn^ f. 



JUSAIT, s. m. Commencement du 
jusant, gour-lano, m. 

JUSQUE, prép. Jusque plus ample 
informé, hete gouzout. Jusqu'à ce 
temps-ci, jusq'ici, bete vrema, — 
beteg-enn, (Jusqu'à présent, finissant 
une phrase , se traduit par : etnt 
i^hoaz.J Jusqu'à quand? |)e vête keitf 

JUSTE, adv. Eeun, adv. (Le met 
just, adv., est souvent nécessaire, et 
toujours hreton.) Frapper juste, skei 
eeun Qui n'est pas juste (qui n'agit pas 
avec justice), any'ust, adj. Au juste, 
adv., just, — d'ar-sur, — d'or just. 
En ce qui est juste, evii ar pez a zo 
dleet, — evit ar pez a zo hervez ar 
guir, — enn traou just, ■■ - Les 
Justes, ar re Just, — ar re ZanUl. 

JUSTICE, s. f. Justis, f. Observer la 
justice, mont gant ann eeun (sous- 
entendu, lient ^ chemin.) Descente de 
justice, diskenn justisj m. Les mots 
gueîet'bam, — guelet-bamer, sont 
moins usités. Si 1 on agissut selon la 
justice, ma ve gréai eeun, — mar 
drafet gant ann eeun. La stricte 
justice, ar guir strisa. 

JUTEUX , adj. Dourenn^ | . a<]^* ; 
voy. J«8. 



K 



lUMÉTRE, 8. m. Quatre kilomètres, 
eut leo-bost. Huit kilomètres, diou 
le4hbost» Six kilomètres, eut leo han- 
ter. Sept kilomètre^ diou lee nemet 
kart. Neuf kilomètres, diou leo ha 
kart. Deux kilomètres, eunn hanter 
leo. Cinq kilomètres, pemp kart leo. 

EILOGRAm, 8. m. Six cents kilo- 



grammes, daouzek'kant lur. Cinq 
cents grammes, eut lur» 

N. B. Les moU ttètre et gramme, 
étant des mots de science ou des mots 
importés, doivent se traduire, géné- 
ralement, par metr, gramm; m., 
pi. ou. 



Digitized by VjOOQ IC 



uc 



S17 



m 



Li, adv. de lieu, avec uu verbe 
sans mouvement. Là où vous êtes, 
el leac*k m'emaoc'h. Là od Ton fait 
le plus de bruit, il est fadle au voleur 
de faire sou coup, el leac'h ma vez 
tnuia trouz, eo easa d'aï laer ober 
he zoum (ober he draiou.) ==s De 
là, au delà, adv., par delà, adv. et 
prép. De là-bas, dioc'h ahont. Par 
delà de, didrcuz, adv. Par delà la 
mer, enn tu ail d'ar mor. De par de- 
là la mer, euz ann tu ail d'ar mor. 
Par là, aze (sans mouvement^, cire 
ose (avec mouvement.) 

LABOOl, s. m. Outils de labour, 
binviadiou ann dud divar ar meaz. 
Faire un troisième labour à la terre, 
dvMtcitt V. a. et n. (mot difficile à 
analyser; on y trouve arat^ labourer 
à la cbarrue.) iSouc'AeWûrt, v. a. et n., 
se dit aussi en H.-Léon. (On y ircmve 
Mucfh^ soc de charrue.) 



1, V, a. Labourer ïégére- 

ment, rega, v. a. et n. 

LABômUB, s. m. Trouc'hér buzuk 
(nom plaisant donné au cultivateur.) 

LAC, t. m. Lenn-vraa, -^ lûû% ou 
lou&h, m. (anc.) ; voy. èlog. 

LACET, 8. m. Retirer rni lacet, ifi- 
lasa^ -9. a. Serrer un lacet, lasa, v. a» 

LACB, a4j. Paresseux, dldaîvez. 
Poltron, digouraeh, ady. 



I, V. a. Lâcher tes airmes, 
teurel he armou Orgostez. Ne pas 
lâcher prise, derc'hel madâa»,. 
As-tu lâché? diskroff oi4d? Ne le lâ- 
chée pat, daU^kU krog mad enn-han. 
Lâcher la bride à quelqu'un, rei lan$ 
da u. b, ; lezel eunn den enn he rolL 

LAiOBTÉa 6. LDigourachj subs. m.; 



LAC(, 8. m. Piège aux oiseaux, 
hrouglas, m., krouglaami, pi. (kraug- 
lasou.) 

LACSTIAL, adj. Voy. Fistule, lagad- 
ber, — lagad-gor, 

LACUHB, s. f. Mankenn, f. ; voy. 
Imperfection, — supplément. 

LADRE, adj. Devenir ladre, gour-- 
c'hea, V. n. (parlant de bêtes.) 

LADRERIE, s. T. L&drerie des bétes, 
goure he^ m. 

LAlCfifi, s. f. Plante, treehod, m. 

LAID, adj. hkit (T.), — disneuz, — 
distaili, — difesoun; Vov. Biftonfcc 
(parlant des personnes.) Devenir de 
plus en plus laid, vilcrat^ v. n.,' — 
d^ounaat, y. û. Très latd, Sivato- 
mez (parlant des choses.) 

LAIDEUR, s. f. L.... du corps^.v^jo- 
ni, f., tl'opposé de beauté Koanfiz^ . 

— koanteri, f.) ; voy. Beauté. 

LAIME, s. f. Mélange de fil et "de 
laine effilés, ou tissés, pilpouz, ni., 

— berlench (T.) 

laïque, adj. École laïque, skol hep 
Doue hag enep Doue, vpy. Au^^ — 
siècle. Un laïque, eunn 4en dUqkr, 

LAISSER, V. a. Restes en repos et 
m*y laissez, paouezit ouzrin, Lais^^z- 
moi* tranquille, toit peoc'h dm', ~ xt 
divar va zro. Laisser quelque chose 
à faire aux autres, lezel eunn dra 
bennak ^vi iirreaUda c#fr* -Ul- 
ser tout faire ; voy. Autoriser les dé- 
sertfret. Vos chants ne me lai^eot 
pas dormir, n'ounn het evU ko^fcèt 
gént ho soniàa. Laisser \ine 'maison 
sa«s la couvrir, lezel diita eitnn ti 
bennak. Gela se laisse manger j ann ' 
draszt tt 20 eàz da zîbri. Se laisser 
aller au mal; voy. 8e llfrer, ^iAwaatit. 



Digitized by 



Çoogle 



m 



m 



m 



Laisser saas semer, ehùumhep hada 
ed (lezel dihad,) Pour les habituer à se 
laisser ferrer, evit ma vetitU ea$oc'h 
da hauarmi. Dieu se laissa yeir à lui, 
«ot e ee ffrf-Aan gmMDoue, Lais- 
ser de eètésa ftcherie, difiteka, v. n. 
Laisser tout de c6té pour faire eeci 
OU cetf , Uzel pej^ trc^ foran. Ne 
laisses pas de donner une lettre^ rait 
evelato eul lizer. (Le mot, evelatOj 
n'^ employé qui» quand U y a fiiil- 
fie, dans le premier membre de 
phrase.) Je me suis laissé dire, A;{et*e^ 

LUT, s. m. Les Taches n'ont pas 
de lait, dHeqi% ^a ati z^out. |>etil lait, 
leaz troet, — leaz alazef, ~ î^^ 
bout^^'onn. Petit lait des caillebotes, 
leaz ^t. 6rt^ ïujà, keçtz teo, — ie<^ 
goedennek, — leaz neudennek. La 
▼ache ^ ^^ plu^ fort de son lait, 
enm hattarr-Uaz ema ar vioc'h; voy. 
nenr. Quantité de lait que d^nne une 
▼ache qu'çn vjent de traire, ççradenn^ 
i. Vache qui ne donne plu^ de laii, 
heiken, f., — fnQc% Ae#*(mot à mot ; 
▼ache tarie.) 

UDilt, a. t. Ifarchan^de ^e lait, 
U9%erez, q^ feofer^, f. fle^a^^^.) 

UnV^ s. f. Uteg^ph içré|» m*, 
de «e^eg^ (plusieurs pi^ds df( laUu^.) 

un, s. f. roy. U, - Uie. 

Ii|n4l, &, m Mettre cq liunbeaux, 
dtêpenn^ y. a. ¥éiemenU tout en 
lambeaux, dUiad goall-zirapçr, 

UMM, a. m. Y^. fceat qp. set 

tm?U,-.p»sar«. 

UWMi) T. n. Voy. Iitifier. 

un, s. t F^ie lame (au figura 
i^ «ûfnfl; Toy, Mni^at GraWa 
emute lame (grande Vague de omt 
^m IÇi^teiopéteaL ^oemn-wff tf 6 
m^t se Q^rme en lames^ Jk^uUfma^a 



LAUERAHJ, adj. Glac'haruz^ -- 
goeltanuz^ ou ^oue/t^anuz. 

LAIUTATIM, s. f. Grapde lam. . ., 
gôiiéhôan^ où ^Ivan, m. 

LlBITBS (Se), v. pron. Ce lam. . . 
fort, hrial fors. Se lam... sans cessej 
comme font certaines femmes, ku- 
nuja\ ou kunucka, y. h., (d'où Ton 
formé le substantif kutwfenn^ t.\ 

UViS, s. f. Lapad, p. Prendre 
des lampées, lapai, v. n. Qui en prei|d 
souvent, l^p^r, m., laperez, f, 

LAIGE, s. f. Iflriw, f. (mot importé.) 

lildl, ▼. a. lancer un mot firui- 

çais, digm •yi'T ger galhh» ^ di^9» 
eur bomnt gqUek; voy. Mer e» l'air, 
te^rel er vatM^. Jeter tfea piefiPef â 
q. q., /buZ/ri meifi ^aia t4. b. 



, s. m. Soldat, Um$ùur, i 



pi. ien. 



UKntff , a4i. Piêtiguz, JDikiilêiis 
lancinantes, jn^t^ou^ pi. m. 



a. m. Voy. 



ï, a. m. /es, -^ par{an^4m 
mieux ; km ê tEf , — pvêmi^, f^ nwd 
prezek, m. ; voy. UioBe, — lang «e. 
Langage (en «sauvalaeparlH UKnéiià, 
m, S sait trois langagee, tri H}¥fk 
parlant a oar. Son langage est âpre 
(dur à (entendre), lourt e fcaqjj^'-T- 
garo fteo) e pariant, Kàôz^ m 
plus breton que parlant. Beau lan- 
ffage, parlant fou. Langage des geux, 
tezai^geiz,-^ hét^ha4h,m.\yQ$JkmÊ* 

LAMB, & f. Lanjge d^enfiint au 
mailki, mezerenn, f-, — <«♦»«, L, 
pi. ou. Les langes à lavée d^un enfeni, 
^mou ^nl( eur hugel. 

UMUE, s. f. Voy. Lai«a|e. La 
langue J>re>jMMy,, «r ^ffimif*. 
F«==* Muscle de la klM^ ifim 



Digitized by VjOOQ IC 



tÀJt 



m 



Uf 



LattiU0 effilée, A^od niatdbi (au pro- 

Îirè.) Mauiraisé langue, lahchènn, f. 
au fig.) Langue large, teod ifouth 
(au propre.) Une femniè de mauvaise 
laiigvké, ^êt oall-deod fnaouet. Lan- 
gue de Tipére (au fig.) teod hilimut, 
— teod fiemmnz» 

YàUÊWMSSl, adj. Jlfouéz /I<m^ /id 
ttner (sorte d'adj.) Amoureux tiède, 
klauariky subd. et adj. (£il langou* 
teui, icr^d mt7?our (T.), -^ ^yad 
{idour;. vôy. BÉjole«r, -^ «niotmi, 
ïandreant. 

tAlltoDlBlJSEtnn', adv. Ktouarik, 
àdv. ; Toy. tonekalaBdieiit, — laii- 
gôureax. 

Illl6ii£UM| s. f. Consomption, dépé- 
riissement, fallentez^ — sempladurez^ 
f. Langis^ est un mol usiie, surtout 
en Gornouaillès. 



UKÇbâlkÙk, 8. m. 
— ae^^ ar moc'h. 



Seller moc% 



LARGUlIt V. in. Lom^lMk (G.) ; yojr. 
B6|^Hr par suite de màladiei toc'hori, 
*> isUa^ — mont dre uz. En parlant 
de plantes, on dira : dizetHa, -^ dU 
zecrha^ t. n. Ces detn expressions 
s'emploient également en style mys- 
tique. Languir d'amour, dizeria^ oi| 
duec'fta fOfU Pie garatOez, m. Il 
languissait, il se consumait d amour^ 
çr ffarafUeZf evel eunn ton, a zeve 
ke gnloun, m^ 

LiMVBtâlT, a^j. DiHerz, — sempî, 
— iàil, — i ktngiè. 

UIRÉU, 8« f. Lerenn, t, (louan, 
f* CJ; Tov. Cavirete pour lier le joug 
des bœufs. 

LàltKHI, s. f. Lant... de moulin^ 
Mpûh, m. 

LAPER£AD« s. m. tapinik, ^ lapin 
iaouanh (mots usités.) 



IftQtâlS, i. m. IttJ^f; «B.; 1^. 
likizien. 

LAléDl^ 8. ià. LO^radekH, f.; ce 
qu'on vole en une fois, ou iont ôlijét 
volé. 

LAID, 8. m. Kik sali, — kik rfnrr 
(du gras) ; voy. dns, — lalè. 

LAia, adj. Yoy. Gènèrest, Mad dà 
rei, — brokuz. Un homme large 
d^épaules, eunn teoard « zen (d'où 
le nom de flÉmille Teodéh), — eteim 
den ampl, — eunn rfeii fedan he 
ckouk. Très large, <edan-vof*. Un 
ctaèitiin large, ëtmh hent broZé trj — 
Le large (la pleine mer), ar mor 
dowà^ (en poésie» ar gozék e^ktùz) 
Au large I kea mouz^n. 

LAIGfiuHt, adv. Largement logé, 
frank eo d^e^z-kan; voy. fiénértvae- 
■eali ai large (Trit.) 

LAI6EU1, 8. f. Led, ou let,m. ; — e- 
<i'Aotider (anc.) m. 

làAlISS, 8. f. pi. Settier des làfibes 
pour Taveliir, hada danvéz dmel&H 
(poétique.) Une larme, eur heràd 
daelou. Ils étaient dans les larmes, 
afin daelou a ioh enn Iw àaoulagùd. 
Il se présenta i moi en larmes, doHt 
a eure da ouela ouz-in. Yeux pleitiS 
de larmes, daoulagad benz^ a foc- 
lou. Les larmes lui vènatMt auk 
yeiix, reat où he zaàulagad, (tn<ll à 
mof: ses yeux étaient combles.) ih 
mettre à pleurer â chaudes larmes*, 
éirolla da ouela. 

LAS, a4i. Las de q. q., êkui» gatà 
Ui 6. Xas de vivre, skttiz gant ar 
miez. — a^uù var ann donar, hàh 
de chercher à deviner une chose, oû 
las de discuter, feaz, adj., — pettT' 
êkuizj — laHret (dé (oatiti,. lester uà 
navire.) 

LATTB, s. f. Latte dé chiittie, laê^ 



Digitized by VjOOQ IC 



LE 



3^ 



u 



UTBIIS8, «. f. pi. Latr. . . de fille, 
kampr^eaz, f. 

LAURIER^ 8. m. Un planide lau- 
rier, eul loreenn, f. 

LAVASDIÉRE, s. f. Voy. Hochequeue, 
-<- la?t«se. 

LAYAGE, s. m. Goalc'h, m. ; fgoal" 
c^hi, xa. U^fimtif substantivé.) 

LAYSIENT, 8. m. Spurj, — goaU^h ; 
voy. PmrgatiL ^ ' i n Second lave» 
ment, eil oalc*h, 

LAYBR, V. n. Bien iayer, goalc'hi- 
neat. Laver du linge sale, kantWy v. 
n. Laver la tète à quelqu'un, kem^ 
penn, u. 6., — rei ne Hal da u, 
o., — larda he hillig da u. h, (Fam.) ; 
^y. Boiser, ^ rembarrer, 

LAVEUSE, s. f. Kanneret, ^ h&ue* 
sierez ; voy. Buée, — buaidière. 

LAYOIB, s. m. Poull-katma, m,, pi. 
m. poullou'kanna* 

LAVUBE, s. f. Dot*r-beol, ^ §oaU 
c'ftennadur, f., — goalc'hennachou, 
pi. m. 

LE, LA, LES, art. L'article se sup- 
prime, ordinairement, devant un nom 
commun et un superlatif. Le jeune 
Maurice» Moriz iaouank. Le Gam, ar 
Chanwn, La France ^ Frans, La 
Basse - Bretagne , Breiz - Izel ; voy. 
firamm. Hingant. Les plus inconhus, 
or re nehcuta ana/vezet gant ann 
dud er vro. Le beau Nicolas, 4zrj9aotr 
koant Kolaz, Jean le tondu, lann 
penn touz. L'infime! Al louz anezfian! 
Les Névet, re Nevet, Conduisez le 
dieval à l'écurie, kasit al loen d*he 
graou. Je suis ici à faire la cuisine, 
emounn ama oc'h ober keoin. Cette 
pierre lève un peu trop la tête, ar 
mean-ma a zo eunn tamm re huel 
he benn gant-han. Puisse-t-il se cas- 
ser le cou I ra vezo torret he c*hou- 
zouk gani'han ! Ceux qui ne sont 
bons A rien sont ceux qui font le plus 



de bruit, fdla hibil a vez er c*harr 
a ouigour da geipta. Le mercredi 
soir, a*ar merc'hei^ da noz. Donne- 
moi un quart de la pomme, ro d'in 
ar bevare euz ann aval-ze. Vers la 
Patrie, varzu hor Bro, Le Samedi, 
d*ar Zadom. Le jaune, al Uou me* 
len. Dans le malheur, er stad reu* 
zeudik, — e-kreiz ho poaniou. Dans 
le courant du mois prochain, er miz 
a zeu. Le petit Guillaume, Lcumik, 
— ar paotr Laouik, et non pas, al 
Laouik, Si vous faites la brebis vous 
serez tondu, mar grit ho tanvad e 
viot touzet. La taille ne fait pas tout 
le mérite, ne ket ment a ra totU, — 
ne ket ment a vers ar marc'k. Au- 
près de la maison, var-dro kear. Le 
malaise entra alors dans la maison, 
neuze e tetiaz berrentez enn ti. Met- 
tez-le sur le coté, likit anezAtm var 
he gosteZy m. La malade, ann hini 
glanv, f. J'ai les mains engourdies 

Ear le froid, kropet eo vatwouaim. 
l'époque favorable pour semer le 
froment, ann amzer vad da chounU 
Çuinis, C'est le plus mauvais fib que 
je connaisse, knsa map am euz gue- 
let eo. Le sage (les sages)* afin dud 
fUr, — ar re fkr (sens concret ) Le 
mort, ann hini maro, m. ; la morte, 
ann hini varo, f. Les malades, ann 
dud klanv, — ar re planv. Les pro- 
pres à rien, fallahibilten{hibiliau!l, etc; 
voy. Bmit. Les jeunes gens oisifs s'a- 
bandonnent au mal, tud iaouank a 
vezo dibi^eder, acn em daolo da oall-^ 
ober J'ai mal à la tête^ poan an% eut 
em fenn. Les pervers, ar re fàllagr 
(ann dud fallagr,) Dans les lieux 
où. , . , e kement leac*h ma, , , (na^ 
quand il y a négation.) Gela vous en- 
voie des vapeurs à la tôte, ann dra- 
ze a ^as moged da benn eunn den. 
Il fait abstinence , exactement , les 
vendredi et samedi, ober a ra, resis^ 
vijel guener ha sadom. Mettre un 
tronc dans les églises, (dans chaque 
église), lakaat eur chef e pep ûiz. 
Reposez-vous les dimanches, m^ict- 
zit du zul. Le lundi matin, d'al lun 
tnntin. Le meilleur chantre, arguella 
da gana. Les meilleures plantes^ ar 
re vella da blanîa. 



Digitized by VjOOQ IC 



tic 



3$1 



lio 



LE, LA, LES, proQ. per$. Le frapper 
sur la tête, skei var be benn d'e-z-han, 

LE, Li^ LES, pron. relat. Article 
indéterminatiT ou indéfini. C'est toi 
qui l'as fait, te eo ec'h euz great ann 
taoî (T.) La porte qu'on nomme la 
belle, afin or^ he hano ann or vrao. 
(En ces cas on répète le nom, à la fin 
de la phrase.) Une fois dans la vie, 
eur veac/i em huez. Ceux qui ne seront 
pas confessés aujourd'hui le seront 
aemaïn, ar re ne vezint ket bet kave- 
seat hirio, a vezo koveseat varc'hoaz. 
(Dans ces sortes de cas on répète à 
la fin, le verbe du premier membre 
de phrase.) Je ne crois pas l'avoir dit, 
n^ gav ket d'tn em he ktvaret eunn 
dra eveUse (em be lavaret traou enn 
doare-ze.} Quoiqu'il passât pour im- 
bécile, il ne Tétait pas, evit-han da 
wza lekeat diot gant ann dud, ne 
d-oa tûmm diot anezhan. Je le sais 
très bien, gouzout mad a rann ke- 
ment'se. le l'ai devant les yeux, di- 
rag va daoulagad ema, (Il est par- 
fois élégant, dit Troude, de ne pas 
exprimer, en breton, ce pronom re- 
latif.) Ainsi (comme vous le savez), 
a ouzoc'h, — evel a ouzoc'h. Je le 
ftiçonnetai un peu ; voy. Grammaire 
Hinganl, n» 209, page 212. 

LÉflB, 8. f. Tranche de quelque 
chose i manger, lèche de pain, de- 
lierni^^vara, f., — pi. deliennou hara* 
Lèche de viande, pastell-gik, f., pi. 
^9Mhu^hik. 

LjtoHEFEITE, s. f. Lachefre, m., pi. 

LÈCHE-PLATS, s. m. PUouill, m., 
pHouiUez^ f. ; voy. FHaad. 

LECtEOB^ s. m. Avis au lecteur, ali 
d'ann nep a lenno. 

UGT0BK, s. f. Pennad'lenn, m. ; 
— Jennadenn, f., (durée de la lec- 
ture.) La lecture et récriture, ar skri- 
va nag al lenn. 

htSÙi, a4j. Léger à la course, lijer. 



adj. Légère maladie, briz-klenved, m. 
L^er de caractère, den edro, — spe- 
red edro, — balafenn, f., — den 
berboell, — den herboellik\ (melvenn, 
f. T.) ; voy. Inconstant. — papillon. 
Léger sourire, mon8-c*hoai*z , m. A 
la légère, adv. ; voy. Inconsidérément, 
superficiellement. 

LÉ6ÉBEIENT, adv. Rire légèrement, 
mous'C'hoarzin, v. n. == Super- 
ficiellement. Laver légèrement, ober 
eunn tamm goalc'hi da,,. Labourer 
la terre légèrement, re^a douar ^ — 
labourât ann douar divar c'horre, 

LÉGÈRETÉ, s. f. Légèreté de carac- 
tère, skanvandurez, f. (peu usité.) 

LÉ6UIES, s. m. pi. Lngumach, pi. 
sîng. m. 

LENDElAOf, s. m. Du jour au len- 
demain, euz ann eil devez d*egxle. 

LEMT, adj. Lent dans la marche 
(parlant, surtout, d'ânes et de quel- 
ques autres animaux), oui'z, adj. (d'où 
le verbe neutre, outrai.) Travail lent, 
Utbour difounn, — labour luguduz. 
Lent en son travail, lugud enn he 
labour, — lanchore, m., — g ourler- 
^hery m., — luguder, m., — - lan- 
dreant, — cimchuer, m., chuchuenn, 
f.; voy. TrtiBçnr. Lent en tout ce 
qu'on fait, go^^ek da bep tra. Lent 
à apprendre, start (gorrek) da zeski 
(T. L.); voy. Hasard. 

LENTEMENT, adv. Marcher lente- 
ment (en se soulevant), baie difounn 
(C), — haie a-zoug-he-gamm , — 
mont var he zoupl. Chose qui agit 
lentement, tra <^horrek (T.) Travailler 
lentement, lugudi , v. n. Marcher 
lentement ( parlant d'un animal ) , 
mont var he ourzik. Le mal vient 
vite et s'en va lentement, ar boan a 
zired d'ann daou-lamm-^ da vont 
kuU e vez mm^zet ha kamm, (Prov.) 



éd. 



LÉOPARD, s. m. Loupard, m., pi. 



44 



Digitized by VjOOQ IC 



LËV 



^n 



m 



LÈPRE, s. f. Pourri de lèpre, lor- 
pezell, adj. ; voy. Ladre. 

LÉPROSERIE, s. f. Lordi, m., plur. 
lor-diez. 

LEQUEL, pron. rel. Un cofTre sur 
lequel on couche, eur c'houfr a vezer 
kousket var-n-han (sens habituel.) 

LEQUEL , pron. interrog. Lequel 
prendre ? pehini da gemeret ? 

LÉSE-MAJESTÉ, s. f. i.ése-m... di- 
vine, a enep Doue, — eunn Doue 
ofanset (sortes d'adj. el de subst.) 



l, V. n, Voy. Regarder de 
près à la dépense. 

LESSIVE, s. f. Faire la petite buée, 
ober hugad, — bugadi, v. n. (G.) 

LESSIYIR, V. a. Voy. Lesgive. Toile 
pour lessiver, 9il'drouerez^ f. 

LESTE^ adj. Lestement, adv. dis- 
tak, (dîbill C.) distak-kaer, (kaer 
ajoute un peu de force à distak,) 

LETTRE, s. f. Épitre, missive. Ré- 
pondre à une lettre, diskriva du u. h, 

LEUR, LEURS; adj. çoss. Leur tra- 
vail était pénible, ht eo ar re a ioa 
tenn ho labour. Je suis leur ami, me 
'zo mignoun d'e-z-ho, 

LEUR, pron. pers. Ils font ce qu'il 
leur faut faire, ober a reont ar pez a 
20 red e rafent. 

LEVÂIR, s. m. Levain de discorde, 
diaoiil ar gasoni; voy. Rrandon, fer- 
ment, discorde. Pain sans levain, (sans 
ferment) , bara kan ; voy. Asymc ; 
(bara panetij pain non levé^ serait 
un terme plus juste.) 

LEVÉ, adj. Voy. Fermenté. Sorti du 
lit, var zao; voy. ConYalescent. 

LEVÉE, s. f. Enrôlement de troupt s, 



recrue ; bloavesiad sotidarâed , m 
■- Au jeu de cartes : levée, pï^g 
m., pi. ou. 

LEVER, v. a. Lever en Tair au mo- 
yen d'engins, guintay ou guintal, r, 
a. et n. Cette pierre lève un peu trop 
la tête, ar mean-ma a zo eunn tamm 
re huel he benn gant-han. Se lever 
(sortir do lit, parlant d'un convales- 
cent), sevel dxvar he rele. Se lever 
(en temps ordinaire), sevel euz he vêle 
(dioc'h ne vêle.) 

LEVIER, s. m. Livier, m. (mot im- 
porté.) 

LEVRAUT, s. m. Petit lièvre, gadik^ 
m. 

LÈVRE, s. f. Remuer les lèvres, 
comme si on parlait tout bas, titoti- 
gna^ v. n. un individu qui a une 
grosse fente à la lèvre, en naissant, 
eunn den boule* h, {(jt mot forme un 
nom de famille.) Qui a de grosses 
lèvres, muzellek, adj. Qui a la lèvre 
pendante, muzell^gazek (sorte d*a4).) 

LÉSARD, s. m. Animal, kaz-raden, 
m. (nom poétique.) 

LÉZE, s. f. Voy. Ltlie, lec'hêd, m. 

LIANT, adj. Bois liante koat guen, 

LIRELLE, s. m. Voy. écrit éiffuM- 
toire. 

LIRÉRAL, adj. Généreux, nwd da 
rei^ — brokuz. 

URERTÉ* s. f. TÂberUz, f. (moi an- 
cien), ou bien, librentez, f. Coures en 
liberté, il dal lea&h ma kerrot. 
Gambader comme un cheval en U- 
berté, kunia, v. n. Liberté, Égalité, 
Fraternité, ann dud libr, ingal, 6f^eti- 
deur etre-z^ho. Si on lui donne trop 
de liberté, mur bez lezet re da rate. 
Qui prend trop ses libertés avecqu^- 
qu'un. re hardiz oc'h u. b. ; voy. Rh 
miliarités. Vivre en liberté |ao moral), 
beva enn he roU» 



Digitized by VjOOQ IC 



m 



323 



LIM 



a4î* et subs. Lous, pi. 
Unmen, — merc'hetaer, — gastaouer, 

— (paillard G.) 

UBBS, a<y. Libre arbitre, roll, m. 
Le libre examen , la libre pensée, 
ann dud difeiz, — atm dud amgre- 
dik. Libre (non occupé), libr, — vak 
var^n-kan, — dibreder, — dihrez, 

— dUaJbùur; voy. iBecemDé; mestr 
d^eri'han he unan: voy. biaépendant; 
ar ifhabestr var ne voue, adj. Trop 
libre envers q. q., re hardiz oc* h u. 
b. Je ne sais pas libre de le faire, 
n^ounn ket mestr da ober kement-se. 
On trouve un libre accès auprès de 
lui; voy. Accèf. Ne soyez pas trop 
libres dans vos regards, etc., dalc'hU 
var ho taoulagad (var ho sellou), — 
var ho kleved, — var ho teod^ — - var 
ho taouam, etc. Trop libre de faire 
ce qu'on veut, re lezet enn he roll ; 
voy. Gâté. . Terre libre d'obli- 
gations, douar kuit. Le chemin est 
Obre, dieub eo ann hent. 

LIBIEIBIT, adv. De son propre 
mouvement, anezhan he^unan. (A.u 
moral, enn he roll) ; voy. francbe- 
aient. 

LICI,8.f. Carrière, jsennod-red, m. 

LICSICE, s. f. Se donner (prendre) 
trop de licence, bragal, v. n. ; voy. 
Ubeité, — Cuniliaritéf , — libre car- 
rière. 

UCRATIH, s. f. Vente par licita- 
tion, guerzedigez être heritoufHen, 

LICOU, s. m. Partie et la bride qui 
saisit la tête du cheval, penfestr, ou 
penvestr. Licou à mors, gttesiing, f., 
ou guistigny (L.) Licou en cuir, titier, 
m. Passer le licou dans la bouche d'un 
cheval, guistigna, ou guesteigna eur 
mar&h. 

ut, adj. Non lié, distaf. Sans lien, 
diere, ou dieren, — dilxamm, adj. 

LU, 8. ft lÂ, m. 



LIER, s. m. Lien pour fixer claie, 
ouedenn, f. Lien en cuir ( courroie), 
korreenn, f.; lerenn, f., — storeenn, 
f., — louan, m. Ck)nsolider avec des 
liens un objet fracturé, stellenna, v. a. 

LIER, v. a. Lasa, — liamma, v. a.; 
voy. Lacet. Lier à..., liamma (staga) 
och,,, ; voy. Joindre. 

UERBE, s. m. Lierre terrestre, 
tzar, m. 

LIEU, s. m. Lieu consacré à un 
saint, lok, m. (a ne.) Il ne s'emploie 

Îue dans les noms composés, comme 
ok-Tudiy — Lok'Eginer, ^ Lok- 
Maria, — Lommarzin (pour Lok^ 
Mai^ifi.J z Avoir lieu. Le pre- 
mier son a eu lieu, ar son ftenta a zo 
bet. . Cause, sujet. Il n'y a pas 
lieu de se plaindre, n'euz ket da glem. 
Il a lieu de penser, da zow'al en deuz. 
Quand il y a lieu de perdre, la perte 
à-demi vaut mieux que la perte en- 
tière, pa vez tro da golly eo guell 
hanter eged hoil (Prov.); voy. Endroit, 
occasion, occasionner, sujet de. Au lieu 
que, e-leac^hy adv. ; voy. Tandis que. 
Aux lieu et place, evit {evid.J 

UEUE, s. f. Une forte lieue, etd leo 
goz, ha retit c*hoaz, 

UÉYRE, s. m. Bec-de-lièvre, adj. 
(Qui a une grosse fente à la lèvre, en 
naissant, eunn den boulc'h.) 

UGME, s. f. Ligne ferrée, hent 
houam^ m. Tracer des lignes avec 
une r^le, reolia, v. a. Hors ligne, 
adv., distaill^ — dreist-penn, adv. 

, Mesure ancienne, linenn, f. 

- ■-. Ligne à pêcher le poisson, ra- 
glin, m., linenn-besketa^ f. = Tirer 
ses lignes (au fig.) ; voy. S'y prendre. 

LIGNÉE, s. f. Lignez, — gouenn, f. 
Haute lignée, gotienn vraz, 

LIMAÇON, s. m. Limaçon de mer, 
bigomenn, f. ; bigotm, m., bigemiel, 
plur. m. 



Digitized by VjOOQIC 



Us 



m 



trr 



LIMIER, s. m. Lévrier, milçi, m. 
sing., — milgoun, m. pi. (Qui vaut 
mille chiens ; nom poétique. ) == 
Homme fin, paotr fin, 

LIMITE, s. f. Limite de champs ou 
propriétés, tennen, — mean-narz, 

— mean-borriy m. Passer les limites 
(au fig.); voy. Bornes, — frontières. 

LDBOH, s. m. Bras de chan*ette, 
limon, m., — limonenn,f,, limonou, 
pi. m. (Cheval de limon, marc^h-li- 
mon. On dit aussi, marc'h-kleeur. 
Qui signifierait, plutôt, celui qui vient 
après le limonier (Prononcez : kle-ur,) 

LIMPIDITÉ, s. f. Shlerder, — splan- 
ded^ f. (Évitez ces mots.) A cause de 
sa limpidité, dre ma 'z oa sklear. 
Faire perdre sa limpidité à l'eau , 
êtrafilla ann dour, — heja ann dour, 

— (troubli ann dour, est reçu.) 

UN, s. m. Paquet de lin^ lié en 
vert, duill lin, m., skod lin, m., — 
savodell, f. Menus brins de la tige du 
lin, kanastr, sing. pi. m. (Poussière 
de lin, ou de chanvre broyé.) Le sin- 
gulier est kanastren, ou kalastren, f. 
Sérancer, ou enlever les graines du 
lin, ranvat, v. a. et n Séran (instru- 
ment employé à cet effet), rantel, f. 
Égousser les graines de lin, (enlever 
la pellicule du lin), frika holc'h. Lin 

2U1 est encore sur sa tige (ou capsule 
e lin), bolc'henn, f., pi. m. bolc'h, 

L^tUEUB, s. f. Likur, m., pi. iow; 

— evach dous, m. 

LIQUIDE, adj. et subs. Evach, m. 
sing., — tano, adj., — tano evel 
dour. Les liquides, ann Iraou tano, 

— ann evachou; Voy. BoiSBOn, — 
brenfage. 

LIRE, V. a. Qui a beaucoup lu; voy. 
Instruit, laennek, ^ lennek, adj. 

US, s. m. Fleur de lis, fourdriHzen, 
î, ; fourdriliz, pi. m. 



LISIBLBMSRt, adv. Enn eunn éodrt 
eaz ha sklear da lenn, 

LISIÈRE, s. f. Lange d'un enfant au 
maillot, meterenn, t CSelle <piV>n 
emploie pour serrer le maillot, firreU, 
f., lurellou, pi. m. Marcher A la li- 
sière (parlant d*un enftint), mont oc'k 
harp. == Lisière d'un champ (bandé 
de terre en pâturage), kritemt, f. 
(mot à mot : Endrât crû, on non 
labouré); glizenn, — rékteh, f. Y 
faire paître les vaches, relaeki nr 
zaout. Lisière d'un bois, ribl ewr 
c*hoad. 

LISSE, acy. Robe de cheval, bam, 
adj. 

UT, s. m. Canal. Lit de riviéire, de 
ruisseau, naoz, f., naosiou, plur. m. 
. . Meuble. Mauvais lit, tammifc 
guele. Bon lit, — lit moelleux, guele 
aoupl ha bouk, — guele kunv. lit 
des paysans bretons, en Léon, guéte-' 
kloz. Lit de douleurs ; voy. RoiLmt. 
Rester tard au lit, choum enn he "cele 
bete pell : voy. Bomir VêH , — 
grasse nutloèe. Rester sans aller an 
lit (ou sortant du lit, — sur pied), 
beza var vale, — dioum var vale» 
Mettre quelqu'un au lit, guéU^Ui u. 
b. Aller au lit, mont d*he lolo (termes 
enfantins.) Fils d'un prenuer fit^ 'de 
l'un des époux, les^ap, 

UTIÉRE, s. f. Plouz gouzeria (CL) 
Litière formée de genêts , ou de 
feuilles sèches, que l'on m^ à poir> 
rir dans les chemins, pour s'en servir 
comme fumier, 6aoz, f., gardenn, f. 
Rester étendu sur la litière (parlant 
de bétes malades), choum enn ho 
gourvez, 

UTIGE, s. m. En litige, debad var^ 
n-han ; voy. En 4iiCiit8ioa. 

LITTÉRAIRE, adj. Production litté- 
raire, 8krid, — leor, m. 

UTRB, s. m. Mesure de contenance, 
Utr, m. Quand il est ]^n, <ilitid. 



Digitized by VjOOQ IC 



LOG 



M8 



lOK 



tu pâriuit de bassin, «u «le ehâadrtfn, 
on dit souvent, m^uUy m., au lien de 
litr. 

— drouk'Hvet, 

UTBI, s. m. Un livre d'heures, 
eunn heuriou^ — heuridery plur. m. 
n=s Poids ancien. Des diandelles à 
huit, dans la litre^ gmd9H a eiz. 

UVlt, a^. Livré au vol, toùlet {en 
em dméiêt) d'al laeransi ; toy. f niel 
à..* livré (adonné) au mal, tediet 
d^ann drouk. Livré à tous, barmet, 
a^. ; voy. Bila a c é. 

UVm,ir. a. 6e livrer, v. pron. Ils 
se livrèrent à la joie, hû c'hàloun a 
driâea gont eur joa tanteL 

LOCILItÉ, s. f. Voy. Quartier, pays, 
enlrsit. 

LOCATABB, s. m, Kampreur, ou 
kamprer, — fermour. Sans locataire, 
âiioj, — diferm, adj. ; voy. Loyer. 

LOdE, s. f. Poisson de mer, lonch, 
m., pi. m. éd. 

LOCUHITIYE, s. f. Karr-tan, — 
marc'?i-tan (fhm.) ua., pi. kirri-tan, 

LOtt, s. f. Chaumière de pauvres, 
lochenn, f., pi. ou. 

iOâABLB, adj. facile à meul>ler, 
annezuz, -^ eaz loja eharz. Vue mai- 
son logeable, eunn ti mad {da gous- 
ket,) 

LOGBWurr, s. m. Lqjamant, m., — 
îçjeiZy f., — ti, m. Trouver un loge- 
ment, kaotU a. 

LOtfB, V. a. Demander à loger, 
H^toflc {^9, — hla9k lojeiz. 



j, adj. C'est logique, juit eo, 
— retÊun «o. 11 est logique, kaotêal 
jmêt « m, -- st^mt 0r r€3((nm e ka^ze. 



M, s. f. Je me suis fkit une kl 
d'aller, lekèai am eut em féwn mmit, 

LODf, prép. Non loin de (auprès de), 
vat^dro, 

LOm, adv. Très loin (très lointain), 
pelUbro, Un peu plus loin (un peu 
au delà), pello&kxk û^hano. Aussi 
loin que vous, keit ha ^houi. Venu 
de si loin, deuet eux keit ail. De loin, 
euz a hell-hro. U n'y a pas loin d'ici 
là, ne ket peU mont di. 

L(MH, adv. de temps. Non loin de 
là, il demanda, il mourut, ne oe 1^ 
pell na c'houlennat..., na varvaz... ; 
ne oe ket peU goude na t^hvuUnnat^ 
— prest goude e c*houietma%, 

LOISIR, s. m. Mes loisirs, nnn amter 
a chaum gan-en. Il a'vvait paa le 
loisir d'avoir faim, ne dize ket kcumt 
naaun. A loiatr, adv. (à satiété), 
goualc'h he galoun; voy. àdiacréttea, 



LMK, adj. Homme long et mince, 
eur aklipaa den, — eul lonsenn zen. 
Les longues veillées nuisent é la 
santé, ne ket iac*huz beilla pell, sevel 
mintin u vu guell <Prov.) Jamais il ne 
trouva un jour aussi long, hiekoat ne 
gavaz deiz ebed Aeit. Long de trois 

fonces, tti veutad hed enn^han. 
ongue habitude, goail vom, f. Tout 
au long, tout du long, hedrha-hed. 

LMfiTEIPS, adv. Pell ha g hirr^ 
adv. Je ne resterai pas plus longtemps 
ici, ne chouminn ket ken ama. Être 
longtemps dehors, dale, v. n. Tn n'as 
pas été tongtemjfs dehors, ne ket bet 
pell da dro. D'ici longtemps, ac'hunn 
da hell. Assez longtemps, eur penna^ 
dik mad. Je ne serai pas longtemps 
à faire ce travail pénible, ne t;ezo ket 
hirr or &hoari (ann ahtfdenn .) Quand 
on est mort, c'est pour longtemps, 
ann den, pa vez great he dro gant» 
han,ne tàstro ket kiukan. N n'y a pas 
longtemps, ak^aou, -^^gentnou (er^ 
gerttaouj, aidv. Le plus longtemps 



Digitized by VjOOQ IC 



LOD 



St6 



LOI 



qvn 
Lci 



[ue je pourrai) hinra ma c'helUnn. 



ur Toyage a duré longtemps, peîl 
int het oc*h ober ho zro. 

L0M6UB (à la), ady. Dimr etH* ma- 
rc, — a-benn eur mare. 

LORGUEUl, s. f. Longueur de trois 
pouces, tri veutad hed. Qui traîne en 
longueur (parlant d'une affaire), los- 
toky adj. 

LOIGUE-TUE, s. f. Luneden guelet 
pell, f., -^ lunedùu guelet pell^ pi. m. 

LOQ(}E, s. f. Loque pendante, /re- 
tiUon, m. (en bonne part); voy. 
Araige ; truUloUy -— pilliu^ plur. m. 
(en mauvaise part.) 



LW8, adv. Lors même que.. 
Qiaid biea i ' 



Toy. 



LOISQDE, conj. Lorsqu'ils furent en 
route, eur veach eat enn hent. Lors- 
qu'on a trop travaillé, trop mangé, 
on a. . ., goude beza tabouret re, e 
vez, . ., — goude re gofad, e vez, . . 

LOT, s. m. Part, partage, rann, m. 

LOTEftIE, s. f. Sorte de loterie, 
e'hoari-zac^h (pour, clioarirar-dac'h') 

LOUAGE, s. m. (Parlant de chevaux 
ou de voitures), louach, m. 

LOUAICiE, s. f. Dieu, dans sa sa- 
gesse, exige nos louanges, ann Doue 
a hep furnez a c'houlenn ma ve meu^ 
let gan-e-omp. Rendre louanges à 
Dieu , dougen meuleudi da Zoue, 
Louange exagérée, lorc*h, m. En 
donner à q. q., rei lor&h da u, b., 
— lakaat lorc'h enn u. 6.; voy. 
Flatterie. 

LOUiXB, adj. Luch, subs. et ady. 
Une femme louche, eul luchez, 

LOUEB, V. a. Louer q. q. en sa pré- 
sence, rei mel da u. o. ; — larda he 
grampoezen da u. b. (Fam.); voy. 



Leiaife. ■ Donner, ou prendre à 
louage ; voy. Louge. Si je trouve à 
le louer, mar kavann fret d'e-z-/ian. 
Il n'a pas trouvé de ferme à louer, 
diatant eo choumet. 



LOUEUR, s. m. Louacher, m. 
Ltaage. 



▼oy. 



LOUP, s. m. Ki-^noZy m. (Nom que 
Ton donne, parfois, au loup.) 

LOUBD, adj. Lourd d'esprit, tuzum, 
— tutum (C). — (pouez ennrhan, 
sorte d'adj.) Très lourd, pounner^ 
beac'h. Esprit lourd, javedek ; — ja- 
ved azen (par ironie.) =3 Difficile à 
remuer, gourt. C'est trop lourd pour 
moi, re veac'h eo d*in. Sa maio est 
trop lourde (pour soigner les malades), 
re lourd eo lie zoum. Temps lourd et 
humide , amzer bouer , — tamzer 
bouar L.) Le temps est lourd, ^o^^ eo 
ann amzer. Mets trop lourds (pour 
l'estomac), boed 9tambouc^k%a ; voy. 
Gonfler. Lourds impôts, goall^viriou. 

LOUIDAUD, s. m. Luguder, — po- 
faleky — sKouamek ; voy. Gritsier, 
maMroit. 



LOTAL, adj. (Parlant des personnes), 
' ' %, — displeky — 
est un mot reçu. 



guirUm, — displeky — didraideli 
Loial, 



LOTER, s. m. St-Michel, f., gauel- 
Mikeal, m. 

LUCARIE, s. f. Lukem (mot im- 
porté.) m. 

LUCET, s. m. Fruit. Lus, pi. s. m. 
En cueillir, lusa, v. n. 

LUCRATIP, ad(j. Goniduz, — ar- 
cliantuz. (Il vaut mieux recourir à 
une périphrase.) 

LUETTE, s. f. Le mal de luette, or 
gorUm, m. pi. 

LUI, pr. pers. La bave lui sortant 
de la bouche, ar glaour tont eu% 



Digitized by VjOOQ IC 



ii\ti 



m 



Hkù 



hec^hinou (sorte d'ablatif absolu.) La 
fièvre lui a repris, heza en deux het 
ann dersienn adarre. Une plaie lui 
survint à la jambe, eur gouhazavaz 
enn he e^har. Cette maladie lui a aigri 
le caractère, gant ar e'hlenved-ze eo 
deuet da veza hegaz fguevet, ou goe- 
vetj Je lui ai entendu dire, me am 
euz klevet anezhan o lavaret, 

LUISAIT, acfj. Lampr, (glissant); 
— Imtr (G.), poli, — lisse. 

LUnÉlS, s. f. Jeter des éclats de 
lumière; Yoy. étincder. Le diable se 
transforme, parfois, en espiît de lu- 
mière, ann eal du a c*helï mont da 
eal guenn (da eal guidiluz, mol i 
mot, ange tortueux.) Faible lumière; 
skieur, m. 

LUIAUK, adj. Loarck,^ loariek, 

LUMATIQOB, adj. Loariet. 

LUIDI. s. m. Un lundi au soir, eunn 
lunvez da noz, 

LUIB, s. f. Soumis aux inHuences 
de la lune, loariet, adj. 

LUTOf, s. m. Keler-nozy^ankel- 



f^heTy-^kelerenn, t^-^gobilin, m., 
pi. éd. Lutin, en breton, est un mot 
importé. 

LUTRIM, s. m. Letrin, m. 



Chanteurs d'Eglise, kanerien oc'h al 
letrin. Aller au lutrin, mont oc'h al 
letrin da gana. 

LUTTE, s. f. Éprouver défaite dans 
une lutte, kaotU lamm digant u. 6. 
Des luttes, gourinadek, sing. f. 

LUTTEB, V. n. Lutter corps à corps 
avec o. q., ober eur c'krogadik gou^ 
rin oc h u. h. Faire tomber q. q., en 
luttant ainsi, rei lamm haer dau.h.i 
voy. BifiUter. 

LUXATIOI, s. f. Se faire une luxa- 
tion au bras, dijoza he vreac'h. Qui a 
le bras luxé, diozet he vrea<fh (sorte 
d'adjectif.} 

LUXE, s. m. Tron, — trolU (L.) 
Recherche dans la toilette, fouerez, 
— ficherez, f. == Faste, digoradur, 
f., — pompad^ m. Cheval de luxe, 
marc'h Aotrouy ~ marc'h prizuz, — 
mar&h kaer. 

LUXURE, s. f. Luksur, — lubrisiie^ 
(mots nécessaires.) 



M 



liCniALibÉuiY, adv. Divar-neuz, 
— dwar-fae, — hep sonj. Regarder 
mach . . • , dem^zellet, v. n. 

A 

lAOiOttS, s. f. Rompre la mâchoire 
àq.q., dyaveda u. b. Qui a de grosses 
ToÂchoire», Javedek, adj. 

■AÇOMMBKIE, s. f. Mamouniach, 
sing. plur. m. 

UDEMISELLE, s. f. Yoy. DemoiseUe. 
Mezellik^ (au vocatif.) 

lABMEl^ s. m. Madrier de moulin, 
timantenn, f. 



lifiASnr. s. m. Magazenn^ f. (mot 
importé.) Mettre en magasin, maga* 
zenna, (prononcez, magajenn, — 
ma^ajenna.) 

liGIClSll, s. m. Kelc'hier ; voy. 
Sercier: mafisian^ m.; pi. ea (mot 
importé.) 

lifilS, s. f. Mqji, m (mot importé) ; 
breou, pi. m. ou brevou ; voy. Sor- 
cellerie. 

IA6ISTER, s. m. Mestr-skol, pi. 
mistri-skol. 

■A6ISTUT, s. m. Mag... d'uno 



Digitized by VjOOQ IC 



Ufà 



m 



M 



yiïïeypenn^kear, m., pL petmou-kear. 
Les niagistrate { la magistrature, la 
justice) ar vamerien, — ar jtutis. 

liGHmCEICE, 9i f. ; voy. Sfleidenr. 

lAGNinaUS, adi. Magn. . . de taille, 
terrubl (L.); voy. Supérieur. 

liK, 8. f. Huche au pain ; Toy. Pé- 
trin; nié^ m., pi. meiou (C), - taol-red, 
— neo, f., pi. neuiou, — laouer-daol, 
f., pi. m. laouerioU'taol. 

lilGBS, adi. Si^jmao'/» (parlant d'ar- 
bres, de l>e8ttlux«t de vôgélaux.l =?= 
Krinet, ou signai^h (parlant des fruits 
d'arbres.) Homme grand et maigre, 
gouere, m Ge mot forme un nom de 
famille. Vieux cheval raaifre, kagn, 
ou haign, f. Ces vaches étaient mai- 
gres à faille peur, eur spez a 9atnU 
n'oa ken anezfto ; voy. Sec, décharné. 
Femme vieille et maigre, relegenn, 
f. Femme sèche et maigre, hnnenn, 
f., — sae'had-eskem. Très maigre, 
trertt'kaign, — treut-kioc'h, — treut 
evel eur êkoul, — treut evel eur 
gettneuden. Terre maigre , douar 
iefiy — cfotiar signac'h. Poussant 
dansFendroit le plus maigre du champ, 
deuet el leac'h m'oa bet (alla doareet. 
Le régime maigre (jour où Ton fait 
maigre), deti vxjel, 

lAIGHEMEIT, adv. Se nourrir maig... 
heva treut; voy. Petitement. 

lAIGRtt, V. n. Goasaat (à Scâêr, 
et aux environs.) Maigrir par suite de 
pénitences, de maladies, ou de mau- 
vais traitements, kastiza^ v. n. 

lABLLOT, 8. m. Lances d'enfant an 
maillot, mezerenti, f. Lisiùre pour 
serrer le maillot, lurell, f. La partie 
en toile du maillot, lienenn, «^ gfuia- 
demi, f. Langes sales du mtillot, 
traou fank ar vugale. 



I, 8. f. Parlant de voleur, kra- 
bariy f. H a la main peu délicate pour 
soij^er un m^ade, lourd ^oàe zoum. 



Conduisant l'enfant par la main^ 
doHm-o<fh'doum gant ar hugét 
(gatitarpaotrik, — arverc'hik^ — ai^ 
baotrezik,) Fait de mains d'hommes, 
great dre dud. Porter à main d'hom- 
me, kas (dougen) var-bouez ann 
dourn. Passer légèrement la main 
sur un objet, fioura, v. a. ■ Mal 

faire la main (au jeu de cartes) On a 
mal fait la main, freuz^oum a zo; 
voy. Maldonne. Jouer à la main chau- 
de, c'hoari dalaruio^ — c'hoari-hi- 
aousik. Faire sa main (parlant d'un 
voleur), ober he zoum, — ober he 



draiou. Prêter la main à 
Comptice. 



voy. 



lAn-FOBTI, s. f. Sikour vod, m. , — 
skoaz, f., — skoazell, f. 

HAIMTmi, s. f. Ccravité du maintien, 
lentegez, — parfeded, f. 

lAIRIS, s. f. Exercer la mairie (faire 
fonctions de maire), beta iiMtfr, — 
ober karg eur mear. 

lÂIS, conj. A la place de ce mot 
on peut, souvent, mettre la coi^one- 
tion, et ; ex : Pauvre, mais honnête, 
paour hag konest» Sa maladie é|ait 
mvétérée, mais les cautères l'ont ra- 
mené, l'ont guéri, goaU-c'àririennet 
IgoalUanjandret] oa ar c'hlenvtd 
énn-han, nemed ar mou^wu o de%a 
digaset (pareet) anezhan. Mais, il ne 
peut pas faire cela,iie d-eo ket, avad^ 
evid ober kement^e. 

lAISOM, 8. f. Maison maoale (mai- 
son de ferme où l'on couche et 
mange), ti tan, — ti annez, m. Une 
petite maison, eunn tiik. MaiMB de 
décharge, penn4i^ — /êkiher, C); 
voy. Appentis. Non loin de la maison, 
var-dro kear; voy. Legif, hahitatta. 
Maison de plaisance, à la eMmf9ff^ : 
autrefois, pie88ii, kenkU, f. 

UITBE, 8. m. Pronriélairfit Àotrou. 
Être maStre de son bien, beza den a 
dra, — beza meitr var ne dra. Être 

Sassé maître en..* (pariant d'imjmé- 
er), beza eur mestr da ober, • . X)ui 



Digitized by VjOOQ IC 



MAL 



3t9 



MAL 



fait le petit-maître, brageer, m. Faire 
son petit maître (faire son beau), oher 
he ganfard, — ober he faro^ m. ; — 
oher he farodeZy — ober he c'hanjfar- 
dez (parlant d'une femme.) Maître 
joueur , mestr - c'hoarier. C'est un 
maître, hema a zo eunn danvad feur 
maoutj anexhan. Maître-Jean (esprit 
follet), Mettr^Iann, Être son propre 
maître, beva enn he rolL 

A 

lilTRISEB, V. a. Suji, v. a. (Quand 
le verbe est intransitif, on dit, 8i4ja, 
V. n. ; voy. Hétister, dompter. [Ober 
penn da..., — derchel var.,,, s'em- 
ploient également en ce sens.) Quand 
il s'agit d'un cheval, on dit souvent^ 
penvestra, v. a. 

MAJESTÉ, s. f. Taill nobl, — doujet, 
(sortes d'adj.) Le mot, mnjestez, est 
un mot reçu, surtout en Style Sacré. 
La majesté suprême , ar oalloud 
dreist-muzul , — ar galloua dreist 
pep galloud, 

MAJESTUEUX, adj. Solenn, — dinn, 

MAJEUR, a4j. Fils msgeur. map enn 
oad (C), map en deuz ne oad, — 
(map major, semble plus juste, sinon 
nécessaire, puisqu'il s'agit de termes 
d'Église.) Le doigt majeur, ar biz 
kreiz. 

MAJOBITÉ, s. f. Pluralité des suf- 
frages. Qui a !a majorité, ar muia 
mouesiou dioc'h he au, — al lodenn 
greafvra^ajj — ar gostezenn gréa ; 
voy. Parti. 

MAL, s. m. Souffrance, klenved,iù. 
Mal terrible , goall-vosenn , f. La 
croûte me fait mal aux dents, ar 
dhreun a ra poan d*in em dent. Un 
déluge de maui, eur be^m braz a 
hoaniou (au fig.) Le mal vient vite, 
et s'en va lentement, ar boan a zired 
cTann daou'lamm, da vont huit e 
vez morzet ha hamm (Prov.); vov. 
Eigonréi. Un homme incapable de 
faire du mal, eunn den dtnoaz. Où 
avez-vous mal? e pe leac*h ema ho 



poan (e pe leac'h oe'h euz4iupoanf) 
Quel mal a-t-il ? pe seurt klenved a 
zo gant'hani petra a c'hoari gant- 
han f J'ai mal à la jambe, me a zo 
klanv va gar. En mal d'enfant, gant 
ar guentrou, — var-oenklo (T.) Je 
n'ai eu aucun mal, n*em euz ket a 
ziez. ===3 Difficulté. Voilà le mal, 
eno ema ann dalc'h, — eno ema ar 
glanvenn. Se donner beaucoup de 
mal pour ne pas réussir, tutal, v. n. 
' Le contraire du bien. Un mal, 

eur goalUober, Tout le mal possible, 
goasa ma> c'heller. Dire du mal de 
q. q. , goall'vruda (drouk-pf^ezekj 
u. 5. 

MAL, adv. Il est mal, diez eo. Il est 
plus mal, diesoc'h eo fgoasoc'h eo), 
— falloifh eo, — gêoseat eo d'e<-han. 
Mal, suivi d'un adjectif, se traduit par 
le disjonctif ou préûxe, di ; Ex : mal 
avisé, diaviz; mal vêtu, divisk. Ré- 
pondre mal q. q., respount dic'hras 
u. b. (au moral.) Diralo, s'emploie au 
physique et au moral. Elle a mal fait 
mon lit, hanter-fichet e deuz ra gue^ 
le d*in. Mal parler de q. q., drouk* 
komz euz u. 6. Mal agir envers q. q., 
goalUober e kenver u. 5. 

MALADE, acy. Malade de..., klanv 
(touellet) gant... Malade d'araouf 
erotique, klanv gant ann orged, 
/gant ann amourousded.J II est ma- 
lade d'orgueil, he glenved eo ann 
ourgouill fstropet eo out-han klenved 
ann oui^gouUlj, tapet en deuz klen^ 
ved ann ourgouill, Louis était malade 
de la fièvre, Loiz a ioa gant ann 
dersienn, La République est malade, 
ar Bepublik a zo o vont kuU (o vont 
d'ann traon,) Malade habituellement, 
être he vêle ha g ann tan. Très ma- 
lade, goall-glanv. Je n'ai pas pu 
laisser seul mon frère malade, n'ounn 
ket bet evit mont dioc'h va breur a 
oa klanv. Quand on parle d'un mem- 
bre qui a une plaie depuis quelque 
temps, on ajoute le sufnxe, ou la dé- 
sinence , ad. J'ai un doifft malade 
(avec plaie), gant eur bizaa emaoun. 
Malade pour avoir bu/ou mangé cer- 
taines choses, klanv iUvar. . • 
42 



Digitized by VjOOQ IC 



MAL 



330 



MAL 



HiLABIS, S. f. Maladie légère, briz- 
klenved,iQ, La carie est une maladie 
du froment, ann duan fann dtien, 
— ann duoa) a zo kUnved ar guiniz. 
Toute maladie inopinée, drouk^avel, 
m. Quand la maladie aura parcouru 
sfa période, p'en devezo ar c*ftlenved 
great he varead. Dan9 sa dernière 
maladie (dans la maladie qui Tem- 
porta), enn he glenred mervel, 11 a 
attrapé une maladie, klefwed a zo 
stropet (stagetj out-han, — klenved 
en aeuz tapet. 

liUDIf, adj. Voy. Ghétif. 

lALADEESSE, s. f. Sotoni, f., -. die- 
vezdedy f. 

lALABHOIT, at^. Sot, — halouard, 
»^ dioAnz^ — oaltek, subs. et adi., 
halieienf m. pi. (C ), — didu, adi. 
(T.) Maladroit en une chose, didu da 
ober eunn dra bmtnak, 

MALAISE, 8. m. Mal. • . sou» le rapr 
port de l'argent* herrentez. Le mal... 
entra alors dans la maison, neuze e 
tettaz berrentex enn H. 
k 

lALBATI. adj. (Parlant des per- 
sonnes, inkruzun) ; voy. BàU. 

lAUMMB, s. f. Parlant de jeux de 
cartes), freuZ'doum, m. 

' i ' . ^ ■ . . 

IMJ, s. m. (Parlant seulement 
d*oies et de canards), mailiard, m. 

"* ' ■ . ' ' 

lAUdABCS, s. f. Voy. lairaiie 
ekaice, diekans, f. 

lAlÂlCnDI, s. f. Créature digne 
dé malédiction, milKgadenn, f. 

, HALSFiCS, 8. m. Guérir par raalér 
ftce, diskoiitUa, — kroaza^ v. n« (par* 
lant de la ^manièrode faire des croix 
sur l«8:mala4es,